Histoire du U-2513 - Histoire

Histoire du U-2513 - Histoire

U-2513

(Ancien sous-marin allemand : dp 1 621 (surf.) 1 819 (subm.), 1. 251'9", b. 21'9", dr. 20'3", s. ;5~ to16 k.; cpl. 57 ; a. 6 21" tt., 4 20 mm.; cl. U-2501)

U-2515, un ancien sous-marin allemand de type XXI construit à la fin de 1944 et au début de 1945 par Blohm ~ Voss à Hambourg, en Allemagne, a été rendu aux Alliés à Horten, en Norvège, après l'effondrement de l'Allemagne nazie en mai 1945. Aucune trace n'a été trouvé pour indiquer si oui ou non elle a été commandée dans la Kriegsmarine, mais l'emplacement de sa reddition suggère qu'elle pourrait bien avoir été au moins mise en service, bien que peut-être à la hâte au printemps 1945 pour échapper à l'avancée des forces alliées. En tout cas, il est certain qu'elle n'a fait aucune croisière de guerre. Les documents couvrant ses activités entre mai 1945 et mi-1946, date à laquelle la marine américaine en a pris possession, ne sont pas non plus disponibles. Selon toute probabilité, cependant, il gisait à quai dans un port de l'Allemagne occupée ou peut-être dans un port allié.

Le premier véritable enregistrement de ses activités commence en août 1946 avec son arrivée à Charleston, S.C. Vraisemblablement, cette arrivée a coïncidé avec la fin de son voyage d'Europe vers les États-Unis. À Charleston, le sous-marin a subi une révision complète qui a été achevée fin septembre. Le 24, il a quitté Charleston et s'est dirigé vers Key West, en Floride. Le jour suivant, il a commencé six mois de service qui comprenaient à la fois des tests d'évaluation de la conception et du service du sous-marin en conjonction avec le développement de tactiques sous-marines et anti-sous-marines.

Le 15 mars 1947, il se dirigea vers le nord depuis Key West à destination de la côte de la Nouvelle-Angleterre et arriva à Portsmouth, N.H., le 22. Elle est restée là jusqu'au 8 septembre quand elle a commencé six semaines d'opérations de Portsmouth et de New London, Connecticut, sous les auspices du Commandant, Sous-marins, Flotte de l'Atlantique. Elle a conclu ce devoir le 15 octobre et a quitté New London pour retourner à Key West. L'U-2518 a repris ses anciennes fonctions à Key West cinq jours plus tard et les a poursuivies jusqu'à l'été 1949. À la mi-juin 1949, le sous-marin s'est déplacé de Key West au nord~ via Norfolk, en Virginie, à Portsmouth, dans le New Hampshire, où il a été mis hors service en juillet 1949. Il est resté à Portsmouth jusqu'en août 1951, date à laquelle il a été

déménagé à Key West. Le 2 septembre 1951, le chef des opérations navales ordonna que l'U-2518 soit coulé par des tirs. Vraisemblablement, cette décision a été exécutée peu de temps après, bien que la date exacte de l'action ne soit pas enregistrée.


Truman Beach : le 33e président à Key West

Les chemises du président étaient amples, confortables, aux motifs vifs et aux couleurs tropicales. Ils représentaient une rupture avec la formalité du costume bleu et de la chemise blanche qui était la marque de fabrique de Harry Truman depuis ses jours en tant que mercerie de Kansas City. Ils ont proclamé l'indépendance temporaire du manoir que Truman a appelé « la grande prison blanche ». Certaines personnes les ont trouvées criardes, criardes et non présidentielles. D'autres les appelaient simplement des chemises Harry Truman. Lorsque des photos de Truman les portant ont été publiées dans les journaux, les gens ont inondé la Petite Maison Blanche de Key West, en Floride, de chemises-cadeaux. Comme il y en avait bien plus que ce que le président pouvait porter, il en avait des dizaines disposées sur la pelouse pour que d'autres puissent les emporter. Et cela a conduit à "l'uniforme de Key West" et a contribué à l'informalité de toutes les vacances du président en Floride. Arrivé à Key West au lendemain de l'éblouissante victoire électorale bouleversée de Truman en 1948, le vice-président élu Alben Barkley a revêtu la chemise vive, la casquette décontractée et le pantalon décontracté du président. « Où est le magasin général ? » Il a demandé. "Je veux avoir une tenue comme ça." 1

Truman s'est rendu à Key West 11 fois de novembre 1946 à mars 1952, y prenant des vacances et y travaillant dans les bons comme dans les mauvais moments pendant un total de 175 jours. Il a programmé ses évasions pour l'automne ou la fin de l'hiver, échangeant le temps froid et souvent neigeux de Washington contre les brises chaudes qui soufflaient à travers ce que les journaux appelaient diversement les paumes chuchotant, bruissant ou se balançant. 2

Au bout de la chaîne d'îles qui s'étend de la Floride au golfe du Mexique, l'île corallienne de Key West, longue de 4 milles et large de deux milles, est le point le plus méridional des États-Unis. Les cocotiers, les bougainvilliers violets et rouges, les frangipaniers, les hibiscus rouges et roses et les lauriers roses teintés prospèrent dans le climat tropical sans gel. Au large, les étendues bleu cobalt de l'Atlantique et du golfe du Mexique offrent la pêche hauturière de l'albacore, du mérou, de la sériole, du maquereau et du barracuda.

Pour Truman, la base de sous-marins de la marine à Key West offrait un degré d'intimité, de sécurité et de liberté indisponible dans la plupart des lieux de vacances. Le président pouvait se baigner sur une plage qui lui était réservée, faire la sieste l'après-midi, siroter un bourbon s'il en avait envie, et jouer au poker jusqu'à minuit. "Là-bas, le président a estimé qu'il pouvait sortir de la maison et se promener sans que chaque personne qu'il rencontrait veuille l'arrêter et lui parler", a déclaré le commandant William M. Rigdon, qui a géré la journée de vacances du président. "Dès le premier jour, il a vu les avantages qu'il offrait." 3

Pendant son séjour à Key West, le président Harry S. Truman se détendait souvent dans des chemises de style tropical aux motifs vifs. La publicité à leur sujet a entraîné un surplus de chemises-cadeaux qu'il a disposées sur la pelouse pour que d'autres puissent les prendre. Cela a conduit à un code vestimentaire informel et à des concours de « chemises bruyantes » parmi le personnel de Truman.

Le président a dormi dans la chambre nord-est au deuxième étage de la maison du commandant de style antillais de 10 pièces, qui est rapidement devenue universellement connue sous le nom de Petite Maison Blanche. Construit par la marine américaine en 1890, il comportait des porches à moustiquaires et à persiennes qui filtraient le soleil de midi, accueillaient les brises de l'océan et garantissaient l'intimité. Après que Truman a remporté son élection en 1948, la marine a fait redécorer la maison par des professionnels, accrochant des peintures et des gravures maritimes empruntées à l'Académie navale des États-Unis. Impressionné par le nouveau style et le confort de l'endroit, Truman a déclaré à sa femme: "J'ai l'idée de déplacer le Capitole à Key West et de rester." 4

Lorsque le choix de Truman pour Key West a été connu, la marine a désigné une ancienne plage pour hommes enrôlés pour son usage. Situé sur une langue de terre près du fort Zachary Taylor datant de la guerre de Sécession, il avait ses inconvénients. Le sable était clairsemé et le corail écrasé sous-jacent pouvait couper les pieds d'un nageur. La marine a transporté des tonnes de sable neuf pour construire et améliorer la plage, construisant une petite cabane comme endroit pour se changer en maillot de bain ou s'abriter du soleil. Un jeu de palets en béton a été installé. Le président l'a apprécié dès le début. Une fois qu'il a commencé à nager là-bas, la presse l'a nommé "Truman Beach". 5

Le président s'est rapidement installé dans une routine de Key West. Il s'est levé dès 7 heures du matin et a fait une promenade matinale vivifiante, parcourant les rues ombragées de la base sous-marine et s'aventurant parfois en ville. Le yacht présidentiel Williamsburg a accosté à proximité pour offrir des communications et un soutien logistique. Son équipage préparait le petit-déjeuner lorsque Truman retournait à la Petite Maison Blanche, généralement vers 8 heures du matin. Le président était souvent rejoint à la table du petit-déjeuner par des membres de son personnel supérieur, dont certains partageaient la maison avec lui. Il peut s'agir de l'amiral de la flotte William Leahy, de son chef d'état-major William D. Hassett, de son secrétaire à la correspondance ou de Clark Clifford, avocat en chef, rédacteur de discours et tacticien politique. Après le petit-déjeuner, le président a travaillé sur son courrier jusqu'à environ 10h00, puis a rassemblé des assistants et les a accompagnés jusqu'à Truman Beach pour profiter du soleil, raconter des histoires, discuter de l'actualité du jour ou des affaires du gouvernement et regarder des matchs de beach-volley ou de fléchettes. . Lorsque Truman fut prêt, il enleva son casque solaire et alla nager. « S'il faisait frais, il nageait quand même, à la grande horreur des hommes des services secrets qui devaient rester dans l'eau aussi longtemps que lui », a déclaré le commandant Rigdon, qui, avec ses autres tâches, tenait un journal détaillé de les activités de vacances du président, ne négligeant pas les incidents humoristiques et ajoutant un commentaire ironique occasionnel. 6

Carte de Key West, mettant en évidence les sites associés à Truman. Les emplacements sont approximatifs.

John Hutton, pour l'Association historique de la Maison Blanche

Retour à la Petite Maison Blanche pour 13h00. déjeuner, Truman s'autorisait généralement le luxe d'une sieste l'après-midi, suivie d'une partie de poker de deux heures à 16h00. et dîner à 19h00. À moins que Bess Truman et leur fille, Margaret, ne soient avec lui, le président sautait le plus souvent les projections nocturnes des films en première diffusion et se rendait sous le porche sud pour une deuxième session de poker qui se terminait vers minuit. Lorsque Rigdon nota dans son journal que le président avait passé la soirée « à rendre visite à des amis sous le porche sud », les initiés savaient que c'était le code du poker. 7

Sauf quand sa femme et sa fille lui rendaient visite, c'était un monde masculin. Truman aimait les plaisanteries faciles à Truman Beach - ou dans un bateau de pêche ou à la table de poker, ce qui pourrait être appelé le véritable centre des vacances Truman. En descendant les escaliers après sa sieste de l'après-midi, Truman a dit à Rigdon: "Bill, arrondissez le quorum." Bientôt, le président et sept autres hommes tiraient des chaises autour de la table de poker fabriquée pour lui par les marins de la base sous-marine. 8 Beaucoup pensaient qu'il aimait le jeu principalement pour les côtes qui rythmaient le jeu. "Réunir avec ses vieux amis avec qui il était complètement à l'aise était la plus grande détente qu'il ait eue", se souvient Clark Clifford. Truman pariait librement et souvent, aimait les jokers, les variations bizarres du jeu et un bluff occasionnel. Les autres joueurs ont dit qu'il s'amusait même en perdant la main. 9

Ken Hechler, alors assistant et plus tard membre du Congrès démocrate de Virginie-Occidentale, a conclu que le président utilisait parfois le poker pour plus que simplement se détendre. "Bien que les conversations n'aient jamais été très intenses, j'ai observé à plusieurs reprises que le président a évalué les candidats potentiels et d'autres personnes en mesurant à quel point ils ont résisté aux côtes", a-t-il déclaré. Un autre collaborateur, George Elsey, a déclaré que les enjeux étaient fixés de manière à ce que "personne ne soit blessé si sa chance ou ses compétences étaient particulièrement mauvaises". Les règles de Key West ont adouci le coup pour les perdants : le pot a automatiquement reconstitué 10 pour cent des pertes. Rigdon a déclaré qu'il était impossible de gagner ou de perdre plus de 100 $ par semaine, d'autres ont estimé le facteur de risque à 190 $. Mais pour certains, c'était quand même beaucoup d'argent. Le secrétaire de presse adjoint Roger Tubby est tombé une fois si désastreusement dans le trou qu'il a commencé à s'inquiéter de payer ses factures ménagères. Se trouvant avec une bonne main, il est resté nerveusement dans le jeu alors que le pot grossissait et que d'autres abandonnaient. Finalement, seuls lui et Truman sont restés. Puis Truman s'est couché et l'heureux assistant a engrangé ses gains. "Eh bien, c'était simplement le président qui m'a jalonné, qui m'a sorti du trou", a déclaré Tubby. dix

Une carte postale de l'ère Truman décrit la Petite Maison Blanche à Key West en Floride, comme « la station d'hiver préférée du président, un endroit délicieux pour se reposer dans un cadre tropical luxuriant, regorgeant de belles fleurs et des meilleurs lieux de pêche à proximité ».

Association historique de la Maison Blanche

À Key West, avec plus de temps pour lire, réfléchir et parler, Truman a souvent affiché son amour de l'histoire. L'Aide Joseph G. Feeney a déclaré qu'une nuit, la conférence de Little White Flouse s'est transformée en conflits militaires célèbres. Truman a disposé quatre ensembles d'argenterie sur une table, et lui et l'attaché de presse Charlie Ross ont mené 14 batailles majeures dans l'histoire du monde, déplaçant les couteaux, les fourchettes et les cuillères pour représenter les armées et les divisions. 11

Bien qu'il appréciait le repos et la détente, Truman ne pouvait pas se débarrasser de ses responsabilités. Lors de ses deuxièmes vacances à Key West en mars 1947, il discuta des détails du plan Marshall, qui deviendra bientôt la clé de voûte de la reprise économique de l'Europe d'après-guerre. À Key West, il a fait face à une grève des mineurs de charbon dirigée par le leader des United Mine Workers John L. Lewis, à la guerre froide avec l'Union soviétique et à la guerre des tirs en Corée. Les événements ont suivi le président, même sous les palmes. Lors de sa visite en mars 1949, les forces communistes ont mis en déroute le gouvernement nationaliste chinois et ont pris le contrôle de la partie continentale de la Chine, ce qui a conduit au débat politique national sur « Qui a perdu la Chine ? » En mars 1950, lors d'une conférence de presse sur la pelouse, il a rejeté les demandes de donner au sénateur Joseph R. McCarthy accès aux dossiers de sécurité et de loyauté du département d'État et a fait la une des journaux lorsqu'il a qualifié le républicain du Wisconsin de « le plus grand atout qui le Kremlin a. En novembre 1951, il a surpris son personnel en révélant qu'il avait décidé de ne pas se représenter l'année suivante. Il leur a juré de garder le secret jusqu'à ce qu'il soit prêt à rendre la nouvelle publique. 12

Truman a insisté, comme de nombreux présidents, sur le fait que tant de travail l'accompagnait à Key West que ses vacances étaient plus un dépaysement que de vraies vacances. Il y avait beaucoup de preuves à l'appui de sa demande. Il a dit qu'il signait de son nom 600 fois par jour sur des projets de loi, des proclamations, des décrets et des lettres, peu importe où il se trouvait. Il a travaillé sur le discours sur l'état de l'Union lors des visites de novembre et il a donné de fréquentes conférences de presse. Les assistants de direction "par demi-douzaine" ont réclamé son temps. "Ce que je dis", a-t-il dit à un cousin, "c'est que les affaires du gouvernement ne s'arrêtent jamais, peu importe où va le président, il le suit." 13

Le président Harry Truman et des photographes de presse posent pour les caméras de la Petite Maison Blanche à Key West, en Floride, en mars 1951. "Voici la grande prison blanche", a déclaré Truman, en regardant la Maison Blanche lors d'une de ses promenades matinales. .

Bibliothèque présidentielle Harry S. Truman


U-2513

Remis le 9 mai 1945 à Horten, Norvège (Waller & Niestlé, 2010).

Transféré à Oslo le 18 mai
Départ d'Oslo le 3 juin
Arrivé à Lisahally, en Irlande du Nord, le 9 juin.

Le marqueur bleu montre le sort final du bateau après la guerre. Le marqueur orange montre la capitulation allemande. La carte est cliquable et zoomable.

Ce bateau est un site de plongée

Ce XXI bateaux repose à 228 pieds de profondeur (environ 75 m) à 24,53 N, 85,15 W près de Dry Tortugas, à l'ouest de Key West, aux États-Unis.

Ce bateau a été plongé par des plongeurs de l'US Navy, la première plongée a probablement été effectuée en 1952 par 12 plongeurs.

Profondeur : 228 pieds (69 mètres)
Position (lat, long) : 24,53, -85,15

Hommes perdus à cause des sous-marins

Contrairement à de nombreux autres sous-marins qui, au cours de leur service, ont perdu des hommes à cause d'accidents et de diverses autres causes, le U-2513 n'a subi aucune perte (à notre connaissance) jusqu'au moment de sa perte.

Emblèmes de sous-marins

Nous avons 2 emblème entrées pour ce bateau. Voir la page des emblèmes de ce bateau ou voir les emblèmes individuellement ci-dessous.

Liens médias


Plongez dans l'histoire
Keatts, Henry C. et Farr, George C.


La vue américaine du sous-marin de type XXI

Ce sous-marin était très secret et interdit aux âmes ordinaires. Cependant, lorsqu'elle a déplacé sa couchette vers «notre» jetée (et nous a piqués dans le processus), nous sommes devenus amis avec l'équipage américain et avons progressivement parlé à bord pour jeter un coup d'œil. Nous avons appris qu'il s'agissait du U-2513, un tout nouveau «bateau électrique» de type XXI, l'un des deux engins de ce type attribués à la marine américaine comme prix de guerre. Commandé et commandé par l'un des "as" les plus célèbres des sous-marins allemands, Erich Topp, il et ses navires jumeaux produits en série avaient été achevés trop tard pour participer à la guerre.

Lors de notre examen superficiel du U-2513, nous avons été assez impressionnés par certaines de ses caractéristiques, en particulier sa vitesse de pointe en plongée. Il disposait de six ensembles de batteries de stockage, comprenant un total de 372 cellules (d'où « bateau électrique »), ce qui lui a permis de sprinter tranquillement immergé à environ 16 nœuds pendant environ une heure. C'était le double de la vitesse de sprint de nos sous-marins et suffisant pour échapper à presque tous les navires de guerre anti-sous-marins existants. Alternativement, la grande capacité de la batterie lui a permis de naviguer immergé à des vitesses plus lentes pendant de nombreuses heures, qu'il s'agisse de traquer une proie ou de s'échapper.

La prochaine caractéristique la plus impressionnante pour nous était son Schnorchel, ou comme nous anglicisions l'Allemand, le tuba. Il s'agissait d'un "tube respiratoire" ou mât sophistiqué avec des conduits d'admission d'air et d'échappement, qui permettait au U-2513 de faire fonctionner ses deux moteurs diesel lorsqu'il était immergé. En installant un diesel (ou les deux) pour charger les batteries lorsqu'il est immergé, il pourrait en théorie rester sous l'eau pendant de longues périodes, diminuant ainsi considérablement les chances de détection par les yeux ou le radar de l'ennemi.

Ce n'était pas tout. Son optique périscopique et son sonar passif pour la recherche et l'écoute sous-marines étaient bien supérieurs aux nôtres. Son ingénieux équipement de manutention des torpilles à commande hydraulique pouvait recharger automatiquement ses six tubes lance-torpilles en seulement cinq minutes. Un troisième rechargement pourrait être accompli en vingt minutes supplémentaires. L'épaisseur et la résistance de sa coque pressurisée lui conféraient une profondeur de plongée sûre d'environ 1 200 pieds, le double de notre limite de profondeur de sécurité et suffisante pour passer bien sous la plupart des grenades sous-marines alliées existantes. Elle avait même un "pilote automatique" pour un maintien précis de la profondeur à grande vitesse.

Beaucoup plus tard, lorsque certains de ces détails et d'autres sur le "bateau électrique" de type XXI ont été divulgués, ils ont fait sensation dans les milieux navals. D'éminents experts ont déclaré que le Type XXI représentait un pas de géant dans la technologie des sous-marins, rapprochant l'humanité d'un "vrai submersible". Certains historiens navals ont affirmé que si les Allemands avaient produit le sous-marin de type XXI un an plus tôt, ils auraient presque certainement pu gagner la « bataille de l'Atlantique » et retarder ainsi indéfiniment Overlord, l'invasion alliée de la France occupée.

Les évaluateurs américains de l'U-2513 n'étaient pas si sûrs de ces affirmations. Dans le rapport classifié qu'ils ont envoyé au chef des opérations navales, daté de juillet 1946, ils ont écrit que si le Type XXI avait de nombreuses caractéristiques souhaitables qui devraient être exploitées (grosse batterie, tuba, carénage, etc.), il avait également de nombreuses graves défauts de conception et de fabrication. L'implication claire était qu'en raison de ces défauts, le XXI n'aurait pas pu faire une grande différence dans la bataille de l'Atlantique. Parmi les fautes majeures que les Américains ont énumérées :


Histoire du U-2513 - Histoire

L'histoire a perdu un autre personnage clé de la Seconde Guerre mondiale. L'amiral Erich Topp est décédé à Suessen, en Allemagne, le 26 décembre 2005. Il est difficile pour nous, parents des victimes du NERISSA, de penser à Erich Topp comme autre chose qu'un meurtrier, mais la guerre est la guerre. Les chances qu'il survive dans un sous-marin étaient très minces, mais il a survécu et était le troisième commandant de sous-marin le plus élevé d'Allemagne. Nous devons le respecter et l'honorer pour le rôle qu'il a joué dans l'histoire et ses importantes contributions à la société après la guerre. C'était un grand homme. Parce qu'il a joué un rôle purement militaire pendant la guerre, les Britanniques l'ont libéré presque immédiatement après sa capture. Plus tard dans sa carrière en tant qu'officier de la marine ouest-allemande, il a passé un temps considérable au Pentagone américain. Il laisse dans le deuil ses deux fils, le Dr Kay Peter Topp né en 1945 et Michael Topp né en 1950.

Erich Topp et l'équipage du U-552

L'examen d'après-guerre des documents et des journaux de la Kreigsmarine attribue de manière concluante le naufrage du Nerissa à l'U-552 sous le commandement d'Erich Topp. Topp et U-552 ont revendiqué la notoriété en torpillant et en coulant le destroyer américain Reuben James le 31 octobre 1941, plus d'un mois avant l'entrée en guerre des États-Unis. Erich Topp a survécu à la guerre et est reconnu comme le troisième commandant de sous-marin ayant coulé 34 navires marchands alliés avec un déplacement brut de 193 684 tonnes. Erich Topp a été rappelé du service actif en 1943 pour servir d'instructeur et a par la suite reçu le commandement de l'U-2513 en 1945. Il a rendu son bateau aux Britanniques à la fin des hostilités. Son commandement d'origine U-552 a été réaffecté à un autre commandant et elle a poursuivi sa remarquable carrière qui a duré 4 ans et 5 mois de service actif. L'U-552 a été sabordé par son équipage le 2 mai 1945 à Wilhelmshaven pour éviter d'être capturé.


Articles récents

2021 Parrot Head MOTM Key West

2021 Parrot Head Meeting Of The Minds Party

Conseils de sécurité et cartes des pistes cyclables sur les Florida Keys

À vélo dans les Florida Keys, vos vacances à vélo vous feront traverser des villes et des ponts et offriront de nombreuses pistes cyclables locales à explorer.

Événements et dates du marathon des Keys de Floride 2021

Dates de course du marathon des Florida Keys et informations sur le calendrier.


Codes postaux météorologiques locaux

Clé Largo - 33037
Marathon - 33050
Key West - 33040

En tant qu'associé Amazon, je gagne des achats éligibles tels que les différents
articles affichés sur mon site Web disponibles via Amazon. Nous gagnons également
frais de publicité en faisant de la publicité et des liens vers d'autres sites affiliés
florida-keys-vacation.com est associé à l'inclusion mais pas nécessairement
limité à Amazon, Conversant/Commission Junction, Fishingbooker.com,
Google Adsense et Sitesell.

Florida-Keys-Vacation.com, ne vend aucune information personnelle et vous
pouvez lire à ce sujet et la California Consumer Protection Act
sur notre page Politique de confidentialité.

Nous testons actuellement diverses options de monétisation des affiliés, notamment
Conversant/Commission Junction, Adsense, Sitesell, Fishingbooker
et le programme d'affiliation Amazon Associates. Attendez-vous à voir une variété
de bannières, images et liens texte sur l'ensemble de ce site, à divers endroits,
en essayant différentes tailles, styles, formats, entreprises et programmes, pour
déterminer ceux qui conviennent le mieux à ce site. Vous pouvez vous attendre à voir
les annonces ont été déplacées et modifiées jusqu'à ce que nous trouvions celles qui, selon nous, correspondent le mieux à nos objectifs.

Nous avons été approuvés par Google pour participer à l'une de leurs annonces Google
programmes, qui affichent des publicités « intelligentes » et « réactives » basées sur VOTRE
historique de recherche de navigation sur Internet, vous montrant des publicités en fonction de VOS intérêts.
Ces nouvelles annonces d'IA font partie du programme d'intelligence artificielle de Google, connu
en tant que RankBrain, et sont affichés en fonction du site Web que vous avez visité
les 28 derniers jours, ainsi que les articles que vous avez achetés dans des magasins en ligne, et tout
termes de recherche que vous avez saisis dans votre navigateur. Nous pouvons occasionnellement opter pour
ce programme publicitaire, mais nous n'avons aucun contrôle sur les annonces de ce programme publicitaire AI
s'affiche, car les annonces sont basées sur l'historique de votre navigateur et non sur notre
sujets du site Web.

Pour en savoir plus sur les lois de la FTC, vous pouvez visiter la FTC et aussi aller à
leur page de règles et de guides.

Les promotions, remises et offres identifiées sur ce site Web sont faites
disponible via une variété de sources, y compris les sociétés affiliées énumérées ci-dessus de
floride-keys-vacation.com. A ce titre, ce site peut recevoir une rémunération
pour les produits et services qui sont ensuite achetés via le
affilié référé. Ces sommes aident à financer, exploiter et maintenir ce site Web.

Dans l'exploitation de ce site Web, nous sommes associés à diverses autres sociétés.
Il peut s'agir de sites Web de médias sociaux ou d'organisations affiliées qui vendent une variété
de produits par l'intermédiaire de marchands tels que Conversant/Commission Junction ou
Amazon, Google et leurs différentes gammes de produits, ainsi que Fishingbooker.com
et Sitesell.

La liste suivante d'entreprises et de groupes de médias sociaux avec lesquels nous sommes associés
fournit des liens vers leurs différentes pages, qui incluent la politique de confidentialité, les cookies
Politique et autres avis de non-responsabilité importants.


Quelles ont été les plus grandes erreurs technologiques et d'armes et les opportunités manquées de l'Allemagne pendant la seconde guerre mondiale

Pour le dire simplement, ce n'était pas une arme gagnante de guerre. Pire pour l'Allemagne, cela n'a vraiment rien fait… et a sans doute accéléré la défaite du Troisième Reich.

D'une part, les sous-marins - seuls deux ont été opérationnels - ont souffert de plusieurs problèmes techniques qui ont obligé les ingénieurs à faire des heures supplémentaires pour les résoudre. Les systèmes de chargement de torpilles hydrauliques ne fonctionnaient pas au début. Les moteurs et les systèmes de direction étaient défectueux. Cela a rendu les sous-marins « nettement moins menaçants que prévu à l'origine », écrit Jones.

L'Allemagne a largement réglé ces problèmes. Mais même si les sous-marins avaient parfaitement fonctionné au début, il est peu probable qu'ils aient eu un grand impact sur l'issue de la guerre.

C'est parce que les sous-marins étaient liés à une stratégie perdante. Et en 1945, la stratégie navale allemande était une cause désespérée.

Le Type XXI était une merde.

Épée Rouge12

Le sous-marin nazi de type XXI avancé était une erreur géante

Le Type XXI était une merde.

Épée Rouge12

Le sous-marin nazi de type XXI avancé était une erreur géante

Le Type XXI était une merde.

Johnrankins

Répondez à la question s'il vous plait. Où l'Allemagne aurait-elle installé un stockage naturel en dôme de sel ?

Faites-vous référence à Vickers Hardened ?

200 kg de plus que les équivalents RR, Bristol ou Pratt avec toutes les cloches et sifflets. Cela réduit la masse de la cellule. Les moteurs japonais étaient environ 100 kg plus légers que les équivalents Wally. Cela va dans les blocs d'alliage et cela signifie les aciers.

Êtes-vous sûr que ce sont eux qui ont trouvé la solution ?

Lisez votre article. Leur indice d'octane était différent en raison de la mesure utilisée. Leur quantité était différente en raison des goulots d'étranglement de la production (manque d'installations de production). Ce n'est pas non plus une question de compétence.

L'incompétence n'est donc pas forcément en corrélation avec la réserve morale ? Ou dites-vous que les États-Unis étaient immoraux dans leur guerre contre les nazis ?

Vous reconnaissez donc que les nazis étaient compétents dans au moins un domaine.

Les nazis sont donc compétents en vision nocturne et en camouflage au moins.

Adolf Busemann les précède.

Sous-marins de classe GUPPY (1946-1960)

www.naval-encyclopedia.com

Sous-marins de type XXI (et al) inspiré GUPPY. Les barrières adhésives pour le carrelage anéchoïque ont été surmontées à la fin de la guerre, mais les goulets d'étranglement économiques et les compromis temporels ont condamné l'idée à ce stade de la guerre.
Et je suis heureux de revoir votre source pour les affirmations concernant le vide sanitaire - les responsables de la marine américaine n'ont pas l'habitude de placer leur commandant en chef à bord d'un "piège mortel".

1946 Truman - Deutsches U-Boot-Museum

Pas sûr que Speer et Guderian soient ce que nous appellerions facilement comparables, et auto-promoteur ou non, il a quand même beaucoup de crédit pour avoir maintenu leur économie en marche.

Je dois protéger les navires qui font du commerce d'une manière ou d'une autre - ou simplement produire plus que l'ennemi ne peut détruire.

Donc, assassiner les dirigeants d'un pays donné pour le maintenir dans le combat même s'il est menacé d'assujettissement/d'anéantissement complet est maintenant une solution moralement acceptable pour vous ?

Si vous ne valorisez pas les êtres humains en général, alors les Afro-Américains, les Américaines, les Mexicains, les Amérindiens des nations Sioux et Navajo, louent leurs efforts). et les Américains JAPONAIS (LOUEZ vraiment ces gars.) activité économique===> en particulier dans l'alimentation et l'approvisionnement de l'Armée rouge, afin que ces gars-là puissent mettre fin au maniaque de Berlin et à son régime monstrueux.

C'est la vision morale appliquée à la guerre M79.

Épée Rouge12

McPherson

Dôme de sel - Origine des dômes de sel.

Sous-marins de la classe GUPPY (1946-1960)

www.naval-encyclopedia.com

Et je suis heureux de revoir votre source pour les affirmations concernant le vide sanitaire - les responsables de la marine américaine n'ont pas l'habitude de placer leur commandant en chef à bord d'un "piège mortel".

1946 Truman - Deutsches U-Boot-Museum

Épée Rouge12

McPherson

McPherson

Un ingénieur regardait ce spectacle d'horreur et s'arrachait les cheveux.

Épée Rouge12

Le Type XXI n'était PAS un piège mortel ! C'est clairement une mauvaise argumentation de votre part, puisque le seul les preuves réelles que vous avez produites sont un puits d'accès peu pratique, et même la valeur de ce témoignage est discutable.

De loin, bien plus de preuves indiquent que vous vous trompez sur tous les points.
1. Le président a été autorisé à monter à bord pour une plongée de démonstration.
2. Le XXI a été utilisé pendant des décennies après la guerre par des marines qui n'avaient aucune raison de risquer la vie de sous-mariniers bien entraînés dans les XXI à moins qu'ils N'ÉTAIENT PAS des pièges mortels.
3. L'article que vous avez cité comme preuve que le XXI est de la merde en dit très peu sur les problèmes techniques du XXI (et ne mentionne pas non plus les problèmes qui feraient du sous-marin un piège mortel), notant plutôt que la plupart des problèmes ont été essentiellement résolus. à la fin de la guerre, et que la raison pour laquelle le XXI était une mauvaise idée était qu'il n'allait jamais suffire à changer le cours de la guerre.
4. La seule qualification que vous ayez pour prétendre au XXI était un piège mortel était un petit tour du Wilhelm Bauer. Comparé à l'expertise des marines qui ont INSISTÉ à utiliser ces sous-marins bien plus longtemps qu'il n'en fallait, vous êtes clairement loin d'être qualifié pour porter un jugement valable sur la conception.

Un ingénieur regardait ce spectacle d'horreur et s'arrachait les cheveux.

Regardez de plus près plus tard

Il me semble que « Stocker (plus) de pétrole (avant d'aller en guerre) » est une occasion manquée évidente.

Pour y parvenir, étant donné les échanges étrangers limités (avant le pillage de la moitié de l'Europe), la plus grande question me semble être la plus grande (POD production synthétique antérieure, POD dépensant moins de devises pour d'autres thigs, POD obtient un peu plus de crédit des banques américaines Obligations), POD fait plus de transactions avec les fournisseurs de pétrole plus tôt et achète à crédit, etc., etc.). C'est une histoire === les nazis peuvent le payer avec Handwavium ..

Quant à savoir où stocker toute cette huile supplémentaire, eh bien, c'est le moindre de leurs problèmes = "utiliser des dômes de sel" est une réponse aussi bonne que n'importe quelle autre. J'aurais pensé que n'importe quelle ancienne mine désaffectée ferait l'affaire, sinon je suppose que des réservoirs de stockage souterrains ** construits à cet effet (pour les produits finis - essence, diesel, etc.) à quel point il est impossible de stocker des produits pétroliers sous terre de quelque manière que ce soit sans qu'ils ne prennent feu ou n'explosent)

** Sans vouloir entrer dans un débat, j'aurais pensé que le stockage souterrain serait plus difficile à détruire avec des bombes et une cible moins prioritaire que, disons, l'usine de pétrole synthétique ou les raffineries de pétrole…

HexWargamer

J'espère que personne ne pense que je suggère que le stockage souterrain est à l'abri des bombardements. juste plus difficile à trouver et à mettre hors d'usage qu'une raffinerie de pétrole ou une usine de pétrole synthétique.

Pour être juste, il a fallu l'entrée en guerre des États-Unis pour concentrer les Britanniques. sur le fait que le bombardement de précision de ressources stratégiques (par exemple la production de pétrole) pouvait rapporter des dividendes .. et ensuite c'était aux Américains de le faire .

Au début de la guerre, comme nous le savons, la RAF est passée au bombardement nocturne des villes (parce qu'elle ne pouvait pas tolérer les pertes des bombardements diurnes et ne pouvait pas trouver de cible plus petite qu'une ville la nuit). à l'époque de 'Dambusters' (mai 1943), je parie que la plupart des stocks d'avant-guerre auraient été épuisés et que les dômes de sel (ou autre) presque vides ..
(de plus, les barrages se trouvent derrière de grands lacs d'eau qui sont assez faciles à trouver la nuit. une installation de stockage souterraine (je dirais) n'est pas si facile à trouver).

EDIT au moment où la RAF arrive à laisser tomber les Tallboys et les Grandslams, les nazis sont bien sur le pied arrière et sur la descente. larguer de telles bombes sur des enclos de sous-marins, le Tirpitz et toute installation nazie en cours de construction, par exemple. le site V3 et l'installation de lancement V2 seront probablement une priorité plus élevée que sur certains maintenant probablement vides de leur dernière goutte de mine abandonnée.

Dôme de sel - Origine des dômes de sel.

Intéressant - faites-vous référence à des incidents spécifiques dans l'Allemagne d'avant-guerre et, si oui, lesquels ?

(A) où se trouve une référence à l'alliage acier/métal à canon haute température du lien ? and (B) you might want to dig a bit further than a Reddit post

Again, your using some sort of ethical calculus as a substitute for economic limitations. Allied analysis after the war showed German synthetic fuels were just as good as what the Allies were using - just not in nearly the quantity. That's an economic bottleneck.

So as long as you don't think the contribution is significant you have no trouble with Nazis being technically competent. Got it.

Again, so long as you don't think the contribution is significant you have no trouble with Nazis being technically competent. Either they have the competence to camoflauge their proposed pipelines or they lack it and thus should not proceed with a project that would endanger their oil supplies. Choose.

So Nazis assembled functional night vision equipment and had the competence to enact effective camoflauge on par with the USSR of the 1950s but they are now technically incompetent. because you say so?

You are free to say whatever you like, NASA recognizes Busemann as progenitor if the idea. https://history.nasa.gov/SP-468/ch11-3.htm

Please keep on topic and respond to posts as written. We were not discussing the snorkel, we were discussing GUPPY.

So you're unable to give a response. Noted.

Economics and their effects on Nazi production, McPherson, are worthy topics for your further reading and consideration. Nazis lacked the industrial capacity and often the raw ingredients to manufacture weaponry (especially advanced weaponry/engines/etc.) in quantities needed.

Type XXI German submarines keep coming up as inspiration for both. Not a coincidence.

Had the Nazis overrun Russia I shudder to think how many more would have died. And your apparent agreement with my post about your finding the murder of Soviet leadership acceptable to keep the USSR in the war as needed even had Japan invaded from the East and Moscow been threatened with utter annihilation is also noted.

Derek Pullem

I think salt domes and oil storage were the suggested technology that same have helped the Nazis overcome some of their issues in mid war (dragging thread back from unwarranted and borderline racially insulting accusations of incompetence against the German people).

Salt dome storage technology is actually relatively simple once you see a need for it. Many of the best sites are in NW Germany close to Emden. They would be exposed to RAF bombing but the actual exposed equipment is relatively cheap and easily rebuilt or it could be hardened a la U boat pens. Won't stop a tallboy or grand slam but neither of those would be able to disrupt the actual oil storage reserves, just the surface facilities.

But as I noted earlier, the Nazis saw no reason to store oil when effectively their coal mines were storing oil and the synthetic fuel plants were processing it. The problem was that the syn plants could not be defended and the same logic would have applied to refineries for stored oil too. Salt domes can be used to store products (avgas etc) but admitting this is defeatist talk!

HexWargamer

HexWargamer

Thaddée

my view has always been the Électrobotote were developed in reverse order, that they should have built the (much) smaller Type XXIII first, it was more within their technical and production capabilities.

they also needed an even smaller mini submarine, maybe the Italian exploits could have motivated them? they later had a good design with the Seeteufel which had tracks that could have somewhat solved the launching issues.

Edgeworthy

The Type XXI was NOT a deathtrap! This is clearly bad argumentation on your part, since the seul real evidence you have produced is an inconvenient access shaft, and even the value of that testimony is questionable.

Far, far more evidence points to you being wrong on all counts.
1. The president was allowed to go on board for a demonstration dive.
2. The XXI was used for decades after the war by navies that had no reason to risk the lives of well-trained submariners in XXI's unless they WERE NOT death traps.
3. The article you cited as evidence for the XXI being crap says very little about the technical issues of the XXI (and also does not mention issues which would make the submarine a death trap), instead noting that most of the issues were essentially fixed by the war's end, and that the reason why the XXI was a bad idea was because it was never going to be enough to change the tide of the war.
4. The only qualification you have in order to claim the XXI was a death trap was a little tour of the Wilhelm Bauer. Compared to the expertise of the navies which INSISTED on using these submarines far longer than they needed to, you are clearly far from qualified to make a valid judgement on the design.


Under the Cover

An excerpt from Hitler's U-Boat War

On a chilly day in the late fall of 1945, our submarine, the U.S.S. Guardfish, proudly flying battle pennants, nosed into the Submarine Base, New London, Connecticut, joining scores of mass-produced sister ships, all home from the sea.

Collectively we submariners were known as the Silent Service, and proud we were of that distinction. Unknown to the public, we had played a decisive role in the defeat of Japan. In forty-two months of secret warfare in the Pacific Ocean area, 250 of our submarines, mounting 1,682 war patrols, had savaged Japanese maritime assets, sinking 1,314 ships of 5.3 million gross tons, including twenty major warships: eight aircraft carriers, a battleship, and eleven cruisers. For almost three years Guardfish, a fine boat, had played a prominent role in that war, sending nineteen confirmed ships to the bottom (including two fleet destroyers and a patrol boat) during twelve long and arduous war patrols in Japanese-controlled waters.

After we had moored at a pier where we were to mothball Guardfish, we were startled to see a strangely different submarine close by. Painted jet black, she looked exceptionally sleek and sinister. We soon learned that she was a German U-boat that had surrendered shortly after VE-Day. She was manned by an American crew that was evaluating her on behalf of naval authorities in Washington.

This U-boat was very hush-hush and off-limits to ordinary souls. However, when she shifted her berth to our pier (and nicked us in the process), we became friendly with the American crew and gradually talked our way on board for a look-see. We learned that she was U-2513, a brand new Type XXI electro boat, one of two such craft allotted to the U.S. Navy as war prizes. Commissioned and commanded by one of Germanys most famous U-boat aces, Erich Topp, she and her mass-produced sister ships had been completed too late to participate in the war.

In our superficial examination of U-2513, we were quite impressed with some of her features, especially her top speed submerged. She had six sets of storage batteries, comprising a total of 372 cells (hence electro boat), which enabled her to quietly sprint submerged at about 16 knots for about one hour. This was twice the sprint speed of our submarines and sufficient to escape from almost any existing antisubmarine warship. Alternately, the large battery capacity enabled her to cruise submerged at slower speeds for a great many hours, whether stalking prey or escaping.

The next most impressive feature to us was her Schnorchel, or as we anglicized the German, snorkel. This was a sophisticated breathing tube or mast with air intake and exhaust ducts, which enabled U-2513 to run her two diesel engines while submerged. By rigging one diesel (or both) to charge the batteries while submerged, she could in theory remain underwater for prolonged periods, thereby greatly diminishing the chances of detection by enemy eyes or radar.

Nor was that all. Her periscope optics and passive sonar for underwater looking and listening were much superior to ours. Her ingenious hydraulically operated torpedo-handling gear could automatically reload her six bow torpedo tubes in merely five minutes. A third reload could be accomplished in another twenty minutes. The thickness and strength of her pressure hull was said to give her a safe diving depth limit of about 1,200 feet, twice our safe depth limit and sufficient to get well beneath most existing Allied depth charges. She even had an automatic pilot for precise depth-keeping at high speeds.

Much later, when some of these details and others about the Type XXI electro boat leaked out, they caused an utter sensation in naval circles. Prominent experts gushed that the Type XXI represented a giant leap in submarine technology, bringing mankind very close to a true submersible. Some naval historians asserted that if the Germans had produced the Type XXI submarine one year earlier they almost certainly could have won the Battle of the Atlantic and thereby indefinitely delayed Overlord, the Allied invasion of Occupied France.

The American evaluators on U-2513 were not so sure about these claims. In the classified report they sent to the Chief of Naval Operations, dated July 1946, they wrote that while the Type XXI had many desirable features that should be exploited (big battery, snorkel, streamlining, etc.), it also had many grave design and manufacturing faults. The clear implication was that owing to these faults, the XXI could not have made a big difference in the Battle of the Atlantic. Among the major faults the Americans enumerated:

Poor Structural Integrity: Hurriedly prefabricated in thirty-two different factories that had little or no experience in submarine building, the eight major hull sections of the Type XXI were crudely made and did not fit together properly. Therefore the pressure hull was weak and not capable of withstanding sea pressure at great depths or the explosions of close depth charges. The Germans reported that in their structural tests the hull failed at a simulated depth of 900 feet. The British reported failure at 800 feet, less than the failure depth of the conventional German U-boats.

Underpowered Diesel Engines: The new model, six-cylinder diesels were fitted with superchargers to generate the required horsepower. The system was so poorly designed and manufactured that the superchargers could not be used. This failure reduced the generated horsepower by almost half: from 2,000 to 1,200, leaving the Type XXI ruinously underpowered. Consequently, the maximum surface speed was only 15.6 knots, less than any oceangoing U-boat built during the war and slightly slower than the corvette convoy-escort vessel. The reduction in horsepower also substantially increased the time required to carry out a full battery charge.

Impractical Hydraulic System: The main lines, accumulators, cylinders, and pistons of the hydraulic gear for operating the diving planes, rudders, torpedo tube outer doors, and antiaircraft gun turrets on the bridge were too complex and delicate and located outside the pressure hull. This gear was therefore subject to saltwater leakage, corrosion, and enemy weaponry. It could not be repaired from inside the pressure hull.

Imperfect and Hazardous Snorkel: Even in moderate seas the mast dunked often, automatically closing the air intake and exhaust ports. Even so, salt water poured into the ships bilges and had to be discharged overboard continuously with noisy pumps. Moreover, during these shutdowns, the diesels dangerously sucked air from inside the boat and deadly exhaust gas (carbon monoxide) backed up, causing not only headaches and eye discomfort but also serious respiratory illnesses. Snorkeling in the Type XXI was therefore a nightmarish experience, to be minimized to the greatest extent possible.

The U.S. Navy did in fact adopt some of the features of the Type XXI electro boat for its new submarine designs in the immediate postwar years. However, by that time the Navy was firmly committed to the development of a nuclear-powered submarine, a true submersible that did not depend on batteries or snorkels for propulsion and concealment. These marvels of science and engineering, which came along in the 1950s, 1960s, and later, were so technically sophisticated as to render the best ideas of German submarine technology hopelessly archaic and to assure the United States of a commanding lead in this field well into the next century.

This little story about the Type XXI electro boat is a perfect example of a curious naval mythology that has arisen in this century. The myth goes something like this: The Germans invented the submarine (or U-boat) and have consistently built the best submarines in the world. Endowed with a canny gift for exploiting this marvelously complex and lethal weapon system, valorous (or, alternately, murderous) German submariners dominated the seas in both world wars and very nearly defeated the Allies in each case. In a perceptive study, Canadian naval historian Michael L. Hadley writes: "During both wars and during the inter-war years as well, the U-boat was mythologized more than any other weapon of war."

The myth assumed an especially formidable aspect in World War II and afterwards. During the war, the well-oiled propaganda machinery of the Third Reich glorified and exaggerated the successes of German submariners to a fare-thee-well in the various Axis media. At the same time, Allied propagandists found it advantageous to exaggerate the peril of the U-boats for various reasons. The end result was a wildly distorted picture of the so-called Battle of the Atlantic.

After the war, Washington, London, and Ottawa clamped a tight embargo on the captured German U-boat records to conceal the secrets of codebreaking, which had played an important role in the Battle of the Atlantic. As a result, the first histories of the U-boat war were produced by Third Reich propagandists such as Wolfgang Frank, Hans Jochem Brennecke, and Harald Busch, and by Karl Dönitz, wartime commander of the U-boat force, later commander of the Kriegsmarine, and, finally, Hitler's successor as Führer of the Third Reich. These histories, of course, did nothing to diminish the mythology. Hampered by the security embargo on the U-boat and codebreaking records and by an apparent unfamiliarity with the technology and the tactical limitations of submarines, the official and semiofficial Allied naval historians, Stephen Wentworth Roskill and Samuel Eliot Morison, were unable or unwilling to write authoritatively about German U-boats in the Battle of the Atlantic. Hence for decade after decade no complete and reliable history of the Battle of the Atlantic appeared, and the German mythology prevailed.

My wartime service on Guardfish kindled a deep and abiding interest in submarine warfare. As a Washington-based journalist with Time, Life, and the Saturday Evening Post, I kept abreast of American submarine developments during the postwar years, riding the new boats at sea, compiling accounts of the noteworthy advancements and politics in articles and books. In 1975 I published a work of love, Silent Victory: The U.S. Submarine War Against Japan, the first, full, uncensored history of the Silent Service in that very secret war.

The publication of Silent Victory triggered suggestions that I undertake a similar history of the German U-boat war.


WWII German U-Boat Sunk Off Key West

Blog Revisited – On April 8th, 2012 I posted this blog, last night on TV I saw a program on the History Channel called ‘Deep Sea Detectives’ about this very submarine. Here it is again.

Off of Key West lays the amazing wreck of the WWII German submarine U-2513. Cette Type-21 ‘Master of Disaster’ was then the most technologically advanced submarine in the world. It was too-little too-late for Germany arriving only months before the end of the war. Despite being the pride of the German Navy and its supreme Naval commander Admiral Karl Doenitz (seen below), it now resides at the bottom of the ocean in 235 feet of water.

You must be qualified in decompression techniques in order to dive this wreck. Something is terribly wrong about this wreck! Why does this German Nazi submarine have several U.S. made parts and signs printed in English? TRUE!

First its history: The WWII German Type-21U-2513, a 1621-ton submarine, was built in 1944 in Hamburg, Germany. Surrendered in May 1945, she was allocated to the United States as a spoil of war winding up in Key West in October 1946.

Answer: Now a U.S. possession, she was fit with several U.S. parts and English signs and then thoroughly tested and disected in every way. An ‘A’-List of dignitaries visited their prize including the Navy top brass and our Commander In Chief. Here she was employed as a high-speed target for anti-submarine forces and used to evaluate the underwater performance of advanced submarines. Once her German batteries had expired, she was taken out to sea and sunk in October 1951 in tests of the weapon ‘Alfa’ anti-submarine rocket.

Seen below is President Harry S. Truman (white cap) leaving USS U-2513 after visiting the former German submarine on December 5th 1947, at what is believed to be the Key West Naval Station.


Conception[modifier | modifier la source]

Like all Type XXI U-boats, U-3523 had a displacement of 1,621 tonnes (1,595 long tons) when at the surface and 1,819 tonnes (1,790 long tons) while submerged. She had a total length of 76.70 m (251 ft 8 in) (o/a), a beam length of 8 m (26 ft 3 in), and a draught length of 6.32 m (20 ft 9 in). Α] The submarine was powered by two MAN SE supercharged six-cylinder M6V40/46KBB diesel engines each providing 4,000 metric horsepower (2,900 kilowatts 3,900 shaft horsepower), two Siemens-Schuckert GU365/30 double-acting electric motors each providing 5,000 PS (3,700 kW 4,900 shp), and two Siemens-Schuckert silent running GV232/28 electric motors each providing 226 PS (166 kW 223 shp). Α]

The submarine had a maximum surface speed of 15.6 knots (28.9 km/h 18.0 mph) and a submerged speed of 17.2 knots (31.9 km/h 19.8 mph). When running on silent motors the boat could operate at a speed of 6.1 knots (11.3 km/h 7.0 mph). When submerged, the boat could operate at 5 knots (9.3 km/h 5.8 mph) for 340 nautical miles (630 km 390 mi) when surfaced, she could travel 15,500 nautical miles (28,700 km 17,800 mi) at 10 knots (19 km/h 12 mph). Α] U-3523 was fitted with six 53.3 cm (21.0 in) torpedo tubes in the bow and four 2 cm (0.8 in) anti-aircraft guns. She could carry twenty-three torpedoes or seventeen torpedoes and twelve mines. The complement was five officers and fifty-two men. Α]


Voir la vidéo: U 2513