Croiseur de classe Chatham HMAS Melbourne

Croiseur de classe Chatham HMAS Melbourne

Croiseur de classe Chatham HMAS Melbourne

HMAS Melbourne était un croiseur léger de classe Chatham construit pour la Royal Australian Navy.


Croiseur de classe Chatham HMAS Melbourne - Histoire

Action de navire unique de la Royal Navy - Sydney v EMDEN 1914


Îles Cocos Action Entre
Sydney et Emden, 9 novembre
(lien vers le chapitre dans le texte)

mardi 4 août 1914

Navires de guerre allemands en mer
(comprenant)

Peu de temps détaché à l'océan Indien - croiseur léger Emden 4 268 t, 10-4,1 pouces servant avec l'Escadron de croiseurs d'Asie de l'Est dans le Pacifique, détaché le 14 par Adm von Spee pour des raids commerciaux dans l'océan Indien, a coulé 15 navires de 66 023 tonneaux, un croiseur russe et un destroyer français.

(seuls les auxiliaires navals britanniques capturés sont inclus ici)

HMAS Sydney (Photo navires)

SMS Emden (Cyber ​​Héritage/Terry Phillips)

samedi 26 septembre

Indien océan

Amirauté collier (et deux coéquipiers britanniques) capturés par Emden (1), la plupart des équipages transférés au SS Gryfevale :

BURSK (1), Admiralty collier, 4 337/1914, Buresk SS Co, London-reg, M. Frederick Taylor, Port-Saïd pour Hong Kong avec 6 000 t de charbon gallois de haute qualité. Capturé 180 milles à l'ouest par N N vrai de Colombo (L - en 07.55N, 76.50E kp - 07.24N, 76.41E), retenu comme navire prison et charbonnier sous le commandement du Lt-Cdr R Kl pper, charbonné Emden à Nicobar Islands le 26 octobre, s'est approché de l'île de Keeling pour la charbonner à nouveau, pourchassé par le HMAS Sydney après qu'Emden a été détruit le 9 novembre et révisé, mais l'équipage de prise allemand la sabordait déjà, l'équipe d'arraisonnement a trouvé des vannes d'admission ouvertes et endommagées (L - coulé par le HMAS Sydney à Keeling Island) (+L/Lr/Rn/Mn/D/kp)

lundi 19 octobre

Indien océan

Un éventuel collier de l'Amirauté (et un autre navire à vapeur britannique) capturé par Emden :

Exford , charbonnier (kp - affrété par l'Amirauté), 4 542/1911, Tatem Steam Navigation Co, Cardiff-reg, naviguant au Royaume-Uni pour l'Inde avec 5 500 t de charbon gallois. Vu à 00h30 (L - à 08.27N, 74.49E kp 8.39N, 75.07E), arrêté vers 01h00 à l'aide de la sirène et du feu de signalisation, retenu comme charbonnier. Emden actuellement en compagnie des navires à vapeur britanniques Buresk, Troilus et St Egbert, plus tard ce jour-là à 1900, a libéré St Egbert avec des prisonniers. Exford repris par le croiseur marchand armé Empress of Asia, arrivé à Singapour le 11 décembre (+L/Mn/kp)

LA BATAILLE

Lundi 9 novembre

océan Indien

Le croiseur léger allemand SMS Emden s'est dirigé vers les îles Cocos pour détruire la station de câble et sans fil sur la plus petite île de Direction, est apparu à 05h50 et un avertissement a été immédiatement envoyé par le surintendant de la station de câble. Emden a jeté l'ancre et envoyé un groupe armé à terre qui a détruit les installations au cours des deux heures et demie suivantes. Vers 6 h 30, le signal d'avertissement avait été intercepté par le croiseur léger HMAS Melbourne escortant un convoi de troupes australiennes à seulement 50 milles au nord, le navire-jumeau Sydney a été détaché pour enquêter. Arrivé au large de Cocos à 9 h 15, Sydney a aperçu Emden qui a ouvert un feu précis à 9 h 40 à 9 500 mètres, la station de contrôle de Sydney a été rapidement touchée. Tirant le meilleur parti de ses canons à plus longue portée, Sydney abattit le premier entonnoir d'Emden, le mât de misaine, puis le deuxième entonnoir et le troisième, l'Emden gravement endommagé s'est dirigé vers le nord de l'île de Keeling Nord et s'est échoué à 11 h 20. Buresk, capturé quelque temps auparavant. La goélette Ayesha a été saisie par l'équipe de débarquement allemande après qu'Emden les a laissés à terre pour aller combattre Sydney, a navigué vers Padang, dans les Indes néerlandaises, puis vers le Yémen, une partie de l'empire ottoman turc. Les Allemands ont ensuite voyagé par voie terrestre jusqu'à Constantinople.

Sydney , Royal Australian Navy, croiseur léger, classe Chatham, 6 000 t, 8-6 pouces/4-3 pdr/2-21 pouces tt, Capt John Glossop, flotte australienne. Légèrement endommagé 3 morts, 1 DOW et 12 blessés (Rn/Cn/D/dk/kp)

(cliquez pour les abréviations des sources)

EXPÉDITION NAVALE DE LA GAZETTE DE LONDRES

Remerciements à la London Gazette

Gazette n° 29025 - 29 DÉCEMBRE 1914

Amirauté, 1er janvier, 1915 .

La dépêche suivante a été reçue du capitaine John C. T. Glossop, rapportant la capture du croiseur allemand ''Emden'' par H. M. A. S. "Sydney."

Un mémorandum est également annexé par le directeur du département de l'Air, l'Amirauté, contenant un rapport sur l'attaque aérienne contre les hangars à dirigeables et l'usine de Friedrichshafen.

Au secrétaire de l'Amirauté.

Dépêche du capitaine Glossop.

H. M. A. S. "Sydney" à Colombo, le 15 novembre. 1914.

Monsieur,

J'ai l'honneur de signaler que pendant qu'il était en service d'escorte avec le convoi sous la direction du capitaine Silver, H. M. A. S. "Melbourne", à 6 h 30. m., le lundi 9 novembre, un message sans fil de Cocos a été entendu signalant qu'un navire de guerre étranger se trouvait à l'entrée. J'ai reçu l'ordre de faire monter la vapeur à pleine vitesse à 7. 0 a. m. et s'y rendit. J'ai travaillé jusqu'à 20 nœuds et à 9 h 15. m. aperçu de la terre en avant et presque immédiatement la fumée d'un navire, qui s'est avéré être H. I. G. M. S. "Emden" sortant vers moi à grande vitesse. À 9 h 40. m., le feu a été ouvert, elle a tiré le premier coup. J'ai gardé mes distances autant que possible pour obtenir l'avantage de mes canons. Son tir était très précis et rapide au début, mais semblait se ralentir très rapidement, toutes les pertes se produisant dans ce navire presque immédiatement. Tout d'abord, le premier entonnoir de sa cheminée a disparu, deuxièmement le mât de misaine, et il était gravement en feu à l'arrière, puis le deuxième entonnoir a disparu, et enfin le troisième entonnoir, et j'ai vu qu'il se dirigeait vers la plage de North Keeling Island, où il s'est échoué à 11. 20 une. m. Je lui ai donné deux autres bordées et l'ai laissée poursuivre un navire marchand qui était venu pendant l'action.

2. Bien que j'aie eu des canons sur ce navire marchand à des moments étranges pendant l'action, je n'avais pas tiré, et alors qu'il s'éloignait rapidement, je l'ai poursuivi et rattrapé à 12 h 10, tirant un canon sur sa proue et hissant le signal de code international. d'arrêter, ce qu'elle a fait. J'ai envoyé un bateau armé et j'ai trouvé qu'il s'agissait du S. S. " Buresk ", un charbonnier britannique capturé, avec 18 membres d'équipage chinois, 1 steward anglais, 1 cuisinier norvégien et un équipage allemand de 3 officiers, 1 adjudant et 12 hommes. Le navire coulait malheureusement, le Kingston a été mis hors de combat et endommagé pour empêcher la réparation, j'ai donc tout pris à bord, j'ai tiré 4 obus sur lui et je suis retourné à "Emden" des hommes qui nageaient dans l'eau, pour lesquels j'ai laissé 2 bateaux que je remorquais de "Buresk."

3. En arrivant à nouveau sur "Emden", il avait encore ses couleurs en tête de grand mât. J'ai demandé par signal, code international, "Voulez-vous vous rendre ?"et j'ai reçu une réponse en morse "Quel signal ? Pas de livres de signalisation. " J'ai ensuite fait en Morse "Vous vous rendez?" et par la suite "Avez-vous reçu mon signal?" à aucun des deux je n'ai obtenu de réponse. Les officiers allemands à bord m'ont fait comprendre que le capitaine ne se rendrait jamais, et donc, bien que très à contrecœur, j'ai de nouveau tiré sur elle à 16 h 30. m., cessant à 4 h 35, alors qu'elle montrait des drapeaux blancs et abattait son enseigne en envoyant un homme en l'air.

4. J'ai ensuite quitté "Emden" et suis revenu et j'ai récupéré les deux bateaux du "Buresk", sauvant 2 marins (17h00), qui avaient été dans l'eau toute la journée. Je suis revenu et j'ai envoyé un bateau à "Emden", avec son propre équipage de prise de "Buresk", et 1 officier, et déclarant que je reviendrais à leur aide le lendemain matin. C'est ce que j'ai dû faire, car j'étais désireux de connaître l'état des câbles et de la station sans fil à Direction Island. Lors du passage, j'ai de nouveau été retardé par le sauvetage d'un autre marin (18 h 30), et le temps que j'étais à nouveau prêt et que j'approchais de l'île de Direction, il était trop tard pour la nuit.

5. Je suis resté allongé toute la nuit et j'ai communiqué avec Direction Island à 8 h 0. m., le 10 novembre, pour constater que le groupe d'"Emden" composé de 3 officiers et 40 hommes, 1 chaloupe et 2 cotres avait saisi et approvisionné une goélette de 70 tonnes (la "Ayesha"), ayant 4 Maxims, avec 2 ceintures à chacune. Ils sont partis la veille à six heures. La station sans fil a été entièrement détruite, 1 câble coupé, 1 endommagé et 1 intact. J'ai emprunté un docteur et 2 assistants, et j'ai procédé le plus rapidement possible à l'assistance d'"Emden".

6. J'ai envoyé un officier à bord pour voir le capitaine, et vu le grand nombre de prisonniers et de blessés et le manque de logement, &c., dans ce navire, et l'impossibilité absolue de les laisser où ils étaient, il a convenu que si je recevais ses officiers et ses hommes et tous les blessés, "alors tant qu'ils resteraient à "Sydney"", ils ne causeraient aucune interférence avec le navire ou les accessoires, et seraient soumis à la discipline du navire." Je me mis donc au travail immédiatement pour les transborder une opération des plus difficiles, le navire étant du côté météorologique de l'île et l'envoi à quai très lourd. Les conditions dans le "Emden" étaient indescriptibles. J'ai reçu le dernier d'elle à 5. 0 p. m., a ensuite dû faire le tour du côté sous le vent pour ramasser 20 autres hommes qui avaient réussi à débarquer du navire.

7. L'obscurité est arrivée avant que cela ne puisse être accompli, et le navire s'est à nouveau arrêté et allumé toute la nuit, reprenant ses opérations à 5. 0 a. m. le 11 novembre, un équipage de cotre doit débarquer avec des civières pour ramener les blessés au point d'embarquement. Un officier allemand, un médecin, est mort à terre la veille. Pendant ce temps, le navire a couru vers l'île de Direction pour ramener leur médecin et leurs assistants, envoyer des câbles, et était de retour à 10 h. 0 a. m., a embarqué le reste des blessés, et s'est dirigé vers Colombo par 10. 35 a. m. Mercredi 11 novembre.

8. Total des pertes à "Sydney" : tués 3, grièvement blessés (depuis morts) 1, grièvement blessés 4, blessés 4, légèrement blessés 4. Dans le "Emden", je ne peux qu'indiquer approximativement le nombre de tués à 7 officiers et 108 hommes d'après la déclaration du capitaine. J'avais à bord 11 Officiers, 9 Adjudants et 191 hommes, dont 3 Officiers et 53 hommes ont été blessés, et de ce nombre 1 Officier et 3 hommes sont morts depuis des blessures.

9. Les dommages à la coque et aux accessoires de "Sydney" étaient étonnamment faibles en tout, environ 10 coups semblent avoir été faits. Les salles des machines, les chaufferies et les cheminées se sont entièrement échappées.

10. J'ai le grand plaisir de déclarer que le comportement de l'équipage du navire était excellent à tous égards, et avec une si grande proportion de jeunes et de personnes en formation, c'est d'autant plus gratifiant. Les moteurs fonctionnaient magnifiquement, et des résultats supérieurs aux essais ont été obtenus, et je ne saurais trop parler du personnel médical et des dispositions du voyage ultérieur, le navire n'étant rien d'autre qu'un hôpital d'une description des plus douloureuses.

J'ai l'honneur d'être, Monsieur, Votre obéissant serviteur,

JOHN C. T. GLOSSOP, capitaine.

ACCIDENTS DE LA MARINE ROYALE ET ROYALE AUSTRALIENNE - Tués, morts et blessés

Avec nos remerciements à Don Kindell

Lundi, 9 novembre 1914

Di ed

BELL , Robert W, matelot de 3e classe, RAN, 1964

HOY, Albert, matelot de 2e classe, RAN, 7912 (RN 216421)

LYNCH, Thomas, officier marinier, RAN, 7902 (RN 17653)

SHARPE, Reginald A, matelot de 2e classe, RAN, 8003 (RN 239494), DOW

Blessés

Butcher, John, matelot de 2e classe, RAN, 193, sévèrement

Crosby, Albert, matelot de 2e classe, RAN, 2835

Gascoigne, Thomas, matelot de 2e classe, RAN, 1950, sévèrement

Green, Bertie, matelot de 2e classe, RAN, 2511

Hampden, Geoffrey Cromwell Edward, lieutenant, inf.

Harvey, Mark Beer, officier marinier, 180996, légèrement

Hooper, Arthur, matelot de 2e classe, RAN, 1677, légèrement

Horne, Richard, matelot de 2e classe, RAN, 1540, sévèrement

Kinniburgh , James, matelot de 2e classe, RAN, 2907

Meldrum, William , matelot de 3e classe, 113650, sévèrement

Stevenson, Thomas, signaleur ordinaire, RAN, 1871, légèrement

Williamson, Thomas, matelot de 3e classe, RAN, 2329, légèrement


Navires similaires ou similaires au croiseur de classe Town (1910)

Croiseur léger construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. C'était l'un des quatre navires de la sous-classe Caledon. Affecté à la Grande Flotte pendant la guerre, le navire a participé à la deuxième bataille de Helgoland Bight à la fin de 1917. Wikipedia

Croiseur léger de classe Chatham de la Marine royale australienne. Commandé dans le RAN en 1913. Wikipédia

Croiseur léger construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. Il faisait partie de la sous-classe Ceres de la classe C. Le navire a survécu à la Première Guerre mondiale et a été coulé par des avions allemands pendant la campagne de Norvège en 1940. Wikipedia

La classe Indefatigable était la deuxième classe construite de croiseurs de bataille britanniques qui ont servi dans la Royal Navy et la Royal Australian Navy pendant la Première Guerre mondiale. Amélioration de l'arc de tir transversal pour leurs tourelles d'ailes centrales grâce à un allongement de la coque. Wikipédia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Elle a combattu pendant la Première Guerre mondiale, participant à la bataille du Jutland. Wikipédia

Croiseur léger construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. C'était le nom du navire de la sous-classe Caledon de la classe C. Elle a survécu aux deux guerres mondiales pour être mise au rebut en 1948. Wikipedia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Elle a combattu pendant la Première Guerre mondiale, participant à la bataille du Jutland. Wikipédia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Mis au rebut. Wikipédia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Les croiseurs de classe Arethusa étaient destinés à diriger des flottilles de destroyers et à défendre la flotte contre les attaques des destroyers ennemis. Wikipédia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Elle a combattu pendant la Première Guerre mondiale, participant à la bataille du Jutland. Wikipédia

L'un des huit croiseurs légers construits pour la Royal Navy dans les années 1910. Elle a combattu pendant la Première Guerre mondiale, participant à la bataille du Jutland. Wikipédia

L'un des trois croiseurs légers modifiés de la classe Leander utilisés par la Marine royale australienne au début de la Seconde Guerre mondiale. Construit pour la Royal Navy au milieu des années 1930 et a été commandé en tant que HMS Amphion en 1936. Wikipedia

Croiseur léger de classe C construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. Il faisait partie de la sous-classe Carlisle de la classe C. Elle a survécu aux deux guerres mondiales pour être mise au rebut en 1948. Wikipedia

Croiseur léger de classe C construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. L'un des cinq navires de la sous-classe Ceres et a passé une grande partie de sa carrière en tant que navire amiral. Wikipédia

Classe britannique de quatre croiseurs cuirassés construits pour la Royal Navy au cours de la première décennie du 20e siècle. Transféré à la flotte méditerranéenne. Wikipédia

L'un des deux croiseurs légers commandés à l'origine pour la marine grecque en 1914. Il sera nommé Antinavarchos Kountouriotis en l'honneur du vice-amiral Pavlos Kountouriotis. Wikipédia

Croiseur léger de classe C construit pour la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. Il était l'un des cinq navires de la sous-classe Ceres et a passé la majeure partie de sa carrière en tant que navire amiral. Affecté à la Grande Flotte pendant la guerre, le navire a participé à la deuxième bataille de Helgoland Bight à la fin de 1917. Wikipedia

Groupe de quatre navires construits pour la marine impériale allemande. La classe comprenait, le navire de tête, , , et. Wikipédia


HMAS Adélaïde 1918 – 1949

Bien que ce croiseur léger obsolète n'ait été envoyé sur la ligne de front d'aucune zone de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale, il est resté actif et doit être considéré comme un navire porte-bonheur, car il a frôlé le danger à plusieurs reprises.

JUSQU'AUX ANNÉES 1950, seuls deux grands navires de combat du Commonwealth britannique avaient été construits en dehors du Royaume-Uni. Le premier d'entre eux était le croiseur de classe Chatham HMAS Brisbane (1) qui a servi de 1915 à 1936, et le second était son navire semi-soeur HMAS Adélaïde (1) qui était à flot de 1918 à 1949.

Les deux navires ont été construits sur l'île Cockatoo, désormais négligée depuis longtemps, à Port Jackson de Sydney, mais Adélaïde, d'une conception de base datant d'environ 1906, ne devait pas être en service pendant la Première Guerre mondiale et, par conséquent, a été achevé lentement après la guerre. La presse a donné Adélaïde le titre dérisoire, HMAS ‘Long retardéC'était peut-être injuste, car les croiseurs étaient des navires compliqués et beaucoup dépendaient de l'aide du Royaume-Uni (retardée par la guerre) et d'impératifs politiques plus urgents.

Adélaïde a été lancé le 27 juillet 1918 et a été commandé par le capitaine JB Stevenson, RAN le 5 août 1922. Il a coûté 1 271 782 livres australiennes et est entré en service à un moment où la nécessité économique et le sentiment général qu'une grande guerre ne pourrait plus jamais se reproduire avaient causé de grands réductions du budget du RAN.

Un vilain petit canard

Le 6 avril 1923, le Daily Telegraph rapporta qu'un vilain petit canard s'avéra être un cygne. Adélaïde atteint 26 nœuds aux essais. » Nul doute que ses chauffeurs espéraient que cet effort ne se fasse pas trop souvent !

La force de la RAN a subi un déclin en temps de paix et plusieurs navires plus petits ont été désarmés en octobre 1921, suivis du croiseur de bataille HMAS Australie. Plus de navires ont été désarmés et en 1923, la RAN n'avait que huit navires actifs : des croiseurs Adélaïde, Sydney et Melbourne (tous au charbon), trois destroyers, un sloop et un navire de dépôt, Ornithorynque.

L'Australie sabordée

Le 12 avril 1924 Adélaïde pris part à la triste procession vers la mer en tant que croiseur de bataille Australie a été retiré et sabordé aux termes du Traité de désarmement de Washington. À cette époque, les navires de l'escadron des services spéciaux de la Royal Navy visitaient l'Australie pour une croisière de 300 jours autour du monde et Adélaïde rejoint ce groupe lors de sa croisière, à destination de Wellington, en Nouvelle-Zélande, le 20 avril 1924, en compagnie de HM Ships capuche et Repousser.

Adélaïde visité Wellington, Napier, Auckland, Suva, Honolulu, San Francisco, Panama (premier navire RAN à utiliser le canal), Colon, Jamaïque, Halifax, Québec et, enfin, Portsmouth le 18 septembre 1924. Adélaïde entraîné avec des navires de la RN dans les eaux britanniques pendant environ trois mois et se dirigea vers la maison le 10 janvier 1925, via la Méditerranée, Colombo et Singapour.

La Conférence de défense du Pacifique et de l'Extrême-Orient s'est tenue à Singapour en mars 1925 avec trois croiseurs de la RAN, dont le nouveau Adélaïde, présent pendant les 16 jours de conférence au cours desquels ont été discutés les plans d'aménagement de la grande (imprenable ?) base.

Adélaïde et ses sœurs étaient de retour à Sydney le 23 avril. Pour les prochaines années Adélaïde travaillé avec des navires RN et RAN dans divers exercices modestes, mais le budget diminuait à mesure que la dépression empirait. Adélaïde servi sur la station chinoise RN’s et en 1927 a été impliqué dans un incident tragique dans les îles Salomon.

Expédition punitive

L'officier de district de Malaita (Îles Salomon) a été assassiné, ainsi que 14 policiers locaux, et Adélaïde a reçu l'ordre de se précipiter dans la région pour rétablir l'ordre. Adélaïde a quitté Sydney à 17h00 le 10 octobre et le commandant, le capitaine G. E. Harrison a reçu l'ordre de faire la meilleure vitesse possible. La compagnie maritime a été informée qu'ils étaient en expédition punitive, pour traduire les meurtriers de masse en justice. Des équipes de débarquement et des policiers de remplacement temporaires ont été sélectionnés et formés parmi l'organisation de débarquement du navire.

Les premiers groupes à terre ont débarqué le 16 octobre et se sont joints aux colons locaux. Le 22, après une escarmouche mineure au village des assaillants, plusieurs indigènes avaient été capturés et les autres chassés. Une maladie tropicale a affligé le navire au fur et à mesure des essais. Devant un commissaire judiciaire, des condamnations à mort ont été plaidées et prononcées contre six hommes de la région, tandis que d'autres ont été condamnés à de longues peines de prison.


Destin[modifier | modifier la source]

Brisbane a été mis en service pour la dernière fois le 2 avril 1935, dans le but précis de transporter la compagnie du navire du nouveau croiseur HMAS&# 160Sydney à leur navire en Grande-Bretagne. ΐ] Brisbane atteint Portsmouth le 12 juillet 1935 et a été désarmé le 24 septembre. ΐ]

Le 13 juin 1936, Brisbane a été vendu à Thomas Ward & Company pour 19 215 £ A pour être démantelé. ΐ] Le croiseur a été mis au rebut à Briton Ferry, au Pays de Galles. ΐ]


WW2 Bickley Naval Guns à Rottnest Island W.A.

On a souvent pensé à tort que les deux canons de 6 pouces situés à la batterie de canons côtiers Bickley de la Seconde Guerre mondiale provenaient du célèbre croiseur de la Première Guerre mondiale HMAS. Sydney je. La batterie Bickley était située à la pointe sud de l'île Rottnest en Australie-Occidentale.

Les livres d'histoire révèlent comment le HMAS Sydney J'ai écrit son nom dans l'histoire navale quand elle a coulé le raider allemand Emden aux îles Cocos le 9 novembre 1914 lors du premier engagement naval de l'Australie.

BRISBANE (I) vu à la fin des années 1920. L'un de ses canons de 6 pouces survit en Australie occidentale.

En fait, les deux canons navals Mark XI de 6 pouces fabriqués par les Britanniques à la batterie Bickley provenaient, un chacun, du HMAS. Sydney’s sister-ships, les croiseurs HMAS Melbourne et HMAS Brisbane.

Ces canons de 6 pouces faisaient partie des croiseurs de classe Chatham à huit armements principaux à montage unique.

Les canons ont été mis en place en 1938 avec le rôle principal de refuser l'utilisation du passage sud entre Rottnest et les îles Carnac aux navires ennemis et un rôle secondaire en tant que "batterie de secours" pour la batterie Arthur Head à Fremantle comme partie des défenses du port de Fremantle’s.

Chacune de ces batteries était à tour de rôle la "batterie d'examen" qui était responsable, en collaboration avec la Marine, de l'examen de tous les navires, à l'exception des navires de guerre, entrant dans le port de Fremantle.

Le canon de 6 pouces rejoint de Bickley Battery, ex-HMAS MELBOURNE (1), exposé au Kingstown Barracks Environmental and Educational Center sur Rottnest Island. Photo : Vic Jeffery

Le canon n° 2309, fabriqué en Angleterre, dont le canon est exposé aujourd'hui à la caserne de Kingstown sur l'île de Rottnest, était le canon n° 2 à bord du croiseur HMAS. Melbourne entre 1912 et la fin de la Première Guerre mondiale.

Il a été remplacé en 1918 et retourné à la Royal Ordnance Factories de Leeds en Angleterre pour être remis à neuf le 3 décembre 1918.

Ses allées et venues pendant les 20 années jusqu'à son retour en Australie en 1938 sont inconnues, il est très probablement resté entreposé en Angleterre.

L'autre canon, le n° 2328, qui est aujourd'hui exposé à l'extérieur du musée de l'armée à Bulwer Street, East Perth, a servi à bord du premier croiseur construit en Australie, le HMAS. Brisbane dans la Première Guerre mondiale.

Ce canon était à Woolwich, Londres en 1913 et envoyé en Australie le 28 septembre 1914 dans le cadre de l'armement du HMAS Brisbane, puis en construction au chantier naval de Cockatoo Island à Sydney.

Mise en service le 30 octobre 1916 HMAS Brisbane fut bientôt envoyé en Méditerranée via Singapour pour servir avec le Royal Marine.

Comme ce canon, le n° 2328 a été enregistré à Plymouth le 22 mai 1917, il faut supposer qu'il avait été remplacé au début de l'année avant le HMAS. Brisbane a été envoyé à Colombo en tant qu'unité de l'escadron des Indes orientales à la recherche de raiders allemands opérant dans l'océan Indien.

Il semble qu'après son retrait du HMAS Brisbane, cette arme a été déplacée comme pièce de rechange à Simonstown, en Afrique du Sud en 1919, à Chatham en Angleterre en 1925 et est finalement revenue à Sydney le 27 août 1938 comme l'une des trois armes Mark XI envoyées en Australie en échange d'armes usées.

Les deux autres qui l'accompagnaient, les n° 2046 et 2320 ont été relocalisés à Port Moresby en Nouvelle-Guinée.

Lorsque les deux supports pour ces canons de 6 pouces ont été achevés en 1938, ils ont été déplacés des supports cruciformes temporaires à Fort Swanbourne situé près de Fremantle, à travers l'île Rottnest et installés, faisant partie de la 1lth Heavy Battery de l'armée, 3rd Heavy Brigade .

Avant son retrait et sa restauration, un canon de 6 pouces ex-HMAS BRISBANE (I) gisait partiellement enterré parmi les décombres de l'ancien site de la batterie Bickley sur l'île Rottnest à la fin des années 1970.
Photo : Vic Jeffery


Historique des opérations[modifier]

En complément, Melbourne a navigué de Portsmouth pour l'Australie, arrivant à Fremantle le 10 mars 1913. Jusqu'en août 1914, le croiseur était principalement impliqué dans des croisières d'entraînement et des visites de ports autour de l'Australie. En août et septembre, le croiseur a opéré avec d'autres navires de guerre australiens dans le Pacifique en guise de contre-attaque à l'escadron allemand d'Asie de l'Est et a participé à la capture de plusieurs colonies allemandes. ΐ] Melbourne est revenu à Sydney le 20 septembre et le 1 novembre a rejoint l'escorte du convoi transportant le Corps d'armée australien et néo-zélandais en Égypte. Le croiseur a quitté le convoi alors qu'il se trouvait dans l'océan Indien et s'est dirigé vers Gibraltar, où il a ensuite été chargé de se diriger vers les Açores à la recherche du croiseur allemand SMS Karlsruhe. ΐ]

Au moment où elle atteint les Açores le 12 décembre, Melbourne avait été réaffecté aux Bermudes dans le cadre de la station Amérique du Nord et Antilles. ΐ] Pendant qu'il se trouvait à la station, le croiseur a patrouillé dans l'ouest de l'Atlantique du Canada au Brésil. En août 1916, il s'embarqua pour Devonport en Angleterre, où il passa un mois avant de rejoindre le 2nd Light Cruiser Squadron de la British Grand Fleet, stationné à Scapa Flow. ΐ] De janvier à juin 1917, Melbourne a été amarré à Birkenhead pour des réparations majeures de son système de propulsion. ΐ] Le croiseur a été équipé d'une plate-forme d'avion en novembre 1917. Δ] Le 1er juin 1918, Melbourne a lancé son avion après avoir aperçu des avions allemands au-dessus de Helgoland Bight, mais le pilote a perdu sa cible dans les nuages. Δ] À la capitulation de la flotte allemande de haute mer, Melbourne a été affecté à l'escorte SMS Nuremberg. Δ] Le croiseur est resté avec la Grande Flotte jusqu'au 30 novembre 1918 : pendant toute la guerre, Melbourne n'a participé à aucune bataille navale. Au départ, le croiseur n'a reçu aucun honneur de bataille, mais une réorganisation du système d'honneurs RAN publiée en 2010 a décerné rétroactivement les honneurs « Rabaul 1914 » et « North Sea 1916-18 » au navire. Ε] Ζ]

Melbourne est resté à Portsmouth jusqu'au 7 mars 1919, puis a navigué pour Sydney via Suez, Singapour et Darwin. ΐ] Le navire a été mis en réserve le 5 août 1919 jusqu'au 14 avril 1920, date à laquelle il a été remis en service. ΐ] ⎖] En 1922, le navire a sauvé le personnel du voilier Hélène B. Sterling, qui avait été désactivé dans la mer de Tasman par un coup de vent. Également en 1922, le navire a été nommé navire amiral de l'escadron australien. Il a été remis en réserve le 29 septembre 1924, la plupart des quatre années de service avaient été passées dans les eaux australiennes, avec des croisières en Nouvelle-Zélande et dans les îles du Pacifique. Le croiseur a été remis en service le 8 octobre 1925 et a quitté Sydney pour l'Angleterre le 23 novembre. ΐ] En 1926, le navire a été affecté à la flotte méditerranéenne en échange, avec le croiseur britannique HMS Delhi envoyé pour fonctionner avec le RAN. Γ] Melbourne est revenu en août 1926 et a repris ses fonctions en tant que navire amiral. ΐ]


Croiseur de classe Chatham HMAS Melbourne - Histoire

par Lt Cdr Geoffrey B Mason RN (Rtd) (c) 2003

HMAS ADELAIDE - Croiseur léger de classe Birmingham de la Première Guerre mondiale, y compris les mouvements d'escorte de convoi

Edité par Gordon Smith, Naval-History.Net

Croiseur de classe BIRMINGHAM commandé au chantier naval de Cockatoo Island, à Sydney et en Australie en 1914. La construction a été retardée jusqu'à ce que le matériel adéquat soit disponible et le navire a été posé le 20 octobre 1917. Bien qu'il ait été lancé le 27 juillet 1918, son achèvement a été tranquillement jusqu'au 5 Août 1922 lorsqu'il est commissionné pour des fonctions d'entraînement. En 1924, il a été déployé avec les HM Battlecruisers HOOD et REPULSE, les HM Cruisers DANAE, DELHI, DAUNTLESS, DRAGON et DUNEDIN dans le cadre de l'escadron de croisière Dominion pendant la tournée de SAR le prince de Galles. Plus tard, elle a servi sur la China Station. L'ancienne conception la rendait de faible valeur en tant qu'unité de combat et elle fut retirée du service pour être remise en état et placée en réserve. Au vu de la situation politique, le navire est pris en main pour se moderniser, ce qui implique la réduction de son armement et la conversion de toutes les chaudières pour brûler du fioul. En conséquence, seulement trois entonnoirs ont été nécessaires. Trois canons HA de 4" ont été installés pour la défense AA et les tubes lance-torpilles submergés ont été retirés. Ces travaux ont commencé à la fin de 1938 et ont été achevés en mars 1939.

B a t t l e H o n o u r s

Aucun n'est répertorié dans le dossier officiel.

Comme ce navire faisait partie de la Royal Australian Navy, aucun détail n'est

inclus la liste officielle des écussons héraldiques de la Royal Navy

D é t a i l s d e W a r S e r v i c e

(pour plus d'informations sur le navire, accédez à la page d'accueil de l'histoire navale et saisissez le nom dans la recherche sur site)

Réalisation d'essais avant remise en service. Nommé pour les fonctions de défense commerciale sur la mobilisation de la flotte.

1er - Re-commissionné à Sydney.

10 - Déployé avec les croiseurs australiens HM AUSTRALIA et CANBERRA à la recherche de poseurs de mines au large de l'île de Gabo.

À la fin déployé pour l'escorte du convoi.

Escorte de convoi en continuation. Nommé pour le service dans la Western Force basée à Fremantle pour des fonctions d'escorte océanique.

13e - Soulagé HM Australian Cruiser Sydney comme escorte pour le transport de troupes STRATHALLAN Retourné à Fremantle. (Remarque : ce transport de troupes emmenait la 2e force impériale australienne au Moyen-Orient.)

22 - À la fin, rejoint Eastern Force à la place du HMAS SYDNEY.

Service d'escorte au large de l'est et du sud de l'Australie

15 - Partie d'escorte avec le HM Battleship RAMILLIES pour les transports de troupes ETTRICK, NEURALIA, STRATHAIRD et DUNERA de Melbourne à Fremantle.

21 - Détaché des transports de troupes et rentré à Sydney.

Continuation des devoirs d'escorte de la Force de l'Est dans les eaux australiennes.

2e - Passé de Sydney avec le ministre de la France libre à Vila, Nouvelles-Hébrides. (Remarque : ce représentant deviendra gouverneur de la colonie française de Nouméa.)

16 - Passage de Vila à Nouméa comme escorte du pétrolier norvégien NORDEN.

19e - Gouverneur terrien à Nouméa. Ordonné de rester à Nouméa car Vichy French Sloops DURVILLE et AMIRAL CHARNER étaient connus pour être dans la région.

20 - Patrouille au large de Nouméa.

5e - A pris le passage pour retourner à Sydney.

8e - Reprise du service avec Eastern Force à l'arrivée à Sydney.

21 - A navigué de Sydney pour effectuer une patrouille à 120 milles au SE de l'île de Gabo après qu'un raid commercial ait été signalé.

Service de patrouille en continuation.

8e - Envoyé de Sydney pour rechercher un poseur de mines après le naufrage du vapeur CAMBRIDGE.

10 - Retour à Sydney après des recherches infructueuses. (Remarque : les mines ont été posées par le voleur de commerce allemand ORION.)

Déployé comme escorte pour le courrier à vapeur pendant la première partie du passage à Vancouver.

2e - Transfert du devoir d'escorte au HM Australian Cruiser ACHILLES au large du Cap Nord.

A pris le passage à Sydney. A l'arrivée prise en main pour refit.

À la fin des essais après radoub, il reprend ses fonctions avec la Force de l'Est.

Déployé pour l'escorte de convois entre Brisbane et Rabaul, Nouvelle-Guinée.

Escorte de convoi en continuation.

25 - Steamer escorté de Melbourne à Chatham Island.

30 - Arrivé à Auckland après s'être détaché du vapeur.

Retour à Sydney. Reprise des fonctions dans la Force de l'Est.

Escorte de convoi dans les eaux australiennes en continuation.

14 - Convoi de troupes escorté de Darwin à Ambon, Java.

17e - Détaché à l'arrivée et rentré à Sydney.

3e - Convoi trans-mer de Tasman escorté de Sydney pour rencontrer les chalutiers RNZN

8e - Détaché après transfert et retourné à Sydney. (Remarque : Seuls deux de ces convois ont été effectués.)

29 - Transféré à l'ANZAC Force avec les croiseurs australiens HM AUSTRALIA, CANBERRA, HOBART et PERTH, les destroyers australiens HM STUART, VOYAGER, VENDETTA, le sloop australien HM MORESBY, les croiseurs marchands armés australiens KANIMBLA, MANOORA et WESTRALIA, les croiseurs néo-zélandais HM DERACHILLES et LEAN . (Remarque : il s'agissait de la mise en œuvre d'une décision prise lors d'une conférence à Washington d'établir une force navale dans la partie nord-est de la station australienne. Voir WAR WITH JAPAN Volume III (HMSO).)

Nommé pour l'escorte du convoi de pétroliers et a pris le passage à Tanjong Priok, Java

3e - Déployé comme escorte pour le convoi MS4 lors du passage de Java à Fremantle.

À l'arrivée à Fremantle a pris le passage à Java pour le devoir avec la Force ANZAC.

22 - Rencontré le HMAS VENDETTA au large de Java en tant qu'escorte du convoi lors du passage à Fremantle.

Déploiement de la force ANZAC pour l'escorte de convois dans les eaux australiennes. (Note: Evacuation of allied troops from Dutch East Indies involved escort of convoys search for individual ships making independent passage.)

Nominated for duty with SW Pacific Area Force.

Deployed for escort of convoys in area during passage between USA and Australia.

Transferred for convoy escort in Indian Ocean. (Note: German blockade runner RAMSES was known to be on passage from Japan.)

24th - Escorted military Convoy OW1 with Dutch cruiser HEEMSKERCK during passage in Indian Ocean from Fremantle.

26th - Intercepted RAMSES in position 23.20S 99.13E (700 miles south of Cocos Islands). Engaged enemy ship which was scuttling and sank her with gunfire.

28th - On relief by HM Cruiser GAMBIA as escort for OW1 took passage to return to Fremantle.

Indian Ocean and Australia waters convoy escort in continuation.

Deployed at Fremantle for convoy defence.

Passage from Fremantle to meet military convoy from Aden. (Note: PAMPHLET Convoy included rms QUEEN MARY, AQUITANIA, QUEEN OF BERMUDA, French liner ILE DE FRANCE and Dutch liner AMSTERDAM. It was carrying 9th Australian Division returning from the Middle East for service in Pacific area following the Japanese advance through Dutch East Indies.).

17th - Joined escort for PAMPHLET Convoy. (Note: Escort from Aden included HM Battleships REVENGE, RESOLUTION and WARSPITE, Dutch cruisers HEEMSKERCK and TROMP with destroyers.)

18th - PAMPHLET Convoy arrived at Fremantle

19th - Escorted PAMPHLET Convoy during passage from Fremantle with Dutch Cruisers HEEMSKERCK, TROMP and Dutch destroyer TJERK HIDDES.

On arrival at Sydney detached from PAMPHLET convoy.

Coastal convoy defence in continuation.

Coastal convoy defence in continuation.

11th - Escorted convoy from Melbourne to Albany, Western Australia.

20th - Returned with submarine tenders as escort for passage to Sydney.

Coastal convoy defence in continuation based at Fremantle.

Nominated for support of Eastern Fleet operation and took passage from Fremantle to Exmouth Gulf (Operation COCKPIT).

14th - Deployed as Guardship for Tanker Force assembled at Exmouth Gulf for replenishment of Eastern Fleet ships prior to air attacks on targets at Sabang in Sumatra. (See WAR WITH JAPAN (HMSO).)

19th - Took passage from Exmouth Gulf to Melbourne on completion of COCKPIT deployment.

Resumed coastal convoy defence duty.

Deployed for coastal convoy defence Nominated for withdrawal from operational duty.

Deployed at Melbourne pending passage to Sydney

Passage from Melbourne to Sydney. Deployed at Sydney.

Sydney deployment in continuation. To be Paid-off.

13th - Paid off and destored.

At Sydney awaiting decision re future use

HMAS ADELAIDE remained at Sydney until 1947 when she was used for a target during night gunnery exercises. Placed on the Disposal List in 1948 this ship was sold to the Australian Iron and Steel Company for demolition the next year. She was towed to Port Kembla on 30th March 1949 and breaking-up had been completed by January 1950.

MOUVEMENTS D'ESCORTE DE CONVOI du HMS ADELAIDE

Ces listes de convois n'ont pas été recoupées avec le texte ci-dessus


during the Great War 1914-1918.

The names on this list have been submitted by relatives, friends, neighbours and others who wish to remember them, if you have any names to add or any recollections or photos of those listed, please Add a Name to this List

Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale?

Please see FAQ sur l'histoire familiale

Please note: We are unable to provide individual research free of charge.


Chatham Class cruiser HMAS Melbourne - History

HMAS Australia was the third of the Indefatigable Class of battle cruisers. The Indefatible class comprised three ships in order of completion they were Indefatigable, New Zealand et Australie.

The Royal Navy/Royal Australian Navy used the name Australie for three ships as shown in the table below.


Date Brief History
1885 La première Australie was a member of the eight strong Orlando class of armoured cruisers. Built by the Fairfield Shipbuilding and Engineering Company at their Govan works on the Clyde, she was the only ship of the Royal Navy to use the name. She was laid down in April 1885, launched in November 1886, and commissioned in October 1888. The Orlando class was a series of fairly small first class armoured cruisers 300 feet long. They displaced 5,600 tons full load and were powered by twin screws each driven by a three cylinder triple expansion engine. Under forced draft they developed 8,500 IHP and could make almost 19 knots. Armament was two 9.2” breech loading guns rather strangely these were initially open weapons with no shields - one gun was fitted fore and aft, They also carried ten 6" guns - five on either beam. Six 6-pounder, and ten 3-pounder guns completed the outfit. The class was also fitted with six torpedo tubes - one at the bow and one at the stern of the submerged type with the other four deck- mounted - two on either beam. HMS Australia was commissioned for the Mediterranean station in 1889. In 1903 she was assigned as a coast guard vessel and in 1905 she was broken up at Troon.
1913 La deuxième Australie was an Indefatigable class battle cruiser and is the subject of this page.
1928 The third Australie was a Kent class heavy cruiser built by John Browns at their Clydebank works 1925-28. She was 630 feet long and displaced just slightly less than the 10,000 ton 1922 Washington treaty limit for heavy cruisers. The class could make almost 32 knots on their four steam turbines which developed 80,000 SHP. They had an excellent range and were very good sea-boats. However their main armament of eight 8" guns were new and prone to teething troubles in the early years. She also had four 4" guns, four 3-pounders and one quadruple 2-pounder gun and two sets of quadruple torpedo tubes. At the end of a long war Australie was hit by no less than six Kamikaze aircraft - five off the Lingayen gulf - resulting in the loss of 86 of her crew. Repaired she sailed on until 1954 when she was decommissioned and then scrapped at Barrow in 1955

There was to be a fourth use of the name Australie. The Carrier/through-deck cruiser HMS Invincible (R05) was to have become the third HMAS Australia as a replacement for the carrier HMAS Melbourne but following the Falklands war Britain decided not to sell her.

HMAS Australia - the location and date are not known. [3] HMAS Australia - the location and date are not known. [3]

Basic Data

Article Valeur
Taper Bataille navale
Classer Infatigable
Constructeur John Brown & Co.
Builder's Yard Clydebank
Builder's Country UK
Displacement (Std) 18,500 tons
Displacement (Full load) 22,110 tons
Longueur 590 Ft.
Breadth 80 Ft.
Draught 26 Ft. 66"
Moteurs Four Parsons direct drive steam turbines
Engine Builder Parsons Marine Steam Turbine Co
Engine Builder Works Turbinia, Wallsend
Engine Builder Country UK
Puissance 44,000 SHP
Boilers 32 Babcock & Wilson coal-fired boilers
Propulsion Four Screws
La vitesse 25 knots
Complement Environ. 820

Additional Construction Information

Finance for the ship was provided by Australia and on her commissioning she became the flagship of the Royal Australian Navy (RAN). Her building costs were a little under £1,800,000. A strange feature of both the Australie et Nouvelle-Zélande, which were funded by their respective countries, was that their construction started at about the same time the Royal Navy began building the Lion class. The Lion class was a far better design of battle-cruiser and the only reason I can think for this occurring was that the Indefatigables were a very much cheaper design.

Quadruple propellers were driven by Parsons direct drive steam turbines in a virtually identical layout to that of the Invincible class battle-cruisers. The turbines consisted of a high pressure ahead and astern turbine on the outboard shafts, and a low pressure ahead and astern on the two inboard shafts. The inboard shafts also incorporated an ahead cruising turbine for fuel economy.

The turbines developed a total of 44,000 SHP giving a speed of 25 knots and on her trials on overload she attained 55,881 SHP which gave her a speed of 26.89 knots. Steam was supplied from a total of 32 Babcock and Wilcox coal fired boilers which were also fitted with oil sprayers to facilitate raising steam quickly and to provide maximum power when required. The bunker capacity of 3,170 tons of coal and 840 tons of oil gave them a range of 6,330 miles at 10 knots. The class was fitted with twin rudders which made them quite manoeuvrable with a small tactical diameter.

Unidentified stokers at work in the boiler room on HMAS Australia. The first of these shows scraping out the ash from the bottom grate in the boiler furnace and the second shows stoking. [7] Coaling operations in full swing on board HMAS Australia. On the deck of the battle cruiser many seamen wait to have their trolleys loaded with coal, while others push loaded trolleys. Those on the deck of the collier load coal into sacks. [7] Two seamen and two officers watching the instruments on the control board in the engine room aboard HMAS Australia. Identified left to right: Engineer Commander George William Wooldridge, RN Stoker R Else (rear) Chief Engine Room Artificer John Kenshole of Heavitree, England Engineer Lieutenant Walter Robert Sinclair, RAN. [7] Five seamen cleaning boiler tubes under supervision aboard HMAS Australia. Identified left to right (bottom row, standing): Stoker H Ashford Stoker Charles Francis Studden of Calstock, England Leading Stoker D Hartley. Top row, seated: Stoker W P Thomas Stoker Jack Ashby of North Melbourne, Vic Stoker Percy Hudson of Lanchester, England. [7]

Career Highlights

Date Event
23 June 1910 Keel said down
25 October 1911 Launched - named by Lady Reid, wife of Sir George Reid, Australian High Commissioner in London and former Prime Minister.
June 1913 Complété
1921 Transferred to the Reserve Fleet
12 April 1924 Scuttled 24 miles from E of Port Jackson Heads complete with her armament

Armement

Batterie principale

Australie had eight 12" C45 Mk10 guns in four twin turrets with turret A on the foc’sle deck. Turret Y was right aft and two turrets were amidships - P forward of the No2 funnel and Q aft. Although P and Q turrets still had restricted arcs of fire ahead and astern, they were in a better position than the echelon arrangement in the previous Invincible class and could fire an eight-gun broadside without risking blast damage to the ship.

A gun turret on HMAS Australia [7]

Construction of the gun barrels was of wire winding of several miles of thin flat wire onto a steel inner tube. This was then covered with a steel jacket. Bore length was 45 calibres or 540 inches and the guns were fitted with an improved mechanical type breech. Each gun weighed approximately 57 tons with the two gun turrets weighing a total of 450-500 tons. Although of a calibre favoured by the Admiralty, these guns were not a good weapon at long range as the shell tended to wobble in flight giving poor accuracy.

The guns had a range of 16,500 yards at an elevation of 13.5° and fired a shell weighing 850 to 859lbs using a propellant charge of 258lbs of Cordite MD45 (MD standing for Cordite Modified - now obsolescent and comprised 65% guncotton and 30% nitro-glycerine and 5% Vaseline). The number indicates this is a rod shaped propellant i.e. it is in long rods not granular. The charges were in four silk bags and the silk was a special type called Shallon. Much coarser than normal silk this ensured that it burnt completely in the barrel so as to leave no residue that might ignite a following charge. The shell life of the guns was reasonable at 220 rounds per gun (RPG) with on board stowage being 800 rounds or 80 RPG. Rate of firing was two rounds per minute on gun-layers tests but in battle it was nearer one round per minute. Penetration was given as 10.5” of armour plate at a range of 10,000 yards.

Scan of a page in a very old manual showing the layout of the main and secondary weapons of the Infatigable class battle-cruisers. [11]

The image above is a scan of a page in a very old manual and shows the layout of the main and secondary weapons of the Indefatigable class battle-cruisers. Note that the two midships (P and Q) turrets are offset, this was to keep the additional length of the ship to a minimum from the original Invincible design. The proximity of the guns to the ships side and thus lack of protection from interior structures entailed a patch of armour having to be added to each respective side of the ship in the area of the vulnerable turret. The side elevation shows the outline of the armour scheme.

Inside a turret on the battle cruiser HMAS Australia. Five seamen wait as the supply of shells passes from the magazine to a 12" gun. Identified left to right: Leading Seaman Keith James Trueman of Thebarton, SA Boy First Class W R Edwards Boy First Class Kenneth William Carswell Bourne of West Maitland, NSW unidentified Able Seaman Roger Audley Tuxworth of Brisbane, Qld (far right). [7] Inside a turret on the battle cruiser HMAS Australia. Able Seaman W J Cotter rams home a projectile in a 12" gun, watched by Able Seaman T R Field (left). [7] The same gun as the previous image with the breech closed ready for firing [7] View along the foredeck of HMAS Australia showing 'A' Turret with its 12" and 4" guns. [7] View from the foremast looking along 'A' turret and the fo'c'sle. An anchor party is working at the capstan and the ship's whaler is coming alongside [7] View from the fo'c'sle showing 'A' turret, the conning tower, bridge and foremast. The 4" guns can be seen protruding from the side and the signalling light and semaphore psotions can be seen on either side of the bridge. [7]

Secondary Armament

Sixteen single 4" C50 Mk7 guns were fitted to this class of ship. Thankfully none were installed on the main turret roofs a place that was untenable when the main armament was in action - instead they were positioned in casemates or in open mounts around the deck houses.

Torpedo Armament

Ships in the Indefatigable class were originally fitted with three 18” submerged torpedo tubes, one aft and one on either beam. In about 1915 the stern tube was removed from all three of the ships in the class.

Armure

As already mentioned above, the armour scheme of these ships was not great - nor was it intended to be as the ships were not designed for fighting a heavily armed opponent. The class was particularly weakly defended against long-range plunging shell-fire. The main belt consisted of a shallow belt just 6" thick with a 4" upper belt. Closing the armoured citadel off were two armoured bulkheads which were just 4" thick, The decks over the magazines and machinery spaces were just 2.5" thick and reduced to an inch elsewhere. The barbettes protecting the turret machinery and shell hoists were a little better at 7" where they were outside of other armour but reduced to just 3" inside other armour. The main turret faces were 10" thick with 6" side and back plates and the control tower armour was 2.75" thick.


Probably taken in 1915 from the Forth Bridge in Scotland. [7]

I can definitely identify this image from my father's collection of cuttings of the Australie and can see that the anti-torpedo nets have gone so it was taken post the start of WW1. The photo was obviously taken from above but does not look to be high enough for an aeroplane so I think it was taken from the Forth bridge either leaving or entering the Firth of Forth with what may be the Renommée ou Repousser astern." (Steve Woodward)

Historique des opérations

Commissioning

HMAS Australia was commissioned into the Royal Australian Navy on the 21 June 1913 under the command of Captain Stephen H. Radcliffe RN. On the 23 June she hoisted the flag of Rear Admiral George Edwin Patey as flagship of the Australian fleet. She sailed from Portsmouth on the 21 July 1913 in company with the light cruiser HMAS Sydney – a Chatham class light cruiser which had just been built by the London and Glasgow Engineering Company at Govan on the Clyde. Sydney was later to become famous when she was involved in the RAN’s first ship-to-ship battle with the German light cruiser/raider Emden on the 9 November 1914.

HMAS Australia on an unknown ceremonial occasion. The ship appears to be in pristine condition and a photographer is visible on a stepladder taking pictures. The date is not known. [3] HMAS Australia - The date is not confirmed but it was clearly taken at Portsmouth - note the transom stern of the La victoire on the left. Australie is fitted with anti-torpedo nets that were removed early in WW1 so this is early in her life. The only time she is known to have been in Portsmouth was at her commissioning in June 1913 so this picture is highly likely to have been taken at that time. [15] HMAS Australia - presumably at Portsmouth as the photographer was Cribb of Southsea. This image also shows anti-torpedo nets - the date is not known. [15] HMAS Australia at Portsmouth. This photo is much clearer and does not appear to show the torpedo nets which is a bit of a mystery. Possibly she had them fitted at the Portsmouth Naval Dockyard shortly after this photo was taken. The source describes the photo "HMAS Australia avec HMS Victory en route to Australia 21 July 1931" [15]

The voyage back to Australia was used to publicise the RAN and raise awareness of its role. Australie along with the cruisers Encounter, Melbourne et Sydney escorted by the Destroyers Parramatta, Warrego et Yarra arrived at Sydney on 4 October 1913 to an enthusiastic welcome. Following this she carried out a tour of Australia visiting most if not all the major ports. One memorial to her at this time is the film Sea Dogs of Australia the battle-cruiser in the film is Australie.

HMAS Australia at sea in 1913. [3] HMAS Australia entering Sydney in 1913. [3] HMAS Australia at Farm Cove Sydney - the date is not known. HMAS Melbourne is in the background. [3] HMAS Australia entering Sydney Harbour for the first time on 4 October 1913. [3]

When WW1 broke out, the Australian fleet was a major deterrent to the German East Asiatic Fleet under Admiral Graf Von Spee and kept that fleet out of Australia’s waters. During these times Australie captured the German supply ship Sumatra.

HMAS Australia at sea Circa 1914 (according to the caption) [15]

At the end of December 1914 Australie sailed for England via the Panama canal. During the crossing of the Pacific she encountered one of Graf Spee’s supply ships SS Eleonore Woermann - a 5,000 ton collier. Graf Spee at this time had already been defeated by Rear Admiral Sturdee off the Falkland Islands. Australie captured the collier, removed the crew then sank her with a single 12” shell.

HMAS Australia in very choppy seas. The date and location are not known. [15]

Arriving in Devonport on 25 January 1915 she sailed shortly afterwards for Rosyth where on 15 February she hoisted the flag of Rear Admiral Sir William Pakenham assuming the role of flagship of the 2nd Battle-Cruiser Squadron (2BCS). This squadron comprised the three ships of the Indefatigable class - Australia, New Zealand et Infatigable herself - and was based at Rosyth. For the next months the 2BCS’s life was one of routine sweeps and patrols of the North Sea then, out on manoeuvres on the 22 April 1916, the 2BCS found itself in dense fog and the Nouvelle-Zélande collided quite heavily with the Australie. Nouvelle-Zélande’s damage was quickly repaired, but not so the Australie. Her damage was quite severe and so she spent until 9 June 1916 under repair at Rosyth dockyard. As a result she missed the Battle of Jutland on 31 May -1 June 1916 Nouvelle-Zélande took over as Flag of the 2BCS which sailed as a two ship squadron.

HMAS Australia - this fine photograph was taken by Green Brothers but the date and location are not known. [3]

When she returned to service Australie again joined the 2BCS and resumed her life of routine patrols. In December 1917 she opened fire on a possible submarine sighting but this was likely a false alarm. On 12 December 1917 during fleet manoeuvres she collided with the battle-cruiser HMS Repulse and needed nearly a month under repair.

In February 1918 several of Australie’s crew volunteered for special duties leaving the ship temporarily for the raids on Ostend and Zeebrugge where they acquitted themselves very well. Towards the end of the war Australie carried out a number of trials launching aircraft from a makeshift platform on top of the barrels of A Turret's guns.

Launching of Aircraft

The first flight by an aircraft from HMAS Australia took place on 18 December 1917, piloted by Flight Lieutenant (later Captain)) F.M. Fox, RNAS (later RAF) the first successful flight of a two-seater aircraft (carrying pilot only) was on 8 March 1918. On 4 April 1918, and again on 11 May 1918, Sopwith number 5644 successfully took off from HMAS Australia with a two man crew and wireless equipment, piloted on both occasions by Capt Fox.

HMAS Australia - the source photo is captioned "Launching Sopwith Pup". [3] Sopwith 1 1/2 Strutter biplane aircraft (serial number 5644) being hoisted onto the deck of HMAS Australia. [7] Two seater biplane on HMAS Australia deck of HMAS Australia. [7]

The caption on the Australian War Memorial website reads:

"Silhouetted against the water, three men work on a Sopwith 1 1/2 strutter two seater biplane, which was carried by HMAS Australia on a platform above the starboard gun turret. The aircraft first took off from the ship on 4 April 1918 and again on 14 May 1918 this had not been done before with a two seater aircraft. (See EN0010, EN0011, EN0224.) The Forth Bridge can be seen in the background."

However I have been advised by Steve Cox that this aircraft is actually a Sopwith Camel looking at the shape of the upper wing it is certainly different from the aircraft shown in the other images below.

Another view of the same Sopwith 1 1/2 Strutter biplane aircraft (serial number 5644) being hoisted onto the deck of HMAS Australia. [7] Sopwith 1 1/2 Strutter biplane aircraft (serial number F-7562 atop the port turret. Other photos show it on the starboard turret of HMAS Australia [7] HMAS Australia fitted with an Aircraft launching device and equipped with a Sopwith 1½ Strutter two-seater aircraft for reconnaissance. [3]

This model was introduced into service in 1916. There appears to be no launching mechanism and it is assumed that the aircraft has to launch on the very short and narrow platform mounted on the guns using its own power. Presumably the launch is there to rescue the pilot should things go wrong. It would seem a tall order to land on the gun platform but they are not equipped with floats to land in the sea.

HMAS Australia with the searchlights at work at the Firth of Forth in 1918. The 2-seater Sopwith biplane can be clearly seen on its launching platform. [3] Ship's company of HMAS Australia in 1918. [3]

The Armistice

On 11 November 1918 The Armistice was signed and on 21 November Australie led the port column of the ships greeting the surrendering German High Seas Fleet as they arrived at the Firth of Forth for disarmament checks before being interned in Scapa Flow. In the Firth of Forth each allied ship was given watch over a German counterpart to ensure no foul play - Australie watched over the battle-cruiser Hindenburg.

The men of HMAS Australia marching North along Macquarie Street during a peace celebration at Sydney in 1919 taken by a photographer from the Sydney Morning Herald and Sydney Mail. [7]

Post WW1

In early 1919 Australie left Northern waters for Plymouth and on 23 April 1919 sailed for Freemantle.

HMAS Australia passing through the Suez Canal in 1919. [3]

She arrived at Freemantle on 28 May 1919 for a planned four day visit. However this proved short of the expectations of her crew and a request was made for a longer stay. This was refused and a number of the crew, chiefly the stokers, refused to sail the ship and a number of men were charged with mutiny. Delayed by all this she did not arrive in Sydney until 15 June. She had been away from Australia just short of 5 years so perhaps her men's behaviour was justified. Several of the men involved in the so-called mutiny were jailed but outrage in the country saw them freed relatively quickly.

HMAS Australia dressing ship in honour of the visit of the Prince of Wales in 1920. [3] Inscriptions on the side of HMAS Australia recognising her battle honours. [7]

Resuming the role of flagship of the RAN, the costs of running the ship became the ruling factor and she was reduced to the role of a gunnery training ship with a reduced crew at the Flinders Naval Depot until 1921 when she returned to Sydney to pay off into reserve.

Disposal

The 1922 naval arms limitation treaty held in Washington now ended Australie's career and it was decided to scuttle her. Although nowadays this seems like a dreadful waste of re-usable metal, there may simply not have been suitable scrapping facilities within range.

Before disposal, useful weaponry and equipment plus valuable non-ferrous scrap was removed. A large numbers of parts were also sold as souvenirs and on the 12 April 1924 the battle-cruiser was towed out to sea 24 miles from Sydney Heads and scuttled. She was less than nine years old but the world of naval warfare had moved on a long way from the times when she was conceived and built and, to be brutally honest, she would not have stood the test of combat with the newer ships then around. To have kept her would have been a truly awesome task. She would have need new machinery and her 12” guns were obsolete and in need of new armament. Rebuilding the ship to take that armament would have been a massive under-taking. Her battle-cruiser armour was woefully inadequate when she was built and would not have protected her against the newer light cruisers let alone anything larger, so the decision to delete her was entirely the best solution.

The scuttling of HMAS Australia was reported in great depth and with great emotion in the Sydney Morning Herald on 14 April. The event was photographed and you will find below copies of the reports from the local newspaper and a remarkable set of photos of the scuttling which should be considered together to get the full picture of the event.

Coverage of the scuttling of HMAS Australia Sydney Morning Herald 14 April 1924 [19] HMAS Australia being towed into position for scuttling. [3] HMAS Australia at her scuttling. The source caption says "Australia with the sinking party ready to jump into the sea boat when it comes to the escape." [3] HMAS Australia at her scuttling with boats taking away members of the sinking party. The photographer who took most of this series of photos can be seen clearly. [3] HMAS Australia listing heavily as she was scuttled on 12 April 1924. [3] HMAS Australia on her way down [3]

Website designed and coded by Brian Watson using HTML & CSS.
I can be contacted via Feedback


Voir la vidéo: Tour of HMAS Melbourne1