Panzer II Ausf F

Panzer II Ausf F

Panzers légers allemands, 1932-1942, Bryan Perrett. Il s'agit d'un livre bien équilibré qui combine une discussion technique sur les différents types de chars légers, un aperçu des divisions Panzer et de leur équipement et des tactiques de champ de bataille et de l'expérience des forces de chars légers allemands. [voir plus]


SdKfz 123 Panzerspahwagen II (Luchs)

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 09/06/2019 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

La première collection de chars de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) était composée des séries Panzer I, Panzer II, Panzer III et Panzer 4. Le Panzer I est devenu davantage un véhicule de soutien d'infanterie et le Panzer II a été développé pour soutenir cette offre en offrant une meilleure protection blindée et un meilleur armement. Le Panzer III devait combattre les chars ennemis de front et le Panzer 4 devait servir d'appui-feu. Bien sûr, la situation de guerre a finalement dicté de véritables rôles sur le champ de bataille et, en tant que tels, beaucoup ont évolué dans des directions différentes au-delà de celles prévues et une pléthore de variantes de production a rapidement émergé.

L'une des évolutions les plus avancées du système Panzer II est devenue le SdKfz 123 Panzerkampfwagen II Ausf. L "Luchs" (qui signifie "Lynx") (VK 1303). Il était également connu sous le nom de "Panzerspahwagen II" car il a été développé pour servir le rôle dédié de reconnaissance à grande vitesse. À la fin de sa phase de développement, le Luchs présentait très peu (voire aucune) des lignes de conception vues dans la série originale de chars légers Panzer II - il équipait une véritable tourelle à canon, chevauchant des roues de route (le seul Panzer II à faire donc), et a tenu un équipage de quatre sous protection - essentiellement un tout nouveau char.

Le Luchs a été développé comme une amélioration par rapport au Panzer II Ausf antérieur. M (VK 1301) qui était lui-même destiné à être associé à l'Ausf. modèle H. L'Ausf. M devait être équipé d'un canon de 50 cm KwK 39/I comme armement standard mais n'a finalement été testé qu'avec un canon principal de 20 cm KwK 38 L/55. Le Luchs a été développé à partir de ce travail dans le but de réduire la vitesse de conception ainsi que d'introduire des capacités de cross-country intrinsèquement fortes - quelque chose qui manquait décidément au Panzer II d'origine. Avec ces qualités, les Luchs pouvaient correctement reconnaître les positions ennemies sous protection depuis n'importe quel point juste à l'extérieur du principal secteur d'opération des forces allemandes. Un système de suspension à barre de torsion permettrait la qualité hors route nécessaire et les grandes roues qui se chevauchent aideraient à déplacer le poids sur le sol. Les ajustements radio seraient standard et incluraient les ensembles FuG12 et FuG Spr.Ger f. Les dimensions hors tout sont devenues une longueur de 4,63 mètres, une largeur de 2,48 mètres et une hauteur de 2,2 mètres. Le poids était de 11,8 tonnes.

Les autorités allemandes ont été suffisamment impressionnées par les modifications qu'une commande de quelque 700 ou 800 (les sources varient) chars de reconnaissance Luchs. Les 100 premiers de la ligne devaient transporter le canon de 20 mm (330 obus) tandis que toutes les livraisons futures verraient le char équipé d'un canon principal de 50 cm. Les deux versions auraient une mitrailleuse MG34 de 7,92 mm comme raccord coaxial avec 2 250 cartouches transportées. La conception de la tourelle plus grande offrirait des options de puissance de feu considérablement meilleures par rapport à la marque Panzer II d'origine.

La puissance d'entraînement des Luch provenait d'un moteur à essence Maybach HL66P 6 cylindres en ligne de 180 chevaux. Celui-ci était associé à la boîte de vitesses à six vitesses ZF Aphon SSG48. Les spécifications de performance présentées étaient des vitesses sur route de 37 miles par heure et des plages opérationnelles allant jusqu'à 161 miles (96 miles en cross-country).

L'entreprise MAN a entrepris la production en série de la conception Luchs et a géré les 100 premiers véhicules de la période allant de septembre 1943 à janvier 1944. Cependant, leur fiabilité sur le terrain a rapidement été remise en question et la vétusté générale du Panzer II a été clairement apparent. Tels étaient les problèmes avec la ligne que la commande allemande pour les centaines était maintenant réduite au seul lot original de 100. Cela a laissé la variante prévue à 50 cm de bras abandonnée.

Le Luchs était principalement exploité par l'intermédiaire de deux compagnies de l'armée allemande, tandis qu'une partie du stock était également répartie entre de plus petites unités de reconnaissance si nécessaire. La série s'est battue jusqu'aux derniers jours de la guerre avant qu'elle ne soit définitivement abandonnée.


Historique du char Panzer II Ausf.F :

Les Panzer II est le nom commun utilisé pour une famille de chars allemands utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale. La désignation officielle allemande était Panzerkampfwagen II (en abrégé PzKpfw II).

Bien que le véhicule ait été conçu à l'origine comme un pis-aller tandis que des chars plus gros et plus avancés étaient développés, il a néanmoins joué un rôle important dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale, pendant les campagnes de Pologne et de France. Le Panzer II était le char le plus nombreux des divisions Panzer allemandes au début de la guerre. Il a été utilisé à la fois en Afrique du Nord contre les Alliés occidentaux et sur le front oriental contre l'Union soviétique.

Le Panzer II a été supplanté par les chars moyens Panzer III et IV en 1940/1941. À la fin de 1942, il avait été en grande partie retiré du service de première ligne et il était utilisé pour l'entraînement et sur les fronts secondaires. Les tourelles des Panzer Is et Panzer II alors obsolètes ont été réutilisées comme tourelles à canon sur des bunkers défensifs spécialement construits, en particulier sur le mur de l'Atlantique. La production du char lui-même a cessé en janvier 1944, mais son châssis est resté utilisé comme base de plusieurs autres véhicules blindés, principalement de l'artillerie automotrice et des chasseurs de chars tels que le Wespe et le Marder II respectivement.

Apprenez-en plus sur le véritable char panzer qui a inspiré le jeu de chars COBI Panzer II Ausf.F ici sur Wikipedia.

À propos des ensembles de briques Cobi :

Les ensembles de briques Cobi sont compatibles avec toutes les autres marques de briques de qualité supérieure. Les briques Cobi sont fabriquées en Pologne (Union européenne) et les ensembles sont remplis de pièces uniques conçues uniquement pour ajouter du réalisme à chaque ensemble. Ces ensembles peuvent nécessiter plus d'attention pour la construction en raison des nombreuses pièces et de l'approche « en couches » que les ensembles Cobi Brick utilisent. Les ensembles de briques Cobi sont livrés avec des instructions colorées très détaillées et faciles à utiliser.

Vous ne voyez pas un ensemble que vous recherchez ? Veuillez utiliser le formulaire de demande d'ensemble COBI ici. Nous sommes très petits et ajoutons autant d'ensembles que possible. Si vous êtes prêt à pré-commander, nous sommes généralement en mesure d'ajouter le(s) ensemble(s) à notre commande nette. Nous réorganisons généralement nos commandes toutes les semaines/toutes les deux semaines.

Warbricks.com est une petite entreprise familiale. Nous soutenons tous nos produits et voulons que vous sachiez que les briques Cobi sont compatibles avec d'autres briques de construction de qualité supérieure. Nous avons commencé Warbricks après avoir vu à quel point nos propres enfants aimaient jouer avec les chars et les avions Cobi. Nous pensons que votre famille et vos proches les aimeront aussi.

À quoi s'attendre lors de votre commande :

Une fois votre commande traitée, vous recevrez un e-mail avec un numéro de suivi qui indique, sur une carte, où se trouve votre envoi dans le pays ! Nous représentons toujours correctement notre inventaire et s'il y a un problème ou si nous commettons une erreur, nous vous contacterons et vous informerons dès que possible ! Nous essayons de répondre rapidement à toutes les demandes des clients, mais n'oubliez pas que nous équilibrons le travail, l'école et la vie de famille ! Vous pouvez nous contacter ici ou utiliser la boîte de discussion à l'écran. Nous essaierons toujours de répondre et de répondre à vos préoccupations. Consultez notre politique de retour ici.

N'oubliez pas de partager vos photos de construction COBI avec nous ! Nous avons notre propre page communautaire conviviale pour les familles où vous pouvez voir toutes les actualités cobi à venir ! C'est gratuit de s'inscrire


SdKfz 121 Panzer II

Rédigé par : Dan Alex | Dernière édition : 25/06/2019 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

Alors que le développement du Pz.Kpf.W. Le char léger I (Panzer I) (Sd.Kfz. 121) était toujours en cours, le Pz.Kpf.W. Le char léger II (Panzer II) était déjà conçu comme une série de modèles de chars provisoires pour combler le fossé entre l'ancien char léger et les chars moyens Pz.Kpf.W III (Panzer III) et Pz.Kpf.W IV projetés. Le Panzer III et le Panzer IV connaissaient tous deux des retards de projet, de sorte qu'une conception provisoire est devenue une nécessité ultime pour Hitler, déterminé à entrer en guerre avant même que son armée ne soit prête à en faire une. Le plan était de produire une version mieux armée et blindée d'un char léger pour renforcer les limites du Panzer I ainsi que pour fournir une formation inestimable aux équipages de chars. Les plans d'un tel système étaient déjà en cours lors de la première production de Panzer I Ausf. Comme ils n'avaient pas encore quitté l'usine. Le Panzer II a continué à former une grande partie des groupes d'invasion allemands affluant en Pologne et en France et a également vu des combats le long du front est en Russie bien que le système soit alors presque obsolète.

Remarque : Pour aider le lecteur, il est important de noter la convention de désignation allemande pour ses véhicules militaires. L'abréviation Pz.Kpf.W. couvre "Panzerkampfwagen" et se traduit par "véhicule de combat blindé". De même, l'abréviation Sd.Kfz. couvre « Sonderkraftfahrzeug » et se traduit par « véhicule à moteur spécial ». Ausf est le terme général utilisé pour couvrir « modèle » ou « marque » en présentant une variante de note. Compte tenu de tout cela, le Panzer III peut également être connu sous la désignation de Pz.KpfW. II ainsi que Sd.Kfz. 121 tandis que toutes les variantes du modèle sont couvertes par la convention d'Ausf. A, Ausf. B, Ausf. C et ainsi de suite. "Ausf." est la forme abrégée du mot "Ausfuhrung" signifiant simplement "modèle" ou "conception".

Le Panzer II est né d'une exigence du département allemand de l'artillerie promulguée en 1934, proposant cette fois un développement de char léger de 10 tonnes avec un canon de 20 mm et un armement de mitrailleuse de 7,92 mm. Comme ce fut le cas lors du développement du Panzer I, il devint pratique courante pour la nouvelle Allemagne, désormais entièrement sous Hitler, de contourner les règles du traité de Versailles et de développer ses systèmes de guerre sous divers déguisements pacifiques tels que l'équipement agricole. Le traité de Versailles a été imposé à l'Allemagne après la Première Guerre mondiale par les vainqueurs et a sévèrement restreint les capacités de production de guerre des nations. L'armée d'après-guerre était désormais limitée à 100 000 personnes et aucun développement ni production de chars ou d'avions n'était autorisé, à l'exception de quelques types de véhicules de sécurité. En tant que tel, cette nouvelle conception de char léger tomba sous la désignation de « Landwirtschaftlicher Schlepper 100 » (ou « LaS 100 ») sous le prétexte qu'il s'agissait d'un tracteur agricole. Les firmes allemandes Krupp, Henschel et MAN ont été mises en concurrence, chacune ayant obtenu des contrats de développement, MAN s'imposant malgré l'expérience de Krupp dans le développement du Panzer I et la soumission d'un design beaucoup plus simple cette fois-ci. MAN serait responsable du nouveau châssis tandis que Daimler-Benz se verrait confier la construction de la superstructure et de la tourelle.

Plusieurs prototypes du MAN Panzer II ont émergé en 1935 tandis que le développement s'est poursuivi jusqu'en 1937. En juillet de la même année, le Panzer II était autorisé et prêt pour la production et en 1939, quelque 1 226 Panzer II étaient en circulation. L'invasion de la Pologne a eu lieu le 1er septembre et l'invasion de la France a suivi en 1940. Malgré leurs limitations au combat lors des deux invasions précédentes, au moins 1 000 Panzer II étaient encore disponibles pour l'invasion de l'Union soviétique en 1941, certains étant maintenant équipés avec des canons principaux français de 37 mm pour aider à compenser leurs capacités de puissance de feu limitées initiales.

Alors que le Panzer I s'est avéré le fer de lance de ces premiers assauts d'invasion, le Panzer II a constitué l'épine dorsale de ces premières incursions. Sous-alimenté, sous-blindé et légèrement armé comme le Panzer Is avant eux, le Panzer II a également connu ses difficultés sur le champ de bataille - en particulier contre les armes antichars à courte portée. Néanmoins, Hitler était avide de guerre, le temps presse et ses Panzer III et Panzer IV les plus meurtriers vont bientôt être mis en ligne. En 1942, environ 866 Panzer II étaient encore disponibles bien que, à ce moment-là, le système ait inévitablement atteint sa fin de combat - étant totalement surclassé par les nouveaux blindés allemands et alliés entrants. Des conversions antichars astucieuses du châssis Panzer II ont rapidement suivi dans un effort quelque peu économique pour prolonger la durée de vie du châssis.

Pour l'observateur occasionnel, le Panzer II peut partager certaines similitudes avec le Panzer I, mais c'était une machine nettement différente à bien des égards. Le système était alimenté par un moteur à essence Maybach refroidi par eau tandis que le premier Panzer I équipait un moteur refroidi par air conçu par Krupp qui s'est avéré largement sous-alimenté et donc sous-performé pour le rôle. En tant que tel, un moteur Maybach six cylindres refroidi par eau a été sélectionné pour le Panzer I Ausf amélioré. Le modèle B et les moteurs Maybach (de différents types) devinrent désormais un standard de l'armée allemande et la ligne Panzer II ne fit pas exception.

Le char équipait cinq roues à pneus en caoutchouc d'un côté de la voie. L'Ausf. Les versions A, B et C équipaient ces roues de ressorts à lames tandis que l'Ausf. Les versions D et E ont introduit une suspension à barre de torsion de type Christie avec des roues plus grandes qui ont amélioré la mobilité et la vitesse maximale. L'équipage du Panzer II a été augmenté d'un pour englober trois personnes. Ils étaient composés du conducteur, de l'opérateur radio et du commandant, ce dernier faisant également office de mitrailleur de char. Le pilote et l'opérateur radio étaient tous deux situés dans la coque, le pilote étant décalé à gauche de la coque avant et le radioman assis sous la tourelle avec le dos tourné vers l'avant de la coque. A l'instar du Panzer I, le commandant/tireur conservait son poste dans une tourelle à manivelle et, tout en étant responsable de la gestion des actions de son équipage, était également chargé du chargement, de la visée et du tir des armes embarquées. La communication du commandant au conducteur dans tout l'intérieur malodorant et bruyant a été réalisée via un tube vocal. La tourelle était montée vers l'avant de la superstructure et déportée vers la gauche (le Panzer I déportait sa tourelle vers la droite). L'arrière de la coque était dominé par le moteur refroidi par liquide tandis que la transmission était située à l'avant de la conception.

Les ports de vision étaient nombreux le long de la tourelle et de la superstructure pour permettre une meilleure visibilité vers l'extérieur de l'équipage. Le commandant et le radio sont entrés / sortis du véhicule par une trappe fendue sur le dessus de la tourelle (dans les modèles Panzer II Ausf. A à F), mais cette méthode a officiellement cédé la place à une trappe à charnière plus simple sur l'emplacement de la coupole d'un commandant qui comportait également huit blocs de vision commençant par l'Ausf. F en 1940. Le conducteur avait accès à une trappe à charnière latérale située le long du haut de la plaque de glacis à la coque avant. Son port de vision principal était une longue affaire rectangulaire à la face avant de la superstructure avec une vision secondaire sur les côtés.

L'armement a été légèrement amélioré par rapport aux mitrailleuses 2 x 7,92 mm que l'on trouve sur le Panzer I. Le Panzer II était équipé d'un canon automatique plus puissant de 20 mm à 2 cm Kw.K 30 L/55 (ou Kw.K 38 L/55) décalé. sur le côté gauche de la tourelle en acier soudé et a conservé une mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm montée de manière coaxiale le long du côté droit de la tourelle pour la défense anti-infanterie. Le canon automatique était équipé d'un chargeur de 10 cartouches et était étrangement limité au tir entièrement automatique, ce qui entraînait la pratique standard de tirer avec l'arme en rafales contrôlées. La cadence de tir était impressionnante de 280 coups par minute. Dix-huit chargeurs supplémentaires de 10 cartouches pouvaient être stockés dans le réservoir lui-même, ce qui permettait de disposer de 180 projectiles au total. La visée pouvait être effectuée à l'aide de viseurs fixes conventionnels le long du canon (en regardant par le port de vision) ou à l'aide d'un télescope optique de puissance 2,5 lorsque le char était "boutonné".

Le premier Panzer II de production est devenu le Pz.Kpf.W II Ausf. A et était plutôt faiblement blindé le long de ses parements avant (15 mm au plus épais). Les actions lors de l'invasion de la Pologne en septembre 1939 ont prouvé qu'une telle protection était inutile contre les outils antichars à courte portée, ce qui a amené l'armée allemande à émettre des plaques de blindage en acier boulonnées à partir de 1940 (assez intéressant, cette pratique a survécu dans le champ de bataille moderne d'aujourd'hui où un blindage réactif explosif est ajouté au blindage en acier existant pour une protection supplémentaire contre les obus et les missiles antichars). L'Ausf. A comportait cinq roues de route sur ressorts à lames et pouvait atteindre jusqu'à 25 milles à l'heure avec une autonomie de 125 milles sur un système de transmission manuelle amélioré. Le poids était de 9 tonnes et les livraisons ont commencé en 1935, le service commençant en juillet 1937. La puissance était dérivée d'un moteur à essence Maybach refroidi par liquide de 130 chevaux.

Le Pz.Kpf.W. II Ausf. B était essentiellement similaire à l'Ausf. A et présentait de légers changements, notamment la mise en œuvre d'un moteur de 140 chevaux et d'un blindage frontal plus épais. Le poids a été répertorié à 8,5 tonnes avec cette révision. Il a finalement remplacé l'Ausf. Un modèle le long des lignes de production à partir de décembre 1937 mais fut lui-même remplacé par l'Ausf amélioré. modèle C.

L'Ausf. C a été introduit en 1937 et est entré en vigueur à partir de juin 1938 avec une production continue jusqu'en avril 1940. L'Ausf. C est devenu le Panzer II quantitatif le plus élevé disponible pour l'armée allemande. Le blindage frontal a été une fois de plus amélioré et les roues de route sont devenues cinq systèmes à ressorts indépendants de chaque côté de la voie. La production était répartie entre Alkett, FAMO, Daimler-Benz, Henschel, MAN, MIAG et Wegmann. Les vitesses de pointe ont atteint 25 milles à l'heure sur route et 12 milles à l'heure hors route. La puissance était dérivée d'un seul moteur à essence Maybach HL 62 TRM 6 cylindres en ligne développant 140 chevaux. La portée était de 93 milles sur route et de 62 milles en cross-country.

Le Pz.Kpf.W. II Ausf.D a été introduit au début de 1938 et a apporté avec lui un nouveau système de suspension à barre de torsion de type Christie avec quatre roues de grand diamètre. Ce changement a amélioré la mobilité des véhicules et permis des vitesses de route allant jusqu'à 34 miles par heure (bien que la vitesse de cross-country était en fait plus lente que celle des modèles de production précédents). L'Ausf-D arborait une toute nouvelle coque et superstructure mais conservait la tourelle de l'Ausf. modèle C. La transmission manuelle de l'Ausf. Les modèles A, B et C ont été abandonnés au profit d'un système de transmission automatique dans l'Ausf. D. MAN a terminé la production de mai 1938 à août 1939. Ces unités ont combattu dans la campagne de Pologne et ont servi jusqu'en mars 1940.

Le Pz.Kpf.W. II Ausf. E était essentiellement similaire à l'Ausf. D sauf quelques modifications mineures à son système de suspension. Ausf. Les modèles E ont été alignés côte à côte avec leur Ausf. homologues D.

Le Pz.Kpf.W. II Ausf. F est devenu la dernière forme de production majeure du Panzer II et était basé sur l'Ausf. Modèle de production C. Ce modèle particulier a été désigné comme un char de reconnaissance. Le système de suspension a été révisé ainsi que la coupole du commandant. Apparue pour la première fois en 1940, la production de FAMO a produit 524 exemplaires au total, les chiffres quantitatifs étant atteints au début de 1942 et se poursuivant jusqu'en décembre 1942. L'Ausf. Le F était visuellement différent de ses prédécesseurs en ce sens qu'il arborait une coque avant redessinée et, à l'intérieur, il équipait un blindage frontal supplémentaire (jusqu'à 35 mm à son maximum). Le poids dépassait maintenant les 11 tonnes et obligeait à réduire la vitesse de pointe. Alors que l'introduction du système de suspension de type Christie des modèles antérieurs dégradait les performances tout-terrain, l'Ausf. F est revenu à un système de suspension à ressort à lames. Puissance pour l'Ausf. F était dérivé d'un seul moteur essence Maybach HL45P 6 cylindres développant 140 chevaux. La vitesse sur route a été répertoriée à 34 miles par heure avec une portée maximale égale à 125 miles. Le passage à gué était possible jusqu'à 2 pieds, 10 pouces et des pentes allant jusqu'à 50 pour cent étaient réalisables. Le passage d'obstacles verticaux était limité à 1 pied 5 pouces et la traversée sur des profondeurs de tranchée de 5 pieds 9 pouces était réalisable.

Suivant les mêmes lignes que l'Ausf. F, l'Ausf. Le J a également été conçu comme un char de reconnaissance mais avec une meilleure protection blindée (jusqu'à 80 mm le long des parements avant). L'Ausf. J était propulsé par un moteur Maybach HL45P (le même que l'Ausf. F) et équipé d'un canon automatique Kw.K 38 L/55 de 2 cm. MAN n'en a produit que 22 entre avril et décembre 1942 et plusieurs d'entre eux ont vu des actions le long du front est.

Développements Panzer II

Le Panzerspahwagen II Luchs (ou "Lynx" et officiellement désigné comme le Sd.Kfz. 123) transportait également le Pz.Kpf.W. II, mais était essentiellement un type différent de char léger conçu spécifiquement pour le rôle de reconnaissance à grande vitesse tout-terrain. Ils ont conservé un design extérieur différent de celui des Panzer II Ausf. versions, avec un profil plutôt robuste abritant un moteur plus puissant de 180 chevaux. Cinq grandes roues se chevauchant ont été montées sur un côté de la voie ainsi qu'une suspension à barre de torsion. La superstructure relativement haute équipait la tourelle de déplacement de l'armement principal applicable. Le nouveau véhicule pesait 12,79 tonnes. Les Luchs disposaient également d'un équipage de quatre personnes (conducteur, commandant, artilleur dédié et radioman) - une augmentation d'un par rapport à la base et au Panzer II d'origine - et pouvaient atteindre des vitesses allant jusqu'à 37,7 milles à l'heure. L'armement était un canon automatique de 20 mm lié à une mitrailleuse coaxiale de 7,92 mm avec une visée à distance réalisée via un viseur optique. MAN a entrepris la production d'au moins 100 de ces développements intéressants à partir de septembre 1943 et jusqu'en janvier 1944, mais les plans pour un modèle 50 mm amélioré par la suite ont finalement été abandonnés. Le plan initial prévoyait 800 chars Luchs, les 100 premiers étant le modèle armé de 20 mm et le dernier lot devenant le modèle armé de 50 mm. Malgré sa production limitée, le Luchs a vu des opérations de combat sur les deux fronts jusqu'à la fin de la guerre, déployées par la 116e Panzer Division à l'Ouest. S'attendant à rencontrer des actions beaucoup plus violentes à l'Est, les Luchs allemands ont été équipés d'un blindage supplémentaire.

Le châssis Panzer II a été modifié sous diverses formes notables. L'une des premières formes était le modèle amphibie Panzerkampfwagen II mit Schwimmkorper destiné à l'invasion du continent britannique par le biais de « l'opération Sea Lion ». Ce char arborait une hélice propulsée par le moteur interne et pouvait atteindre des vitesses de 6 milles à l'heure en mer. 1940 a vu la mise en œuvre du Flammpanzer II, un char de 12 tonnes utilisant un double lance-flammes basé sur le châssis du Panzer II et a été présenté dans une série de 95 à 100 exemplaires en 1942 dans les deux Ausf. A et Ausf. formes B. Ceux-ci se sont avérés être trop légèrement blindés dans la pratique.

Alors que les capacités de combat du char léger panzer II diminuaient inévitablement au fur et à mesure que la guerre avançait, d'autres développements puissants sont rapidement entrés en jeu. Les Allemands sont devenus des maîtres dans l'art de prendre de vieux chars et de les réimaginer pour en faire des outils de champ de bataille viables une fois de plus (cela a également été fait avec les systèmes français et tchèques capturés). Le châssis Panzer II a servi de base au canon automoteur Marder II, équipé d'une arme antichar allemande de 7,5 cm. De 1942 à 1943, quelque 531 Panzer II sont devenus des Marder II. Le Wespe ("Wasp") est devenu un canon automoteur basé sur le châssis Panzer II et équipait le canon principal de 10 cm, vu la production de 1943 à 1944 auquel quelque 682 châssis Panzer II ont été convertis en tant que tels. Une version de canon automoteur à écartement du châssis Panzer II équipant le canon 5 cm Pa.K 38 est devenue le « 5 cm PaK 38 auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II ». Les canons soviétiques capturés de 76,2 mm ont été montés sur le châssis Panzer II pour devenir le "7.62-cm PaK 36(r) auf Fahrgestell Panzerkampfwagen II Ausf. D".

Dans l'ensemble, le Panzer II semblait la prochaine étape logique de la famille Panzer. Il était légèrement meilleur que le Panzer I avant lui, mais pas à la hauteur des chars moyens déployés par les Alliés. La facette la plus intéressante de l'héritage du Panzer II est peut-être son utilisation en tant qu'armes modifiées ou converties qui ont donné une nouvelle vie à la série. Y compris toutes ses conversions, le Panzer II a servi pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale et a été produit dans près de 2 000 exemplaires de production.


Avis sur IPMS/États-Unis

DavidDoyleBooks.com (Ampersand Publishing) de Memphis TN, est de retour avec un autre livre Military Vehicle intitulé German Panzer II - Une histoire visuelle du char léger de l'armée allemande de la Seconde Guerre mondiale, par l'auteur populaire David Doyle. Toute personne familière avec la littérature et la recherche sur la modélisation des armures reconnaîtra cette combinaison faisant autorité, et cette dernière version ne vous décevra pas.

En parcourant ma bibliothèque personnelle de peut-être 200 titres, je peux repérer plusieurs des livres de M. Doyle, y compris 251 Histoire visuelle de demi-piste et Tigre I en action, et, bien sûr, ma copie battue à mort de Véhicules militaires allemands, entre autres. Si vous construisez des modèles d'armure depuis un certain temps, vous connaissez probablement aussi son travail.

Panzer II allemand se présente sous la forme d'un livre à couverture rigide, axé sur le paysage et suit le format du précédent de M. Doyle Histoire visuelle volumes, contenant des images haute résolution imprimées sur du papier épais et de haute qualité.

Le livre commence par une table des matières et une brève introduction aux principales variantes du PzKpfw II. Ensuite, vous êtes sur le vif du livre, quelque part dans le voisinage de 200 images de guerre grand format, en noir et blanc, chacune avec une légende détaillée qui couvre l'équipement inhabituel et/ou les marques trouvées.

Je lis des livres et parcourt Internet depuis une vingtaine d'années et je n'ai pas encore rencontré la majorité des photographies contenues dans ce livre. M. Doyle a pu accéder et travailler avec des ressources qui, ensemble, ont produit une collection de photographies assez surprenante pour ce vénérable bourreau de travail de la Wehrmacht allemande.

  • Pz.Kpfw. II Ausf. une
  • Pz.Kpfw. II Ausf. b
  • Pz.Kpfw. II Ausf. c et A-C tôt
  • Pz.Kpfw. II Ausf. c, A, B, C modifié
  • Pz.Kpfw. II Ausf. ré
  • Pz.Kpfw. II (F) Ausf. A & B
  • Pz.Kpfw. II Ausf. F
  • Pz.Kpfw. II Ausf. g
  • Pz.Kpfw. II Ausf. J
  • Pz.Kpfw. II "Lynx"

Personnellement, j'ai particulièrement apprécié les nombreuses (nouvelles) images de moteurs lourds tractant de l'artillerie et les photos intéressantes de véhicules en maintenance sur le terrain.

Je recommande fortement cette dernière offre de David Doyle par Ampersand Publishing. Les images contenues dans ce livre sont de la plus haute qualité - nettes, nettes et soigneusement sélectionnées pour être utiles aux modélistes et aux historiens, et les recherches de M. Doyle sont de premier ordre. Parallèlement à ses précédentes sorties, Panzer II allemand appartient à l'étagère de n'importe quel modeleur d'armure.


SD.KFZ. 121 Panzer II Ausf. F - 420 Pièces (Collection Historique Seconde Guerre Mondiale)

Les « livres de bonnes affaires » sont des articles neufs qui présentent des défauts physiques mineurs dus à l'expédition ou à la manipulation qui n'affectent pas l'utilisation de l'article. Tous les livres de bonnes affaires sont vendus tels quels et toutes les ventes sont finales (aucun retour, échange ou annulation). Les livres de bonnes affaires resteront dans le panier jusqu'à 12 heures et seront ensuite supprimés si la commande n'est pas terminée. Les commandes composées d'articles réguliers et d'offres peuvent être achetées par carte de crédit ou PayPal et sont expédiées ensemble (avec deux bons de livraison).

Cet article est un fichier de téléchargement numérique et n'est pas un produit imprimé ou physique. À la fin du paiement, vous recevrez un e-mail avec un lien vous permettant de télécharger le fichier et de l'enregistrer sur votre appareil local. Veuillez noter que les ebooks et autres téléchargements de médias numériques ne sont pas remboursables et que toutes les ventes sont finales.

Si l'action est ce que vous recherchez, ces ensembles de construction en briques historiques de la Seconde Guerre mondiale sont parfaits pour ajouter de l'excitation à n'importe quelle brique ou collection historique. Les ensembles de haute qualité de la série Small Army World War II sont tous modélisés à partir d'équipements de combat réels utilisés à divers endroits, et des deux côtés, tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Certains véhicules et avions d'après-guerre sont également disponibles. Joignez-vous à plusieurs ensembles pour créer votre propre extravagance authentique sur le champ de bataille ! Les briques COBI sont compatibles avec d'autres marques de construction de briques et sont livrées avec une ou plusieurs figurines (ensembles de figurines également vendus séparément).

Si l'action est ce que vous recherchez, ces ensembles de construction en briques sont parfaits pour ajouter de l'excitation à n'importe quelle collection. Construisez une scène rapide avec certains des plus petits ensembles ou lancez-vous un défi avec des ensembles comprenant des centaines de pièces. Les ensembles de haute qualité de la série Small Army World War II sont tous modélisés à partir d'équipements réels utilisés à divers endroits, et des deux côtés, tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Certains véhicules et avions d'après-guerre sont également disponibles. Joignez-vous à plusieurs ensembles pour créer votre propre extravagance authentique sur le champ de bataille ! Les ensembles COBI sont compatibles avec d'autres marques de construction en briques et sont livrés avec une ou plusieurs figurines (ensembles de figurines également vendus séparément).

Avertissement : petites pièces présentant un risque d'étouffement. Pas pour les enfants de moins de 3 ans.

Si l'action est ce que vous recherchez, ces modèles de briques de construction sont parfaits pour ajouter de l'excitation à n'importe quelle collection. Construisez une scène rapide avec certains des plus petits ensembles ou lancez-vous un défi avec un ensemble comprenant des centaines de pièces. La série Military a tout ce dont vous auriez besoin pour construire une extravagance sur le champ de bataille ! Des jeeps aux camions en passant par les chars et les avions, ces petits soldats ont une grande puissance de feu. Les ensembles Cobra Military ajoutent une nouvelle dimension aux ensembles Small Army - donnant un air de furtivité et de forces d'élite à la ligne. Les ensembles Advanced Builder comblent le fossé entre Small Army et Cobra Military avec des ensembles dont la taille varie de 30 à plus de 1000 pièces. Les Chevaliers sont courageux et chevaleresques dès la sortie de la boîte. Leurs livrées et leurs forteresses inspirent des rêves d'autrefois. À Rome, construisez comme les Romains avec l'ensemble Romains et barbares qui est imprégné d'histoire et des outils amusants de l'Empire romain. Avec les kits de construction, vous pouvez créer des équipements de construction entièrement fonctionnels. La Mini Collection vous permet de combler les trous que vous pourriez avoir dans n'importe quel ensemble de blocs de construction. Les kits IMEX sont compatibles avec d'autres marques de briques de construction et sont livrés avec une ou plusieurs figurines. Veuillez consulter notre site Web pour des images colorées de chaque ensemble. -Zach


Panzer 1 Ausf C/F & Rare Panzer IIs - fichier photo

Publier par poêleb » 26 août 2005, 03:55

En parcourant mes fichiers, j'ai trouvé des images de ces objets relativement rares sur ebay et j'ai pensé les partager. J'espère que quelqu'un d'autre a des images à partager.

EDIT - La première photo est d'un Panzer II Ausf D (belle photo quand même. ), la seconde d'un 1 C (merci bryson)

Publier par poêleb » 26 août 2005, 03:58

EDIT : La dernière image est en fait un Panzer II neue Ausf (VK 1601) selon Spielberger. ne pas avoir une bonne journée aujourd'hui.

Publier par bryson109 » 26 août 2005, 04:16

Merci

Publier par poêleb » 26 août 2005, 04:31

Oups, désolé pour ça, je vais mettre à jour le fil.

Publier par Ponceuse D » 26 août 2005, 10:27

2 autres photos de panzer II aufs D

Les photos proviennent des ventes e-bay expirées.

Publier par mecs médiévaux » 26 août 2005, 15:55

Ici, des photos de l'Auf C (les deux premiers) et du F :

Un autre

Publier par poêleb » 01 sept. 2005, 00:52

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une photo d'un Panzer I C ou F, depuis que j'ai posté une image de ce véhicule rare, j'ai pensé publier la dernière à paraître, voici une autre photo d'un Panzer II neue Ausf (VK 1601) en Russie.

La photo vient d'ebay.de, vomritter est le vendeur.

Publier par Ponceuse D » 01 sept. 2005, 23:50

Verry nive picture Stoveb.

Deuxième photo.

Publier par Effronté » 04 sept. 2005, 04:35

Publier par mecs médiévaux » 04 sept. 2005, 19:14

Je crois que je dois être d'accord avec vous sur celui-ci Brazen. Si vous regardez de près la voie du char, vous remarquerez que les roues intérieures et extérieures ont des motifs similaires et ne sont pas comme le Panzer I auf C rempli à l'extérieur et non à l'intérieur.

Voici une photo que j'ai trouvé de lui aussi (je ne sais pas si vous l'avez déjà vu :

Vous avez trouvé l'erreur.
Prendre plaisir

Merci

Publier par poêleb » 05 sept. 2005, 13:00

Merci pour cela, on dirait que cela se transforme en un fil Panzer II rare.

Merci encore de m'avoir orienté dans la bonne direction - je pensais que les roues semblaient un peu étranges.

Re : merci

Publier par weebobster » 05 sept. 2005, 22:19

Merci pour cela, on dirait que cela se transforme en un fil rare Panzer II.

Merci encore de m'avoir orienté dans la bonne direction - je pensais que les roues semblaient un peu étranges.

Re : ouais !

Publier par Ome_Joop » 06 sept. 2005, 11:26

mecs médiévaux a écrit: Bonjour camarade camarade

Je crois que je dois être d'accord avec vous sur celui-ci Brazen. Si vous regardez de près la voie du char, vous remarquerez que les roues intérieures et extérieures ont des motifs similaires et ne sont pas comme le Panzer I auf C rempli à l'extérieur et non à l'intérieur.


Panzer II Partie I

Le Panzer II était le nom commun d'une famille de chars allemands utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale. La désignation officielle allemande était Panzerkampfwagen II (en abrégé PzKpfw II). Bien que le véhicule ait été conçu à l'origine comme un pis-aller tandis que des chars plus avancés étaient développés, il a néanmoins joué un rôle important dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale, pendant les campagnes de Pologne et de France. À la fin de 1942, il avait été en grande partie retiré du service de première ligne et la production du char lui-même a cessé en 1943. Son châssis est resté utilisé comme base de plusieurs autres véhicules blindés.

En 1934, des retards dans la conception et la production des chars Panzer III et Panzer IV devenaient apparents. Les conceptions d'un réservoir provisoire ont été sollicitées auprès de Krupp, MAN, Henschel et Daimler-Benz. La conception finale était basée sur le Panzer I, mais plus grand, et avec une tourelle supportant un canon antichar de 20 mm. La production a commencé en 1935, mais il a fallu encore dix-huit mois pour que le premier char prêt au combat soit livré.

Le Panzer II était le char le plus nombreux des divisions Panzer allemandes à partir de l'invasion de la France, jusqu'à ce qu'il soit complété par les Panzer III et IV en 1940/41. Par la suite, il a été utilisé à bon escient comme char de reconnaissance.

The Panzer II was used in the German campaigns in Poland, France, the Low Countries, Denmark, Norway, North Africa and the Eastern Front. After being removed from front-line duty, it was used for training and on secondary fronts. The chassis was used for a number of self-propelled guns including the Wespe and Marder II.

The Panzer II was designed before the experience of the Spanish Civil War of 1936-39 showed that shell-proof armor was required for tanks to survive on a modern battlefield. Prior to that, armor was designed to stop machine gun fire and High Explosive shell fragments.

The Panzer II A, B, and C had 14 mm of slightly sloped homogenous steel armor on the sides, front, and back, with 10 mm of armor on the top and bottom. Many IIC were given increased armor in the front. Starting with the D model, the front armor was increased to 30 mm. The Model F had 35 mm front armour and 20 mm side armor.

This armor could be penetrated by towed antitank weapons such as the Soviet 45mm and French canon de 25 and canon de 47.

Most tank versions of the Panzer II were armed with a 2 cm KwK 30 55 calibers long cannon. Some later versions used the 2 cm KwK 38 L/55 which was similar. This cannon was based on the 2 cm FlaK 30 anti-aircraft gun, and was capable of firing at a rate of 600 rounds per minute (280 rounds per minute sustained). The Panzer II also had a 7.92 mm Maschinengewehr 34 machine gun mounted coaxially with the main gun.

The 2 cm cannon proved to be ineffective against many Allied tanks, and experiments were made towards replacing it with a 37 mm cannon, but nothing came of this. Prototypes were built with a 50 mm tank gun, but by then the Panzer II had outlived its usefulness as a tank regardless of armament. Greater success was had by replacing the standard armor-piercing explosive ammunition with tungsten cored solid ammunition, but due to material shortages this ammunition was in chronically short supply.

Later development into a self-propelled gun carriage saw the mounting of a 5 cm PaK 38 antitank gun, but this was seen as insufficient for the time, and the larger 7.62 cm PaK 36(r) was installed as an effective stop-gap. The main production antitank version was fitted with a 7.5 cm PaK 40 which was very effective. Artillery mounting began with a few 15 cm sIG 33 heavy infantry guns, but most effective was the 10.5 cm leFH 18, for which the Panzer II chassis became the primary carriage for the war. Most of these versions retained a pintle mounted 7.92 mm MG34 machine gun for defense against infantry and air attack.

All production versions of the Panzer II were fitted with a 140 PS, gasoline-fuelled six-cylinder Maybach HL 62 TRM engine and ZF transmissions. Models A, B, and C had a top speed of 40 km/h (25 mph). Models D and E had a Christie suspension and a better transmission, giving a top road speed of 55 km/h (33 mph) but the cross country speed was much lower than previous models, so the Model F reverted back to the previous leaf spring type suspension. All versions had a range of 200 km (120 mi).

The Panzer II had a crew of three men. The driver sat in the forward hull. The commander sat in a seat in the turret, and was responsible for aiming and firing the guns, while a loader/radio operator stood on the floor of the tank under the turret.

Development and limited production models

Panzer II Ausf. a (PzKpfw IIa)

Not to be confused with the later Ausf. A (the sole difference being the capitalization of the letter A), the Ausf. a was the first limited production version of the Panzer II to be built, and was subdivided into three sub-variants. L'Ausf. a/1 was initially built with a cast idler wheel with rubber tire, but this was replaced after ten production examples with a welded part. L'Ausf. a/2 improved engine access issues. L'Ausf. a/3 included improved suspension and engine cooling. In general, the specifications for the Ausf. a models was similar, and a total of 75 were produced from May 1936 to February 1937 by Daimler-Benz and MAN. L'Ausf. a was considered the 1 Serie under the LaS 100 name.[citation needed]

  • Équipage : 3
  • Engine: Maybach HL57TR with 6 gear transmission plus reverse
  • Weight: 7.6 tonnes
  • Dimensions: 4.38 m(l) x 2.14 m(w) x 1.95 m(h)
  • Speed: 40 km/h
  • Range: 200 km
  • Communications: FuG5 radio
  • Primary armament: 2 cm KwK 30 L/55 gun with TZF4 gun sight, turret mounted
  • Secondary armament: MG34 7.92 mm machine gun, coaxially mounted
  • Ammunition: 180 20 mm and 2,250 7.92 mm carried
  • Turret: 360° hand traverse with elevation of +20° and depression to -9.5°
  • Armour: 13 mm front, side, and rear 8 mm top 5 mm bottom

Panzer II Ausf. b (PzKpfw IIb)

Again, not to be confused with the later Ausf. B, the Ausf. b was a second limited production series embodying further developments, primarily a heavy reworking of suspension components resulting in a wider track and a longer hull. Length was increased to 4.76 m but width and height were unchanged. Additionally, a Maybach HL62TR engine was used with new drivetrain components to match. Deck armor for the superstructure and turret roof was increased to 10–12 mm. Total weight increased to 7.9 tonnes. Twenty-five were built by Daimler-Benz and MAN in February and March 1937.

Panzer II Ausf. c (PzKpfw IIc)

As the last of the developmental limited production series of Panzer IIs, the Ausf. c came very close to matching the mass production configuration, with a major change to the suspension with the replacement of the six small road wheels with five larger independently sprung road wheels and an additional return roller bringing that total to four. The tracks were further modified and the fenders widened. Total length was increased to 4.81 m and width to 2.22 m, while height was still about 1.99 m. At least 25 of this model were produced from March through July 1937.

Panzer II Ausf. A (PzKpfw IIA)

The first true production model, the Ausf. A included an armor upgrade to 14.5 mm on all sides, as well as a 14.5 mm floor plate, and an improved transmission. L'Ausf. A entered production in July 1937.

Panzer II Ausf. B (PzKpfw IIB)

Introducing only minimal changes to the Ausf. A, the Ausf. B superseded it in production from December 1937.

Panzer II Ausf. C (PzKpfw IIC)

Few minor changes were made in the Ausf. C version, which became the standard production model from June 1938 through April 1940. A total of 1,113 examples of Ausf. c, A, B, and C tanks were built from March 1937 through April 1940 by Alkett, FAMO, Daimler-Benz, Henschel, MAN, MIAG, and Wegmann. These models were almost identical and were used in service interchangeably. This was the most widespread tank version of the Panzer II and performed the majority of the tank’s service in the Panzer units during the war. Earlier versions of Ausf. C have rounded hull front, but many vehicles of Ausf. C were up-armored to fight in France. These have extra armors bolted on the turret front and super structure front. Also up-armored versions have angled front hull like that of Ausf.F. Some were also retro-fitted with commander’s cupolas.

Panzer II Ausf. F (PzKpfw IIF)

Continuing the conventional design of the Ausf. C, the Ausf. F was designed as a reconnaissance tank and served in the same role as the earlier models. The superstructure front was made from a single piece armor plate with a redesigned visor. Also a dummy visor was placed next to it to reduce anti-tank rifle bullets hitting the real visor. The hull was redesigned with a flat 35 mm plate on its front, and armor of the superstructure and turret were built up to 30 mm on the front with 15 mm to the sides and rear. There was some minor alteration of the suspension and a new commander’s cupola as well. Weight was increased to 9.5 tonnes. 524 were built from March 1941 to December 1942 as the final major tank version of the Panzer II series.

Panzer II Ausf. D (PzKpfw IID)

With a completely new Christie suspension with four road wheels, the Ausf. D was developed as a cavalry tank for use in the pursuit and reconnaissance roles. Only the turret was the same as the Ausf. C model, with a new hull and superstructure design and the use of a Maybach HL62TRM engine driving a seven-gear transmission (plus reverse). The design was shorter (4.65 m) but wider (2.3 m) and taller (2.06 m) than the Ausf. C. Speed was increased to 55 km/h. A total of 143 Ausf. D and Ausf. E tanks were built from May 1938 through August 1939 by MAN, and they served in Poland. They were withdrawn in March 1940 for conversion to other types after proving to have poor off road performance.

Panzer II Ausf. E (PzKpfw IIE)

Similar to the Ausf. D, the Ausf. E improved some small items of the suspension, but was otherwise similar and served alongside the Ausf. RÉ.


Hiding Behind the Frontlines: The VK 9.01 in Service

The unsuitability of the VK 9.01 for mass production and frontline use is apparent from its rather limited service in the Heer. Before the reduction of the 0-Serie contract and the fiasco at Berka, the VK 9.01 was intended to supersede the older variants of the Panzer II serving in the Panzer Divisions. These aspirations are evident in the plans to issue the VK 9.01 to some of the first elements of Rommel’s Afrika Korps. According to a status report detailing the conversion of the 33rd Infantry Division into the 15th Panzer Division, this new unit was to be issued 6 Panzer II n.A. before it left for North Africa. The fact that some photographs of the VK 9.01 clearly display the two-tone ‘Tropen’ (Tropical) camouflage pattern, consisting of Graugrün (RAL 7008) stripes on a background of Gelbbraun (RAL 8000), reinforces the idea that the VK 9.01 was initially slated for employment in the North African theatre of operations.

Like many photos of the Panzer II Ausf. G, this photo from an expired online photo auction raises more questions than it answers. It shows two Panzer II Ausf. Gs on a train in front of two four-wheeled armoured cars. Both of the tanks have a large stowage box on the front-right fender and a large Balkenkreuz emblazoned on the right side of the turret. It is possible that these tanks may sport the two-tone ‘Tropen’ camouflage scheme, but it is not certain. Sadly, it is unknown when and where this photograph was taken, and there are no means to identify to which unit the vehicles belonged. Photo: Expired Online Auction

However, it is generally accepted that these plans did not come to fruition, and that the VK 9.01 never crossed the Mediterranean. Even though the report clearly stipulates that 6 VK 9.01 will be incorporated into the 15th Panzer Division, it is dated 1st February 1941, several months before any VK 9.01 chassis had actually been delivered from the M.A.N. usine. Moreover, the 15th Panzer Division arrived in North Africa in April 1941, at which point records indicate only a single complete VK 9.01 (chassis fitted with superstructure and turret) had been finished. It is therefore highly unlikely that the VK 9.01 formed part of the 15th Panzer Division’s first contingent, but it remains possible that some could have been shipped over at a later date. Even so, there are no further mentions of the Panzer II n.A. in this unit’s operational records, nor are there any published photographs that appear to show a VK 9.01 in North Africa. Added together, the evidence strongly suggests that the intention to deploy the VK 9.01 to North Africa was never realised, although the gaping holes in the history of the VK 9.01 preclude any definitive conclusions on this matter.

After this brief mention, the VK 9.01 vanishes from operational records. Based on the limited photographic evidence of this rare tank, it appears that most of them found their way into training units. Until the advent of the internet and the circulation of newly discovered photos being sold on internet auction sites, it was incorrectly assumed that the VK 9.01 never saw combat. However, every so often, photographs come to light which show the VK 9.01 in operation with troops on the Eastern Front. Unfortunately, it is impossible to glean substantial details from most of these photos, such as which units the tanks belonged to and the precise location in which they were operational.

Prime examples of the difficulties in parsing out such details are a series of unpublished photos mentioned in Panzer Tracts 2-2. According to Jentz and Doyle, these photographs belonged to a veteran from Panzer-Aufklärungs-Abteilung 5 of the 2.Panzer-Division, who photographed VK 9.01 tanks training in Germany and loaded on a train. These photos provide far more questions than answers. Did the VK 9.01 belong the 2.Panzer Division or another unit? Where was the train containing the VK 9.01 headed? Were the VK 9.01 attached to this unit ever used in combat? Until more research is carried out or new photographs come to light, these questions will remain unanswered.

A Panzer II Ausf.G in action. This tank is being used to tow a 2 cm Flak 30 or 38 anti-aircraft gun, at the same time as providing a lift to several soldiers. As with many photographs showing this tank in service, it is simply impossible to provide more comprehensive details regarding the location of this tank or the unit it belonged to. Note that this tank also displays the Notek headlight in the inboard position. Photo: warspot.ru

Nevertheless, some pieces have been added to the VK 9.01 puzzle by Akira Takiguchi. In a short article published on his website, Mr Takiguchi shared a photograph showing that at least one VK 9.01, working in conjunction with troops from the Luftwaffe, Heer, Polizei, and local militias, participated in anti-partisan operations in the town of Grodek (also known as Horodek among various other names), located in present-day Belarus. Tactical markings on the VK 9.01 suggest that it belonged to a Panzerspähkompanie (armored reconnaissance company), but the specific unit remains unidentified. A second photograph was published by Takiguchi in April 2020, showing two VK 9.01s in this area, presumably belonging to the same Panzerspähkompanie. These photographs were captured in the spring of 1944, showing that the VK 9.01 did see combat behind the lines relatively late into the war.

Mr Akira Takiguchi’s photograph showing a Panzer II Ausf.G supporting an anti-partisan sweep through the town of Grodek. The purple label points to the tactical symbol denoting that this tank belonged to a Panzerspähkompanie (armored reconnaissance company). The tank has been covered with all of the familiar paraphernalia seen on German tanks in combat, including extra stowage boxes and tow ropes. This photograph is also noteworthy for the motley collection of uniforms and weapons employed by the troops sitting on top of the engine deck. Photo: Mr Akira Takiguchi’s Private Collection Another photo from the collection of Takiguchi showing two Panzer II Ausf. Gs from the unknown Panzerspähkompanie parked in Grodek during the spring of 1944. According to Takiguchi, the unit also operated a six-wheeled armoured car (likely either an Sd.Kfz. 231 or Sd.Kfz. 232 six-rad) in this vicinity. It may be possible to make out the striations of the two-tone ‘Tropen’ camouflage pattern on the nearest tank, but it is difficult to be certain from this black-and-white photograph. Photo: Mr Akira Takiguchi’s Private Collection via the Facebook Light Panzer Reference Group

Clearly, there is still much to be uncovered regarding the service life of the VK 9.01. In the absence of any surviving tanks or components, additional information must be unearthed from archives or period photographs. Even so, based on the limited information available, it appears that most of the VK 9.01s that were completed as tanks were used in areas where their limited firepower and armor protection were not such a liability, for purposes including training and combatting partisans.

A Panzer II Ausf.G moving along a road as part of a column of vehicles. The glacis plate has spare track links attached, a common practice amongst German tankers serving on the frontlines, who thought that it provided extra protection. Unsurprisingly, the left-hand side track guard has been supplemented with extra stowage boxes. Photo: Public Domain


Voir la vidéo: Panzer 2 F - Tanks In Detail