Pert II PG-95 - Histoire

Pert II PG-95 - Histoire

II Pert

(PG-95 : dp. 900 ; 1. 208' ; n. 33' ; dr. 14'7 », art. 17 k. ; cpl. 90 ;
une. 2 3", 4 20mm., 2 dct., 4 dcp., 1 dcp. (hh.); cl. Action)

Le deuxième Pert (PG-95), l'une des huit corvettes construites au Canada remises à la Marine pour une opération par la Garde côtière, a été posée par Morton Engineering and Dry Dock Co., Ltd., Québec, Canada, le 22 juillet 1942 ; lancé le 27 novembre 1942; et commandé à Québec le 23 juillet 1943, le lieutenant A. L. Cunningham, USCG, aux commandes.

Pert resta à Québec jusqu'au 7 septembre ; de là, elle a navigué avec Prévent (PG-96) via Halifax à Boston où elle est arrivée le 18 septembre. Après s'être équipé, il a effectué un shakedown intensif au large des Bermudes carly en novembre. En revenant à New York le 20 novembre, elle a été assignée à la Frontière de Mer Orientale et a commencé des patrouilles d'escorte de convoi le 28 novembre.

Entre le 28 novembre et le 4 décembre, Pert a projeté le convoi NG 401 de New York à Guantanamo Bay, à Cuba. Le 2 décembre elle a mené une attaque de grenade sous-marine contre un sous-marin suspecté sans résultats. La canonnière a fait le retour vers New York du 9 au 17 décembre, et le 23, elle a rejoint l'écran de son prochain convoi à destination de Cuba, le NG-406.

Pendant le reste de la guerre, Pert a continué ses importantes opérations d'escorte et de patrouille le long de la Côte Est et dans les Caraïbes. Basée à Tompkinsville, N.Y., elle a servi avec des canonnières sœurs dont Action et Impvlse. Leurs performances exceptionnelles ont contribué à réduire la menace des sous-marins contre la navigation alliée. De plus, ils ont permis aux plus gros destroyers de mener des patrouilles agressives de chasseurs-tueurs contre les sous-marins allemands.

Après la défaite des puissances de l'Axe, le Pert a opéré à partir du 3e district naval jusqu'au 3 octobre 1945, date à laquelle il a été désarmé. Son nom a été rayé du registre naval le 24 octobre 1945. Transféré à la Commission maritime le 18 octobre 1946, il a été immédiatement livré à son acheteur, United Boat Service Co. de City Island, N.Y.


Chasser Hitler

Après trois ans d'enquête sur la plus grande affaire froide de l'histoire, Bob Baer, ​​vétéran de la CIA depuis 21 ans, cherche à résoudre la dernière pièce du puzzle et à déterminer le véritable sort du meurtrier de masse le plus répréhensible du 20e siècle, Adolf Hitler, une fois et pour tous.

Pour se concentrer sur la voie d'évacuation définitive d'Hitler, Bob met en œuvre la stratégie de chasse à l'homme que les agences de renseignement du monde entier utilisent pour trouver et capturer des cibles de grande valeur : la cartographie des actifs. L'équipe enquêtera sur le réseau des principaux associés d'Hitler, analysant les rôles qu'ils ont joués dans son évasion potentielle. C'est exactement ainsi que la C.I.A. trouvé Saddam Hussein et Oussama ben Laden.

Bob a recruté un nouvel atout spécifiquement pour cette approche : Nada Bakos, ancien agent de ciblage terroriste et l'un des plus grands experts mondiaux sur les réseaux terroristes. Elle faisait partie de l'équipe chargée de traquer et de démanteler al-Qaïda et de recueillir les renseignements qui ont conduit à la capture d'Abou Musab al-Zarqawi (le « parrain » de l'EIIS), et le plus grand prix de tous, Oussama ben Laden. Ensemble, Bob et Nada déploient une équipe sur le terrain qui comprend le sergent des forces spéciales de l'armée américaine. Le journaliste d'investigation vétéran de Tim Kennedy Gerrard Williams Airborne Ranger et l'opérateur des forces spéciales Mike Simpson et l'historien de la Seconde Guerre mondiale James Holland. Ces agents emploieront des experts locaux, des historiens et des chasseurs de militaires, armés de la technologie la plus avancée, pour examiner ce réseau massif et répondre définitivement à la façon dont Hitler aurait pu échapper à la justice.

En adoptant la stratégie de cartographie des actifs, l'équipe découvre deux voies d'évacuation nazies hors d'Allemagne, une au nord et une au sud, qui auraient toutes deux pu être utilisées par Adolf Hitler pour s'échapper en Amérique du Sud.


Une analyse

L'un des thèmes principaux de Entre le monde et moi est un compte rendu honnête de l'histoire des États-Unis. La guerre civile en particulier a fait l'objet d'un adoucissement, d'un brouillage, d'une falsification de ses vérités brutales. Les sudistes se sont efforcés de déplacer les causes de la guerre et ses objectifs en se concentrant sur le récit « frère contre frère » et en minimisant le désir ardent de protéger un système économique et social basé sur le pillage et la destruction des corps noirs. Des batailles comme Gettysburg qui ont atteint un statut légendaire n'étaient rien de plus que des combats pour préserver un système de travail inhumain. La reconstruction n'a pas réuni la nation sur le plan racial, et les années qui ont suivi la guerre ont jeté les bases du Rêve et des moyens par lesquels le pays maintiendrait sa séparation raciale sans la présence réelle de l'esclavage.

En ce qui concerne l'esclavage, Coates utilise à la fois des exemples macro et micro de ses horreurs. Il souligne le nombre massif d'esclaves – quatre millions – et combien valait leur travail. Il balaie les ghettos urbains tentaculaires pour nous rappeler combien de millions de Noirs vivent encore dans des conditions violentes et sordides en raison de lois sur le logement discriminatoires et discriminatoires. Cependant, il rappelle également aux lecteurs les individus dont la vie a été prise dans la servitude. Il porte son attention sur le corps, sur la femme qui souffre de perdre son enfant, sur l'homme las d'être battu. Cela se reflète dans son intérêt pour les corps des Noirs d'aujourd'hui et la façon dont ils peuvent être plaqués contre un mur par la police, étranglés, fouillés sans raison, abattus dans la rue. Le racisme est en effet une expérience viscérale.

Aux expériences de Coates à Baltimore, Washington D.C. et New York s'ajoute Paris, une ville dont il s'est émerveillé, tout comme James Baldwin et Richard Wright plusieurs décennies plus tôt. Dans une interview avec Le gardien, Coates raconte à Tim Adams ses sentiments à propos de Paris et comment cela l'a aidé à terminer le projet final de Entre le monde et moi:

J'en suis tombé amoureux ici et je le ressens toujours. J'aime la distance. C'est utile pour moi. C'est intéressant pour moi d'être ici et d'être vu comme un Américain, surtout ça. Je parle et c'est mon identité. C'est un masque très différent à ramener à la maison. Les lignes autour de la course sont beaucoup, beaucoup plus dures à la maison. Je ne dis pas qu'ils n'ont pas de problèmes de racisme ici ou à Londres ou ailleurs, mais le racisme en Amérique est très, très sexualisé. Je n'ai pas complètement compris cela, mais je pense que la façon dont les gens sont devenus en Amérique, à travers la violence sexuelle, a vraiment affecté la façon dont les Noirs sont perçus. Ce n'est pas la même chose qu'une population immigrée, comme quelqu'un qui vient d'ailleurs. Surtout dans le sud. Il n'y avait pas d'États-Unis avant l'esclavage. Je suis sûr que quelqu'un peut faire une sorte d'argument sur l'identité française moderne et l'esclavage et l'Afrique du Nord, mais il n'y a tout simplement pas d'histoire américaine avant les Noirs.

Paris est important pour Coates car cela faisait partie de son éveil intellectuel, tout comme Howard. Grandir à Baltimore avait circonscrit sa conception du monde plus vaste. Voir quelque chose d'aussi simple que les portes sur les photographies parisiennes de sa femme lui a fait réaliser que l'Amérique était singulière à bien des égards - et pas dans le bon sens. Son séjour là-bas lui a permis d'habiter son corps d'une toute autre manière. C'était et c'est un lieu de refuge et de répit.

Cependant, Coates sait qu'il ne peut pas simplement échapper à l'Amérique. Il a dit RADIO NATIONALE PUBLIQUE, « J'aime l'Amérique comme j'aime ma famille – j'y suis né. Et il n'y a pas d'échappatoire. Mais aucune définition de la famille que j'aie jamais rencontrée ou traitée n'implique de ne jamais avoir de mots croisés avec les gens, de ne jamais avoir de débat, de ne jamais parler directement. Au contraire, c'est la définition même dans ma maison, et la maison dans laquelle j'ai grandi, de ce qu'est la famille. Il doit rester ici et lutter ici car c'est là que le travail doit être fait. C'est là qu'il se réconcilie avec lui-même et son histoire. C'est là qu'il utilise son écriture pour éduquer, provoquer et condamner. Il peut avoir besoin de s'échapper de l'Amérique de temps en temps, mais c'est sa maison dans toutes ses imperfections profondément enracinées.


Qu'est-ce que la guerre d'hiver ?

Moins de deux ans avant que l'Union soviétique n'affronte l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a mené une guerre sanglante avec un autre adversaire : la petite nation de Finlande. La Russie&# x2019s querelle avec son voisin nordique a commencé en 1939, lorsque le dirigeant soviétique Joseph Staline a cherché à étendre son influence sur l'Europe de l'Est. Citant des inquiétudes au sujet d'une attaque potentielle par les Allemands, Staline a exigé que la frontière de la Finlande avec la Russie soit reculée de 16 milles le long de l'isthme de Carélie pour créer une zone tampon autour de la ville de Leningrad. Il voulait également que les Finlandais cèdent plusieurs îles du golfe de Finlande et louent le territoire soviétique sur la péninsule de Hanko pour la construction d'une base navale. Les Soviétiques ont offert une grande partie du territoire russe dans le cadre de l'accord, mais les Finlandais se méfiaient de leurs motivations et les ont rejetés. Le 30 novembre 1939, à la suite d'une série d'ultimatums et de négociations infructueuses, l'Armée rouge soviétique lança une invasion de la Finlande avec un demi-million de soldats.

Bien que largement dépassés en nombre et en armes lors de ce qui est devenu la guerre d'hiver, les Finlandais avaient l'avantage de se battre à domicile. Menés par le maréchal Carl Gustaf Mannerheim, ils se sont retranchés derrière un réseau de tranchées, de bunkers en béton et de fortifications de campagne sur l'isthme de Carélie et ont repoussé les assauts répétés des chars soviétiques. Ailleurs sur la frontière, les troupes de ski finlandaises ont utilisé le paysage accidenté pour mener des attaques éclair contre des unités soviétiques isolées. Leurs tactiques de guérilla n'ont été aidées que par l'hiver glacial finlandais, qui a embourbé les Soviétiques et rendu leurs soldats faciles à repérer sur un terrain enneigé. Un tireur d'élite finlandais, un agriculteur nommé Simo Häyhä, a finalement été crédité de plus de 500 éliminations.


Sécurité sociale

Les mythes et les fausses déclarations circulent fréquemment sur Internet, dans les courriels et sur les sites Web, et se répètent dans des boucles sans fin de désinformation. Un ensemble commun de ces informations erronées concerne l'histoire du système de sécurité sociale.

Une forme commune des mythes :

"Franklin Roosevelt a introduit le programme de sécurité sociale (FICA). Il a promis:

1) Que la participation au programme serait entièrement volontaire
2) Que les participants n'auraient à payer que 1% des premiers 1 400 $ de leurs revenus annuels dans le programme
3) Que l'argent que les participants ont choisi de mettre dans le programme serait déductible de leur revenu aux fins de l'impôt chaque année
4) Que l'argent versé par les participants serait versé dans le « Fonds d'affectation spéciale » indépendant plutôt que dans le fonds de fonctionnement général et, par conséquent, ne serait utilisé que pour financer le programme de retraite de la sécurité sociale et aucun autre programme gouvernemental.
5) Que les versements de rente aux retraités ne seraient jamais imposés comme un revenu.

CORRIGER LES MYTHES ET LES ERREURS

Mythe 1 : le président Roosevelt a promis que la participation au programme serait entièrement volontaire

Les personnes exerçant une activité salariée couverte par la Sécurité sociale sont soumises à la taxe sur les salaires FICA. Comme toutes les taxes, cela n'a jamais été volontaire. Depuis les premiers jours du programme jusqu'à aujourd'hui, toute personne exerçant un emploi couvert par la Sécurité sociale a été obligée de payer ses charges sociales.

Dans les premières années du programme, cependant, seulement environ la moitié des emplois dans l'économie étaient couverts par la sécurité sociale. Ainsi, on pourrait travailler dans un emploi non couvert et ne pas avoir à payer d'impôts FICA (et bien sûr, on ne serait pas éligible pour percevoir une future prestation de sécurité sociale). Dans ce sens indirect, la participation à la sécurité sociale était volontaire. Cependant, si un emploi était couvert, ou est devenu couvert par une loi ultérieure, alors si une personne travaillait à cet emploi, la participation à la sécurité sociale était obligatoire.

Il n'y a eu qu'une poignée d'exceptions à cette règle, impliquant généralement des personnes travaillant pour les gouvernements étatiques/locaux. Sous certaines conditions, les employés des gouvernements étatiques/locaux ont pu choisir volontairement que leur emploi soit couvert ou non.


Mythe 2 : Le président Roosevelt a promis que les participants n'auraient à payer que 1% des premiers 1 400 $ de leurs revenus annuels dans le programme

Le taux d'imposition dans la loi originale de 1935 était de 1% chacun pour l'employeur et l'employé, sur les premiers 3 000 $ de gains. Ce taux a été augmenté selon un calendrier régulier en quatre étapes de sorte qu'en 1949, le taux serait de 3 % chacun sur les premiers 3 000 $. Le chiffre n'a jamais été de 1400 $ et le taux n'a jamais été fixé pour toujours à 1%.

(Le texte de la loi de 1935 et le barème des taux d'imposition se trouvent ailleurs sur notre site.)

Mythe 3: Le président Roosevelt a promis que l'argent que les participants ont choisi de mettre dans le programme serait déductible de leur revenu aux fins de l'impôt chaque année

Il n'y a jamais eu de disposition législative rendant déductibles de l'impôt sur le revenu les charges sociales payées par les salariés. En effet, la loi de 1935 interdit expressément cette idée, à l'article 803 du titre VIII.

(Le texte du titre VIII. peut être trouvé ailleurs sur notre site Web.)


Mythe 4: Le président Roosevelt a promis que l'argent que les participants ont payé serait placé dans le « fonds d'affectation spéciale » indépendant plutôt que dans le fonds de fonctionnement général et, par conséquent, ne serait utilisé que pour financer le programme de retraite de la sécurité sociale, et aucun autre programme gouvernemental

L'idée ici est fondamentalement correcte. Cependant, cette déclaration est généralement jointe à une deuxième déclaration selon laquelle ce principe a été violé par les Administrations ultérieures. Cependant, il n'y a jamais eu de changement dans la façon dont le programme de sécurité sociale est financé ou la façon dont les charges sociales de la sécurité sociale sont utilisées par le gouvernement fédéral.

Le Social Security Trust Fund a été créé en 1939 dans le cadre des modifications promulguées cette année-là. Depuis sa création, le Fonds fiduciaire a toujours fonctionné de la même manière. Le Fonds d'affectation spéciale de la sécurité sociale n'a jamais été "versé dans le fonds général du gouvernement".

Très probablement, ce mythe vient d'une confusion entre le financement du programme de sécurité sociale et la manière dont le Fonds fiduciaire de la sécurité sociale est traité dans la comptabilité budgétaire fédérale. À partir de 1969 (en raison de l'action de l'administration Johnson en 1968), les transactions vers le fonds fiduciaire ont été incluses dans ce que l'on appelle le « budget unifié ». Cela signifie que chaque fonction du gouvernement fédéral est incluse dans un seul budget. Ceci est parfois décrit en disant que les fonds fiduciaires de la sécurité sociale sont "budget". un compte séparé dans le budget fédéral. Mais que les fonds fiduciaires soient "à budget" ou "hors budget" est avant tout une question de pratiques comptables - cela n'a aucune incidence sur les opérations réelles du fonds fiduciaire lui-même.


Mythe 5: Le président Roosevelt a promis que les versements de rente aux retraités ne seraient jamais imposés comme un revenu

À l'origine, les prestations de sécurité sociale n'étaient pas un revenu imposable. Ce n'était cependant pas une disposition de la loi, ni rien de ce que le président Roosevelt a fait ou aurait pu « promettre ». C'était le résultat d'une série de décisions administratives émises par le département du Trésor au cours des premières années du programme. (Les décisions du Trésor peuvent être consultées ailleurs sur notre site Web.)

En 1983, le Congrès a modifié la loi en autorisant spécifiquement l'imposition des prestations de sécurité sociale. Cela faisait partie des modifications de 1983, et cette loi a annulé les décisions administratives antérieures du département du Trésor. (Une explication détaillée des modifications de 1983 peut être trouvée ailleurs sur notre site Web.)


Une histoire de jeunesse des États-Unis

Livre – Non-fiction. Par Howard Zinn avec Rebecca Stefoff. 2009. 464 pages.
Une version jeune adulte du best-seller Une histoire populaire des États-Unis.

Noter: Nous avons eu le plaisir de promouvoir l'offre spéciale de Seven Stories Press pour des exemplaires gratuits de la version e-book de Une histoire de jeunesse des États-Unis pendant deux jours en mars. Cette offre est terminée, mais le livre électronique peut être acheté pour 11,97 $ auprès de l'éditeur et peut également être disponible dans votre bibliothèque publique.

En livre de poche avec des illustrations, il s'agit de l'édition pour jeunes adultes du récit classique de Howard Zinn sur l'histoire américaine. Une histoire de jeunesse des États-Unis par Howard Zinn avec Rebecca Stefoff apporte à l'histoire des États-Unis les points de vue des travailleurs, des personnes qui sont réduites en esclavage, des immigrants, des femmes, des Amérindiens et d'autres dont les histoires et leur impact sont rarement inclus dans les livres pour les jeunes.

Commençant par un regard sur l'arrivée de Christophe Colomb à travers les yeux des Indiens Arawak, puis menant le lecteur à travers les luttes pour les droits des travailleurs, les droits des femmes et les droits civils au cours des XIXe et XXe siècles et se terminant par les protestations actuelles contre la poursuite de l'impérialisme américain. , Zinn présente une manière radicale de comprendre l'histoire de l'Amérique. Ce faisant, il rappelle aux lecteurs que la véritable grandeur de l'Amérique est façonnée par nos voix dissidentes, et non par nos généraux militaires. [Description de l'éditeur.]

ISBN : 9781583228692 | Publié par Seven Stories Press.

Aperçu du livre

Citations Des Enseignants

je savais Une histoire de jeunes aux États-Unis Le livre fonctionnait lorsque les élèves ont commencé à entrer dans les classes de niveau supérieur pour parler de Claudette Colvin avant que Rosa Parks ne soit mentionnée !

Le livre est très accessible à mes élèves et c'est un excellent moyen de différencier le matériel de classe.


Influence de la John Birch Society sur la stratégie d'enseignement supérieur de Koch

Les collègues de la John Birch Society de Koch ont influencé sa pensée et sa stratégie initiales pour tirer parti des universités pour le changement politique. En 1976, Koch a parrainé et présenté au lancement du Center for Libertarian Studies à New York, où :

George Pearson, un ancien membre de la John Birch Society de Wichita, qui a été le lieutenant politique de Charles Koch pendant ces années, a développé cette stratégie dans son propre article révélateur. Il a suggéré que les libertaires devaient mobiliser les jeunes cadres en influençant le monde universitaire de nouvelles manières. Les cadeaux traditionnels aux universités, a-t-il averti, ne garantissaient pas un contrôle idéologique suffisant. Au lieu de cela, il a préconisé le financement d'instituts privés au sein d'universités prestigieuses, où l'influence sur les décisions d'embauche et d'autres formes de contrôle pourrait être exercée par les donateurs tout en masquant le radicalisme de leurs objectifs. Comme [Clayton] Coppin a résumé les arguments de Pearson, « Il serait nécessaire d'utiliser des noms ambigus et trompeurs, obscurcir le véritable programme et dissimuler les moyens de contrôle. C'est la méthode que Charles Koch allait bientôt pratiquer dans ses dons de charité, et plus tard dans ses actions politiques. [Mayer, Dark Money, page 56.]

En tant que directeur des affaires publiques de longue date chez Koch Industries, Pearson a passé des décennies à jeter les bases de la stratégie académique et politique de Charles Koch. En plus de diriger les fondations caritatives de Koch, Pearson a été officier à l'Institute for Humane Studies de Koch et a cofondé l'Institut Cato avec Charles Koch.

Bien qu'il y ait des raisons de soupçonner que Charles Koch n'a pas endossé toutes les positions de la John Birch Society, ses remarques lors de la conférence de 1976 ont offert JBS comme modèle de changement politique, avec quelques modifications par rapport à ses expériences passées, y compris la façon dont JBS aurait pu être plus de succès en engageant de manière constructive les médias. Il a loué son fonctionnement secret, écrivant que « afin d'éviter les critiques indésirables, la façon dont l'organisation est contrôlée et dirigée ne devrait pas être largement annoncée » (Mayer, Dark Money, page 55).


Matériel d'apprentissage ouvert GALILEO

Histoire du monde : Cultures, États et sociétés jusqu'à 1500 offre une introduction complète à l'histoire de l'humanité de la préhistoire à 1500. Rédigé par six membres du corps professoral de l'USG titulaires de diplômes avancés en histoire, ce manuel propose une bourse originale à jour. Il couvre des cultures, des États et des sociétés tels que la Mésopotamie antique, l'Israël antique, l'Égypte dynastique, l'âge classique de l'Inde, les dynasties de Chine, la Grèce archaïque, l'Empire romain, l'Islam, l'Afrique médiévale, les Amériques et les Khanats d'Asie centrale.

Il comprend 350 images et cartes de haute qualité, des chronologies et des questions d'apprentissage pour aider à guider l'apprentissage des élèves. Sa nature numérique permet aux étudiants de suivre des liens vers des sources et des vidéos applicables, élargissant leur expérience éducative au-delà du manuel. Il offre une nouvelle alternative gratuite aux manuels traditionnels, faisant de l'histoire du monde une ressource inestimable à notre époque moderne de technologie et de progrès.

Fichiers accessibles avec reconnaissance optique de caractères (OCR) et marquage automatique fournis par le Center for Inclusive Design and Innovation.


Pert II PG-95 - Histoire

  • Jeux d'insomnie
    Artiste principal des personnages
  • Jeux d'insomnie
    Artiste technique - Pipeline
  • Jeux d'insomnie
    Artiste technique - Pipeline
  • Jeux d'insomnie
    Artiste technique
  • Jeux d'insomnie
    Programmeur de moteur
  • Jeux d'insomnie
    Chef de projet principal
  • Éditeur en chef:
    Kris Greffe
  • Éditeur de nouvelles:
    Alissa McAloon
  • Contributeurs :
    Chris Kerr
    Bryant François
    Catherine Croix

Revenez sur la façon dont Hideo Kojima a défié les probabilités avec son travail sur le Engrenage en métal solide séries.   Trouvez un emploi : InnoGames recrute un artiste conceptuel

Le Career Development Pass est un moyen rapide de démarrer votre carrière lors de la Game Developers Conference 2021 entièrement numérique. En savoir plus ici!   Le coût réel de la création d'un jeu vidéo : une discussion et des questions-réponses gratuites avec Mike Rose

Le prochain forum éditorial (gratuit !) Gamasutra est un incontournable car nous accueillons Mike Rose de No More Robots, qui décomposera impitoyablement les coûts - à la fois monétaires et mentaux - que les développeurs doivent prendre en compte lors de la création d'un jeu. .   Utiliser des symphonies naturelles pour créer des liens humains dans Lumière du soleil

"Nous voulions que la forêt représente l'humanité elle-même parlant comme une seule, ce qui, selon nous, a besoin de voix et d'acteurs du monde entier", déclarent les créateurs de l'Excellence in Audio-nominé Lumière du soleil.   Le Xbox Design Lab relancé vous permettra de libérer l'artisan qui sommeille en vous

Microsoft a relancé le Xbox Design Lab pour permettre aux joueurs, aux développeurs et à toute personne possédant une Xbox (ou une envie d'un presse-papier sophistiqué) de créer la manette de jeu de leurs rêves.   Blog : Historique des consignes d'accessibilité des jeux

Un retour sur l'histoire de plusieurs décennies de partage des connaissances sur l'accessibilité des jeux et le large éventail de personnes qui ont contribué à faire avancer le domaine.   Certains propriétaires de Switch n'ont pas pu télécharger de logiciel pendant une semaine

Certains malheureux propriétaires de Switch ont du mal à télécharger des logiciels et des mises à jour depuis le Nintendo eShop en raison de ce qui semble être un problème de micrologiciel.   Among Us dev Innersloth parle du coût humain du succès du jour au lendemain

"Parmi nous devenant viral, c'était juste comme 'OK, c'est ma vie.' La pression pour faire avancer les choses rapidement était vraiment élevée."   Runescape implémente le jeu et la progression multiplateformes après ses débuts sur mobile

Le MMORPG fantastique à feuilles persistantes de Jagex Runescape a mis en œuvre le jeu multiplateforme pour la première fois en 20 ans d'histoire après son lancement sur les plateformes mobiles. 2 À ne pas manquer : Construire une émergence intéressante dans Lumière mourante 2

Moon Studios - créateurs primés d'Ori and the Blind Forest et Ori and the Will of the Wisps - recherche des concepteurs de jeux senior.   Le patron de Nintendo déclare que l'expansion démographique est la clé des ventes de Switch post-pandémiques

Le président de Nintendo of America, Doug Bowser, a expliqué à The Verge qu'un certain nombre de facteurs, y compris la démographie croissante des joueurs, stimuleront les ventes de Nintendo Switch après la pandémie.   La tête d'Ubisoft Massive démissionne et reviendra dans un nouveau rôle chez Ubisoft l'année prochaine

Le développeur de longue date d'Ubisoft et directeur général d'Ubisoft Massive, David Polfeldt, quitte son poste chez Ubisoft Massive pour occuper un nouveau poste dans l'entreprise (après un congé sabbatique de 6 mois).   Concevoir le récit divergent et bouleversant de À travers les rainures

". au lieu d'un personnage "à l'état vierge" qui est l'option préférée pour de nombreux jeux, j'aime créer des personnages entièrement formés et laisser les joueurs les guider à travers des expériences qui changent la vie", explique Geoffroy Vincens, écrivain de À travers les rainures.   Amazon Appstore réduit ses revenus à 20 % pour les développeurs gagnant moins d'un million de dollars

Amazon s'en prend aux vitrines mobiles propriétaires comme l'App Store d'Apple et Google Play en réduisant le montant d'argent qu'il faut aux petits développeurs et éditeurs.   Le programme complet du GDC 2021 est maintenant en ligne !

Nouveau jeu de meurtre-mystère Overboard ! utilise une approche patchwork unique du dialogue pour monter son dossier contre le principal suspect. qui que ce soit !   Sony ouvre des applications pour le programme bêta du logiciel système PlayStation 5

L'initiative donnera aux propriétaires de consoles la possibilité de tester les nouvelles fonctionnalités de la PS5 avant leur déploiement officiel, Sony utilisant les commentaires recueillis lors des tests pour guider le développement.   L'aventure coopérative It Takes Two se vend à 2 millions d'exemplaires en moins de trois mois

Le créateur de Five Nights At Freddy's (FNAF), Scott Cawthon, a annoncé sa retraite du développement de jeux après avoir été critiqué pour avoir fait des dons à des politiciens américains polarisants.   Facebook Gaming présente des groupes de fans de streamers pour aider à favoriser les communautés

Facebook Gaming a lancé Streamer Fan Groups pour aider les créateurs de contenu à développer leurs communautés sur la plate-forme de médias sociaux.   N'achetez pas (jeux Steam) pour moi, Argentine.

Ainsi, cette mini-enquête a commencé après qu'un développeur que GameDiscoverCo connaît a commencé à poser des questions sur les ventes de son jeu Steam en Argentine. Les résultats? Intrigant.

[Lire la suite]


Partagez vos pensées, vos connaissances et vos idées avec la plus grande communauté de développeurs de jeux au monde. Si nous aimons ce que nous voyons, nous ferons la promotion de votre publication sur notre page d'accueil.

  Game Dev Digest Issue #99 - Un coup d'œil derrière les rideaux
par Mike Marrone
Game Dev Digest Issue #99 - Un coup d'œil derrière les rideaux. Le dernier de l'hebdomadaire gratuit Unity3d.   Niveau de détail (LOD) : didacticiel rapide
de Ruben Torres Bonet
Dans cet article de blog, je vais vous montrer pourquoi, quand et comment utiliser LOD dans Unity. Rappelez-vous, LOD est.   Guide du débutant pour la conception de pages de magasin de jeux indépendants
par Josh Bycer
Le marketing est une partie de plus en plus importante du développement de jeux, et votre page de magasin est cruciale pour cela.   Un historique des directives d'accessibilité des jeux
par Ian Hamilton
Retour sur les décennies d'histoire du partage des connaissances sur l'accessibilité des jeux & nbsp Patching Conversations to Pin the Blame
par Jon Ingold
Nouveau jeu de meurtre-mystère Overboard ! utilise une approche patchwork unique du dialogue pour assembler son cas.

[Lire la suite]

Comment nous avons rendu notre jeu de stratégie d'entreprise plus accessible
Kunal Oogorah explique comment l'équipe Business Heroes accueille les joueurs malvoyants grâce à une étude minutieuse de la présentation du jeu et de la conception du menu. Concevoir un système pour remplacer le lancer de dés virtuel
Joris Dormans décrit la création d'un mécanisme de jeu inventif dans Unexplored 2: The Wayfarer's Legacy qui remplace le lancer de dés virtuel. Comment j'ai créé mon premier jeu Unity en six mois
Louise McLennan décrit le processus de création de son premier jeu Unity Riot Squid sur une période de six mois en tant que développeur solo.

49 CFR § 172.102 - Dispositions particulières.

(un général. Lorsque la colonne 7 du tableau du § 172.101 fait référence à une disposition spéciale pour une matière dangereuse, la signification et les exigences de cette disposition sont celles énoncées dans cette section. Lorsqu'une disposition particulière précise l'emballage ou les exigences d'emballage -

(1) La disposition particulière s'ajoute aux prescriptions standard pour tous les emballages prescrites au § 173.24 du présent sous-chapitre et à toutes autres prescriptions applicables aux emballages des sous-parties A et B de la partie 173 du présent sous-chapitre et

(2) Dans la mesure où une disposition particulière impose des limitations ou des exigences supplémentaires aux dispositions d'emballage énoncées dans la colonne 8 du tableau du § 172.101, les emballages doivent être conformes aux exigences de la disposition particulière.

(b) Description des codes pour les dispositions spéciales. Les dispositions spéciales contiennent des dispositions d'emballage, des interdictions, des exceptions aux exigences pour des quantités ou des formes particulières de matériaux et des exigences ou des interdictions applicables à des modes de transport spécifiques, comme suit :

(1) Un code composé uniquement de chiffres (par exemple, « 11 ») est d'application multimodale et peut s'appliquer aux emballages en vrac et non en vrac.

(2) Un code contenant la lettre « A » renvoie à une disposition particulière qui ne s'applique qu'au transport par aéronef.

(3) Un code contenant la lettre « B » renvoie à une disposition particulière qui s'applique uniquement aux exigences d'emballage en vrac. Sauf disposition contraire dans ce sous-chapitre, ces dispositions spéciales ne s'appliquent pas aux citernes mobiles de spécification UN, IM ou aux GRV.

(4) Un code contenant les lettres « IB » ou « IP » renvoie à une disposition particulière qui s'applique uniquement au transport en GRV.

(5) Un code contenant la lettre « N » fait référence à une disposition spéciale qui s'applique uniquement aux exigences relatives aux emballages non en vrac.

(6) Un code contenant la lettre « R » renvoie à une disposition particulière qui ne s'applique qu'au transport par chemin de fer.

(7) Un code contenant la lettre « T » fait référence à une disposition spéciale qui s'applique uniquement au transport dans des citernes mobiles de spécification UN ou IM.

(8) Un code contenant les lettres « TP » fait référence à une disposition spéciale de citerne mobile pour les citernes mobiles de spécification UN ou IM qui s'ajoute à celles prévues par les instructions relatives aux citernes mobiles ou aux prescriptions de la partie 178 du présent sous-chapitre.

(9) Un code contenant la lettre « W » renvoie à une disposition particulière qui ne s'applique qu'au transport par eau.

c) Tableaux des dispositions spéciales. Les tableaux suivants énumèrent et précisent les exigences des dispositions particulières visées à la colonne 7 du tableau du § 172.101.

(1) Dispositions numériques. Ces dispositions sont multimodales et s'appliquent aux emballages vrac et non vrac :

(2) Codes « A ». Ces dispositions ne s'appliquent qu'au transport par avion :

(3) Codes « B ». Ces dispositions ne s'appliquent qu'aux emballages en vrac. Sauf disposition contraire du présent sous-chapitre, ces dispositions spéciales ne s'appliquent pas aux citernes mobiles ou GRV ONU :

Tableau I - Température ambiante maximale - Essence

Classe de volatilité ASTM D439 Température maximale de chargement et ambiante (voir note 1)
UNE 131 °F
(VPR 9,0 psia)
B 124 °F
(VPR 10,0 psia)
C 116 °F
(VPR 11,5 psia)
107 °F
(VPR 13,5 psia)
E 100 °F
(VPR 15,0 psia)

Note 1 : Basé sur une pression de chargement maximale de 1 psig au sommet de la citerne à cargaison.

(4) Codes IB et Codes IP. Ces dispositions s'appliquent uniquement au transport en GRV et en Grands Emballages. Le tableau 1 autorise les GRV pour des appellations réglementaires spécifiques grâce à l'utilisation des codes IB attribués dans le tableau du § 172.101 de ce sous-chapitre. Le tableau 2 définit les codes IP sur l'utilisation des IBC qui sont attribués à des produits spécifiques dans le tableau § 172.101 de ce sous-chapitre. Le tableau 3 autorise les grands emballages pour des appellations propres d'expédition spécifiques grâce à l'utilisation des codes IB attribués dans le tableau § 172.101 de ce sous-chapitre. Large Packagings are authorized for the Packing Group III entries of specific proper shipping names when either special provision IB3 or IB8 is assigned to that entry in the § 172.101 Table. When no IB code is assigned in the § 172.101 Table for a specific proper shipping name, or in § 173.185 or § 173.225(e) Organic Peroxide Table for Type F organic peroxides, use of an IBC or Large Packaging for the material may be authorized when approved by the Associate Administrator. The letter “Z” shown in the marking code for composite IBCs must be replaced with a capital code letter designation found in § 178.702(a)(2) of this subchapter to specify the material used for the other packaging. Tables 1, 2, and 3 follow:

Table 1 - IB Codes (IBC Codes)

IBC code Authorized IBCs
IB1 Authorized IBCs: Metal (31A, 31B and 31N).
Additional Requirement: Only liquids with a vapor pressure less than or equal to 110 kPa at 50 °C (1.1 bar at 122 °F), or 130 kPa at 55 °C (1.3 bar at 131 °F) are authorized.
IB2 Authorized IBCs: Metal (31A, 31B and 31N) Rigid plastics (31H1 and 31H2) Composite (31HZ1).
Additional Requirement: Only liquids with a vapor pressure less than or equal to 110 kPa at 50 °C (1.1 bar at 122 °F), or 130 kPa at 55 °C (1.3 bar at 131 °F) are authorized.
IB3 Authorized IBCs: Metal (31A, 31B and 31N) Rigid plastics (31H1 and 31H2) Composite (31HZ1 and 31HA2, 31HB2, 31HN2, 31HD2 and 31HH2).
Additional Requirement: Only liquids with a vapor pressure less than or equal to 110 kPa at 50 °C (1.1 bar at 122 °F), or 130 kPa at 55 °C (1.3 bar at 131 °F) are authorized, except for UN2672 (also see special provision IP8 in Table 2 for UN2672).
IB4 Authorized IBCs: Metal (11A, 11B, 11N, 21A, 21B, 21N, 31A, 31B and 31N).
IB5 Authorized IBCs: Metal (11A, 11B, 11N, 21A, 21B, 21N, 31A, 31B and 31N) Rigid plastics (11H1, 11H2, 21H1, 21H2, 31H1 and 31H2) Composite (11HZ1, 21HZ1 and 31HZ1).
IB6 Authorized IBCs: Metal (11A, 11B, 11N, 21A, 21B, 21N, 31A, 31B and 31N) Rigid plastics (11H1, 11H2, 21H1, 21H2, 31H1 and 31H2) Composite (11HZ1, 11HZ2, 21HZ1, 21HZ2 and 31HZ1).
Additional Requirement: Composite IBCs 11HZ2 and 21HZ2 may not be used when the hazardous materials being transported may become liquid during transport.
IB7 Authorized IBCs: Metal (11A, 11B, 11N, 21A, 21B, 21N, 31A, 31B and 31N) Rigid plastics (11H1, 11H2, 21H1, 21H2, 31H1 and 31H2) Composite (11HZ1, 11HZ2, 21HZ1, 21HZ2 and 31HZ1) Wooden (11C, 11D and 11F).
Additional Requirement: Liners of wooden IBCs must be sift-proof.
IB8 Authorized IBCs: Metal (11A, 11B, 11N, 21A, 21B, 21N, 31A, 31B and 31N) Rigid plastics (11H1, 11H2, 21H1, 21H2, 31H1 and 31H2 ) Composite (11HZ1, 11HZ2, 21HZ1, 21HZ2 and 31HZ1) Fiberboard (11G) Wooden (11C, 11D and 11F) Flexible (13H1, 13H2, 13H3, 13H4, 13H5, 13L1, 13L2, 13L3, 13L4, 13M1 or 13M2).
IB9 IBCs are only authorized if approved by the Associate Administrator.
IP code
IP1 IBCs must be packed in closed freight containers or a closed transport vehicle.
IP2 When IBCs other than metal or rigid plastics IBCs are used, they must be offered for transportation in a closed freight container or a closed transport vehicle.
IP3 Flexible IBCs must be sift-proof and water-resistant or must be fitted with a sift-proof and water-resistant liner.
IP4 Flexible, fiberboard or wooden IBCs must be sift-proof and water-resistant or be fitted with a sift-proof and water-resistant liner.
IP5 IBCs must have a device to allow venting. The inlet to the venting device must be located in the vapor space of the IBC under maximum filling conditions.
IP6 Non-specification bulk bins are authorized.
IP7 For UN identification numbers 1327, 1363, 1364, 1365, 1386, 1841, 2211, 2217, 2793 and 3314, IBCs are not required to meet the IBC performance tests specified in part 178, subpart N, of this subchapter.
IP8 Ammonia solutions may be transported in rigid or composite plastic IBCs (31H1, 31H2 and 31HZ1) that have successfully passed, without leakage or permanent deformation, the hydrostatic test specified in § 178.814 of this subchapter at a test pressure that is not less than 1.5 times the vapor pressure of the contents at 55 °C (131 °F).
IP13 Transportation by vessel in IBCs is prohibited.
IP14 Air must be eliminated from the vapor space by nitrogen or other means.
IP15 For UN2031 with more than 55% nitric acid, rigid plastic IBCs and composite IBCs with a rigid plastic inner receptacle are authorized for two years from the date of IBC manufacture.
IP16 IBCs of type 31A and 31N are only authorized if approved by the Associate Administrator.
IP19 For UN identification numbers 3531, 3532, 3533, and 3534, IBCs must be designed and constructed to permit the release of gas or vapor to prevent a build-up of pressure that could rupture the IBCs in the event of loss of stabilization.
IP20 Dry sodium cyanide or potassium cyanide is also permitted in siftproof, water-resistant, fiberboard IBCs when transported in closed freight containers or transport vehicles.
IP21 When transported by vessel, flexible, fiberboard or wooden IBCs must be sift-proof and water-resistant or be fitted with a sift-proof and water-resistant liner.

[Large packaging authorizations]

IB3 Authorized Large Packagings (LIQUIDS)
(PG III materials only) 2
Inner packagings: Large outer packagings:
Glass 10 liter steel (50A).
Plastics 30 liter aluminum (50B).
Metal 40 liter metal other than steel or aluminum (50N).
rigid plastics (50H).
natural wood (50C).
plywood (50D).
reconstituted wood (50F).
rigid fiberboard (50G).
IB8 Authorized Large Packagings (SOLIDS)
(PG III materials only) 2
Inner packagings: Large outer packagings:
Glass 10 kg steel (50A).
Plastics 50 kg aluminum (50B).
Metal 50 kg metal other than steel or aluminum (50N).
Paper 50 kg flexible plastics (51H). 1
Fiber 50 kg rigid plastics (50H).
natural wood (50C).
plywood (50D).
reconstituted wood (50F).
rigid fiberboard (50G).

1 Flexible plastic (51H) Large Packagings are only authorized for use with flexible inner packagings.

2 Except when authorized under Special Provision 41.

(5) “N” codes. These provisions apply only to non-bulk packagings:

(6) “R” codes. These provisions apply only to transportation by rail.

R1 A person who offers for transportation tank cars containing sulfur, molten or residue of sulfur, molten may reference the Sulfur Institute's, “Molten Sulphur Rail Tank Car Guidance document” (see § 171.7 of this subchapter) to identify tank cars that may pose a risk in transportation due to the accumulation of formed, solid sulfur on the outside of the tank.

(i) These provisions apply to the transportation of hazardous materials in UN portable tanks. Portable tank instructions specify the requirements applicable to a portable tank when used for the transportation of a specific hazardous material. These requirements must be met in addition to the design and construction specifications in part 178 of this subchapter. Portable tank instructions T1 through T22 specify the applicable minimum test pressure, the minimum shell thickness (in reference steel), bottom opening requirements and pressure relief requirements. Liquefied compressed gases are assigned to portable tank instruction T50. Refrigerated liquefied gases that are authorized to be transported in portable tanks are specified in tank instruction T75.

(ii) The following table specifies the portable tank requirements applicable to “T” Codes T1 through T22. Column 1 specifies the “T” Code. Column 2 specifies the minimum test pressure, in bar (1 bar = 14.5 psig), at which the periodic hydrostatic testing required by § 180.605 of this subchapter must be conducted. Column 3 specifies the section reference for minimum shell thickness or, alternatively, the minimum shell thickness value. Column 4 specifies the applicability of § 178.275(g)(3) of this subchapter for the pressure relief devices. When the word “Normal” is indicated, § 178.275(g)(3) of this subchapter does not apply. Column 5 references applicable requirements for bottom openings in part 178 of this subchapter. “Prohibited” means bottom openings are prohibited, and “Prohibited for liquids” means bottom openings are authorized for solid material only. The table follows:

Table of Portable Tank T Codes T1-T22

[Portable tank codes T1-T22 apply to liquid and solid hazardous materials of Classes 3 through 9 which are transported in portable tanks.]

Portable tank instruction
(1)
Minimum test pressure (bar)
(2)
Minimum shell thickness
(in mm-reference steel)
( See § 178.274(d))
(3)
Pressure-relief requirements
( See § 178.275(g))
(4)
Bottom opening
conditions
( See § 178.275(d))
(5)
T1 1.5 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(2)
T2 1.5 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(3)
T3 2.65 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(2)
T4 2.65 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(3)
T5 2.65 § 178.274(d)(2) § 178.275(g)(3) Prohibited
T6 4 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(2)
T7 4 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(3)
T8 4 § 178.274(d)(2) Normal Prohibited
T9 4 6 mm Normal Prohibited for liquids.
T10 4 6 mm § 178.275(g)(3) Prohibited
T11 6 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(3)
T12 6 § 178.274(d)(2) § 178.275(g)(3) § 178.275(d)(3)
T13 6 6 mm Normal Prohibited
T14 6 6 mm § 178.275(g)(3) Prohibited
T15 10 § 178.274(d)(2) Normal § 178.275(d)(3)
T16 10 § 178.274(d)(2) § 178.275(g)(3) § 178.275(d)(3)
T17 10 6 mm Normal § 178.275(d)(3)
T18 10 6 mm § 178.275(g)(3) § 178.275(d)(3)
T19 10 6 mm § 178.275(g)(3) Prohibited
T20 10 8 mm § 178.275(g)(3) Prohibited
T21 10 10 mm Normal Prohibited for liquids. § 178.275(d)(2).
T22 10 10 mm § 178.275(g)(3) Prohibited

(iii) T50 When portable tank instruction T50 is indicated in Column (7) of the § 172.101 Hazardous Materials Table, the applicable liquefied compressed gas and chemical under pressure descriptions are authorized to be transported in portable tanks in accordance with the requirements of § 173.313 of this subchapter.

(iv) T75. When portable tank instruction T75 is referenced in Column (7) of the § 172.101 Table, the applicable refrigerated liquefied gases are authorized to be transported in portable tanks in accordance with the requirements of § 178.277 of this subchapter.

(v) UN and IM portable tank codes/special provisions. When a specific portable tank instruction is specified by a “T” Code in Column (7) of the § 172.101 Table for a specific hazardous material, a specification portable tank conforming to an alternative tank instruction may be used if:

(A) The alternative portable tank has a higher or equivalent test pressure (for example, 4 bar when 2.65 bar is specified)

(B) The alternative portable tank has greater or equivalent wall thickness (for example, 10 mm when 6 mm is specified)

(C) The alternative portable tank has a pressure relief device as specified in the “T” Code. If a frangible disc is required in series with the reclosing pressure relief device for the specified portable tank, the alternative portable tank must be fitted with a frangible disc in series with the reclosing pressure relief device and

(D) With regard to bottom openings -

(1) When two effective means are specified, the alternative portable tank is fitted with bottom openings having two or three effective means of closure or no bottom openings or

(2) When three effective means are specified, the portable tank has no bottom openings or three effective means of closure or

(3) When no bottom openings are authorized, the alternative portable tank must not have bottom openings.

(vi) Except when an organic peroxide is authorized under § 173.225(g), if a hazardous material is not assigned a portable tank “T” Code, the hazardous material may not be transported in a portable tank unless approved by the Associate Administrator.

(i) These provisions apply to the transportation of hazardous materials in IM and UN Specification portable tanks. Portable tank special provisions are assigned to certain hazardous materials to specify requirements that are in addition to those provided by the portable tank instructions or the requirements in part 178 of this subchapter. Portable tank special provisions are designated with the abbreviation TP (tank provision) and are assigned to specific hazardous materials in Column (7) of the § 172.101 Table.

(ii) The following is a list of the portable tank special provisions:

TP1 The maximum degree of filling must not exceed the degree of filling determined by the following:

TP2 a. The maximum degree of filling must not exceed the degree of filling determined by the following:

b. For liquids transported under ambient conditions α may be calculated using the formula:

TP3 The maximum degree of filling (in %) for solids transported above their melting points and for elevated temperature liquids shall be determined by the following:

TP4 The maximum degree of filling for portable tanks must not exceed 90%.

TP5 For a portable tank used for the transport of flammable refrigerated liquefied gases or refrigerated liquefied oxygen, the maximum rate at which the portable tank may be filled must not exceed the liquid flow capacity of the primary pressure relief system rated at a pressure not exceeding 120 percent of the portable tank's design pressure. For portable tanks used for the transport of refrigerated liquefied helium and refrigerated liquefied atmospheric gas (except oxygen), the maximum rate at which the tank is filled must not exceed the liquid flow capacity of the pressure relief device rated at 130 percent of the portable tank's design pressure. Except for a portable tank containing refrigerated liquefied helium, a portable tank shall have an outage of at least two percent below the inlet of the pressure relief device or pressure control valve, under conditions of incipient opening, with the portable tank in a level attitude. No outage is required for helium.

TP6 The tank must be equipped with a pressure release device which prevent a tank from bursting under fire engulfment conditions (the conditions prescribed in CGA pamphlet S-1.2 (see § 171.7 of this subchapter) or alternative conditions approved by the Associate Administrator may be used to consider the fire engulfment condition), taking into account the properties of the hazardous material to be transported.

TP7 The vapor space must be purged of air by nitrogen or other means.

TP8 A portable tank having a minimum test pressure of 1.5 bar (150 kPa) may be used when the flash point of the hazardous material transported is greater than 0 °C (32 °F).

TP9 A hazardous material assigned to special provision TP9 in Column (7) of the § 172.101 Table may only be transported in a portable tank if approved by the Associate Administrator.

TP10 A lead lining, not less than 5 mm thick, which shall be tested annually, or another suitable lining material approved by the competent authority, is required. A portable tank may be offered for transport after the date of expiry of the last lining inspection for a period not to exceed three months for purposes of performing the next required test or inspection, after emptying but before cleaning.

TP12 This material is considered highly corrosive to steel.

TP13 Self-contained breathing apparatus must be provided when this hazardous material is transported by sea.

TP16 The portable tank must be protected against over and under pressurization which may be experienced during transportation. The means of protection must be approved by the approval agency designated to approve the portable tank in accordance with the procedures in part 107, subpart E, of this subchapter. The pressure relief device must be preceded by a frangible disk in accordance with the requirements in § 178.275(g)(3) of this subchapter to prevent crystallization of the product in the pressure relief device.

TP17 Only inorganic non-combustible materials may be used for thermal insulation of the tank.

TP18 The temperature of this material must be maintained between 18 °C (64.4 °F) and 40 °C (104 °F) while in transportation. Portable tanks containing solidified methacrylic acid must not be reheated during transportation.

TP19 The calculated wall thickness must be increased by 3 mm at the time of construction. Wall thickness must be verified ultrasonically at intervals midway between periodic hydraulic tests (every 2.5 years). The portable tank must not be used if the wall thickness is less than that prescribed by the applicable T code in Column (7) of the Table for this material.

TP20 This hazardous material must only be transported in insulated tanks under a nitrogen blanket.

TP21 The wall thickness must not be less than 8 mm. Portable tanks must be hydraulically tested and internally inspected at intervals not exceeding 2.5 years.

TP22 Lubricants for portable tank fittings (for example, gaskets, shut-off valves, flanges) must be oxygen compatible.

TP24 The portable tank may be fitted with a device to prevent the build up of excess pressure due to the slow decomposition of the hazardous material being transported. The device must be in the vapor space when the tank is filled under maximum filling conditions. This device must also prevent an unacceptable amount of leakage of liquid in the case of overturning.

TP25 Sulphur trioxide 99.95% pure and above may be transported in tanks without an inhibitor provided that it is maintained at a temperature equal to or above 32.5 °C (90.5 °F).

TP26 The heating device must be exterior to the shell. For UN 3176, this requirement only applies when the hazardous material reacts dangerously with water.

TP27 A portable tank having a minimum test pressure of 4 bar (400 kPa) may be used provided the calculated test pressure is 4 bar or less based on the MAWP of the hazardous material, as defined in § 178.275 of this subchapter, where the test pressure is 1.5 times the MAWP.

TP28 A portable tank having a minimum test pressure of 2.65 bar (265 kPa) may be used provided the calculated test pressure is 2.65 bar or less based on the MAWP of the hazardous material, as defined in § 178.275 of this subchapter, where the test pressure is 1.5 times the MAWP.

TP29 A portable tank having a minimum test pressure of 1.5 bar (150.0 kPa) may be used provided the calculated test pressure is 1.5 bar or less based on the MAWP of the hazardous materials, as defined in § 178.275 of this subchapter, where the test pressure is 1.5 times the MAWP.

TP30 This hazardous material may only be transported in insulated tanks.

TP31 This hazardous material may only be transported in tanks in the solid state.

TP32 Portable tanks may be used subject to the following conditions:

une. Each portable tank constructed of metal must be fitted with a pressure-relief device consisting of a reclosing spring loaded type, a frangible disc or a fusible element. The set to discharge for the spring loaded pressure relief device and the burst pressure for the frangible disc, as applicable, must not be greater than 2.65 bar for portable tanks with minimum test pressures greater than 4 bar

b. The suitability for transport in tanks must be demonstrated using test 8(d) in Test Series 8 (see UN Manual of Tests and Criteria, Part 1, Sub-section 18.7) (IBR, see § 171.7 of this subchapter) or an alternative means approved by the Associate Administrator.

TP33 The portable tank instruction assigned for this substance applies for granular and powdered solids and for solids which are filled and discharged at temperatures above their melting point which are cooled and transported as a solid mass. Solid substances transported or offered for transport above their melting point are authorized for transportation in portable tanks conforming to the provisions of portable tank instruction T4 for solid substances of packing group III or T7 for solid substances of packing group II, unless a tank with more stringent requirements for minimum shell thickness, maximum allowable working pressure, pressure-relief devices or bottom outlets are assigned in which case the more stringent tank instruction and special provisions shall apply. Filling limits must be in accordance with portable tank special provision TP3. Solids meeting the definition of an elevated temperature material must be transported in accordance with the applicable requirements of this subchapter.

TP36 For material assigned this portable tank special provision, portable tanks used to transport such material may be equipped with fusible elements in the vapor space of the portable tank.

TP37 IM portable tanks are only authorized for the shipment of hydrogen peroxide solutions in water containing 72% or less hydrogen peroxide by weight. Pressure relief devices shall be designed to prevent the entry of foreign matter, the leakage of liquid and the development of any dangerous excess pressure. In addition, the portable tank must be designed so that internal surfaces may be effectively cleaned and passivated. Each tank must be equipped with pressure relief devices conforming to the following requirements:

Concentration of hydrogen per peroxide solution Total 1
52% or less 11
Over 52%, but not greater than 60% 22
Over 60%, but not greater than 72% 32

1 Total venting capacity in standard cubic feet hour (S.C.F.H.) per pound of hydrogen peroxide solution.

TP38 Each portable tank must be insulated with an insulating material so that the overall thermal conductance at 15.5 °C (60 °F) is no more than 1.5333 kilojoules per hour per square meter per degree Celsius (0.075 Btu per hour per square foot per degree Fahrenheit) temperature differential. Insulating materials may not promote corrosion to steel when wet.

TP39 The portable tank instruction T4 prescribed may continue to be applied until December 31, 2018.

TP40 The portable tank must not be transported when connected with spray application equipment.

TP41 The portable tank instruction T9 may continue to be applied until December 31, 2018.

TP44 Each portable tank must be made of stainless steel, except that steel other than stainless steel may be used in accordance with the provisions of § 173.24b(b) of this subchapter. Thickness of stainless steel for tank shell and heads must be the greater of 7.62 mm (0.300 inch) or the thickness required for a portable tank with a design pressure at least equal to 1.5 times the vapor pressure of the hazardous material at 46 °C (115 °F).

TP45 Each portable tank must be made of stainless steel, except that steel other than stainless steel may be used in accordance with the provisions of 173.24b(b) of this subchapter. Thickness of stainless steel for portable tank shells and heads must be the greater of 6.35 mm (0.250 inch) or the thickness required for a portable tank with a design pressure at least equal to 1.3 times the vapor pressure of the hazardous material at 46 °C (115 °F).

TP46 Portable tanks in sodium metal service are not required to be hydrostatically retested.

TP47 The 2.5 year internal examination may be waived or substituted by other test methods or inspection procedures specified by the competent authority or its authorized body, provided that the portable tank is dedicated to the transport of the organometallic substances to which this tank special provision is assigned. However this examination is required when the conditions of § 180.605(f) are met.


Voir la vidéo: CPM and PERT