Patrocle APL-19 - Histoire

Patrocle APL-19 - Histoire

Patrocle
(APL-19 : dp. 4 100 (1.) ; 1. 328' ; n. 50' ; dr. 14'; s. 12 k. ; cpl.
253 ; une. 8 20 mm.; cl. Achélous.)

Le LST-955 a été déposé au chantier naval de Bethlehem-Hingham Hingham, Massachusetts, le 22 septembre 1944 ; lancé le 22 octobre 1944 et placé en commission réduite le 13 novembre 1944 pour se rendre à Baltimore, Maryland; désarmé le 27 ; converti en ARL à l'usine Bethlehem Key Highway ; et commandé en totalité le 17 avril 1945, le lieutenant Evan G. Bower aux commandes.

Après le shakedown dans la baie de Chesapeake, le Patroclus a quitté la côte est le 22 mai 1945, a transité par le canal de Panama et s'est rendu à San Francisco pour l'équipement final. Naviguant vers l'ouest le 2 juillet, le navire de réparation des péniches de débarquement est arrivé à

Saipan le 7 août et s'est présenté au service avec la ServDiv 103. Le 26, il a continué vers la baie de Tokyo pour fournir des installations de réparation aux navires de la force de travail. Affecté à la baie de Tokyo, il a assisté à la reddition officielle du Japon le 2 septembre, puis a commencé les travaux de réparation sur tous les LSM, LCI, LCS et LST de la région. Le 7 avril 1946, Patroclus a été relevé par Romulus (APL-22) et le 8, il est parti pour la côte est des États-Unis et l'inactivation.

Désarmé le 2 octobre 1946, le Patroclus a été amarré à Green Cove Springs, en Floride, en tant qu'unité de la flotte de réserve de l'Atlantique jusqu'en novembre 1951. Puis transféré à la garde du 6e district naval, il a subi une conversion avant d'être transféré dans le cadre du programme d'assistance militaire. . Rayé de la Navy List le 22 août 1952, il est transféré en Turquie le 15 novembre 1952. En 1970, il sert cette nation sous le nom de Basaran (A 582).


Recettes de synthèse

Est tombé de

Contexte historique

Dans la mythologie grecque, comme enregistré dans l'Iliade par Homère, Patrocle ou Pátroklos (Gr. Πάτροκλος "gloire du père"), fils de Menoetius, était le meilleur ami d'Achille et, selon certains (y compris Ovide), son amant.

Au cours de la bataille de Patrocle avec Hector dans la guerre de Troie, le dieu Apollon, cherchant à donner le dessus à Hector, a désarmé Patrocle de ses armes, puis a fait tomber le casque de sa tête. Patrocle combattit bravement, mais tomba peu de temps après.

Alors qu'il était encore un garçon, Patrocle a tué son ami, Clysonymus, lors d'une dispute. Son père s'enfuit avec Patrocle en exil pour échapper à la vengeance, et ils se réfugièrent dans le palais de leur parent, le roi Pélée de Phthie. Là, Patrocle a apparemment rencontré pour la première fois le fils de Pélée, Achille. Pélée envoya les garçons être élevés par Chiron, le sage roi des centaures troglodytique.

Patrocle était probablement un peu plus âgé qu'Achille. Il est répertorié parmi les prétendants malheureux d'Hélène de Sparte, qui ont tous prêté serment solennel pour défendre le mari choisi (en fin de compte Ménélas) contre quiconque devrait se quereller avec lui.

À peu près à cette époque, Patrocle tua Las, fondateur d'une ville homonyme près de Gytheio, en Laconie, selon Pausanias le géographe. Pausanias a rapporté que le meurtre a été attribué alternativement à Achille. Cependant, il n'a pas été dit qu'Achille n'aurait jamais visité le Péloponnèse.

Neuf ans plus tard, Helen a fui Sparte avec le prince Paris de Troie. Ménélas et son frère Agamemnon, roi de Mycènes, ont commencé à envisager la guerre contre Troie. Les préparatifs de guerre et le rassemblement d'alliés et d'armées lui ont pris dix ans, selon certaines versions.

Quand Achille refusa de se battre à cause de sa querelle avec Agamemnon, Patrocle revêtit l'armure d'Achille, mena les Myrmidons et tua de nombreux Troyens et leurs alliés, dont le héros lycien Sarpédon (un fils de Zeus) et Cebriones (le conducteur de char d'Hector et fils illégitime de Priam) malgré l'avertissement d'Achille de ne pas engager le combat au-delà des navires achéens. Il a été tué par Hector et Euphorbos, avec l'aide d'Apollon.

Après avoir récupéré son corps, qui avait été protégé sur le terrain par Ménélas et Telamonian Aias, Achille est retourné au combat et a vengé la mort de son compagnon en tuant Hector. Achille a alors profané le corps d'Hector en le traînant derrière son char au lieu de permettre aux Troyens de s'en débarrasser honorablement en le brûlant. Le chagrin d'Achille était grand et pendant un certain temps, il refusa de se débarrasser du corps de Patrocle, mais il fut persuadé de le faire par une apparition de Patrocle, qui dit à Achille qu'il ne pouvait pas entrer dans l'Hadès sans une crémation appropriée. Achille a coupé une mèche de ses cheveux et sacrifié des chevaux, des chiens et douze captifs de Troie avant de placer le corps de Patrocle sur le bûcher funéraire.

Achille a ensuite organisé une compétition sportive en l'honneur de son compagnon décédé, qui comprenait une course de chars (remportée par Diomède), de la boxe (remportée par Epeios), de la lutte (un match nul entre Telamonian Aias et Ulysse), une course à pied (gagnée par Ulysseus), un duel (un match nul entre Aias et Diomède), un lancer du disque (remporté par Polypoites), un concours de tir à l'arc (remporté par Meriones) et un lancer de javelot (remporté par Agamemnon, sans opposition). Les jeux sont décrits dans le livre 23 de l'Iliade, l'une des premières références aux sports grecs.

Dans l'Iliade, l'amour d'Achille pour Patrocle anime l'histoire et contribue au thème général de l'humanisation d'Achille. Alors que dans l'Iliade, cet amour peut être considéré comme chaste, dans les écrits grecs ultérieurs, tels que le Banquet de Platon, la relation entre Patrocle et Achille est présentée comme un modèle d'amour sexuel, généralement interprété comme pédérastique. Le principal désaccord dans les temps anciens était entre ceux, comme Eschyle, qui considéraient que Patrocle était l'eromenos (bien-aimé) d'Achille, et celui d'autres, dont Platon, qui soutenaient qu'Achille était l'eromenos. D'autres auteurs anciens encore, tels que Xénophon dans son Symposium, ont soutenu que c'était une erreur d'étiqueter leur relation comme sexuelle.

Les funérailles de Patrocle sont décrites dans le livre 23 de l'Iliade. Patrocle est incinéré sur un bûcher funéraire, et ses os sont rassemblés dans une urne dorée en deux couches de graisse. Le tumulus est construit à l'emplacement du bûcher. Achille parraine alors des jeux funèbres, consistant en une course de chars, de la boxe, de la lutte, de la course, un duel entre deux champions au premier sang, du lancer du disque, du tir à l'arc et du lancer de lance.

La mort d'Achille est donnée dans des sources autres que l'Iliade. Ses ossements ont été mêlés à ceux de Patrocle afin que les deux soient compagnons dans la mort comme dans la vie et les restes ont été transférés à Leuke, une île de la mer Noire. Leurs âmes auraient parfois été vues errant sur l'île.

Dans l'Odyssée d'Homère, Ulysse rencontre Achille dans l'Hadès, accompagné de Patrocle, Telamonian Aias et Antilochus.

Un général de Croton identifié comme Autoleon ou Leonymus aurait visité l'île de Leuke alors qu'il se remettait de blessures reçues lors de la bataille contre les Locri Epizefiri. L'événement a été placé pendant ou après le 7ème siècle avant JC. Il rapporta avoir vu Patrocle en compagnie d'Achille, d'Ajax le Petit, d'Aias télamonienne, d'Antiloque et d'Hélène.


Contenu

Si vous lui donnez du nectar, Patrocle vous donnera la pointe de lance brisée.

La jauge d'affinité de Patrocle est au maximum de 8 cœurs.

Favoriser [ ]

La faveur de Patrocle fait partie de la liste fatale des prophéties mineures, tout comme Achille Zagreus doit trouver un moyen de réunir les deux. À un moment donné, après que Zagreus ait approfondi autant que possible sa relation avec Patrocle et Achille, Patrocle demandera à Zagreus de dire à Achille de « tout risquer ». Achille finira par dire à Zagreus de modifier son contrat avec l'aide de Nyx, Zagreus le trouvera dans la chambre administrative, et il pourra alors dépenser 5 pour le modifier.

La jauge d'affinité est déverrouillée lorsque Zagreus trouve ensuite Patrocle et Achille ensemble à Elysium.


Traitement Traitement

La plupart des cas d'APL sont traités avec un médicament chimiothérapeutique anthracycline (daunorubicine ou idarubicine) plus le médicament non chimiothérapeutique, l'acide tout-trans-rétinoïque (ATRA), qui est un parent de la vitamine A. Ce traitement conduit à une rémission dans 80% à 90% des malades. [6]

Les patients qui ne tolèrent pas un médicament anthracycline peuvent recevoir ATRA plus un autre médicament appelé trioxyde d'arsenic. [6] Le trioxyde d'arsenic s'est également avéré être une alternative efficace pour les 20 à 30 % de patients atteints de LAP qui ne répondent pas au traitement initial ou qui rechutent. Si le traitement au trioxyde d'arsenic permet d'obtenir une rémission, d'autres cures de ce médicament peuvent être administrées. Une greffe de cellules souches peut également être une option. Si une deuxième rémission n'est pas obtenue, les options de traitement peuvent inclure une greffe de cellules souches ou la participation à un essai clinique. [7]

Des informations supplémentaires relatives au traitement de la leucémie promyélocytaire aiguë sont accessibles via Medscape. Cela comprend des informations détaillées sur l'utilisation du trioxyde d'arsenic.

Traitements approuvés par la FDA

  • Trioxyde d'arsenic(Nom de marque : Trisenox) - Fabriqué par Cephalon
    Indication approuvée par la FDA : en association avec la trétinoïne pour le traitement des adultes atteints de leucémie aiguë promyélocytaire (LPA) à faible risque nouvellement diagnostiquée dont la LPA est caractérisée par la présence du t(1517). Également approuvé pour l'induction de la rémission et de la consolidation chez les patients atteints de leucémie promyélocytaire aiguë (LPA) qui sont réfractaires à la chimiothérapie à base de rétinoïdes et d'anthracyclines ou en rechute, et dont la LPA est caractérisée par la présence de la translocation t(1517) .
    Portail d'information sur les médicaments de la Bibliothèque nationale de médecine
    Informations sur la santé Medline Plus
  • Trétinoïne(Nom de marque : Vesanoid®) - Fabriqué par Roche Pharmaceuticals
    Indication approuvée par la FDA : Induction de la rémission chez les patients atteints de leucémie promyélocytaire aiguë qui sont réfractaires ou incapables de tolérer les schémas thérapeutiques cytotoxiques à base d'anthracycline.
    Portail d'information sur les médicaments de la Bibliothèque nationale de médecine
    Informations sur la santé Medline Plus

Comment corriger les erreurs

Personnes vaccinées sur un site dirigé par le PCN

Pour les personnes vaccinées dans un site dirigé par votre propre réseau de soins primaires, veuillez apporter les modifications nécessaires en utilisant le système de point de soins de vaccination. Cela mettra ensuite à jour le Service national de gestion de la vaccination et le dossier du médecin généraliste. Les modifications ne doivent pas être effectuées directement dans le système clinique du médecin généraliste.

Personnes vaccinées en dehors de votre propre PCN

Pour les personnes vaccinées dans un pôle hospitalier, un centre de vaccination, une pharmacie communautaire ou un groupement PCN en dehors du cabinet de la personne, veuillez contacter le service d'assistance aux vaccins au 0300 200 1000, ou envoyer un e-mail à l'équipe d'assistance qualité des données de vaccination à [email protected] net pour enregistrer l'erreur et la résoudre. Veuillez fournir le numéro NHS de la personne et les informations sur les événements vaccinaux et les détails des réservations du site de vaccination, le cas échéant. (Ces coordonnées ne doivent pas être partagées avec le public et sont uniquement destinées au personnel du NHS pour contacter l'équipe du programme de vaccination.)


Achille et Patrocle étaient-ils amants ?

C'est l'une des grandes questions de la mythologie grecque qui continue d'être débattue des milliers d'années plus tard : Achille et Patrocle étaient-ils amants ? Ou juste des amis platoniques ?

Sur Quora, je suis récemment tombé sur une réponse populaire à la question « Quelles parties importantes des mythes grecs les cinéastes semblent-ils toujours se tromper ? »

Selon cette réponse, qui, au moment de la rédaction, a été votée plus de 6 000 fois, l'une de ces choses sur lesquelles ils se trompent est la relation entre Achille et Patrocle. Cet écrivain est sûr qu'Hollywood (et en particulier le film de 2004 Troie) refuse de montrer la vraie nature romantique de leur relation afin de plaire à un public plus large. "Oui, Achille est gay", déclare-t-il définitivement.

Je n'écrirais pas normalement un article en réponse à l'opinion d'une seule personne en ligne, mais j'ai rencontré ce sentiment à plusieurs reprises au fil des ans. Il existe une attitude répandue selon laquelle Achille et Patrocle étaient clairement dans une relation sexuelle et que quiconque remet cela en question ou n'est pas d'accord doit avoir un agenda caché qui les amènerait à nier leur vraie nature.

Dans un article sur le film Troie dans le Guardian, le critique écrit : « Il semble que le héros grec (Achille) ait subi un processus de lissage radical – et je ne parle plus de ses cheveux. Pas de dieux et pas d'homosexuels. Vous devez vous demander pourquoi ils ont pris la peine de faire un film sur la Grèce antique en premier lieu. »

Alors, ici, je vais nous ramener aux sources originales et offrir une sorte de réfutation à cette interprétation populaire. Mais je vais aussi examiner les meilleures preuves qu'Achille et Patrocle étaient dans une relation amoureuse ou sexuelle.

En ce qui concerne Achille et Patrocle, le point de départ évident est le poème épique d'Homère l'Iliade. C'est le récit le plus ancien et le plus définitif de leur vie, ainsi que le matériel source sur lequel la plupart des interprétations et représentations ultérieures étaient basées. C'est l'étalon-or lorsqu'il s'agit de la mythologie d'Achille et de Patrocle.

Alors qu'est-ce que l'Iliade dire? En termes simples, cela dit qu'ils sont des compagnons incroyablement proches. Il n'affirme pas ou, pour autant que je sache, n'implique même pas qu'Achille et Patrocle soient amants. Mais ne me croyez pas sur parole. Voici quelques moments et citations que les partisans de l'argument de « l'amant » citent souvent :

Il est incontestable qu'Achille et Patrocle sont particulièrement proches l'un de l'autre. Achille souhaite même que tous les autres soldats, grecs et troyens, périssent afin que lui et Patrocle puissent conquérir Troie par eux-mêmes (Livre 16).

Après la mort de Patrocle par Hector, Achille réagit avec une tristesse et une colère intenses, allant jusqu'à dire qu'il a perdu la volonté de vivre jusqu'à ce qu'il soit capable de venger la vie de Patrocle. Voici quelques-uns de ses mots : "Mon cher camarade est mort - Patrocle - l'homme que j'aimais plus que tous les autres camarades, aimé comme ma propre vie - je l'ai perdu." Livre 18.

Patrocle revient en fantôme et a une dernière conversation avec Achille : "Une dernière demande - accordez-la, s'il vous plaît. N'enterrez jamais mes os en dehors des vôtres, Achille, laissez-les reposer ensemble… Alors maintenant, qu'une seule urne, l'urne à deux mains en or que votre noble mère vous a donnée, tienne nos os - ensemble. " Livre 23.

Plus tard, Achille organise un rituel funéraire élaboré et émotionnel pour Patrocle et place même une mèche de ses propres cheveux dans les mains de Patrocle (Livre 23).

Il y a beaucoup d'autres moments similaires, mais je pense que vous voyez l'image. Il est clair qu'Achille et Patrocle avaient un lien incroyablement profond et intime. Mais rien entre eux dans l'Iliade n'est explicitement romantique ou sexuel.

Gregory Nagy, qui pourrait bien être la principale autorité mondiale sur l'Iliade et le sens derrière le texte, écrit que, « Pour Achille. dans sa propre échelle ascendante d'affection telle que dramatisée par toute la composition de l'Iliade, la place la plus élevée doit appartenir à Patroklos. Encore une fois, rien de forcément sexuel.

Robin Lane Fox, un autre des historiens les plus influents et les plus compétents de la Grèce antique, le résume en disant : « Il n'y a certainement aucune preuve dans le texte de l'Iliade qu'Achille et Patrocle étaient amants » (The Tribal Imagination : Civilization and the Savage Mind, p. 223).

Ok, alors pourquoi tant de gens semblent-ils en désaccord avec Homer, ou souscrivent-ils à une interprétation qui va au-delà de ce qu'il a écrit ?

Parce que de nombreux Grecs des Ve et IVe siècles avant notre ère, des siècles plus tard après la rédaction de l'Iliade, ont décrit Achille et Patrocle comme des amants. Ils les ont présentés comme faisant partie d'une relation pédérastique, qui était une coutume à l'époque où un homme plus âgé (généralement dans la vingtaine) avait une relation sexuelle avec un homme plus jeune (généralement dans son adolescence).

Cependant, les écrivains grecs classiques ne pouvaient même pas s'entendre sur qui était le partenaire le plus âgé (efface) et qui était le plus jeune partenaire (éromène). Platon présente une version dans son Symposium, tandis qu'Eschyle en présente un autre dans sa pièce perdue Les Myrmidons (tandis que d'autres à l'époque, comme Xénophon, ne semblent pas du tout convaincus que les deux étaient amants).

Cette confusion me montre assez clairement que les Grecs classiques essayaient simplement de projeter leur culture sur une culture différente, beaucoup plus ancienne, dépeinte dans l'Iliade (qui a été écrit vers le 8ème siècle avant notre ère et basé sur des légendes remontant au 12ème siècle avant notre ère).

Cette projection a été un fil conducteur dans les représentations d'Achille et de Patrocle depuis l'Antiquité. Ils sont souvent présentés comme des amants dans des cultures plus libérales sexuellement (surtout en ce qui concerne l'amour homosexuel) et comme des amis proches dans des cultures plus conservatrices sexuellement.

Alors quel est le verdict ? Achille et Patrocle étaient-ils amants ?

Avant de répondre, il est important de préciser qu'Achille et Patrocle sont des figures mythologiques. Même si les mythes sont en quelque sorte vaguement basés sur des individus réels, l'Achille et le Patrocus que nous connaissons sont fictifs, pas historiques. Donc, il n'y a vraiment pas de réponse "vraie" de la même manière que nous savons que, disons, les États-Unis ont été fondés en 1776. C'est un peu plus abstrait et ouvert à l'interprétation.

Si par « Achille et Patrocle étaient-ils amants ? », on s'interroge sur la signification de la source la plus ancienne et la plus complète que nous ayons, la réponse pour moi est probablement non. Homère ne dit pas explicitement qu'ils l'étaient, ni ne l'implique clairement. Certains pensent qu'il y a des indices dans le texte qu'il espérait que les lecteurs et les auditeurs retiendraient, mais c'est un assez gros tronçon pour moi. Cela ressemble à un vœu pieux.

Si, cependant, on regarde la totalité de la tradition mythologique d'Achille et de Patrocle, il y a clairement beaucoup de précédents pour les représenter comme des amants. Beaucoup des plus grands penseurs, écrivains et artistes de l'histoire pensaient qu'Achille et Patrocle étaient romantiquement impliqués. De ce point de vue, pourquoi l'interprétation de Shakespeare (dans laquelle ils sont amants) est-elle moins valable que celle d'Homère ? Il y a certainement un argument selon lequel les mythes évoluent avec le temps et la version d'Homère n'est qu'un maillon (bien qu'important) de cette chaîne en cours.

Cela dépend donc de la façon dont vous abordez la recherche de la «vérité» dans la mythologie.

Il convient également de noter que certaines personnes ayant de bien meilleures références que moi semblent être en désaccord avec certaines de mes conclusions.

Madeline Miller, titulaire d'une maîtrise en lettres classiques de l'Université Brown, a passé plus d'une décennie à adapter l'Iliade dans le roman primé Le Chant d'Achille (que je révise ici). Dans ce document, Achille et Patrocle ont une relation sexuelle. Voici un court extrait de leur jeunesse, avant le début de la guerre de Troie :

« Je tremblais, j'avais peur de le mettre en fuite. Je ne savais pas quoi faire, ce qu'il voudrait. J'embrassai son cou, l'envergure de sa poitrine, et goûtai le sel. mûrir. Il sentait l'amande et la terre. Il se pressait contre moi, écrasant mes lèvres en vin" (100).

C'est l'un de mes livres préférés et je sais que Miller a tout fait pour être fidèle à l'ancienne source. Dans une interview, on lui a demandé comment elle en était arrivée à la conclusion que les deux étaient amants :

Je l'ai volé à Platon ! L'idée que Patrocle et Achille étaient amants est assez ancienne. De nombreux auteurs gréco-romains ont interprété leur relation comme une relation romantique - c'était une interprétation courante et acceptée dans le monde antique. Nous avons même un fragment d'une tragédie perdue d'Eschyle, où Achille parle de ses "baisers fréquents" et de Patrocle.

Il y a beaucoup de soutien pour leur relation dans le texte de la Iliade lui-même, bien qu'Homère ne le rende jamais explicite. Pour moi, la preuve la plus convaincante, à part la profondeur du chagrin d'Achille, est comment il s'afflige : Achille refuse de brûler le corps de Patrocle, insistant plutôt pour garder le cadavre dans sa tente, où il pleure et l'embrasse constamment, malgré les réactions horrifiées de ceux qui l'entourent. Ce sentiment de dévastation physique me parlait profondément d'une intimité vraie et totale entre les deux hommes.

Le fragment auquel Miller fait référence est de les myrmidons d'Eschyle, dont j'ai déjà parlé, a été écrit quelques siècles après l'Iliade a été finalisé. Et quant à la façon dont Achille pleure, elle souligne certainement leur intimité, mais n'implique pas nécessairement une intimité sexuelle. Du moins pas à moi. Miller admet également qu'elle s'est inspirée d'autres sources que l'Iliade pour développer son histoire.

Pour défendre l'autre côté un instant, nous ne savons tout simplement pas avec certitude ce qu'Homère voulait nous faire croire d'Achille et de Patrocle. Je ne suis pas convaincu qu'il voulait nous faire croire qu'ils étaient amants, mais il y a quelques passages qui ouvrent certainement la possibilité.

Il y a aussi beaucoup de choses que nous ne savons pas sur l'âge archaïque de la Grèce (l'époque d'Homère), il nous manque donc un contexte précieux. Peut-être que les Grecs de l'âge classique savaient quelque chose sur cette période antérieure que nous ne savons pas. Après tout, ils étaient beaucoup plus proches d'Homère en termes de chronologie que nous.

Ainsi, bien que je ne pense pas qu'Homère ait voulu que nous considérions Achille et Patrocle comme des amants, ce point de vue ne contredit pas non plus directement la version d'Homère. Donc, la certitude n'est pas vraiment sur la table ici. Le plus que l'on puisse vraiment dire, c'est qu'un aspect romantique ou sexuel de leur relation ne reflète pas une lecture littérale du texte. Tout ce qui va au-delà est un exercice de spéculation, de projection ou d'interprétation (ou les trois).


Gates et le PDG de Pfizer ne renonceront pas au vaccin

Bridgitt Arnold, un porte-parole de la famille Gates, a déclaré à USA TODAY que Gates, sa femme, Melinda, et leur famille prévoyaient de se faire vacciner contre COVID-19 « quand ce sera à leur tour de le faire ». Gates a fait une déclaration similaire dans une interview avec Savannah Guthrie sur "Aujourd'hui" de NBC, lorsqu'elle lui a demandé s'il prendrait personnellement le premier vaccin qui lui serait proposé.

"Quelle que soit ma place dans la file, je vais immédiatement intervenir et prendre le vaccin", a-t-il déclaré à Guthrie.

L'idée que Gates et sa famille refusent généralement de se faire vacciner, malgré leur soutien financier de longue date à la recherche sur les vaccins, a été réfutée par un certain nombre d'agences de presse, dont Reuters et l'Associated Press. Melinda Gates a nié les allégations dans une publication sur Facebook.

« Mes trois enfants sont complètement vaccinés », a-t-elle écrit en avril 2019. « Les vaccins fonctionnent. Et quand moins de gens décident de les obtenir, nous devenons tous plus vulnérables à la maladie. »

Les Gateses sont de fervents défenseurs de la vaccination et ont promis 250 millions de dollars pour la recherche, le développement et la livraison de vaccins, de diagnostics et de thérapies COVID-19, en particulier dans les pays à faible revenu. Bill Gates a critiqué la gestion du virus par le gouvernement fédéral et son plan de vaccination ultérieur.

"Le gouvernement fédéral a bien plus de ressources que les États", a déclaré Gates le 3 décembre dans une interview avec "Today". « Envoyer cela aux États-Unis signifie que nous ne serons pas parfaits, mais ce sera fait. »

BioNTech et Pfizer ont développé un vaccin COVID-19 qui est distribué aux États-Unis. (Photo: AP)

Albert Bourla, PDG de Pfizer, envisage de prendre le vaccin – mais pas encore. Amy Rose, porte-parole de Pfizer, a déclaré à USA TODAY que les doses initiales se concentrent sur les groupes prioritaires définis par les Centers for Disease Control and Prevention.

"Le Dr Bourla a hâte d'être vacciné, et il le sera le plus tôt possible", a-t-elle déclaré.

Bourla a déclaré à CNBC le 14 décembre que lui et d'autres dirigeants de Pfizer ne "couperaient pas la ligne" pour recevoir le vaccin COVID-19 de l'entreprise, soulignant le fait qu'il avait 59 ans et qu'il était en bonne santé.

"Dès que je pourrai, je le ferai", a-t-il déclaré à CNBC.


Patrocle APL-19 - Histoire

Q. : Les mythes grecs ont-ils vraiment de l'importance dans notre monde moderne de technologie de pointe et de politique mondiale ténue ?

A. : Cela peut être un cliché de qualifier une histoire d'intemporelle. Mais les histoires de la Grèce antique, les Iliade au premier rang d'entre eux, sont exactement ce pour quoi ce cliché a été fait. Pour emprunter Ben Jonson, ils ne sont pas « d'un âge, mais pour tous les temps ». La nature humaine et la folie, la passion, la fierté et la générosité qui l'accompagnent n'ont pas changé au cours des trois mille dernières années et sont toujours d'actualité. Et surtout en ce moment historique fracturé et changeant, je pense que les gens se tournent vers le passé pour avoir un aperçu. Ces histoires ont enduré cette longue et émouvante génération de lecteurs – elles doivent, encore, avoir quelque chose d'important à nous dire sur nous-mêmes. Chaque jour à la une du journal est un Iliade des malheurs - des Agamemnons égoïstes aux Odysseuses manipulatrices et à double langage, des pertes humaines insensées à la guerre au traitement brutal des vaincus. Tout est là, chez Homère aussi : notre passé, notre présent et notre futur, l'inspiration et la condamnation à la fois.
J'ajouterais aussi, plus précisément, que je pense que la culture est prête pour le genre d'histoire d'amour qui transcende le genre et le temps. Je n'ai pas délibérément entrepris de raconter une histoire d'amour délibérément «gay», j'ai été profondément ému par l'amour entre ces deux personnages - dont le respect et l'affection l'un pour l'autre, malgré les horreurs qui les entourent, modèlent le type de relation que nous avons tous. peut aspirer.

Q. : Dans quelle mesure l'histoire d'Achille décrite dans LE CHANSON D'ACHILLE est-elle basée sur les classiques et dans quelle mesure avez-vous créé pour raconter l'histoire ? Et, pouvez-vous expliquer comment vous avez fait vos recherches pour le livre ?

A. : À certains égards, j'ai l'impression d'avoir fait des recherches sur ce livre toute ma vie. J'aime les mythes grecs anciens depuis que je suis enfant et j'ai étudié le latin et le grec au lycée, à l'université et à l'université. Mes professeurs m'ont donné une éducation incroyable et électrisante en histoire et en littérature anciennes, et tout cela a contribué à jeter les bases du livre, même si à l'époque, bien sûr, je n'avais aucune idée que je l'utiliserais un jour pour la fiction.

Une fois que j'ai commencé à écrire le roman, j'ai inévitablement découvert que j'avais besoin d'en savoir plus : à quoi ressemblaient exactement les voiles des anciens navires ? Quel genre de flore et de faune Homère mentionne-t-il ? Mon expérience dans les classiques m'a également aidé. J'avais déjà beaucoup de réponses dans ma bibliothèque, ou je savais où aller pour trouver les informations dont j'avais besoin. C'était aussi extrêmement utile que j'aie passé du temps dans certaines parties de la Grèce et de la Turquie.

Il était très important pour moi de rester fidèle aux événements du récit d'Homère. L'inspiration centrale derrière le livre est le moment terrible de la Iliade quand Achille apprend la mort de Patrocle. Sa réaction est choquante par son intensité. Le grand guerrier demi-dieu - qui défie négligemment les règles et condamne à mort toute une armée - se détache complètement, désespéré de chagrin et de rage. Je voulais comprendre en quoi Patrocle et leur relation pouvaient créer ce genre de crise. Bien qu'Homère nous dise Quel ses personnages le font, il ne nous en dit pas beaucoup Pourquoi ils le font. Qui était Achille ? Et pourquoi aimait-il tant Patrocle ? Écrire le roman était ma façon de répondre à cette question.

Les plus grands changements dans la mythologie sont venus avec les histoires sur la vie d'Achille avant son arrivée à Troie, que le Iliade ne couvre pas. Il existe de très nombreuses variantes de celles-ci, donc une partie de ce que je faisais consistait à déterminer celles qui s'ajoutaient à l'arc du roman et celles que je devais omettre.

Q. : La plupart des gens ne savent pas grand-chose de Patrocle et de sa relation avec Achille. Comment avez-vous inventé votre théorie selon laquelle leur amitié s'est transformée en amour ?

A. : Je l'ai volé à Platon ! L'idée que Patrocle et Achille étaient amants est assez ancienne. De nombreux auteurs gréco-romains ont interprété leur relation comme une relation romantique - c'était une interprétation courante et acceptée dans le monde antique. Nous avons même un fragment d'une tragédie perdue d'Eschyle, où Achille parle de ses "baisers fréquents" et de ceux de Patrocle.

Il y a beaucoup de soutien pour leur relation dans le texte de la Iliade lui-même, bien qu'Homère ne le rende jamais explicite. Pour moi, la preuve la plus convaincante, à part la profondeur du chagrin d'Achille, est comment il s'afflige : Achille refuse de brûler le corps de Patrocle, insistant plutôt pour garder le cadavre dans sa tente, où il pleure et l'embrasse constamment, malgré les réactions horrifiées de ceux qui l'entourent. Ce sentiment de dévastation physique me parlait profondément d'une intimité vraie et totale entre les deux hommes.

Q. : Qu'en est-il de la légende du « talon d'Achille » ? D'où vient-il, et après toutes vos recherches, y croyez-vous ?

A. : Le mythe le plus célèbre d'Achille - son talon fatalement vulnérable - est en fait une histoire très tardive. Notre premier compte rendu est par un auteur romain, près d'un millénaire après le Iliade et le Odyssée ont d'abord été composés. Au cours de ces mille ans, un certain nombre d'autres histoires ont surgi pour expliquer l'invincibilité apparente d'Achille, mais le Iliade et Odyssée contiennent le plus simple : il n'était pas vraiment invincible, juste extraordinairement doué au combat. Depuis le Iliade et Odyssée ont été ma première inspiration, et comme leur interprétation me paraissait plus réaliste, c'est cette version que j'ai choisi de suivre.

Il existe un certain nombre de mythes amusants sur le talon, une fois que cette histoire est devenue populaire. La plus célèbre est que, en essayant de le rendre immortel, sa mère, la déesse Thétis, l'a plongé dans le Styx. L'endroit où elle le tenait – son talon – était le seul endroit qui n'était pas rendu invulnérable. Chaque fois que j'ai raconté cette histoire à mes collégiens, ils ont explosé dans le chaos :

« C'est tellement stupide ! Pourquoi n'a-t-elle pas simplement changé de talon et l'a trempé deux fois ? »
« Ou y retourner plus tard et recommencer ? »
"L'eau se serait encore infiltrée !"

Cela m'a peut-être aussi influencé pour trouver cette lecture pas aussi convaincante.

Q. : Si l'on voulait visiter la Grèce et ses pays environnants maintenant, marcher sur les traces d'Achille et de Patrocle, et « revivre » la guerre de Troie, quelles villes modernes devrait-on visiter et que pourrait-on y trouver ?

A. : Le voyage commencerait dans le nord de la Grèce, dans la région de Thessalie. Nous ne savons pas où se trouvait le palais de Pélée (s'il s'agissait d'un lieu réel), mais le mont Pélion est certainement toujours là. C'est un endroit magnifique pour faire de la randonnée, et il y a même un train de montagne qui circule le week-end. A proximité, la principale ville portuaire de Volos est un endroit merveilleux à visiter et, compte tenu de son excellent emplacement, aurait très bien pu être une bonne colonie phthienne dans l'antiquité.

La prochaine étape serait l'île de Scyros, où la déesse Thétis a caché son fils Achille de la guerre, le déguisant en femme. Scyros est au milieu de la mer Égée, la plus méridionale de la Sporades amas d'îles. Il est assez rocheux, en particulier dans sa région sud, et possède également de magnifiques monuments byzantins et vénitiens, ainsi que ses paysages et ses plages magnifiques. Si vous voulez vivre l'expérience complète d'Achille, le travestissement est un must.

Après cela, direction Aulis, (Avlida moderne), en Boétie, au nord d'Athènes. C'est là que la flotte grecque se rassembla avant de se diriger vers Troie. C'est une petite ville, mais il y a des plages, bien sûr, et vous pouvez vous asseoir dessus et prétendre que vous êtes là en train d'attendre que ce gamin d'Achille se présente enfin pour pouvoir déjà renvoyer Troie….

Bien qu'Achille et Patrocle n'y soient pas allés, le moment est venu de faire un petit détour par le palais d'Agamemnon à Mycènes, dans le nord du Péloponnèse. C'est l'une des rares ruines de l'ère homérique que nous ayons, à part Troie elle-même. Vous pouvez voir la célèbre entrée de la ville "Lion-Gate", ainsi que les tombes circulaires où ont été trouvés le "Masque d'Agamemnon" et la "Coupe de Nestor" en or. Pendant que vous visitez le site, imaginez que vous êtes le fier fils d'Atreus lui-même et intimidez certains de ses subordonnés. Mais n'allez pas trop loin : Agamemnon a été tué avec une hache dans la baignoire par sa femme qui en avait marre.

Maintenant, revenons à Aulis. After joining up with the fleet, Achilles and Patroclus would have made their way to Troy, stopping several times along the way. Since we don’t really know where they stopped (even in mythology), I think that this gives you the right to land at pretty much any fabulous Greek island that you wish. If you take the southern route, you can drop by Lesbos, where the famous poetess Sappho (whom Plato named the tenth muse), lived and wrote. Farther north is the island of Lemnos, which was infamous in ancient mythology as the home of the venomous snake that crippled the hero Philoctetes. Watch where you step!

Personally though, I would recommend choosing the most northern route, which takes you, with just a little detour, by the incredible city of Istanbul. I had the good fortune to visit Istanbul this past spring, and it is breathtaking. Everywhere you look there is some priceless piece of history, from the Hittites to the Ottomans, not to mention its many modern attractions. So, you heard it here first: Patroclus definitely went to Istanbul.

Last stop: Troy itself, perched just below the Dardanelles. The nearby city of Canakkale is a great place to stay and boasts the full-size prop of the Trojan Horse used by the 2004 movie Troie. Brad Pitt himself arranged the donation, the rumor goes!
A short bus ride south brings you to the ancient archaeological site. Stand amid the ruins of five thousand years of history, and look out over the plains where the Greeks and Trojans fought. Though not much is left but stones, the feel of the place is unmistakably epic. Be sure to bring a jacket: not for nothing did Homer call it ‘Windy Ilios.’ Find the highest point—all that’s left of one of the ancient city’s famous towers— and remember the Iliad’s immortal first line:
Sing, goddess, of the terrible rage of Achilles.

Q.: What do you hope that readers will gain from reading your book? And, what do you say to folks that say, reading the Greek myths is just too hard and not very interesting? That kids in school should be able to choose their own reading materials (vampire novels, and the like) and not have to worry about these classics?

A.: For those who have dipped into an ancient epic—the Iliade, say, or the Énéide— and found it boring, here is my answer: I understand.

As a teacher, I have often had students who would come to me at the beginning of the school year and confess, I read the Aeneid over the summer and hated it. It doesn’t worry me: the poems assume a lot of background knowledge—who the gods are, and what the back story is. They also assume that their audience understands epic conventions, like listing all the generals and their ships, or using frequent repetition. If you don’t have that knowledge, the book can feel like a confusing slog. But, if you go into it with a guide—a good introduction, a quick re-read of Greek myths, a friend who loves it—then it just comes to life in your hands. Every one of those students, at the end of the school year, declared that they loved Vergil and they loved the Énéide.

One of my explicit desires in writing this book was to make it so that readers didn’t have to know anything about the Iliade to enjoy it. I wanted to give them everything they needed to follow the action right then and there, so that they could experience Homer just as his first audiences would have: as entertainment, instead of an object of study.

The good news is that even if someone doesn’t appreciate a Classic text in school, they might go back to it later and realize that they enjoy it after all. I read Toni Morrison’s Sula in tenth grade and it went completely over my head I just couldn’t connect with it. Then I picked it up again a few years ago, and absolutely loved it. So it’s never too late.

As for what I would hope readers gain: I certainly would love to hear that the novel inspired some interest in Greek mythology in general, and the Iliade in particular. I hope too that it might help to combat the homophobia that I see too often.

In writing this novel, I thought a lot about personal responsibility. Patroclus is not an epic person, the way Achilles is. He’s an “ordinary” man. But he has more power than he thinks, and the moments where he reaches out to others and offers what he sees as his very modest assistance have huge positive ramifications. Most of us aren’t Achilles—but we can still be Patroclus. What does it mean to try to be an ethical person in a violent world?


The Love Story You Missed In Homer's 'Iliad'

I’ve been a Greek history geek since my grandmother sat me down with a bowl of kalamata olives, feta cheese and a book of Greek mythology at the kitchen table and said: “This is your history. This is Greek.”

celui d'Homère Iliade has always been a favorite of mine. I love the characters and their deep flaws. I love the high stakes and the power play and poetry. And I’ve always been fascinated that what eventually leads the Greeks to victory against Troy is the death of Patroclus, a man inconsequential to all but Achilles, who calls him “the dearest life I know.” Patroclus dies in Achilles’ armor in an attempt to rouse the Greek troops because Achilles won’t fight in the middle of an honor feud with Agamemnon, commander of the Greek army. After Patroclus’ death, Achilles throws aside honor and life itself to pursue Hector, Prince of Troy, the man who killed Patroclus in a case of mistaken identity. Achilles brutally murders Hector, though he knows his own death will follow soon after. His quest for death takes him to the battlefield again and turns the tide of the war for the Greeks.

This past Christmas, I received Madeline Miller’s Le Chant d'Achille as a gift. It gave me a chance to dive into the mythology I cherish and it also gave me a fresh interpretation of the relationship that fascinated me throughout L'Iliade. The story has seen many incarnations but most that I’ve read neglect the beating heart of Homer’s legend: the love shared between Achilles and Patroclus. Tandis que L'Iliade is vague as to the platonic or romantic nature of their relationship, Homer makes it perfectly clear that Achilles loves Patroclus with a fierce devotion. Dans Le Chant d'Achille, Madeline Miller places that love at the epicenter of the story. She gives the narration to Patroclus so that we get a front row seat for the journey of their relationship. She creates a tender, believable, timeless romance between the two men that makes L'Iliade’s ending all the more poignant.

Achilles and Patroclus are the unlikeliest of partners — the one, a boy destined to earn fame from killing, and the other, a pacifist with a history of abuse and distaste for violence. When we meet Patroclus in Le Chant d'Achille, he is a scrawny, awkward boy neglected and scorned by his father, a king. Achilles, also the son of a king, is skilled and beautiful, born from his father’s union with a goddess and headed for a future of glory. When Patroclus is banished to Achilles’ kingdom after a horrible accident that leads to his disinheritance, he is alone and has already learned his own inconsequence. He becomes a loner. Achilles changes that. He finds the boy hiding from the other foster children at his father’s house and offers him a chance to attend his own lessons and be his companion, so he won’t be punished for avoiding the other boys.

They go out to the practice field and Patroclus convinces a reluctant Achilles to showcase his fighting skills. Achilles obliges, but it is the only time he has ever practiced with another boy. Usually he is forbidden to do so because his skills so surpass the others. Patroclus wrestles with jealousy at his friend’s perfection:

I had seldom stopped to consider how isolating it would have been for Achilles to be as glorious as he was. How lonely and frustrating it would be to never be able to fight another boy in play as the rest of the boys would do. To always be looked upon with respect and awe but very seldom genuine, personal affection. Patroclus provides this for Achilles and in return, Achilles gives him confidence and the intimacy he had been denied throughout his childhood. Our friendship came all at once after that, Patroclus says.

The most beautiful part of the novel for me is when teenaged Achilles and Patroclus train with Chiron, the centaur in charge of tutoring the greatest heroes (hello, Jason and Hercules). Achilles and Patroclus learn about healing, nature and ethics from Chiron. Privately, they learn about each other — their bodies, their minds, and their love, which is finally consummated. In a line of beautiful subtext shortly thereafter, Patroclus vows to himself, I will never leave him. It will be like this, always, for as long as he will let me.

But for Patroclus, being with Achilles is an almost daily challenge. Achilles’ mother, a goddess, has a serious grudge against humans because she was forced to marry one. So, she’s vraiment not pleased that her son has chosen a mortal as his companion and lover. No one bothered to tell Patroclus that Achilles had set off to train with the centaur in the faraway woods. So, Patroclus follows him on his own. When the call to war in Troy comes, Achilles decides to go. Both know the prophecy that determines Achilles’ fate: He will win great fame at Troy, but what brings his glory also brings his death. Both know Achilles will not return if he goes to Troy. Despite this, Patroclus doesn’t hesitate to go with his companion. He knows what glory and reputation mean to Achilles and he won’t stand in the way.

On their way to Troy, Odysseus observes the two and their closeness. He suggests they distance themselves before heading off to war to stave off rumors that they’re lovers. After all, he says, it’s common enough among boys but you two are men. Our men liked conquest, Miller writes in Patroclus’ voice, they did not trust a man who was conquered himself. Patroclus immediately sees how this could affect Achilles’ reputation:

Achilles and Patroclus respect and really savoir each other. Achilles sacrifices a piece of his honor to be with Patroclus. Patroclus never questions Achilles’ decision to go to war and to his death. He doesn’t want to change Achilles, even though he knows he will lose him. Patroclus wants to be there until the end. He assumes Achilles will die first, then him.

After the two arrive at Troy and Achilles joins his first battle, he is a hero. He becomes the best of the Greeks. And with that comes all the spoils of war, including captive women. In Miller’s version of the tale, Achilles is plainly uninterested in women, yet in L'Iliade he is referred to as having a great harem tent of stolen women taken as prizes. Miller’s Achilles does this to please Patroclus. He takes as many women as he can to save them from certain rape at the hands of the other generals like Agamemnon who are clearly interested in women and do not have Patroclus’ scruples. Thus, Patroclus becomes Achilles’ conscience. Instead of a harem, the women’s tent becomes a tent of safety, a place where the ladies can learn Greek if they wish or other skills taught by Briseis, the captive whose seizure will eventually push Achilles into a zero-sum game with Agamemnon.

The beauty of the relationship between Patroclus and Achilles in Miller’s book is its health. Patroclus knows Achilles is doomed. He knows his companion so well that not only does he go with him to Troy (despite lacking any talent as a soldier), he doesn’t question Achilles’ right to choose his own destiny. Nor is he threatened by that choice. He knows he can no sooner change Achilles’ mind than he can change Achilles, himself. In the end, each respects the choices of the other and that makes the relationship startlingly beautiful to me.

Traditionally, Achilles is portrayed as having two main characteristics: he’s the best of the Greeks and the proudest of the Greeks. Miller looks beyond the legend to find a young man whose destiny is at odds with the man he loves. And the only attribute Homer gives Patroclus traditionally is his loyalty to Achilles. He is defined by Achilles’ love for him. In Miller’s version of the story, Patroclus is defined by le sien love for Achilles, by his promise never to leave him, and by his ultimate sacrifice. After Patroclus’ death, Achilles abandons his hubris and his plans for his own greatness. The feud with Agamemnon is gone. All that remains is a man, not a hero, suddenly heartbreakingly human.


COVID-19 Databases and Journals

Below are selected databases and journals to help researchers find scholarly articles about COVID-19 (2019 Novel Coronavirus).

  • Research articles downloadable database
    • The CDC Database of COVID-19 Research Articles is now a part of the WHO COVID-19 database external icon . Our search results are now being sent to the WHO COVID-19 Database external icon to make it easier for them to be searched, downloaded, and used by researchers worldwide.
    • The last version of the CDC COVID-19 database will be archived and remain available on this website. Please note that it has stopped updating as of October 9, 2020 and all new articles are now being integrated into the WHO COVID-19 database external icon .
    • To help inform CDC&rsquos COVID-19 Response, as well as to help CDC staff stay up to date on the latest COVID-19 research, the Response&rsquos Office of the Chief Medical Officer has collaborated with the CDC Office of Library Science to create a series called COVID-19 Science Update. This series, the first of its kind for a CDC emergency response, provides brief summaries of new COVID-19-related studies on many topics, including epidemiology, clinical treatment and management, laboratory science, and modeling. These summaries are released every Tuesday and Friday.

    Some databases and journals are accessible only to those with a CDC user id and password. Find a library near you that may be able to help you access similar resources by clicking the following links: https://www.worldcat.org/libraries external icon OR https://www.usa.gov/libraries external icon .

    Materials listed in these guides are selected to provide awareness of quality public health literature and resources. A material&rsquos inclusion does not necessarily represent the views of the U.S. Department of Health and Human Services (HHS), the Public Health Service (PHS), or the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), nor does it imply endorsement of the material&rsquos methods or findings.

    • Research articles downloadable database
      • The CDC Database of COVID-19 Research Articles is now a part of the WHO COVID-19 database external icon . Our search results are now being sent to the WHO COVID-19 Database external icon to make it easier for them to be searched, downloaded, and used by researchers worldwide.
      • The last version of the CDC COVID-19 database will be archived and remain available on this website. Please note that it has stopped updating as of October 9, 2020 and all new articles are now being integrated into the WHO COVID-19 database external icon .
        • This database is compiled by the National Library of Medicine from COVID-19 articles in PubMed. It is available for download.
        • NIH&rsquos comprehensive, expert-curated source for publications and preprints related to either COVID-19 or the novel coronavirus SARS-CoV-2.
        • This database is compiled by the WHO and searches multiple databases. It is available for download.
        • This database provides up to date genomics and precision health information on coronavirus disease.

        Databases that require a CDC login to access:

        • Ovid databases
        • Open dataset on more than 45,000 articles related to coronaviruses intended for use for researchers using natural language processing. Includes more than 33,000 full text articles on coronaviruses, including COVID-19.

        Center for Disease Control and Prevention (CDC) affiliated journals (all are Open Access):

        Other journals (most have made COVID-19 articles Open Access, or free of charge, while the pandemic is ongoing):


        Voir la vidéo: 2021-07 - Du Vercors au Verdon - Ep2 Hamac u0026 FPV