Eddie Stuart

Eddie Stuart

Edward (Eddie) Stuart est né à Middelburg, en Afrique du Sud, le 12 mai 1931. Footballeur talentueux, il a joué pour les Rangers de Johannesburg, avant que Stan Cullis ne le persuade de rejoindre Wolverhampton Wanderers en janvier 1951.

Stuart a fait ses débuts en équipe première contre West Bromwich Albion le 15 avril 1952. Cependant, après une visite à domicile, il a contracté une maladie tropicale qui l'a mis hors de combat pendant plus d'un an. Il est revenu dans l'équipe première à temps pour aider les Wolves à remporter le championnat de première division lors de la saison 1953-1954.

Dans la saison 1954-55 a perdu les services de Roy Swinbourne qui a été blessé au début de la saison. Malgré les buts de Johnny Hancocks (26 ans) et Dennis Wilshaw (20 ans), les Wolves n'ont pu terminer que deuxième derrière Chelsea. Stuart a disputé 37 matchs cette saison-là.

Les loups ont remporté le championnat de la Ligue en 1957-58 par 5 points de Preston North End. Le club a marqué 103 buts en championnat cette saison-là. SC avait construit une grande équipe qui comprenait Stuart, Peter Broadbent, Eddie Clamp, Ron Flowers, Jimmy Mullen, Bill Slater, Roy Swinbourne, Dennis Wilshaw, Billy Wright, Bert Williams, Norman Deeley, Jimmy Murray et Bobby Mason.

Les loups ont également remporté le titre lors de la saison 1958-59 avec 28 victoires en 42 matchs. Une fois de plus, les attaquants étaient en grande forme en marquant 110 buts. C'était sept de plus que Manchester United et 22 de plus qu'Arsenal, troisième. Stuart a disputé 38 matchs de championnat cette saison-là.

La saison suivante, Stuart est devenu capitaine des Wolves. Au cours de la saison 1959-60, le club a été battu en deuxième place par Burnley. Malheureusement, Stuart n'a pas joué lors de la victoire du club en FA Cup 1960 contre les Blackburn Rovers.

Lors de la saison 1960-61, les Wolves ont terminé à la 3e place derrière Tottenham Hotspur. À la fin de la saison, après avoir disputé 322 matchs pour les Wolves, il a été vendu à Stoke City pour 8 000 £. Il a également joué pour Tranmere Rovers (1964-65) et Stockport County (1966-67). Après avoir pris sa retraite du football, il a dirigé plusieurs salons de coiffure dans la région de Wolverhampton.


L'UNCW nomme Eddie Stuart comme nouveau vice-chancelier pour la promotion universitaire

Eddie Stuart a été nommé nouveau vice-chancelier de l'UNCW pour la promotion universitaire, a annoncé l'université aujourd'hui. Stuart, qui occupe actuellement le poste de vice-chancelier adjoint de la division, prendra ses nouvelles fonctions le 1er août. Stuart a été nommé à ce poste après une recherche approfondie à l'échelle nationale pour le remplacement de la vice-chancelière Mary Gornto.

"Avec plus de dix-huit ans d'expérience, Eddie a continuellement démontré son expertise en collecte de fonds avec le développement et la mise en œuvre de stratégies de dons majeurs réussies", a déclaré le chancelier Gary L. Miller. « Son approche proactive, ses compétences en leadership et son expérience éprouvée avec les anciens, les donateurs et nos partenaires communautaires font de lui l'idéal pour ce nouveau rôle. »

En tant que vice-chancelier adjoint, Stuart a dirigé le programme de dons philanthropiques majeurs de l'UNCW, notamment les dons majeurs, les dons aux parents, les dons d'entreprises et de fondations et les dons planifiés. Stuart a également travaillé avec la haute direction pour fournir une orientation stratégique pour l'avancement universitaire.

Dans son nouveau rôle, Stuart travaillera en étroite collaboration avec le chancelier pour développer et exécuter une stratégie philanthropique innovante, tout en fournissant un soutien global en matière de leadership aux affaires académiques, au Département des sports, au Bureau des partenariats communautaires, au Centre pour l'innovation et l'entrepreneuriat de l'UNCW et le parc de recherche UNCW CREST. Il assurera la direction dans les domaines des dons majeurs et principaux, des dons planifiés, de l'intendance, des relations avec les anciens élèves, de la recherche et de la gestion des prospects, des services d'avancement et des événements universitaires et sera également directeur exécutif de la Fondation UNCW. Stuart sera désormais membre de l'équipe de direction, dirigera les activités du Conseil des visiteurs de l'Université et sera l'agent de liaison principal auprès du Comité des affaires externes du Conseil d'administration.

"En tant qu'ancien de l'UNCW, je suis honoré d'avoir l'opportunité de diriger le développement et les efforts philanthropiques de l'UNCW", a déclaré Stuart ('05M). "Tout au long de mon séjour à l'UNCW, j'ai cultivé et entretenu des relations significatives qui profiteront à la fois à la mission de l'université et, plus important encore, aux étudiants qui préparent leur avenir et aux professeurs vraiment appréciés qui le façonnent. Je continue d'être humilié par la générosité de nos donateurs et nous sommes impatients de diriger notre programme tout en élargissant nos efforts d'engagement des donateurs et des anciens.

Avant d'être nommé vice-chancelier adjoint en 2009, Stuart a été nommé directeur principal du développement, où il a développé l'infrastructure et constitué une équipe pour transformer avec succès le programme de dons majeurs de l'UNCW en vue de la dernière campagne globale réussie de l'université.

Stuart est diplômé de l'Université Elon avec un baccalauréat ès arts en communication d'entreprise et une mineure en administration des affaires.

Stuart remplace la vice-chancelière Mary M. Gornto, qui prend sa retraite en juillet après 11 ans à l'université. Sous sa direction, l'UNCW a mené à bien la plus grande campagne de collecte de fonds de son histoire, recueillant plus de 66 millions de dollars pour soutenir des bourses d'études, des postes de professeur distingué et de nombreuses initiatives universitaires.

Eddie Stuart, photographié avec le chancelier Gary L. Miller, a été nommé vice-chancelier de l'UNCW pour la promotion universitaire

Eddie Stuart

Edouard Albert "Eddie" Stuart (12 mai 1931 - 4 novembre 2014) était un footballeur professionnel sud-africain. Il a joué comme défenseur. Il a joué 322 fois en Angleterre pour Wolverhampton Wanderers entre 1951 et 1962, remportant trois titres de champion et la FA Cup. Il a également servi Stoke City, Tranmere Rovers et le comté de Stockport. [1]

Eddie Stuart
Informations personnelles
Nom et prénom Edward Albert Stuart [1]
Date de naissance ( 1931-05-12 ) 12 mai 1931 [1]
Lieu de naissance Middelbourg, Cap oriental, Afrique du Sud [1]
Date de décès 4 novembre 2014 (2014-11-04) (83 ans)
Lieu du décès Wrexham, Pays de Galles
Position de jeu Défenseur
Carrière senior*
Années Équipe applications (Gl. )
1950 Rangers Johannesbourg
1951–1962 Les vagabonds de Wolverhampton 287 (5)
1962–1964 Ville de Stoke 63 (2)
1964–1966 Tranmere Rovers 83 (2)
1966–1968 Comté de Stockport 77 (1)
1968–1972 Ville de Worcester ? (0)
Le total 510 (10)
Equipes gérées
1968–1971 Worcester City (joueur-manager)
* Apparitions de clubs seniors et buts comptés pour la ligue nationale uniquement

Stuart est décédé le 4 novembre 2014 à Wrexham, au Pays de Galles, à l'âge de 83 ans des suites d'une longue maladie. [2]


La retraite d'Eddie Stubbs WSM laisse un grand trou dans le cercle

Un titan des ondes et la voix de la musique country de notre génération, Eddie Stubbs, a annoncé qu'après 25 ans de service au The Legend WSM-AM à Nashville en tant que DJ et annonceur au Grand Ole Opry, il prend sa retraite. Stubbs a annoncé la retraite mardi soir (7-22) lors de son émission de radio régulière en semaine.

Stubbs n'a donné aucune explication pour la retraite, mais a simplement déclaré, "J'ai passé 25 ans extrêmement bénis au WSM et en tant que troisième plus long présentateur titulaire de l'histoire du Grand Ole Opry. Les expériences et les amitiés m'ont permis de vivre beaucoup de rêves. Inutile de dire que je serai éternellement reconnaissant.

Grant Turner a servi pendant 47 ans et Hairl Hensley a servi pendant 35 ans en tant qu'annonceurs d'Opry. Cependant, en commençant son mandat à WSM le 8 juillet 1996, cela fait d'Eddie Stubbs le DJ de soirée le plus ancien de la légendaire station de radio – 95 ans d'histoire.

Joueur de violon également, Eddie Stubbs a déménagé à Nashville le 21 mars 1995 pour se produire avec The Queen of Country Kitty Wells et son mari Johnnie Wright. Après seulement une semaine en ville, Stubbs a été embauché à temps partiel chez WSM, et 17 jours plus tard, il auditionnait pour être l'annonceur du Grand Ole Opry.

"Eddie a été un grand ami de l'Opry, des artistes de l'Opry et des auditeurs du monde entier,” dit Opry Producteur exécutif Dan Rogers. “Je n'ai aucun doute que les étudiants de l'Opry et de la musique country se tourneront pendant des années vers ses conversations enregistrées avec des légendes telles que Merle Haggard, Ray Price, Connie Smith, Marty Stuart et bien d'autres pour en savoir plus sur leur carrière et l'époque de qu'Eddie a eu un tel impact à l'Opry et au WSM.

Eddie Stubbs se retirera officiellement le 29 juillet de son poste WSM. Pour l'intérim, Jeff Hoag remplacera pendant le créneau horaire d'Eddie. WSM prévoit également de rendre hommage à Stubbs avec la programmation menant à son départ.

Stubbs, 58 ans, est originaire de Gaithersburg, dans le Maryland, et jouait régulièrement du bluegrass, notamment dans The Johnson Mountain Boys. Tout au long des années 80, il a également travaillé comme DJ à WYII dans le Maryland, et finalement à la prestigieuse station de bluegrass WAMU à Washington D.C.

Au-delà de The Opry et WSM, Eddie Stubbs est également apparu en tant qu'annonceur à la caméra pour les six saisons de Le spectacle de Marty Stuart sur RFD-TV, où beaucoup ont mis le visage sur le nom et la voix, et sont devenus fans. Stubbs a également siégé aux conseils d'administration de la Country Music Association, de l'International Bluegrass Music Association et du Country Music Hall of Fame. Il a également remporté le prix CMA, remportant le prix de la personnalité de l'année sur le grand marché de l'air en 2002, et est membre du Temple de la renommée de la radio country.

Mais au-delà de ses fonctions professionnelles, Eddie Stubbs est considéré par beaucoup comme le visage et la voix sympathiques de la musique country. Une encyclopédie virtuelle de la connaissance de la musique country, pleine d'histoires de son mandat à l'Opry et au WSM, il est une institution irremplaçable d'une personnalité qui part à une époque où les voix, les personnages et le timbre de la musique country américaine changent, et pas toujours. pour le meilleur.

Bien qu'il n'y ait aucune raison invoquée pour la retraite d'Eddie pour le moment, il a récemment raté quelques quarts de travail chez WSM, ce qui a amené certains à supposer qu'il pourrait avoir des problèmes de santé. D'autres se sont demandé avec le lancement de Circle Network, basé à la télévision d'Opry cette année, avec Bobby Bones comme visage principal, si Eddie avait l'impression qu'il était temps de passer à autre chose.

Peu importe la raison, le trou laissé par Eddie Stubbs ne se remplira pas facilement, pas différent des légendes de la scène que Stubbs a introduites pendant un quart de siècle.


Eddie Stuart : Défenseur puissant et charismatique qui est devenu le cœur battant de la puissante équipe des Wolves des années 1950

Quand Eddie Stuart a fléchi ses muscles, les hommes forts ont flanché.

Le grand Sud-Africain au charisme sombre était l’une des pierres angulaires de l’arrière-garde de Wolverhampton Wanderers alors que l’équipe exaltante et acharnée de Stan Cullis a remporté trois titres de champion dans les années 1950 et rivalisait avec les Busby Babes de Manchester United en tant qu’équipe de la décennie.

Cullis, l'Iron Man de Molineux, ne se serait pas embêté avec un défenseur qui n'était pas rapide, puissant et résistant, et Big Eddie était tout cela, mais il y avait une dimension supplémentaire requise par l'exigeant manager des Wolves. Il voulait que la domination physique soit augmentée par la domination mentale sur les attaquants adverses et l'aura naturelle d'autorité de Stuart était idéale à cet effet.

Correspondant généralement à la foulée des ailiers gauches en tant qu'arrière droit, il avait la stature de doubler en tant que demi central, son travail aérien commandant et sa mobilisation de collègues responsables et parfois inspirants. Vainqueur de la Coupe d'Afrique du Sud avec son club local, les Johannesburg Rangers à l'âge de 16 ans, Stuart grandissait dans une famille profondément religieuse et envisageait un avenir en tant que ministre de l'église lorsqu'il a été repéré par les Wolves, qui l'ont signé à 19 ans. -vieux en janvier 1951. Cullis avait la chance d'avoir des arrières latéraux redoutables – comme Jack Short, Bill Shorthouse et Roy Pritchard – mais il considérait l'adolescent comme une perspective en or pour l'avenir, et c'est ce qui s'est avéré.

En raison d'une crise de blessure, Stuart a fait ses débuts seniors en tant qu'avant-centre d'urgence, marquant lors d'une défaite 4-1 à domicile contre West Bromwich Albion en avril 1952, ce qui s'est avéré être son seul but en 11 ans à Molineux englobant plus de 300 jeux.

Une maladie tropicale contractée lors de vacances dans son pays natal lui a fait manquer toute la saison suivante et lui a presque coûté la vie, mais il a récupéré à temps pour jouer les douze derniers matchs de 1953-54 alors que les Wolves remportaient le premier championnat de la Ligue. dans leur histoire. Par la suite, il a évincé Short, qui est bientôt parti pour Stoke City, et est devenu un habitué des huit saisons suivantes, généralement sous le maillot n ° 2, mais en remplissant occasionnellement le rôle de stoppeur central.

Comme la plupart de ses camarades, Stuart a excellé dans une série de matches amicaux illuminés contre une opposition européenne de premier plan qui a captivé l'imagination du public, certains des affrontements ayant précédé la Coupe d'Europe. Il a été particulièrement impressionnant en opposition directe avec le voltigeur hongrois Zoltan Czibor alors que Honved a été battu 3-2 lors d'une nuit brumeuse à Molineux en décembre 1954, et il a également brillé face au marchand de vitesse sans égal du Real Madrid Francisco Gento en tant que champion d'Europe. ont été défaits par le même score trois ans plus tard.

Avec Cullis rajeunissant son équipe avec de jeunes talents, les Wolves ont gagné en puissance et ont été couronnés champions de la Ligue en 1957-58 et 1958-59, ratant un triplé d'un seul point alors que Burnley les dépassait le dernier jour de 1959-60. Il y avait une consolation pour cette déception en remportant la FA Cup, mais pas, hélas, pour Stuart, qui avait succédé à Billy Wright en tant que capitaine lorsque le demi-centre anglais avait pris sa retraite en 1959.

À la suite du massacre de Sharpeville de mars 1960 au Transvaal, au cours duquel 69 manifestants ont été abattus par des gardes blancs, un Sud-Africain Stuart a été victime d'une réaction injuste. Il a été bombardé de courrier haineux, son magasin général près de Molineux a été pris pour cible et il a été hué par les propres fans des Wolves, le tout à un moment où il était engagé dans une bataille pour le poste d'arrière droit avec George Showell. Sans surprise, il a été distrait et abandonné, et bien que Cullis se soit assuré qu'il ait reçu une médaille de lauréat honorifique, cela ne signifiait rien pour lui.

Stuart était un personnage dur, cependant, rebondissant pour deux saisons supplémentaires sous le maillot doré avant d'accepter un transfert de 8 000 £ à la deuxième division Stoke en juillet 1962.

Au Victoria Ground, en tant que capitaine, il est devenu une partie inspirante de la soi-disant "Grandad's Army" de Tony Waddington, une collection d'anciens combattants avisés - avec l'incomparable Stanley Matthews, 47 ans, aidé par des pur-sang tels que Dennis Viollet. , Jimmy McIlroy et Jackie Mudie – qui ont remporté le titre de division pour atteindre l'élite au printemps 1963.

Stuart est resté influent alors que les Potter se consolidaient au niveau supérieur avant de passer à la quatrième division Tranmere Rovers, d'une valeur de 4 000 £, en août 1964. Après avoir raté deux fois la promotion du sous-sol de justesse avec les Merseysiders, il l'a atteint en tant que champion avec le comté de Stockport en 1966-67, restant à Edgeley Park une saison de plus avant de quitter la Ligue pour passer quatre ans à Worcester City, qui l'a nommé entraîneur-joueur.

Personnage entreprenant et intelligent, Stuart a ensuite dirigé des salons de coiffure dans la région de Wolverhampton.

Edward Albert Stuart, footballeur : né à Johannesburg le 12 mai 1931 a joué pour Wolverhampton Wanderers 1951-62, Stoke City 1962-64, Tranmere Rovers 1964-66, comté de Stockport 1966-68 décédé Wrexham 4 novembre 2014.


Eddie Stuart - Histoire

Par Peter Kross

Les nations ont souvent mis au service des personnages et des criminels peu recommandables en temps de guerre, rationalisant qu'une telle action est dans le meilleur intérêt du pays pendant des périodes extraordinaires.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets britanniques ont enrôlé un petit voleur, un escroc, un cambrioleur accompli et un homme d'aventure nommé Edward "Eddie" Chapman pour agir comme agent double contre les Allemands. Après le passage du temps, on ne sait toujours pas où se trouvent les véritables loyautés de Chapman. A-t-il aidé sa Grande-Bretagne natale par loyauté envers la couronne et le pays, ou était-il si dévoué à ses maîtres-espions allemands à titre strictement personnel qu'il ferait tout ce qu'ils lui demanderaient pour sauver sa propre peau ?
[texte_annonce]

Pour les étudiants en espionnage pendant la Seconde Guerre mondiale, le nom d'Eddie Chapman n'était initialement pas aussi connu que d'autres espions tels que Elyesa Bazna alias Cicero, Richard Sorge et Juan Pujol Garcia alias Garbo. Cependant, tout cela a changé lorsque le MI-5, le British Intelligence Service, a finalement publié 1 800 documents précédemment classifiés sur le rôle d'Eddie Chapman en tant qu'agent double pendant la Seconde Guerre mondiale aux Archives nationales britanniques. Certains de ces documents ont également été déposés aux Archives nationales des États-Unis à College Park, dans le Maryland, et sont maintenant ouverts à l'inspection publique.

Ce que ces documents révèlent, c'est un homme profondément imparfait, un coureur de jupons qui a eu un enfant hors mariage tout en ayant des aventures avec d'autres femmes dont il se souciait profondément. Ils racontent l'histoire d'un homme qui a été arrosé et dîné par deux services de renseignement rivaux, l'Abwehr allemande dirigée par l'amiral Wilhelm Canaris et le British Intelligence Service, qui a également utilisé Chapman à ses propres fins. Pour sa part, l'Abwehr a envoyé Chapman en mission de renseignement en parachute en Grande-Bretagne avec un paquet de marques allemandes clairement étiquetées. Du côté britannique, ils se sont occupés de tous les caprices personnels de Chapman pendant qu'ils envoyaient deux policiers en civil vivre avec lui 24 heures sur 24.

Un membre du gang des gelées

Eddie Chapman est né le 16 novembre 1914, l'aîné de trois enfants, dans le village anglais de Brunopfield. Son père dirigeait un pub local appelé le Clippership dans la ville de Roker. L'établissement ne s'en sort pas très bien, car l'aîné Chapman était enclin à boire plus qu'à travailler.

À 17 ans, Eddie a rejoint l'armée, entrant dans le deuxième bataillon des Coldstream Guards. Après avoir passé neuf mois en uniforme, il a obtenu un congé et s'est rendu à Londres où il a rencontré de charmantes dames anglaises et, plus important encore, est allé AWOL. Il a finalement été arrêté et a passé plus de deux mois dans la palissade. Après sa libération, il a été démis de ses fonctions de l'armée et est retourné dans le quartier de Soho à Londres, où il a commencé sa nouvelle carrière de petit criminel.

Il a accepté n'importe quel travail disponible, travaillant souvent comme barman, figurant dans des films cinématographiques, danseur, lutteur et tout ce qui pouvait le garder dans l'alcool et les femmes. Il a passé la plupart de son temps libre dans un bar appelé Smokey Joe's où il a rencontré toutes sortes d'escrocs et s'est rapidement tourné vers la pègre. Au cours des années 1930, Chapman a commencé sa deuxième carrière, s'introduisant par effraction dans les maisons et volant tous les objets de valeur qu'il pouvait trouver et falsifiant des chèques. Pour ses crimes, il a été condamné à des peines légères et a purgé une peine de deux mois de prison pour vol de chèque et pour fraude. À peine sorti de prison, il a été de nouveau arrêté pour intrusion et enfermé pendant trois mois supplémentaires.

La fausse carte d'identité d'Eddie Chapman, avec ses empreintes digitales, le répertorie sous le pseudonyme de Hugh Anson.

Au cours de cette même période, Chapman a rejoint un groupe de criminels impitoyables appelés Jelly Gang, dont le modus operandi était axé sur l'utilisation d'explosifs puissants pour pénétrer dans des coffres-forts. Le chef du Jelly Gang était Jimmy Hunt, que Chapman a utilisé plus tard dans ses faux stratagèmes pour tromper les Allemands pendant la guerre. Le Jelly Gang a procédé au braquage de divers magasins haut de gamme à Londres, notamment Isobel's, un fourreur dans lequel ils ont volé un certain nombre de visons et de capes d'une valeur de 200 livres. Ensuite, il y avait un prêteur sur gages où le gang a fait sauter quatre coffres-forts, volant 15 000 livres. Chapman était si satisfait de son travail qu'il a coupé des comptes rendus de ses vols dans les journaux et les a classés dans un album.

En 1939, avec la police à leurs trousses, les membres du Jelly Gang s'enfuient vers l'Écosse où leur chance tourne finalement. Alors qu'ils tentaient de cambrioler le siège de la société coopérative d'Édimbourg, Chapman et quatre autres personnes ont été attrapées par un policier de passage qui a entendu du bruit et a enquêté. Avant de pouvoir être jugés, les quatre hommes se sont échappés et se sont enfuis dans la nature sauvage de Jersey, dans les îles anglo-normandes.

Chapman a fait l'objet d'une énorme chasse à l'homme à travers les marais de Jersey avant d'être finalement capturé par la police alors qu'il séjournait à l'Hôtel de la Plage. Chapman était accompagné de sa petite amie, Betty Farmer. Eddie a été enfermé dans une prison de Jersey sans aucun moyen d'évasion. Comme le destin l'a voulu, cependant, un événement a rapidement eu lieu qui a changé sa vie pour toujours.

Libéré par les Allemands

En juin 1940, alors que Chapman était en toute sécurité en prison, la machine de guerre allemande était victorieuse dans toute l'Europe. La France, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg étaient solidement sous la domination d'Hitler. En prévision de l'invasion anticipée de la Grande-Bretagne, la Luftwaffe a lancé des attaques contre les régions périphériques, y compris les îles anglo-normandes, qui sont devenues le seul territoire souverain des îles britanniques occupé par les Allemands pendant la guerre. Les troupes allemandes ont rapidement envahi Jersey et les prisonniers sont maintenant devenus la responsabilité du gouvernement allemand.

Pendant qu'il était enfermé, Chapman s'est lié d'amitié avec un codétenu de 22 ans nommé Anthony Faramus, et les deux se sont suivis jusqu'à la fin de la guerre.

La chance de Chapman a changé lorsqu'il a été libéré de prison le 15 octobre 1941. Son copain Faramus avait été libéré quelques mois auparavant, et les deux hommes ont trouvé leur nouvelle liberté enivrante. Ils ont lancé une petite entreprise ensemble, un salon de coiffure qui s'adressait principalement aux officiers allemands et aux hommes de troupe. Ils se sont également liés d'amitié avec un citoyen britannique nommé Douglas Stirling qui était sur le marché noir, vendant toutes les marchandises illicites qu'il pouvait trouver. Le trio s'est lancé en affaires ensemble, opérant sous la table, gagnant bien sa vie en persuadant les autres d'acheter leurs biens volés.

Un espion pour les Allemands

Juste au moment où Chapman pensait qu'il était à l'abri de l'observation allemande, un accident anormal a changé sa vie. Un jour, il a été impliqué dans un accident de vélo avec un automobiliste allemand. Chapman roulait du mauvais côté de la route et la voiture et le vélo sont entrés en collision. Chapman a été interrogé par les Allemands, qui l'ont averti de ne pas avoir d'autres ennuis. Craignant pour leur sécurité à long terme, Chapman, Faramus et Stirling décidèrent d'écrire une lettre aux autorités allemandes des îles anglo-normandes proposant d'agir comme espions pour le Troisième Reich. Écrivant plus tard sur sa décision de travailler pour les Allemands, Chapman a déclaré : « Si je pouvais bluffer les Allemands, je pourrais probablement être envoyé en Grande-Bretagne. C'était peut-être un discours bidon, même à l'époque, et je ne prétends pas qu'il n'y avait pas d'autres motifs dans les plans que j'ai commencé à évoquer dans mon esprit. Ils ne me sont pas venus à l'esprit non plus, à un moment ou à une humeur.

Chapman et Faramus ont écrit une lettre offrant leurs services au commandant des forces allemandes dans les îles anglo-normandes, le général Otto von Stulpnagel. Chapman a également eu une brève réunion avec un officier allemand qui a entendu son histoire et a ensuite rapidement déclaré qu'il le contacterait. Des semaines passèrent avant que Chapman n'entende parler des autorités allemandes. Quand il l'a fait, cependant, il n'était pas heureux.

Eddie Chapman, alias Agent Zigzag.

Chapman et Faramus ont tous deux été arrêtés sous de fausses accusations d'avoir coupé les lignes téléphoniques dans les îles anglo-normandes. Ils ont été mis dans un train à destination de Paris, se dirigeant vers un destin incertain.

Les deux ont été emmenés dans une prison appelée Fort de Romainville à la périphérie de Paris. Avec le temps, Chapman a été interrogé par des membres du personnel pénitentiaire sur ses activités criminelles antérieures. L'un de ces hommes était le Dr Stephan Graumann, également connu sous le nom de von Groning. Au fil du temps, Chapman et Graumann sont devenus des amis proches malgré le fait qu'ils étaient de différents côtés de la guerre.

C'est au cours de ces séances que Graumann fait à Eddie une offre qu'il ne peut refuser. En échange de sa liberté et d'un beau salaire, Eddie serait renvoyé en Grande-Bretagne par les services secrets allemands pour accomplir certaines missions clandestines dont on lui parlerait plus tard. Voyant une chance de sortir de prison et de retourner en Grande-Bretagne, Chapman s'est porté volontaire pour servir d'espion aux Allemands. Il l'a fait par vanité totale, acceptant une offre unique.

Se rendre

Alors que Faramus est resté en prison et s'est finalement retrouvé dans un camp de concentration mais a survécu à la guerre, Chapman a été emmené dans son nouveau centre de formation, la Villa de la Bretonnière à Nantes, en France. Les conditions de vie à la villa étaient luxueuses. On lui a donné un cours accéléré sur les beaux-arts de l'espionnage, se concentrant sur les opérations sans fil, le combat au corps à corps et l'utilisation de l'encre secrète. Sa formation a duré environ trois mois sous la direction du lieutenant Walter Praetorius alias Thomas, et de Karl Barton, alias Herman Wojch. Bientôt, Chapman était adepte de toutes sortes d'arts clandestins et était prêt à passer à l'étape suivante pour ses nouveaux maîtres allemands.

Pendant des mois, les Allemands avaient l'intention d'envoyer quelqu'un en Grande-Bretagne à titre d'infiltration. Lorsqu'ils ont trouvé Chapman, ils ont cru que leurs vœux les plus chers s'étaient réalisés. Ils ont donné à leur nouvelle recrue son propre numéro, V-6523, ainsi que son propre nom de code, Fritzchen (Little Fritz). Il était maintenant prêt pour sa première mission. Dans la nuit du 16 décembre 1942, portant un émetteur radio, un pistolet, une bouteille d'encre invisible et une pilule de cyanure, Eddie est parachuté d'un avion au-dessus de la ville anglaise de Cambridge. Lorsqu'il a atterri et vérifié ses biens, il s'est rendu compte qu'il avait reçu une grosse somme d'argent avec le timbre allemand clairement visible et enroulé autour des billets.

Inconnus de l'Abwehr et d'Eddie Chapman, les Britanniques étaient au courant de son intention d'entrer en Grande-Bretagne mais ne connaissaient pas encore son identité exacte. Les Britanniques ont pu lire les câbles allemands via leurs décryptages Ultra du trafic radio allemand et ont suivi les agents allemands arrivant sur les côtes anglaises. À l'aide de leur comité des vingt ou de leur organisation à double croix, les Britanniques ont pu arrêter et « transformer » des espions allemands qui ont ensuite opéré contre leurs anciens maîtres sous peine de mort. La plupart de ces espions ont coopéré avec les Britanniques pour sauver leur propre vie.

À l'atterrissage, Chapman s'est rendu à la police locale qui a fait appel aux services secrets. Chapman leur a raconté l'histoire d'avoir été recruté par l'Abwehr et a proposé de travailler pour les Britanniques à la place.

Pour les hommes du MI-5, Chapman était un candidat idéal au double cross. Il était recherché pour des crimes divers et divers qui avaient eu lieu sur le sol britannique, et ils l'avaient maintenant sur un baril. Il pouvait soit travailler avec les Britanniques, fournir de fausses informations à l'Abwehr, soit passer un temps considérable en prison. Chapman a opté pour le premier choix et a décidé de travailler avec ses compatriotes.

De la double croix à la croix de fer

Chapman a été envoyé dans une installation secrète surnommée Camp 020, où tous les agents allemands capturés ont été gardés. Le nom officiel de l'emplacement était Latchmere House, une grande maison décousue près de Ham Common dans l'ouest de Londres. C'est ici qu'Eddie apprendrait les subtilités de l'artisanat britannique, puis qu'il serait envoyé pour de futures missions.

Chapman a déclaré à ses interrogateurs que la mission principale qui lui avait été confiée par l'Abwehr était de détruire l'usine d'avions De Havilland qui a construit l'avion agile Mosquito. Le Mosquito était fait de bois, ce qui lui donnait une vitesse et une maniabilité extraordinaires. Son travail consistait à faire exploser l'usine, qui était située à Hatfield, Hertfordshire.

Les Britanniques, avec un peu d'aide d'un magicien nommé Jasper Maskelyne, ont permis à Chapman de prétendre qu'il avait fait exploser l'usine Mosquito. Maskelyne venait d'une famille connue pour son talent magique. Pendant la guerre, Maskelyne a aidé les Britanniques à tromper les Allemands en « cachant » le canal de Suez et en trompant l'ennemi lors de la bataille d'El Alamein.

Maskelyne a travaillé en étroite collaboration avec diverses composantes de l'armée britannique, y compris la section de camouflage du ministère de l'Air, pour créer une fausse série d'explosions qui, vues par des avions de reconnaissance allemands, donneraient l'impression que l'usine de De Havilland avait été détruite. Maskelyne et son équipe ont érigé de fausses bâches pour créer l'aura de dévastation complète à l'usine Mosquito. Chapman a fait sa part, en envoyant un message sans fil à l'Abwehr en utilisant son code préétabli que tout s'était bien passé. Il a écrit : « FFFFF WALTER SOUFFLÉ À DEUX ENDROITS. » Lorsque Graumann a appris la bonne nouvelle, il a envoyé un message de félicitations à son espion préféré. Pour tromper complètement les Allemands, les Britanniques ont fait en sorte qu'une fausse nouvelle sur la "destruction" de l'usine De Havilland soit publiée dans le journal Londres Express Quotidien édition du 1er février 1943. Le journal arriva à Graumann via Lisbonne, et il lut avec intérêt à quel point son maître espion avait réussi. Pour son travail exceptionnel, le gouvernement allemand a décerné à Eddie Chapman la Croix de fer.

L'affaire Zigzag

Les supérieurs et les enseignants de Chapman au Camp 020 étaient parmi les membres les plus importants des services secrets britanniques. Parmi eux se trouvaient le colonel Robin "Tin Eye" Stephens, le commandant de la base Lord Victor Rothschild, un scientifique qui a aidé Eddie avec des techniques explosives et le capitaine Ronnie Reed, qui était un expert en radios sans fil. Un officier britannique, cependant, ne voulait rien avoir à faire avec Chapman. Le major Michael Ryde était, dans le langage des espions, l'officier responsable de Chapman, et les deux se sont immédiatement pris d'aversion. Ryde n'aimait pas le fait que Chapman était un ivrogne qui aimait fréquenter les bars de Londres à la recherche de prostituées. Il a déclaré que Chapman "semblait le plus mécontent au moment où il était expansif, de mauvaise humeur et certainement peu recommandable". Ryde a écrit à Thomas Robertson, qui a gardé Chapman tout au long du séjour de ce dernier en Angleterre, moment." Les supérieurs de Ryde lui ont rapidement fait voir les choses différemment.

Lorsqu'il n'exerçait pas son métier secret, Chapman trouva le temps de courtiser un certain nombre de femmes, dont il se souciait beaucoup. Il est tombé amoureux d'une belle Norvégienne, qui était aussi un agent allemand, du nom de Dagmar Lahlum, et il a travaillé avec elle lorsqu'il a été envoyé en Norvège par Graumann. Il confia plus tard à Dagmar qu'il était un agent britannique, un aveu qu'elle garda pour elle-même. Une autre chérie était Freda Stevenson, qui a eu un bébé - nommé Diane - avec Eddie. Après la fin de la guerre, Eddie épousa Betty Farmer, qu'il avait abandonnée à l'Hôtel de la Plage à Jersey quelques années plus tôt.

Lorsque l'Abwehr a ordonné à Chapman de retourner en Allemagne, il l'a fait avec la bénédiction du gouvernement britannique. Il a ensuite passé quelque temps dans une école d'espionnage à Oslo, en Norvège, où il a rencontré Dagmar et a appris à naviguer sur un yacht.

À un moment donné, Chapman a offert ses services pour tuer Adolf Hitler en faisant exploser une bombe alors qu'il assistait à un rassemblement. Il semble que le Dr Graumann ait proposé d'emmener Chapman à l'un des rassemblements d'Hitler et de lui obtenir une place au premier rang. Graumann, qui n'aimait pas Hitler ou les nazis, offrait-il Chapman comme un assassin qui mourrait sûrement dans toute tentative d'assassinat contre Hitler ? Quand il a parlé de son plan à Ronnie Reed, Reed lui a dit que cela conduirait presque certainement à sa propre mort. Chapman a répondu: "Ah, mais quelle issue."

L'affaire Zigzag a été portée à la connaissance du Premier ministre britannique Winston Churchill via Duff Cooper, qui était un membre dirigeant de l'establishment du renseignement. Cooper a déclaré qu'il avait longuement discuté de Zigzag avec le Premier ministre qui a montré un intérêt considérable pour l'affaire.

L'agent Zigzag prend sa retraite

En 1944, Graumann dit à Chapman qu'il allait être renvoyé en Angleterre pour une autre mission de renseignement. L'Abwehr ne se rendait toujours pas compte que Chapman travaillait pour le renseignement britannique, et la nouvelle mission de Chapman était d'en apprendre le plus possible sur les derniers efforts de la Grande-Bretagne pour suivre les sous-marins allemands. He was also to obtain, if possible, the apparatus used by the Royal Air Force in its new night fighters. Lastly, he was tasked to report on the effectiveness of the V-1 buzz bomb attacks against British cities. Chapman fed false information to Germany that reduced the effectiveness of the V-1 and, later, the V-2 rocket attacks.

An expressionless Eddie Chapman awaits placement in a jail cell in this unflattering mugshot.

On June 29, 1944, Chapman was dropped by a German plane over England near the town of Cambridge. As in his first landing, he met with the local police who then made contact with London. Chapman told his handlers about his new mission, and an elaborate disinformation campaign was launched to fool the men in Berlin.

By now, Agent Zigzag was growing irritable and tense. He wanted to go back to Paris and continue his undercover operations. That request was vetoed by MI-5, and it was decided after much heated debate that Chapman’s role as a double agent should end. In November 1944, Agent Zigzag was informed that his services were no longer needed by the British government. Eddie left with 6,000 pounds in cash from the British along with 1,000 pounds that remained from the money given to him by the Abwehr. When Graumann failed to hear from Chapman after several long months of waiting, he believed that his prize agent had been either killed or captured.

Back to His Old Ways

After the war ended, Chapman returned to his career in crime. He dabbled in black market activities and the protection rackets in London, rejoining his old friends from years before. He and Betty had a daughter named Suzanne, born in October 1954. He illegally transported gold across the Mediterranean and bought a share in a ship called the Flamant, which was used for illegal activities. In the 1960s, the family moved to South Africa.

In 1966, Eddie wrote his memoirs, The Real Eddie Chapman Story, leaving out much of the juicy material that would become public much later. His life story was made into a movie called Triple Cross starring Christopher Plummer. Agent Zigzag died in December 1997, at the age of 83, closing the book on a unique espionage story of World War II.

Peter Kross is the author of Spies Traitors and Moles et The Encyclopedia of World War 2 Spies. His new book,Target Fidel, is scheduled for publication this year.

Commentaires

Do you have any info on Eddie Chapman’s time in South Africa please


Contenu

Stuart began his professional career with Rangers of Johannesburg, where he won the South African Cup, before joining English First Division side Wolverhampton Wanderers in January 1951. After spending time in the reserves, he made his senior debut on 15 April 1952, scoring in a 4–1 loss to Black Country rivals West Bromwich Albion. A visit to his homeland saw him contract a tropical disease that hospitalised him and put him out of action for over a year. ΐ] He returned to the first team for the final months of the 1953–54 season that brought Wolves their first-ever league championship. He remained in the starting team over the remainder of the decade, adding two further league titles, and becoming club captain in 1959 following the retirement of Billy Wright. ΐ]

In Summer 1962 Stuart joined Stoke City for £8,000. Α] His first season with the club saw them win the Second Division title in 1962–63, and he remained for their return in the top flight. Ώ] He played 30 matches for Stoke in 1963–64 as they consolidate their top-tier status. Ώ] He moved to Tranmere Rovers for £4,000 in 1964, and later served Stockport County, where he won the Fourth Division title. He then had a brief spell in management as he became player-manager of non-league Worcester City in 1968, but left the club when he retired from playing in December 1971. After leaving the game, he ran a string of hairdressing salons around the Wolverhampton area.

Stuart died on 4 November 2014 in Wrexham, Wales aged 83 following a long illness. ΐ]


Contenu

Edwards was born in Cheltenham, Gloucestershire. His family calls him by his given name, Michael. "Eddie" is a nickname derived by schoolfriends from his surname. [3] After a taste of skiing on a school trip aged 13, he developed his skills on dry slopes, then worked for a season at Glenshee in Scotland. [4] Having not made the grade as a downhill skier, he switched to ski jumping as there were no other British ski jumpers with whom to compete for a place. [5]

Edwards began jumping under the supervision of John Viscome and Chuck Berghorn [6] in Lake Placid, New York, using Berghorn's equipment, although he had to wear six pairs of socks to make the boots fit. He was disadvantaged by his weight—at about 82 kg (181 lb, 12st 13lb), more than 9 kg (20 lb) heavier than the next heaviest competitor—and by his lack of financial support for training, being totally self-funded. [7] Another problem was that he was very nearsighted, wearing thick glasses under his goggles, which would mist up at altitude. [7]

Edwards first represented Great Britain at the 1987 World Championships in Oberstdorf in Bavaria, West Germany, and was ranked 55th in the world. This performance qualified him as the sole British applicant for the 1988 Winter Olympics ski jumping competition. He received confirmation of his qualification for the games while working as a plasterer and temporarily residing in a Finnish mental hospital, due to lack of funds for alternative accommodation rather than as a patient. [8]

Edwards' jump of 71m at Calgary in the Winter Olympics was then a British record (now 134.50m held by Halifax-born Sam Bolton). His Olympic jump still puts him sixth on the all-time list of British ski jumpers.

During the 1988 Winter Olympics in Calgary, Edwards competed in and finished last in both the 70 m and 90 m events. In the 70 m, he scored 69.2 points from two jumps of 61.0 m second-last Bernat Solà Pujol of Spain scored 140.4 points from 71 m and 68.5 m jumps winner Matti Nykänen of Finland had 229.1 points from 89.5 m jumps. In the 90 m, Edwards scored 57.5 points from 71 m and 67 m jumps second-last Todd Gilman of Canada had 110.8 points from 96 m and 86.5 m Nykänen won again, with 224 points from 118.5 m and 107 m. [9]

From the beginning, the press version of his story was "embroidered with falsehoods". [10] "They said I was afraid of heights. But I was doing sixty jumps a day then, which is hardly something someone who was afraid of heights would do." [dix]

His lack of success endeared him to people around the globe. He subsequently became a media celebrity and appeared on talk shows around the world, appearing on The Tonight Show during the Games. The press nicknamed him "Mr. Magoo", and one Italian journalist called him a "ski dropper". [11]

At the closing ceremony, the president of the Organizing Committee, Frank King, singled out Edwards for his contribution. King said, looking at the competitors, "You have broken world records and you have established personal bests. Some of you have even soared like an eagle." [12]

"Eddie the Eagle" Rule Edit

Following the widespread attention that Edwards received in Calgary shortly after the Olympics finished, the entry requirements were made stricter, making it nearly impossible for anyone to follow his example: the International Olympic Committee (IOC) instituted what became known as the Eddie the Eagle Rule, which requires Olympic hopefuls to compete in international events and be placed in the top 30% or the top 50 competitors, whichever is fewer. [13]

Edwards failed to qualify for the 1992 Winter Olympics in Albertville, France, and the 1994 Games in Lillehammer, Norway. He got a five-year sponsorship from Eagle Airlines, a small British charter company, to support his attempt to reach the 1998 Games in Nagano, Japan, but failed to qualify for those as well. [dix]

On 13 February 2008, Edwards made a return visit to Calgary to take part in festivities marking the twentieth anniversary of the Games. During his visit, he rode the zip-line at Canada Olympic Park with a member of the Jamaican bobsled team (the ride simulates the speed of a ski-jumper) and led a procession of skiers down the slopes of the park while carrying an Olympic torch. [14] [15]

Edwards was chosen as a torchbearer in the relay for the 2010 Vancouver Olympics. He ran with the torch on 7 January 2010 in Winnipeg. [16]

Edwards released a book (and a video) called On the Piste. [17] In 1991, he recorded a single in Finnish entitled "Mun nimeni on Eetu" ("My name is Eetu"), B-sided with "Eddien Siivellä" ("On Eddie's Wing") though he does not speak Finnish. Edwards learned the lyrics phonetically and the song reached no.2 in the Finnish charts. [18] The songs were written by Finnish singer Irwin Goodman. [19]

In the same year (1991), Edwards completed a charity ski jump at a ski slope in Christchurch, Dorset. He raised £23000.00 for BBC Children in Need by jumping over 10 cars using a ski jump made of scaffolding.

Edwards appeared in a number of advertising campaigns, e.g. on television, promoting cars, and commanded fees of £10,000 an hour. Nevertheless, he declared bankruptcy in 1992, claiming that a trust fund for his earnings was not set up properly. [20] In 2003, he graduated from De Montfort University in Leicester with a degree in law. [21] "I've been interested in law since taking out a civil action against my trustees 10 years ago," he said in a 2001 interview. [22]

On 25 February 2012, he appeared as a competitor on episode 2 of BBC1's Let's Dance for Sport Relief, 2012 and got through to the final on most public votes. His performances were accompanied by the Royal British Legion Band & Corps Of Drums Romford. [23]

In 2013, he won the first series of the British celebrity diving programme Splash!, mentored by Tom Daley. [24]

In January 2014, he commentated on the Channel 4 TV programme The Jump, [25] where 12 famous people took part in winter sports. [26] As part of each episode, Edwards jumped off the largest of three ski jumps. In the same year, he appeared as a guest on the ITV2 comedy show Fake Reaction.

In 2017, he returned to the ski jumping facilities at Canada Olympic Park, where he had taken part in the Olympics in 1988, to make some jumps that were his first in over 15 years. [27]

In 2021, Edwards appeared on the UK version of The Masked Dancer masked as Rubber Chicken. He was the fourth celebrity to be unmasked.

A biopic chronicling the life story of Edwards had been planned by Irish director Declan Lowney since 2007. Comedian Steve Coogan was originally chosen for the title role, [28] but in 2009 Lowney announced that Rupert Grint would instead play the part. The film was scheduled to begin production once Grint completed work on Harry Potter and the Deathly Hallows – Part 1 et Part 2, but did not go ahead. [29]

In March 2015, it was announced that 20th Century Fox had acquired the film, with Taron Egerton and Hugh Jackman starring and Dexter Fletcher directing, from a screenplay by Sean Macaulay and Simon Kelton. [30] [31] [32] Egerton would portray the adult Eddie "The Eagle" Edwards, Tom and Jack Costello younger versions of Edwards, while Jackman would portray his coach, Bronson Peary. It was later announced that Christopher Walken had also joined the film, portraying the role of Bronson Peary's mentor. [33]

The film, Eddie the Eagle, was released in early 2016 and grossed a worldwide total of $46.1 million. In the UK, it grossed $12.8m making it the highest grossing British film of 2016. [34] On Rotten Tomatoes, the film has a rating of 82% based on 197 reviews, with an average rating of 6.5/10. [35]


Personnalité

Eddie is a playful, energetic human being. He is nice around others, sweet, and caring. However, he can be a little overprotective when it comes to danger around other tree friends. He is also very brave and does not give up without a fight. He is also rather uneducated in school, since he is too busy with other things like training, video games, and not caring for school. Not to mention, he has ADHD (attention deficit hyperactivity disorder). He can be patient, but only when he is in fights.

Physical description

Eddie is a fair-skinned, brown-haired 8-year old human boy. Being a human, Eddie lacks certain animal attributes like a tail. While he has Pac-Man-shaped pupils, his nose is not heart-shaped and he lacks buckteeth. He wears red headband and shirt, blue pants and shoes, and a yellow sheathe where he keeps his sword in.

Des relations

Cuddles and Toothy are Eddie's first friends. After a long stay with the tree friends, he managed to be friends with Giggles, Nutty, Flaky, Flippy, Lumpy, and many more.

Unsurprisingly, Eddie is susceptible to Fliqpy's attacks. He is also against Bowser and anyone affiliated with him, including the Tiger General, Lifty, and Shifty. Apparently, he does not get along with Petunia.


Eddie Would Go : The Story of Eddie Aikau, Hawaiian Hero and Pioneer of Big Wave Surfing

In the 1970s, a decade before bumper stickers and T-shirts bearing the phrase Eddie Would Go began popping up all over the Hawaiian islands and throughout the surfing world, Eddie Aikau was proving what it meant to be a "waterman." As a fearless and gifted surfer, he rode the biggest waves in the world as the first and most famous Waimea Bay lifeguard on the North Shore, he saved hundreds of lives from its treacherous waters and as a proud Hawaiian, he sacrificed his life to save the crew aboard the voyaging canoe Hokule'a.

Eddie Would Go is the compelling story of Eddie Aikau's legendary life and legacy, a pipeline into the exhilarating world of surfing, and an important chronicle of the Hawaiian Renaissance and the emergence of modern Hawaii.

"Splendid. clear and fascinating."--Greg Ambrose, Chronique de San Francisco

"Enlightening. an impressive history. of surfing. of Hawaiian culture both at home and across the world."--Matt Walker, Surfing Magazine

"Eddie Aikau's life is a story waiting to be told, and it could not have been told any better than in Stuart Coleman's Eddie Would Go. This is a bestseller in the same way as the The Perfect Storm."--Peter Cole, Big-Wave Surfing Pioneer

"It's amazing the impact Eddie had on the surfing world and Hawaii. It touches the community at a real grass-roots level."--Kelly Slater, World Champion Surfer

"A meaningful biography of a surfing hero. extraordinary."
-Terry Rogers, The San Diego Union-Tribune

"Coleman, a surfer himself, does an admirable job of de-mystifying this remarkable man."
-Terry Tomalin, The St. Petersburg Times