John Bulmer

John Bulmer

Sir John Bulmer, le fils aîné d'un héros de la bataille de Flodden, est né vers 1490. Il a épousé Anne Bigod et a eu six enfants. Il avait aussi une maîtresse, Margaret Cheyney. On pense qu'elle était la fille illégitime d'Edward Stafford, 3e duc de Buckingham. (1) Après la mort de sa femme et de William Cheyney, il a établi une maison avec Margaret à Lastingham, près de Pickering. (2) L'historienne Sharon L. Jansen pense que le couple s'est marié en 1534 et qu'elle était connue localement sous le nom de Lady Bulmer. (3) Charles Wriothesley l'a décrite comme étant "belle". (4)

Le 28 septembre 1536, les commissaires du roi pour la suppression des monastères arrivent pour prendre possession de l'abbaye d'Hexham et en expulser les moines. Ils trouvèrent les portes de l'abbaye verrouillées et barricadées. « Un moine est apparu sur le toit de l'abbaye, vêtu d'une armure ; il a dit qu'il y avait vingt frères dans l'abbaye armés de fusils et de canons, qui mourraient tous avant que les commissaires ne la prennent. Les commissaires se retirèrent à Corbridge et informèrent Thomas Cromwell de ce qui s'était passé. (5)

Cela a été suivi par d'autres actes de rébellion contre la dissolution des monastères. Un avocat, Robert Aske, devint finalement le chef de la rébellion dans le Yorkshire. Les gens ont rejoint ce qui est devenu connu comme le pèlerinage de la grâce pour diverses raisons. Derek Wilson, l'auteur de Une tapisserie Tudor : Hommes, femmes et société dans l'Angleterre de la Réforme (1972) a soutenu : « Il serait incorrect de considérer la rébellion dans le Yorkshire, le soi-disant pèlerinage de la grâce, comme purement et simplement une recrudescence de la piété militante au nom de l'ancienne religion. Impôts impopulaires, griefs locaux et régionaux, les mauvaises récoltes ainsi que l'attaque contre les monastères et la législation de la Réforme ont tous contribué à créer une atmosphère tendue dans de nombreuses régions du pays". (6)

En quelques jours, 40 000 hommes s'étaient levés dans l'East Riding et marchaient sur York. (7) Aske a appelé ses hommes à prêter serment de se joindre à "notre pèlerinage de grâce" pour "la république... tout le sang des vilains et des mauvais conseillers, à la restitution de l'Église du Christ et à la suppression des opinions des hérétiques". (8) Aske a publié une déclaration obligeant « chaque homme à être fidèle à la question du roi et au sang noble, et à préserver l'Église de Dieu de la détérioration ». (9)

John Bulmer a rejoint plus tard la rébellion. Cependant, il a affirmé qu'il n'était devenu membre du Pèlerinage de Grâce que sous la menace de voir sa maison incendiée. (10) Cependant, il est rapidement devenu l'un des dirigeants et a été l'un de ceux impliqués dans les négociations de paix avec Thomas Howard, 3e duc de Norfolk. (11) À la suite de ces discussions, Robert Aske se rendit à Londres pour s'entretenir avec Henri VIII. (12)

Sharon L. Jansen, l'auteur de Discours dangereux et comportement étrange: Femmes et résistance populaire aux réformes d'Henri VIII (1996) souligne qu'il n'y a aucune preuve que Margaret Cheyney était membre du Pèlerinage de Grâce. Le fait qu'elle était très enceinte à l'époque rend cela encore plus improbable. Le garçon, nommé John, est né en janvier 1536. (13)

Aske passa les vacances de Noël avec Henri VIII au palais de Greenwich. Quand ils se sont rencontrés pour la première fois, Henry a dit à Aske : « Soyez le bienvenu, mon bon Aske ; c'est mon souhait qu'ici, avant mon conseil, vous demandiez ce que vous désirez et je vous l'accorderai. Aske répondit: "Monsieur, votre majesté vous permet d'être gouverné par un tyran nommé Cromwell. Tout le monde sait que s'il n'y avait pas eu de lui, les 7 000 pauvres prêtres que j'ai en ma compagnie ne seraient pas des vagabonds ruinés comme ils le sont maintenant." Henry a donné l'impression qu'il était d'accord avec Aske au sujet de Thomas Cromwell et lui a demandé de préparer une histoire des mois précédents. Pour montrer son soutien, il lui a donné une veste de soie cramoisie. (14)

À Londres, une autre rébellion éclata dans l'East Riding. Il était dirigé par Sir Francis Bigod qui accusait Aske d'avoir trahi le pèlerinage de la grâce. Aske a accepté de retourner dans le Yorkshire et de rassembler ses hommes pour vaincre Bigod. Il rejoint alors Thomas Howard, 3e duc de Norfolk, et son armée composée de 4 000 hommes. Bigod a été facilement vaincu et après avoir été capturé le 10 février 1537, a été emprisonné au château de Carlisle. (15)

Le 24 mars 1537, Robert Aske et Thomas Darcy sont invités par le duc de Norfolk à retourner à Londres pour rencontrer Henri VIII. On leur a dit que le roi voulait les remercier d'avoir aidé à réprimer la rébellion Bigod. A leur arrivée, ils furent tous deux arrêtés et envoyés à la Tour de Londres. (16) Aske a été accusé de nouveau complot après le pardon. (17)

Lorsque des nouvelles parvinrent à John Bulmer et Margaret Cheyney à Lastingham au sujet de ce qui était arrivé à Aske et Darcy, ils discutèrent de la possibilité qu'il s'enfuit en Écosse. Leur curé a rappelé plus tard que si Bulmer quittait le pays de lui-même, elle « craignait d'être séparée de lui pour toujours ». Apparemment, il a déclaré "Pretty Peg, je ne t'abandonnerai jamais." Selon Geoffrey Moorhouse : « D'autres l'ont entendu dire qu'il préférait être mis au supplice que d'être séparé de sa femme. obtenir un navire qui les emmènerait, eux et leur fils de trois mois, en sécurité en Écosse. » (18)

Le gouvernement a affirmé plus tard que Margaret a suggéré que John Bulmer devrait déclencher un autre soulèvement. Il a été dit « qu'elle a incité Sir John Bulmer à élever à nouveau les communs » et que « Margaret lui a conseillé de fuir le royaume (si les communs n'augmenteraient pas) que lui et elle devraient être séparés ». John Bulmer a ensuite contacté plusieurs propriétaires terriens locaux pour discuter de ses plans. Au moins deux des hommes approchés, Thomas Francke et Gregory Conyers, ont informé Thomas Howard, 3e duc de Norfolk, du soulèvement prévu par Bulmer. (19)

John Bulmer et Margaret Cheyney ont été arrêtés début avril 1537. Ils ont été emmenés à Londres et torturés. "Nous n'avons aucune trace des aveux de Margaret non plus, bien qu'ils aient sans aucun doute été extraits, mais Bulmer a refusé de dire quoi que ce soit dans les siens qui l'impliquerait et il a plaidé coupable à l'accusation de trahison, peut-être dans l'espoir désespéré que cela l'exonérerait. Les deux d'entre eux, en fait, ont à l'origine plaidé non coupables avant de changer d'avis alors que le jury examinait son verdict et une opinion est qu'ils l'ont fait parce qu'on leur avait promis la clémence du roi s'ils avouaient leur culpabilité. Bulmer a qualifié Cheyney de son femme et rien d'autre jusqu'à la fin, au grand dam de ses accusateurs et du juge. (20)

Le 25 mai 1537, John Bulmer est attaché à une haie et traîné dans les rues de Londres. Bulmer a été emmené à Tyburn et a été pendu, presque jusqu'à la mort, ressuscité, castré, éviscéré, décapité et écartelé (son corps a été coupé en quatre morceaux). Plus tard dans la journée, Margaret Cheyney a été brûlée vive à Smithfield. (21)

Le duc de Norfolk fit arrêter Bulmer et son Peg pendant la semaine de Pâques et ils furent envoyés à Londres ; pour une raison quelconque, à un jour ou deux d'intervalle. Elle y est allée la première et a été emprisonnée on ne sait où, mais il a été mis dans la Tour. Nous n'avons aucune trace des aveux de Margaret non plus, bien qu'ils aient sans aucun doute été extraits, mais Bulmer a refusé de dire quoi que ce soit dans les siens qui l'impliquerait et il a plaidé coupable à l'accusation de trahison, peut-être dans l'espoir désespéré que cela l'exonérerait. Bulmer a qualifié Cheyney de sa femme et de rien d'autre jusqu'à la fin, au grand dam de ses accusateurs et du juge. Après que le système juridique se fut épuisé sur eux à la mi-mai, tous deux furent envoyés pour exécution le 25 de ce mois, Margaret devant être brûlée sur le bûcher de Smithfield, Sir John devant la potence de Tyburn. Il semble qu'il n'y ait aucune trace de ce qu'il est advenu de leur petit fils.

Presque tous les nobles et gentilshommes du Yorkshire s'étaient joints au pèlerinage de la grâce à l'automne. Henry ne pouvait pas tous les exécuter. Il les a divisés, quelque peu arbitrairement, en deux groupes - ceux qui devaient être pardonnés et rendus à leurs fonctions et à leurs faveurs, et ceux qui devaient être exécutés sur des accusations truquées d'avoir commis de nouveaux actes de rébellion après le pardon général. L'archevêque Lee, Lord Scrope, Lord Latimer, Sir Robert Bowes, Sir Ralph Ellerker et Sir Marmaduke Constable ont continué à servir en tant que fidèles serviteurs d'Henry ; Darcy, Aske, Sir Robert Constable et Bigod devaient mourir. Il en était de même pour Sir John Bulmer et sa maîtresse, Margaret Cheyney, connue sous le nom de Lady Bulmer mais qui n'était pas légalement mariée avec lui.

Henri VIII (Réponse Commentaire)

Henri VII : un souverain sage ou méchant ? (Répondre au commentaire)

Hans Holbein et Henri VIII (Réponse Commentaire)

Le mariage du prince Arthur et de Catherine d'Aragon (Réponse Commentaire)

Henri VIII et Anne de Clèves (Réponse Commentaire)

La reine Catherine Howard était-elle coupable de trahison ? (Répondre au commentaire)

Anne Boleyn - Réformatrice religieuse (Réponse Commentaire)

Anne Boleyn avait-elle six doigts à la main droite ? Une étude sur la propagande catholique (Réponse Commentaire)

Pourquoi les femmes étaient-elles hostiles au mariage d'Henri VIII avec Anne Boleyn ? (Répondre au commentaire)

Catherine Parr et les droits des femmes (réponse au commentaire)

Les femmes, la politique et Henri VIII (Réponse Commentaire)

Cardinal Thomas Wolsey (Réponse Commentaire)

Historiens et romanciers sur Thomas Cromwell (Réponse Commentaire)

Martin Luther et Thomas Müntzer (Réponse Commentaire)

Martin Luther et l'antisémitisme d'Hitler (Réponse Commentaire)

Martin Luther et la Réforme (Réponse Commentaire)

Mary Tudor et les hérétiques (Réponse Commentaire)

Joan Bocher - Anabaptiste (Réponse Commentaire)

Anne Askew - Brûlé sur le bûcher (Réponse Commentaire)

Elizabeth Barton et Henry VIII (Réponse Commentaire)

Exécution de Margaret Cheyney (Réponse Commentaire)

Robert Aske (Réponse Commentaire)

Dissolution des monastères (Réponse Commentaire)

Pèlerinage de Grâce (Réponse Commentaire)

Pauvreté dans l'Angleterre Tudor (Réponse Commentaire)

Pourquoi la reine Elizabeth ne s'est-elle pas mariée ? (Répondre au commentaire)

Francis Walsingham - Codes & Décryptage (Réponse Commentaire)

Codes et décryptage (Réponse Commentaire)

Sir Thomas More : saint ou pécheur ? (Répondre au commentaire)

Art et propagande religieuse de Hans Holbein (Réponse Commentaire)

1517 Émeutes du 1er mai : Comment les historiens savent-ils ce qui s'est passé ? (Répondre au commentaire)

(1) Sharon L. Jansen, Discours dangereux et comportement étrange: Femmes et résistance populaire aux réformes d'Henri VIII (1996) page 7

(2) Geoffrey Moorhouse, Le pèlerinage de la grâce (2002) page 259

(3) Sharon L. Jansen, Discours dangereux et comportement étrange: Femmes et résistance populaire aux réformes d'Henri VIII (1996) page 8

(4) Charles Wriothesley, entrée de journal (25 mai 1537)

(5) Jasper Ridley, Henri VIII (1984) page 285

(6) Derek Wilson, Une tapisserie Tudor : Hommes, femmes et société dans l'Angleterre de la Réforme (1972) page 59

(7) Antoine Fletcher, Rébellions Tudor (1974) page 26

(8) Jasper Ridley, Henri VIII (1984) page 287

(9) Peter Ackroyd, Tudors (2012) page 109

(10) Geoffrey Moorhouse, Le pèlerinage de la grâce (2002) page 259

(11) Roger Lockyer, Tudor et Stuart Bretagne (1985) page 59

(12) Jasper Ridley, Henri VIII (1984) page 290

(13) Sharon L. Jansen, Discours dangereux et comportement étrange: Femmes et résistance populaire aux réformes d'Henri VIII (1996) page 8

(14) Peter Ackroyd, Tudors (2012) page 115

(15) Michael Hicks, Francis Bigod : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(16) Geoffrey Moorhouse, Le pèlerinage de la grâce (2002) pages 297-298

(17) Richard Hoyle, Robert Aske : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

(18) Geoffrey Moorhouse, Le pèlerinage de la grâce (2002) page 292

(19) John Sherren Brewer, Lettres et papiers, étrangers et nationaux, du règne d'Henri VIII : volume XII (1862-1932) pages 1084-1087

(20) Jasper Ridley, Henri VIII (1984) page 295

(21) Charles Wriothesley, entrée de journal (25 mai 1537)


Qu'est-ce que votre Bulmer les ancêtres font-ils pour vivre?

En 1940, Farmer et Teacher étaient les emplois les plus rapportés pour les hommes et les femmes aux États-Unis nommés Bulmer. 13% des hommes Bulmer travaillaient comme agriculteur et 18% des femmes Bulmer travaillaient comme enseignantes. Certaines professions moins courantes pour les Américains nommés Bulmer étaient commis et commis.

*Nous affichons les principales professions par sexe pour maintenir leur exactitude historique pendant les périodes où les hommes et les femmes occupaient souvent des emplois différents.

Principales professions masculines en 1940

Principales professions féminines en 1940


Parc d'État de Grafton Lakes : une année dans le parc

Comme présenté dans le samedi 1er février 2020 de What Caught Our Eye from Behan Communications.

UNE ANNÉE DANS LE PARC : John Bulmer est photographe professionnel depuis 1999, mais lui et la photographie remontent à bien plus loin que cela. Son père est également photographe et John a grandi avec une chambre noire au sous-sol et des «heures interminables» dans un store de chasse avec un appareil photo attendant l'arrivée d'un cerf ou dans une barque attendant qu'un castor fasse surface. Il se souvient alors s'être ennuyé jusqu'aux larmes. Maintenant, dit-il, « je me rends compte que cela m'a appris la patience nécessaire pour dépasser les images et les angles évidents et capturer quelque chose d'unique et de mémorable. les vallées de la Taconic et de l'Hudson et l'ont bien connue. « J'ai une longue histoire avec le parc à chaque saison et dans toutes sortes de conditions météorologiques. Toutes ces années plus tard, le parc me montre encore de nouvelles choses à chaque visite. Je crois fermement que nos parcs d'État et nos terres publiques sont des trésors qui doivent être protégés et sécurisés pour les générations futures (et) la photographie captivante contribue davantage à cette cause en mettant en évidence la beauté et la fragilité d'endroits comme Grafton.'' En moyenne, John tire dans divers endroits comme Grafton 40 à 50 fois par an. Il met un point d'honneur à tourner dans des conditions météorologiques moins qu'idéales qui offrent l'opportunité de capturer les nombreuses humeurs de Grafton. « Tourner un sujet dans toutes sortes de conditions et d'heures de la journée est une leçon durable que j'ai apprise à l'école d'art : c'est vraiment la seule façon de raconter l'histoire de quoi que ce soit correctement. » Avec fierté, nous présentons A Year in the Park de John Bulmer.

John Bulmer Photography a été présenté sur ces médias.

Célébration de la Journée mondiale de la photographie sur WTEN News10 ABC

Photographie d'événement et de concert : Brown's Brewing Summer Sessions à Troy, New York.

Tout le contenu affiché sur ce site Web, y compris les photographies, le texte, la vidéo en continu et la conception du site Web, sont protégés par le droit d'auteur et d'autres lois des États-Unis et d'autres pays. Vous ne pouvez pas vendre, transférer, copier, publier, concéder sous licence ou distribuer de quelque manière que ce soit le contenu de ce site Web sans l'autorisation écrite expresse de John Bulmer, Bulmer Photography et Nor'easter Films. L'apparence et la convivialité de ce site Web sont des marques de service et des marques déposées de John Bulmer © 1993-2021 John Bulmer Media. L'utilisation non autorisée de tout logo, image ou contenu écrit de ce site Web est expressément interdite. Tous les droits sont réservés.

Termes et conditions: Sauf indication contraire expresse, John Bulmer Photography et Nor'easter Films et/ou ses concédants de licence détiennent les droits de propriété intellectuelle sur le site Web et le matériel sur le site Web. Tous les droits de propriété intellectuelle associés sont réservés. Vous ne devez pas : republier le matériel de ce site Web (y compris la republication sur un autre site Web) vendre, louer ou sous-licencier du matériel du site Web reproduire, dupliquer, copier ou exploiter de quelque manière que ce soit le matériel de ce site Web à des fins commerciales] éditer ou modifier autrement tout matériel sur le site Web ou redistribuer du matériel de ce site Web, à l'exception du contenu spécifiquement et expressément mis à disposition pour la redistribution.

Nous utilisons vos informations personnelles uniquement pour fournir et améliorer le site. En utilisant le Site, vous acceptez la collecte et l'utilisation des informations conformément à cette politique.

Biscuits: En utilisant ce site Web et en acceptant ces termes et conditions, vous consentez à l'utilisation de cookies par John Bulmer Photography et Nor'easter Film conformément à notre politique de confidentialité.

Les cookies sont des fichiers avec une petite quantité de données, qui peuvent inclure un identifiant unique anonyme. Les cookies sont envoyés à votre navigateur à partir d'un site Web et stockés sur le disque dur de votre ordinateur. Comme de nombreux sites, nous utilisons des « cookies » pour collecter des informations. Vous pouvez demander à votre navigateur de refuser tous les cookies ou d'indiquer quand un cookie est envoyé. Cependant, si vous n'acceptez pas les cookies, vous ne pourrez peut-être pas utiliser certaines parties de notre site.

Sécurité: La sécurité de vos informations personnelles est importante pour nous, mais n'oubliez pas qu'aucune méthode de transmission sur Internet, ou méthode de stockage électronique, n'est sécurisée à 100 %. Bien que nous nous efforcions d'utiliser des moyens commercialement acceptables pour protéger vos informations personnelles, nous ne pouvons garantir leur sécurité absolue.

Données de journal : Comme de nombreux opérateurs de sites, nous collectons des informations que votre navigateur envoie chaque fois que vous visitez notre site (« données de journal »). Ces données de journal peuvent inclure des informations telles que l'adresse de protocole Internet (« IP ») de votre ordinateur, le type de navigateur, la version du navigateur, les pages de notre site que vous visitez, l'heure et la date de votre visite, le temps passé sur ces pages et d'autres statistiques.

Modifications de cette politique de confidentialité : Cette politique de confidentialité entre en vigueur le (ajouter la date) et restera en vigueur, sauf en ce qui concerne toute modification future de ses dispositions, qui entrera en vigueur immédiatement après sa publication sur cette page. Nous nous réservons le droit de mettre à jour ou de modifier notre politique de confidentialité à tout moment et vous devez vérifier cette politique de confidentialité périodiquement. Votre utilisation continue du service après la publication de toute modification de la politique de confidentialité sur cette page constituera votre reconnaissance des modifications et votre consentement à respecter et à être lié par la politique de confidentialité modifiée. Si nous apportons des modifications importantes à cette politique de confidentialité, nous vous en informerons soit via l'adresse e-mail que vous nous avez fournie, soit en plaçant un avis bien en vue sur notre site Web. *Contactez-nous* Si vous avez des questions concernant cette politique de confidentialité, veuillez nous contacter.

Nous nous réservons le droit de mettre à jour ou de modifier notre politique de confidentialité à tout moment et vous devez vérifier cette politique de confidentialité périodiquement. Votre utilisation continue du service après la publication de toute modification de la politique de confidentialité sur cette page constituera votre reconnaissance des modifications et votre consentement à respecter et à être lié par la politique de confidentialité modifiée.

© 1993-2021 John Bulmer Photographie | Saratoga, New York | 1.866.317.6777


John Bulmer - Histoire

DR. WILLIAM C. MILNER'S 1934

HISTOIRE DE SACKVILLE, NOUVEAU-BRUNSWICK

UNELorsque les fenêtres de la cuisine ont tremblé et que le vent a soufflé sur le tuyau du poêle, maman s'est assise près de la porte du four ouverte avec deux pulls étroitement enroulés autour d'elle.

Un grand courant d'air froid entra par la porte alors que papa apportait une autre brassée de bois dur et la laissait tomber dans la boîte en bois.

Avant de sortir affronter le froid glacial, il se pencha sur le poêle pour se réchauffer.

En se frottant les mains, il a dit à maman : « Même s'il fait froid ici ce soir, nous avons la chance de vivre dans une maison à double plâtre et d'avoir beaucoup de bois sec. »

Il a poursuivi: "Cela a vraiment dû être terrible pour les premiers colons qui vivaient dans une petite cabane en rondins avec un sol en terre battue, d'essayer de se garder au chaud et de garder leurs jeunes enfants au chaud, par ces froides nuits d'hiver."

Toutes les cabanes en rondins n'étaient pas minuscules, comme à Sackville, la mère de Christopher Humphrey avait construit une maison en rondins avec quatre pièces en bas et deux cheminées.

L'"Histoire de Sackville" écrite par le Dr William C. Milner en 1934 révèle une énorme quantité d'informations sur l'histoire des débuts de la colonie, ses colons, ses maisons, ses transactions foncières, ses écoles, ses églises, ses cimetières, sa construction navale, ses entreprises. , mariages (1820-1830) et autres sujets.

Au moment où les gens du Yorkshire sont arrivés à Sackville, il n'y avait plus que deux colons de la Nouvelle-Angleterre, M. Hawkins et Amasa Kellam. Hawkins vendit deux mille acres de terre à Charles Dixon, qui devint l'un des hommes les plus importants de la communauté. Les autres immigrants du Yorkshire à Sackville étaient Bowser, Atkinson, Anderson, Bulmer, Harper, Patterson, Fawcett, Richardson, Humphrey, Carnforth et Wry.

Les termes de certaines concessions comprenaient un loyer d'un shilling pour chaque 50 acres accordés, payable chaque Saint-Michel, une promesse de cultiver chaque année un certain pourcentage de la terre et de planter annuellement deux acres de chanvre.

Un résumé intéressant d'avril 1820 raconte les propriétaires des maisons avec des informations telles que:
John Humphrey a construit ce qu'on appelle la Maison Lyons. Christopher Richardson a acheté d'Amos Seaman les terres appartenant par la suite à John R. Richardson, maintenant possédées par Gershom Maxwell. La première maison à ossature de bois à deux étages a été construite par George Bulmer et achetée par Jonathan Black, le constructeur ayant jugé nécessaire d'obtenir une partie du bois des États-Unis.
Deles Dernier habitait une maison en rondins d'un côté de la route et le major Wilson occupait une maison à ossature de l'autre côté.

En 1820, l'école de Crane's Corner accueillait 30 élèves. Le premier professeur était un Yankee nommé Pendleton.

Les élèves en 1845 de M. Isaac B. Barnes étaient les suivants : Amos Boultenhouse, 15 ans Albert Black, 8 Abel G. Carter, 16 Albert Wry, 9 Bedford Dixon, 8 CE Dixon, 6 Charles Boultenhouse, 10 Isaac Wry, 9 Isaac Purrington, 12 George Wry, 10 Thadius Carter, 12 William Barnes, 17 Lennox-Kinnear, 18 James Dixon, 15 Amy Wry, 16 Charlotte Harris, 14 Charlotte Richards, 15 Jane Wry, 9 Julia Richardson, 8 Margaret Wry, 12 Cynthia Wry, 10 Sarah A. Wry, 8 Sarah Bowser, 7 Mary J. Carter, 7 Sarah A. Harris, 8 Rebecca Harris, 12 Rebecca Richardson, 12 Isabel Dixon, 13 Harriet Forbes, 17 Mary C. Kinnear, 11 ans.

La première église presbytérienne construite à Sackville en 1872 était située à Happy Hill, sur un terrain acheté de Robert Bell. Le bâtiment mesurait 30 pieds sur 60 pieds et pouvait accueillir 250 personnes

Les soixante-trois dernières pages du livre contiennent des informations biographiques et généalogiques sur les noms de famille d'Allison, Anderson, Atkinson, Avard, Ayer, Barnes, Black, Botsford, Bowes, Bowser, Bulmer, Burk, Burnham, Cahill, Campbell, Carnforth, Carter, Chandler, Cole, Crane, Dixon, Dobson, Estabrooks, Evans, Fawcett, Fisher, Harper, Herritt, Hicks, Humphrey, Lawrence, Ogden, Patton, Reed, Rogers, Seaman, Sears, Smith, Thompson, Upham, Ward, Wilson et Wood. Ceci est utile comme guide car un chercheur de la région de Sackville m'a dit qu'il y avait des erreurs dans le texte.

L'« Histoire de Sackville » du Dr William C. Milner est disponible pour consultation dans plusieurs bibliothèques.

Les bénévoles du projet Chignecto ont mis en ligne une version électronique du livre sur http://www.rootsweb.com/

canwgw/archives/nb/sackvill.txt qui peut être lu dans son intégralité ou une recherche de mots peut être effectuée.

C'est une bonne source d'introduction pour le chercheur en généalogie ayant des racines dans la région de Sackville.

Requête 1447
Taylor - Cruickshank - Ewen : John Warren Taylor a épousé Charlotte Mary Cruickshank, fille de Thomas Mitchell Cruickshank et de Maggie Jane Ewen, le 2 décembre 1933 à la paroisse de Studholm, comté de Kings, Nouveau-Brunswick. Je suis intéressé à trouver les noms de ses frères et sœurs et de ses parents ou de tout parent vivant.


Sir John Bulmer

En février 1537, un nouveau soulèvement eut lieu à Cumberland et Westmorland, appelé Bigod's Rebellion (non autorisé par Aske) sous Sir Francis Bigod, de Settrington dans le North Riding of Yorkshire. Sur ce, le roi arrêta Aske et plusieurs des autres dirigeants, tels que Lord Darcy, Lord Hussey qui était le majordome en chef d'Angleterre, Sir Robert Constable et Bigod, qui furent tous reconnus coupables de trahison et exécutés. En mars 1537, Thomas Moigne, député de Lincoln, fut pendu, écartelé et écartelé.[4] Lords Darcy et Hussey ont tous deux été décapités tandis que Constable et Bigod ont tous deux été pendus à Tyburn. Aske a également été pendu avec des chaînes aux murs du château d'York en guise d'avertissement aux autres «rebelles» potentiels. Au total, 216 seigneurs et chevaliers furent mis à mort, une demi-douzaine d'abbés, 38 moines et 16 curés, dont : Sir Thomas Percy, Sir Stephen Hamerton, Sir William Lumley, Sir John Constable, Sir William Constable, Adam Sedbar, Abbé de Jervaulx, William Trafford, abbé de Sawley, Matthew Mackarel, abbé de Barlings et évêque de Chalcedon, William Thirsk, abbé de Fountains et le prieur de Bridlington ont tous été exécutés et pendus à Tyburn entre juin et juillet 1537. Bowbearer of the Forest de Bowland Sir Nicholas Tempast a été pendu à Tyburn[5] Sir John Bulmer et sa femme Margaret Stafford ont également été exécutés, Sir John en étant pendu, tiré et écartelé tandis que sa femme a été brûlée sur le bûcher à Smithfield, Londres. En novembre 1538, le gardien des égouts, Sir Edward Neville, fut décapité pour son rôle dans la conspiration[6]. La perte des dirigeants a permis au duc de Norfolk de réprimer le soulèvement et la loi martiale a été imposée aux régions en démonstration, mettant fin à la prédication. De Wikipédia, l'encyclopédie libre

La famille Bulmer était une famille noble de l'Angleterre normande, résidant dans le Yorkshire. La famille tire son nom de Bulmer, North Yorkshire. Le nom Bulmer vient de l'anglais "Bull mere", un lac fréquenté par un taureau, et est une forme anglicisée du gaélique "Búir na mara" (qui signifie littéralement "rugissement de la mer") de la tribu celtique Brigantes pendant leur occupation de la région. Ansketil de Bulmer a été le premier membre documenté de la famille Bulmer qui a vécu dans la région au XIIe siècle avec l'orthographe actuelle.

Bulmer de Bulmer et Brancepeth

Ansketil a été shérif du Yorkshire. Le nom de famille Bulmer fait l'objet de nombreuses discussions car on pense qu'ils étaient une famille aristocratique d'origine anglo-saxonne qui a conservé son statut après la conquête normande de 1066. On pense que les Bulmers étaient liés au noble anglo-saxon Liulf , (Ligulf, Luigulf, etc.), qui fut le premier membre de la famille Lumley. Liulf a été assassiné à Gateshead en 1081 par les serviteurs de William Walcher, le premier évêque normand de Durham. Le Domesday Book de 1086 répertorie le seigneur du manoir de Bulmer dans le Yorkshire sous le nom de Nigel Fossard[2] qui le tenait de Robert, comte de Mortain, demi-frère de Guillaume le Conquérant. En 1066, le seigneur anglo-saxon de Bulmer était Luigulf. À un certain moment, le seigneur a adopté le nom de « Bulmer » de son manoir principal et de son siège.

On pense que les de Bulmer sont restés locataires des Normands qui ont hérité des terres de Liulf dans le Yorkshire. Au XIIe siècle, Ansketil Bulmer aurait épousé la fille du seigneur du manoir de Brancepeth près de Durham et leur fils Bertram Bulmer, qui lui succéda en tant que shérif, hérita de cette propriété. Plus tard, l'héritière Bulmer épousa la puissante famille normande de Neville, qui hérita ainsi du château de Brancepeth et d'autres domaines dont le château de Raby, dont la partie la plus ancienne, la « tour Bulmer » saxonne, porte les initiales BB censées signifier Bertram Bulmer. Pour commémorer l'important mariage, la famille de Neville a adopté un taureau comme écusson chantant et comme sceau. Un écusson sculpté dans la porte intérieure du château de Raby ( ?) affiche un lion rampant, supposé par Surtees (1920) être les bras Bulmer de gueules billett&# x00e9e ou, un lion rampant de la seconde.

Bulmer de Wilton Une branche ultérieure de la famille Bulmer avait son siège à Wilton Castle, Wilton, dans les villes actuelles de Redcar et de Cleveland.

Sir Ralph Bulmer était seigneur du manoir de Wilton, en 1310, et a obtenu une licence royale pour y créneler son manoir en 1330.

Sir William Bulmer (1465&# x20131531) de Wilton était haut shérif de Durham 1503&# x20131516 et haut shérif du Yorkshire en 1517. Son fils Sir John Bulmer (1481&# x20131537) et son épouse Margaret Stafford, ont été fortement impliqués dans le pèlerinage de la grâce d'octobre 1536 dirigé par Robert Aske et dans la rébellion de Bigod, le soulèvement de janvier 1537 dirigé par son neveu Sir Francis Bigod de Settrington. John Bulmer et Lady Bulmer ont tous deux été reconnus coupables de haute trahison et exécutés le 25 mai 1537, lui par pendaison à Tyburn, Londres et elle en brûlant sur le bûcher à Smithfield, Londres, sur ordre du roi Henri VIII. Tous leurs domaines ont été confisqués, mais le château de Wilton et une petite partie du domaine d'origine ont ensuite été restitués à leur neveu, Sir Ralph Bulmer par le roi Édouard VI en 1547. En 1558, par séquestration, la reine Mary I a accordé le domaine à un homme politique par le nom de Thomas Cornwallis.

William Bulmer (1492&# x20131546) frère de John, a épousé Elizabeth Elmeden, héritière d'Embleton près de Sedgfield, Co Durham et a ainsi acquis des domaines à Embleton, Tursdale, Claxton et Fishburn. Une grande partie des terres a été vendue par Sir Bertram Bulmer (1579&# x20131638) et ce qui reste a été séquestré en 1644 lorsque son fils, William Bulmer a été déclaré délinquant pour opposition au Parlement pendant la guerre civile. Le domaine a finalement été restitué à son frère Anthony et vendu par lui.

Le château de Wilton a été bafoué après la guerre de Sécession et était par la suite inhabitable. Il a été démoli et reconstruit par un nouveau propriétaire au début du 19ème siècle.

Bulmer dans Burning Times Joseph Bulmer aurait été pendu en 1649 en raison d'accusations de sorcellerie lors des procès des sorcières au début de l'Europe moderne à Newcastle, en Angleterre.

Liens externes Bulmers History and Directory of North Yorkshire 1890, de GENUKI Bulmer, Yorkshire "Open Doomdsday 'The first free online copy of Domesday Book' "


Ne manquez pas les nouvelles publications généalogiques !

Entrez votre adresse e-mail et vous recevrez la newsletter mensuelle gratuite de Genealogy Online (en anglais) avec de nouveaux pedigrees et des nouvelles et des conseils sur le plus grand site Web de généalogie aux Pays-Bas et en Belgique.

Avertissement de copie

Les publications généalogiques sont protégées par le droit d'auteur. Bien que les données soient souvent extraites des archives publiques, la recherche, l'interprétation, la collecte, la sélection et le tri des données aboutissent à un produit unique. Les œuvres protégées par le droit d'auteur ne peuvent pas être simplement copiées ou republiées.


John Bulmer - Histoire

On pense que les Bulmer étaient une famille du nord de l'Angleterre
d'origine anglo-saxonne qui ont réussi à conserver leurs exploitations après la
Conquête normande. Anketil de Bulmer, était haut shérif du Nord
Yorkshire au XIIe siècle, et semble avoir pris son nom
du village de Bulmer dans le district de Ryedale. Lui et son fils
Bertram de Bulmer possédaient à la fois Brancepeth et Raby
châteaux du comté de Durham, mais ceux-ci passèrent par une héritière du
famille Neville à la fin de ce siècle. Une émanation de la
famille s'installa à Wilton, un manoir à l'extrême nord-est de
Cleveland dans le North Riding, près de l'embouchure de la rivière Tees. Les
famille a atteint un sommet avec Sir Ralph Bulmer (c.1280-1348), qui
reçu l'autorisation de créneler le château de Wilton en 1330, a servi de
shérif du Yorkshire 1330-1348, et a été convoqué au Parlement en tant que
baron de 1344-48. Mais aucun des descendants de Sir Ralph n'a jamais été
convoqué à l'égard de la baronnie, et l'influence de la famille semblait
diminuer à la fin du XIVe et au XVe siècle. C'était de l'autre côté de la
River Tees dans le comté de Durham où les générations successives de Bulmers
cherché des épouses, se mariant dans des familles nobles telles que
Hilton de Hilton, Eure de Bradley et Bowes de Streatlam. Pourtant aucun
de ces mariages ont apporté aux Bulmer des terres pour augmenter leur
exploitations, et au moment où Sir Ralph Bulmer de Wilton (c.1450-1486) était
chef de famille à la fin de l'ère yorkiste, l'héritage
était resté le même pendant près de 75 ans.

Peu de temps avant sa mort, Sir Ralph a réussi à organiser un brillant
mariage pour son fils et héritier William Bulmer (né en 1465). Le plus proche
Castle à Wilton Castle est Skelton, à moins de 4 miles à l'est. Dans le
années 1480, c'était le siège principal de la très vieille veuve déficiente mentale
Jeanne, comtesse de Kent. Sa plus jeune fille Alice avait épousé le
fils et héritier du puissant chevalier du Richmondshire, Sir John Conyers de
Château de Hornby (c.1420-1490). Étant donné que son fils et héritier et son
belle-fille Alice est décédée avant lui, c'était à Sir John de
arranger les mariages de leurs quatre enfants orphelins. Il a regardé à
le baronnial Scropes de Bolton Castle, une autre famille du Richmondshire,
pour les mariages de ses petits-fils et (successivement) héritiers présomptifs,
mais pour Margery Conyers, l'aînée de ses deux petites-filles, il
se tourna vers les Bulmers de Wilton Castle. Sachant que Skelton Castle
serait un jour bientôt l'héritage de son petit-fils et héritier William
Conyers, épousant l'aînée des deux sœurs de son petit-fils au
la famille voisine de Bulmer solidifierait l'influence de Conyers dans
Cleveland. La portion du mariage de Margery n'était pas des terres, donc elle a beaucoup
été en espèces, et comme son grand-père était l'un des plus riches de tous
la noblesse du Yorkshire, et, avec le règne de Richard III, dont
conseiller de confiance qu'il fut et qui le fit chevalier de la Jarretière, à la
hauteur de son pouvoir et de son influence, sans doute pourvu d'une généreuse
une.

William Bulmer succéda à son père en 1486 avec une femme qui non seulement
était de la lignée d'Edouard III, mais qui était étroitement lié à
la plupart des grandes familles du Richmondshire. Son frère Guillaume
Conyers succéda à Hornby Castle en 1490 et à Skelton Castle le
l'année suivante, et les deux familles sont restées proches tout au long de Margery
et les vies de William. Un soldat capable et administrateur, William
first served as J.P. for the North Riding in 1496, and was knighted
during the 1497 Scottish campaign of the Earl of Surrey. Indeed Sir
William would achieve the greatest influence of any Bulmer since Sir
Ralph in the first half of the 14th century: he was sheriff and
escheator of Durham from 1503-1516, sheriff of Yorkshire 1517-1518,
and again sheriff and escheator of Durham from 1523-1527. Il était
elected M.P for Yorkshire in 1523 and lieutenant of Norham Castle,
Northumberland the same year. The increased influence of the Bulmer
family is demonstrated by the marriages Sir William was able to
arrange for his children. His one daughter Margery was married off
locally to George Salvin, heir of Newbiggin, which was less than 20
miles from Wilton Castle, but eldest son and heir Sir John Bulmer was
married to Anne Bigod, from a prominent East Riding gentry family,
while Sir William managed to land heiresses as wives for his two
younger sons. Sir Ralph Bulmer (d. 1558) married Anne Aske, elder
daughter and co-heir of Roger Aske of Aske. Their only daughter
Dorothy Bulmer (1533-1574) married John Sayer of Worsall. Monsieur
William's youngest son, another Sir William Bulmer (1492-1546) was
arranged in marriage in 1498 to Elizabeth Elmeden, the child heiress
of Embleton, Tursdale and other manors in county Durham. By his death
in 1531, Sir William Bulmer had greatly increased his family's
influence.

It would prove to be the pinnacle, however, for eldest son and heir
Sir John Bulmer became a participant along with his second wife in the
Pilgrimage of Grace and both were put to death in 1537 as a result,
and attainted and Wilton Castle and the other Bulmer manors were
forfeited to the crown. The marriage of Sir John Bulmer and Anne
Bigod produced two sons, Ralph and William (d.s.p.), and three
daughters: Anne, who married Matthew Boynton of Barmston, Agnes who
married Lancelot Layton of Sexhow, and Elizabeth who married 1st,
Henry Nalton of Eddlethorpe and 2nd Francis Constable of Sherburn.
For his second wife, Sir John took his mistress, Margaret, widow of
William Cheyne, and daughter of Henry Stafford. She is said in some
sources to have been the illegitimate daughter of Edward Stafford, 3rd
Duke of Buckingham. By his second wife, he had some children before
their marriage, and a son, John Bulmer of Pinchinthorpe (1536-1608,
s.p.), born after the marriage. Sir John's son and heir Ralph Bulmer
(d. 1558) was restored in blood by Parliament in 1548, but not to
Wilton Castle and the other Yorkshire Bulmer estates. His marriage to
Anne Tempest, arranged when they were children, was a disaster on a
personal level, and of the seven daughters born during their marriage,
Ralph would only recognize the first three as his own. The year 1558
saw the male line of the two eldest sons of Sir William Bulmer and
Margery Conyers become extinct.

The line of the third and youngest son, Sir William Bulmer and his
wife Elizabeth Elmeden, continued on for several generations in county
Durham. Their great-grandson Sir Bertram Bulmer (1579-1638) was
seated at Tursdale in that county, and was living in great splendor
during the reign of James I, who knighted him in 1603. His children
were able to make good marriages. The eldest son William Bulmer
(1601-1682) obtained Marrick Park Hall in Yorkshire through his wife
Dorothy, a co-heiress of the Sayers of Worsall, while two of his
daughters married into established Durham gentry families: Margaret to
John Smythe of Eshe, and Troth to John Brandling of Felling. Seconde
son Anthony Bulmer (1602-1683) married as his second wife, Mary, widow
of John Wild of Ketton, co. Durham, and daughter of Christopher
Wyvill. But the family suffered for their Catholic faith: Sir Bertram
lost much of his paternal inheritance and joined the many English
Catholics who emigrated to the Low Countries in the early 1600s. Il
led a troop that he raised himself in the wars there, and was taken
prisoner by the Spaniards. He eventually returned to England,
however, and died in county Durham. His two eldest sons, William and
Anthony also suffered for their Recusancy and for being Royalist
during the Civil Wars, with Anthony a Lieutenant-Colonel, and losing
his mansion house of High Embleton.

Anthony's youngest son and eventual heir, Anketil Bulmer (1634-1718),
whose name hearkened back to the family's 12th-century roots, suffered
imprisonment in York Castle in 1680 for being a Papist. He was one of
the few male-line descendants of Sir William Bulmer and Margery
Conyers to make it to the 18th-century, but he died without issue.
There may, however, still be male-line Bulmer descendants of Edward
III living today, since a branch, the Bulmers of Startforth, co.
Durham, also made it to the 18th-century, though their descendants
appear not to have been traced further forward. Through inter-
marriage with many prominent gentry families, the Durham Bulmers
gathered several descents from Edward III, and Anketil Bulmer's
thirteen lines thru Joan Beaufort, including one from Edward IV, are
given below.

Joan Beaufort, Countess of Westmorland (c.1379-1440) had 2 sons (A1
and C1) and 3 daughters (E1, J1 & L1).

A1) William Nevill, Earl of Kent (c.1408-1463), who had
A2) Alice Nevill (c.1437-by 1490) m. Sir John Conyers of Hornby (c.
1435-1469), and had (with B3 below)
A3) Margery Conyers (1460/65-1524) m. c.1483/85 Sir William Bulmer of
Wilton, Yorks. (1465-1531), and had
A4) Sir William Bulmer, yst son, of Embleton, co. Durham (1492-1546)
m. 1498 Elizabeth Elmeden (1494-1558), and had
A5) Francis Bulmer of Embleton (c.1515-1578) m. Katherine Norton (see
C5 below), and had
A6) Anthony Bulmer of Tursdale, co. Durham (1553-1584) m. Diana Metham
(1561-1639), and had
A7) Sir Bertram Bulmer of Tursdale (1579-1638) m. 1600 Isabel Tempest
(see H9 below), and had
A8) Anthony Bulmer of High Embleton, 2nd son (1602-1683) m. 2)c.1630
Mary Wyvill (see B8 below), and had
A9) Anketil Bulmer, Papist (1634-1718)

B3) William, 1st Lord Conyers (1468-1524) m. Anne Nevill (descended
from Edward III, but not thru Joan Beaufort), and had
B4) Christopher, 2nd Lord Conyers (by 1503-1538) m. Anne Dacre (see G5
below), and had
B5) Jane Conyers (c.1525/30-1558) m. by 1550 Sir Marmaduke Constable
of Everingham (see L5 below), and had
B6) Katherine Constable (d.c. 1580) m. Sir Robert Stapleton of Wighill
(c.1548-1606), and had
B7) Jane Stapleton m. Christopher Wyvill (see D6 below)
B8) Mary Wyvill (d. 1684) m. 2)c.1630 Anthony Bulmer of High Embleton
(see A8 above)

C1) George Nevill, 1st Lord Latimer (c.1411-1469), who had
C2) Sir Henry Nevill (d. 1469) m. Joan Bourchier (d. 1470, descended
from Edward III but not thru Joan Beaufort), and had
C3) Richard Nevill, 2nd Lord Latimer (1468-1530) m. 1)1483 Anne
Stafford, and had (with D4 below)
C4) Susan Nevill (1501-by 1565) m. Richard Norton of Norton Conyers (c.
1498-1585), and had
C5) Katherine Norton (d. 1596) m. Francis Bulmer of Embeton (see A5
above)

D4) Elizabeth Nevill (1500-15--) m. Sir Christopher Danby (see F5
below)
D5) Magdalen Danby (c.1535-??) m. Sir Marmaduke Wyvill, 1st Baronet
(see E7 below)
D6) Christopher Wyvill of Constable Burton (1562-1614) m. Jane
Stapleton (see B7 above) and had

E1) Elizabeth Ferrers, Lady Greystoke (1393-1434), who had (with H2
and I2 below),
E2) Ralph, 5th Lord Greystoke (c.1414-1487), who had (with G3 below),
E3) Elizabeth Greystoke (d. 1490) m. 1) Thomas, 5th Lord Scrope of
Masham (c.1430-1475), and had (with F4 below),
E4) Elizabeth Scrope m. 2) Sir Ralph FitzRandall of Spennithorne (d.
1517), and had
E5) Agnes FitzRandall of Constable Burton (d. 1533) m. Sir Marmaduke
Wyvill (by 1496-1558), M.P. 1553, and had
E6) Christopher Wyvill of Constable Burton (d. 1579) m. Marguerite
Scrope (see J5 below), and had
E7) Sir Marmaduke Wyvill, 1st Baronet (1530-1617) m. Magdalen Danby
(see D5 above), and had

F4) Margery Scrope (d. aft. 1531) m. 1493 Sir Christopher Danby of
Thorpe Perrow (d. 1518), and had
F5) Sir Christopher Danby of Thorpe Perrow (1503-1571) m. Elizabeth
Nevill (see D4 above)

G3) Sir Robert Greystoke (d. 1483) m. 1) Elizabeth Grey (see K3
below), and had
G4) Elizabeth Greystoke (1471-1516) m. Thomas, 3rd Lord Dacre
(1467-1525), and had
G5) Anne Dacre (d. 1548) m. Christopher, 2nd Lord Conyers (see B4
above)

H2) Eleanor Greystoke m. Sir Ralph Eure of Witton Castle (d. 1461),
and had
H3) Sir William Eure of Witton (1440-1484) m. 1) Margaret Constable,
and had
H4) Sir Ralph Eure of Witton (d. 1540) m. 1)1482 Muriel Hastings, and
avais
H5) William, 1st Lord Eure (d. 1549) m. Elizabeth Willoughby, and had
H6) Sir Ralph Eure (by 1510-1545) m. by 1529 Margery Bowes, and had
H7) Frances Eure m. by 1552 Robert Lambton of Lambton (see I7 below),
and had
H8) Isabel Lambton m. Sir Nicholas Tempest, 1st Baronet, of Stella (c.
1553-1626), and had
H9) Isabel Tempest (c.1583-1663) m. 1600 Sir Bertram Bulmer of
Tursdale (see A7 above)

I2) Elizabeth Greystoke (d. 1440) m. Roger Thornton of The Isle, co.
Durham (d. 1471), and had
I3) Elizabeth Thornton (d. by 1477) m. George Lumley, 2nd Lord Lumley
(d. 1507), and had
I4) Sir Thomas Lumley (living 1495) m. by 1480 Margaret
'Plantagenet' (see M3 below), and had
I5) Roger Lumley of Ludworth m. Isabel Ratcliffe, and had
I6) Agnes Lumley (d. 1565) m. John Lambton of Lambton (1505-1549), and
avais
I7) Robert Lambton of Lambton (d. 1583) m. by 1552 Frances Eure (see
H7 above)

J1) Eleanor Nevill, Countess of Northumberland (d. 1473), who had
(with K2 below)
J2) Henry Percy, 3rd Earl of Northumberland (1421-1461), who had
J3) Elizabeth Percy m. Henry, 6th Lord Scrope of Bolton (d. 1506), and
avais
J4) John Scrope of Spennithorne (d. 1547) m. Phyllis Rokeby (d. 1576),
and had
J5) Margaret Scrope m. Christopher Wyvill (see E6 above)

K2) Katherine Percy , Countess of Kent (1423-1504), who had
K3) Elizabeth Grey (d. 1472) m. Sir Robert Greystoke (see G3 above)

L1) Cecily Neville, Duchess of York (1415-1495), who had (with M2
below)
L2) Anne of York (1439-1476) m. 2) Sir Thomas St. Leger, and had
L3) Anne St. Leger (d. 1526) m. George Manners, Lord Ros, and had
L4) Catherine Manners (d. aft. 1558) m. Sir Robert Constable of
Everingham (by 1495-1558), and had,
L5) Sir Marmaduke Constable of Everingham (d. 1574) m. Jane Conyers
(see B5 above)

M2) Edward IV, King of England (1442-1483), who had
M3) Margaret 'Plantagenet', illeg. (c.1462-15??) m. by 1480 Sir Thomas
Lumley (see I4 above)

I frankly don't understand by Brad's postings of this type are so
great. Often they deal extensively with post-medieval material
(something I've been crucified for attempting), yet they never connect
up to Gateway ancestors (something that is explicitly allowed, and
something my postings usually manage).

I mean, what's so unusual about a member of the 18th century English
gentry living in England having a line (or multiple lines) to Edward I
or III? I would think it's the norm, rather than otherwise.

> The Bulmers are believed to have been a Northern England family of
> Anglo-Saxon origin who managed to retain their holdings after the
> Norman Conquest. Anketil de Bulmer, was high sheriff of North
> Yorkshire in the 12th-century, and appeared to have taken his name
> from the village of Bulmer in the Ryedale district. He and his son
> Bertram de Bulmer were in possession of both Brancepeth and Raby
> Castles in County Durham, but these passed through an heiress to the
> Neville family by the close of that century. An offshoot of the
> family settled at Wilton a manor in the very north-eastern tip of
> Cleveland in the North Riding, near the mouth of the River Tees. Les
> family reached a peak with Sir Ralph Bulmer (c.1280-1348), who
> received license to crenellate Wilton Castle in 1330, served as
> sheriff of Yorkshire 1330-1348, and was summoned to Parliament as a
> baron from 1344-48. But none of Sir Ralph's descendants were ever
> summoned in respect to the barony, and the family's influence seemed
> to lessen in the late 14th and 15th centuries. It was across the
> River Tees in county Durham where succeeding generations of Bulmers
> looked for wives, marrying into such prominent gentry families as
> Hilton of Hilton, Eure of Bradley, and Bowes of Streatlam. Yet none
> of these marriages brought the Bulmers any lands to augment their
> holdings, and by the time Sir Ralph Bulmer of Wilton (c.1450-1486) was
> head of the family at the close of the Yorkist era, the inheritance
> had stayed the same for close to 75 years.
>
> Shortly before his death, Sir Ralph managed to arrange a brilliant
> marriage for his son and heir William Bulmer (born 1465). The closest
> castle to Wilton Castle is Skelton, less than 4 miles east. Dans le
> 1480s, it was the chief seat of the very old, mentally-impaired widow
> Joan, Countess of Kent. Her youngest daughter Alice had married the
> son and heir of the powerful Richmondshire knight, Sir John Conyers of
> Hornby Castle (c.1420-1490). Since both his son and heir and his
> daughter-in-law Alice died before him, it was up to Sir John to
> arrange the marriages of their four orphaned children. He looked to
> the baronial Scropes of Bolton Castle, a fellow Richmondshire family,
> for the marriages of his grandsons and (successively) heirs apparent,
> but for Margery Conyers, the elder of his two granddaughters, he
> looked to the Bulmers of Wilton Castle. Knowing that Skelton Castle
> would someday soon be the inheritance of his grandson and heir William
> Conyers, marrying the elder of his grandson's two sisters to the
> neighboring family of Bulmer would solidify the Conyers influence in
> Cleveland. Margery's marriage portion wasn't lands, so it much have
> been cash, and since her grandfather was one of the wealthiest of all
> the Yorkshire gentry, and, with the reign of Richard III, whose
> trusted advisor he was and who made him a Knight of the Garter, at the
> height of his power and influence, no doubt provided with a generous
> one.
>
> William Bulmer succeeded his father in 1486 with a wife who not only
> was of the bloodline of Edward III, but who was closely related to
> most of the leading families of Richmondshire. Her brother William
> Conyers succeeded to Hornby Castle in 1490 and to Skelton Castle the
> following year, and the two families remained close throughout Margery
> and William's lifetimes. An able soldier and administrator, William
> first served as J.P. for the North Riding in 1496, and was knighted
> during the 1497 Scottish campaign of the Earl of Surrey. Indeed Sir
> William would achieve the greatest influence of any Bulmer since Sir
> Ralph in the first half of the 14th century: he was sheriff and
> escheator of Durham from 1503-1516, sheriff of Yorkshire 1517-1518,
> and again sheriff and escheator of Durham from 1523-1527. Il était
> elected M.P for Yorkshire in 1523 and lieutenant of Norham Castle,
> Northumberland the same year. The increased influence of the Bulmer
> family is demonstrated by the marriages Sir William was able to
> arrange for his children. His one daughter Margery was married off
> locally to George Salvin, heir of Newbiggin, which was less than 20
> miles from Wilton Castle, but eldest son and heir Sir John Bulmer was
> married to Anne Bigod, from a prominent East Riding gentry family,
> while Sir William managed to land heiresses as wives for his two
> younger sons. Sir Ralph Bulmer (d. 1558) married Anne Aske, elder
> daughter and co-heir of Roger Aske of Aske. Their only daughter
> Dorothy Bulmer (1533-1574) married John Sayer of Worsall. Monsieur
> William's youngest son, another Sir William Bulmer (1492-1546) was
> arranged in marriage in 1498 to Elizabeth Elmeden, the child heiress
> of Embleton, Tursdale and other manors in county Durham. By his death
> in 1531, Sir William Bulmer had greatly increased his family's
> influence.
>
> It would prove to be the pinnacle, however, for eldest son and heir
> Sir John Bulmer became a participant along with his second wife in the
> Pilgrimage of Grace and both were put to death in 1537 as a result,
> and attainted and Wilton Castle and the other Bulmer manors were
> forfeited to the crown. The marriage of Sir John Bulmer and Anne
> Bigod produced two sons, Ralph and William (d.s.p.), and three
> daughters: Anne, who married Matthew Boynton of Barmston, Agnes who
> married Lancelot Layton of Sexhow, and Elizabeth who married 1st,
> Henry Nalton of Eddlethorpe and 2nd Francis Constable of Sherburn.
> For his second wife, Sir John took his mistress, Margaret, widow of
> William Cheyne, and daughter of Henry Stafford. She is said in some
> sources to have been the illegitimate daughter of Edward Stafford, 3rd
> Duke of Buckingham. By his second wife, he had some children before
> their marriage, and a son, John Bulmer of Pinchinthorpe (1536-1608,
> s.p.), born after the marriage. Sir John's son and heir Ralph Bulmer
> (d. 1558) was restored in blood by Parliament in 1548, but not to
> Wilton Castle and the other Yorkshire Bulmer estates. His marriage to
> Anne Tempest, arranged when they were children, was a disaster on a
> personal level, and of the seven daughters born during their marriage,
> Ralph would only recognize the first three as his own. The year 1558
> saw the male line of the two eldest sons of Sir William Bulmer and
> Margery Conyers become extinct.
>
> The line of the third and youngest son, Sir William Bulmer and his
> wife Elizabeth Elmeden, continued on for several generations in county
> Durham. Their great-grandson Sir Bertram Bulmer (1579-1638) was
> seated at Tursdale in that county, and was living in great splendor
> during the reign of James I, who knighted him in 1603. His children
> were able to make good marriages. The eldest son William Bulmer
> (1601-1682) obtained Marrick Park Hall in Yorkshire through his wife
> Dorothy, a co-heiress of the Sayers of Worsall, while two of his
> daughters married into established Durham gentry families: Margaret to
> John Smythe of Eshe, and Troth to John Brandling of Felling. Seconde
> son Anthony Bulmer (1602-1683) married as his second wife, Mary, widow
> of John Wild of Ketton, co. Durham, and daughter of Christopher
> Wyvill. But the family suffered for their Catholic faith: Sir Bertram
> lost much of his paternal inheritance and joined the many English
> Catholics who emigrated to the Low Countries in the early 1600s. Il
> led a troop that he raised himself in the wars there, and was taken
> prisoner by the Spaniards. He eventually returned to England,
> however, and died in county Durham. His two eldest sons, William and
> Anthony also suffered for their Recusancy and for being Royalist
> during the Civil Wars, with Anthony a Lieutenant-Colonel, and losing
> his mansion house of High Embleton.
>
> Anthony's youngest son and eventual heir, Anketil Bulmer (1634-1718),
> whose name hearkened back to the family's 12th-century roots, suffered
> imprisonment in York Castle in 1680 for being a Papist. He was one of
> the few male-line descendants of Sir William Bulmer and Margery
> Conyers to make it to the 18th-century, but he died without issue.
> There may, however, still be male-line Bulmer descendants of Edward
> III living today, since a branch, the Bulmers of Startforth, co.
> Durham, also made it to the 18th-century, though their descendants
> appear not to have been traced further forward. Through inter-
> marriage with many prominent gentry families, the Durham Bulmers
> gathered several descents from Edward III, and Anketil Bulmer's
> thirteen lines thru Joan Beaufort, including one from Edward IV, are
> given below.
>
> Joan Beaufort, Countess of Westmorland (c.1379-1440) had 2 sons (A1
> and C1) and 3 daughters (E1, J1 & L1).
>
> A1) William Nevill, Earl of Kent (c.1408-1463), who had
> A2) Alice Nevill (c.1437-by 1490) m. Sir John Conyers of Hornby (c.
> 1435-1469), and had (with B3 below)
> A3) Margery Conyers (1460/65-1524) m. c.1483/85 Sir William Bulmer of
> Wilton, Yorks. (1465-1531), and had
> A4) Sir William Bulmer, yst son, of Embleton, co. Durham (1492-1546)
> m. 1498 Elizabeth Elmeden (1494-1558), and had
> A5) Francis Bulmer of Embleton (c.1515-1578) m. Katherine Norton (see
> C5 below), and had
> A6) Anthony Bulmer of Tursdale, co. Durham (1553-1584) m. Diana Metham
> (1561-1639), and had
> A7) Sir Bertram Bulmer of Tursdale (1579-1638) m. 1600 Isabel Tempest
> (see H9 below), and had
> A8) Anthony Bulmer of High Embleton, 2nd son (1602-1683) m. 2)c.1630
> Mary Wyvill (see B8 below), and had
> A9) Anketil Bulmer, Papist (1634-1718)
>
> B3) William, 1st Lord Conyers (1468-1524) m. Anne Nevill (descended
> from Edward III, but not thru Joan Beaufort), and had
> B4) Christopher, 2nd Lord Conyers (by 1503-1538) m. Anne Dacre (see G5
> below), and had
> B5) Jane Conyers (c.1525/30-1558) m. by 1550 Sir Marmaduke Constable
> of Everingham (see L5 below), and had
> B6) Katherine Constable (d.c. 1580) m. Sir Robert Stapleton of Wighill
> (c.1548-1606), and had
> B7) Jane Stapleton m. Christopher Wyvill (see D6 below)
> B8) Mary Wyvill (d. 1684) m. 2)c.1630 Anthony Bulmer of High Embleton
> (see A8 above)
>
> C1) George Nevill, 1st Lord Latimer (c.1411-1469), who had
> C2) Sir Henry Nevill (d. 1469) m. Joan Bourchier (d. 1470, descended
> from Edward III but not thru Joan Beaufort), and had
> C3) Richard Nevill, 2nd Lord Latimer (1468-1530) m. 1)1483 Anne
> Stafford, and had (with D4 below)
> C4) Susan Nevill (1501-by 1565) m. Richard Norton of Norton Conyers (c.
> 1498-1585), and had
> C5) Katherine Norton (d. 1596) m. Francis Bulmer of Embeton (see A5
> above)
>
> D4) Elizabeth Nevill (1500-15--) m. Sir Christopher Danby (see F5
> below)
> D5) Magdalen Danby (c.1535-??) m. Sir Marmaduke Wyvill, 1st Baronet
> (see E7 below)
> D6) Christopher Wyvill of Constable Burton (1562-1614) m. Jane
> Stapleton (see B7 above) and had
>
> E1) Elizabeth Ferrers, Lady Greystoke (1393-1434), who had (with H2
> and I2 below),
> E2) Ralph, 5th Lord Greystoke (c.1414-1487), who had (with G3 below),
> E3) Elizabeth Greystoke (d. 1490) m. 1) Thomas, 5th Lord Scrope of
> Masham (c.1430-1475), and had (with F4 below),
> E4) Elizabeth Scrope m. 2) Sir Ralph FitzRandall of Spennithorne (d.
> 1517), and had
> E5) Agnes FitzRandall of Constable Burton (d. 1533) m. Sir Marmaduke
> Wyvill (by 1496-1558), M.P. 1553, and had
> E6) Christopher Wyvill of Constable Burton (d. 1579) m. Marguerite
> Scrope (see J5 below), and had
> E7) Sir Marmaduke Wyvill, 1st Baronet (1530-1617) m. Magdalen Danby
> (see D5 above), and had
>
> F4) Margery Scrope (d. aft. 1531) m. 1493 Sir Christopher Danby of
> Thorpe Perrow (d. 1518), and had
> F5) Sir Christopher Danby of Thorpe Perrow (1503-1571) m. Elizabeth
> Nevill (see D4 above)
>
> G3) Sir Robert Greystoke (d. 1483) m. 1) Elizabeth Grey (see K3
> below), and had
> G4) Elizabeth Greystoke (1471-1516) m. Thomas, 3rd Lord Dacre
> (1467-1525), and had
> G5) Anne Dacre (d. 1548) m. Christopher, 2nd Lord Conyers (see B4
> above)
>
> H2) Eleanor Greystoke m. Sir Ralph Eure of Witton Castle (d. 1461),
> and had
> H3) Sir William Eure of Witton (1440-1484) m. 1) Margaret Constable,
> and had
> H4) Sir Ralph Eure of Witton (d. 1540) m. 1)1482 Muriel Hastings, and
> had
> H5) William, 1st Lord Eure (d. 1549) m. Elizabeth Willoughby, and had
> H6) Sir Ralph Eure (by 1510-1545) m. by 1529 Margery Bowes, and had
> H7) Frances Eure m. by 1552 Robert Lambton of Lambton (see I7 below),
> and had
> H8) Isabel Lambton m. Sir Nicholas Tempest, 1st Baronet, of Stella (c.
> 1553-1626), and had
> H9) Isabel Tempest (c.1583-1663) m. 1600 Sir Bertram Bulmer of
> Tursdale (see A7 above)
>
> I2) Elizabeth Greystoke (d. 1440) m. Roger Thornton of The Isle, co.
> Durham (d. 1471), and had
> I3) Elizabeth Thornton (d. by 1477) m. George Lumley, 2nd Lord Lumley
> (d. 1507), and had
> I4) Sir Thomas Lumley (living 1495) m. by 1480 Margaret
> 'Plantagenet' (see M3 below), and had
> I5) Roger Lumley of Ludworth m. Isabel Ratcliffe, and had
> I6) Agnes Lumley (d. 1565) m. John Lambton of Lambton (1505-1549), and
> had
> I7) Robert Lambton of Lambton (d. 1583) m. by 1552 Frances Eure (see
> H7 above)
>
> J1) Eleanor Nevill, Countess of Northumberland (d. 1473), who had
> (with K2 below)
> J2) Henry Percy, 3rd Earl of Northumberland (1421-1461), who had
> J3) Elizabeth Percy m. Henry, 6th Lord Scrope of Bolton (d. 1506), and
> had
> J4) John Scrope of Spennithorne (d. 1547) m. Phyllis Rokeby (d. 1576),
> and had
> J5) Margaret Scrope m. Christopher Wyvill (see E6 above)
>
> K2) Katherine Percy , Countess of Kent (1423-1504), who had
> K3) Elizabeth Grey (d. 1472) m. Sir Robert Greystoke (see G3 above)
>
> L1) Cecily Neville, Duchess of York (1415-1495), who had (with M2
> below)
> L2) Anne of York (1439-1476) m. 2) Sir Thomas St. Leger, and had
> L3) Anne St. Leger (d. 1526) m. George Manners, Lord Ros, and had
> L4) Catherine Manners (d. aft. 1558) m. Sir Robert Constable of
> Everingham (by 1495-1558), and had,
> L5) Sir Marmaduke Constable of Everingham (d. 1574) m. Jane Conyers
> (see B5 above)
>
> M2) Edward IV, King of England (1442-1483), who had
> M3) Margaret 'Plantagenet', illeg. (c.1462-15??) m. by 1480 Sir Thomas
> Lumley (see I4 above)
>
> Cheers, -------Brad

> <<In a message dated 08/27/07 04:20:26 Pacific Standard Time, ***@hotmail.com writes:
> It was across the
> River Tees in county Durham where succeeding generations of Bulmers
> looked for wives, marrying into such prominent gentry families as
> Hilton of Hilton, Eure of Bradley, and Bowes of Streatlam. Yet none
> of these marriages brought the Bulmers any lands >>

On Aug 27, 12:54 pm, WJhonson <***@aol.com> wrote:
> Changing none to one we find part of Atwick manor>From Thomas Sutton's daughter Agnes, wife of Sir Ralph Bulmer (d. 1406) and Sir Edmund Hastings (d. 1448), "?" of Atwick manor descended to the Bulmers. (fn. 41) Sir Ralph had also inherited 2 carucates and 2 bovates, part of the Ros fee at Atwick, from his father Ralph (d. 1366).
>
> From: 'North division: Atwick', A History of the County of York East Riding: Volume 7: Holderness Wapentake, Middle and North Divisions (2002), pp. 205-13. URL:http://www.british-history.ac.uk/report.asp?compid=16146&strquery=atwick. Date accessed: 27 August 2007.
> ------------------------------------

Thanks for the above. I had read in the Bulmer account in CP that
Agnes Sutton had been a co-heiress, but I didn't research exactly what
she had brought to the Bulmers. The above is helpful.

> Her youngest daughter Alice had married the
> son and heir of the powerful Richmondshire knight, Sir John Conyers of
> Hornby Castle (c.1420-1490).>>
>
> -------------------------
> How do we know when John was born ?

It's an estimate that historian Tony Pollard gave in his article "The
Richmondshire Community of Gentry During the Wars of the Roses". je suis
not sure exactly what he based it on, but as Sir John's wife Margery
Darcy was born in 1418, about 1420 for Sir John's birth is likely
close to the mark. Pollard has studied the Conyerses in the 15th-
century pretty closely, and the family is tied in to the Robin of
Redesdale activities during Edward IV's reign among other
achievements, but unfortunately family muniments from that period do
not survive and it's therefore hard to pinpoint exact dates. Pour
example, the closest Pollard can come to determining the death date of
Sir John's father, Christopher Conyers of Hornby, is 1463-65, using
various deeds and feoffments from other families, which the Conyerses
witnessed, as a framework.

<<In a message dated 08/28/07 13:20:55 Pacific Standard Time, ***@hotmail.com writes:
Pour
example, the closest Pollard can come to determining the death date of
Sir John's father, Christopher Conyers of Hornby, is 1463-65, using >>
--------------
I wonder if this date can be firmly supported? Leo here has this Chris

http://www.genealogics.org/getperson.php?personID=I00177879&tree=LEO
citing Burkes Peerage 1938 and
The Lineage and Ancestry and HRH Prince Charles 1977

With a very exact death date. It would be instructive to know the underlying details.

<<In a message dated 08/27/07 04:20:26 Pacific Standard Time, ***@hotmail.com writes:
Her youngest daughter Alice had married the
son and heir of the powerful Richmondshire knight, Sir John Conyers of
Hornby Castle (c.1420-1490).>>

-------------------------
How do we know when John was born ?
Merci
Volonté

> The Bulmers are believed to have been a Northern England family of
> Anglo-Saxon origin who managed to retain their holdings after the
> Norman Conquest.

According to Yorkshire Pedigrees, a John Bulmer (son of another John Bulmer)
who died ca. 1265 was married to Alice FitzWilliam, the daughter of William
FitzRalph. John and Alice had at least one son, John, married to Theophania
de Morevic.

Do you have anything further on the Bulmer spouse? I'm curious about Alice
FitzWilliam's ancestry, as I have nothing further on her at all. Do you
know if she related to the William FitzRalph who married Joan Greystoke (the
daughter of Thomas Greystoke and Christian de Vipont)?

On Aug 27, 9:22 pm, Thomas Benjamin Hertzel <***@millcomm.com>
wrote:

> According to Yorkshire Pedigrees, a John Bulmer (son of another John Bulmer)
> who died ca. 1265 was married to Alice FitzWilliam, the daughter of William
> FitzRalph. John and Alice had at least one son, John, married to Theophania
> de Morevic.
>
> Do you have anything further on the Bulmer spouse? I'm curious about Alice
> FitzWilliam's ancestry, as I have nothing further on her at all. Do you
> know if she related to the William FitzRalph who married Joan Greystoke (the
> daughter of Thomas Greystoke and Christian de Vipont)?

Unfortunately, I have no details on the Bulmers prior to Sir William
Bulmer (1465-1531) and his father Sir Ralph Bulmer (d. 1486).

One of the newsgroup members who does comprehensive research into
Yorkshire families, especially early (pre-1400) origins, is John
Ravilious. I don't know if the Bulmers are on his To Do List, but he
may have tackled FitzRalphs, and I know there have been several topics
here over the years on the early FitzWilliams.

Good luck with your journey into the 13th-century and earlier!

The chronology I have does not allow William FitzRalph, husband of Joan Greystoke, to be the same William FitzRalph who was father of Alice (FitzWilliam) Bulmer wife of John Bulmer, unless he was significantly older than Joan, and had had a previous wife.

Sir John de Bulmer is known to have died sometime prior to 4 Dec 1299, but certainly already into and perhaps well-into his last half-century. His grandson Sir Henry FitzHenry was probably born about this same time.

Sir John de Bulmer's mother Alice FitzWilliam must have been born at the end of the 12th, or beginning of the 13th century.

William FitzRalph by his wife Joan Greystroke are known to be having children in the middle of the 13th century, towit Sir Ralph Lord FitzWilliam born sometime between 1250 and 1256.


Magners & Bulmers History

HP Bulmer was founded in 1887 in Hereford, England by Henry Percival “Percy” Bulmer, using apples from the orchard at his father’s rectory and an old stone press on the farm next door.

In 1889, his elder brother Fred (Edward Frederick Bulmer), returned from King’s College, Cambridge, to join Percy in his new venture, having rejected an offer of a post as tutor to the children of the King of Siam. With a £1,760 loan from their father, the brothers bought an 8 acre field just outside the city and built their first cider mill in Ryelands Street, Hereford.

In 1905 Dr Herbert Durham, a college friend of Fred’s, became the director of research, pioneering modern cider-making processes by isolating a wild yeast to create the first pure cider yeast culture, which would ensure that fermentations were consistent.


John Bulmer - History

Nous reconnaissons les propriétaires traditionnels de l'endroit maintenant appelé Victoria, et tous les premiers peuples vivant et travaillant sur cette terre. Nous célébrons l'histoire et la créativité contemporaine de la plus ancienne culture vivante du monde et rendons hommage aux anciens et au passé, au présent et au futur.

Veuillez noter que ce site Web peut contenir du matériel culturellement sensible et des images, des voix et des informations fournies par des personnes décédées. Le contenu peut également inclure des images et des films de lieux susceptibles de causer du chagrin.

Les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres sont informés que ce site Web peut contenir du matériel culturellement sensible et des images, des voix et des informations fournies par des personnes maintenant décédées. Le contenu peut également inclure des images et des films de lieux susceptibles de causer du chagrin.

Certains documents peuvent contenir des termes qui reflètent les opinions des auteurs, ou ceux de la période au cours de laquelle l'article a été écrit ou enregistré, mais peuvent ne pas être considérés comme appropriés aujourd'hui. Ces vues ne sont pas nécessairement celles des collections victoriennes.

Les utilisateurs de ce site doivent savoir que dans de nombreuses régions d'Australie, la reproduction des noms et des photographies des personnes décédées est restreinte pendant une période de deuil. La durée de ce temps varie et est déterminée par la communauté.

La réutilisation de tout matériel aborigène ou insulaire du détroit de Torres sur ce site peut nécessiter des autorisations culturelles. Il est conseillé aux utilisateurs de contacter l'organisation source pour discuter d'une réutilisation appropriée.


County Durham, 1964

"The thing about colour is, photography is a form of abstraction in a way - you reduce everything to something that's simple enough to give you an emotional kick.

"And when you add colour to that it [creates] an extra dimension that is a distraction. You really have to adjust your subject slightly and your composition to take account of it so that the pictures don't get too confused."

Bulmer's work with the Sunday Times Magazine - in 1962 it was the first colour supplement to accompany a national newspaper - took him to over 100 countries in the next ten years.

As the priorities of the Sunday Times Magazine started to change in the early 1970s, Bulmer turned to filmmaking.

Having already directed some short documentary films, he worked with director Mai Zetterling on her film reflecting on Vincent van Gogh's obsession with the Provençal landscape.

Vincent the Dutchman was shown as part of the BBC's Omnibus strand and was awarded a BAFTA for Specialised Programme in 1973.

Bulmer also made a film on Burma for BBC series The World About Us - the first for ten years to be shot in the country by a British cameraman.

He photographed many celebrities during his career, including John Lennon and Yoko Ono, Peter Sellers and Meryl Streep.

When he retired, John returned home to boxes of negatives from his photography career, which he used to produce his recent books The North et The Wind of Change.