Napoléon Bonaparte - Biographie, faits et mort

Napoléon Bonaparte - Biographie, faits et mort

Napoléon Bonaparte (1769-1821), également connu sous le nom de Napoléon Ier, était un chef militaire et empereur français qui a conquis une grande partie de l'Europe au début du XIXe siècle. Né en Corse, Napoléon gravit rapidement les échelons de l'armée pendant la Révolution française (1789-1799). Après avoir pris le pouvoir politique en France lors d'un coup d'État de 1799, il s'est couronné empereur en 1804. Astucieux, ambitieux et habile stratège militaire, Napoléon a mené avec succès la guerre contre diverses coalitions de nations européennes et a étendu son empire. Cependant, après une invasion française désastreuse de la Russie en 1812, Napoléon a abdiqué le trône deux ans plus tard et a été exilé sur l'île d'Elbe. En 1815, il revient brièvement au pouvoir lors de sa campagne des Cent Jours. Après une cuisante défaite à la bataille de Waterloo, il abdique à nouveau et est exilé sur l'île reculée de Sainte-Hélène, où il meurt à 51 ans.

L'éducation de Napoléon et ses débuts dans la carrière militaire

Napoléon Bonaparte est né le 15 août 1769, à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne de Corse. Il était le deuxième des huit enfants survivants de Carlo Buonaparte (1746-1785), avocat, et de Letizia Romalino Buonaparte (1750-1836). Bien que ses parents soient membres de la petite noblesse corse, la famille n'est pas riche. L'année précédant la naissance de Napoléon, la France a acquis la Corse de la cité-État de Gênes, en Italie. Napoléon a ensuite adopté une orthographe française de son nom de famille.

Enfant, Napoléon a fréquenté l'école en France métropolitaine, où il a appris la langue française, et a ensuite obtenu son diplôme d'une académie militaire française en 1785. Il est ensuite devenu sous-lieutenant dans un régiment d'artillerie de l'armée française. La Révolution française a commencé en 1789 et, en trois ans, les révolutionnaires avaient renversé la monarchie et proclamé une république française. Pendant les premières années de la révolution, Napoléon était en grande partie en congé de l'armée et de la maison en Corse, où il s'est affilié aux Jacobins, un groupe politique pro-démocratie. En 1793, à la suite d'un affrontement avec le gouverneur nationaliste corse, Pasquale Paoli (1725-1807), la famille Bonaparte fuit son île natale pour la France métropolitaine, où Napoléon revient au service militaire.

En France, Napoléon s'est associé à Augustin Robespierre (1763-1794), le frère du leader révolutionnaire Maximilien Robespierre (1758-1794), un jacobin qui fut l'un des principaux moteurs du règne de la terreur (1793-1794), une période de violence. contre les ennemis de la révolution. Pendant ce temps, Napoléon est promu au grade de général de brigade dans l'armée. Cependant, après que Robespierre est tombé du pouvoir et a été guillotiné (avec Augustin) en juillet 1794, Napoléon a été brièvement assigné à résidence pour ses liens avec les frères.

En 1795, Napoléon a aidé à réprimer une insurrection royaliste contre le gouvernement révolutionnaire à Paris et a été promu général de division.

La montée en puissance de Napoléon

Depuis 1792, le gouvernement révolutionnaire français était engagé dans des conflits militaires avec diverses nations européennes. En 1796, Napoléon a commandé une armée française qui a vaincu les plus grandes armées d'Autriche, l'un des principaux rivaux de son pays, lors d'une série de batailles en Italie. En 1797, la France et l'Autriche ont signé le traité de Campo Formio, entraînant des gains territoriaux pour les Français.

L'année suivante, le Directoire, le groupe de cinq personnes qui gouvernait la France depuis 1795, proposa de laisser Napoléon diriger une invasion de l'Angleterre. Napoléon a déterminé que les forces navales françaises n'étaient pas encore prêtes à affronter la Royal Navy britannique supérieure. Au lieu de cela, il a proposé une invasion de l'Égypte dans le but d'effacer les routes commerciales britanniques avec l'Inde. Les troupes de Napoléon remportèrent une victoire contre les dirigeants militaires égyptiens, les Mamelouks, lors de la bataille des Pyramides en juillet 1798 ; bientôt, cependant, ses forces ont été bloquées après que sa flotte navale ait été presque décimée par les Britanniques lors de la bataille du Nil en août 1798. Au début de 1799, l'armée de Napoléon a lancé une invasion de la Syrie dirigée par l'Empire ottoman, qui s'est terminée par un siège raté d'Acre, situé dans l'Israël d'aujourd'hui. Cet été-là, alors que la situation politique en France est marquée par l'incertitude, Napoléon, toujours ambitieux et rusé, choisit d'abandonner son armée d'Égypte et de rentrer en France.

Le coup du 18 brumaire

En novembre 1799, lors d'un événement connu sous le nom de coup d'État du 18 brumaire, Napoléon fit partie d'un groupe qui renversa avec succès le Directoire français.

Le Directoire a été remplacé par un consulat de trois membres, et Napoléon 5'7" est devenu premier consul, faisant de lui la principale figure politique de la France. En juin 1800, à la bataille de Marengo, les forces de Napoléon ont vaincu l'un des ennemis éternels de la France, les Autrichiens, et les chassa d'Italie. La victoire contribua à consolider le pouvoir de Napoléon en tant que premier consul. De plus, avec le traité d'Amiens en 1802, les Britanniques fatigués de la guerre acceptèrent la paix avec les Français (bien que la paix ne durerait qu'un an).

Napoléon a travaillé pour rétablir la stabilité dans la France post-révolutionnaire. Il a centralisé le gouvernement ; mis en place des réformes dans des domaines tels que la banque et l'éducation ; soutenu la science et les arts; et a cherché à améliorer les relations entre son régime et le pape (qui représentait la principale religion de France, le catholicisme), qui avait souffert pendant la révolution. L'une de ses réalisations les plus importantes a été le Code Napoléon, qui a rationalisé le système juridique français et continue de constituer le fondement du droit civil français à ce jour.

En 1802, un amendement constitutionnel fait de Napoléon premier consul à vie. Deux ans plus tard, en 1804, il se couronne empereur de France lors d'une somptueuse cérémonie à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Les mariages et les enfants de Napoléon

En 1796, Napoléon épousa Joséphine de Beauharnais (1763-1814), une veuve élégante de six ans son aînée qui eut deux enfants adolescents. Plus d'une décennie plus tard, en 1809, après que Napoléon n'eut pas de progéniture avec l'impératrice Joséphine, il fit annuler leur mariage afin de pouvoir trouver une nouvelle épouse et produire un héritier. En 1810, il épouse Marie Louise (1791-1847), fille de l'empereur d'Autriche. L'année suivante, elle donne naissance à leur fils, Napoléon François Joseph Charles Bonaparte (1811-1832), qui prend le nom de Napoléon II et reçoit le titre de roi de Rome. Outre son fils avec Marie Louise, Napoléon a eu plusieurs enfants illégitimes.

Le règne de Napoléon Ier

De 1803 à 1815, la France est engagée dans les guerres napoléoniennes, une série de conflits majeurs avec diverses coalitions de nations européennes. En 1803, en partie pour lever des fonds pour les guerres futures, Napoléon vendit le territoire français de la Louisiane en Amérique du Nord aux États-Unis nouvellement indépendants pour 15 millions de dollars, une transaction qui devint plus tard connue sous le nom d'achat de la Louisiane.

En octobre 1805, les Britanniques anéantissent la flotte de Napoléon lors de la bataille de Trafalgar. Cependant, en décembre de la même année, Napoléon a remporté ce qui est considéré comme l'une de ses plus grandes victoires à la bataille d'Austerlitz, au cours de laquelle son armée a vaincu les Autrichiens et les Russes. La victoire a entraîné la dissolution du Saint Empire romain germanique et la création de la Confédération du Rhin.

À partir de 1806, Napoléon a cherché à mener une guerre économique à grande échelle contre la Grande-Bretagne avec la mise en place du soi-disant système continental de blocus portuaires européens contre le commerce britannique. En 1807, à la suite de la défaite de Napoléon contre les Russes à Friedland en Prusse, Alexandre Ier (1777-1825) fut contraint de signer un accord de paix, le traité de Tilsit. En 1809, les Français ont vaincu les Autrichiens à la bataille de Wagram, entraînant de nouveaux gains pour Napoléon.

Au cours de ces années, Napoléon a rétabli une aristocratie française (éliminée lors de la Révolution française) et a commencé à distribuer des titres de noblesse à ses fidèles amis et à sa famille alors que son empire continuait de s'étendre dans une grande partie de l'Europe continentale occidentale et centrale.

La chute de Napoléon et la première abdication

En 1810, la Russie se retire du système continental. En représailles, Napoléon a mené une armée massive en Russie à l'été 1812. Plutôt que d'engager les Français dans une bataille à grande échelle, les Russes ont adopté une stratégie de retraite chaque fois que les forces de Napoléon tentaient d'attaquer. En conséquence, les troupes de Napoléon se sont enfoncées plus profondément en Russie malgré leur mauvaise préparation pour une campagne prolongée. En septembre, les deux camps ont subi de lourdes pertes lors de la bataille indécise de Borodino. Les forces de Napoléon ont marché sur Moscou, pour découvrir que la quasi-totalité de la population a été évacuée. Les Russes en retraite ont mis le feu à la ville dans le but de priver les troupes ennemies de ravitaillement. Après avoir attendu un mois une reddition qui n'est jamais venue, Napoléon, confronté à l'arrivée de l'hiver russe, a été contraint d'ordonner à son armée affamée et épuisée de quitter Moscou. Au cours de la retraite désastreuse, son armée subit le harcèlement continuel d'une armée russe soudainement agressive et impitoyable. Sur les 600 000 soldats de Napoléon qui ont commencé la campagne, seulement 100 000 environ ont réussi à quitter la Russie.

En même temps que la catastrophique invasion russe, les forces françaises sont engagées dans la guerre d'Espagne (1808-1814), qui conduit les Espagnols et les Portugais, avec l'aide des Britanniques, à chasser les Français de la péninsule ibérique. Cette perte a été suivie en 1813 par la bataille de Leipzig, également connue sous le nom de bataille des nations, au cours de laquelle les forces de Napoléon ont été défaites par une coalition comprenant des troupes autrichiennes, prussiennes, russes et suédoises. Napoléon se retira ensuite en France et, en mars 1814, les forces de la coalition s'emparèrent de Paris.

Le 6 avril 1814, Napoléon, alors dans la mi-quarantaine, est contraint d'abdiquer le trône. Avec le traité de Fontainebleau, il est exilé à l'île d'Elbe, une île méditerranéenne au large des côtes italiennes. Il a reçu la souveraineté sur la petite île, tandis que sa femme et son fils sont allés en Autriche.

Campagne des Cent Jours et Bataille de Waterloo

Le 26 février 1815, après moins d'un an d'exil, Napoléon s'est échappé de l'île d'Elbe et a navigué vers le continent français avec un groupe de plus de 1 000 partisans. Le 20 mars, il rentre à Paris, où il est accueilli par des foules en liesse. Le nouveau roi Louis XVIII (1755-1824) s'enfuit et Napoléon entame ce qu'on appellera sa campagne des Cent Jours.

Au retour de Napoléon en France, une coalition d'alliés - les Autrichiens, les Britanniques, les Prussiens et les Russes - qui considéraient l'empereur français comme un ennemi a commencé à se préparer à la guerre. Napoléon a levé une nouvelle armée et a prévu de frapper préventivement, en battant les forces alliées une par une avant qu'elles ne puissent lancer une attaque unie contre lui.

En juin 1815, ses forces envahissent la Belgique, où sont stationnées des troupes britanniques et prussiennes. Le 16 juin, les troupes de Napoléon battent les Prussiens à la bataille de Ligny. Cependant, deux jours plus tard, le 18 juin, à la bataille de Waterloo près de Bruxelles, les Français sont écrasés par les Britanniques, avec l'aide des Prussiens.

Le 22 juin 1815, Napoléon est à nouveau contraint d'abdiquer.

Les dernières années de Napoléon

En octobre 1815, Napoléon fut exilé sur l'île isolée de Sainte-Hélène, détenue par les Britanniques, dans l'océan Atlantique Sud. Il y mourut le 5 mai 1821, à l'âge de 51 ans, probablement d'un cancer de l'estomac. (Pendant son mandat, Napoléon a souvent posé pour des peintures avec sa main dans sa veste, ce qui a conduit à des spéculations après sa mort selon lesquelles il avait souffert de douleurs à l'estomac pendant des années.) Napoléon a été enterré sur l'île malgré sa demande d'être posé me reposer « au bord de la Seine, parmi les Français que j'ai tant aimés ». En 1840, sa dépouille est renvoyée en France et ensevelie dans une crypte aux Invalides à Paris, où d'autres chefs militaires français sont enterrés.

Citations Napoléon Bonaparte

  • « La seule façon de diriger les gens est de leur montrer un avenir : un leader est un marchand d'espoir. »
  • "N'interrompez jamais votre ennemi lorsqu'il fait une erreur."
  • "L'envie est une déclaration d'infériorité."
  • "La raison pour laquelle la plupart des gens échouent au lieu de réussir, c'est qu'ils échangent ce qu'ils veulent le plus contre ce qu'ils veulent en ce moment."
  • « Si vous voulez réussir dans le monde, promettez tout, ne livrez rien. »

Napoléon Ier

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Napoléon Ier, Français en toutes lettres Napoléon Bonaparte, italien d'origine Napoléon Bonaparte, de nom le corse ou le petit caporal, prénom français Le Corse ou Le Petit Caporal, (né le 15 août 1769, Ajaccio, Corse-mort le 5 mai 1821, île de Sainte-Hélène), général français, premier consul (1799-1804), et empereur des Français (1804-1814/15), l'un des les personnages les plus célèbres de l'histoire de l'Occident. Il a révolutionné l'organisation militaire et la formation a parrainé le Code Napoléon, le prototype des codes de droit civil ultérieurs a réorganisé l'éducation et a établi le Concordat de longue durée avec la papauté.

Qui était Napoléon ?

Napoléon Ier, également appelé Napoléon Bonaparte, était un général militaire et homme d'État français. Napoléon a joué un rôle clé dans la Révolution française (1789-1799), a été premier consul de France (1799-1804) et a été le premier empereur de France (1804-14/15). Aujourd'hui, Napoléon est largement considéré comme l'un des plus grands généraux militaires de l'histoire.

Comment Napoléon est-il devenu empereur de France ?

Napoléon a pris le pouvoir politique pour la première fois lors d'un coup d'État en 1799. Le coup d'État a entraîné le remplacement de l'organe directeur actuel - un Directoire de cinq membres - par un Consulat de trois personnes. Le premier consul, Napoléon, avait tous les pouvoirs réels, les deux autres consuls étaient des figures de proue. Napoléon a finalement aboli le Consulat et s'est déclaré empereur Napoléon Ier de France.

Qu'a accompli Napoléon ?

Napoléon a été premier consul de France de 1799 à 1804. À cette époque, Napoléon a réformé le système éducatif français, élaboré un code civil (le code napoléonien) et négocié le Concordat de 1801. Il a également initié les guerres napoléoniennes (vers 1801 –15), une série de guerres qui se prolongent jusqu'à son règne d'empereur de France (1804-14/15). Empereur Napoléon Ier, il modernisa l'armée française.

Qu'est-il arrivé à Napoléon?

Après une série de défaites militaires en 1812-1813, Napoléon a été contraint d'abdiquer le trône français le 6 avril 1814. Napoléon est revenu au pouvoir au début de 1815 mais a de nouveau été évincé le 22 juin 1815. En octobre 1815 Napoléon a été exilé au île isolée de Sainte-Hélène dans l'océan Atlantique Sud, où il est resté jusqu'à sa mort le 5 mai 1821, à l'âge de 51 ans.

Napoléon était-il petit ?

Non! "Le Petit Caporal" n'était pas petit, du moins pas selon les normes du 19ème siècle. La taille moyenne estimée d'un Français en 1820 était de 5 pieds 4 pouces (environ 1,65 mètre). Au moment de sa mort en 1821, Napoléon mesurait environ 5 pieds 7 pouces (environ 1,68 mètre), ce qui signifie qu'il était en fait d'une taille supérieure à la moyenne.

Les nombreuses réformes de Napoléon ont laissé une marque durable sur les institutions de la France et d'une grande partie de l'Europe occidentale. Mais sa passion motrice était l'expansion militaire de la domination française, et, bien qu'à sa chute il laissa la France un peu plus grande qu'elle ne l'avait été au déclenchement de la Révolution en 1789, il fut presque unanimement vénéré de son vivant et jusqu'à la fin de la Second Empire sous son neveu Napoléon III comme l'un des grands héros de l'histoire.


Succès militaires

Après avoir été emprisonné pendant dix jours pour suspicion de trahison et refus d'être assigné à la tête de l'armée de l'Ouest, Napoléon est affecté au service des cartes du ministère français de la Guerre. Sa carrière militaire toucha à sa fin, mais lorsque les forces loyales au roi tentèrent de reprendre le pouvoir à Paris en 1795, Napoléon fut appelé pour arrêter le

Napoléon revint à Paris en héros, et il décida bientôt d'envahir l'Egypte. Il partit de Toulon, en France, en mai 1798 avec une armée de trente-cinq mille hommes. Avec seulement quelques pertes, toute la Basse-Égypte est passée sous le contrôle de Napoléon. Il entreprend de réorganiser le gouvernement, le service postal et le système de perception des impôts. Il a également aidé à construire de nouveaux hôpitaux pour les pauvres. Cependant, à cette époque, un groupe de pays s'était regroupé pour s'opposer à la France. Les forces autrichiennes et russes avaient repris le contrôle de presque toute l'Italie. Puis, en août 1798, les Britanniques détruisirent des navires français lors de la bataille du Nil, laissant l'armée française coupée de sa patrie. Napoléon a quitté l'armée sous le commandement du général Jean Kl&# xE9ber et est revenu en France avec une poignée d'officiers.


Sa naissance

Napoléon Bonaparte est né un mardi 15 août de l'année 1769 à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne de Corse. Il est né de Carlo Maria Di Buonaparte, avocat, et de Maria Letizia Ramolino, qui a eu dix-neuf jours, neuf jours après sa naissance.

Napoléon était le quatrième enfant de la famille. Sa famille descendait d'une petite noblesse italienne de la région toscane. Il avait deux frères et sœurs plus âgés qui étaient morts en bas âge avant sa naissance. Napoléon avait un frère, Joseph Giuseppe, qui avait dix-neuf mois à sa naissance. Il avait des frères et sœurs plus jeunes, Elisa, Pauline, Louis, Caroline, Lucien et Jérôme. À 17 ans, Napoléon changea son nom de Napoléon Di Buonaparte en Napoléon Bonaparte.


Découverte de la pierre de Rosette par Napoléon

La pierre de Rosetta est une dalle de granodiorite, maintenant présente au British Museum. Il est imploré dans trois types de langues anciennes. Un égyptien ishiéroglyphique, c'est la langue formelle égyptienne ancienne dans laquelle les logos et les éléments sont utilisés comme alphabets. Le second est l'égyptien démotique qui est également la langue égyptienne et de nombreux scripts égyptiens sont écrits dans cette langue. Le troisième est du grec ancien. L'importance de cette pierre est due à la langue implorée sur cela a aidé à comprendre de nombreux manuscrits égyptiens et hiéroglyphes. Cette pierre a été découverte par l'armée de Napoléon lorsqu'il était en expédition d'Égypte pour la conquérir et couper la route commerciale britannique en 1799.


Château de Malmaison

Château de Malmaison resta la résidence principale de Joséphine et Bonaparte tout au long de leur mariage. Lorsque Bonaparte est parti en Egypte, Joséphine achète le palais pour 300 000 francs à l'époque. Il est bien connu qu'à son retour d'Égypte, Bonaparte était contrarié que l'impératrice ait dépensé autant pour un palais qui avait besoin d'une rénovation aussi importante.

Cependant, tout au long de leur vie, le Château de Malmaison a apporté beaucoup de joie et de bonheur à la famille avec Joséphine rénovant et transformant le palais en une oasis. Elle avait un penchant particulier pour les plantes et les animaux exotiques et est même connue pour avoir eu 300 plants d'ananas poussant dans l'orangerie du palais à un moment donné.


Les jeunes en exil

Il était le troisième fils du frère de Napoléon Ier, Louis Bonaparte, qui fut roi de Hollande de 1806 à 1810, et de son épouse, Hortense de Beauharnais Bonaparte, belle-fille de Napoléon Ier.

L'enfance et la jeunesse de Louis-Napoléon se passent en grande partie en exil. Sa mère, comme tous les Bonaparte, fut bannie de France en 1815 après la chute de Napoléon Ier. Finalement, elle trouva une nouvelle maison en Suisse, où, en 1817, elle acheta le château d'Arenenberg. De nature romantique elle-même, elle inspira au jeune Louis-Napoléon le désir de sa patrie perdue, ainsi qu'une admiration enthousiaste pour le génie de Napoléon Ier. Après avoir fréquenté un lycée à Augsbourg, en Allemagne (1821-1823), sa garçon têtu » était enseigné par des professeurs particuliers. Lors de visites à des parents dans le sud de l'Allemagne et en Italie, il a fait la connaissance non seulement d'autres victimes en exil de la restauration de la monarchie des Bourbons, mais aussi de la vie d'un peuple opprimé, comme les Italiens qui vivaient sous la domination autrichienne et papale. Il s'intéressait surtout à l'histoire et s'inspirait de l'idée de liberté nationale. En conséquence, il a participé à un complot infructueux contre le gouvernement papal à Rome en 1830 et à la rébellion en Italie centrale en 1831, au cours de laquelle son frère bien-aimé périt. Lui-même n'a été sauvé des troupes autrichiennes que par l'intervention audacieuse de sa mère.


La vie de Napoléon

L'ancien empereur continue d'attirer les biographes et les lecteurs. Laura O'Brien évalue les travaux récents sur sa vie et son héritage.

Deux cents ans après sa mort, que dire de plus sur Napoléon Bonaparte ? Il reste un sujet perpétuellement populaire pour les ouvrages d'histoire destinés au grand public, qu'il s'agisse de biographies conventionnelles ou d'études plus spécialisées sur des aspects de sa vie, de son régime et de son héritage culturel. Si, comme le suggère l'historien napoléonien Philip Dwyer, écrire une biographie revient à tendre un miroir à un lectorat contemporain, qui est le Napoléon qui nous revient en 2021 ?

Le travail des biographes napoléoniens a été quelque peu facilité au cours des deux dernières décennies grâce à la publication, avec le soutien de la Fondation Napoléon, de 15 volumes de la correspondance de Napoléon (le dernier volume est paru en 2018). Ce matériel est à la base de nombreuses biographies publiées ces dernières années. Parmi celles-ci, les plus importantes sont les œuvres en plusieurs volumes de Philip Dwyer, dont le dernier volume de sa trilogie, Napoléon: Passion, mort et résurrection 1815-1840 (Bloomsbury), a été publié en 2018, et Michael Broers, dont Napoléon : Esprit du siècle : 1805-1810 (Pegasus) est apparu la même année. Celui-ci, le deuxième de la biographie en trois parties de Broers, ne couvre que cinq ans de la vie de Napoléon. Mais, soutient Broers, ils marquent le zénith de sa carrière, en particulier en tant que chef militaire. Cette période a également vu des transformations dans sa vie privée, puisqu'il a divorcé de Joséphine et épousé Marie-Louise, fille de l'empereur d'Autriche, dans le but d'assurer sa dynastie.

Les lecteurs aux yeux d'aigle remarqueront que la durée chronologique de l'œuvre de Philip Dwyer Napoléon se poursuit pendant près de 20 ans après la mort de son sujet central à Sainte-Hélène. Cela reflète l'intérêt de Dwyer pour l'au-delà de Napoléon et la légende émergente, que Bonaparte a façonnée lors de son dernier exil. N'ayant rien de mieux à faire, l'empereur déchu parla longuement à ses compagnons de sa vie. En 1823, Emmanuel de Las Cases publie le Mémorial de Sainte-Hélène, sur la base de ses conversations avec Napoléon. La redécouverte du manuscrit original et la publication d'une nouvelle version du Mémorial en 2017 a révélé à quel point la légende était basée non pas sur les propres mots de Napoléon, mais sur les embellissements de Las Cases. Peu importe : comme le montre Dwyer, le Mémorial est devenu le texte fondateur de la légende napoléonienne du XIXe siècle et du bonapartisme politique. Alors que le débat autour du bicentenaire de la mort de Napoléon fait rage dans le présent, Dwyer offre également des rappels saillants des usages politiques de sa mémoire dans le passé surtout, la décision du roi Louis-Philippe de rapatrier la dépouille de Napoléon en France en grande pompe et cérémonie. en 1840.

L'envie de découvrir le « vrai » Napoléon qui a stimulé les ventes de la Mémorial de Sainte-Hélène dans les années 1820 continue de soutenir les travaux contemporains sur lui. Biographie d'Adam Zamoyski en 2018 Napoléon : une vie (William Collins) se propose de découvrir, comme l'indique le sous-titre du livre, "l'homme derrière le mythe". La nature de ce mythe varie en fonction de votre contexte national ou culturel. En Grande-Bretagne, par exemple, malgré un intérêt persistant pour lui, Napoléon a tendance à être présenté, selon les mots de Zamoyski, comme un « monstre maléfique ou juste un méchant petit dictateur ». Tim Clayton Cette sombre affaire : la guerre secrète contre Napoléon (Little, Brown, 2018) renverse cette vision, affirmant que l'image britannique populaire d'un petit et diabolique « Boney » était dans une large mesure le produit d'une armée de propagandistes et de caricaturistes financés par le gouvernement, qui ont travaillé pour « » inventer un ennemi maléfique » pour le public britannique dès le début de l'accession au pouvoir de Napoléon. Cette «guerre secrète», qui comprenait des complots financés par les Britanniques en France et des tentatives d'assassinat contre la vie de Napoléon, a commencé avant même les actes les plus notoires de sa carrière, tels que le massacre de prisonniers pendant la campagne d'Égypte et la violence brutale infligée dans le Caraïbes, culminant avec la réimposition de l'esclavage dans les territoires français en 1802. Le livre de Clayton montre que ces attaques contre Napoléon, à la fois physiques et symboliques, ont marqué un nouveau départ dans les relations anglo-françaises parce qu'elles étaient si personnelles. Les récits de l'enfance de Napoléon prétendaient qu'en tant qu'écolier, il avait tué un chien et l'avait cloué à sa porte, et qu'il avait empoisonné son amant. Voici un homme avec « un cœur noir de crimes de la teinture la plus profonde », selon les mots du Revue anti-jacobine.

Portrait de Napoléon Bonaparte, par Job (Jacques Onfroy de Bréville), 1893 © Bridgeman Images.

Dans L'empereur invisible : Napoléon sur l'île d'Elbe de l'exil à la fuite (Profil, 2018), Mark Braude montre comment, même rendu « invisible » dans son nouveau et minuscule domaine, Bonaparte est resté une figure de fascination pour les habitants et les visiteurs. Il est même devenu une sorte d'attraction touristique, avec des gens venant de toute l'Europe (et de Grande-Bretagne aussi) dans le but d'apercevoir ou même de rencontrer «l'ogre corse». Certains ont été invités par Napoléon : l'homme politique britannique John Macnamara, en visite à l'île d'Elbe par curiosité, a eu avec lui une longue conversation, au cours de laquelle il n'a pu s'empêcher de se frotter les yeux d'étonnement. Le passage de Napoléon sur l'île d'Elbe permet à Braude d'aborder son sujet avec ce qu'il qualifie d'« intimité sans précédent ». Alors même qu'il prépare son retour en France, le Napoléon qui émerge dans ce livre est humain : alors que les communications sont rompues avec Marie-Louise, il trouve du réconfort en se chantant des chansons corses, à la lueur des bougies, au petit matin.

Sur l'île d'Elbe, Napoléon revient à une passion de jeunesse établie dès sa formation d'élève à l'académie militaire de Brienne : le jardinage. Avec son jardinier Claude Hollard, l'empereur déchu aménage de nouveaux jardins dans ses deux résidences de l'île, plantant des agrumes et des fleurs méditerranéennes. Hollard a même créé des compositions florales thématiques pour épeler les noms des membres de la famille de Napoléon. Dans sa nouvelle biographie, Napoléon : Une vie dans les jardins et les ombres (Chatto & Windus, 2021), Ruth Scurr utilise le jardin comme dispositif de cadrage unique pour approcher et comprendre la vie de Bonaparte. Commençant par le garçon solitaire corse cultivant une petite parcelle à Brienne et se déplaçant à travers des jardins et des espaces verts toujours plus grands à Malmaison, Fontainebleau et Saint-Cloud, le livre plaide pour la centralité de la nature dans la vie de Napoléon, culminant dans un dernier jardin sur Saint-Cloud. Hélène. En effet, le livre de Scurr aurait pu s'intituler Napoléon et le monde naturel. Fasciné par la botanique, la géographie et l'exploration dès son plus jeune âge, Napoléon développe des liens étroits avec les botanistes et naturalistes du Jardin des Plantes et du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. En 1800, en tant que Premier Consul, il autorisa une expédition scientifique française en Australie. Les scientifiques ont affirmé que les zones qu'ils avaient explorées étaient Terre Napoléon. Les jardins de sa vie étaient souvent aussi les jardins d'autres, notamment Joséphine, qui cultivait des plantes rares à la Malmaison. Ses jardins, soutient Scurr, étaient «son antidote à la terreur» et un moyen de «guérir les traumatismes politiques à travers… le monde naturel».

Scurr est venu au sujet de Napoléon via Charlotte Brontë. En 1843, tenant un fragment de son cercueil d'origine, Brontë songea que «nous n'avons tous que l'idée de Napoléon que nous sommes capables d'avoir». Explorer cette idée et son impact sur ses contemporains et les générations qui ont suivi peut être sans doute plus intéressant que de revisiter à plusieurs reprises des détails biographiques bien établis. Dans Hommes à cheval : le pouvoir du charisme à l'ère de la révolution (Farrar, Straus et Giroux, 2020) David A. Bell réévalue Napoléon – en tant que dirigeant et en tant qu'idée – à travers le prisme du leadership charismatique. Dans un sens, c'est l'histoire du « grand homme », mais Bell examine ses études de cas non pas comme des génies isolés, mais comme des manifestations du même phénomène au cours de « l'ère des révolutions » mondiale. Ces hommes étaient très différents, comme le montre Bell, passant de Napoléon à Toussaint Louverture, dont il décrit la carrière comme « la plus étonnante de l'âge de la révolution ». Mais leurs modèles de leadership étaient intrinsèquement liés, car « chaque figure à son tour fournissait un modèle aux autres ». Sans charisme, soutient Bell, nous ne pouvons pas comprendre la montée de la démocratie à cette époque. Des dirigeants comme Napoléon, Louverture, Washington, Bolivár et le leader corse Paoli ont redessiné la nature de l'autorité politique. Grâce à un équilibre minutieux entre familiarité, intimité et exceptionnalisme héroïque - cultivé et commercialisé à travers les journaux, les brochures et, surtout, les représentations visuelles du leader - la relation n'était plus celle du monarque et du sujet, mais quelque chose de beaucoup plus proche d'une sorte de fandom .

À la fin de sa biographie, Dwyer reflète que Napoléon reste fascinant car il incarne les ambitions de «l'individu occidental moderne… il a conquis… il a acquis un pouvoir durable… il a poursuivi sans vergogne une renommée durable». La prolifération continue de livres sur Napoléon témoigne de la puissance de son histoire. Mais nous devons poser des questions difficiles sur qui peut contribuer à la conversation. Malgré le travail des femmes érudites, l'histoire napoléonienne, en particulier en ce qui concerne les livres de commerce, reste un domaine plutôt masculin et majoritairement blanc. Si l'affirmation de Ruth Scurr selon laquelle « il y a toujours quelque chose de nouveau à dire » doit vraiment résonner au 21e siècle, une plus grande diversité de voix est nécessaire pour raconter l'histoire.

Laura O'Brien est maître de conférences en histoire européenne moderne à l'Université de Northumbria.


Leader éclairé ou belliciste ?

Pour les admirateurs, Bonaparte est considéré comme un autocrate éclairé et l'architecte de la France moderne. Sa création des écoles secondaires publiques connues sous le nom de lycées - fréquentées par une grande partie de l'élite du pays dans le cadre de sa réforme du système éducatif - reste une pierre angulaire d'aujourd'hui. Son apport juridique sous la forme du Code civil abolit les privilèges féodaux, unifie les lois et constitue la base du droit civil français actuel. Il a également organisé la France avec son gouvernement structuré et centralisé.

Pragmatique, il a à la fois promu la science et réintroduit la religion, mettant le judaïsme, le protestantisme et le catholicisme sur le même pied, non pas parce qu'il était religieux mais parce qu'il la considérait comme politiquement nécessaire. À son apogée, il apporte la gloire à la France, et le salut financier après la Révolution française désordonnée, dont les valeurs universelles - "liberté, égalité, fraternité" - sont partagées par de nombreuses nations, dont Haïti, qui l'a adopté comme devise officielle de la république.

"Bien sûr, Napoléon est glorieux à cause des victoires militaires", déclare Peter Hicks, historien britannique de la Fondation Napoléon à Paris. « Ce n’est peut-être pas la façon dont nous pensons ces jours-ci. Mais à l'époque, il était extrêmement populaire en raison de l'immense succès de l'armée française et de la nature croissante de l'armée française.

The library at the home of Giovanni Spadolini, Italy’s former prime minister, in Florence, Italy, features a volumes of literature tied to Napoleon Bonaparte and a portrait of Voltaire. Spadolini has a large collection of books, documents and other artefacts with ties to Bonaparte.

But with success came failings and human suffering. To detractors, he is a warmonger and despot who negotiated, manipulated, and politicised his way into singular power in a bloodless 1799 coup. The leader of France then amended the constitution three years later to appoint himself First Consul for Life.

Bonaparte is not associated with individual liberty, as exemplified by his reinstatement of slavery and conflict with Louverture, who declared that “All men are born, live, and die free” in his 1801 constitution.

Miffed not just by the language in the constitution but also by Louverture’s self-imposed act to rule for life, Bonaparte later wrote in his memoirs that “Toussaint knew very well that in proclaiming his constitution, he had thrown away his mask and had drawn his sword out of its sheath forever.”

Marlene Daut, associate professor of African Diaspora Studies at the University of Virginia, says that to point to positive contributions by Bonaparte “is to suggest that the people whose lives he destroyed actually don’t matter.

A rare 1814 German puzzle depicting the rise and fall of Napoleon Bonaparte is exhibited in the library of the Spadolini Foundation in Florence.

An embroidered portrait of Napoleon Bonaparte is exhibited at the Spadolini Foundation's library in Florence, Italy.

A Napoleon Bonaparte-themed ashtray sits in the office of Federico Galantini, an historian in Sarzana, Italy who collects artefacts and documents related to the former emperor.

A caricature of Napoleon published in England after his exile on St. Helena is exhibited in the Spadolini Foundation's library in Florence, Italy.

The total number of civilian and military casualties attributed to Bonaparte varies, with French historian Hippolyte Taine estimating 1.7 million deaths and others putting the figure as low as 600,000. Daut says other estimates vary between three million and six million. It’s one of the reasons she sees Bonaparte as an odd choice to hail as a hero.

The debate on Bonaparte’s legacy comes amid deep soul-searching about racism, discrimination, colonialism, and the enslavement of Black people.

In the French Caribbean islands of Guadeloupe and Martinique, where commemoration events are planned, some see the French government’s bicentennial recognition as an affront— another example of a nation that prides itself as operating on a colourblind, egalitarian creed but acts with blinders on when it comes to slavery’s legacy.

The French recognise that Bonaparte is problematic, Daut says, but aren’t necessarily embracing a widespread reckoning. “To admit that Napoleon is racist, to them is to say something about French people and they cannot handle that,” she says. “Even when they’re willing to concede the facts of what he did—and they’re not actually denying the facts—it makes them deeply, deeply uncomfortable, because what does that mean about all of the wealth that they have in their country. What does that mean about all of the prosperity? What does that mean about French identity? That it’s built on the backs of murdering people, and not just people in Haiti.”

In the small historic centre of Rio Marina on the island of Elba, the yellow building on the right was the town governor's house. When Napoleon Bonaparte would visit Rio Marina to oversee the iron mining operations, which he had revitalised, he would spend the night here.


Napoleon Bonaparte Biography

Napoleon Bonaparte, (15 August 1769–5 May 1821) later known as Emperor Napoleon I, was a French military and political leader who is considered one of the most influential figures in European history.

“France has more need of me than I have need of France. “

Born in Corsica and trained as an artillery officer in mainland France, he rose to prominence under the First French Republic. He distinguished himself as a military commander fighting in Italy. In 1799, Bonaparte staged a coup d’état and installed himself as First Consul five years later he crowned himself Emperor of the French. In the first decade of the Nineteenth Century, he turned the armies of the French Empire against every major European power and dominated continental Europe, through a series of military victories epitomised in battles such as Austerlitz. He maintained France’s sphere of influence by the formation of extensive alliances and the appointment of friends and family members to rule other European countries as French client states. It appeared that through Napoleon’s tactical genius, nothing could stop the French as they won a series of military victories.

“Circumstances–what are circumstances? I make circumstances.”

However, in 1812, the French invasion of Russia led to a reversal of fortunes. His army succeeded in advancing to the outskirts of Moscow, but it was a hollow victory. The Russians had retreated into the interior, leaving a desolate and empty city. Cold and worn down with illness, his Grande Armée was forced into a long and painful retreat through the deep freeze of the Russian winter.

In 1813, the Sixth Coalition defeated his forces at Leipzig, and the following year the Coalition invaded France, forcing Napoleon to abdicate and making him an exile in the island of Elba. However, less than a year later, Napoleon escaped Elba. After his escape, an army was sent by Louis XVIII to arrest Napoleon, but Napoleon was able to sway his former army and they dramatically joined up with Napoleon. On returning to Paris, Louis XVIII fled and Napoleon regained power. Almost straight away, eight European countries joined forces against him to make a coalition army led by the Duke of Wellington. It was at Waterloo, in June 1815, that the Duke of Wellington decided to turn and fight Napoleon. The Battle of Waterloo was a close-run affair, with the outcome uncertain at one stage. But, the arrival of the Prussian army helped to swing the battle against the French, and Napoleon was eventually decisively beaten and ousted from power.

Napoleon spent the last six years of his life under British supervision on the island of Saint Helena, where he died. His autopsy concluded he died of stomach cancer, though Sten Forshufvud and other scientists have since conjectured that he had been poisoned with arsenic.

Despite his military prowess and empire building, he was also conscious of a more spiritual perspective on life.

“Alexander, Caesar, Charlemagne, and I have founded empires. But on what did we rest the creations of our genius? Upon force. Jesus Christ founded his empire upon love and at this hour millions of men would die for him. "

Napoleon scored major victories with a modernised French army and drew his tactics from different sources. His campaigns are studied at military academies the world over, and he is regarded as one of history’s great commanders. While considered a tyrant by his opponents, he is also remembered for the establishment of the Napoleonic code, which laid the administrative and judicial foundations for much of Western Europe.

Commentary on Life of Napoleon

Napoleon was a colossal figure of nineteenth-century Europe. He had an unfettered conviction in his own destiny and that of Europe. He paved the way for a very impressive modern European Empire. In doing so, he swept away much of the old feudal systems and customs of Europe. Napoleon helped to usher in a new era of European politics. He established a Napoleonic code of religious tolerance, rational values and a degree of liberalism. Yet, he was a man of paradoxes: his naked ambition led to costly wars with 6 million dead across Europe. His liberalism and tolerance were imposed with ruthless efficiency and conquest of foreign lands. Sri Aurobindo later summed up the paradox of Napoleon by saying, “Napoleon was the despotic defender of democracy.”

Eventually, his ambition outreached his ability, leading to his humiliation in the severe Russian winter and later against the British at Waterloo.

The Duke of Wellington, the British Commander at Waterloo was asked who he thought was the best General of all time. Wellington’s reply was revealing in its unmitigated praise for Napoleon.

“In this age, in past ages, in any age, Napoleon!

Citation: Pettinger, Tejvan. “Biography of Napoleon”, Oxford, UK. www.biographyonline.net, 01/10/2013 updated 22 September 2017

Napoleon: A Biography

Related pages

Famous Europeans – A list of famous and influential European. In particular, a focus on the European who helped set up the EEC/ European Union, such as Jean Monnet, Charles de Gaulle and Willy Brandt.

Famous French – A list of famous French men and women. Includes politicians, generals, artists, sportsmen and cultural figures, such as Napoleon, Marie Antionette, De Gaulle, Claude Monet, and Coco Chanel.

Great military leaders – Famous military figures and leaders. Includes Genghis Khan, Saladin, Alexander the Great, Napoleon and Erwin Rommel.

100 most influential people – A list of 100 most influential people as chosen by Michael H. Hart, from his book 100 most influential people in the world. Includes Muhammad, Jesus Christ, Lord Buddha, Confucius, St Paul and Johann Gutenberg.


Voir la vidéo: Napoléon - Documentaire Histoire