Un archéologue découvre le propre Colisée de l'empereur 'Gladiator'

Un archéologue découvre le propre Colisée de l'empereur 'Gladiator'

Les archéologues ont découvert une ancienne structure à Genzano, en Italie, qui serait un mini-colisée ayant appartenu à l'empereur romain Commode représenté dans le film hollywoodien « Gladiator ».

Les archéologues de l'Université d'État de Montclair dans le New Jersey ont découvert l'ancien bâtiment dans un village au sud-est de Rome qui surplombe le lac Nemi tout en creusant des thermes dans un ancien domaine connu sous le nom de Villa des Antonins. Sur la base de références historiques et d'artefacts, le site aurait été la propriété de la dynastie Antonine (138-193), qui a commencé avec le règne d'Antonin le Pieux et comprenait les empereurs Marc Aurèle, Lucius Verus et Commode.

La grande structure ovale mesurant 200 pieds sur 130 pieds avec des murs incurvés et des sols en marbre aurait été le cadre opulent dans lequel Commode a pratiqué pour ses premières apparitions semi-publiques en tant que tueur d'animaux et gladiateur, ce qui lui a valu le surnom de "le Hercule romain'.

Commode, fils de Marc-Aurèle, a régné sur Rome de 180 à 192 après JC, ravi de montrer sa force et son agilité dans des combats de gladiateurs macabres au Colisée de Rome, où il était connu pour trancher des parties du corps de ses adversaires et pour ses singeries remplies d'ego. dans des batailles contre des ours, des tigres, des éléphants et d'autres animaux.

Le «mini-collisée» trouvé par les archéologues pouvait accueillir plus de 1 300 personnes et comportait des tunnels et des chambres souterrains, une boîte impériale et des marbres richement décorés avec des tesselles en mosaïque, suggérant que Commode aurait pu profiter de spectacles plus élaborés dans son arène privée. D'après les archéologues, plusieurs gros blocs de pierre peperino travaillée auraient permis de supporter un système d'auvent (velarium) pour protéger les spectateurs du soleil, tout comme au Colisée de Rome.

Dans le film primé aux Oscars "Gladiator", Commode, joué par Joaquin Phoenix, s'est battu à mort dans le Colisée de Rome avec le général de l'armée fictif Russell Crowe. Le vrai Commode, cependant, fut étranglé à mort dans son bain par un lutteur sous les ordres de sa maîtresse, Marcia et Quintus Aemilius Laetus, préfet de la garde. Enfin, Rome fut débarrassée du tyran cruel et dépravé de l'empereur Commode.


    Dans la Turquie antique, des gladiateurs se sont battus dans cet amphithéâtre semblable à un Colisée

    Des archéologues de l'ouest de la Turquie ont mis au jour un amphithéâtre vieux de 1 800 ans semblable au célèbre Colisée de Rome.

    "C'est peut-être la seule arène préservée dans son intégralité ici en Turquie", explique Umut Tuncer, chef de la Direction de la culture et du tourisme à Aydın. Sabah quotidien. “La préservation a été maintenue car elle a été enterrée pendant des années.”

    Les habitants de l'ancienne ville de Mastaura utilisaient probablement la structure ovale pour les sports et les combats de gladiateurs. Bien que d'autres amphithéâtres historiques se trouvaient autrefois dans l'ouest de la Turquie, ils sont en grande partie tombés en ruine. Des arènes relativement bien conservées existent dans d'autres parties de la Turquie, y compris la ville de Kibyra et Anavarza, vieille de 2 300 ans, un site du sud dont le nom se traduit par « invincible ».

    L'amphithéâtre nouvellement découvert date d'environ 200 après JC, lorsque la dynastie des Sévères régnait sur l'Empire romain, rapporte Laura Geggel pour Sciences en direct.

    "Au cours de cette dynastie, la ville de Mastaura était très développée et riche", raconte Tuncer et chef des fouilles, Sedat Akkurnaz, archéologue à l'université Adnan Menderes. Sciences en direct. “Il y a une grande augmentation et une grande variété de pièces de monnaie Mastaura au cours de cette période.”

    Par rapport au Colisée, qui pouvait contenir plus de 50 000 personnes, l'arène turque avait une capacité maximale comprise entre 15 000 et 20 000. Les deux structures présentaient des caractéristiques similaires, notamment des salles où les gladiateurs attendaient leur tour pour se battre et des zones de divertissement privées. Les archéologues disent que les gens des environs se sont probablement rendus à Mastaura pour parier sur des combats d'animaux sauvages et des combats de gladiateurs.

    “Des gens des villes voisines venaient à Mastaura. pour regarder les grands événements dans ce bâtiment, spécialement conçu pour les spectacles sanglants, racontent Tuncer et Akkurnaz Sciences en direct.

    L'équipe a trouvé l'aréna l'été dernier et a passé les derniers mois à débroussailler les arbres et les broussailles qui avaient poussé sur le site. Comme l'a rapporté l'agence de presse İhlas en août 2020, les archéologues ont localisé l'amphithéâtre à l'aide de documents écrits par des personnes qui ont visité la région il y a plus de 200 ans.

    "Lorsque les voyageurs européens sont venus visiter l'Anatolie au XVIIIe siècle, ils ont également visité Mastaura et partagé des informations à ce sujet", a déclaré Akkurnaz à l'agence. “Lorsque nous avons examiné les notes de ces voyageurs, nous avons constaté qu'ils donnaient des informations très intéressantes sur Mastaura.”

    Par le Temps de la ville grecque, la zone où se trouvait autrefois Mastaura est une zone sismique. Différentes cultures, dont les Spartiates, les Ioniens, les Perses et les anciens Romains, ont reconstruit la ville à plusieurs reprises au cours des siècles. Environ 80 pour cent de Mastaura a finalement été enterré sous le sol.

    L'équipe a également découvert des preuves d'autres implantations dans la région, notamment les restes de quatre citernes, une tombe et un moulin, selon Sabah quotidien.

    "Nous pensons qu'il existe de nombreuses petites colonies autour de l'ancienne ville de Mastautra, et la citerne et la tombe que nous avons [trouvées] ici en sont la preuve évidente", a déclaré Akkurnaz à l'agence de presse Demirören en octobre dernier. “Donc, Mastaura était un centre et il y avait des villages ruraux comme celui-ci.”

    Sciences en direct note que les chercheurs travaillent maintenant avec le musée archéologique d'Aydón et la municipalité de Nazilli pour réparer les fissures dans les murs de l'arène et réparer autrement la structure. Ils prévoient de mener des levés géophysiques pour en savoir plus sur les parties des bâtiments qui restent sous terre, ainsi que d'utiliser des balayages laser pour créer une image virtuelle en 3D de l'arène.

    Comme Monika Kupper et Huw Jones l'ont rapporté pour BBC News en 2007, un cimetière trouvé dans l'ancienne ville turque d'Éphèse suggère que la vie de gladiateur romain n'était pas aussi simple qu'on pourrait le penser. Une analyse des os de 67 individus a montré que beaucoup avaient des blessures guéries, un signe clair qu'ils étaient des combattants prisés qui ont reçu un traitement médical de haute qualité. Plutôt que de participer à des bagarres de masse, ont écrit les chercheurs, les preuves indiquaient que des gladiateurs entreprenaient des duels en tête-à-tête régis par un ensemble précis de règles.

    Certains gladiateurs sont morts de blessures subies au combat, tandis que d'autres ont été exécutés pour manque de courage ou d'habileté. Mais quelques privilégiés ont survécu à cette profession mortelle, accomplissant leurs trois années de combats nécessaires pour gagner leur liberté. Un homme libre probablement enterré à Éphèse avait de multiples blessures guéries, dont aucune ne s'était avérée fatale.

    "Il a vécu une vie romaine tout à fait normale", a déclaré à BBC News le co-auteur de l'étude, Fabian Kanz, pathologiste à l'Université de médecine de Vienne. “Et je pense que, très probablement, il est mort de causes naturelles.”

    À propos de Livia Gershon

    Livia Gershon est une journaliste indépendante basée dans le New Hampshire. Elle a écrit pour JSTOR Daily, le Daily Beast, le Boston Globe, le HuffPost et Vice, entre autres.


    Commmodus prend le trône

    Lucius Aurelius Commode, né en 161 après JC, a été nommé co-empereur par son père Marc-Aurèle en 177 après JC alors qu'il n'avait que 16 ans. L'écrivain romain contemporain Cassius Dio décrit le jeune héritier comme "plutôt simple d'esprit", mais il a régné agréablement avec son père et a rejoint Marc-Aurèle dans les guerres marocomaniques contre les tribus germaniques le long du Danube, que l'empereur menait pour plusieurs années.

    Mais une fois que Marc Aurèle est mort en 180 après JC (de causes naturelles, pas de la propre main de son fils, comme illustré dans Gladiateur), Commode fit à la hâte la paix avec les tribus afin de pouvoir retourner à Rome "pour profiter du plaisir de la capitale avec les jeunes gens serviles et débauchés que Marcus avait bannis, mais qui bientôt regagnaient leur rang et leur influence auprès de l'empereur".

    Malgré ses goûts personnels inhabituels, Commode s'est d'abord comporté plus comme un jeune homme riche et gâté que comme un dictateur sanglant. Cassius Dio a déclaré que Commode n'était pas naturellement méchant, mais que sa lâcheté en faisait l'esclave de ses compagnons.

    Il a gardé en place la plupart des conseillers du régime de son père et les trois premières années de son règne se sont déroulées aussi bien que celles de son père avec l'avantage supplémentaire que Rome ne menait plus de guerres. En fait, le règne de Commode aurait pu devenir tout à fait banal dans l'histoire de Rome sans un incident malheureux.


    3. Ils ne se sont pas toujours battus jusqu'à la mort.

    Les films et émissions de télévision hollywoodiens décrivent souvent les combats de gladiateurs comme une mêlée sanglante, mais la plupart des combats se déroulent selon des règles et des règlements assez stricts. Les compétitions étaient généralement des combats singuliers entre deux hommes de taille et d'expérience similaires. Les arbitres ont supervisé l'action, et ont probablement arrêté le combat dès qu'un des participants a été grièvement blessé. Un match pouvait même se terminer dans une impasse si la foule s'ennuyait après une bataille longue et interminable, et dans de rares cas, les deux guerriers étaient autorisés à quitter l'arène avec honneur s'ils avaient organisé un spectacle passionnant pour la foule.

    Comme les gladiateurs coûtaient cher à loger, nourrir et entraîner, leurs promoteurs répugnaient à les voir tués inutilement. Les entraîneurs peuvent avoir appris à leurs combattants à blesser et non à tuer, et les combattants peuvent avoir pris sur eux d'éviter de blesser gravement leurs frères d'armes. Néanmoins, la vie d'un gladiateur était généralement brutale et courte. La plupart n'ont vécu que jusqu'à la mi-vingtaine, et les historiens ont estimé que quelque part entre un combat sur cinq ou un sur 10 a laissé l'un de ses participants mort.


    A quoi servait le Colisée ?

    La principale raison pour laquelle le Colisée a été construit était que l'empereur Vespasien offrait aux Romains un lieu de divertissement. Il servait également de rappel aux Romains du pouvoir de leur empereur, de la richesse et de la générosité qui leur étaient accordées. De nombreux événements ont été organisés, mais la principale attraction était les combats de gladiateurs. On pense que les jeux de gladiateurs ont commencé à célébrer la mort d'un noble en faisant des sacrifices humains pour apaiser l'esprit des défunts. En d'autres termes, il était lié à la magie et à la religion. Il montrait aussi la richesse et le prestige des individus qui tenaient ces jeux. Les combats de gladiateurs étaient principalement entre mâles, et plus tard, des animaux ont été introduits pour ajouter plus d'excitation. Ces animaux étaient normalement importés d'Asie, d'Égypte et d'Afrique. Les gladiateurs étaient normalement composés d'esclaves, de prisonniers de guerre ou de forçats. Oui, les gladiateurs étaient autorisés à se libérer après avoir remporté plusieurs batailles et c'était un grand honneur pour un gladiateur de recevoir une épée en bois de l'empereur devant une foule rugissante qui signifiait sa liberté.


    Chronologie

    Une petite vallée

    À l'époque préhistorique, l'endroit où se trouve actuellement le Colisée était une zone de collecte des eaux de ruissellement. À la longue, un petit étang s'est formé entre les collines.

    Empire romain

    C'est l'époque de la République romaine. Aux premiers temps de cette République, les Romains vinrent s'installer au bord du Tibre. Pour assécher l'étang, ils ont construit des drains et remplacé les marais par une ville. Des temples, des bâtiments, des espaces publics apparaissent. La zone de l'étang antique est à la jonction entre 4 secteurs de la Rome antique.

    L'incendie de Rome

    Le 19 juillet, un incendie se déclare à Rome. Il se propage rapidement et consomme une grande partie de la ville, qui est alors détruite. La catastrophe a duré 6 jours. Une fois éteint, l'empereur Néron ordonna la construction d'un palais sur le terrain de l'ancien étang. Il a rasé les ruines de cette zone et les a remplacées par une série de belles maisons, des jardins et même un lac artificiel. Cet endroit devient un symbole de pouvoir.

    Début de la construction du Colisée

    À la mort de Néron, son successeur Vespasien ordonna que la zone bâtie de Néron soit rendue au peuple. Son palais est alors détruit et remplacé par des bâtiments à l'usage du peuple. Le principal sera un grand amphithéâtre, symbole du rassemblement du peuple.

    Inauguration du Colisée

    Vespasian meurt en 79, il ne verra pas son amphithéâtre fini. C'est son fils Titus qui l'inaugure, en 80 après JC. Il offre à cette occasion un spectacle gigantesque, une reconstitution d'une bataille navale.

    Premiers travaux d'amélioration

    Dès qu'il a pris le pouvoir, l'empereur Domitien, frère de Titus, a ordonné des améliorations au Colisée. Il construit le troisième étage et creuse l'hypogée, dans le sol de l'arène. L'hypogée représente les coulisses du spectacle, d'où l'on pouvait faire remonter dans l'arène ce que l'on voulait voir.

    Premières réparations

    Sous le règne d'Antoine, au IIe siècle, un incendie s'est propagé à la ville. 350 maisons ont été détruites mais cet incendie a causé moins de dégâts que celui sous Néron, il y a 3 siècles. L'incendie ayant atteint le Colisée des travaux fut engagé pour des réparations.

    Deuxième incendie

    Un deuxième incendie provoqua la destruction presque complète du Colisée, qui subit sa pire journée le 2 août 217. L'incendie qui éclata ce jour-là brûla pendant plusieurs jours les structures du bâtiment, notamment les gradins du troisième étage, en bois. L'édifice est alors en ruine, et l'empereur Macrin a dû entreprendre de grands travaux qui ont duré 30 ans.

    Deuxième inauguration

    Ce n'est qu'en 240 que le Colisée est suffisamment avancé pour être inauguré. Nous sommes alors sous le règne d'Alexandre Sévère, et il restera après de nombreuses réparations avant d'être entièrement restauré. Mais l'inauguration a toujours lieu, le bâtiment étant dédié aux Dieux.

    A deux reprises, en 250 et 254, un nouvel incendie se déclare au Colisée, qui est à nouveau endommagé. Mais les réparations seront plus rapides, à chaque fois.

    Premier tremblement de terre

    Un tremblement de terre après l'Afrique du Nord et l'Empire romain d'Orient, le tremblement est violent. Les dégâts à Rome sont importants et le Colisée et légèrement touché.

    Dernier combat de gladiateurs

    Le dernier combat de gladiateurs au Colisée eut lieu en 404. L'empereur Théodose s'étant converti au christianisme il ordonna la fin des persécutions des chrétiens ainsi que tout rappel au paganisme. Les combats de gladiateurs sont enfin abolis.

    Rome sacrée

    En 410 les Wisigoths font irruption en Europe, avec d'autres peuples germaniques. Les Wisigoths avancent sur Rome et provoquent le siège de la ville. Les Romains, incapables d'enterrer leurs morts hors des murs, transformèrent le Colisée en un grand cimetière. A la fin du siège, lorsque les Wisigoths parviennent à entrer dans la ville, ils la saccagent. Peu de temps après, 2 m de terre ont été ajoutés aux tombes pour les enterrer plus efficacement.

    Restauration

    Les co-dirigeants Honorius et Thédose II entreprennent des travaux de restauration qu'ils paient sur leurs fonds propres. Désormais, toutes les pierres effondrées seront récupérées pour être réutilisées, ce qui détruira progressivement des pans entiers du Colisée.

    Nouveau tremblement de terre

    Le Colisée subit un nouveau tremblement de terre en 429, sous Théodose II et Valentin III. De nouvelles réparations ont eu lieu à cette occasion.

    3 ème tremblement de terre

    Quatre ans plus tard, un nouveau tremblement de terre frappe Rome, le Colisée est à nouveau touché. Cette fois c'est le Préfet Lampadius qui fera les réparations sur son argent personnel.

    Carnage des Vandales

    Les Allemands des Vandales arrivent à Rome et saccagent la ville pendant 15 jours sous les ordres de Genseric.

    Restaurations

    La fin du Ve siècle voit une série de restaurations avoir lieu sur le Colisée. Nous avons des dédicaces grâce à des pierres gravées, elles donnent la plupart du temps l'auteur des oeuvres.

    C'est en 523 que la dernière chasse aux animaux eut lieu au Colisée. Depuis le début ce spectacle populaire consistait à observer comment les "chasseurs" attaquaient leurs proies. Ce spectacle est maintenant terminé.

    Le Colisée est abandonné

    Pendant 4 siècles, le Colisée ne sera plus utilisé ni entretenu. Pendant ce temps différents événements la marquent : Une route est construite à travers l'arène, la vallée est partiellement remplie de terre, et surtout les pierres ont été utilisées pour d'autres raisons, comme la construction de bâtiments privés. Peu à peu, le Colisée est défiguré. Au IXe siècle, il appartient à l'église Santa Maria Nova.

    Le Colisée sert d'habitations

    Petit à petit, l'église aménage l'intérieur du Colisée avec de petits bâtiments, trace des chemins entre les travées et organise la vie sur place. Des maisons y sont louées ou vendues. Du côté nord, une route est construite pour améliorer l'accès au monument. Et pour la première fois on parle de "Amphitheatrum Colisei".

    Arrivée des Vikings

    Les Vikings arrivent du nord de l'Europe à Rome. La ville tombe vite entre leurs mains, ils se partagent les secteurs de Rome. Mais ils ne peuvent arrêter la guerre entre les différentes familles vikings. L'un d'eux, les Frangipanes, s'installe au Colisée.

    En 1349 il y eut un fort tremblement de terre sur l'Europe. De nombreuses villes ont été touchées, dont Rome. C'est à cette occasion que le phare d'Alexandrie s'effondre finalement en mer. À Rome, le Colisée a été touché, mais il était déjà en partie en ruines auparavant, de toute façon.

    Transfert de propriété

    L'Archiconfrérie Saint-Sauveur achète un tiers du Colisée, dont les deux autres tiers sont la propriété de l'Église et du Sénat romain. En même temps, ils obtiennent les droits d'utilisation des matériaux. Cette archiconfrérie a toujours son insigne gravé dans la pierre du Colisée.

    Destruction pierre par pierre

    Jusqu'au XVIIIe siècle le Colisée sera progressivement détruit, les pierres étant vendues pour la construction des maisons, palais et églises de Rome.

    Premières mesures de protection

    Considérant le Colisée comme un lieu symbolique de la persécution des premiers chrétiens, le pape Benoît XIV a interdit toute destruction supplémentaire. Il entame même des travaux de restauration pour embellir l'ensemble architectural.

    Poser un chemin de croix

    L'archiconfrérie de Jésus et Marie organise la première procession dans le Colisée. Pour l'occasion un chemin de croix y est installé.

    Projet de parc archéologique

    Les forces napoléoniennes conquièrent une partie de l'Italie actuelle et pénètrent dans Rome. Ils administrent ensuite la ville et créent un projet de parc archéologique qui englobe tout le centre historique.

    Tâches de sauvegarde

    Au cours de la première moitié du XIXe siècle, d'importants travaux de restauration sont entrepris. Ce sont les premiers travaux importants de sauvegarde du monument. C'est à cette époque que sont construits les contreforts en briques qui délimitent les vestiges de la façade.

    Restauration

    De nouvelles restaurations sont entreprises, ce qui permet de découvrir de nombreux vestiges encore inconnus à l'époque. Le chemin de croix est détruit. Le Colisée prend la forme que nous connaissons aujourd'hui.


    Une arène de gladiateurs de l'époque romaine découverte en Turquie

    Les spectateurs parient probablement sur les combats d'animaux sauvages et les combats de gladiateurs de l'arène.

    Des archéologues en Turquie ont découvert les vestiges d'une "magnifique" arène de l'époque romaine, où jusqu'à 20 000 spectateurs ont probablement applaudi et raillé en regardant des matchs de gladiateurs et des combats d'animaux sauvages, ont déclaré les fouilleurs.

    L'arène vieille de 1 800 ans a été découverte sur les collines de l'ancienne ville de Mastaura, dans la province d'Aydın, à l'ouest de la Turquie. Sa grande zone centrale, où se déroulaient autrefois les "spectacles sanglants", s'est depuis remplie de terre et de végétation au fil des siècles.

    "La majeure partie de l'amphithéâtre est sous terre", et la partie visible est en grande partie couverte d'"arbustes et d'arbres sauvages", Mehmet Umut Tuncer, directeur provincial de la culture et du tourisme d'Aydın et chef de l'étude du projet Sedat Akkurnaz, archéologue à Adnan L'Université Menderes en Turquie, a déclaré à Live Science dans un e-mail traduit.

    Les archéologues ont découvert l'arène à l'été 2020, après avoir reçu l'autorisation du ministère turc de la Culture et du Tourisme de mener des recherches archéologiques dans la ville antique. Après avoir trouvé d'immenses pierres s'élevant du sol, l'équipe a immédiatement commencé à nettoyer et à étudier le site. D'octobre à décembre 2020, ils "ont abattu tous les buissons et arbres sauvages", ont déclaré Akkurnaz et Tuncer. "Nous avons commencé à protéger le bâtiment contre la destruction de la nature."

    Il est vite devenu évident que l'arène était ancienne, datant d'environ 200 après JC, ce qui signifie qu'elle a été construite au cours de la Dynastie des Sévères, qui comprenait cinq empereurs qui ont successivement régné de 193 à 235 après JC, ont-ils dit.

    "Au cours de cette dynastie, la ville de Mastaura était très développée et riche", car les administrateurs romains ont aidé la ville à se développer économiquement, ce qui a conduit à de nouvelles pierres et maçonnerie datant de cette dynastie, ont déclaré Akkurnaz et Tuncer. "Il y a une grande augmentation et une grande variété de pièces de monnaie Mastaura au cours de cette période", ont-ils ajouté.

    Une grande partie de la structure souterraine de l'arène est bien conservée. "C'est solide, comme s'il venait juste d'être construit", ont déclaré Akkurnaz et Tuncer. De nombreuses structures au-dessus du sol se sont effondrées au fil des ans, mais il est toujours possible de trouver "certaines des rangées de sièges, l'arène où les gladiateurs se sont battus et les murs de soutènement à l'extérieur du bâtiment", ont-ils déclaré.

    Entre 15 000 et 20 000 personnes pourraient entrer dans l'arène, ce qui la rend plus petite que le célèbre Colisée de Rome, qui contenait environ 50 000 personnes, ont déclaré Akkurnaz et Tuncer. Le Colisée, qui a été construit vers 70 après JC, était plus grand dans l'ensemble et ses murs extérieurs mesurent encore environ 157 pieds (48 mètres) par rapport aux murs de l'arène Mastaura de 82 pieds (25 m) et l'arène centrale du Colisée était d'environ 285 pieds par 180 pieds (87 par 55 m), par rapport à la plus petite arène de Mastaura d'environ 131 pieds par 98 pieds (40 par 30 m), ont déclaré Akkurnaz et Tuncer.

    Les combats de gladiateurs et les combats d'animaux sauvages dans l'arène de Mastaura, sur lesquels les gens parient, étaient probablement aussi sanglants que ceux du Colisée, ont déclaré Akkurnaz et Tuncer. L'arène comportait également des zones spécialisées, notamment des salles d'attente pour les gladiateurs et des salles de divertissement pour les spectateurs privés, ont découvert les archéologues.

    "Il n'y a aucun exemple précédent d'un tel amphithéâtre en Anatolie [également connue sous le nom d'Asie Mineure] et ses environs immédiats", ont déclaré les chercheurs. L'arène a probablement attiré des spectateurs de partout, y compris des anciennes villes d'Anatolie occidentale d'Aphrodisias, d'Éphèse, de Magnésie, de Milet et de Priène, ont-ils déclaré.

    "Des habitants des villes voisines venaient dans la ville de Mastaura pour assister aux grands événements dans ce bâtiment spécialement conçu pour des spectacles sanglants", ont-ils déclaré.

    À l'avenir, l'équipe travaille avec le musée archéologique d'Aydın et la municipalité de Nazilli, qui englobe Mastaura, pour nettoyer et préserver l'arène. Ils prévoient de remédier aux "fissures dans les murs du bâtiment" et aux pierres de maçonnerie qui tombent de l'ancienne structure. L'équipe a déjà conservé l'un des murs de l'arène et a commencé à faire des scans laser de la structure afin d'en faire une image virtuelle en 3D.

    Après cela, probablement en mai, les archéologues prévoient de faire des relevés géophysiques au-dessus du bâtiment afin qu'ils puissent "comprendre à quoi ressemblent les parties souterraines du bâtiment", ont déclaré Akkurnaz et Tuncer.


    Un bref historique sur le Colisée romain

    Le Colisée était a commencé sous le règne de Vespasien en tant qu'empereur néophyte, vers 70 à 72 de notre ère, pour tenter de redonner prestige et pouvoir aux Romains après les excès du règne de Néron. Le site abritait à l'origine un lieu de plaisir pour offrir du divertissement et du luxe à Néron. Cependant, Vespasien l'a transformé en un endroit pour loger les gens – racler les vestiges de la Maison Dorée et en faire le plus grand amphithéâtre destiné à accueillir les citoyens romains.

    Après une décennie de construction, le Colisée - également présenté comme le Amphithéâtre Flavien – a été consacrée par Titus en 80 EC, le successeur de Vespasien. Titus a célébré l'ouverture de l'arène avec brio, en se concentrant sur l'organisation de 100 jours de jeux.


    L'empire Vespasien

    Sous le règne de l'empire Vespasien en 72 après JC, une révolte éclata à Jérusalem qui produisit un butin et des esclaves sans fin. Peu de temps après, il a été réprimé par Vespasian Flavian alors qu'il commandait un projet ambitieux de construction du plus grand amphithéâtre jamais connu de l'humanité. Son objectif premier était de rendre ses sujets heureux afin qu'il puisse continuer à étendre l'Empire.

    Après l'assassinat de l'empereur Néron, Vespasien devint empereur romain en 69 après JC et fut le quatrième empereur cette année-là. C'était l'année des troubles civils. Rome s'est vite rendu compte que la stabilité était la clé de la croissance de la nation et qu'elle ne devrait pas nommer un autre empereur peu de temps après avoir introduit le quatrième en l'espace d'un an.

    Même si nous ne savons pas qui était l'architecte du Colisée ou les personnes impliquées dans sa construction, ce que nous savons avec certitude, c'est que des dizaines de milliers d'esclaves ont été impliqués dans la construction de cette structure massive.

    La seule certitude à cet égard est qu'il n'a fallu que huit ans pour le construire et que les matériaux utilisés étaient le travertin, la brique, le bois et le tuf.

    Aujourd'hui, le Colisée a presque 2000 ans. Cela aurait été encore mieux sans le pillage auquel il a succombé pendant 1000 ans et est devenu comme une carrière de pierre.


    Héros de l'histoire

    Le Colisée s'appelait à l'origine l'amphithéâtre Flavien. Il a été nommé d'après ses constructeurs, les empereurs Vespasien et Titus, tous deux de la famille Flavien. La construction a commencé vers 70 après JC près du Palatin, Esquilin et

    Collines de Caelian. Le Colisée a été construit pour divertir les masses avec des jeux barbares, tels que les célèbres jeux de gladiateurs.

    La célébration d'ouverture a été 100 jours de jeux au cours desquels des milliers d'animaux et de gladiateurs ont été tués. Le Colisée a été achevé en 80 après JC et peut accueillir plus de 50 000 personnes. . Souvent, le Colisée était inondé afin d'organiser de petites batailles navales. L'empereur avait sa propre entrée au Colisée, et depuis sa « loge » privée, il décidait du sort des gladiateurs qui avaient été vaincus. Sous le sol du Colisée se trouvait un labyrinthe de passages et des enclos temporaires pour les animaux. Le sol de l'arène était en bois recouvert de sable. Un ascenseur manuel a été utilisé pour élever les animaux du sous-sol jusqu'au sol de l'arène. Les murs des passages souterrains sont encore visibles aujourd'hui lorsque vous visitez le site.

    Le Colisée est aussi une merveille d'efficacité. Les Romains ont créé des billets et attribué des sièges bien avant l'apparition des arènes sportives modernes. Avant un match, un spectateur recevait un ticket portant un numéro correspondant à l'une des 79 arches d'entrée. Tous les arcs avaient des numéros au-dessus d'eux. Le billet comprenait également un niveau et un numéro de siège.

    Pendant près de 400 ans, le Colisée a été utilisé régulièrement et a survécu aux tremblements de terre, à la négligence et au pillage des papes qui ont pris son marbre pour leurs propres bâtiments. Il est tombé dans le désespoir pendant de nombreux siècles après son utilisation et n'a été conservé qu'au siècle dernier.

    Informations pour les visiteurs du Colisée
    Les frais d'admission au Colisée sont les suivants :
    Billet complet – 15,50 €
    Billet réduit UE – 10,50 € (uniquement pour les citoyens européens âgés de 18 à 25 ans)
    Billet UE mineurs et seniors - 4,50 € (uniquement pour les citoyens de l'UE âgés de plus de 65 ans et de moins de 18 ans)

    La carte archéologique de Rome est également valable au Colisée.

    Heures d'ouverture du Colisée :
    Mi-février - mi-mars : 9h - 16h30
    Mi-mars – fin mars : 9h00 – 17h00
    Fin mars – fin août : 9h – 19h
    Fin août – fin sept. : 9h – 18h30
    Fin sept. – fin octobre : 9h – 18h
    Fin octobre – mi-mars : 9h00 – 16h00

    Le Colisée est facile d'accès grâce à sa propre station de métro et est desservi par de nombreux bus. Les visites du Colisée sont quotidiennes et coûtent environ 10 € et peuvent être utilisées comme un billet commun pour la colline du Palatin à proximité. Vous trouverez également de nombreux guides dans la région qui vous proposeront des visites. Faites attention à qui vous choisissez - alors que beaucoup sont bien informés et réputés, il y en a quelques-uns qui ne le sont pas. Assurez-vous qu'ils ont une licence officielle de guide touristique.

    Que voir en visitant le Colisée :

    • L'extérieur - L'extérieur du Colisée romain est entièrement en travertin, s'étendant sur 527 m et sur quatre étages. Il y a 80 entrées, dont les deux principales sont réservées à l'empereur et à son entourage.
    • La Cavea – Autrement connu sous le nom de coin salon. Celui-ci est divisé en trois niveaux : le plus bas pour les chevaliers, le moyen pour les citoyens riches et le haut pour la population en général. Au total, le Colisée pouvait accueillir jusqu'à 45 000 spectateurs.
    • Le podium - L'arène est entourée d'un mur de 5 m de haut pour protéger les spectateurs des attaques des bêtes sauvages. Au sommet du mur se trouve le podium, sur lequel le parti impérial et d'autres VIP ont pris place.
    • La statue colosse de Néron – La statue qui a donné son nom à l'amphithéâtre est visible entre le Colisée et le temple voisin de Vénus et de Rome.
    • Mont Palatin – En venant vers la fin du forum, il y a un chemin qui part à droite, en montée. La colline palatine. En approchant du Colisée, vous verrez plusieurs choses. Des camions de vente, des gens déguisés en gladiateurs, des chariots de souvenirs et des rabatteurs.

    Effort de conservation du Colisée
    Lorsque la restauration a commencé en 1995, seulement 15 pour cent du Colisée était ouvert aux visiteurs. Désormais, jusqu'à 85 % du site est ouvert aux touristes. L'année dernière, pas moins de 2,5 millions de personnes ont visité l'amphithéâtre le plus célèbre du monde, ce qui en fait de loin le site le plus visité d'Italie.

    Le Colisée est constamment rénové et catalogué afin de le restaurer. Cependant, il y a beaucoup de paperasserie en Italie ainsi qu'un manque de fonds pour bon nombre de leurs ruines historiques. Le Colisée n'est pas à l'abri de cela et les progrès de sa conservation sont donc beaucoup plus lents qu'ils ne devraient l'être. De plus, la pollution de la Rome moderne est également une menace pour l'architecture.


    Voir la vidéo: Gladiator: Tu ne seras pas Empereur