Comment l'argent était-il transféré avant les transactions numériques ?

Comment l'argent était-il transféré avant les transactions numériques ?

Prenez, par exemple, la fin du XVIIIe siècle et l'avant la Révolution française. La guerre d'indépendance américaine (1775 - '83) et la guerre de Sept Ans (1754 - '63) ont été financièrement ruineuses pour la France de Louis XVI, en raison de son habileté à emprunter de grosses sommes d'argent pour financer ces guerres, entraînant des dépenses plus importantes que revenu, et donc déficitaire.

Comment l'argent était-il transféré dans des moments comme ceux-ci ? Les transactions numériques n'existaient pas, et les sommes d'argent auraient certainement été beaucoup trop importantes pour être transférées physiquement. Se pourrait-il que lorsqu'on empruntait de l'argent, il s'agissait plutôt d'une déclaration de « nous avons autant d'argent », tant qu'il y avait la preuve que ceux qui l'empruntaient avaient de l'argent à revendre ?


Certains comptes, comme les comptes militaires, ne pouvaient être réglés qu'en espèces.

En échange d'un billet de banque, une maison ou un réseau bancaire propose une forme d'argent liquide plus fluide. Le billet à main est remisé : pour chaque 100 £ de valeur faciale, seuls 85 £ sont fournis. Le billet arrive à échéance dans un certain nombre d'années. (Disons 3 ans). Les banquiers doivent être payés en espèces ou dans une autre devise acceptable à la fin de la période.

Le défaut souverain ou la dépossession de banquiers individuels n'était d'ailleurs pas inconnu. L'extraction directe d'espèces des banques n'était pas non plus. Une autre forme d'extraction a été l'anoblissement forcé avec le prêt étant « acquitté » par titre noble.

Ainsi, les banquiers concentrent et déplacent des espèces en échange de papier à prix réduit.

  • Exemple d'anoblissement en remise de dette : http://books.google.com.au/books?id=tdhFUUARPcUC&lpg=PR6&ots=mHFqtD1JxN&dq=ennoblement%20as%20remission%20of%20state%20debt%20france&lr&pg=PR6#v=onepage ennoblement&f=false discutant de l'anoblissement double bourgeois dans le cadre de l'achat de bureaux. Je n'ai pas considéré cela particulièrement tendancieux, mais comme avec tous les systèmes administratifs des premiers temps modernes, la corruption n'est pas apparente en surface, car les pourboires étaient une pratique acceptée. L'exemple clé est celui de quelqu'un qui achète un bureau ou un brevet en utilisant une dette due « fictive », plutôt que de forcer la dette à être payée à sa valeur nominale et utile à quelque fin que ce soit.

Histoire de l'argent

Les histoire de l'argent concerne le développement de systèmes sociaux et économiques qui assurent au moins une des fonctions de la monnaie. De tels systèmes peuvent être compris comme des moyens d'échanger des richesses indirectement et non pas directement comme avec le troc. L'argent est un mécanisme qui facilite ce processus.

L'argent peut prendre une forme physique comme dans les pièces de monnaie et les billets, ou peut exister sous forme de compte écrit ou électronique. Il peut avoir une valeur intrinsèque (monnaie-marchandise), être légalement échangeable contre quelque chose ayant une valeur intrinsèque (monnaie représentative) ou n'avoir qu'une valeur nominale (monnaie fiduciaire). [1]


Si quelqu'un vole le code de sécurité ou le code PIN de votre carte de débit ou de votre compte bancaire, vous devez suivre les mêmes étapes que si quelqu'un volait votre carte.

Vous devez aviser votre banque ou coopérative de crédit dans les deux jours ouvrables suivant la découverte de la perte ou du vol de votre code de sécurité ou de votre NIP. N'écrivez jamais votre code PIN sur votre carte de débit et ne le conservez jamais dans votre portefeuille, au cas où votre carte ou votre portefeuille serait perdu ou volé. Bien que les protections contre les transactions non autorisées s'appliquent toujours, vous devrez toujours suivre le processus de récupération de vos fonds.


Comment fonctionnent les transferts d'argent en ligne

Le transfert d'argent en ligne est l'endroit où le concept à l'ancienne de transfert d'argent converge avec la technologie moderne de transfert électronique de fonds, ou EFT. Vous utilisez probablement l'EFT tout le temps - c'est simplement un moyen entièrement électronique de transférer de l'argent d'un compte bancaire à un autre. Les données sont échangées le papier-monnaie n'est pas. L'utilisation d'une carte de débit dans un magasin transfère de l'argent de votre compte courant vers le compte bancaire du magasin. La paie par dépôt direct transfère l'argent du compte bancaire de votre employeur vers le vôtre. Ces deux transactions sont des exemples d'EFT, tout comme le transfert d'argent en ligne.

Mais le transfert d'argent en ligne est très différent de l'EFT - il ne s'agit pas d'un moyen de payer vos factures sur Internet. Le transfert d'argent en ligne est l'équivalent moderne du transfert d'argent : vous pouvez envoyer de l'argent à quelqu'un instantanément en transférant simplement de l'argent (ou les données qui représentent cet argent) de vous à une autre personne. N'impliquant généralement guère plus que des informations de contact - telles qu'un numéro de téléphone portable ou une adresse e-mail - pour les parties d'envoi et de réception liées à un compte bancaire, le transfert d'argent en ligne peut être effectué pour une somme modique à partir d'un site Web sécurisé. -service basé via n'importe quel ordinateur avec accès à Internet. Il n'est pas nécessaire d'aller dans un bureau de transfert d'argent, une station télégraphique ou même une banque.

C'est ainsi que vous envoyez de l'argent. Mais pourquoi voudriez-vous… et est-ce sûr ?


Faits gênants

Les personnes qui plaident en faveur d'une « monnaie numérique nationale » aiment ignorer celle que nous avons déjà, au profit d'une variante de la monnaie appréciée des passeurs, des barons de la drogue et des trafiquants d'armes internationaux. Comme les gens de la Digital Currency Initiative au très vénéré Media Lab du MIT. Dans un article récent du WSJ, le directeur du laboratoire a immédiatement admis qu'avec le dépôt direct du salaire et Venmo pour partager le coût du dîner avec des amis, il semble que nous ayons déjà une monnaie numérique. Mais ce n'est pas assez bon ! Après tout, il y a des frais, et les grandes banques sont impliquées et parfois les transactions peuvent prendre des jours. Pouah. Avec un réel monnaie numérique nationale, une crypto-monnaie fédérale, les paiements seraient «plus rapides, moins chers et plus sécurisés».

Il y a juste quelques petits problèmes. Voici quelques faits saillants :

La crypto-monnaie est lente

Les crypto-groupies adorent parler des transactions les plus lentes du système numérique américain de plusieurs milliards de dollars. Alors que de grandes parties du système du dollar numérique américain exécutent un grand nombre de transferts en quelques secondes, Bitcoin prend en moyenne dix minutes pour exécuter un seul transfert. Et ce n'est que si vous payez des frais supérieurs à la moyenne - si vous ne payez pas beaucoup, vous pouvez attendre des heures pour que votre transaction soit traitée.

La crypto-monnaie ne peut pas évoluer

Selon la taille de la transaction, Bitcoin ne peut traiter qu'entre 3 et 7 transactions par seconde. S'il y avait toujours des transactions en attente de traitement, 24 sur 7, à 5 transactions par seconde, Bitcoin pourrait traiter au maximum 158 millions de transactions par an. En revanche, plus de 10 milliards de transactions sont effectuées chaque année sur des guichets automatiques, rien qu'aux États-Unis. Il y a eu plus de 110 milliards de transactions par carte aux États-Unis en 2016. La croissance des transactions à partir de 2015 était de plus de 7 milliards. croissance dans les transactions par carte était environ 50 fois plus élevé que le capacité maximale de Bitcoin.

La crypto-monnaie est chère pour les utilisateurs

Les crypto-groupies adorent parler des frais élevés pour effectuer certaines transactions en dollars, ignorant l'immense flux de transactions faciles et bon marché comme le dépôt direct et l'ACH, qui fonctionnent à des volumes énormes. Ils ne parlent pas beaucoup des coûts de fonctionnement de la crypto-monnaie. Ils sont intelligents pour ignorer le sujet. Les transactions Bitcoin d'aujourd'hui sont coûteuses, et à la seconde où vous essayez de corriger les différents problèmes (vitesse, évolutivité, sécurité), les coûts montent en flèche.

La crypto-monnaie coûte cher à exploiter

Presque personne n'utilise Bitcoin, et les volumes sont minuscules par rapport au dollar. Néanmoins, Bitcoin est incroyablement cher à exploiter. Même à des volumes minuscules d'aujourd'hui, le traitement informatique Bitcoin consomme à peu près la même quantité d'électricité que l'ensemble du pays de la Suisse !


Restez informé grâce aux services bancaires numériques

Notre Digital Banking vous tient au courant de toutes vos activités bancaires.

Avec la banque numérique, vous pouvez :

Définir des alertes de compte

Gardez le contrôle de vos finances et évitez les surprises. Les alertes de compte sont un moyen simple de surveiller les informations de votre compte avec un simple e-mail ou un message texte.

Afficher l'activité du compte

Affichez l'activité du compte à la minute près, y compris les éléments en attente, tels que les achats par carte et les transactions ACH, avant qu'ils ne soient publiés sur votre compte.

Afficher les images de contrôle

Besoin d'une copie d'un chèque déjà encaissé ? Sélectionnez simplement l'icône de chèque dans l'historique de vos transactions pour afficher une copie du recto et du verso du chèque.

Gérer les prêts

Affichez l'activité de vos prêts, marges de crédit et hypothèques. Vous pouvez également transférer des fonds pour effectuer un paiement sur votre prêt, votre marge de crédit ou votre hypothèque.

Accédez à vos messages

Utilisez cette fonction pour envoyer et recevoir en toute sécurité des messages avec nos représentants de la banque numérique.

Intégrer Quicken, QuickBooks et Excel

Téléchargez les informations de votre compte directement depuis votre Quicken ou QuickBooks. Vous pouvez également exporter l'activité de votre compte en sélectionnant Télécharger vers la feuille de calcul dans l'onglet Activité du compte. Notre service de banque numérique est également compatible avec de nombreux autres programmes et applications de gestion financière qui se connectent à la banque numérique.


Ci-dessous sont 10 étapes qui vous aideront à vérifier le relevé de compte SBI et l'historique des transactions en ligne :

1. Ouvrez onlinesbi.com dans n'importe quel navigateur. Cliquez sur connexion dans « banque personnelle » et cliquez sur « Continuer à la connexion ».

2. Sur la page suivante, saisissez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe de connexion. Pour des raisons de sécurité, il est préférable d'utiliser un clavier virtuel, selon SBI. Vous pouvez l'activer en cliquant sur 'activer le clavier virtuel'. Cliquez maintenant sur les alphabets, les chiffres et les caractères spéciaux qui forment votre mot de passe via le clavier virtuel. Cliquez sur login après avoir saisi le mot de passe complet.

(Pour des raisons de sécurité, il est préférable d'utiliser un clavier virtuel, a déclaré SBI.)

3. Après cela, vous êtes connecté à votre compte. Par défaut, l'onglet "mon compte et mon profil" s'ouvre. Vous pouvez voir les comptes de transaction et les comptes de dépôt dans son option « Résumé du compte ». Cliquez sur « Cliquez ici pour voir le solde » pour vérifier le solde de n'importe quel compte.

4. Si vous voulez voir les 10 dernières transactions d'un compte, cliquez sur « Cliquez ici pour les 10 dernières transactions ».

(Vous pouvez voir les comptes de transaction et les comptes de dépôt dans l'option « Résumé du compte ».)

5. Cliquez sur « Relevé de compte » vers la gauche pour voir votre relevé de compte. Sélectionnez le compte dont vous souhaitez voir le relevé, a déclaré SBI. Si vous n'avez qu'un seul compte, il sera sélectionné par défaut. Si vous souhaitez générer un relevé de compte pour une période spécifique, sélectionnez l'option 'Par date'. Cliquez sur le signe du calendrier et sélectionnez la date de début et la date de fin pour lesquelles vous souhaitez voir le relevé. D'un seul coup, un relevé de six mois peut être vu.

6. L'option 'Afficher' est sélectionnée par défaut. Ici, vous pouvez sélectionner le nombre de transactions que vous souhaitez voir sur une page. Cliquez sur 'Aller'. Ensuite, vous pouvez voir le relevé de compte pour la période que vous avez sélectionnée. Cliquez sur « Imprimer » si vous souhaitez imprimer la transaction.

(Cliquez sur le signe du calendrier et sélectionnez la date de début et la date de fin pour lesquelles vous souhaitez voir le relevé.)

7. Cliquez sur 'Voir un autre relevé'. Si vous voulez un relevé d'un mois en particulier, sélectionnez « Par mois ». Après cela, sélectionnez l'année et le mois et cliquez sur 'Go'. Vous pouvez alors voir le relevé de l'année et du mois que vous avez sélectionnés.

8. Si vous voulez voir le relevé des six derniers mois, cliquez sur « Voir un autre relevé », puis sur « 6 derniers mois ».

9. Si vous souhaitez voir le relevé de n'importe quel exercice de votre compte PPF, sélectionnez 'FY (PPF Account)'. Sélectionnez l'année et cliquez sur 'Go'.

10. Vous pouvez télécharger le relevé en format Excel et PDF. Pour cela, sélectionnez d'abord la période, puis le format et cliquez sur 'Go'. La déclaration sera alors téléchargée.


Le plus d'abonnés sur Twitter, TikTok et YouTube

Cependant, ce ne sont pas seulement les célébrités qui dominent les médias sociaux.

Parmi les personnalités qui ont commencé sur une plate-forme de médias sociaux et qui ont développé de nombreux abonnés, citons la star la plus suivie de TikTok, Charli D'Amelio, et les YouTubers Germán Garmendia, Felix “PewDiePie” Kjellberg et Whindersson Nunes Batista.

Les politiciens étaient également des influenceurs de premier plan. L'ancien président américain Barack Obama a le plus d'adeptes sur Twitter, et le Premier ministre indien Narendra Modi a plus de 175 millions d'abonnés à travers les médias sociaux.

L'ancien président américain Donald Trump aurait également fait partie de la liste avec plus de 140 millions de followers sur les réseaux sociaux avant d'être banni de plusieurs plateformes le 8 janvier 2021.


Contenu

Le mot argent vient du latin monêta avec le sens "pièce" via le français monnaie. Le mot latin proviendrait d'un temple de Junon, au Capitole, l'une des sept collines de Rome. Dans le monde antique, Junon était souvent associé à l'argent. Le temple de Junon Moneta à Rome était l'endroit où se trouvait l'atelier de la Rome antique. [10] Le nom "Juno" peut provenir de la déesse étrusque Uni (qui signifie "la seule", "unique", "unité", "union", "uni") et "Moneta" soit du mot latin " monere" (rappeler, avertir ou instruire) ou le mot grec "moneres" (seul, unique).

Dans le monde occidental, un terme courant pour la monnaie-monnaie a été espèces, issu du latin en espèce, signifiant "en nature". [11]

L'utilisation de méthodes similaires au troc peut remonter à au moins 100 000 ans, bien qu'il n'y ait aucune preuve d'une société ou d'une économie reposant principalement sur le troc. [12] [13] Au lieu de cela, les sociétés non monétaires fonctionnaient en grande partie selon les principes de l'économie du don et de la dette. [14] [15] Lorsque le troc s'est effectivement produit, c'était généralement entre de parfaits inconnus ou des ennemis potentiels. [16]

De nombreuses cultures à travers le monde ont finalement développé l'utilisation de la monnaie-marchandise. Le shekel mésopotamien était une unité de poids et reposait sur la masse de quelque chose comme 160 grains d'orge. [17] Le premier usage du terme est venu de Mésopotamie vers 3000 av. Les sociétés des Amériques, d'Asie, d'Afrique et d'Australie utilisaient de l'argent en coquillages – souvent les coquillages des cauris (Cypraea moneta L. ou C. annulus L.). Selon Hérodote, les Lydiens ont été les premiers à introduire l'usage des pièces d'or et d'argent. [18] Les érudits modernes pensent que ces premières pièces estampillées ont été frappées vers 650 à 600 av. [19]

Le système de monnaie-marchandise a finalement évolué vers un système de monnaie représentative. [ citation requise ] Cela s'est produit parce que les marchands d'or et d'argent ou les banques émettaient des reçus à leurs déposants - échangeables contre la monnaie-marchandise déposée. Finalement, ces reçus sont devenus généralement acceptés comme moyen de paiement et ont été utilisés comme monnaie. Le papier-monnaie ou les billets de banque ont été utilisés pour la première fois en Chine pendant la dynastie Song. Ces billets de banque, connus sous le nom de « jiaozi », ont évolué à partir de billets à ordre utilisés depuis le 7ème siècle. Cependant, ils n'ont pas remplacé la monnaie-marchandise et ont été utilisés avec les pièces de monnaie. Au XIIIe siècle, le papier-monnaie est devenu connu en Europe grâce aux comptes de voyageurs, tels que Marco Polo et Guillaume de Rubruck. [20] Le récit du papier-monnaie de Marco Polo sous la dynastie Yuan fait l'objet d'un chapitre de son livre, Les voyages de Marco Polo, intitulé "Comment le Grand Kaan fait passer l'écorce des arbres, transformée en quelque chose comme du papier, pour de l'argent dans tout son pays". [21] Les billets de banque ont d'abord été émis en Europe par Stockholms Banco en 1661 et ont de nouveau été utilisés avec des pièces de monnaie. L'étalon-or, un système monétaire où le moyen d'échange est constitué de billets en papier convertibles en quantités d'or prédéfinies et fixes, a remplacé l'utilisation des pièces d'or comme monnaie aux XVIIe et XIXe siècles en Europe. Ces billets d'étalon-or avaient cours légal et le rachat en pièces d'or était découragé. Au début du 20e siècle, presque tous les pays avaient adopté l'étalon-or, soutenant leurs billets ayant cours légal avec des quantités fixes d'or.

Après la Seconde Guerre mondiale et la Conférence de Bretton Woods, la plupart des pays ont adopté des monnaies fiduciaires fixées au dollar américain. Le dollar américain était à son tour fixé sur l'or. En 1971, le gouvernement américain a suspendu la convertibilité du dollar américain en or. Après cela, de nombreux pays ont détaché leurs devises du dollar américain, et la plupart des devises du monde ne sont plus soutenues par rien d'autre que le fiat de la monnaie légale des gouvernements et la capacité de convertir l'argent en marchandises via le paiement. Selon les partisans de la théorie monétaire moderne, la monnaie fiduciaire est également adossée à des impôts. En imposant des taxes, les États créent une demande pour la monnaie qu'ils émettent. [22]

Dans La monnaie et le mécanisme d'échange (1875), William Stanley Jevons a analysé la monnaie en fonction de quatre fonctions : une moyen d'échange, une mesure commune de la valeur (ou unité de compte), une norme de valeur (ou norme de paiement différé), et un réserve de valeur. En 1919, les quatre fonctions de l'argent de Jevons étaient résumées dans le distique :

L'argent est une question de fonctions quatre, un support, une mesure, une norme, un magasin. [23]

Ce couplet deviendra plus tard très populaire dans les manuels de macroéconomie. [24] La plupart des manuels modernes ne répertorient désormais que trois fonctions, celle de moyen d'échange, d'unité de compte et de réserve de valeur, ne considérant pas une norme de paiement différé comme une fonction distincte, mais la subsumant plutôt dans les autres. [4] [25] [26]

Il y a eu de nombreux conflits historiques concernant la combinaison des fonctions de l'argent, certains arguant qu'ils ont besoin de plus de séparation et qu'une seule unité est insuffisante pour les traiter tous. L'un de ces arguments est que le rôle de la monnaie en tant que moyen d'échange entre en conflit avec son rôle de réserve de valeur : son rôle de réserve de valeur exige de la détenir sans dépenser, alors que son rôle de moyen d'échange l'oblige à circuler . [5] D'autres soutiennent que le stockage de la valeur n'est qu'un report de l'échange, mais ne diminue pas le fait que l'argent est un moyen d'échange qui peut être transporté à la fois dans l'espace et dans le temps. Le terme « capital financier » est un terme plus général et inclusif pour tous les instruments liquides, qu'ils soient ou non une offre uniformément reconnue.

Moyen d'échange

Lorsque l'argent sert à l'intermédiaire de l'échange de biens et de services, il remplit une fonction de moyen d'échange. Il évite ainsi les inefficacités d'un système de troc, telles que l'incapacité d'assurer en permanence la « coïncidence des désirs ». Par exemple, entre deux parties dans un système de troc, une partie peut ne pas avoir ou ne pas fabriquer l'article que l'autre veut, indiquant l'inexistence de la coïncidence des besoins. Avoir un moyen d'échange peut atténuer ce problème car le premier peut avoir la liberté de passer du temps sur d'autres articles, au lieu d'être chargé de ne servir que les besoins du second. Pendant ce temps, ces derniers peuvent utiliser le moyen d'échange pour rechercher une partie qui peut leur fournir l'article qu'ils souhaitent.

Mesure de la valeur

UNE unité de compte (en économie) [27] est une unité monétaire numérique standard de mesure de la valeur marchande des biens, services et autres transactions. Également appelée « mesure » ​​ou « étalon » de valeur relative et de paiement différé, une unité de compte est une condition préalable nécessaire à la formulation d’accords commerciaux impliquant une dette.

L'argent agit comme une mesure standard et une dénomination commune du commerce. C'est donc une base de cotation et de négociation des prix. Il est nécessaire pour développer des systèmes comptables efficaces.

Norme de paiement différé

Tandis que norme de paiement différé se distingue par certains textes [5] particulièrement plus anciens, d'autres textes le subsume sous d'autres fonctions. [4] [25] [26] [ éclaircissements nécessaires ] Une "norme de paiement différé" est un moyen accepté de régler une dette - une unité dans laquelle les dettes sont libellées, et le statut de l'argent comme cours légal, dans les juridictions qui ont ce concept, stipule qu'il peut fonctionner pour la décharge de dettes. Lorsque les dettes sont libellées en argent, la valeur réelle des dettes peut changer en raison de l'inflation et de la déflation, et pour les dettes souveraines et internationales via la dépréciation et la dévaluation.

Réserve de valeur

Agir en tant que réserve de valeur, l'argent doit pouvoir être économisé, stocké et récupéré de manière fiable – et être utilisable de manière prévisible comme moyen d'échange lorsqu'il est récupéré. La valeur de l'argent doit également rester stable dans le temps. Certains ont soutenu que l'inflation, en réduisant la valeur de la monnaie, diminue la capacité de la monnaie à fonctionner comme réserve de valeur. [4]

Pour remplir ses diverses fonctions, la monnaie doit avoir certaines propriétés : [28]

    : ses unités individuelles doivent être capables de substitution mutuelle (c'est-à-dire d'interchangeabilité). : capable de résister à un usage répété.
  • Divisibilité : divisible en petites unités.
  • Portabilité : facile à transporter et à transporter.
  • Conscience : sa valeur doit être facilement identifiée.
  • Rareté : son offre en circulation doit être limitée.

En économie, la monnaie est tout instrument financier qui peut remplir les fonctions de la monnaie (détaillées ci-dessus). Ces instruments financiers sont collectivement appelés la masse monétaire d'une économie. En d'autres termes, la masse monétaire est le nombre d'instruments financiers au sein d'une économie spécifique disponibles pour l'achat de biens ou de services. Étant donné que la masse monétaire se compose de divers instruments financiers (généralement des devises, des dépôts à vue et divers autres types de dépôts), la quantité de monnaie dans une économie est mesurée en additionnant ces instruments financiers créant un agrégat monétaire.

La théorie monétaire moderne distingue différentes manières de mesurer le stock de monnaie ou la masse monétaire, reflétées dans différents types d'agrégats monétaires, en utilisant un système de catégorisation qui se concentre sur la liquidité de l'instrument financier utilisé comme monnaie. Les agrégats monétaires (ou types de monnaie) les plus couramment utilisés sont classiquement désignés M1, M2 et M3. Ce sont des catégories agrégées successivement plus grandes : M1 est la monnaie (pièces et billets) plus les dépôts à vue (tels que les comptes chèques) M2 est M1 plus les comptes d'épargne et les dépôts à terme inférieurs à 100 000 $ M3 est M2 plus les dépôts à terme plus importants et les comptes institutionnels similaires. M1 ne comprend que les instruments financiers les plus liquides et M3 les instruments relativement illiquides. La définition précise de M1, M2, etc. peut être différente selon les pays.

Une autre mesure de la monnaie, M0, est également utilisée contrairement aux autres mesures, elle ne représente pas le pouvoir d'achat réel des entreprises et des ménages dans l'économie. [ citation requise ] M0 est la monnaie de base, ou le montant d'argent effectivement émis par la banque centrale d'un pays. Il est mesuré en monnaie plus les dépôts des banques et autres institutions à la banque centrale. M0 est également la seule monnaie pouvant satisfaire les réserves obligatoires des banques commerciales.

Création d'argent

Dans les systèmes économiques actuels, la monnaie est créée par deux procédures :

Cours légal, ou argent étroit (M0) est l'argent créé par une banque centrale en frappant des pièces de monnaie et en imprimant des billets de banque.

Argent bancaire, ou monnaie au sens large (M1/M2) est la monnaie créée par les banques privées à travers l'enregistrement des prêts en tant que dépôts des clients emprunteurs, avec un soutien partiel indiqué par le ratio de trésorerie. Actuellement, la monnaie bancaire est créée sous forme de monnaie électronique.

Dans la plupart des pays, la majorité de l'argent est principalement créée en tant que M1/M2 par les banques commerciales qui accordent des prêts. Contrairement à certaines idées reçues, les banques n'agissent pas simplement en tant qu'intermédiaires, prêtant les dépôts que les épargnants déposent auprès d'elles, et ne dépendent pas de la monnaie de la banque centrale (M0) pour créer de nouveaux prêts et dépôts. [29]

Liquidité du marché

La « liquidité du marché » décrit la facilité avec laquelle un article peut être échangé contre un autre article ou dans la monnaie commune d'une économie. L'argent est l'actif le plus liquide car il est universellement reconnu et accepté comme monnaie commune. De cette façon, l'argent donne aux consommateurs la liberté d'échanger facilement des biens et des services sans avoir à faire de troc.

Les instruments financiers liquides sont facilement négociables et ont de faibles coûts de transaction. Il ne devrait y avoir aucun (ou un minimum) écart entre les prix d'achat et de vente de l'instrument utilisé comme monnaie.

Marchandise

De nombreux objets ont été utilisés comme monnaie-marchandise, tels que les métaux précieux naturellement rares, les conques, l'orge, les perles, etc., ainsi que de nombreuses autres choses considérées comme ayant de la valeur. La valeur monétaire d'une marchandise provient de la marchandise dont elle est faite. La marchandise elle-même constitue l'argent, et l'argent est la marchandise. [30] L'or, l'argent, le cuivre, le riz, le wampum, le sel, les grains de poivre, les grosses pierres, les ceintures décorées, les coquillages, l'alcool, les cigarettes, le cannabis, les bonbons, etc. parfois utilisé dans une mesure de la valeur perçue en conjonction les uns avec les autres, dans diverses économies de système de prix ou d'évaluation des produits de base. L'utilisation de la monnaie-marchandise est similaire au troc, mais une monnaie-marchandise fournit une unité de compte simple et automatique pour la marchandise qui est utilisée comme monnaie. Bien que certaines pièces d'or telles que le Krugerrand soient considérées comme ayant cours légal, il n'y a aucune trace de leur valeur nominale de chaque côté de la pièce. La raison en est que l'accent est mis sur leur lien direct avec la valeur dominante de leur teneur en or fin. [31] Les aigles américains portent l'empreinte de leur teneur en or et de leur valeur nominale ayant cours légal. [32]

Représentant

En 1875, l'économiste britannique William Stanley Jevons a qualifié la monnaie utilisée à l'époque de "monnaie représentative". La monnaie représentative est une monnaie qui se compose de pièces de monnaie symboliques, de papier-monnaie ou d'autres jetons physiques tels que des certificats, qui peuvent être échangés de manière fiable contre une quantité fixe d'une marchandise telle que l'or ou l'argent. La valeur de la monnaie représentative est en relation directe et fixe avec la marchandise qui la soutient, tout en n'étant pas elle-même composée de cette marchandise. [33]

La monnaie fiduciaire ou la monnaie fiduciaire est une monnaie dont la valeur n'est dérivée d'aucune valeur intrinsèque ou garantie qu'elle peut être convertie en une marchandise de valeur (comme l'or). Au lieu de cela, il n'a de valeur que par ordre du gouvernement (fiat). Habituellement, le gouvernement déclare que la monnaie fiduciaire (généralement des billets et des pièces d'une banque centrale, telle que la Réserve fédérale américaine) a cours légal, ce qui rend illégal de ne pas accepter la monnaie fiduciaire comme moyen de remboursement de toutes les dettes. , publique et privée. [34] [35]

Certaines pièces d'investissement telles que l'Australian Gold Nugget et l'American Eagle ont cours légal, cependant, elles se négocient en fonction du prix du marché de la teneur en métal en tant que matière première, plutôt que de leur valeur nominale ayant cours légal (qui n'est généralement qu'une petite fraction de leur valeur nominale). valeur des lingots). [32] [36]

La monnaie fiduciaire, si elle est physiquement représentée sous forme de monnaie (papier ou pièces de monnaie), peut être accidentellement endommagée ou détruite. Cependant, la monnaie fiduciaire a un avantage sur la monnaie représentative ou la monnaie-marchandise, en ce que les mêmes lois qui ont créé la monnaie peuvent également définir des règles pour son remplacement en cas de dommage ou de destruction. Par exemple, le gouvernement américain remplacera les billets de la Réserve fédérale mutilés (monnaie fiduciaire américaine) si au moins la moitié du billet physique peut être reconstruit, ou s'il peut être prouvé qu'il a été détruit. [37] En revanche, la monnaie-marchandise qui a été perdue ou détruite ne peut être récupérée.

Monnaie

Ces facteurs ont conduit au déplacement de la réserve de valeur étant le métal lui-même : d'abord l'argent, puis à la fois l'argent et l'or, et à un moment donné il y avait aussi le bronze. Maintenant, nous avons des pièces de cuivre et d'autres métaux non précieux comme pièces de monnaie. Les métaux étaient extraits, pesés et estampés en pièces de monnaie. C'était pour assurer à l'individu qui prenait la pièce qu'il obtenait un certain poids connu de métal précieux. Les pièces pouvaient être contrefaites, mais elles créaient également une nouvelle unité de compte, ce qui contribuait à ouvrir la voie bancaire. Le principe d'Archimède fournissait le lien suivant : les pièces pouvaient désormais être facilement testées pour leur poids fin du métal, et ainsi la valeur d'une pièce pouvait être déterminée, même si elle avait été rasée, dégradée ou autrement falsifiée (voir Numismatique).

Dans la plupart des grandes économies utilisant la monnaie, le cuivre, l'argent et l'or formaient trois niveaux de pièces. Les pièces d'or étaient utilisées pour les achats importants, le paiement des militaires et le soutien aux activités de l'État. Les pièces d'argent étaient utilisées pour les transactions de taille moyenne et comme unité de compte pour les impôts, les cotisations, les contrats et les fidélités, tandis que les pièces de cuivre représentaient la monnaie des transactions courantes. Ce système avait été utilisé dans l'Inde ancienne depuis l'époque des Mahajanapadas. En Europe, ce système a fonctionné pendant la période médiévale car il n'y avait pratiquement pas de nouvel or, argent ou cuivre introduit par l'exploitation minière ou la conquête. [ citation requise ] Ainsi, les rapports globaux des trois monnaies sont restés à peu près équivalents.

Papier

Dans la Chine prémoderne, le besoin de crédit et de circulation d'un support moins lourd que l'échange de milliers de pièces de cuivre a conduit à l'introduction du papier-monnaie, communément appelé aujourd'hui « billets de banque ». Ce phénomène économique était un processus lent et progressif qui s'est déroulé de la fin de la dynastie Tang (618-907) à la dynastie Song (960-1279). Il a commencé comme un moyen pour les commerçants d'échanger de lourdes pièces de monnaie contre des reçus de dépôt émis sous forme de billets à ordre des magasins de grossistes, des billets valables pour une utilisation temporaire dans un petit territoire régional. Au 10ème siècle, le gouvernement de la dynastie Song a commencé à faire circuler ces notes parmi les commerçants de leur industrie du sel monopolisée. Le gouvernement Song a accordé à plusieurs magasins le droit exclusif d'émettre des billets de banque, et au début du XIIe siècle, le gouvernement a finalement repris ces magasins pour produire de la monnaie émise par l'État. Pourtant, les billets émis étaient toujours valables au niveau régional et temporaire, ce n'est qu'au milieu du XIIIe siècle qu'une émission gouvernementale standard et uniforme de papier-monnaie a été transformée en une monnaie nationale acceptable. Les méthodes déjà répandues d'impression sur bois, puis l'impression à caractères mobiles de Pi Sheng au XIe siècle ont été à l'origine de la production massive de papier-monnaie dans la Chine prémoderne.

À peu près à la même époque, dans le monde islamique médiéval, une économie monétaire vigoureuse a été créée au cours des VIIe-XIIe siècles sur la base des niveaux croissants de circulation d'une monnaie stable de grande valeur (le dinar). Les innovations introduites par les économistes, les commerçants et les marchands du monde musulman comprennent les premières utilisations du crédit, [38] les chèques, les comptes d'épargne, les comptes transactionnels, les prêts, les fiducies, les taux de change, le transfert de crédit et de dette, [39] et les institutions bancaires. pour les prêts et les dépôts. [39] [ besoin de devis pour vérifier ]

En Europe, le papier-monnaie a été introduit pour la première fois en Suède en 1661. La Suède était riche en cuivre, ainsi, en raison de la faible valeur du cuivre, des pièces de monnaie extraordinairement grosses (pesant souvent plusieurs kilogrammes) devaient être fabriquées. Les avantages du papier-monnaie étaient nombreux : il réduisait le transport de l'or et de l'argent, et donc des risques ; notez qu'il permettait une division de la monnaie en formes adossées à des crédits et à des espèces. Il a permis la vente d'actions dans des sociétés par actions et le rachat de ces actions dans le journal.

Cependant, ces avantages sont contenus dans leurs inconvénients. Premièrement, comme un billet n'a aucune valeur intrinsèque, rien n'empêchait les autorités émettrices d'en imprimer plus qu'elles n'avaient d'espèces pour l'appuyer. Deuxièmement, parce qu'il augmentait la masse monétaire, il augmentait les pressions inflationnistes, un fait observé par David Hume au XVIIIe siècle. The result is that paper money would often lead to an inflationary bubble, which could collapse if people began demanding hard money, causing the demand for paper notes to fall to zero. The printing of paper money was also associated with wars, and financing of wars, and therefore regarded as part of maintaining a standing army. For these reasons, paper currency was held in suspicion and hostility in Europe and America. It was also addictive since the speculative profits of trade and capital creation were quite large. Major nations established mints to print money and mint coins, and branches of their treasury to collect taxes and hold gold and silver stock.

At this time both silver and gold were considered legal tender, and accepted by governments for taxes. However, the instability in the ratio between the two grew over the 19th century, with the increase both in the supply of these metals, particularly silver, and of trade. This is called bimetallism and the attempt to create a bimetallic standard where both gold and silver backed currency remained in circulation occupied the efforts of inflationists. Governments at this point could use currency as an instrument of policy, printing paper currency such as the United States greenback, to pay for military expenditures. They could also set the terms at which they would redeem notes for specie, by limiting the amount of purchase, or the minimum amount that could be redeemed.

By 1900, most of the industrializing nations were on some form of a gold standard, with paper notes and silver coins constituting the circulating medium. Private banks and governments across the world followed Gresham's law: keeping gold and silver paid but paying out in notes. This did not happen all around the world at the same time, but occurred sporadically, generally in times of war or financial crisis, beginning in the early part of the 20th century and continuing across the world until the late 20th century, when the regime of floating fiat currencies came into force. One of the last countries to break away from the gold standard was the United States in 1971.

No country anywhere in the world today has an enforceable gold standard or silver standard currency system.

Commercial bank

Commercial bank money or demand deposits are claims against financial institutions that can be used for the purchase of goods and services. A demand deposit account is an account from which funds can be withdrawn at any time by check or cash withdrawal without giving the bank or financial institution any prior notice. Banks have the legal obligation to return funds held in demand deposits immediately upon demand (or 'at call'). Demand deposit withdrawals can be performed in person, via checks or bank drafts, using automatic teller machines (ATMs), or through online banking. [40]

Commercial bank money is created through fractional-reserve banking, the banking practice where banks keep only a fraction of their deposits in reserve (as cash and other highly liquid assets) and lend out the remainder, while maintaining the simultaneous obligation to redeem all these deposits upon demand. [41] [ page nécessaire ] [42] Commercial bank money differs from commodity and fiat money in two ways: firstly it is non-physical, as its existence is only reflected in the account ledgers of banks and other financial institutions, and secondly, there is some element of risk that the claim will not be fulfilled if the financial institution becomes insolvent. The process of fractional-reserve banking has a cumulative effect of money creation by commercial banks, as it expands the money supply (cash and demand deposits) beyond what it would otherwise be. Because of the prevalence of fractional reserve banking, the broad money supply of most countries is a multiple (greater than 1) of the amount of base money created by the country's central bank. That multiple (called the money multiplier) is determined by the reserve requirement or other financial ratio requirements imposed by financial regulators.

The money supply of a country is usually held to be the total amount of currency in circulation plus the total value of checking and savings deposits in the commercial banks in the country. In modern economies, relatively little of the money supply is in physical currency. For example, in December 2010 in the U.S., of the $8853.4 billion in broad money supply (M2), only $915.7 billion (about 10%) consisted of physical coins and paper money. [43]

Digital or electronic

The development of computer technology in the second part of the twentieth century allowed money to be represented digitally. By 1990, in the United States all money transferred between its central bank and commercial banks was in electronic form. By the 2000s most money existed as digital currency in bank databases. [44] In 2012, by number of transaction, 20 to 58 percent of transactions were electronic (dependent on country). [45]

Non-national digital currencies were developed in the early 2000s. In particular, Flooz and Beenz had gained momentum before the Dot-com bubble. [ citation requise ] Not much innovation occurred until the conception of Bitcoin in 2008, which introduced the concept of a cryptocurrency – a decentralised trustless currency. [46]

When gold and silver are used as money, the money supply can grow only if the supply of these metals is increased by mining. This rate of increase will accelerate during periods of gold rushes and discoveries, such as when Columbus discovered the New World and brought back gold and silver to Spain, or when gold was discovered in California in 1848. This causes inflation, as the value of gold goes down. However, if the rate of gold mining cannot keep up with the growth of the economy, gold becomes relatively more valuable, and prices (denominated in gold) will drop, causing deflation. Deflation was the more typical situation for over a century when gold and paper money backed by gold were used as money in the 18th and 19th centuries.

Modern-day monetary systems are based on fiat money and are no longer tied to the value of gold. The control of the amount of money in the economy is known as monetary policy. Monetary policy is the process by which a government, central bank, or monetary authority manages the money supply to achieve specific goals. Usually, the goal of monetary policy is to accommodate economic growth in an environment of stable prices. For example, it is clearly stated in the Federal Reserve Act that the Board of Governors and the Federal Open Market Committee should seek "to promote effectively the goals of maximum employment, stable prices, and moderate long-term interest rates." [47]

A failed monetary policy can have significant detrimental effects on an economy and the society that depends on it. These include hyperinflation, stagflation, recession, high unemployment, shortages of imported goods, inability to export goods, and even total monetary collapse and the adoption of a much less efficient barter economy. This happened in Russia, for instance, after the fall of the Soviet Union.

Governments and central banks have taken both regulatory and free market approaches to monetary policy. Some of the tools used to control the money supply include:

  • changing the interest rate at which the central bank loans money to (or borrows money from) the commercial banks
  • currency purchases or sales
  • increasing or lowering government borrowing
  • increasing or lowering government spending
  • manipulation of exchange rates
  • raising or lowering bank reserve requirements
  • regulation or prohibition of private currencies
  • taxation or tax breaks on imports or exports of capital into a country

In the US, the Federal Reserve is responsible for controlling the money supply, while in the Euro area the respective institution is the European Central Bank. Other central banks with a significant impact on global finances are the Bank of Japan, People's Bank of China and the Bank of England.

For many years much of monetary policy was influenced by an economic theory known as monetarism. Monetarism is an economic theory which argues that management of the money supply should be the primary means of regulating economic activity. The stability of the demand for money prior to the 1980s was a key finding of Milton Friedman and Anna Schwartz [48] supported by the work of David Laidler, [49] and many others. The nature of the demand for money changed during the 1980s owing to technical, institutional, and legal factors [ éclaircissements nécessaires ] and the influence of monetarism has since decreased.

The definition of money says it is money only in "in a particular country or socio-economic context". In general, communities only use a single measure of value, which can be identified in the prices of goods listed for sale. There might be multiple media of exchange, which can be observed by what is given to purchase goods ("medium of exchange"), etc.. In most countries, the government acts to encourage a particular forms of money, such as requiring it for taxes and punishing fraud.

Some places do maintain two or currencies, particularly in border towns or high-travel areas. Shops in these locations might list prices and accept payment in multiple currencies. Otherwise, foreign currency is treated as an financial asset in the local market. Foreign currency is commonly bought or sold on foreign exchange markets by travelers and traders.

Communities can change the money they use, which is known as currency substitution. This can happen intentionally, when a government issues a new currency. For example, when Brazil moved from the Brazilian cruzeiro to the Brazilian real. It can also happen spontaneously, when the people refuse to accept a currency experiencing hyperinflation (even if its use is encouraged by the government).

The money used by a community can change on a smaller scale. This can come through innovation, such as the adoption of cheques (checks). Gresham's law says that "good money drives out bad". That is, when buying a good, a person is more likely to pass on less-desirable items that qualify as "money" and hold on to more valuable ones. For example, coins with less silver in them (but which are still valid coins) are more likely to circulate in the community. This may effectively change the money used by a community.

The money used by a community does not have to be a currency issued by a government. A famous example of community adopting a new form of money is prisoners-of-war using cigarettes to trade. [50]

Counterfeiting

Counterfeit money is imitation currency produced without the legal sanction of the state or government. Producing or using counterfeit money is a form of fraud or forgery. Counterfeiting is almost as old as money itself. Plated copies (known as Fourrées) have been found of Lydian coins which are thought to be among the first western coins. [51] Before the introduction of paper money, the most prevalent method of counterfeiting involved mixing base metals with pure gold or silver. A form of counterfeiting is the production of documents by legitimate printers in response to fraudulent instructions. During World War II, the Nazis forged British pounds and American dollars. Today some of the finest counterfeit banknotes are called Superdollars because of their high quality and likeness to the real U.S. dollar. There has been significant counterfeiting of Euro banknotes and coins since the launch of the currency in 2002, but considerably less than for the U.S. dollar. [52]

Money laundering

Money laundering is the process in which the proceeds of crime are transformed into ostensibly legitimate money or other assets. However, in several legal and regulatory systems the term money laundering has become conflated with other forms of financial crime, and sometimes used more generally to include misuse of the financial system (involving things such as securities, digital currencies, credit cards, and traditional currency), including terrorism financing, tax evasion, and evading of international sanctions.


The improved PayPal mobile app is the secure way to send,
receive, and access your money from almost anywhere.

Sign up to transfer money to family and friends across the globe quickly, securely and at little cost.

Apple and the Apple logo are trademarks of Apple Inc., registered in the U.S. and other countries. App Store is a service mark of Apple Inc., registered in the U.S. and other countries.

Google Play and the Google Play logo are trademarks of Google, LLC.

All trademarks and brand names belong to their respective owners. Use of these trademarks and brand names do not represent endorsement by or association with PayPal. Tous les droits sont réservés.


Street name

A brokerage term for securities held in the name of the broker, rather than in the name of the person who purchased them. This is a routine practice that allows trading to take place in a matter of minutes. Traditionally when you hold securities in your name, you have to keep them in a safe place and mail or hand deliver them to your broker whenever you want to sell them. But if you register them in street name, even though the name on the certificate is not yours, you're still the real owner and have all the rights associated with that ownership.

footnote * If you're transferring money from more than one money market fund, consider consolidating it into one account before the transfer.

All investing is subject to risk, including the possible loss of the money you invest.