Histoire hantée d'Halloween

Histoire hantée d'Halloween


Histoire

Les premiers Irlandais étaient des tribus celtiques qui pratiquaient le paganisme, un des premiers types de religion. Les Celtes irlandais ont célébré deux festivals importants, l'un honorant l'arrivée du printemps (pensez aux mâts de mai) et l'autre célébrant la fin de la récolte et l'arrivée de l'hiver le 1er novembre.

Le 31 octobre était dangereux pour les vivants selon les anciens Celtes

Les anciennes tribus celtes croyaient que la ligne de démarcation entre les vivants et les morts devenait dangereuse pour les vivants le 31 octobre lorsque le temps est devenu froid, entraînant des maladies et des dommages aux cultures. Alors ils ont essayé d'éloigner ce qu'ils pensaient être des esprits malins en allumant des feux de joie où les ossements de bétail étaient jetés. Tout comme l'Halloween moderne, les Celtes portaient des masques et des costumes pour confondre les mauvais esprits et leur faire croire qu'ils étaient l'un d'entre eux. Nous pouvons commencer à voir les débuts des temps modernes Halloween ici.


Contenu

L'une des premières attractions hantées construites à cet effet a été l'Orton and Spooner Ghost House, qui a ouvert ses portes en 1915 à Liphook, en Angleterre. [2] Cette attraction ressemble en fait le plus à une maison d'amusement de carnaval, alimentée à la vapeur. [3] [4] La Maison existe toujours, dans la Hollycombe Steam Collection.

L'arrière-plan de la création de l'Orton and Spooner Ghost House pourrait être vu à Londres et à Paris aux XVIIIe et XIXe siècles, lorsque la littérature, les performances de magiciens, de spiritualistes et de médiums, ainsi que des spectacles et des attractions théâtrales ont présenté au public un divertissement horrible. . En 1802, Marie Tussaud scandalise le public britannique avec une exposition de sculptures en cire de victimes décapitées de la Révolution française, dont le roi Louis XVI, Marie-Antoinette, Robespierre et Jean-Paul Marat. Ses expositions existent aujourd'hui sous le nom de Chamber of Horrors à Madame Tussauds à Londres. En France, à partir de 1897, le théâtre du Grand Guignol effrayait le public avec des spectacles d'horreur mis en scène graphiquement. [5] Le spectacle Phantasmagoria existait encore plus tôt, mais une version bien connue en 1797 à Paris était la Fantasmagorie, qui utilisait des projections de lanternes magiques et des effets spéciaux grossiers. [6]

Les maisons hantées sur le thème d'Halloween en Amérique semblaient commencer à émerger pendant la Grande Dépression, à peu près en même temps que les bonbons. [7] Au cours des années 1930, 1940 et 1950, il était courant pour les magiciens d'incorporer des thèmes surnaturels dans leurs performances scéniques, évoluant dans la tradition du "spectacle fantôme" itinérant ou du "spectacle effrayant" incorporant de la comédie, des démonstrations de "mentalisme" et effets spéciaux de théâtre. Au cours des années 1950, ces spectacles spécialisés étaient souvent présentés comme divertissement avant le spectacle avant la projection de films d'horreur populaires.

The Haunted Mansion a ouvert ses portes à Disneyland le 9 août 1969. L'attraction est devenue un succès quasi instantané. [8] Un record d'une seule journée de 82 516 invités a été établi peu de temps après son ouverture. En 1973, Knott's Berry Farm a commencé à accueillir sa propre attraction nocturne d'Halloween, Knott's Scary Farm, qui est rapidement devenue l'étalon-or des événements d'Halloween. [9] [10] Les chrétiens évangéliques sont devenus les premiers à adopter des attractions alternatives d'Halloween. Jerry Falwell et Liberty University ont introduit l'une des premières « maisons de l'enfer » en 1972. [11]

À la fin des années 1950, la Californie était un lieu de prédilection pour Halloween. En 1957, la maison hantée de San Mateo a ouvert ses portes, parrainée par les auxiliaires juniors de la maison de santé pour enfants. La maison hantée de la Ligue d'assistance de San Bernardino a ouvert ses portes en 1958. En 1962 et 1963, des repaires à domicile ont commencé à apparaître dans tout le pays, notamment en Oregon, en Californie, au Connecticut, en Illinois et dans plusieurs autres États. Le 17 octobre 1964, la maison hantée de San Manteo a ouvert ses portes en tant que maison hantée de passage. La maison hantée du musée pour enfants d'Indianapolis, ouverte chaque année depuis 1964, a été la première maison hantée de l'Indiana et est actuellement la plus ancienne du pays. [7]

Les maisons hantées se sont rapidement propagées à travers le pays via des collectes de fonds caritatives [12] menées par la Jeune Chambre des États-Unis (« les Jaycees ») et d'autres. Les Jaycees ont encouragé ses membres à construire des maisons hantées dans des bâtiments ou des champs abandonnés en tant qu'événements de collecte de fonds caritatifs, et l'organisation est devenue connue pour ces maisons dans toute l'Amérique. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, des attractions hantées ont été développées dans les grandes villes américaines comme Louisville, Kentucky et Cincinnati, Ohio, avec la création de maisons hantées Jaycees. [13] Ces maisons hantées sont gérées par des sections locales des Jaycees. Il existe encore de nombreuses maisons hantées des Jaycees de la section locale dans des villes telles que Lombard, Illinois Foxborough, Massachusetts Raleigh, Caroline du Nord et Columbia, Caroline du Sud. L'ancienne maison hantée Huntington Jaycees, maintenant connue sous le nom de Haunted Hotel-13th Floor, était exploitée par des bénévoles en octobre 1963. exploité par le Sycamore-Deer Park Jaycees en 1970. [13] En 1974, The Haunted Schoolhouse, située à Akron, Ohio, a ouvert ses portes au public et est toujours en activité à ce jour.

La Marche des dix sous les droits d'auteur d'une "Mini maison hantée pour la Marche des dix sous" en 1976 et a commencé à collecter des fonds par l'intermédiaire de ses sections locales en organisant des maisons hantées peu de temps après. Bien qu'ils aient apparemment cessé de soutenir ce type d'événement à l'échelle nationale dans les années 1980, certaines maisons hantées du ministère de la Défense ont persisté jusqu'à aujourd'hui. [15] Cela inclut la Spooky Acres Haunted House à Norfolk, Virginie. [16] D'autres ont ouvert au cours de cette période, notamment un à Indio, Californie en 1976, [17] un à Salt Lake City, Utah en 1989, [18] et un à Honolulu, Hawaii en 1997. [19] Les maisons hantées du MoD continuent beaucoup au-delà de la fin des années 1980 seraient considérés comme des valeurs aberrantes. [20]

Le début de la fin des repaires caritatifs peut être attribué à un événement singulier : le château hanté de Six Flags Great Adventure a pris feu le soir du 11 mai 1984, à Jackson Township, New Jersey. Huit adolescents ont perdu la vie dans l'incendie. Des accusations criminelles ont été déposées, des poursuites civiles, de nombreuses enquêtes et le résultat inévitable que les lois sur la sécurité incendie, les codes du bâtiment et les inspections ont été considérablement renforcés à l'échelle nationale. L'effet net était de rendre les attractions caritatives moins viables économiquement qu'auparavant. De meilleurs matériaux de construction étaient nécessaires et des équipements de sécurité incendie étaient nécessaires, ce qui rendait un lieu temporaire trop coûteux pour de nombreux organismes de bienfaisance. Par conséquent, les exploitants à but lucratif les plus gros et les mieux financés ont emménagé au fur et à mesure que les organismes de bienfaisance se sont retirés. [21] [22] Le feu a causé des changements de grande envergure pour tous les bâtiments d'amusement. Auparavant, les opérateurs pouvaient éviter les codes d'incendie parce que ces attractions étaient utilisées temporairement. L'incendie du château hanté a mis en évidence une réalité peu attrayante qui a forcé une réglementation plus stricte. [23] [24] [25]

Les maisons hantées professionnelles ont commencé à apparaître aux États-Unis à peu près en même temps que les organisations à but non lucratif. Cependant, à la suite de l'incendie du château hanté, de nombreuses attractions hantées existantes ont été fermées, les politiciens et les régulateurs ayant adopté des codes de sécurité plus stricts. Les organisations bénévoles (à but non lucratif) ont eu du mal à rivaliser avec la nouvelle compétition à but lucratif en vertu de règles plus strictes. Beaucoup ont été contraints à la cessation d'activité, soit en raison de la concurrence accrue, soit de l'incapacité de financer les exigences de sécurité. "Les Jaycees ont été expulsés parce que leurs maisons hantées étaient assez basiques." [26] [27] Actuellement, [ lorsque? ] Aux États-Unis seulement, il y a plus de 4 000 maisons hantées saisonnières d'octobre aux États-Unis chaque année et 300 parcs à thème qui organisent des événements sur le thème de l'horreur. Plus de 3 000 repaires sont des collecteurs de fonds gérés par des œuvres caritatives. [28]

Afin d'augmenter la fréquentation hors saison, les parcs à thème sont entrés sérieusement dans l'entreprise à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Six Flags a lancé Fright Fest en 1986-1989 et Universal Studios a commencé Halloween Horror Nights en 1991. Bien que Knotts Berry Farm ait lancé sa Knott's Scary Farm en 1973, étant donné l'obsession de l'Amérique pour Halloween en tant qu'événement culturel en plein essor dans les années 1990, Knotts a vu son attraction prendre désactivé. Les parcs à thème ont joué un rôle majeur dans la mondialisation des vacances. Universal Studios Singapore et Universal Studios Japan participent tous les deux, tandis que Disney organise désormais des événements Mickey's Not-So-Scary Halloween dans ses parcs de Paris, Hong Kong et Tokyo, ainsi qu'aux États-Unis. [29] Les repaires du parc à thème sont de loin les plus grands, à la fois en termes d'échelle et de fréquentation.

Il existe de nombreux types d'attractions hantées, y compris les Scream Parks. Les catégories suivantes sont des généralisations de nombreux « repaires » contiennent des attributs de plusieurs types.


Histoire hantée d'Halloween - HISTOIRE

12 choses qui ont façonné notre industrie
Par Larry Kirchner

Je me souviens quand notre industrie n'était même pas une industrie, quand c'était principalement quelques petits repaires de charité qui se sont installés peut-être dans un vieil immeuble vacant pour un événement d'une nuit ou d'un week-end. Je me souviens aussi de l'époque où le marketing n'était principalement que des dépliants sur les vitres des voitures.

La première maison hantée professionnelle sur laquelle j'ai travaillé remonte à 1989, et la première fois que j'ai possédé ma propre maison hantée, c'était en 1994. 1994 est aussi la première année où j'ai assisté au salon Transworld Halloween. L'un de nos sponsors était un petit magasin de détail local d'Halloween, et quand ils ont mentionné quelque chose à propos d'un spectacle d'Halloween à Chicago, j'ai sauté dans mon IROC Z28 de 1985 sans chambre d'hôtel et sans vraiment savoir de quoi parlait le spectacle. Je viens d'y aller.

Je me souviens avoir parcouru le spectacle avec Jim Kelly et avoir été étonné de trouver un endroit où nous pourrions acheter des parties du corps, des crânes et d'autres accessoires liés à la hantise. Avec le recul, je peux honnêtement dire qu'il n'y avait vraiment rien là-bas que nous puissions ou utiliserions aujourd'hui pour créer une grande maison hantée, mais à l'époque nous pensions avoir trouvé le Saint Graal !

J'avais un peu d'argent sur moi et j'ai essentiellement acheté tout ce que je pouvais réaliser à la porte, des produits de Cinema Secrets, Gag Studios et quelques autres. Je ne l'oublierai jamais. J'aurais aimé avoir un appareil photo, car nous avons chargé cet IROC jusqu'à ce que les coutures éclatent. La trappe était ouverte pendant tout le trajet jusqu'à la maison avec des accessoires qui dépassaient. Jim a même dû s'asseoir sur des accessoires. Heck, j'avais des accessoires près de mes pieds pendant que je conduisais. Et au cas où vous ne le sauriez pas, il faut environ 4 heures de route pour rentrer de Chicago à St. Louis.

1994 a été une grande année pour moi personnellement et pour notre entreprise, Halloween Productions, Inc. Nous avons construit The Darkness Haunted House et commencé un voyage qui nous a fait traverser plus de rebondissements et de hauts et de bas que je ne pourrais jamais expliquer dans un seul article.

En 1995, notre société a créé l'une des toutes premières vidéos de démonstration intitulée "Comment créer votre propre maison hantée". Cette année-là, nous avons acheté un stand au salon d'Halloween et vendu plusieurs milliers de vidéos. Nous avons vendu plus de 20 000 exemplaires au cours des années suivantes. La prochaine chose que j'ai su, c'est que notre entreprise a été embauchée pour construire des attractions pour des lieux de divertissement comme Six Flags, Cedar Point, Madison Square Garden et plus encore.

Notre société a également été la première à exposer à Transworld avec des animations alimentées par des systèmes de contrôle à pression d'air. Quelques années plus tard, Scarefactory a émergé, tout comme toute une flotte d'entreprises construisant et fournissant des maisons hantées avec toutes sortes d'accessoires, d'animations, d'effets et plus encore. Chacun a aidé notre industrie à devenir ce qu'elle est aujourd'hui.

De nos jours, l'industrie de la maison hantée est fréquemment présentée à la télévision, à la radio et dans des journaux nationaux comme Fox News, USA TODAY, The Today Show, Good Morning America, MTV et plus encore. En fait, certaines maisons hantées ont été le décor de quelques grands films.

Il a été intéressant de voir au fil des ans les maisons hantées évoluer du plastique noir et des murs ensanglantés aux attractions très sophistiquées d'aujourd'hui qui rivalisent même avec une attraction de parc d'attractions de plusieurs milliards de dollars trouvée en Floride, en Californie et plus encore. Je me souviens d'avoir été ce novice de 24 ans vendant notre première vidéo à Transworld en se demandant si les gens pourraient penser &ldquowho&rsquos ce gamin et qu'est-ce qu'il sait&rdquo, à aujourd'hui se sentir assez vieux mais aussi se sentir bien, parce que j'étais là depuis le premier jour et tout le à travers. Et, je suis particulièrement fier d'avoir joué un rôle et aidé dans de nombreuses choses positives qui ont façonné cela en une véritable industrie.

Les attractions hantées se sont principalement développées à la fin des années 80 et sont véritablement devenues une industrie au cours des 20 dernières années. Comment est-ce arrivé? Quels sont les événements qui ont aidé notre industrie à devenir une industrie florissante d'un milliard de dollars ? La meilleure façon de planifier la prochaine décennie est de revenir sur les trois dernières et de comprendre comment elle a commencé et ce qui l'a façonnée. Je vous présente les 13 principales choses qui ont façonné l'industrie des maisons hantées au cours des trois dernières décennies :

Lorsque nous regardons en arrière sur les trois dernières décennies, il y a eu de nombreux repaires qui se démarquent comme les meilleurs, offrant une qualité de maison hantée à laquelle nous aspirons ou regardons pour nous guider. Parmi ceux-ci figurent Netherworld, 13th Gate, The Darkness, la maison hantée de Rocky Point, désormais fermée, et plus encore. Il existe de nombreux exemples de repaires au cours des 20 dernières années qui ont réussi à créer leur propre légende urbaine. C'est le cas d'Edge of Hell. Mais quelques hantises me viennent VRAIMENT à l'esprit comme deux hantises qui m'ont tout simplement inspiré ainsi que toute notre industrie. Ces repaires nous mettent vraiment sur la carte, ouvrant la voie à des repaires pour être considérés comme des attractions étonnantes. Ces repaires ont depuis fermé, mais resteront toujours au premier plan dans mon esprit, et ce sont Terror on Church Street (détenu et exploité par David Clevenger) et Spookyworld (détenu et exploité par David Bertolino).

Terror on Church Street était une maison hantée du centre-ville d'Orlando où les adultes venaient auparavant faire la fête (avant que Disney et Universal ne construisent leurs propres terrains de jeux pour adultes). La terreur sur Church Street était le premier repaire du pays avec des détails à couper le souffle, des acteurs de premier plan et des costumes et maquillages réalistes, mais d'un impact encore plus grand était la façon dont il a inspiré les propriétaires de maisons hantées à l'échelle nationale. En fait, je suis tout à fait certain que c'est Terror on Church Street qui a inspiré les parcs à thème de plusieurs milliards de dollars à construire des attractions hantées à l'intérieur de leurs propres parcs. Ce repaire était tout simplement le modèle parfait pour construire une maison hantée d'intérieur professionnelle. Alors qu'Universal et Disney construisaient leurs propres segments de la vie nocturne, la vie nocturne de Church Street Station a diminué et, finalement, Terror on Church Street a malheureusement également fermé. Combien de &ldquoTerror on Somethings&rdquo sont les noms des hantises aujourd'hui ? La terreur sur le quai, la terreur sur le renard, la terreur sur la crête, la terreur sur la rue rurale, la terreur sur les 23, 36, 20, 12 et plus. Ces noms étaient-ils dérivés de Terror on Church Street ? Peut-être, peut-être pas, ou peut-être pas directement, mais dans tous les cas, le nom a certainement créé un précédent dans notre industrie.

À mon avis, Spookyworld a eu le plus grand impact car le propriétaire, David Bertolino, a accompli des choses qui ne semblaient même pas possibles à l'époque. Il avait des lignes qui s'étendaient sur des kilomètres. Ils avaient toutes sortes de célébrités comme Tiny Tim, Bobby Boris Picket, Linda Blair, Elvira, Mickey Rooney, les lutteurs de la WWF, et plus encore. Spookyworld n'était pas seulement une maison hantée. Spookyworld a été le tout premier parc d'attractions hanté équipé de spectacles sur scène pour divertir les gens pendant qu'ils faisaient la queue pendant des heures, et c'était la première maison hantée à créer un projecteur national sur notre industrie lorsque Tiny Tim s'est marié dans l'émission Jay Leno LIVE à Monde effrayant ! De plus, Spookyworld a vendu des centaines de milliers de dollars de commandites et s'est même finalement associé aux New England Patriots ! Spookyworld a été la toute première maison hantée que j'aie jamais visitée en dehors de St. Louis, et cela a laissé une marque sur moi et sur tous ceux qui y ont participé. Du marketing à la taille de l'événement, cela m'a permis de réaliser COMME UN HANT peut être GRAND. Il n'y a AUCUNE limite à ce qui peut être fait si vous avez la volonté et la passion de le faire. Je crois que la combinaison de Terror on Church Street et de la renommée nationale de Spookyworld a inspiré des centaines d'attractions à ouvrir dans tout le pays, y compris certaines des plus grandes encore en activité aujourd'hui !


Contrairement à ce que beaucoup pensaient, Haunted Attraction Magazine n'était pas le premier magazine hanté jamais créé. En fait, le premier dont je sache était celui créé par Trisha Drain qui travaillait à l'époque pour Transworld. Transworld a eu l'idée de garder les repaires au courant, alors ils ont créé un magazine au format dépliant qui présentait des articles écrits par des propriétaires de repaires. Inclus dans un magazine était un article écrit par Leonard Pickel. Peu de temps après, Leonard Pickel et Oliver Holler ont lancé Haunted Attraction Magazine (HAM). HAM était une pièce très importante de notre héritage hanté. C'était la première publication médiatique organisée qui nous a tous fait réaliser que « nous faisons partie de quelque chose de NATIONAL ». HAM a publié des articles sur les attractions hantées, dont une qui mettait en vedette Disney Haunted Mansion. Plus tard, John Denley a commencé le magazine Fright Times. Ensuite, Jim O'Rear a lancé Underground Entertainment. Enfin, Scared Stiff est apparu, qui se concentrait strictement sur les acteurs. À un moment donné, tous ces magazines ont coexisté, mais au fil du temps, la plupart ont disparu. Avec sa flotte principale d'écrivains étant le même groupe qui a produit des vidéos de hantise populaires, Fright Times a gagné en popularité. Des écrivains comme John Denley, Rich Hanf, Larry Kirchner, Kevin McCurdy et bien d'autres ont permis à Fright Times d'avoir une chance de se battre, mais elle s'est également évanouie. Pendant tout ce temps, Haunted Attraction Magazine a continué à produire un magazine après l'autre.

Ensuite, Hauntworld.com a annoncé que nous allions produire un magazine. Hauntworld Magazine a été lancé avec un nouveau format, pour se concentrer strictement sur l'aspect commercial de la hantise, attirant uniquement ceux qui possédaient et exploitaient des maisons hantées (ou ceux qui aspiraient à le faire). Hauntworld Magazine a continué à revendiquer des milliers d'abonnés et à figurer dans des milliers d'articles de presse, d'émissions de télévision et plus encore. C'est devenu le magazine le plus populaire. Cependant, c'était toujours le magazine Haunted Attraction qui était vraiment le premier média pour ceux qui aimaient les maisons hantées et Halloween. HAM est devenu de facto une association de maisons hantées dans un sens, parce que tout ce qui se passait dans l'industrie des maisons hantées était transmis par le magazine. HAM a également été le premier à réunir les acheteurs et les vendeurs pour la première fois, créant une place dans l'histoire de notre industrie qui ne peut être niée. Le magazine a recherché des annonceurs pertinents, ce qui en soi a contribué à faire prendre conscience que nous sommes en fait une industrie. Oliver vendrait ses actions du magazine à Leonard, et Leonard a finalement vendu l'intégralité du magazine et du site Web à John Kennedy.

La technologie a changé l'industrie de la maison hantée au fil des ans. Je me souviens de l'époque où l'audio n'était que sous forme de cassettes et vous enregistriez la même chose encore et encore.Vous l'avez joué et quand il s'est arrêté, vous avez retourné la cassette et l'avez rejoué. Plus tard, nous avons trouvé des bandes en boucle sans fin. Puis sont venus les CD en mode répétition, et aujourd'hui nous utilisons tous l'audio numérique. Même l'audio numérique a changé. Au début, les répéteurs audio numériques avaient encore besoin d'amplis et de fils. Ensuite, ils sont venus pré-amplifiés, et maintenant vous pouvez placer votre répéteur juste à côté du haut-parleur.

D'autres technologies ont émergé, telles que les répéteurs audio vidéo et les systèmes de contrôle, qui ont permis aux fantômes de tout contrôler à l'intérieur de leur maison hantée. De plus, l'animation par ordinateur nous a permis de créer des fantômes, des publicités télévisées de haute qualité et bien plus encore. La plupart des technologies que nous utilisons aujourd'hui sont issues des films Universal, Disney ou Hollywood. Comme cette technologie est devenue moins chère à produire, elle est devenue abordable pour les maisons hantées. Une grande partie de la technologie développée à l'origine pour créer des manèges à 100 millions de dollars il y a 10 ans est maintenant à un prix abordable pour une utilisation dans une maison hantée. Une grande partie des effets spéciaux à forte valeur monétaire peuvent être reproduits pour quelques centimes par dollar aujourd'hui. La qualité de nombreuses maisons hantées a rattrapé les parcs Disney et Universal ainsi que les décors de films hollywoodiens, les laissant toujours à la recherche de la prochaine grande chose. Pendant ce temps, des maisons hantées se cachent dans l'ombre en attendant le jour où les nouvelles technologies seront disponibles pour le marchés de masse, afin que nous puissions nous aussi tirer parti de ces nouveaux effets. C'est un cycle de possibilités sans fin !

La technologie a tellement changé dans l'industrie des maisons hantées. Internet haute vitesse, la création de vidéos promotionnelles, les avancées audio, les systèmes de contrôle et plus encore ont fait progresser notre industrie. À certains égards, les maisons hantées sont encore plus avancées que de nombreux manèges que vous trouverez dans un grand parc à thème, car la plupart de ces manèges ont été construits il y a 30 ans. Aujourd'hui, les maisons hantées ont accès à une technologie qui à un moment ou à un autre semblait impossible. Effets de flamme, animation multi-mouvements, son et vidéo numériques, éclairage avancé, animation par ordinateur et bien plus encore sont disponibles dès maintenant. Même leurs emplacements ont changé. Autrefois, les maisons hantées étaient généralement situées à l'intérieur d'une vieille maison abandonnée. Aujourd'hui, de nombreux repaires sont fabriqués à l'intérieur de bâtiments et de complexes massifs entièrement équipés d'effets, de salles de contrôle et plus encore.

Les maisons hantées d'origine se composaient de murs noirs et de couloirs sombres avec des acteurs errant dans des t-shirts ensanglantés vous poursuivant avec des tronçonneuses. Aujourd'hui, les repaires créent de nouvelles façons d'utiliser la technologie pour impressionner leurs clients en leur faisant croire qu'ils sont les victimes d'un film hollywoodien en direct. Les maisons hantées sont-elles toujours des maisons hantées ou sont-elles devenues des films hollywoodiens interactifs en direct à gros budget ? Ce qui est mieux pour le public payant. Regarder une explosion sur grand écran ou SENTIR, ENTENDRE et VOIR cette même explosion à seulement 15 pieds de distance lors d'une attraction interactive en direct ? Sachant à quel point il est difficile de rivaliser pour la presse et les dollars pendant la saison HAUNT, Hollywood ouvre rarement des films d'horreur en octobre. Les maisons hantées ont dépassé les films d'horreur en termes de valeur et d'expérience pour le dollar. Les films d'horreur sont sur un écran, et peu importe le nombre d'effets spéciaux qu'ils lancent, ce n'est toujours qu'un écran. Une maison hantée a une interaction en direct et en face à chaque tournant.
La technologie a transformé ce que les vendeurs peuvent produire pour un propriétaire d'attraction hantée. Chaque année, nous visitons le Haunt Show et nous nous demandons : &ldquoQuel accessoire, effet ou animation fou quelqu'un présentera-t-il cette année ?&rdquo Nous regardons des babillards électroniques sur Hauntworld.com et nous voyons juste une autre merveille moderne se créer. Nous voyons les résultats sur YouTube, lors de salons/congrès et plus encore. Nous n'arrêtons pas de nous demander : « y a-t-il une limite à ce qui peut être fait dans une maison hantée ? » Pas tant que la technologie continuera de faire progresser notre société. Les tronçonneuses, les masques, le sang, les vampires et les goules auront toujours leur place dans le repaire des temps modernes, mais la technologie a enfoncé ses dents dans cette industrie hantée offrant des possibilités illimitées.

L'histoire des salons professionnels est longue et je préfère ne pas vous ennuyer à mort. Cependant, la nôtre s'est transformée à plusieurs reprises au fil des ans, et à chaque transformation, l'industrie des maisons hantées en a bénéficié. Il y a longtemps, lorsque Transworld a présenté pour la première fois le Halloween and Party Show, tout était au détail. Il n'y avait pas de section hantée. En fait, le mot HAUNT n'a jamais été prononcé et introuvable. Mais les fantômes ont finalement commencé à arriver, et comme une mauvaise éruption cutanée, nous nous sommes multipliés et étendus jusqu'au point de reprendre tout le spectacle.

Les détaillants ont commencé à remarquer combien de leurs anciens clients propriétaires de repaires étaient présents alors que nous achetions maintenant des costumes directement au salon. Les vendeurs au détail ont commencé à mépriser les collectionneurs de catalogues parmi nous. Beaucoup de ces fournisseurs ont commencé à pousser Transworld à éliminer l'industrie hantée du salon. En fait, un an, Transworld a proposé toutes ces nouvelles règles pour les participants hantés. Eh bien, cela ne s'est pas bien passé avec Hauntworld. Après tout, les vendeurs hantés et les vendeurs au détail devaient payer exactement le même prix de stand, et personne n'empêchait les vendeurs au détail et les clients d'assister au salon ou à certaines parties du salon. Mais de nouvelles règles ont été adoptées de toute façon. Le sentiment d'être un paria, un citoyen de seconde classe et pas assez bon, tout résonnait dans toute l'industrie. De nombreux acheteurs ont déclaré qu'ils boycotteraient complètement le salon, ce qui ne ferait que nuire à notre nouvelle industrie en pleine croissance.

Au cours de la première année de la nouvelle convention du MHC, plusieurs vendeurs et chefs de file se sont réunis pour un salon privé réunion à Columbus, Ohio, et il a été déterminé que les vendeurs et les acheteurs hantés resteraient fermes pour envoyer un message unifié à Transworld que cela NE VOLERAIT PAS. Transworld a abandonné les nouvelles règles, mais a plutôt utilisé des autocollants et des bracelets colorés, afin que les détaillants puissent facilement vous identifier en tant que HAUNTER et refuser le service. Ce compromis n'a pas satisfait le secteur de la vente au détail. Cela ne nous a pas non plus satisfaits, car encore une fois, nous avons entendu haut et fort leur message : "Nous ne vendons pas à votre espèce". L'industrie de la vente au détail (soutenue par Rubies) lancerait un nouveau salon à Houston, et l'industrie hantée suivrait un cours qui façonnerait à jamais notre industrie.

De toute évidence, une séparation était inévitable, car l'industrie de la maison hantée ne pouvait pas prospérer sous la domination des détaillants. De plus, l'industrie des repaires avait besoin de sa propre concentration afin que davantage d'acheteurs potentiels puissent être trouvés et que davantage d'entreprises pertinentes puissent être invitées à nous vendre. C'était une vision que j'ai personnellement soutenue. Si nous pouvions rompre avec le commerce de détail avec un salon promu uniquement pour les attractions hantées, beaucoup découvriraient que notre industrie est plus grande que N'IMPORTE QUI l'aurait cru. On m'a dit maintes et maintes fois, &lsquo vous ne pouvez pas faire un spectacle de cette petite section de repaire au salon de détail&rsquo. À cela, je voudrais souligner le nombre d'exposants au détail qui vendent déjà des deux côtés. De plus, je soulignerais le fait que si les entreprises de l'IAAPA savaient qu'il s'agissait d'un salon ATTRACTIONS et non d'un salon RETAIL, elles exposeraient. Après tout, un spectacle pour ATTRACTIONS attirerait beaucoup plus de vendeurs pertinents dont les maisons hantées ont besoin.

Après que Rubies ait monté un nouveau spectacle à Houston en compétition directe du spectacle Transworld, l'écriture était sur le mur. La division au sein de l'industrie de la vente au détail avait créé un navire en perdition sur lequel notre industrie hantée était toujours à bord. Pour éviter de sombrer dans l'épave, nous sommes passés à l'action. Avec Hauntworld au premier plan, nous avons convaincu Transworld de développer et de promouvoir un nouveau spectacle strictement axé sur les ATTRACTIONS d'Halloween. Contre leur jugement initial, Transworld a accepté. Et avec la bonne orientation et des efforts de marketing dédiés, Transworld a maintenant réalisé le véritable potentiel de notre industrie. Au crédit de Transworld, ils ont tout risqué en 2008-2009 pour produire notre premier salon, et aujourd'hui Jenny Thaler travaille sur des hantises TOUTE L'ANNÉE. She&rsquos a créé des séries de séminaires, des visites guidées, des événements et bien plus encore en dehors du spectacle de mars. Je suis sûr qu'au début, Jenny se sentait comme une victime entraînée vers son massacre, mais je crois qu'elle est maintenant fière d'avoir « la hantise dans son sang ».

Le travail n'est pas terminé, mais Transworld poursuit ses efforts concentrés pour toujours trouver de nouveaux acheteurs, de nouveaux fournisseurs, de nouveaux sujets de séminaire et plus encore. Maintenant que Transworld comprend la différence entre une attraction et un magasin de détail, le potentiel est illimité et passionnant.


Avant l'ère de Photoshop, la plupart de nos supports marketing se composaient d'images clipart, de dépliants ou de coupons composés et de logos dessinés à la main. Avec le recul, à quel point les vieux t-shirts que vous portiez dans votre attraction étaient-ils horribles ? Une attraction hantée aujourd'hui qui n'a pas créé sa propre œuvre d'art numérique unique est comme une tribu perdue depuis longtemps vivant toujours au milieu de l'Amazonie. Je me souviens d'un an d'aller au Transworld Show et d'exposer deux gars qui semblaient revenir de Woodstock en vendant des logos. Je me souviens avoir pris leur carte de visite en lisant Brainstorm Studios, mais à l'époque, je ne voyais tout simplement pas l'intérêt de dépenser autant d'argent pour un logo. Quelques mois plus tard, j'ai appelé. Ces gars-là ont changé notre industrie à un degré que je pense que la plupart d'entre nous ne peuvent même pas se souvenir de ce que nous avions utilisé auparavant. Une première impression est tout et les œuvres d'art créées par Brainstorm Studios ont fait passer notre industrie du domaine des images clipart au MONDE des affiches de films de style hollywoodien, des œuvres d'art, des conceptions personnalisées et bien plus encore.

Je me souviens de certains hantises me disant que leurs œuvres d'art Brainstorm Studios étaient si bonnes que certains clients se sont plaints de fausses publicités. Après que les acheteurs hantés aient vu les œuvres d'art et l'environnement réalistement effrayant créé par Brainstorm, ils se sont rendus aux repaires et, en tant que clients, ils s'attendaient à ce que les attractions correspondent au niveau des logos, des affiches, etc. étaient encore coincés dans les années 80. Comment cette œuvre d'art a-t-elle vraiment impacté notre industrie? Les plaintes des clients de ne pas voir le monstre du logo de l'œuvre d'art dans le repaire lui-même ont conduit les propriétaires du repaire à créer Personnages ICON créant des costumes assortis à leurs logos. Les plaintes selon lesquelles le thème de l'œuvre d'art n'était pas réellement la conception du repaire lui-même ont conduit les propriétaires du repaire à concevoir et à développer de manière plus créative leur maison hantée en des décors plus élaborés développés autour d'un thème et même d'un STORYLINE dans de nombreux cas. Aujourd'hui, le marketing des maisons hantées passe des publicités télévisées, des vidéos YouTube et des sites Web à la photographie professionnelle de nos attractions. Tout semble imiter la façon dont Hollywood ferait la promotion d'un nouveau film. Je sais qu'avant Brainstorm Studios, personne ne faisait beaucoup d'efforts pour son image, mais maintenant c'est le cas. En fait, Brainstorm Studios a même été embauché par Spookyworld pour redessiner leur logo classique. Brainstorm Studios continue de proposer des œuvres d'art étonnantes spécialisées dans l'industrie des repaires. Aujourd'hui, il existe de nombreux designers, mais tout a commencé avec Brainstorm Studios. Tous les concepteurs de sites Web et graphistes qui vendent à l'industrie hantée doivent remercier Brainstorm Studios pour avoir créé cette demande initiale dans l'industrie. En tant que propriétaires de repaires, nous devons remercier Brainstorm Studios pour avoir recréé notre image de repaires et l'image de toute notre industrie et pour avoir joué un rôle énorme dans la nouvelle ère de fréquentation record que nous apprécions maintenant.

En 1994, lorsque j'ai visité pour la première fois le Transworld Halloween Show, il n'y avait qu'une poignée de vendeurs dans les repaires : Distortions, Cinema Secrets, Gag Studios, Don Post, Morris Costumes et quelques autres, mais le plus gros était Distorsions. Les distorsions ont principalement créé des produits pour Morris Costumes, notamment des masques, des parties du corps et des accessoires. Distortions était la seule entreprise en dehors de Cinema Secrets qui semblait se concentrer davantage sur les produits liés à l'horreur pour les repaires. (À l'époque, Cinema Secrets était également principalement un vendeur de maisons hantées, mais s'est ensuite transformé en vendeur de costumes.) Distorsions n'a jamais abandonné la racine de leur maison hantée.s, et au lieu de cela, l'a élargi, a pris des risques, et peut-être même tout misé sur l'espoir que davantage de repaires deviendraient acheteurs au salon de vente au détail Transworld Halloween. Les distorsions ont créé un accessoire animé exagéré, jamais vu auparavant, jamais tenté auparavant. C'était quelque chose de si cher qu'ils n'étaient eux-mêmes pas sûrs que cela attirerait une seule commande. Cet accessoire de distorsion motorisé s'appelait "La chaise électrique" et son prix était d'environ 4 500 $, ce qui était assez élevé, surtout à cette époque. Non seulement Distortions a écrit plus d'une ou deux commandes, mais ils ont fait sauter le toit du bâtiment en vendant des CENTAINES d'entre eux. Je me souviens d'avoir installé une attraction au Danemark et d'avoir visité un musée de cire pendant que j'étais là-bas, et voilà qu'il y avait la chaise électrique. Une autre fois, je visitais une attraction à Orlando et BAM une autre. C'était comme si tous les repaires d'un océan à l'autre avaient la chaise électrique. Les maisons hantées comme la mienne en ont fait l'exposition de base dans nos files d'attente et ont même invité les médias à sortir pour filmer l'électrocution.

Pourquoi la chaise électrique est-elle si importante dans l'histoire de notre industrie ? À lui seul, il a élevé les maisons hantées à de nouveaux sommets et a permis de réaliser que les propriétaires de maisons hantées étaient prêts à dépenser beaucoup d'argent pour des articles de haute technologie. L'idée qu'il y avait tant de repaires prêts à dépenser des dizaines de milliers de dollars pour acheter des accessoires, des animations et des effets spéciaux a inspiré une révolution de nouveaux fournisseurs dans notre industrie. La chaise électrique Distortions a essentiellement créé l'ensemble de l'industrie des vendeurs hantés. Le mérite revient vraiment à Distorsions pour cet accessoire UNIQUE. L'année suivante, notre entreprise s'est présentée en vendant les premiers produits d'effarouchement à air dont le premier canon à air comprimé à moins de 500 $ et un loup-garou attaquant dont nous avons vendu près d'une centaine. De là, encore plus d'entreprises ont émergé, y compris des artistes hollywoodiens et des gens d'effets avec toutes sortes d'animations et d'accessoires. De nombreux propriétaires de repaires qui fabriquaient des accessoires pour eux-mêmes ont également commencé à acheter des stands pour commercialiser leurs accessoires lors du salon. Par conséquent, l'industrie des vendeurs hantés est née!


Le 11 mai 1984, un incendie s'est déclaré à Six Flags Great Adventure et a tué 8 adolescents, changeant à jamais l'industrie des maisons hantées. Dans les poursuites intentées, il a été soutenu que Six Flags aurait dû avoir des systèmes de gicleurs, des détecteurs de fumée et d'autres dispositifs de sécurité, et si ces dispositifs avaient été installés, ces adolescents pourraient être en vie aujourd'hui. Le Attraction était une maison hantée de style château hanté construite à l'origine à partir de quatre semi-remorques réunies, puis étendue à 17 remorques. Il a été déterminé que le feu avait été déclenché par un client essayant de trouver son chemin avec un briquet. Les inspecteurs des incendies ont témoigné qu'ils n'avaient jamais inspecté l'attraction puisqu'il s'agissait d'un événement temporaire. Il manquait à la structure du château un permis de construire, un système de gicleurs, des alarmes et d'autres éléments. Un incendie s'est déclaré vers 18h35 et a été attisé par des climatiseurs extérieurs, ce qui l'a propagé rapidement aux nombreux matériaux et accessoires inflammables (y compris la mousse) à l'intérieur de l'attraction. Au lendemain de l'incendie, plusieurs maisons hantées à travers le New Jersey et à travers le pays ont été fermées en attendant des inspections. Les États à travers l'Amérique ont adopté de nouvelles lois pour les manèges sombres et les maisons hantées, y compris les systèmes de gicleurs et d'autres dispositifs de sécurité, ainsi que les exigences relatives aux inspections annuelles. La sécurité dans les maisons hantées aujourd'hui peut remercier le sacrifice de Joseph Beyroutey, Nicola Caiazza, Jose Carrion, Tina Genovese, Christopher Harrison, Eric Rodriguez, Lenny Ruiz et Samuel Valentin Jr. Hauntworld vous rend hommage.

La prochaine fois que vous commencerez à vous plaindre de la dureté de votre inspecteur ou des exigences de sécurité supplémentaires nécessaires, souvenez-vous de ces huit adolescents décédés en 1984. Des vies ont été perdues pour en sauver d'innombrables autres. L'industrie des maisons hantées commençait à peine en 1984 et si jamais une leçon devait être apprise sur la sécurité, il vaudrait mieux que cela se produise avant que les hantises ne deviennent si populaires. Des centaines, voire des milliers, pourraient être touchés. L'industrie hantée a non seulement survécu, mais a évolué en conséquence. Depuis lors, il n'y a eu aucun décès par incendie à l'intérieur d'une maison hantée à l'intérieur.

Hauntworld.com a commencé au milieu des années 90 en tant que site en ligne où les fantômes du monde entier pouvaient venir pour la camaraderie, l'amitié et la camaraderie. Grâce aux salles de discussion et aux babillards électroniques de Hauntworld.com, les hantises peuvent partager des idées et s'entraider pour trouver et localiser des produits pour les projets à venir. Hauntworld a été lancé par moi (alias DRFRIGHTNER) et surtout mon cousin, Danny Bennett (alias FRIGHTMASTER). Danny est décédé quelques années plus tard à l'âge de 33 ans d'une crise cardiaque. Après la mort de Danny, je me suis consacré au développement de Hauntworld.com en quelque chose qui honorerait son rêve. En repensant au jour où j'ai acheté l'URL Hauntworld.com, je peux honnêtement dire que je n'avais jamais imaginé l'ampleur et l'impact que cela aurait sur l'ensemble de l'industrie des maisons hantées.

Hauntworld.com est rapidement devenu un endroit où des milliers de personnes sont venues discuter, partager des informations et débattre de sujets. Hauntworld.com a fourni des informations que les hantises utilisaient pour rendre leurs attractions plus grandes, meilleures et plus efficaces. De nombreuses sociétés de fournisseurs de Haunt ont fait leurs débuts sur Hauntworld.com en utilisant les forums de discussion pour promouvoir leurs produits et services en téléchargeant des photos de produits à vendre sur le Hauntworld Fright Forum. En fait, de nombreuses conventions, événements et rassemblements ont commencé par utiliser les forums comme lieu de recherche de fantômes pour promouvoir leurs événements. D'autres sites Web populaires tels que ceux faisant la promotion de podcasts, de magazines et autres ont utilisé les forums pour trouver des auditeurs et des clients.

Hauntworld.com a finalement créé une mine d'informations pour les médias et a utilisé sa position dans l'industrie pour lancer un effort après l'autre, tous destinés à promouvoir l'industrie des maisons hantées au niveau national sous un jour positif avec un objectif en tête. RÉPANDEZ LE PLAISIR DE LA PEUR !
Hauntworld a également créé toute une série de vidéos présentant des repaires de tout le pays. Il y a des années, de nombreux repaires étaient sceptiques quant à l'idée de laisser d'autres Les propriétaires de repaires voient leur attraction et volent potentiellement leurs secrets, mais le plus grand de tous les repaires savait que le partage d'idées était bon et non mauvais pour l'industrie. Hauntworld a donc présenté tous les repaires majeurs auxquels vous pouvez penser. Spookyworld, Terror on Church Street, Rocky Point Haunted House, Lance Pope&rsquos 'Verdun Manor' et bien d'autres ont tous créé des vidéos pour la série de vidéos Hauntworld. En fait, nous avons présenté plus de 200 maisons hantées sur une période de 10 ans. Aider les hantises à apprendre les uns des autres. c'était le but ! ?? Aujourd'hui, Hauntworld.com a continué à promouvoir de nouveaux événements, de nouveaux salons, de nouveaux fournisseurs, de nouveaux repaires et l'ensemble de l'industrie dans son ensemble.Beaucoup de gens ne réalisent probablement pas l'impact que Hauntworld a eu sur cette industrie ou combien d'informations utiles vous avez récupérées et/ou partagées via Hauntworld.com au fil des ans. Pour nous, produire ces premières vidéos Hauntworld a vraiment ouvert les portes au partage d'informations qui a ouvert toute cette industrie. L'impact est incontestable, et le mérite en revient à vous tous. La marque a été créée par VOUS, les repaires qui ont partagé, appris et échangé des idées, des informations, des vidéos, des photos et plus encore. En substance, Hauntworld.com était le Facebook de la hantise bien avant que Facebook n'existe.

Hauntworld.com continue aujourd'hui avec son magazine populaire, son répertoire hanté, ses vidéos et bien sûr le célèbre forum FRIGHT FORUM. Nous sommes fiers de faire la même chose que Danny Bennett a entrepris de faire dans les années 90, pour communiquer avec d'autres repaires ! &ldquoDanny, si vous regardez en bas&hellipMission accomplie et MERCI! Merci pour le jour où vous êtes entré dans ma maison et m'avez montré ce site Web idiot que vous avez créé appelé « Haunted Houses of America », m'inspirant à faire ce voyage avec vous.&rdquo Danny mérite TOUS le mérite de tout et j'espère que lorsque vous serez à Saint-Louis, vous vous arrêterez peut-être sur sa tombe qui porte l'inscription 'FRIGHTMASTER'.

Avant l'avènement d'Internet, ou devrais-je dire avant l'avènement de l'Internet haut débit, les maisons hantées reposaient strictement sur la publicité locale, plus particulièrement les stations de radio. De plus, tous les repaires reposaient fortement sur la réponse aux appels téléphoniques de clients potentiels ayant besoin d'itinéraires ou de coûts de billets ou d'autres informations. Aujourd'hui, aucun téléphone n'est nécessaire. Au lieu de cela, le marketing des maisons hantées est passé des médias traditionnels à un programme basé sur le Web. Internet a tout changé pour les propriétaires de petites entreprises, car nous pouvons désormais toucher davantage de clients, non seulement dans notre région, mais dans tout notre État et même à travers l'Amérique. Internet a créé toutes sortes d'attention médiatique pour notre industrie. N'importe qui peut démarrer ou créer un site Web d'actualités, un blog, une plate-forme d'examen, etc., et ils ont soif de contenu. Le Web a permis à nos attractions de trouver de nouveaux clients, d'éduquer les clients et de fournir des photos et des vidéos promotionnelles facilement disponibles. Nous pouvons télécharger des vidéos sur des sites comme YouTube où encore plus de personnes peuvent trouver, regarder et découvrir nos attractions. Des sites Web comme MySpace, Facebook et même HauntWorld vous permettent de créer des pages pour votre repaire qui peuvent être mises à jour quotidiennement toute l'année au sujet de votre attraction. De plus, vous pouvez créer une autre page pour rester en contact avec vos acteurs et autres membres du personnel. Le Web a presque remplacé les anciennes habitudes telles que les publipostages directs aux clients par des e-mails directs aux clients. La rapidité des e-mails directs combinée aux économies de coûts fait de ce changement un énorme avantage.

Internet a également aidé notre industrie à apprendre et à s'instruire en visitant d'autres sites Web hantés. Voir d'autres mises en page de sites Web, regarder leurs vidéos, visionner leurs photos et plus encore est inestimable. De plus, avoir accès à ces exemples et idées à tout moment du jour ou de la nuit est encore plus avantageux. Internet nous permet de communiquer quotidiennement via des forums hantés comme le Hauntworld Fright Forum, nous aidant à partager des idées et des informations. Nous pouvons trouver du matériel d'occasion à vendre, apprendre à mieux utiliser les nouvelles technologies et échanger des idées pour améliorer nos attractions. Le Web a été et est simplement un changeur de jeu, et les créatifs continuent de trouver de nouvelles façons d'utiliser le Web pour promouvoir leur entreprise, par exemple en créant des programmes d'applications et en utilisant Twitter pour faire la promotion minute par minute.

Ce n'est pas un mystère pourquoi les maisons hantées au cours des 5 dernières années ont connu une augmentation massive et quelque peu écrasante des ventes de billets, de la fréquentation et de l'attention des médias. Internet pourrait être considéré comme la plus grande évolution de l'industrie des repaires. Il permet aux clients d'évaluer, d'évaluer, de commenter, de bloguer et de faire connaître les produits, les services et OUI nos attractions, bonnes ou mauvaises. Dans le passé, des clients mécontents pouvaient menacer de dire à tous ceux qu'ils connaissent de ne pas fréquenter une entreprise, et on pourrait supposer que 10 amis pourraient recevoir ce message. Avec aujourd'hui Facebook, Twitter et plus encore, quelqu'un pourrait atteindre 100 amis et faire des ravages sur votre attraction en quelques secondes. Essentiellement, aujourd'hui, il est d'autant plus important de faire hurler de peur vos clients. L'époque des attractions survoltées et surfaites touche à sa fin. La technologie du Web a permis aux gens ordinaires et a donné aux gens ordinaires le pouvoir de vraiment mettre à l'écart votre attraction si vous faites trop de publicité. Aujourd'hui, nous voyons les plus grands repaires devenir encore plus grands et les attractions émergentes se développer plus rapidement qu'ils ne pourraient jamais l'imaginer. Pourquoi? Parce que si vous le construisez, ils en parleront sur un blog, ils en parleront sur Twitter, ils le diront à leurs amis Facebook et votre légende grandira rapidement !

Si vous vous efforcez de créer une bonne attraction aujourd'hui et si vous vous efforcez d'être le meilleur dans ce que vous faites, votre entreprise se développera à pas de géant. Vous pouvez tweeter ça jusqu'à la banque ! Internet a tout changé dans l'industrie hantée, de la façon dont nous exploitons, construisons et concevons à la façon dont nous commercialisons nos maisons hantées. Des sites Web comme Hauntworld.com continuent d'envoyer des dizaines de milliers de clients qualifiés dans des repaires chaque année, tout comme Google, Yahoo, Bing, Facebook et bien d'autres. La liste est interminable. Aujourd'hui, un bon propriétaire de repaire devrait dépenser autant d'argent pour sa présence sur le Web que pour son repaire. Internet est tout simplement le meilleur outil qui ait jamais aidé notre petite industrie à devenir une puissance du monde du divertissement.

En 2000, j'ai suggéré au président de l'IAHA de l'époque que si une association de maisons hantées devait accrocher son chapeau à quelque chose, ce devrait être le début d'un programme national de relations publiques axé sur la promotion des maisons hantées partout. À l'époque, il semblait que les maisons hantées ne recevaient que de la mauvaise publicité. J'ai plaidé que tous les stéréotypes négatifs sur les maisons hantées devaient être nettoyés avec un programme publicitaire national. Personne au conseil d'administration n'était en désaccord avec mes arguments, mais personne non plus ne voulait payer la facture d'un tel programme, et personne ne savait vraiment comment s'y prendre pour mettre une idée comme celle-ci en action, alors j'ai décidé de me présenter moi-même à la présidence de l'IAHA. . Devenir président de l'IAHA en 2005 m'a poussé à agir sur cette idée de programme de relations publiques. J'ai commencé à le planifier et à obtenir le soutien d'autres membres de notre industrie. La première chose était de trouver une entreprise de relations publiques qui s'attaquerait au travail avec un budget que les fantômes pouvaient se permettre. J'ai trouvé une telle entreprise et j'ai commencé à appeler des propriétaires de maisons hantées de tout le pays qui m'ont fait part de mes inquiétudes quant à la façon dont les médias nationaux ne comprennent pas notre industrie ou les améliorations massives que les hantises ont subies au cours des dernières années. La première personne à prendre le train en marche et à aider à soutenir le programme était Ben Armstrong de Netherworld, et tout s'est enchaîné à partir de là. Ben a convaincu l'IAHA de donner un peu moins de la moitié de l'argent pour le programme. Plusieurs repaires majeurs ont sauté à bord en donnant de l'argent pour l'embauche d'une société nationale de relations publiques. Parmi les propriétaires de repaires impliqués se trouvaient Randy Bates, Brett Bertolino, Ed Terebus, Peter Karlowicz, Tony Wohlgemuth et bien d'autres. Chaque maison hantée a fait confiance à moi et à Ben pour gérer correctement le programme national de relations publiques et utiliser l'argent à bon escient, et un programme national de relations publiques est né.

À certains égards, ce programme a été un tournant pour l'industrie de la maison hantée, car il y a eu une EXPLOSION pure et simple des médias, à tel point que deux personnes, trois personnes, dix personnes n'ont pas pu répondre à toutes les demandes d'interviews des médias, y compris USA TODAY, Wall Street Journal, Good Morning America, The Today Show, CBS et plus encore. En parlant de cela, la vidéo de la maison hantée la plus regardée sur YOUTUBE est CBS High-Tech Haunted Houses, www.youtube.com/watch?v=ig9dhC06nwU, avec près d'un million de vues ! Cette vidéo est le résultat du lancement de CBS et de Good Morning America par notre société nationale de relations publiques, et plus tard, quelqu'un a pensé à la télécharger sur YouTube. Quel impact ! Quel message positif sur le chemin parcouru par les hantises !

Lorsque l'histoire des maisons hantées a été lancée, il n'y a eu qu'un seul journal, magazine ou chaîne de télévision qui l'a refusée. Ils ont tous pris le train en marche pour éduquer l'Amérique sur l'industrie de la maison hantée. La prochaine chose que nous savions, nos efforts se sont transformés en émissions de télévision sur Modern Marvels, National Geographic Channel, Travel Channel et Food Network, toutes voulant diffuser des épisodes mettant en vedette l'industrie de la maison hantée. Hauntworld.com a été le premier site Web à produire une liste des 13 meilleurs hantises, bMais à cause de ce programme de relations publiques, des sites Web à travers le pays ont soudainement voulu en publier un aussi, car maintenant ils savent que les maisons helliphuntées sont une grande nouvelle ! ??L'objectif du programme national de relations publiques était d'éduquer l'Amérique dans son ensemble sur le fait que les maisons hantées ont changé et attirent désormais les adultes de TOUS les âges et que les hantises à travers l'Amérique font des choses incroyables avec des effets, de la technologie, de l'architecture, de la scénographie et plus encore. Nous avons fait passer le message que les Américains qui ont été hantés depuis plusieurs années manquent quelque chose et devraient se joindre aux SCREAM. La plupart conviendraient que l'EXPLOSION de la maison hantée a commencé vers 2005-2006, et vous pouvez créditer le tout premier programme national de relations publiques ! Les maisons hantées sont devenues connues pour quelque chose de plus que des labyrinthes nocturnes qui s'ouvrent pour le week-end d'Halloween. Maintenant, ils sont reconnus comme les principales attractions de divertissement qu'ils sont vraiment, offrant des divertissements sophistiqués attrayants pour des masses de gens. En conséquence, les maisons hantées au cours des 5 dernières années ont vu leur fréquentation grimper. Les prix des billets ont pu augmenter et les ventes de billets ont grimpé en flèche. Ce flux a également filtré dans l'ensemble de l'industrie, car les propriétaires de repaires ont désormais plus d'argent à dépenser en accessoires, masques, animations, etc. Les vendeurs créent désormais des accessoires plus gros avec plus de technologie et à plus grande échelle. Même un salon professionnel à part entière spécialisé dans l'industrie de la maison hantée a pu voir le jour et connaître du succès pour la première fois. Dans le passé, même Transworld doutait que notre HAUNT puisse soutenir son propre spectacle, mais aujourd'hui, les yeux de Transworld sont ouverts à l'augmentation de nos revenus, à l'augmentation de la fréquentation et à l'expansion de la crédibilité en tant qu'industrie légitime.

Il y avait un plan directeur, et il a été expliqué à tout le monde dans l'industrie (des vendeurs aux repaires et à n'importe qui entre les deux) que ce programme de relations publiques de maison hantée profiterait à tous. David Fauchman de ScareFactory a accepté et a offert de donner des fonds au programme. En tant que vendeur, il a compris que si les propriétaires de maisons hantées créaient des revenus supplémentaires grâce à une croissance rapide, cette prospérité se répercuterait sur les vendeurs.

Une centaine de personnes différentes m'ont dit que cette idée échouerait ou que ce n'était pas juste. Beaucoup ont essayé de me décourager de le faire du tout. Les opposants existeront toujours quoi qu'il arrive, mais une fois le programme de relations publiques terminé et les hantises à travers le pays en ont ressenti les résultats, peu peuvent nier l'énorme impact et les avantages d'un programme national réussi comme celui-ci. De plus, il convient de noter que j'ai en fait reçu un appel téléphonique d'une autre association de l'industrie me demandant de m'embaucher pour aider à lancer un programme de relations publiques similaire pour eux. Il est évident que le succès retentissant a été remarqué dans le monde entier !
L'année suivante, un autre programme de relations publiques a été lancé à nouveau par Larry Kirchner et Ben Armstrong, et bien qu'il ait connu un grand succès, il n'a pas été aussi réussi que le premier. Depuis lors, de nombreux autres groupes, associations et autres, d'America Haunts à l'IAHA, ont tous lancé leur propre version, mais aucune n'a égalé le succès du tout premier.

C'est en raison de l'efficacité du tout premier programme que les campagnes de relations publiques ont aujourd'hui un succès limité. Les médias nationaux ont l'impression qu'ils ont déjà fait qu'ils ont déjà couvert le sujet de la maison hantée. Mais cela ne change pas le fait que les maisons hantées en ressentent toujours les avantages grâce à une prise de conscience BEAUCOUP plus élevée au sein de nos cercles médiatiques locaux et au niveau national également, mais à un degré moindre. Si le premier programme de 2005 n'avait pas été aussi bien reçu, des programmes annuels auraient été nécessaires pour poursuivre le message, mais la saturation totale des histoires au cours des deux dernières années nous a laissé dans une position très privilégiée. Nous n'avons pas nécessairement besoin de dépenser ce genre de dollars, pas annuellement en tout cas. Les médias ne sont plus ignorants des progrès de notre industrie. La maison hantée a enfin reçu la reconnaissance qu'elle mérite !

Les maisons hantées ont reçu plus d'attention au cours des 3-4 dernières années qu'au cours des 20 années précédentes combinées. Maintenant, c'est à VOTRE tour. je vous en supplie. Sortez et embauchez une bonne entreprise de relations publiques sur votre marché et devenez propriétaire des histoires obsédantes circulant dans Good Morning America, Travel Channel, USA Today, Wall Street Journal, CBS, FOX et plus encore. À l'intérieur de ce message, présentez VOS succès de hantise et transformez-les en histoires sur votre hantise là où cela compte le plus pour vous et pour votre ville, votre ville et votre état ainsi qu'à l'échelle nationale ! Cela n'aura pas seulement un impact sur votre entreprise de repaire, cela aura un impact positif sur notre industrie dans son ensemble !

Où ont commencé les maisons hantées ? Qui a ouvert la toute première maison hantée ? Comment cette industrie a-t-elle trouvé ses premières racines ? Certains diront que cela a commencé avec des spectacles de fantômes, mais je ne suis pas d'accord. La réalité est que l'industrie des maisons hantées a commencé en tant qu'attractions bon marché dans de petits parcs d'attractions familiaux, des jetées d'attractions et autres. Il y a bien longtemps, il n'y avait pas d'entreprises de montagnes russes ou de manèges pour acheter une attraction, donc beaucoup de ces jetées d'amusement ont simplement construit leurs propres attractions localement et certaines ont construit des maisons hantées, des manèges sombres hantés et des funhouses hantés. En règle générale, ces attractions étaient créées à moindre coût, très sombres, avec des buzzers et des bruits forts à chaque tournant. Certains de ces manèges sombres hantés de style plus ancien existent encore aujourd'hui. Un exemple est situé dans le parc d'attractions Knoebels appelé « The Haunted Mansion » qui a ouvert ses portes en 1973. C'est ce qu'on appelle un « manège bretzel noir ». Alors que beaucoup l'appelleraient obsolète, ringard et ayant désespérément besoin d'une modernisation, les gens de DAFE (Dark Ride and Funhouse Enthusiasts) continuent de considérer cette dark ride comme leur préférée, car c'est un retour dans le passé. Il existe peu d'exemples de ces vieux manèges sombres, car beaucoup ont été supprimés, détruits ou rénovés. Disney a également construit un manoir sombre sur le thème du manoir hanté. Après tout, un manège ou un funhouse hanté était l'une des principales attractions de la plupart des parcs d'attractions au cours des premières années, et ils continuent d'être un aliment de base pour beaucoup.

Les maisons hantées sont clairement enracinées dans les manèges sombres et les funhouses plus anciens, qui à l'intérieur de la plupart des parcs d'attractions étaient soit un "manège sombre de bretzel" soit un "promenade". Plusieurs années plus tard, des organisations caritatives se sont accrochées à l'idée de construire des attractions identiques ou similaires dans leurs villes et villages locaux afin de collecter des fonds pour leur cause. À l'époque, il n'y avait vraiment aucun moyen de communiquer au niveau national pour la promotion de l'idée autre que les conventions. En 1975, une de ces conventions pour les Jaycees annuelles a eu lieu à Miami, et cela pourrait bien avoir été le début de l'industrie de la maison hantée telle que nous la connaissons aujourd'hui. En février 1975, deux hommes du chapitre local des Jaycees à Bloomington, dans l'Illinois, se sont réunis pour discuter de la création d'un livre sur la maison hantée. Ces hommes étaient Jim Gould et Tom Hilligoss. Le livre de Tom a été bien reçu par les Jaycees, imprimé à plus de 20 000 exemplaires. À partir de là, il a décidé d'acheter un stand lors de leur convention nationale pour mettre en place une exposition miniature de la maison hantée. L'exposition de Tom s'est si bien déroulée qu'il a décidé de former la toute première entreprise de maisons hantées appelée "The Haunted House Company".

La Haunted House Company a ensuite embauché du personnel et, en raison de sa croissance continue, a embauché encore plus de personnel pour coordonner toutes les activités de l'entreprise. Plus tard, The Haunted House Company a introduit une gamme de masques de monstres personnalisés de Don Post. Ils sont devenus un tel succès qu'ils ont reçu des commandes de 700 chapitres Jaycee dans 40 États différents. Hilligoss est devenu le premier EXPERT DES MAISONS HANTÉES en Amérique à aider l'organisation Jaycee à mettre en place des maisons hantées, réclamant des revenus de 500,00 $ pour les petits marchés et jusqu'à 50 000,00 $ pour les marchés plus importants. Les tout premiers séminaires sur les maisons hantées ont eu lieu lorsque Tom a commencé à voyager dans des villes à travers le pays pour différents chapitres offrant jusqu'à 30 options de séminaires et ateliers différents. The Haunted House Company a même embauché un directeur de la photographie et a effectué la toute première VISITE DE LA MAISON HAUNTED de 35 hantises dans le Colorado, le Missouri, le Michigan, l'Ohio, et plus encore pour recueillir des informations et des photos pour leurs séminaires et présentations.

En 1976, The Haunted House Company s'est élargie pour inclure des services de vente de t-shirts, sweat-shirts, vestes, autocollants pour pare-chocs et illustrations pour panneaux d'affichage, ainsi que des gammes complètes de costumes, maquillage, araignées, équipement de sonorisation, équipement d'éclairage et enseignes lumineuses pour la promotion. L'entreprise, les livres et les séminaires de Tom ont montré aux Jaycees comment construire une maison hantée à partir de laquelle les scènes étaient les meilleures pour commercialiser une maison hantée. Il leur a même donné des images clipart, des coupons, des billets et tout le reste. La Haunted House Company a eu tellement de succès que Tom a fait la déclaration suivante. Si les Jaycees continuaient d'augmenter et d'améliorer leur participation au programme de la maison hantée, un jour les Jaycees POSSÉDER Halloween! Son objectif était que les gens s'identifient automatiquement à une maison hantée de Jaycee lorsqu'ils pensent à Halloween. Tom a eu la prévoyance et la vision de réaliser que les maisons hantées pouvaient vraiment &ldquoown&rdquo Halloween.

La société Haunted House a ensuite introduit l'idée de prendre des photos Polaroid pour augmenter les revenus, et ils ont même inventé l'expression, &ldquoNous allons vous faire peur !&rdquo La Haunted House Company avait tout fait pour eux. Ils ont tout commencé avec des livres, des séminaires et des visites de lieux de prédilection à travers le pays. Ils ont été les premiers à rapporter des informations de repaires dans tout le pays. La Haunted House Company a même développé une attraction de Noël appelée « Santa's Workshop » et bien plus encore.

Alors que la plupart des Jaycees n'avaient pas l'esprit d'entreprise hanté nécessaire pour réussir sur le marché d'aujourd'hui, Tom Hilligoss a quand même promu l'ouverture de maisons hantées à travers le pays, même à l'époque. Finalement, les jeunes gens d'affaires au milieu des années 1980 ont repris et ont commencé à ouvrir leurs propres maisons hantées. Ils ont acquis de meilleurs emplacements, se sont appuyés sur une équipe d'acteurs rémunérés plutôt que sur des bénévoles, ont acheté des tonnes de publicités à la radio, ont passé des mois et non des jours à créer leurs repaires et, du jour au lendemain, le format Jaycees était sur ses talons.Les stations de radio ne diffuseraient plus de publicité gratuite pour la cause Jaycee, pas quand d'autres hantises paieraient pour cela. Un autre poignard dans les plans des Jaycees était l'incendie de Six Flags, car il a presque anéanti l'idée de trouver une vieille maison abandonnée pour installer un repaire. Les services d'incendie ont commencé à inspecter et à exiger des dispositifs de sécurité coûteux. Ces nouveaux coûts de publicité et de sécurité ont poussé la plupart des Jaycees à abandonner leurs repaires et à chercher de nouvelles façons de collecter des fonds, mais certains survivent encore aujourd'hui en proposant une nouvelle qualité d'événement pour rivaliser avec toute concurrence féroce qui se frayait un chemin, la plupart dans les petites zones rurales, et ils font toujours peur aux gens à chaque Halloween. L'un de ces survivants est le Huntington Indiana Jaycees qui a organisé un événement de qualité année après année connu sous le nom de The Huntington Jaycees Haunted Hotel, www.hauntedhuntington.com.

Je crois que l'événement le plus important dans la création de l'industrie de la maison hantée telle que nous la connaissons a commencé avec un livre de coloriage de maison hantée créé par Tom Hilligoss et Jim Gould sur une table basse à Bloomington, Illinois. Un plan a été élaboré pour aider à créer toute une industrie de la peur qui a effectivement fait peur aux &ldquoYELL&rdquodes Américains.

Oui TU! Vous avez joué le rôle le plus important pour boucler la boucle de l'industrie hantée, car c'est vous qui avez risqué vos économies en faisant des actes de foi et avez probablement quitté un emploi très précieux à temps plein pour travailler sur votre maison hantée tous les jours de la semaine. Vous avez cru en votre passion en créant une expression artistique indéniable du divertissement qui fait crier de joie les habitants de votre ville. Vous vous êtes inscrit aux séminaires, avez assisté aux visites guidées, acheté les vidéos et les magazines, partagé des idées avec d'autres fantômes via les forums Fright et avez simplement plongé la tête la première. Vous vous êtes engagé à améliorer votre repaire et à investir des sommes d'argent contre l'avis des autres, mais VOUS CROYEZ ! Peu importe le drame rempli de non-sens qui aurait pu se produire dans l'industrie, vous croyiez toujours à l'industrie des repaires dans son ensemble. Vous connaissiez son potentiel. Vous avez soutenu les bonnes personnes. Vous l'avez vu grandir et devenir une véritable industrie hantée avec une voie claire pour la prochaine génération de notre industrie.

Lorsque l'industrie hantée était à son plus bas, vous vous teniez debout et vous vous battiez. Lorsque votre commissaire des incendies ou inspecteur en bâtiment local vous a dit &ldquono&rdquo, vous avez trouvé un moyen de le transformer en &ldquoyes&rdquo. Lorsque votre famille ou vos amis ont exprimé leur scepticisme, votre détermination a grandi et vous avez montré à quel point ils avaient tort. Vous avez fait passer votre maison hantée d'un niveau à l'autre et au-delà. Vous avez investi, amélioré, écouté et appris ! Sans TU il n'y aurait pas d'industrie. Peu importe si vous êtes la plus petite maison hantée du pays ou le plus grand vendeur de repaires au monde, peu importe si vous êtes un repaire domestique, un repaire de charité ou un repaire professionnel, nous faisons tous la promotion d'Halloween, et nous faisons TOUS la promotion des maisons hantées dans une lumière positive. Nous promouvons l'idée qu'avoir peur peut être plus amusant que tout ce que vous avez déjà vécu. Les maisons hantées sont amusantes, intrigantes, excitantes, sophistiquées et la ruée est aussi bonne que tout ce que vous pourriez trouver à l'intérieur de ces parcs à thème de plusieurs milliards de dollars.

Tu l'as fait, et sans TU, nous ne serions pas ici aujourd'hui avec notre propre salon professionnel, plus des conventions, une attention médiatique nationale, des émissions de télévision et plus encore. Nous possédons une entreprise que nous apprécions, une entreprise qui fait peur aux gens. Et nous continuons à construire une tradition locale que les enfants de vos enfants pourront perpétuer pour les générations à venir !


Venant en Amérique

La célébration d'Halloween était très limitée dans la Nouvelle-Angleterre coloniale. Le système de croyance rigide des premiers colons protestants ne permettait aucune célébration d'une fête avec des racines païennes. Pour les protestants, les croyances païennes s'apparentaient au diable lui-même. Les célébrations d'Halloween étaient beaucoup plus courantes dans le Maryland et dans les colonies du sud. Là, les croyances et les coutumes des différents groupes ethniques européens se sont mêlées à celles des Indiens d'Amérique. Une version typiquement américaine de la fête a émergé.

Les premières célébrations comprenaient des fêtes publiques organisées pour célébrer la récolte. Les voisins racontaient des histoires de morts, racontaient des fortunes, dansaient et chantaient. Les aînés racontaient des histoires de fantômes aux enfants et les jeunes participaient à des méfaits de toutes sortes. Cependant, ces célébrations n'étaient pas encore à l'échelle nationale.


Contenu

Le mot Halloween ou Halloween date d'environ 1745 [32] et est d'origine chrétienne. [33] Le mot "Hallowe'en" signifie "soirée des Saints". [34] Il vient d'un terme écossais pour La veille de la Toussaint (la veille de la Toussaint). [35] En écossais, le mot « eve » est même, et ceci est contracté à e'en ou een. [36] Au fil du temps, (Tous) Hallow(s) E(v)en évoluer vers Halloween. Bien que l'expression "All Hallows'" se trouve en vieil anglais, "All Hallows' Eve" n'est elle-même visible qu'en 1556. [35] [37]

Influence gaélique

On pense que les coutumes d'Halloween d'aujourd'hui ont été influencées par les coutumes et les croyances populaires des pays de langue celtique, dont certaines auraient des racines païennes. [38] Jack Santino, un folkloriste, écrit qu'"il y avait dans toute l'Irlande une trêve difficile existant entre les coutumes et les croyances associées au christianisme et celles associées aux religions irlandaises avant l'arrivée du christianisme". [39] L'historien Nicholas Rogers, explorant les origines d'Halloween, note que si « certains folkloristes ont détecté ses origines dans la fête romaine de Pomona, la déesse des fruits et des graines, ou dans la fête des morts appelée Parentalia, il est plus typiquement lié au festival celtique de Samhain, qui vient du vieil irlandais pour 'la fin de l'été'." [40]

Samhain était le premier et le plus important des quatre quarts de jour du calendrier gaélique médiéval et a été célébré du 31 octobre au 1er novembre [41] en Irlande, en Écosse et sur l'île de Man. [42] [43] Un festival apparenté a eu lieu à la même période de l'année par les Celtes Brittoniques, appelé Calan Gaeaf au Pays de Galles, Kalan Gwav en Cornouailles et Kalan Goañv en Bretagne un nom signifiant "le premier jour de l'hiver". Pour les Celtes, la journée se terminait et commençait au coucher du soleil ainsi la fête commençait la veille du 7 novembre au soir selon les calculs modernes (le demi-point entre l'équinoxe et le solstice). [44] Samhain est mentionné dans certaines des premières littératures irlandaises. Les noms ont été utilisés par les historiens pour se référer aux coutumes celtiques d'Halloween jusqu'au 19ème siècle, [45] et sont toujours les noms gaéliques et gallois pour Halloween.

Samhain marquait la fin de la saison des récoltes et le début de l'hiver ou la « moitié la plus sombre » de l'année. [46] [47] Comme Beltane/Calan Mai, il a été vu comme un temps liminal, quand la frontière entre ce monde et l'Autre Monde s'est amincie. Cela signifiait le Aos Si, les « esprits » ou « fées », pouvaient plus facilement venir au monde et étaient particulièrement actifs. [48] ​​[49] La plupart des savants voient le Aos Si comme « des versions dégradées des anciens dieux [. ] dont le pouvoir est resté actif dans l'esprit des gens même après qu'ils aient été officiellement remplacés par des croyances religieuses ultérieures ». [50] Le Aos Si étaient à la fois respectés et craints, les individus invoquant souvent la protection de Dieu à l'approche de leurs habitations. [51] [52] A Samhain, on croyait que le Aos Si a dû être apaisé pour s'assurer que les gens et leur bétail ont survécu à l'hiver. Les offrandes de nourriture et de boisson, ou des portions des récoltes, étaient laissées à l'extérieur pour le Aos Si. [53] [54] [55] On a dit aussi que les âmes des morts revisitaient leurs maisons cherchant l'hospitalité. [56] Des places étaient mises à table et au coin du feu pour les accueillir. [57] La ​​croyance selon laquelle les âmes des morts rentrent chez elles une nuit de l'année et doivent être apaisées semble avoir des origines anciennes et se retrouve dans de nombreuses cultures à travers le monde. [58] En Irlande du 19ème siècle, "des bougies seraient allumées et des prières formellement offertes pour les âmes des morts. Après cela, manger, boire et jouer commenceraient". [59]

Dans toute l'Irlande et la Grande-Bretagne, les festivités familiales comprenaient des rituels et des jeux destinés à prédire son avenir, en particulier en ce qui concerne la mort et le mariage. [60] Les pommes et les noix étaient souvent utilisées dans ces rituels divinatoires. Ils comprenaient le sautage de pommes, la torréfaction de noix, la recherche ou l'observation d'un miroir, le versement de plomb fondu ou de blancs d'œufs dans l'eau, l'interprétation des rêves et autres. [61] Des feux de joie spéciaux ont été allumés et il y avait des rituels les impliquant. Leurs flammes, leur fumée et leurs cendres étaient réputées avoir des pouvoirs protecteurs et nettoyants, et étaient également utilisées pour la divination. [46] Dans certains endroits, des torches allumées par le feu de joie étaient portées au soleil autour des maisons et des champs pour les protéger. [45] Il est suggéré que les feux étaient une sorte de magie imitative ou sympathique – ils imitaient le Soleil, aidant les « pouvoirs de croissance » et retenant la décomposition et l'obscurité de l'hiver. [57] [62] [63] En Écosse, ces feux de joie et jeux de divination ont été interdits par les anciens de l'église dans certaines paroisses. [64] Au Pays de Galles, des feux de joie étaient allumés pour "empêcher les âmes des morts de tomber sur terre". [65] Plus tard, ces feux de joie ont servi à « éloigner le diable ». [66]

À partir du XVIe siècle au moins [68], le festival comprenait des mimiques et des déguisements en Irlande, en Écosse, sur l'île de Man et au Pays de Galles. [69] Cela impliquait des personnes allant de maison en maison en costume (ou déguisé), récitant généralement des vers ou des chansons en échange de nourriture. C'était peut-être à l'origine une tradition selon laquelle les gens se faisaient passer pour le Aos Si, ou les âmes des morts, et ont reçu des offrandes en leur nom, semblable à la coutume de l'âme (voir ci-dessous). Se faire passer pour ces êtres, ou porter un déguisement, était également censé s'en protéger. [70] Il est suggéré que les mummers et les déguisements « personnifient les vieux esprits de l'hiver, qui exigeaient une récompense en échange de la bonne fortune ». [71] Dans certaines parties de l'Irlande du Sud, les détracteurs comprenaient un cheval de loisir. Un homme habillé en Lair Bhan (jument blanche) a conduit les jeunes de maison en maison à réciter des vers – dont certains avaient des connotations païennes – en échange de nourriture. Si le ménage donnait de la nourriture, il pouvait s'attendre à la bonne fortune de la « Muck Olla », ne pas le faire porterait malheur. [72] En Écosse, les jeunes allaient de maison en maison avec des visages masqués, peints ou noircis, menaçant souvent de faire des bêtises s'ils n'étaient pas les bienvenus. [69] F. Marian McNeill suggère que l'ancienne fête comprenait des personnes en costume représentant les esprits et que les visages étaient marqués (ou noircis) avec des cendres tirées du feu de joie sacré. [68] Dans certaines parties du Pays de Galles, les hommes circulaient habillés comme des êtres redoutables appelés gwrachod. [69] À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les jeunes de Glamorgan et des Orcades se travestissaient. [69]

Ailleurs en Europe, les mummings et les chevaux de loisir faisaient partie d'autres festivals annuels. Cependant, dans les régions de langue celtique, ils étaient « particulièrement appropriés à une nuit au cours de laquelle des êtres surnaturels seraient à l'étranger et pourraient être imités ou repoussés par des vagabonds humains ». [69] À partir du XVIIIe siècle au moins, « imiter des esprits malins » a conduit à faire des farces en Irlande et dans les Highlands écossais. Le port de costumes et les farces à Halloween se sont répandus en Angleterre au 20e siècle. [69] Traditionnellement, les farceurs utilisaient des navets évidés ou des wurzels mangel souvent sculptés de visages grotesques comme lanternes. [69] Par ceux qui les ont faites, les lanternes ont été diversement dites pour représenter les esprits, [69] ou ont été utilisées pour éloigner les mauvais esprits. [73] [74] Ils étaient communs dans certaines parties de l'Irlande et des Highlands écossais au 19ème siècle, [69] aussi bien qu'à Somerset (voir Punkie Night). Au 20ème siècle, ils se sont répandus dans d'autres parties de l'Angleterre et sont devenus généralement connus sous le nom de jack-o'-lanterns. [69]

Influence chrétienne

On pense que les coutumes d'Halloween d'aujourd'hui ont été influencées par le dogme chrétien et les pratiques qui en découlent. [75] Halloween est la veille des jours saints chrétiens de la Toussaint (également connu sous le nom de Toussaint ou Halloween) le 1er novembre et la fête des morts le 2 novembre, donnant ainsi à la fête du 31 octobre le nom complet de La veille de la Toussaint (c'est-à-dire la veille de la Toussaint). [76] Depuis l'époque de l'Église primitive, [77] les grandes fêtes du christianisme (telles que Noël, Pâques et Pentecôte) avaient des veillées qui commençaient la nuit précédente, tout comme la fête de la Toussaint. [78] Ces trois jours sont collectivement appelés Allhallowtide et sont un temps pour honorer les saints et prier pour les âmes récemment décédées qui n'ont pas encore atteint le Ciel. Des commémorations de tous les saints et martyrs ont été organisées par plusieurs églises à différentes dates, principalement au printemps. [79] En 609, le Pape Boniface IV a re-dédié le Panthéon de Rome à « Sainte Marie et à tous les martyrs » le 13 mai. C'était la même date que la Lémurie, une ancienne fête romaine des morts, et la même date que la commémoration de tous les saints à Édesse au temps d'Éphrem le Syrien. [80]

La fête de la Toussaint, à sa date actuelle dans l'Église d'Occident, remonte à la fondation par le pape Grégoire III (731-741) d'un oratoire à Saint-Pierre pour les reliques « des saints apôtres et de tous les saints, martyrs et confesseurs". [81] [82] En 835, le jour de Toussaint a été officiellement commuté au 1er novembre, la même date que Samhain, à la demande du pape Grégoire IV. [83] Certains suggèrent que cela était dû à l'influence celtique, tandis que d'autres suggèrent que c'était une idée germanique, [83] bien qu'on prétende que tant les peuples germaniques que celtiques ont commémoré les morts au début de l'hiver. [84] Ils ont peut-être considéré que c'était le moment le plus approprié pour le faire, car c'est un moment de « mourir » dans la nature. [83] [84] Il est également suggéré que le changement a été fait sur les "raisons pratiques que Rome en été ne pouvait pas accueillir le grand nombre de pèlerins qui affluaient vers elle", et peut-être en raison de considérations de santé publique concernant la fièvre romaine - un maladie qui a fait plusieurs morts pendant les étés étouffants de la région. [85]

À la fin du XIIe siècle, ils étaient devenus des jours saints d'obligation dans toute l'Europe et impliquaient des traditions telles que la sonnerie des cloches des églises pour les âmes du purgatoire. De plus, « il était d'usage que des crieurs vêtus de noir défilent dans les rues, faisant sonner une cloche au son lugubre et appelant tous les bons chrétiens à se souvenir des pauvres âmes ». [87] "Souling", la coutume de faire cuire et partager des gâteaux d'âme pour toutes les âmes baptisées, [88] a été suggérée comme l'origine du trick-or-treat. [89] La coutume remonte au moins au XVe siècle [90] et a été trouvée dans certaines parties de l'Angleterre, de la Flandre, de l'Allemagne et de l'Autriche. [58] Des groupes de pauvres, souvent des enfants, faisaient du porte-à-porte pendant Allhallowtide, collectant des gâteaux d'âme, en échange de la prière pour les morts, en particulier les âmes des amis et des parents des donateurs. [90] [91] [92] Des gâteaux d'âme seraient également offerts pour les âmes elles-mêmes à manger, [58] ou les « âmes » agiraient en tant que leurs représentants. [93] Comme avec la tradition de Carême des petits pains croisés chauds, les gâteaux d'âme Allhallowtide étaient souvent marqués d'une croix, indiquant qu'ils étaient cuits comme aumône. [94] Shakespeare mentionne souling dans sa comédie Les deux gentilshommes de Vérone (1593). [95] Sur la coutume de porter des costumes, le ministre chrétien, le prince Sorie Conteh a écrit : « On croyait traditionnellement que les âmes des défunts erraient sur la terre jusqu'à la Toussaint, et la Toussaint offrait une dernière chance aux morts de se venger de leurs ennemis avant de passer dans l'autre monde. Afin d'éviter d'être reconnu par une âme qui pourrait chercher une telle vengeance, les gens revêtiraient des masques ou des costumes pour dissimuler leur identité". [96]

On prétend qu'au Moyen Âge, les églises qui étaient trop pauvres pour afficher les reliques des saints martyrs à Allhallowtide laissaient les paroissiens se déguiser en saints à la place. [97] [98] Certains chrétiens continuent d'observer cette coutume à Halloween aujourd'hui. [99] Lesley Bannatyne pense que cela aurait pu être une christianisation d'une coutume païenne antérieure. [100] En souling, les chrétiens emporteraient avec eux "des lanternes faites de navets évidés". [101] Il a été suggéré que la citrouille sculptée, un symbole populaire d'Halloween, représentait à l'origine les âmes des morts. [102] À Halloween, dans l'Europe médiévale, les feux servaient un double objectif, étant allumés pour guider les âmes de retour dans les maisons de leurs familles, ainsi que pour détourner les démons de hanter les chrétiens sincères. [103] [104] Les ménages en Autriche, en Angleterre et en Irlande avaient souvent "des bougies allumées dans chaque pièce pour guider les âmes vers leurs maisons terrestres". Celles-ci étaient connues sous le nom de « lumières de l'âme ». [105] [106] [107] De nombreux chrétiens en Europe continentale, en particulier en France, croyaient « qu'une fois par an, à l'Halloween, les morts des cimetières se levaient pour un carnaval sauvage et hideux » connu sous le nom de danse macabre, qui a souvent été représenté dans la décoration des églises. [108] Christopher Allmand et Rosamond McKitterick écrivent dans La nouvelle histoire médiévale de Cambridge que « les chrétiens ont été émus à la vue de l'Enfant Jésus jouant sur les genoux de sa mère, leur cœur a été touché par la Pietà et les saints patrons les ont rassurés par leur présence. danse macabre les a exhortés à ne pas oublier la fin de toutes les choses terrestres. » [109] Cette danse macabre a été promulguée lors de reconstitutions historiques de village et de masques de cour, avec des gens "déguisés en cadavres de diverses couches de la société", et peut avoir été à l'origine des fêtes costumées d'Halloween modernes. [101] [110] [111]

Dans certaines parties de la Grande-Bretagne, ces coutumes ont été attaquées pendant la Réforme alors que certains protestants réprimandaient le purgatoire comme une doctrine « papiste » incompatible avec leur notion de prédestination. Ainsi, pour certains protestants non-conformistes, la théologie de la Toussaint a été redéfinie sans la doctrine du purgatoire, « les âmes de retour ne peuvent pas voyager du Purgatoire sur leur chemin vers le Ciel, comme les catholiques le croient et l'affirment fréquemment. Au lieu de cela, le soi-disant On pense que les fantômes sont en réalité des esprits maléfiques. En tant que tels, ils sont menaçants. " [106] D'autres protestants ont maintenu la croyance en un état intermédiaire, connu sous le nom d'Hadès (Sein d'Abraham), [112] et ont continué à observer les coutumes d'origine, en particulier le souling, les processions aux chandelles et la sonnerie des cloches des églises à la mémoire des morts.[76] [113] Mark Donnelly, professeur d'archéologie médiévale, et l'historien Daniel Diehl, en ce qui concerne les mauvais esprits, à Halloween, écrivent que « les granges et les maisons ont été bénies pour protéger les gens et le bétail de l'effet des sorcières, qui On croyait qu'ils accompagnaient les esprits malins lorsqu'ils parcouraient la terre." [114] Au XIXe siècle, dans certaines régions rurales d'Angleterre, les familles se sont réunies sur les collines la nuit de la Toussaint. L'un tenait un bouquet de paille brûlante sur une fourche tandis que les autres s'agenouillaient autour de lui en cercle, priant pour les âmes de parents et amis jusqu'à ce que les flammes s'éteignent. Cela s'appelait ado. [115] D'autres coutumes comprenaient les feux de tindle dans le Derbyshire et les feux de joie toute la nuit dans le Hertfordshire qui étaient allumés pour prier pour les défunts. [116] La popularité croissante de Guy Fawkes Night (5 novembre) à partir de 1605 a vu de nombreuses traditions d'Halloween s'approprier cette fête à la place, et la popularité d'Halloween a diminué en Grande-Bretagne, à l'exception notable de l'Écosse. [117] Là et en Irlande, ils célébraient Samhain et Halloween depuis au moins le début du Moyen Âge, et le kirk écossais a adopté une approche plus pragmatique de l'Halloween, le considérant comme important pour le cycle de vie et les rites de passage des communautés et assurant ainsi sa survie dans le pays. [117]

En France, certaines familles chrétiennes, la nuit de la Toussaint, ont prié près des tombes de leurs proches, en déposant pour eux des plats pleins de lait. [105] À Halloween, en Italie, certaines familles ont laissé un grand repas aux fantômes de leurs parents décédés, avant de partir pour les services religieux. [118] En Espagne, cette nuit-là, des pâtisseries spéciales sont cuites, appelées « os du saint » (espagnol : Huesos de Santo) et les déposer sur les tombes du cimetière, une pratique qui se poursuit encore aujourd'hui. [119]

Propagation en Amérique du Nord

Lesley Bannatyne et Cindy Ott écrivent que les colons anglicans du sud des États-Unis et les colons catholiques du Maryland « ont reconnu All Hallow's Eve dans leurs calendriers religieux », [120] [121] bien que les puritains de la Nouvelle-Angleterre aient maintenu une forte opposition à la fête, ainsi que avec d'autres célébrations traditionnelles de l'Église établie, y compris Noël. [122] Les almanachs de la fin du 18e et du début du 19e siècle ne donnent aucune indication que Halloween a été largement célébrée en Amérique du Nord. [123] Ce n'est qu'au cours de l'immigration irlandaise et écossaise de masse au 19e siècle qu'Halloween est devenu une fête majeure en Amérique, [123] confinée aux communautés d'immigrants au milieu du 19e siècle. Il a été progressivement assimilé à la société dominante et a été célébré d'un océan à l'autre par des personnes de toutes origines sociales, raciales et religieuses au cours de la première décennie du 20e siècle. [124] "Dans les régions cajuns, une messe nocturne était dite dans les cimetières la nuit d'Halloween. Des bougies qui avaient été bénies étaient placées sur les tombes et les familles passaient parfois toute la nuit au bord de la tombe". [125] Le défilé annuel d'Halloween de Greenwich Village a été lancé en 1974 par le marionnettiste et fabricant de masques Ralph Lee de Greenwich Village. audience télévisuelle mondiale. [126]

Développement d'artefacts et de symboles associés à Halloween formés au fil du temps. Les Jack-o'-lanterns sont traditionnellement portés par les déguisements à la veille de la Toussaint afin d'effrayer les mauvais esprits. [102] [127] Il existe un conte populaire chrétien irlandais associé à la citrouille-lanterne, [128] qui, dans le folklore, représenterait une "âme à qui l'on a refusé l'entrée au paradis et en enfer": [129] ]

Sur le chemin du retour après une nuit de beuverie, Jack rencontre le Diable et le pousse à grimper à un arbre. Un Jack à la réflexion rapide grave le signe de la croix dans l'écorce, piégeant ainsi le Diable. Jack conclut un marché que Satan ne pourra jamais réclamer son âme. Après une vie de péché, d'alcool et de mensonge, Jack se voit refuser l'entrée au paradis à sa mort. Tenant sa promesse, le Diable refuse de laisser Jack en enfer et lui jette un charbon ardent directement des feux de l'enfer. C'était une nuit froide, alors Jack place le charbon dans un navet évidé pour l'empêcher de s'éteindre, depuis ce temps Jack et sa lanterne errent à la recherche d'un endroit pour se reposer. [130]

En Irlande et en Écosse, le navet a été traditionnellement sculpté pendant Halloween, [131] [132] mais les immigrants en Amérique du Nord utilisaient la citrouille indigène, qui est à la fois beaucoup plus douce et beaucoup plus grande - la rendant plus facile à sculpter qu'un navet. [131] La tradition américaine de sculpture de citrouilles est enregistrée en 1837 [133] et était à l'origine associée au temps de la récolte en général, ne devenant spécifiquement associée à Halloween qu'au milieu ou à la fin du XIXe siècle. [134]

L'imagerie moderne d'Halloween provient de nombreuses sources, y compris l'eschatologie chrétienne, les coutumes nationales, les œuvres de littérature gothique et d'horreur (comme les romans Frankenstein et Dracula) et les films d'horreur classiques (comme Frankenstein et La momie). [135] [136] L'imagerie du crâne, référence au Golgotha ​​dans la tradition chrétienne, sert « de rappel de la mort et de la qualité transitoire de la vie humaine » et se retrouve par conséquent dans souvenir mori et vanités Les compositions [137] de crânes ont donc été monnaie courante dans Halloween, qui touche à ce thème. [138] Traditionnellement, les murs du fond des églises sont « décorés d'une représentation du Jugement dernier, avec des tombes s'ouvrant et des morts ressuscités, avec un ciel rempli d'anges et un enfer rempli de démons », un motif qui a imprégné le respect de ce triduum. [139] L'une des premières œuvres sur le thème d'Halloween est du poète écossais John Mayne, qui, en 1780, a noté des farces à Halloween « Quelles farces effrayantes s’ensuivent ! », ainsi que le surnaturel associé à la nuit, "Bogies" (fantômes), influençant "Halloween" de Robert Burns (1785). [140] Les éléments de la saison d'automne, tels que les citrouilles, les cosses de maïs et les épouvantails, sont également répandus. Les maisons sont souvent décorées avec ces types de symboles autour d'Halloween. L'imagerie d'Halloween comprend des thèmes de la mort, du mal et des monstres mythiques. [141] Les chats noirs, qui ont longtemps été associés aux sorcières, sont également un symbole courant d'Halloween. Le noir, l'orange et parfois le violet sont les couleurs traditionnelles d'Halloween. [142]

Trick-or-treat est une fête coutumière pour les enfants à l'Halloween. Les enfants vont déguisés de maison en maison, demandant des friandises telles que des bonbons ou parfois de l'argent, avec la question « Trick or Treat ? » Le mot « truc » implique une « menace » de nuire aux propriétaires ou à leur propriété si aucune friandise n’est donnée. [89] On dit que la pratique a des racines dans la pratique médiévale du mumming, qui est étroitement liée au souling. [143] John Pymm a écrit que "beaucoup de jours de fête associés à la présentation de pièces de mumming ont été célébrés par l'Église chrétienne." [144] Ces jours de fête comprenaient la Toussaint, Noël, la Douzième Nuit et le Mardi Gras. [145] [146] Le mumming pratiqué en Allemagne, en Scandinavie et dans d'autres parties de l'Europe, [147] impliquait des personnes masquées déguisées qui « défilaient dans les rues et entraient dans les maisons pour danser ou jouer aux dés en silence ». [148]

En Angleterre, de la période médiévale [149] jusqu'aux années 1930, [150] les gens pratiquaient la coutume chrétienne du souling à l'Halloween, qui impliquait des groupes de soulers, à la fois protestants et catholiques, [113] allant de paroisse en paroisse, mendiant les riches pour des gâteaux d'âme, en échange de la prière pour les âmes des donateurs et de leurs amis. [91] Aux Philippines, la pratique du souling s'appelle Pangangaluwa et est pratiquée le soir de la Toussaint parmi les enfants des zones rurales. [21] Les gens se drapent de draps blancs pour représenter les âmes puis visitent les maisons, où ils chantent en échange de prières et de sucreries. [21]

En Écosse et en Irlande, les déguisements – des enfants déguisés faisant du porte-à-porte pour acheter de la nourriture ou des pièces de monnaie – sont une coutume traditionnelle d'Halloween. [151] Il est enregistré en Écosse à Halloween en 1895 où des mascarades déguisés portant des lanternes faites de navets évidés, visitent des maisons pour être récompensés par des gâteaux, des fruits et de l'argent. [132] [152] En Irlande, la phrase la plus populaire pour les enfants à crier (jusqu'aux années 2000) était « Help the Halloween Party ». [151] La pratique du déguisement à Halloween en Amérique du Nord est enregistrée pour la première fois en 1911, où un journal de Kingston, Ontario, Canada a signalé que des enfants allaient « guising » dans le quartier. [153]

L'historienne et auteure américaine Ruth Edna Kelley du Massachusetts a écrit le premier livre sur l'histoire d'Halloween aux États-Unis. Le livre d'Halloween (1919), et des références souling dans le chapitre "Hallowe'en in America". [154] Dans son livre, Kelley aborde les coutumes qui sont arrivées d'outre-Atlantique « les Américains les ont encouragées et en font une occasion semblable à ce qu'elle a dû être dans ses meilleurs jours à l'étranger. Toutes les coutumes d'Halloween aux États-Unis sont empruntés directement ou adaptés de ceux d'autres pays". [155]

Alors que la première référence au "guising" en Amérique du Nord se produit en 1911, une autre référence à la mendicité rituelle à Halloween apparaît, lieu inconnu, en 1915, avec une troisième référence à Chicago en 1920. [156] La plus ancienne utilisation connue dans l'imprimé du le terme « trick or treat » apparaît en 1927, dans le Blackie Herald, de l'Alberta, Canada. [157]

Les milliers de cartes postales d'Halloween produites entre le début du XXe siècle et les années 1920 montrent généralement des enfants, mais pas des bonbons ou un sort. [158] Trick-or-treating ne semble pas être devenu une pratique répandue en Amérique du Nord avant les années 1930, avec les premières apparitions américaines du terme en 1934, [159] et la première utilisation dans une publication nationale en 1939. [160]

Une variante populaire de trick-or-treat, connue sous le nom de trunk-or-treating (ou Halloween tailgating), se produit lorsque "les enfants se voient offrir des friandises dans les coffres de voitures garées dans un parking d'église", ou parfois, un parking d'école . [119] [161] Dans un événement de malle ou de friandise, le coffre (coffre) de chaque automobile est décoré d'un certain thème, [162] comme ceux de la littérature pour enfants, des films, des écritures et des rôles de travail. [163] Trunk-or-treating a gagné en popularité en raison de sa perception comme étant plus sûr que le porte-à-porte, un point qui résonne bien avec les parents, ainsi que le fait qu'il « résout l'énigme rurale dans laquelle les maisons [ sont] construits à un demi-mile l'un de l'autre". [164] [165]

Les costumes d'Halloween sont traditionnellement inspirés de figures surnaturelles telles que les vampires, les monstres, les fantômes, les squelettes, les sorcières et les démons. [89] Au fil du temps, la sélection de costumes s'est étendue pour inclure des personnages populaires de fiction, des célébrités et des archétypes génériques tels que les ninjas et les princesses.

Se déguiser et se « déguiser » étaient monnaie courante en Écosse et en Irlande à Halloween à la fin du XIXe siècle. [132] Terme écossais, la tradition est appelée « guisement » en raison des déguisements ou des costumes portés par les enfants. [152] En Irlande, les masques sont connus sous le nom de « faux visages ». [166] Les déguisements sont devenus populaires pour les fêtes d'Halloween aux États-Unis au début du XXe siècle, aussi souvent pour les adultes que pour les enfants, et lorsque les friandises devenaient populaires au Canada et aux États-Unis dans les années 1920 et 1930. [157] [167]

Eddie J. Smith, dans son livre Halloween, sanctifié est ton nom, offre une perspective religieuse au port de costumes à la Toussaint, suggérant qu'en se déguisant en créatures "qui nous ont fait peur et trembler à un moment donné", les gens sont capables de se moquer de Satan "dont le royaume a été pillé par notre Sauveur". Les images de squelettes et de morts sont des décorations traditionnelles utilisées comme souvenir mori. [168] [169]

"Trick-or-Treat for UNICEF" est un programme de collecte de fonds pour soutenir l'UNICEF, [89] un programme des Nations Unies qui fournit une aide humanitaire aux enfants dans les pays en développement. Lancé comme un événement local dans un quartier du nord-est de Philadelphie en 1950 et étendu à l'échelle nationale en 1952, le programme implique la distribution de petites boîtes par les écoles (ou à l'époque moderne, des entreprises sponsors comme Hallmark, dans leurs magasins agréés) à des trick-or-treaters , dans lequel ils peuvent solliciter des dons de petite monnaie des maisons qu'ils visitent. On estime que les enfants ont collecté plus de 118 millions de dollars pour l'UNICEF depuis sa création. Au Canada, en 2006, l'UNICEF a décidé de mettre fin à ses boîtes de collecte d'Halloween, citant des problèmes de sécurité et administratifs après consultation avec les écoles, ils ont plutôt repensé le programme. [170] [171]

Depuis la fin des années 2010, les stéréotypes ethniques en tant que costumes sont de plus en plus surveillés aux États-Unis. [172] Tels et d'autres costumes potentiellement offensants ont été rencontrés avec une désapprobation publique croissante. [173] [174]

Déguisements pour animaux de compagnie

Selon un rapport de 2018 de la National Retail Federation, 30 millions d'Américains dépenseront environ 480 millions de dollars en costumes d'Halloween pour leurs animaux de compagnie en 2018. Cela représente une augmentation par rapport aux 200 millions de dollars estimés en 2010. Les costumes les plus populaires pour animaux de compagnie sont la citrouille, suivi du hot dog et du bourdon à la troisième place. [175]

Il existe plusieurs jeux traditionnellement associés à Halloween. Certains de ces jeux sont à l'origine des rituels divinatoires ou des moyens de prédire son avenir, notamment en ce qui concerne la mort, le mariage et les enfants. Au Moyen Âge, ces rituels étaient pratiqués par un « petit nombre » dans les communautés rurales car ils étaient considérés comme des pratiques « mortellement graves ». [176] Au cours des derniers siècles, ces jeux de divination ont été "une caractéristique commune des festivités domestiques" en Irlande et en Grande-Bretagne. [60] Il s'agit souvent de pommes et de noisettes. Dans la mythologie celtique, les pommes étaient fortement associées à l'Autre Monde et à l'immortalité, tandis que les noisettes étaient associées à la sagesse divine. [177] Certains suggèrent également qu'ils dérivent des pratiques romaines dans la célébration de Pomona. [89]

Les activités suivantes étaient une caractéristique commune d'Halloween en Irlande et en Grande-Bretagne au cours des XVIIe et XXe siècles. Certains sont devenus plus répandus et continuent d'être populaires aujourd'hui. Un jeu courant est le saut de pomme ou le dunk (qui peut être appelé "dooking" en Écosse) [178] dans lequel les pommes flottent dans une baignoire ou un grand bassin d'eau et les participants doivent utiliser uniquement leurs dents pour retirer une pomme du bassin . Une variante du dunk consiste à s'agenouiller sur une chaise, à tenir une fourchette entre les dents et à essayer d'enfoncer la fourchette dans une pomme. Un autre jeu courant consiste à accrocher des scones à la mélasse ou au sirop par des ficelles. Ceux-ci doivent être mangés sans utiliser les mains tant qu'ils restent attachés à la ficelle, une activité qui conduit inévitablement à un visage collant. Un autre jeu autrefois populaire consiste à suspendre une petite tige en bois au plafond à hauteur de tête, avec une bougie allumée à une extrémité et une pomme suspendue à l'autre. La tige tourne et chacun essaie à tour de rôle d'attraper la pomme avec ses dents. [179]

Plusieurs des activités traditionnelles d'Irlande et de Grande-Bretagne impliquent de prédire son futur partenaire ou conjoint. Une pomme serait pelée en une longue bande, puis la pelure jetée par-dessus l'épaule. On pense que la peau atterrit sous la forme de la première lettre du nom du futur conjoint. [180] [181] Deux noisettes seraient grillées près d'un feu, l'une nommée pour la personne qui les rôtit et l'autre pour la personne qu'elle désire. Si les noix sautent loin de la chaleur, c'est un mauvais signe, mais si les noix rôtissent tranquillement, cela présage un bon match. [182] [183] ​​Une bannique à l'avoine salée était cuite, la personne la mangeait en trois bouchées puis se couchait en silence sans rien boire. On dit que cela se traduit par un rêve dans lequel leur futur conjoint leur offre un verre pour étancher leur soif. [184] On a dit aux femmes non mariées que si elles s'asseyaient dans une pièce sombre et se regardaient dans un miroir le soir d'Halloween, le visage de leur futur mari apparaîtrait dans le miroir. [185] Cependant, s'ils étaient destinés à mourir avant le mariage, un crâne apparaîtrait. La coutume était suffisamment répandue pour être commémorée sur des cartes de vœux [186] de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Un autre jeu irlandais populaire était connu sous le nom de puicíni ("bandeaux aux yeux") une personne aurait les yeux bandés et choisirait alors entre plusieurs soucoupes. L'objet dans la soucoupe donnerait un indice quant à leur avenir : une bague signifierait qu'ils épouseraient bientôt de l'argile, qu'ils mourraient bientôt, peut-être dans l'année de l'eau, qu'ils émigreraient des grains de chapelet, qu'ils prendraient les ordres sacrés (devenir nonne, prêtre, moine, etc.) une pièce, qu'ils deviendraient riches un haricot, qu'ils seraient pauvres. [187] [188] [189] [190] [191] Le jeu figure en bonne place dans la nouvelle de James Joyce "Clay" (1914). [192] [193] [194]

En Irlande et en Écosse, les articles étaient cachés dans la nourriture – généralement un gâteau, un barmbrack, un cranachan, un champ ou un colcannon – et des portions étaient servies au hasard. L'avenir d'une personne serait prédit par l'objet qu'elle trouverait, par exemple, une bague signifiait mariage et une pièce signifiait richesse. [195]

Jusqu'au 19ème siècle, les feux de joie d'Halloween étaient également utilisés pour la divination dans certaines parties de l'Écosse, du Pays de Galles et de la Bretagne. Lorsque le feu s'éteignait, un anneau de pierres était déposé dans les cendres, une pour chaque personne. Au matin, si une pierre était égarée, on disait que la personne qu'elle représentait ne vivrait pas l'année. [45]

Raconter des histoires de fantômes, écouter des chansons sur le thème d'Halloween et regarder des films d'horreur sont des éléments courants des fêtes d'Halloween. Les épisodes de séries télévisées et d'émissions spéciales sur le thème d'Halloween (les spéciaux étant généralement destinés aux enfants) sont généralement diffusés avant ou pendant Halloween, tandis que de nouveaux films d'horreur sont souvent diffusés avant Halloween pour profiter des vacances.

Les attractions hantées sont des lieux de divertissement conçus pour ravir et effrayer les clients. La plupart des attractions sont des entreprises saisonnières d'Halloween qui peuvent inclure des maisons hantées, des labyrinthes de maïs et des promenades en foin, [196] et le niveau de sophistication des effets a augmenté avec la croissance de l'industrie.

La première attraction hantée construite à cet effet était l'Orton and Spooner Ghost House, qui a ouvert ses portes en 1915 à Liphook, en Angleterre. Cette attraction ressemble en fait le plus à une maison d'amusement de carnaval, alimentée à la vapeur. [197] [198] La Maison existe toujours, dans la Hollycombe Steam Collection.

C'est dans les années 1930, à peu près à la même époque que le trick-or-treat, que les maisons hantées sur le thème d'Halloween ont commencé à apparaître en Amérique. C'est à la fin des années 1950 que les maisons hantées comme attraction majeure ont commencé à apparaître, se concentrant d'abord sur la Californie. Parrainée par le Children's Health Home Junior Auxiliary, la maison hantée de San Mateo a ouvert ses portes en 1957.La maison hantée de la Ligue d'assistance de San Bernardino a ouvert ses portes en 1958. Des maisons hantées ont commencé à apparaître dans tout le pays en 1962 et 1963. En 1964, la maison hantée de San Manteo a ouvert ses portes, ainsi que la maison hantée du musée des enfants à Indianapolis. [199]

La maison hantée en tant qu'icône culturelle américaine peut être attribuée à l'ouverture du Haunted Mansion à Disneyland le 12 août 1969. [200] Knott's Berry Farm a commencé à accueillir sa propre attraction nocturne d'Halloween, Knott's Scary Farm, qui a ouvert ses portes en 1973. [201 ] Les chrétiens évangéliques ont adopté une forme de ces attractions en ouvrant l'une des premières « maisons de l'enfer » en 1972. [202]

La première maison hantée d'Halloween gérée par une organisation à but non lucratif a été produite en 1970 par les Sycamore-Deer Park Jaycees à Clifton, Ohio. Il a été coparrainé par WSAI, une station de radio AM émettant à partir de Cincinnati, Ohio. Il a été produit pour la dernière fois en 1982. [203] D'autres Jaycees ont emboîté le pas avec leurs propres versions après le succès de la maison de l'Ohio. La Marche des dix sous les droits d'auteur d'une "Mini maison hantée pour la Marche des dix sous" en 1976 et a commencé à collecter des fonds par l'intermédiaire de ses sections locales en organisant des maisons hantées peu de temps après. Bien qu'ils aient apparemment cessé de soutenir ce type d'événement à l'échelle nationale dans les années 1980, certaines maisons hantées de la Marche des dix sous ont persisté jusqu'à aujourd'hui. [204]

Le soir du 11 mai 1984, à Jackson Township, New Jersey, le château hanté (Six Flags Great Adventure) a pris feu. À la suite de l'incendie, huit adolescents ont péri. [205] Le contrecoup de la tragédie a été un resserrement des réglementations relatives à la sécurité, aux codes du bâtiment et à la fréquence des inspections des attractions à l'échelle nationale. Les sites plus petits, en particulier les attractions à but non lucratif, n'étaient pas en mesure de rivaliser financièrement, et les entreprises commerciales les mieux financées ont comblé le vide. [206] [207] Les installations qui étaient autrefois en mesure d'échapper à la réglementation parce qu'elles étaient considérées comme des installations temporaires devaient désormais adhérer aux codes plus stricts requis pour les attractions permanentes. [208] [209] [210]

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les parcs à thème sont entrés sérieusement dans l'entreprise. Six Flags Fright Fest a commencé en 1986 et Universal Studios Florida a commencé Halloween Horror Nights en 1991. Knott's Scary Farm a connu une augmentation de la fréquentation dans les années 1990 en raison de l'obsession des États-Unis pour Halloween en tant qu'événement culturel. Les parcs à thème ont joué un rôle majeur dans la mondialisation des vacances. Universal Studios Singapore et Universal Studios Japan participent tous les deux, tandis que Disney organise désormais des événements Mickey's Not-So-Scary Halloween Party dans ses parcs de Paris, Hong Kong et Tokyo, ainsi qu'aux États-Unis. [211] Les repaires du parc à thème sont de loin les plus grands, à la fois en termes d'échelle et de fréquentation. [212]

À la Toussaint, de nombreuses confessions chrétiennes occidentales encouragent l'abstinence de viande, donnant lieu à une variété d'aliments végétariens associés à cette journée. [213]

Parce que dans l'hémisphère nord, Halloween survient dans le sillage de la récolte annuelle des pommes, les pommes de bonbons (connues sous le nom de pommes au caramel en dehors de l'Amérique du Nord), les pommes au caramel ou les pommes à la tire sont des friandises d'Halloween courantes faites en roulant des pommes entières dans un sirop de sucre collant, parfois suivies en les roulant dans des noix.

À une certaine époque, des bonbons aux pommes étaient couramment offerts aux enfants, mais la pratique a rapidement diminué à la suite de rumeurs répandues selon lesquelles certaines personnes incrustaient des objets comme des épingles et des lames de rasoir dans les pommes aux États-Unis. [214] Bien qu'il existe des preuves de tels incidents, [215] par rapport au degré de signalement de tels cas, les cas réels impliquant des actes malveillants sont extrêmement rares et n'ont jamais entraîné de blessures graves. Néanmoins, de nombreux parents supposaient que de telles pratiques odieuses étaient endémiques à cause des médias de masse. Au plus fort de l'hystérie, certains hôpitaux ont offert des radiographies gratuites des courses d'Halloween des enfants afin de trouver des preuves de falsification. Pratiquement tous les quelques incidents connus d'empoisonnement de bonbons impliquaient des parents qui ont empoisonné les bonbons de leurs propres enfants. [216]

Une coutume qui persiste dans l'Irlande d'aujourd'hui est la cuisson (ou plus souvent de nos jours, l'achat) d'un barmbrack (irlandais : báirín breac), qui est un gâteau aux fruits léger, dans lequel un anneau simple, une pièce de monnaie et d'autres charmes sont placés avant la cuisson. [217] Il est considéré comme chanceux d'être l'heureux qui le trouve. [217] Il a également été dit que ceux qui obtiennent une bague trouveront leur véritable amour l'année suivante. Ceci est similaire à la tradition du gâteau des rois lors de la fête de l'Épiphanie.

Liste des aliments associés à Halloween :

    (Irlande) (Grande-Bretagne) / pommes caramel (Grande-Bretagne et Irlande) , bonbons au maïs, bonbons citrouilles (Amérique du Nord)
  • Monkey nut (cacahuètes dans leurs coquilles) (Irlande et Écosse) (Irlande voir ci-dessous) /bonbon
  • Bonbons fantaisie en forme de crânes, citrouilles, chauves-souris, vers, etc.
  • Graines de citrouille grillées
  • Maïs doux rôti

À l'Halloween (All Hallows' Eve), en Pologne, on apprenait autrefois aux croyants à prier à haute voix en marchant à travers les forêts afin que les âmes des morts puissent trouver du réconfort en Espagne, des prêtres chrétiens dans de petits villages sonnent leur église cloches afin de rappeler à leurs fidèles de se souvenir des morts à la Toussaint. [218] En Irlande et parmi les immigrants au Canada, une coutume inclut la pratique chrétienne de l'abstinence, en gardant All Hallows' Eve comme un jour sans viande et en servant des crêpes ou du colcannon à la place. [219] Au Mexique, les enfants font un autel pour inviter le retour des esprits des enfants morts (angelitos). [220]

L'Église chrétienne a traditionnellement observé Halloween à travers une veillée. Les fidèles se sont préparés pour le festin de la Toussaint suivant avec des prières et du jeûne. [221] Ce service religieux est connu sous le nom de Veillée de toutes les reliques ou la Veillée de tous les saints [222] [223] une initiative connue sous le nom Nuit de lumière cherche à étendre davantage la Veillée de toutes les reliques dans toute la chrétienté. [224] [225] Après le service, "des festivités et des divertissements appropriés" suivent souvent, ainsi qu'une visite au cimetière ou au cimetière, où des fleurs et des bougies sont souvent placées en vue de la Toussaint. [226] [227] En Finlande, parce que tant de gens visitent les cimetières la veille de la Toussaint pour y allumer des bougies votives, ils « sont connus comme valomeri, ou des mers de lumière". [228]

Aujourd'hui, les attitudes chrétiennes envers Halloween sont diverses. Dans l'Église anglicane, certains diocèses ont choisi de mettre l'accent sur les traditions chrétiennes associées à All Hallow's Eve. [229] [230] Certaines de ces pratiques incluent la prière, le jeûne et la participation aux services d'adoration. [1] [2] [3]

Éternel notre Dieu, augmente, nous te prions, et multiplie sur nous les dons de ta grâce : afin que nous, qui empêchons la glorieuse fête de tous tes saints, puissions de toi être capables de les suivre joyeusement dans toute vie vertueuse et pieuse. . Par Jésus-Christ, Notre Seigneur, qui vit et règne avec toi, dans l'unité du Saint-Esprit, un seul Dieu, le monde sans fin. Amen. —Collecte de la Vigile de Tous les Saints, Le bréviaire anglican [231]

D'autres chrétiens protestants célèbrent également la Toussaint comme le jour de la Réforme, un jour pour se souvenir de la Réforme protestante, aux côtés de la Toussaint ou indépendamment de celle-ci. [232] C'est parce que Martin Luther aurait cloué son Quatre-vingt-quinze thèses à l'église All Saints de Wittenberg la veille de la Toussaint. [233] Souvent, les « Festivals de la récolte » ou les « Festivals de la réforme » ont lieu la veille de la Toussaint, au cours desquels les enfants se déguisent en personnages de la Bible ou en Réformateurs. [234] En plus de distribuer des bonbons aux enfants qui font des friandises à l'Halloween, de nombreux chrétiens leur fournissent également des tracts évangéliques. Une organisation, l'American Tract Society, a déclaré qu'environ 3 millions de tracts évangéliques sont commandés à eux seuls pour les célébrations d'Halloween. [235] D'autres commandent sur le thème d'Halloween Bonbons de l'Écriture à transmettre aux enfants ce jour-là. [236] [237]

Certains chrétiens se sentent concernés par la célébration moderne d'Halloween parce qu'ils estiment qu'elle banalise – ou célèbre – le paganisme, l'occultisme ou d'autres pratiques et phénomènes culturels jugés incompatibles avec leurs croyances. [238] Le père Gabriele Amorth, un exorciste à Rome, a dit, « si les enfants anglais et américains aiment se déguiser en sorcières et en diables un soir de l'année, ce n'est pas un problème. Si ce n'est qu'un jeu, il y a pas de mal à ça." [239] Ces dernières années, l'archidiocèse catholique romain de Boston a organisé une "Saint Fest" à l'Halloween. [240] De même, de nombreuses églises protestantes contemporaines considèrent Halloween comme un événement amusant pour les enfants, organisant des événements dans leurs églises où les enfants et leurs parents peuvent se déguiser, jouer à des jeux et obtenir des bonbons gratuitement. Pour ces chrétiens, Halloween ne représente aucune menace pour la vie spirituelle des enfants : être enseigné sur la mort et la mortalité, et les voies des ancêtres celtiques étant en fait une précieuse leçon de vie et une partie de l'héritage de nombreux paroissiens. [241] Le ministre chrétien Sam Portaro a écrit qu'Halloween consiste à utiliser "l'humour et le ridicule pour affronter le pouvoir de la mort". [242]

Dans l'Église catholique romaine, le lien chrétien d'Halloween est reconnu et les célébrations d'Halloween sont courantes dans de nombreuses écoles paroissiales catholiques aux États-Unis. [243] [244] Beaucoup d'églises fondamentalistes et évangéliques utilisent des « maisons de l'enfer » et des tracts de style bande dessinée afin d'utiliser la popularité d'Halloween comme une opportunité d'évangélisation. [245] D'autres considèrent Halloween comme totalement incompatible avec la foi chrétienne en raison de ses origines putatives dans la célébration de la Fête des Morts. [246] En effet, même si les chrétiens orthodoxes orientaux observent la Toussaint le premier dimanche après la Pentecôte, l'Église orthodoxe orientale recommande l'observation des Vêpres ou d'une Paraklèse lors de l'observance occidentale de la Toussaint, par nécessité pastorale de offrir une alternative aux fêtes populaires. [247]

Judaïsme

Selon Alfred J. Kolatch dans le Deuxième livre juif du pourquoi, dans le judaïsme, Halloween n'est pas autorisé par la Halakha juive parce qu'il viole Lévitique 18:3, qui interdit aux Juifs de participer aux coutumes des gentils. De nombreux Juifs observent Yizkor en commun quatre fois par an, ce qui est vaguement similaire à l'observance de Allhallowtide dans le christianisme, en ce sens que des prières sont dites à la fois pour « les martyrs et pour sa propre famille ». [248] Néanmoins, de nombreux Juifs américains célèbrent Halloween, déconnecté de ses origines chrétiennes. [249] Le rabbin réformé Jeffrey Goldwasser a déclaré qu'« il n'y a aucune raison religieuse pour laquelle les Juifs contemporains ne devraient pas célébrer Halloween » tandis que le rabbin orthodoxe Michael Broyde a plaidé contre l'observation de la fête par les Juifs. [250]

Islam

Cheikh Idris Palmer, auteur de Un bref guide illustré pour comprendre l'islam, a statué que les musulmans ne devraient pas participer à Halloween, déclarant que "la participation à Halloween est pire que la participation à Noël, à Pâques, c'est plus coupable que de féliciter les chrétiens pour leur prosternation devant le crucifix". [251] Il a également été jugé haram par le Conseil national de la fatwa de Malaisie en raison de ses prétendues racines païennes déclarant "Halloween est célébré en utilisant un thème humoristique mélangé à l'horreur pour divertir et résister à l'esprit de mort qui influence les humains". [252] [253] Dar Al-Ifta Al-Missriyyah n'est pas d'accord à condition que la célébration ne soit pas qualifiée d'« Aïd » et que le comportement reste conforme aux principes islamiques. [254]

Hindouisme

Les hindous se souviennent des morts lors de la fête de Pitru Paksha, au cours de laquelle les hindous rendent hommage et accomplissent une cérémonie « pour garder les âmes de leurs ancêtres au repos ». Il est célébré pendant le mois hindou de Bhadrapada, généralement à la mi-septembre. [255] La célébration de la fête hindoue Diwali entre parfois en conflit avec la date d'Halloween mais certains hindous choisissent de participer aux coutumes populaires d'Halloween. [256] D'autres hindous, comme Soumya Dasgupta, se sont opposés à la célébration au motif que les fêtes occidentales comme Halloween ont "commencé à nuire à nos fêtes indigènes". [257]

Néopaganisme

Il n'y a pas de règle ou d'opinion cohérente sur Halloween parmi ceux qui se décrivent comme des Néopaïens ou des Wiccans. Certains néo-païens n'observent pas Halloween, mais observent plutôt Samhain le 1er novembre, [258] certains néo-païens apprécient les festivités d'Halloween, déclarant que l'on peut observer à la fois « la solennité de Samhain en plus du plaisir d'Halloween ». Certains néo-païens s'opposent à la célébration d'Halloween, déclarant qu'elle « banalise Samhain », [259] et « évite l'Halloween, en raison des interruptions causées par les pièges ou les traiteurs ». [260] Le Manitobain écrit que « les wiccans ne célèbrent pas officiellement Halloween, malgré le fait que le 31 octobre aura toujours une étoile à côté dans tout bon agenda de wiccan. À partir du coucher du soleil, les wiccans célèbrent une fête connue sous le nom de Samhain. Samhain vient en fait du vieux celtique traditions et n'est pas exclusif aux religions néo-païennes comme la Wicca. Bien que les traditions de cette fête proviennent des pays celtiques, les Wiccans modernes n'essaient pas de reproduire historiquement les célébrations de Samhain. Certains rituels traditionnels de Samhain sont toujours pratiqués, mais à la base, la période est traité comme un moment pour célébrer les ténèbres et les morts - une raison possible pour laquelle Samhain peut être confondu avec les célébrations d'Halloween. » [258]

Les traditions et l'importance d'Halloween varient considérablement selon les pays qui l'observent. En Écosse et en Irlande, les coutumes traditionnelles d'Halloween incluent les enfants se déguisant en costumes, en organisant des fêtes, tandis que d'autres pratiques en Irlande incluent l'allumage de feux de joie et des feux d'artifice. [151] [261] [262] En Bretagne, les enfants faisaient des farces en plaçant des bougies à l'intérieur des crânes dans les cimetières pour effrayer les visiteurs. [263] L'immigration transatlantique de masse au XIXe siècle a popularisé Halloween en Amérique du Nord, et la célébration aux États-Unis et au Canada a eu un impact significatif sur la façon dont l'événement est observé dans d'autres pays. [151] Cette plus grande influence nord-américaine, en particulier dans les éléments iconiques et commerciaux, s'est étendue à des endroits tels que l'Équateur, le Chili, [264] l'Australie, [265] la Nouvelle-Zélande, [266] (la plupart) l'Europe continentale, la Finlande, [267 ] Japon, et d'autres parties de l'Asie de l'Est. [268] Aux Philippines, pendant Halloween, les Philippins retournent dans leur ville natale et achètent des bougies et des fleurs, [269] en vue de la Toussaint suivante (Araw ng mga Patay) le 1er novembre et le jour des morts - bien qu'il tombe le 2 novembre, la plupart des Philippins l'observent la veille. [270]


Horreur hantée ou fabriquée ?

Ce que vous décidez d'endurer en tant que visiteur se divise dans un sens catégorique. Il y a des maisons hantées spécialement conçues pour effrayer les visiteurs, et celles dans lesquelles quelque chose de sinistre se cache de lui-même.

Certaines des maisons hantées ouvertes aux visiteurs abritent des activités paranormales signalées depuis des décennies.

Prenez la Winchester Mystery House à San Jose, en Californie, par exemple, qui est ouverte toute l'année.

Le manoir de 160 pièces construit par Sarah Winchester, héritière de la fortune Winchester Repeating Arms, a été construit avec des caractéristiques étranges, notamment des portes qui s'ouvrent sur les murs et des escaliers qui mènent au plafond. Mais le mystère ne s'arrête pas là.

"Des invités, des employés et même des enquêteurs paranormaux ont vécu des phénomènes étranges, notamment des bruits de pas, des voix, des points froids", a déclaré Walter Magnuson, directeur général de Winchester Mystery House.

Il a même été signalé des observations du "Wheelbarrow Ghost", qui, selon eux, était un ouvrier du domaine, a déclaré Magnuson.

La prison hantée de Statesville à Lockport, dans l'Illinois, est un genre spécial de sensations fortes. (Photo : Prison hantée de Statesville)

D'un autre côté, des attractions comme la prison hantée de Statesville à Lockport, dans l'Illinois, ont été spécialement conçues pour horrifier quiconque y entre.

La prison hantée (fictive), ouverte jusqu'au 2 novembre, n'est pas destinée aux "enfants ou aux faibles", a déclaré la directrice générale Kaity Siegel-Grimmenga.

"Statesville vous emmène à travers les chambres tordues des créatures les plus sombres jamais emprisonnées", a-t-elle expliqué.

La visite, qui dure environ une heure, présente plus de 175 "prisonniers" vivants dans 40 salles, "vous attaquant à chaque pas".

Les maisons hantées portent des caractéristiques, des monstres et des thèmes variés, et certaines changent le thème de l'attraction, parfois même chaque année.


Histoire hantée

Christina Salmon et sa sœur Alexanna Salmon posent pour une photo d'Halloween. IGI-2013-003-0359, Collection Mike et Dallia Andrew, Bibliothèque tribale Igiugiq.

Lorsque les vents hurlants réduisent les bouleaux à l'état de squelettes, que les corbeaux coassant retournent dans les bois creusés et que la poussière de terminaison rampante baigne les montagnes orange brûlé dans une lueur fantomatique, ce doit être octobre en Alaska. Octobre apporte non seulement un temps glacial, mais l'une des fêtes les plus appréciées et les plus anciennes au monde, Halloween. En Alaska, ces vacances sont arrivées tard, apportées par les immigrants américains après 1867. Pourtant, la plupart des Alaskiens ont adopté Halloween et son passe-temps caractéristique, racontant des histoires de fantômes.

Pendant des siècles, les catholiques ont observé « All Hallows Day » le 1er novembre et ont considéré le 31 octobre « All Hallows Eve » comme le jour des morts. L'Église orthodoxe russe, cependant, a célébré ses saints en juin et, selon Jenya Anichenko, "les fantômes étaient un concept étranger". Mais après que la Russie a officiellement transféré l'Alaska aux États-Unis le 18 octobre 1867, des rumeurs se sont répandues Le fantôme d'une belle princesse russe hantait le château abandonné de Baranof à Sitka. "Juste l'habitation", notait le New York Times en 1883, "pour les fantômes historiques et aristocratiques".

Fantôme marchant dans un défilé, le 4 juillet 1924, Juneau, Alaska. ASL-P87-1207, Winter and Pond Photographs, Alaska State Library-Historical Collections.

L'article rapportait que la soi-disant "Ladyin Black" était la fille d'un gouverneur russo-américain qui avait été contraint d'épouser un homme qu'elle n'aimait pas, alors elle s'est suicidée la nuit de ses noces. Son spriti triste, drapé de diamants et vêtu d'une longue robe noire, aurait erré dans le château désert à l'heure de minuit. Mais comme le souligne Dee Longenbaugh, propriétaire de Juneau's Observatory Books, "les managers après Baranov étaient tous de jeunes hommes et leurs enfants étaient des bébés ou des tout-petits. À moins qu'un enfant de cinq ans ne se suicide par amour, les légendes ne peuvent être vraies.”

Les propsecteurs des célèbres ruées vers l'or de l'Alaska ont également raconté leur part d'histoires de fantômes sur des femmes désespérées. La légende locale raconte qu'un homme connu sous le nom de "Klondike Ike" s'est enregistré au Golden North Hotel à Skagway avec sa fiancée, Mary. Le lendemain, Ike partit à la recherche d'or, mais ne revint jamais.Une Mary dévastée s'est enfermée dans sa chambre au 3ème étage de l'hôtel et est finalement décédée. Les clients signalent occasionnellement des observations de « Scary Mary » dans les couloirs et les couloirs. En conséquence, elle apparaît comme une apparition sombre, regardant par les fenêtres, à la recherche de son Ike perdu depuis longtemps. Il convient également de noter que pratiquement la même histoire est racontée à propos du Golden North Hotel à Fairbanks.


Histoire d'Halloween

Notre célébration d'Halloween d'aujourd'hui est enracinée dans Samhain, une ancienne fête celtique des morts. Les Celtes croyaient que Samhain était le jour où les fantômes étaient libres de se mêler aux vivants. Les gens offraient de la nourriture et des boissons pour apaiser ces esprits et allumaient des feux de joie pour aider les morts dans leur voyage. Afin d'affaiblir cette fête païenne, la fête chrétienne de la Toussaint a été fixée au 1er novembre. Cependant, cette marque de fête celtique n'a pas été complètement effacée, et All Hallows Eve&mdashor Halloween&mdash est devenue la réincarnation de la célébration des morts.

Même les vacances d'Halloween d'aujourd'hui ne peuvent échapper à cette ancienne mythologie. Les histoires de fantômes, les maisons hantées, les sculptures de citrouilles et les friandises qui composent la célébration d'Halloween peuvent toutes remonter à Samhain.

Aujourd'hui, nous célébrons Halloween avec des articles, des vidéos et des plans de cours qui couvrent l'origine et l'histoire d'Halloween. Pour ceux qui n'ont pas le cœur sensible, nous avons également des histoires de fantômes historiques, cliquez sur les liens si vous l'osez.

Histoire d'Halloween
Découvrez l'histoire et les coutumes de All Hallows Eve depuis l'American Folklife Center de la Bibliothèque du Congrès. Le folkloriste Jack Santino explore l'origine d'Halloween et discute de ses différentes itérations à travers le temps.

Multimédia
The History Channel présente une courte vidéo sur l'histoire hantée d'Halloween. Regardez et découvrez comment Halloween est devenu l'aliment de base américain qu'il est aujourd'hui.

Plans de cours
Les cimetières comme terrain historique
Ce plan de cours du Learning Network du New York Times présente aux élèves les cimetières en tant que lieux historiques importants. Les élèves examineront les épitaphes et les symboles funéraires, établiront des liens avec la société et la période d'origine des épitaphes, et créeront une épitaphe et une brève biographie d'un personnage historique décédé qu'ils admirent.

Origines d'Halloween et du Jour des Morts
Grâce à ce plan de cours d'EDSITEment, les étudiants apprendront l'histoire d'Halloween, verront comment il se compare à notre Halloween moderne et exploreront le Mexique El Día de los Muertos.


Histoire d'Halloween

Comme pour de nombreuses traditions, l'histoire d'Halloween est une tradition ancienne et tire ses origines de l'ancienne fête celtique connue sous le nom de Samhain. Une fête célébrée le soir du 31 octobre. Tout le monde connaît le trick-or-treat, mais d'autres activités incluent des feux de joie, des fêtes costumées, des visites de « maisons hantées » et la sculpture de lanternes dans des citrouilles.


La tradition n'a commencé qu'en Angleterre, mais les immigrants irlandais et écossais ont apporté des versions d'Halloween en Amérique du Nord au début du XIXe siècle. D'autres pays occidentaux ont emboîté le pas en célébrant la fête à la fin du XXe siècle, notamment l'Irlande, les États-Unis, le Canada, Porto Rico, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi que le Royaume-Uni.


On pense que Halloween est aussi vieux que la fête romaine de Pomona, la déesse des fruits et des graines, ou lors de la fête des morts appelée Parentalia. Quoi qu'il en soit, cela fait bien plus de 1000 ans.


L'idée principale de la pratique est que la barrière entre les 2 royaumes, celui des vivants et des morts, est à son point le plus mince de l'année et on pense que cela permet aux autres êtres mondains de « passer à travers ». Ce serait la raison pour laquelle de nombreuses personnes visitent les lieux hantés pendant le festival, en espérant que la possibilité de voir un fantôme sera augmentée !

L'aspect religieux de la tradition est celtique et implique des praticiens faisant des offrandes aux dieux et honorant le royaume des esprits. Elle n'est pratiquée religieusement aujourd'hui que par diverses traditions d'adeptes païens et celtiques, mais de nombreuses personnes d'autres religions ou d'aucune religion participent toujours aux activités de la soirée, ainsi qu'à la consommation d'aliments classiques d'Halloween tels que des pommes d'amour, des gâteaux et des bonbons décorés comme des fantômes. !


Voir la vidéo: HISTOIRE DE MAISON HANTE