Musée archéologique de Délos

Musée archéologique de Délos

Le musée archéologique de Delos contient des découvertes du site du patrimoine mondial de l'UNESCO de Delos en Grèce. Habité depuis la préhistoire, Délos était un ancien site saint grec, qui aurait été le lieu de naissance de la divinité Apollon.

Parmi sa collection, le musée archéologique de Delos abrite une gamme de poteries, d'objets funéraires et de stèles ainsi que des mosaïques et des bijoux. L'une des expositions les plus célèbres du musée archéologique de Delos sont les statues de lion de la terrasse des lions.

Alors que de nombreuses expositions se rapportent à la période grecque antique, le musée archéologique de Delos présente des pièces remontant au 25ème siècle avant JC, offrant un aperçu de l'île depuis sa première habitation.

Histoire du musée archéologique de Délos

En 1872, l'école française d'Athènes a commencé ses fouilles de l'île de Délos où se trouvait l'ancien site sacré grec. Le projet était de grande envergure – même aujourd'hui – et comme le nombre d'artefacts trouvés augmentait, un musée sur place a été construit en 1904 par la Société archéologique d'Athènes pour abriter les différentes découvertes archéologiques. Les 5 salles du musée ont depuis été agrandies à 9.

Musée archéologique de Délos aujourd'hui

Aujourd'hui, toute visite du site archéologique de Délos ne serait pas complète sans un arrêt au musée archéologique de Délos pour explorer certains des éléments qui donnent vie à l'ancien sanctuaire. De la première habitation de l'île au 25ème siècle avant JC au 1er siècle avant JC, la collection de poterie ancienne documente la longue histoire de l'île.

Un point culminant particulier sont les mosaïques étendues et bien conservées datant du 1er siècle avant JC de la maison de Dionysos. Le dieu est représenté avec des ailes déployées, chevauchant un tigre qui porte un collier de vignes et de raisins autour de son cou. Il y a aussi bien sûr des vestiges de sculptures d'Apollon, dont une main colossale, faisant autrefois partie d'une statue datant de 600 avant JC et dédiée par Naxos.

En fin de compte, ce petit musée est un élément essentiel pour comprendre l'importance culturelle du site de Délos et constitue une excellente occasion de se protéger du soleil après une promenade dans le parc archéologique.

Se rendre au musée archéologique de Délos

Délos est une petite île de la mer Égée grecque. Pour vous y rendre depuis Mikonos, remontez la côte jusqu'au nouveau port de Mikonos avant de prendre le ferry Delos - Mikonos (environ une heure). Port Delos se trouve à côté du site archéologique et à 20 minutes à pied du musée.


Musée archéologique de Délos - Histoire

L'histoire de la collection

Le Musée national d'archéologie abrite la plus grande et l'une des plus importantes collections de sculptures de l'antiquité grecque au monde, datant du VIIe siècle av. La formation de la collection a été initiée en 1829 avec la fondation du musée d'Égine, alors que plus tard, elle comprenait des sculptures en marbre et en pierre provenant des collections archéologiques publiques d'Athènes, des fouilles et des acquisitions de la Société archéologique d'Athènes ainsi que d'autres régions. du monde grec. La collection comprend environ 17.000 œuvres, dont 1.000 sont exposées dans les salles 7-34 au rez-de-chaussée du bâtiment, dans l'atrium et la salle de la collection chypriote, dans la salle 64 à l'étage supérieur, tandis que ces sculptures en stockage sont accessibles aux chercheurs. Des sculptures individuelles sont également exposées dans la collection égyptienne, la collection de vases et la collection Stathatos.

Parcourir l'exposition

L'aube de la sculpture à l'époque historique : VIIIe-Ve siècle av. J.-C. (salles 7-14)

Au VIIIe siècle av. Jeux (776 av. J.-C.).

A partir du VIIe siècle av. J.-C., les anciens temples en bois sont progressivement remplacés par des structures en pierre ornées de sculptures architecturales, comme les reliefs du temple d'Athéna à Mycènes (n° 2869, salle 7). Au cours de la même période, les anciennes statues en bois (qui étaient en fait des images en forme de planche, appelées xoana) ont également été remplacées par leurs homologues en pierre, qui ont néanmoins conservé la forme traditionnellement rigide et austère, comme la statue d'Artémis dédiée par Nikandre de Naxos (“Dédicace de Nikandre”) au temple d'Apollon sur Délos (no 1, salle 7). La même pose rigide se retrouve sur des sculptures plus petites représentant la figure humaine, comme celles en ivoire (n° 776, salle 7) et aussi sur les monuments funéraires (tombeau), comme le monument des frères Dermys et Kit(t) ylos, représentés s'embrassant étroitement, qui avaient été installés sur leur tombe à Tanagra en Béotie par leur père Amphalkes (n° 56, salle 8). De même raide est la pose des figures féminines qui pleurent une femme décédée sur sa bière illustrée sur la grande amphore en argile qui a également servi de pierre tombale (sema) au cimetière du Kerameikos dans un rendu différent du cadavre d'une personne éminente (pas d'A804, salle 7).

Des statues de marbre étaient dédiées aux temples ou montées sur les tombes de personnes importantes comme pierres tombales (semata). Ces statues, les Kouroi ou Korai (jeunes et jeunes filles), créées au 6ème siècle avant JC, sont représentées frontalement avec un mouvement restreint, mais elles nous sourient toutes. Les Kouroi sont représentés debout, les bras tendus vers le bas sur le côté de leur torse, le pied gauche légèrement avancé. Ils sont généralement nus, l'accent est mis sur le modelé des muscles mais certains d'entre eux sont représentés en sandales peintes, comme dans le cas du grand Sounion Kouros qui y avait été dédié au sanctuaire de Poséidon (n° 2720, salle 8 ). Plusieurs exemples de Kouroi suivent dans les salles suivantes parmi les plus importants sont les Kouroi du Kerameikos (no 3372, salle 11), de Myrhinnous (dème attique, aujourd'hui Merenda) (no 4890, salle 11), de Volomandra (no 1906, salle 11) et l'Anavyssos Kouros en Attique (représentant Kroisos mort au combat, n° 3851, salle 13), du sanctuaire d'Apollon au mont Béotien Ptoon (n° 20, salle 13), ainsi que le dernier Kouros de la Collection, Aristodikos, de Mesogeia (n° 3938, salle 13). Le seul Kouros représenté vêtu a été trouvé sur le lit de la rivière athénienne Ilissos (n° 3687, salle 13). Des socles de Kouroi décorés de représentations en relief de sports et de jeux ont peut-être été installés au-dessus des tombes d'athlètes (n° 3476, 3747, salle 13). Les Korai sont représentés debout soulevant leur vêtement d'une main, tandis que l'autre main porte soit un bouton floral, soit un fruit devant leur poitrine. Le Kore le plus ancien et le mieux conservé de la Collection est Phrasikleia qui a été déterré avec le Kouros de Myrrhinous et est représenté portant des bijoux et des péplos rouges (no 4889, salle 11), tandis que deux Korai de l'Acropole d'Athènes (BE 15, 16, Salle 13) suivent, ainsi que le Kore d'Eleusis (no 26, salle 14). Les monuments funéraires sculpturaux de l'époque pouvaient également prendre la forme de très hautes stèles (jusqu'à 4,5 m de hauteur) (n° 2687, salle 11) couronnées de la statue d'un sphinx, créature mythologique à tête de femme et le corps d'un lion ailé (salle 11). Dans la phase de transition vers la période classique, des statues de bronze ont également été coulées, telles que Poséidon qui a été récupérée dans les fonds marins au large de la côte sud de la Béotie. La statue qui avait été dédiée au dieu, selon l'inscription retrouvée à la base, le montre tenant son trident à la verticale (no X11761, salle 14). Dans les temples de l'époque les frontons (la partie triangulaire en haut de la façade d'un bâtiment sous le toit) sont décorés de scènes de batailles à plusieurs figures, comme dans le cas du temple d'Athéna Aphaia sur Egine (salle 14) .

La sculpture de la période classique – 5ème et 4ème siècle avant JC (salles 15-28 et 34)

Au 5ème siècle avant JC la démocratie était déjà établie à Athènes (en 508 avant JC par Clisthène) et les Grecs affrontèrent l'invasion des Perses, la plus grande puissance militaire de son époque. Les victoires aux batailles de Marathon et de Platées, ainsi que la bataille navale de Salamine, ont entraîné une ère de créativité intellectuelle, de prospérité matérielle et de consolidation démocratique sous la direction de Périclès. Athènes est devenue le centre dans lequel des sculpteurs, parmi d'autres artistes, sont arrivés d'autres régions, contribuant ainsi à l'embellissement des bâtiments et des monuments de la ville avec des œuvres de haute qualité et d'originalité.

Au début de cette période, la sculpture conquiert la troisième dimension. L'une des œuvres en bronze les plus rares conservées est la statue de Zeus ou Poséidon qui a été récupérée dans les fonds marins au large du cap Artémision en Eubée et représentant soit Zeus tenant la foudre, soit Poséidon portant son trident (no X15161, salle 15).

À l'apogée du 5ème siècle avant JC, les grands sculpteurs ont puisé leur inspiration dans le corps humain conférant une beauté idéale (idéalisée) et une signification spirituelle. Le grand relief qui montre les trois figures principales du culte du mystère dans le sanctuaire d'Eleusis : Déméter, Perséphone et le jeune héros Triptolème (n° 126, salle 15) a été retrouvé à Eleusis. À côté du relief se trouve la tablette d'argile “Ninnion” qui a été dédiée au même sanctuaire par une femme fidèle nommée (la) Ninnion (no A11036, salle 15). De la statue de Némésis, attribuée au sculpteur Agoracritus, qui était vénérée à Rhamnous, une copie romaine est conservée (n° 3949, salle 19). Une œuvre de son maître, l'Athénien Phidias, était la statue chryséléphantine d'Athéna Parthénos (en ivoire et en or) sur l'Acropole d'Athènes. De l'immense œuvre qui mesurait 12 mètres de haut, une petite version romaine est conservée, enduite de marbre (n° 129, salle 20). La statue en marbre de "Diadoumenos" de Délos représentant un athlète qui attache le ruban de la victoire autour de son front qui était autrefois doré est une copie hellénistique tardive de l'œuvre originale en bronze de Polykleitos d'Argos (n° 1826, salle 21).

Des temps difficiles suivirent associés à la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.), la guerre civile entre Athènes et Sparte. L'érection de monuments funéraires qui avaient été interdits dans le passé par la loi pour des raisons politiques et économiques a été à nouveau autorisée pour les victimes de la guerre et de la peste (épidémie) qui a éclaté au début du conflit. On rencontre fréquemment de grands vases de marbre à symbolique particulière (salle 16), ou de simples stèles, comme celle qui représente un jeune homme tenant l'oiseau qu'il vient de sortir de sa cage, peut-être dans un geste symbolique qui signifie l'émancipation du âme de son cadavre (n° 715, salle 16). Parfois, ils prennent la forme d'un naiskos (petit temple) à l'intérieur duquel la défunte est représentée, comme la stèle d'Hégéso du Kerameikos qui est représentée assise devant son esclave attristée (n° 738, salle 18).

La fin de la guerre a signalé la direction spartiate, mais bientôt Athènes et Thèbes ont retrouvé leur force, jusqu'à ce que l'hégémonie panhellénique soit revendiquée avec succès par les rois macédoniens Philippe II et Alexandre le Grand. De grands centres urbains grecs se sont développés, alors qu'en sculpture, des écoles locales représentées par d'éminents sculpteurs avaient déjà été créées avant la fin de la guerre. La sculpture s'inspire du riche mouvement du drapé qui suit le mouvement du corps, comme dans le cas des figures féminines du sculpteur du Péloponnèse Timothée destinées au temple d'Asclépios à Epidaure (salle 22). Skopas de Paros a entrepris la construction du temple d'Athéna Alea à Tegea en Arcadie (salle 28). Praxitèle, fils du sculpteur athénien Céphisodote, a réalisé des œuvres nues et sensuelles, tandis que l'éphèbe (jeunesse) en bronze récupéré dans la mer au large de Marathon (n° X15118, salle 28) a été attribué à son école. L'éphèbe de bronze récupéré en mer au large d'Anticythère (n° X13396, salle 28) s'inscrit dans la tradition établie par Polyclète. Lysippe avait créé la statue d'Hercule appuyé contre sa massue, dont une copie est la figure surdimensionnée d'Hercule découverte dans le naufrage d'Anticythère et est maintenant exposée dans l'atrium. Nous sommes surpris par sa surface sombre, en raison des polluants et de la corrosion causée par l'eau de mer, ce qui fait qu'il est difficile d'imaginer qu'il était en fait fait de marbre de Parian brillant.

Au cours de la période classique, un large éventail de reliefs ont été créés qui incorporaient également les textes des décrets émis par la ville d'Athènes (salle 25) ou prenaient la forme d'une grotte (salle 25) ou de parties du corps humain (salle 26, vitrine) .

Sculpture hellénistique : fin IVe - début Ier siècle av. J.-C. (salles 29-30 et 34)

La période dominée par les Diadochi (successeurs) d'Alexandre le Grand et leurs royaumes qui s'étendaient à travers la Grèce, l'Asie et l'Égypte est appelée hellénistique. De nouveaux grands centres urbains ont émergé, comme Pergame, Antioche et Alexandrie. Les citoyens de ces royaumes ont connu un caractère cosmopolite qui a été encore renforcé par l'utilisation généralisée d'une langue commune, la koine hellénistique, une forme simplifiée du dialecte attique. La conduite éthique des citoyens a été influencée par de nouveaux mouvements philosophiques, tandis que les quêtes religieuses ont conduit à la consolidation de cultes à mystères qui appelaient à l'initiation pour que les fidèles atteignent désormais le salut personnel.
Dans la sculpture, de nouveaux ateliers locaux et des sculpteurs renommés qui ont rendu les figures de manière réaliste, représentant leurs caractéristiques personnelles, sont venus au premier plan. A Lykosura en Arcadie, Damophon de Messène a créé une composition de 6 mètres de haut (y compris le socle) : Déméter et Despoina sont vénérés assis sur un trône commun flanqué d'Artémis et d'Anytus, l'un des Titans, (salle 29). A Aigeira en Achaïe, l'Athénien Eukleides a créé la statue colossale de Zeus intronisé, connue de nous par sa représentation sur des pièces de monnaie, mais malheureusement, seule la tête et un bras sont conservés (nos 3377 et 3481, salle 30). Le groupe d'Aphrodite et Pan, peut-être dédié par un nommé Dionysios de Beyrouth, a été déterré à Délos : la déesse souriante, aidée par l'Eros volant brandit sa sandale contre Pan aux pieds de chèvre érotique qui l'agresse (no 3335, salle 30). Le cheval de course de bronze avec son jeune cavalier (“”The Artemision Jockey””) a été soulevé de la mer au large du cap Artemision en Eubée (no X15177, salle 34).

Sculpture romaine : 1er siècle avant JC - 5ème siècle après JC (salles 31-33)

À partir du IIe siècle av. J.-C., la Grèce a été progressivement conquise par les Romains jusqu'à leur domination éventuelle en 31 av.

Le programme de construction conçu pour la capitale de l'Empire romain a eu un double impact : dans un premier temps, les cités grecques ont été dépouillées de leurs trésors artistiques qui ont été transférés comme butin à Rome et, parallèlement, certains artistes ont déménagé dans la ville. Par la suite, de nouveaux ateliers locaux ont été créés afin de satisfaire la demande de copies d'œuvres classiques et hellénistiques. Plus tard, au IIe siècle après J.-C., Athènes redevint un centre artistique, principalement grâce à la faveur particulière dont les empereurs philhellène Hadrien et Antonin le Pie lui avaient témoigné. La production Néo-Attique émerge ainsi avec principalement des reliefs décoratifs (panneaux de marbre suspendus au mur) (n° 5147, salle 31), des sarcophages en marbre (n° 1186, salle 32) et des trapezophora (supports de table en marbre) (n° 2706, salle 33) .

L'administration romaine a été promue à travers l'art et particulièrement la sculpture, avec la réalisation de portraits de l'empereur, des membres de sa famille mais aussi de dignitaires ou d'érudits, tels qu'ils sont successivement exposés, regroupés par dynastie. La statue équestre en bronze d'Octave Auguste récupérée de la mer entre l'Eubée et Hagios Eustratios (n° X23332, salle 31) et le portrait du compagnon d'Hadrien Antinoüs, le beau jeune homme qui s'est noyé dans le Nil (n° 417, salle 32) sont nettement distingué

Collection Chypriote (Salle 64)

La collection chypriote a été constituée de dons et de confiscations et se compose, entre autres, de 160 sculptures en pierre chypriote locale. La tête d'un jeune homme barbu aux cheveux imitant ceux du Kouroi ionien (n° 1832) et la tête d'une déesse coiffée d'un kalathos et de somptueux bijoux (n° 66) font partie des pièces les plus remarquables.

Dr Despina Ignatiadou, archéologue
Conservateur en chef de la collection de sculptures
Musée Archéologique National

Statue : figure grandeur nature d'une personne ou d'un animal en pierre, métal ou autre matériau
Statuette : figure d'une personne ou d'un animal, plus petite que nature, en pierre, métal ou autre matériau
Relief : sculpture sur laquelle des formes et des figures se détachent de la surface plane d'une plaque
Votive : œuvre dédiée à un temple ou un sanctuaire
Sculpture architecturale / relief : œuvre sculpturale qui faisait partie de la décoration d'un bâtiment
Éléments architecturaux : partie d'un bâtiment en pierre
Autel : structure sur laquelle sont offerts les sacrifices
Monument funéraire / statue / relief / stèle : monument funéraire, borne d'une tombe
Temps historiques : la période de l'histoire humaine documentée par des documents écrits
Kouros et Koré : statue d'un jeune homme nu debout ou d'une jeune femme drapée debout, rencontrée au VIe siècle
Plastique = sculpture
Buste : sculpture de la tête et de la poitrine d'un personnage Portrait : tête sculptée en ronde-bosse restituant de manière réaliste les traits de la personne représentée
Sarcophage : cercueil en pierre
Stèle : grande plaque oblongue


Musée archéologique de Délos

Peu importe les tentatives, l'exercice, la randonnée, le vélo --- un back-end comme celui-ci ne se produit tout simplement pas. Et penser, ce bel exemple, est resté serré et tonique depuis environ le 2ème siècle avant JC.

À quelques minutes en ferry de la magnifique et colorée île de Mykonos se trouve l'île abandonnée étrangement captivante de Délos avec ses 1 1/2 milles carrés regorgeant de ruines. Les légendes prétendent qu'Apollon est né sur cette île sacrée près du mont Kynthos.

L'île est maintenant inhabitée par des âmes vivantes, mais toute la région regorge de sites à voir et d'histoires à raconter sur les anciens. Promenez-vous dans toute l'île pour voir des mosaïques étonnantes, l'avenue des Lions, un théâtre antique et de multiples sanctuaires dédiés à Apollon, Dionysos et autres dieux. N'aimez-vous pas le mot "sanctuaire ?" Je sais que je le fais.

Promenez-vous dans le musée archéologique pour voir les belles fesses anatomiques de la photo. Ça donne juste envie de lui donner une petite tape, n'est-ce pas?


Musée archéologique de Délos

Musée de Délos érigé en 1904 aux frais de la Société archéologique d'Athènes. Le bâtiment d'origine comprenait les cinq salles de classe occidentales, ainsi que plusieurs autres en 1931 et 1972. Au cours de la même période, des changements énormes, mais malheureux, ont été apportés à l'apparence du bâtiment.
Le présent rapport contient neuf galeries : dans six d'entre elles, les sculptures et reliefs trouvés sur Délos, l'une des meilleures collections au monde. Deux salles de classe pour inclure la poterie préhistorique et les années ysteroellinistikon et une autre miniature diverses trouvées dans les maisons privées de Délos. Le rapport n'est pas encore complet.

Les expositions comprennent :

Statues et colonnes d'Epitymvia du 7 ème – 1 er siècle avant JC
Vases d'instruments du 3 e millénaire – 1 er siècle av.
Idoles 2 e – 1 er siècle av.
Bijoux et petits objets du 2 ème – 1 er siècle avant JC
Mosaïques du 2 e – 1 er siècle av.
Principales expositions : assiette avec relief en ivoire du guerrier Mykinaiou qui a été trouvée dans le torse d'Artemision Kouros du temple d'Apollon, amas de marbre Vorrea qui représente la princesse d'Attique Oreithyia et était le temple d'Athènes, statues Dioskouridi et sa femme, Cléopâtre — Athéniens vivant à Délos – trouvé au domicile du couple, dans le domaine du théâtre, statue d'Apollon dans la presse du Lycée de Praxitèle Apollon – le dieu basé dans le tronc d'un arbre et clique sur les boucliers gaulois – du quartier du théâtre, façade en bronze barbu de Dionysos qui diadima corps et couronne de lierre et trouvé au sud du Marché Kompetaliaston, albâtre corinthien – un vase à huile parfumée avec un Potnias Thiron entre deux cygnes – trouvé à Iraio , statue de Kouros à piédestal triangulaire à tête – avec tête en relief écrasée dans un coin gorgoneia et les deux autres – du temple d'Apollon, fille archaïque – voile corps zosmeno au milieu, qui est décoré au milieu le de la façade avec un film vertical gravé en double méandros – trouvé dans le temple d'Apollon et est considéré comme l'un des plus anciens grands plastiques existants, une fresque du mur extérieur d'une maison dans la région où Skardana représenté par Hercule, et deux pygmachoi la forme masculine joue de la flûte ou de la trompette.

Tél 22890 au 22259, sur le site archéologique de Délos.

Des billets
Intact : 5 €, Tarif réduit : 3 €

Calendrier des entrées gratuites

– 6 mars – Mémoire Melina Mercouri
– 5 juin – Journée mondiale de l'environnement
– 18 avril – Journée internationale des monuments
– 18 mai – Journée internationale des musées
– Le dernier week-end de septembre, chaque année (Jeudi Patrimoine Culturel)
– les dimanches de la période du 1er novembre au 31 mars
– Les jours fériés officiels de l'État
– Le premier dimanche de chaque mois, sauf pendant les mois de juillet, août et septembre (lorsque le premier dimanche est férié, le jour d'entrée détermine le deuxième dimanche.)
– 27 septembre, Journée mondiale du tourisme
– Les personnes éligibles au « free-pass » valident trois ans, avec droit de renouvellement.

Personnes ayant droit à un droit d'entrée inférieur

– Les participants aux conférences internationales après approbation du Directeur Général des Antiquités et du Patrimoine Civique
– Participants aux visites organisées par les intérimaires’
– Sessions parents dans les écoles visites éducatives Enseignement primaire
– Seniors, membres de l'Union européenne âgés de plus de 65 ans, sur présentation d'une carte d'identité ou d'un passeport
– Étudiants hors UE

Personnes ayant droit à l'entrée gratuite

– Journalistes avec carte d'identité ESIEA
– Entrée sans bulletin pour les titulaires
– Identité spécifique des titulaires-État ICOM – ICOMOS
– Les membres, entreprises et associations des Amis des musées et des sites archéologiques en Grèce présentent une carte de membre approuvée
– Membres de KAPI en présentant la Carte Culture
– Des écoliers jusqu'à 19 ans accompagnés par des agents éducatifs orientés vers l'enseignement orienté A, B et C (Licences collectives accordées par le ministère grec de la Culture)
– Membres du Parlement grec
– Les jeunes jusqu'à 19 ans sur présentation de leur carte d'identité
– Guides touristiques munis d'une carte d'identité du ministère du Développement
– Les invités officiels de l'État grec, après approbation du directeur général des Antiquités et du Patrimoine
– Escortes aveugles et personnes handicapées.
– Ceux qui servent dans les forces armées en montrant une carte d'identité
– Conservateurs d'antiquités et d'œuvres d'art ayant reçu une autorisation spécifique du ministère grec de la Culture
– Fonctionnaires de la Culture hellénique (O.P.E.P.), sur la production de leur identité
– Fonctionnaires du Fonds et des ressources archéologiques (ARF), sur production de leur identité
– Fonctionnaires du Fonds de gestion du crédit pour les projets archéologiques (T.D.P.E.A.E.), sur production de leur identité
– Fonctionnaires du ministère de la Culture, à travers la démonstration de leur identité
– Étudiants de l'enseignement supérieur, TEI ou écoles équivalentes Pays de l'UE En montrant l'identité de l'étudiant

Heures d'ouverture

L'hiver:
Du 01.11.2007 au 31.03.2008
08:30-15:00
Un quart de travail

L'été:

Lundi fermé
Mardi – Dimanche : 08h30 – 15h00


Dionysos est également orthographié comme Dionysos en Grèce. Il est le dieu des vendanges, du vin, de la fertilité, de la folie rituelle, de l'extase religieuse et du théâtre dans la religion et le mythe grecs anciens. Il est également connu sous le nom de Bacchus, nom adopté par les Romains.

Le vin jouait un rôle important dans la culture grecque et le culte de Dionysos était le principal foyer religieux entourant sa consommation. Le vin et les raisins étaient considérés non seulement comme un cadeau du dieu, mais aussi comme une incarnation symbolique de lui sur terre. Cependant, plutôt que d'être un dieu de l'ivresse, comme il était souvent stéréotypé à l'ère post-classique. La religion de Dionysos était centrée sur la consommation correcte de vin, qui pouvait soulager la souffrance et apporter de la joie, ainsi qu'inspirer une folie divine distincte de l'ivresse.

Les arts de la scène et le théâtre étaient également au cœur de sa religion, et ses festivals ont été le moteur initial du développement du théâtre.


Musée archéologique de Délos - Aperçu

Le musée de Delos a été construit en 1904 par la Société archéologique d'Athènes et se composait à l'origine des cinq salles occidentales. Il a été agrandi en 1931 et 1972 et dans la même période, l'extérieur du bâtiment a subi des modifications importantes, mais malheureusement insuffisantes. La présente exposition est organisée en neuf salles. Six salles contiennent les statues et reliefs trouvés sur Délos (l'une des meilleures collections au monde), deux salles contiennent des poteries allant de la préhistoire à la période hellénistique tardive, et la dernière contient divers objets de la vie quotidienne, trouvés dans le maisons privées du site.

Les Collections :
• Statues funéraires et stèles funéraires allant du VIIe au Ier siècle av.
• Poterie allant du 25ème au 1er siècle avant JC
• Figurines en argile datant du IIe-Ier siècle av.
• Bijoux et petits objets datant du IIe-Ier siècle av.
• Mosaïques des IIe-Ie siècles av.

Parmi les expositions les plus importantes du musée figurent :
• Plaque en ivoire (n° B.7069), représentant un guerrier mycénien en relief. Il porte un bouclier en forme de 8 et une longue lance et porte un casque en dents de sanglier. La plaque a été trouvée sous l'Artémision, avec d'autres objets en ivoire, en or et en bronze et a probablement été utilisée pour la décoration de meubles en bois. Daté de 1400-1200 av.
• Torse d'un kouros (n° A.4083). Il a été trouvé dans le sanctuaire d'Apollon et était très probablement le produit d'un atelier parien. Daté du milieu du VIe siècle av.
• Statue en marbre de Borée (n° A.4287). La figure est la personnification du vent du nord, enlevant la princesse athénienne Oreithya. C'était l'acrotère central du fronton est du temple consacré par les Athéniens en 417 av. Un bon exemple de la sculpture attique, datée de la fin du 5ème siècle avant JC.
• Statues en marbre de Dioscourides et Cléopâtre (nos A.7763 et A.7799), un couple athénien vivant à Délos. Ils ont été trouvés à l'intérieur de la maison du couple, dans le quartier du théâtre et, selon l'inscription sur la base, ont été érigés par Cléopâtre en 138 av.
• Statue en marbre d'Apollon (n° A.4124). Il suit le type d'Apollon Lyceios, qui est attribué au grand sculpteur Praxitèle. Le dieu est représenté appuyé sur un arbre et marchant sur un tas de boucliers gaulois. Il s'agit probablement d'une copie plus petite de la statue dédiée à Delphes pour commémorer une victoire contre les Galles qui ont attaqué le sanctuaire de Delphes en 279/278 av. Il a été trouvé dans une maison privée du quartier des théâtres et date du IIe siècle av.
• Masque en bronze de Dionysos (n° B.7540). Le dieu barbu porte un diadème et une couronne de lierre. Il a été trouvé au sud du marché des concurrents et était très probablement une offrande votive. Daté du IIe siècle av.
• "alabastron" corinthien (n° B.6192). Petit récipient à huile parfumée, décoré d'une représentation de "Potnia Theron" (Dame des bêtes, Protectrice de la chasse), parmi deux cygnes. Il a été trouvé dans l'Héraion avec de nombreux autres vases similaires et est un exemple caractéristique de la production de poterie corinthienne à la fin du VIIe siècle av.
• Socle triangulaire inscrit d'une statue de kouros (n° A.728) décorée d'une tête de bélier sur un coin et des têtes de Gorgo sur les deux autres. L'inscription dédicatoire du boustrophédon est gravée sur une face : " Euthycartides le Naxien m'a fait et m'a consacré ". Il a été trouvé dans le sanctuaire d'Apollon et date de la seconde moitié du VIIe siècle av.
• Statue archaïque d'une jeune femme (kore) (n° A.4062). Il a été trouvé dans le sanctuaire d'Apollon et est l'un des plus anciens spécimens survivants de sculpture à grande échelle. La jeune femme est représentée debout, vêtue d'un péplos moulant orné à l'avant d'un double méandre vertical incisé. Travail de Parian daté de ca. 580 av.
• Peinture murale (n° Β.17613) du mur extérieur d'une maison du quartier Skardana. Il porte la représentation d'Héraclès, de deux boxeurs et d'un autre homme jouant de la flûte ou de la trompette. L'inscription KALAMODRYA[C] fait probablement référence à un célèbre boxeur du 1er siècle av.


Île de Délos

L'île de Délos est un sanctuaire archéologique, classé par l'Unesco comme l'un des sites culturels et historiques les plus importants de l'humanité.

Selon la mythologie, l'île a été révélée parmi les vagues de la mer Égée à Leto, qui était pourchassé par la jalouse Héra, c'était le refuge où elle a donné naissance à Apollon et Artémis.

Il ne fallut pas longtemps pour que l'île de Délos devienne pour les Grecs de l'Antiquité le lieu le plus saint de la mer Égée, dédié au dieu de la lumière et de la musique, Apollon, avec une ville commerciale florissante et un port, une population nombreuse, des temples et un magnifique théâtre.

L'île a été colonisée pour la première fois, probablement par les Kares, vers le 3e millénaire av. Au début du VIIIe siècle. AVANT JC. il s'est développé en un centre de culte et était la capitale d'une amphictyonie de l'île égéenne.

A la fin du VIe siècle av. J.-C., la tendance des Athéniens était de s'emparer de l'île : EN 540 av. Peisistratos ordonna la première purification du sanctuaire. À la suite de la deuxième purification (426 av. Par la suite, afin d'empêcher la profanation du sanctuaire, les naissances et les décès ont été interdits sur l'île d'Apollon.

Les Athéniens ont consacré la première « alliance de Delian » dédiée à Léto, Artémis et Apollon. En 315 av. J.-C., lorsque les Macédoniens arrivèrent sur l'île, Délos obtint son indépendance et se développa commercialement.

Pendant la période romaine, l'île a prospéré, jusqu'en 88 av. la population comprenait des Égyptiens, des Syriens et des Italiens. Puis, après deux terribles attaques pendant la guerre de Mithridate, Delos est entré en déclin et a finalement été abandonné au 6ème siècle après JC.

En 1873, l'École française d'archéologie d'Athènes a commencé des fouilles et des restaurations permettant de révéler la richesse de l'histoire de l'île à tous ceux qui s'y intéressent. The Archaeological Museum of Delos house one of Greece’s most significant collections, including rare exhibits of ancient sculpture ceramic vessels, epigraphs and wonderful mosaics etc.

Today Delos is uninhabited and off-limits for an overnight stay.

There are daily excursions from Mykonos Town towards Delos island. Boats leave at 09:00am, 10:00am and 11:00am from the Old port (pier at the west side of the harbor), right behind the little church of Agios Nikolaos at the waterfront. The boat trip takes about 30 minutes. Boats return at 12:15pm, 13:30pm and 15:00pm. The cost is 20€ for the boat trip plus the entrance free.

There is also a guided tour available, departing at 10:30 am from the east pier in Mykonos old port (see here). The cost is 43€ plus the entrance free.


Mykonos Delos Archaeological Museum

The Archaeological Museum of Delos, Mykonos Cyclades: The Archaeological Museum of Delos was built way back in the year 1904. The construction of this famous museum was carried out under the aegis of the Archaeological Society of Athens. Initially, the museum was spread over just five rooms. It was much later in the year 1931 and again in 1972 that further rooms were added. At present the historical artifacts are on display in nine rooms. There are six exclusive rooms where rare historical statues unearthed from the archaeological site at Delos are on display.

DISCOVER DELOS WITH US!
Discover the available Tours.

Another set of two rooms two display the fascinating collections of pottery dating back to the prehistoric times. And last but not the least, there is a room exclusively dedicated to displaying objects of art that are meant for everyday use. The Ivory Plaque which dates back to 1400-1200 BC is absolutely stunning. The plaque portrays a quintessential Mycenaean soldier with defensive shield and a rather elongated spear. The soldier's head is covered by a protective headgear which is made of teeth of a wild boar.

This rare plaque was unearthed from under the debris at Artemision along with numerous other artifacts made of gold, ivory, and bronze. Another notable attraction of the Archaeological Museum of Delos is the trunk of a Kouros. It was recovered from an asylum in Apollo and dates back to the 6th century. There is the marble statue of Boreas which artistically portrays the infamous kidnapping of the then Athenian princess Oreithya. It is one of the finest specimens of Attic art and dates back to the 5th century.

The marble statues of Dioscourides and Kleopatra too are conspicuous by their presence. Dioscorides and Kleopatra were an Athenian couple who lived on Delos island. The statues were discovered from the couple's residence and there is also an inscription on the pedestal which is believed to have been put in place by none other than Kleopatra way back in 138 B.C.

The marble statue of Apollo, which is on display at the museum, is conspicuous by its distinct Apollo Lyceios features which were patronized by the renowned sculptor Praxiteles. The statue artistically depicts a mythological god inclining on a tree and striding on a bundle of Gallic shields.

Archaeologists and scholars are of the opinion that the marble statue of Apollo on display at the museum is a miniature version of the statue of Delphi which was created exclusively to celebrate the hard-fought victory against the mighty Galls. This marvelous marble statue was discovered from a private residence and is believed to belong to the 2nd century BC.


Keep up to date

Receive updates on the latest exhibitions

Archéologie

Archaeology,
Kildare St,
Dublin 2,
D02 FH48

Annonces

Contact details for staff during the COVID-19 pandemic

We are delighted to say that we are once again open for visitors. Please read our COVID-19 info before visiting.

The 20th Century History of Ireland Galleries will exhibit objects that have been continuously collected on behalf of the Irish people since before the foundation of the state up to the present day

Cross-disciplinary conference with NCAD will address how national museums have worked and been understood in the creation and maintenance of ideas of the nation.

The National Museum of Ireland invites interested parties to tender for gallery services associated with the recently announced 20th Century History of Ireland Galleries.


Archaeological Sites in Greece & the islands

This section proposes a brief description of the most interesting archaeological sites of Greece and the Greek Islands.

Discover the most famous and historically important sites of Ancient Greece: Archaeological sites like the Acropolis of Athens, Sanctuary of Delphi, Ancient Olympia, Delos island, Palace of Knossos in Crete, Ancient Epidaurus and Mycenae. Visitors will find archaeological sites in every part of Greece and in most of the Greek islands.

✔ DISCOVER THE ARCHAEOLOGICAL SITES
Want to organize a trip to the most important archaeological sites of Greece? You can do that with a guided tour from Athens to Delphi, Epidaurus, Mycenae, Olympia or you can organize an independant trip with a private transfer (Minivan). Send us your request!

The Acropolis of Athens

The Acropolis of Athens is the main and most famous archaeological site in Greece. It is also called the Sacred Rock, stands on the highest point of Athens. It is considered the most important heritage of the Classical period and also as Europe's most important ancient monument. The Parthenon Temple is the main building on the Acropolis and constitutes an architectural splendor of ancient times.
The Acropolis stands proudly over the modern and busy city of Athens and it keeps reminding us that Athens was the cradle of a great civilization. Although temples were constructed there since the Archaic times, the Acropolis as we know it today was an idea of Pericles, the famous statesman of the Classical Era.
Made of fine Pentelian marble, the Acropolis and its buildings were constructed in the 5th century BC and it cost a huge amount of money for those times. The most famous buildings of the Acropolis are the Parthenon, the Erechtheion, the Temple of Athena Nike and the Propylaea.
✔ Discover the Acropolis with a guided tour

The Sanctuary of Delphi

The site of Delphi is one of the most important archaeological sites in Greece. It was discovered in 1893 by the French School of Archaeology. This was the most important oracle of ancient Greece. During the Mycenaean Period, the female deity of Earth was worshipped in the small settlement of Delphi. The development of the sanctuary and Oracle started at the beginning of the 8th century B.C with the establishment of the cult of Apollo.
Gradually, the sanctuary continued to work autonomously and enlarge its influence on religious and political orders. The sanctuary was enlarged and decorated with beautiful buildings, statues and other kind of offerings. People from all over the Mediterranean would come to the oracle of Delphi to ask for advice from the priestess Pythia. Although many other oracles developed in Greece, this was considered the most accurate of all.
The most important monuments excavated in Delphi are the Temple of Apollo, the Treasury of the Athenians, the Altar, the Stoa of the Athenians, the Theatre, the Stadium, the Tholos, and the Gymnasium. Next, to the sanctuary, there is an interesting museum.
✔ Discover Delphi with a guided tour

Ancient Olympia

Ancient Olympia is an archaeological site situated in an area of great natural beauty in Peloponnese. It is considered one of the most important sanctuaries of the antiquity and it was dedicated to the father of all gods, Zeus. In fact, two great temples of Zeus and Hera were constructed there in ancient times.
Olympia was also the place where the ancient Olympic Games were first held n the 7th century B.C. The Games were organized to honor Zeus and, according to the myth, they were founded either by Pelops, king of Peloponnese or by Hercules. These were the most important sports competitions in ancient times and even wars stopped at their duration. The winners were awarded a branch of olive oil tree and they were welcomed as heroes in their homelands.
The site was excavated by French archaeologists in 1829 and some of the findings were transferred to the Louvre Museum in Paris. The most important monuments of the site are the temples of Zeus and Hera, the Stadium, the workshop of sculptor Pheidias, the Palaestra and the Gymnasium. Next, to the site, there is an impressive museum with findings from the area.
✔ Discover Olympia with a guided tour

The Sacred Island of Delos

Delos, included in the World Heritage Monuments protected by the UNESCO, is a small islet situated a few miles from the famous island of Mykonos, in the center of the Cyclades. Delos is considered as one of the most important ancient sites and Pan-Hellenic sanctuaries of Greece. According to the Greek mythology, Delos was the birthplace of Apollo, the god of light and may be of Artemis, the twin sister of Apollo, goddess of hunting.
Delos was a sacred place in ancient times. It worked both as a religious and trade center. The excavations on Delos started in 1873 by the French School of Archaeology. The most important monuments of the site are the Agora, the Temple of Apollo, the Terrace of the Lions and the ancient theatre, which is being renovated currently to host theatre performances. On Delos, there is a small museum with findings from the island.
To go to Delos, you take the tour boat from Mykonos. The island is not inhabited but it is an open archaeological place.
✔ Discover Delos with a guided tour

The Minoan Palace of Knossos

Knossos is the most important ancient site and best-preserved palace of the Minoan Civilization, that flourished in Greece from 2,700 to 1,450 BC. Knossos, located near modern Heraklion in Crete island, was the seat of the legendary King Minos and it is also a place connected to many legends such as the Labyrinth with the Minotaur and the story of Daedalus and Icarus.
At about 2,000 BC, the Minoans were characterized by a flourishing commercial, political, social and cultural system, as well as by the construction of impressive palaces, such as Knossos, Lato, Zakros, Phaestos, and many others.
The Minoans also developed for the first time a trade network with the rest of the Aegean and even established colonies, like Akrotiri in Santorini. From the lack of defensive walls, we can assume that the Minoans had peaceful relations with their neighbors. Also, their facilities and urban planning were surprisingly developed for that era.
The Minoan Palace of Knossos was discovered in 1878 by archaeologist Minos Kalokairinos and its restoration started in 1900. The most important monuments of the site are the palace of Knossos, the little palace, the Royal Villa and the house of the frescoes.
✔ Discover Knossos with a guided tour

Ancient Epidaurus

Located on the eastern side of Peloponnese, Epidaurus developed as a religious center and more particularly as a sanctuary of Asclepius, the healing god. In fact, according to the myth, Epidaurus was the birthplace of god Asclepius and this is why an important healing center was established there, famous all over the Mediterranean Sea. It was believed that the treatment was coming directly from the god. The patients would sleep in a large room and at night the god would come to their dream and indicate the necessary therapy.

In order to honor god Asclepius, large festivities would take place in the Ancient Theatre of Epidaurus as well as athletic competitions in the Ancient Stadium. The ancient theatre that survives today was constructed in the 4th century BC. It is large, made of marble and stone and famous for its amazing acoustics. In summer, performances of ancient Greek drama are presented there as part of the Greek Festival.
✔ Discover Ancient Epidaurus with a guided tour

Mycènes

The site of Mycenae is considered as one of the oldest ancient sites in Greece and witnesses the development of the Mycenaean civilization. Mycenae was the legendary home of Agamemnon, ruler of the Greeks during the Trojan War. The Mycenaean civilization took its name after the discovery of the site of Mycenae. The Mycenaean civilization followed the Minoans. Their society, as proved by the excavations, was formed by an elite group. Their citadels were fortified with what we call the Massive Cyclopean walls. They were named like this because people thought that only Cyclopes could have lifted such huge stones to compose them. The society of the Mycenaeans was based on military force. Generally, this era doesn't have much to show in cultural issues, but it stressed mostly on urban planning and military invasions. The most characteristic spot of the site is the Lion Gate. Particularly interesting is also the museum.
✔ Discover Mycenae with a guided tour


Voir la vidéo: Musée Archéologique Présentation Athènes Audioguide MyWoWo Travel App