L'Anse aux Prés

L'Anse aux Prés


L'Anse aux Meadows – La colonie viking au Canada

L'Anse aux Meadows est un site archéologique et les vestiges d'une colonie nordique dans la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les premières preuves d'occupation remontent à environ 6 000 ans, avec la période la plus importante de colonisation scandinave antérieure, datant du peuple Dorset, une culture paléo-esquimaude.

Une étude du type architectural nordique, des artefacts et de la datation au carbone suggère que les Scandinaves se sont installés à L'Anse aux Meadows vers 990-1050 après JC. Les archéologues suggèrent que la colonie a servi de base d'exploration et de camp d'hiver, avec une activité industrielle pour la production de fer et le travail du bois, probablement utilisé pour la réparation de navires.

Le site se compose de huit bâtiments (étiquetés de A à J) très probablement construits à partir de gazon (herbe et partie du sol en dessous maintenue par ses racines) placé sur une charpente en bois. Les bâtiments B, C et G ont été identifiés comme des ateliers ou des logements possibles, le bâtiment J étant une forge de fer et le bâtiment D un atelier de menuiserie.

Les fouilles ont également découvert plus de 800 objets en bois, en bronze, en os et en pierre, dont une pierre à aiguiser, une lampe à huile en pierre, des poids, une épingle de fixation en bronze, une aiguille à tricoter en os et une partie d'un fuseau, ce qui suggère que les femmes ainsi que des hommes habitaient la colonie.

Les archéologues émettent l'hypothèse que le règlement a soutenu entre 30 et 160 habitants, mais le manque de sépultures, d'outils, d'agriculture ou d'enclos pour animaux donne de la crédibilité à la théorie selon laquelle L'Anse aux Meadows n'a servi que de règlement temporaire avant son abandon.

Les vestiges de L'Anse aux Meadows correspondent à deux sagas islandaises, communément appelées la Saga des Groenlandais et la Saga d'Erik le Rouge, qui décrivent les expériences des Nordiques Groenlandais qui ont découvert des terres à l'ouest du Groenland, qu'ils appelaient Vinland, mais n'a pas réussi à établir un règlement permanent en raison de luttes intestines et de conflits avec les peuples autochtones que les colons scandinaves ont appelé les Skræling.

Texte contemporain d'Adam de Brême, un chroniqueur médiéval fait également mention du Vinland dans un récit qu'il a écrit en 1073 après JC, qui déclare : « Il [le roi danois, Sven Estridsson] m'a également parlé d'une autre île découverte par beaucoup dans cet océan. On l'appelle Vinland parce que les vignes y poussent d'elles-mêmes, produisant le vin le plus excellent. De plus, que les récoltes non semées y abondent, nous l'avons constaté non par des conjectures fabuleuses, mais par les rapports fiables des Danois.

Des études archéologiques modernes ont suggéré que le site de L'Anse aux Meadows n'était pas le Vinland lui-même, mais plutôt une zone plus vaste appelée Vinland, qui s'étendait au sud de L'Anse aux Meadows jusqu'au fleuve Saint-Laurent et au Nouveau-Brunswick.


Lieu historique national de L'Anse aux Meadows

Au cours des quatre à cinq mille dernières années, de nombreuses personnes ont vécu à L'Anse aux Meadows, certaines y sont restées plus longtemps que d'autres. Parmi ces personnes se trouvait un petit groupe de marins nordiques. Les vestiges de leur camp, découverts en 1960 par Helge et Anne Stine Ingstad, constituent la plus ancienne colonie européenne connue du Nouveau Monde.

Découverte du site et premières fouilles (1960-1968)

C'est près de neuf siècles plus tard, en 1960, qu'un explorateur et écrivain norvégien, Helge Ingstad, découvrit le site de L'Anse aux Meadows. Il effectuait une recherche intensive des lieux de débarquement scandinaves le long de la côte de la Nouvelle-Angleterre vers le nord. À L'Anse aux Meadows, un habitant de la région, George Decker, l'a conduit à un groupe de bosses et de crêtes envahies par la végétation qui semblaient être des vestiges de construction. Ils se sont avérés plus tard être tout ce qui restait de cette ancienne colonie. Au cours des huit années suivantes, Helge et son épouse, l'archéologue Anne Stine Ingstad, ont dirigé une équipe internationale d'archéologues de Norvège, d'Islande, de Suède et des États-Unis dans les fouilles du site.

Les Ingstad ont découvert que les crêtes envahies par la végétation étaient les assises inférieures des murs de huit bâtiments scandinaves du 11 e siècle. Les murs et les toits étaient en tourbe, posés sur une charpente. Les bâtiments étaient du même genre que ceux utilisés en Islande et au Groenland juste avant et après l'an 1000. De longues cheminées étroites au milieu du sol servaient au chauffage, à l'éclairage et à la cuisine.

Parmi les ruines des bâtiments, les excavateurs ont déterré le genre d'artefacts trouvés sur des sites similaires en Islande et au Groenland. À l'intérieur de la fosse de cuisson de l'une des grandes habitations se trouvait une épingle en bronze à tête annulaire du genre que les Normands utilisaient pour attacher leurs manteaux. À l'intérieur d'un autre bâtiment se trouvait une lampe à huile en pierre et une petite spire de broche, autrefois utilisée comme volant d'inertie d'une broche à main. Dans le foyer d'une troisième habitation se trouvait le fragment d'une aiguille en os qui aurait été utilisée pour une forme de tricot. Il y avait aussi un petit fragment de laiton décoré qui était autrefois doré.

D'après ces découvertes, nous savons que tous les colons scandinaves n'avaient pas été des hommes. Les fuseaux et les aiguilles à tricoter étaient des outils utilisés par les femmes. Une petite pierre à aiguiser, utilisée pour aiguiser les aiguilles et les petits ciseaux, a été trouvée près du fuseau. Il aurait également fait partie d'une trousse pour femme. Une grande quantité de scories provenant de la fonte et du travail du fer a également été trouvée sur le site ainsi qu'un grand nombre de clous ou de rivets en fer pour bateaux. Ceci, plus que toute autre découverte, a conduit les archéologues à identifier le site comme scandinave.


Bienvenue à Lieu historique national de l'Anse aux Meadows

Les sagas nordiques avaient parlé de leur découverte pendant des siècles. Mais si c'était simplement un mythe avait toujours été débattu. Jusqu'à ce que la découverte d'une petite épingle de cape en 1968, par les archéologues Helge et Anne Stine Ingstad, ait tout changé. Cette découverte archéologique et les découvertes ultérieures ont prouvé que Leif Erickson et des équipes d'explorateurs scandinaves se sont installés ici à Terre-Neuve-et-Labrador (ou Vinland comme ils l'appelaient).

Le lieu historique national de L'Anse aux Meadows, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO, est le seul site nordique authentifié en Amérique du Nord. Aujourd'hui, votre visite vous ramènera là où se trouvaient autrefois les Vikings. Au campement des Vikings, vous pouvez vous essayer à la forge ou au tissage et discuter avec des personnages qui donneront vie à l'histoire des Vikings. Le soir, rassemblez-vous autour du skáli (cuisine) et écoutez les histoires héroïques et tragiques de Thor, Loki, Erik le Rouge et bien d'autres des sagas.


Vikings !

L'un des nombreux bâtiments reconstruits à visiter à L'Anse aux Meadows. (Crédit photo: dugspr &mdash Home for Good sur VisualHunt / CC BY-NC)

Sur le site de L'Anse aux Meadows, les restes de huit bâtiments ont été retrouvés, datant de l'an 1000 après JC et il y a plus de 1000 ans ! Les bâtiments étaient faits de gazon et de bois, et comprenaient des maisons où vivaient les gens ainsi que des ateliers et une forge pour les outils en fer. Les fouilles ont également trouvé des noix et des essences de bois qui poussent plus au sud, ce qui montre que les Vikings exploraient la région, allant peut-être même jusqu'à ce qui est maintenant le Nouveau-Brunswick ou les États-Unis.

Un homme en costume viking se tient devant la sculpture Meeting Of Two Worlds, qui symbolise la rencontre des migrations humaines de l'est à l'Asie et de l'ouest à travers l'Europe jusqu'en Amérique du Nord. (Crédit photo: brasero - Brasier créatif sur Visualhunt.com / CC BY-ND)

Personne ne sait pourquoi les Vikings ont cessé de voyager en Amérique du Nord. Il peut s'agir de changements de temps, de politique à la maison ou de conflits avec les peuples autochtones locaux. De toute façon, l'établissement à Terre-Neuve a été abandonné et n'est devenu qu'une histoire.


La découverte d'un site viking vieux de 1 000 ans au Canada pourrait réécrire l'histoire

La possible découverte d'un site viking vieux de 1 000 ans sur une île canadienne pourrait réécrire l'histoire de l'exploration de l'Amérique du Nord par les Européens avant Christophe Colomb.

La mise au jour d'une pierre utilisée dans le travail du fer à Terre-Neuve, à des centaines de kilomètres au sud du seul site viking connu en Amérique du Nord, suggère que les Vikings ont peut-être voyagé beaucoup plus loin sur le continent qu'on ne le pensait auparavant.

Un groupe d'archéologues a fouillé le site nouvellement découvert à la pointe Rosee, une étroite péninsule balayée par le vent à la pointe la plus à l'ouest de l'île.

Conseillé

À ce jour, le seul site viking confirmé sur le continent américain est L'Anse aux Meadows, une station de passage vieille de 1 000 ans découverte en 1960 à la pointe nord de Terre-Neuve.

Cette colonie a été abandonnée après seulement quelques années d'occupation et les archéologues ont passé les 50 dernières années à rechercher d'autres signes d'expéditions vikings de l'autre côté de l'Atlantique.

L'archéologue américaine Sarah Parcak, qui a utilisé l'imagerie satellite pour localiser les villes, les temples et les tombeaux égyptiens perdus, a appliqué la même technologie pour explorer l'île, à la recherche de traces des colonies vikings perdues.

En juin dernier, elle a été attirée par cette région éloignée du Canada après que l'imagerie satellite a révélé des caractéristiques du sol qui semblaient indiquer une activité humaine.

Mme Parcak a examiné la couverture végétale moderne pour trouver des endroits où une éventuelle colonie viking avait altéré le sol en modifiant la quantité d'humidité dans le sol. C'était une technique qu'elle avait déjà utilisée en Egypte.

Après avoir identifié un site potentiel, les archéologues ont trouvé une pierre de foyer, qui était utilisée pour le travail du fer, près de ce qui semblait avoir été un mur de gazon.

"Les sagas suggèrent une courte période d'activité et une tentative de colonisation très brève et ratée", a déclaré Douglas Bolender, archéologue spécialisé dans les colonies scandinaves, au magazine National Geographic.

« L'Anse aux Meadows correspond bien à cette histoire mais n'est qu'un site. Point Rosee pourrait renforcer cette histoire ou la changer complètement, si la datation est différente de L'Anse aux Meadows. Nous pourrions nous retrouver avec une période d'activité nordique beaucoup plus longue dans le Nouveau Monde.

« Un site comme Point Rosee a le potentiel de révéler à quoi ressemblait cette première vague de colonisation scandinave, non seulement pour Terre-Neuve, mais pour le reste de l'Atlantique Nord. »


Histoire

Dans les sagas nordiques, il est dit que vers 1000, Leif Erikson avait entendu parler de cette terre par un autre explorateur nordique qui l'avait accidentellement rencontré mais ne s'était pas arrêté pour l'explorer. Leif Erikson a alors décidé de partir du Groenland pour le trouver et il l'a fait. Il y établit une colonie et appela le pays Vinland. Les sagas ont mentionné 3 expéditions au total qui ont été faites au Vinland, et pendant longtemps l'emplacement du Vinland est resté un mystère.

Avance rapide jusqu'en 1960, lorsqu'un couple norvégien Helge et Anne Stine Ingstad sont allés à Terre-Neuve à la recherche du Vinland. C'est en fait un pêcheur local nommé George Decker qui les a conduits sur le site qui consistait en des monticules sur le sol, disant que lui et d'autres habitants avaient joué parmi eux lorsqu'ils étaient enfants, pensant qu'ils avaient été laissés pour compte par les autochtones. Après des efforts de fouilles, ils ont découvert les vestiges d'un certain nombre de bâtiments scandinaves sur le site et il est maintenant généralement admis que L'Anse Aux Meadows était la base des explorateurs du Vinland.


Emplacement, emplacement, emplacement

Qui est ton papa. » crie Parcak au sol alors que sa botte boueuse appuie sur une pelle, se frayant un chemin à travers un gazon épais jusqu'au sol en dessous. C'est un son joyeux, le cri primitif d'une archéologue dans son habitat naturel, faisant un travail de terrain. « Creuser fait de nous de meilleures personnes », me dit-elle.

Parcak est loin de ses terrains de prédilection habituels en Égypte. Mais ce projet a clairement captivé son imagination, l'attirant dans l'histoire et les traditions vikings.

Un après-midi, nous descendons prudemment un chemin escarpé, créé par un petit glissement de terrain et un ravin, jusqu'à une plage étroite. Alors que nous nous promenons le long du rivage, Parcak se demande pourquoi cette minuscule péninsule aurait constitué un avant-poste nordique idéal.

« Ils étaient assez nerveux au sujet de leur sécurité, des menaces des habitants », dit-elle. «Ils devaient être dans un endroit où ils pourraient avoir un bon accès aux plages mais aussi un bon point de vue. Cet endroit est idéalement situé, vous pouvez voir au nord, à l'ouest et au sud.

Après avoir étudié la région et recherché des levés de terrain antérieurs, les archéologues ont identifié d'autres caractéristiques qui auraient fait de Point Rosee un site optimal pour les colons scandinaves : La côte sud de la péninsule a relativement peu de roches submergées, ce qui permet d'ancrer ou même et le sol de la région est particulièrement bien adapté à la culture, il y a beaucoup de pêche sur la côte et le gibier à l'intérieur des terres et il y a beaucoup de ressources naturelles utiles, telles que le chert pour la fabrication d'outils en pierre et le gazon pour la construction de logements.


Lieu historique national de l'Anse aux Meadows

À la pointe de la péninsule Great Northern de l'île de Terre-Neuve, les vestiges d'une colonie viking du XIe siècle témoignent de la première présence européenne en Amérique du Nord. Les vestiges mis au jour de bâtiments en tourbe à ossature de bois sont similaires à ceux trouvés dans le Groenland nordique et en Islande.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Lieu historique national de L'Anse aux Meadows

À la pointe de la péninsule Great Northern de l'île de Terre-Neuve, les vestiges d'un établissement viking du XIe siècle confirment la première présence européenne en Amérique du Nord. Les vestiges mis au jour d'édifices en mottes de tourbe entre des charpentes de bois sont similaires à ceux trouvés au Groenland et en Islande.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

لانس أو ميدوز الوطني التاريخي

التابعة لجزيرة نيوفوندلاند، لّ الآثار المتبقية من مستوطنة للفيكينغ تعود إلى القرن الحادي عشر على لّ وجود بشري أميركا الشمالية. ار الأبنية المشيّدة ل التربة المحفورة هياكل خشبية تلك المكتشفة الغرونلاند وإيسلندا.

source : UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

??

source : UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Ациональный исторический парк Л’Анс-о-Медоус

статки поселения икингов XI в. на оконечности Большого Северного полуострова острова Ньюфаундленд являются свидетельством ервого появленояи тся свидетельством первого оявленояия тся свидетельством ервого появленояия тся свидетельством ервогоо появленояия тся аскопанные остатки зданий из торфа с деревянным каркасом похожи на аналогичные, найденные еерр.

source : UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sitio histórico nacional de l“™Anse aux Meadows

Situado en el extremo de la Gran Península del Norte de la isla de Terranova, este parque alberga los vestigios de un asentamiento vikingo del siglo XI, que prueban una primera presencia de los europeos en el continente americano desde esa época. Las excavaciones han puesto al descubierto vestigios de edificios construidos con terrones de turba y armazones de madera, aní¡logos a los encontrados en Groenlandia e Islandia.

source : UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

??
Nationaal historisch gebied L'Anse aux Meadows

L'Anse aux Meadows est een 11e-eeuwse Vikingnederzetting op het noordelijkste puntje van Newfoundland. Het is het bewijs van de eerste Europese menselijke aanwezigheid in Noord-Amerika. De opgegraven resten van met hout omlijste veenturfgebouwen zijn vergelijkbaar met de gebouwen die gevonden zijn bij de Noorse kolonie van Groenland en IJsland. Het vroegste teken van menselijke activiteit in dit gebied gaat ruwweg 5.000 jaar terug. L'Anse aux Meadows est de eerste en enige bekende nederzetting opgericht door Vikingen in Noord-Amerika en het vroegste bewijs van Europese nederzetting in de Nieuwe Wereld. Om deze reden est het een unieke mijlpaal in de geschiedenis van menselijke migratie en ontdekking.

  • Anglais
  • français
  • arabe
  • Chinois
  • russe
  • Espanol
  • Japonais
  • néerlandais

Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le lieu historique national de L'Anse aux Meadows contient les vestiges mis au jour d'un établissement viking complet du XIe siècle, la plus ancienne preuve de présence d'Européens en Amérique du Nord. Situé à la pointe de la péninsule Great Northern de l'île de Terre-Neuve, ce site archéologique exceptionnel se compose de huit structures de gazon à ossature de bois construites dans le même style que celles trouvées dans le Groenland nordique et en Islande de la même période. Les bâtiments comprennent trois habitations, une forge et quatre ateliers, sur une étroite terrasse surplombant une tourbière et un petit ruisseau près du rivage de la baie des Epaves dans le détroit de Belle Isle.

Les artefacts trouvés sur le site montrent des preuves d'activités telles que la production de fer et le travail du bois, probablement utilisées pour la réparation de navires, ainsi que des indications que ceux qui ont utilisé le camp ont voyagé plus au sud. Les vestiges correspondent aux histoires racontées dans les Vinland Sagas, qui documentent les voyages de Leif Erikson et d'autres explorateurs nordiques qui se sont aventurés vers l'ouest à travers l'océan Atlantique depuis l'Islande et le Groenland pour trouver et explorer de nouveaux territoires, une réalisation importante dans l'histoire de la migration humaine. et découverte.

Critère (vi) : L'Anse aux Meadows est le premier et le seul site connu établi par les Vikings en Amérique du Nord et la première preuve de la colonisation européenne dans le Nouveau Monde. En tant que tel, il s'agit d'une étape unique dans l'histoire des migrations et des découvertes humaines.

Mesurant 7991 ha, le lieu historique national de L'Anse aux Meadows est d'une taille suffisante pour garantir que le bien est protégé, reste intact et englobe toute l'étendue des vestiges scandinaves connus dans la région. Ses limites s'étendent bien au-delà des zones qui contiennent des vestiges archéologiques scandinaves, offrant ainsi une protection suffisante de la représentation complète des caractéristiques et des processus qui confèrent la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Le lieu historique national de L'Anse aux Meadows est dans un état stable. Le site archéologique a été réenterré de manière à protéger les vestiges de la détérioration. Il n'y a aucune menace connue ou anticipée pour la propriété, elle n'est pas à risque de dégradation et ne souffre pas d'effets négatifs du développement ou de la négligence, la totalité étant gérée comme un lieu historique national par l'Agence Parcs Canada.

Authenticité

Le lieu historique national de l'Anse aux Meadows est authentique en termes d'emplacement et de cadre, de formes et de conceptions, ainsi que de matériaux et de substances. De nombreuses preuves d'archives montrent que la propriété correspond aux voyages décrits dans les sagas nordiques.

Des recherches archéologiques approfondies après la découverte du site en 1960 ont révélé que les structures à pans de bois étaient construites avec un type particulier de toit à pignon et recouvertes de gazon provenant de la tourbière environnante. La disposition des pièces, des cheminées et des ouvertures suivait les caractéristiques du design nordique. Les fouilles ont mis au jour des preuves de la production de fer sur le site, ainsi qu'environ 800 artefacts en bois, en bronze, en os et en pierre qui confirment les origines nordiques du bien et fournissent des informations importantes sur le travail et le mode de vie des occupants du site.

Exigences de protection et de gestion

L'Anse aux Meadows a été établie en tant que lieu historique national en 1975 en vertu d'une entente fédérale-provinciale entre le Canada et la province de Terre-Neuve-et-Labrador. La propriété est légalement protégée en vertu de la Loi sur l'Agence Parcs Canada (1998) et le Loi sur les parcs nationaux du Canada (2000) et le site dispose d'un plan de gestion, qui est revu et renouvelé à intervalles réguliers. Le plan directeur exige que les ressources directement liées aux raisons de la désignation en tant que lieu historique national ne soient pas altérées ou menacées que les raisons de la désignation soient efficacement communiquées au public et que les valeurs patrimoniales, y compris la valeur universelle exceptionnelle, soient respectées dans tous les décisions et actions affectant le bien.

L'entente qui a établi le lieu historique national de L'Anse aux Meadows stipule que le gouvernement du Canada et le gouvernement de la province de Terre-Neuve-et-Labrador doivent se consulter pour s'assurer que le développement futur des collectivités et des zones adjacentes à la propriété est planifié conjointement et est en harmonie avec leur proximité avec cette propriété d'importance internationale.

Parcs Canada gère les visites et la conservation sur le site, et la collection d'artefacts associée au camp de base des Vikings est stable et est exposée et/ou entreposée dans des conditions appropriées. Une attention particulière sera accordée sur le long terme à la surveillance des problèmes qui pourraient avoir un impact sur l'état de conservation à l'avenir et à la prise des mesures appropriées pour protéger le site.


Centre d'accueil à L'Anse aux Meadows

Le centre d'accueil, rénové en 2010, se trouve au sommet d'une colline surplombant le site de fouilles archéologiques et les reproductions de bâtiments scandinaves.

Les expositions comprennent les documents de charte du site du patrimoine mondial de l'UNESCO, des artefacts découverts par Helge et Anne Stine Ingstad et leurs équipes archéologiques et des modèles du site de peuplement nordique et des fouilles.


Voir la vidéo: Viking Voyages to Canada