Thor AKA-49 - Histoire

Thor AKA-49 - Histoire

Thor

(AKA-49 : dp. 7,000 (tl.); 1. 426'0", b. 68'0" ; dr. 16'0" (lim.); s. 16.9 k. (tl.); cpl. 303; a. 1 6", 8 40 mm.; cl. Artemis; T. S4-SE2-BE1) Vanadu (AKA-49) a été mis à l'eau le 18 avril 1946 dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 1910) à Providence, RI , par Walsh-Kaiser Co., Inc. lancé le 8 juin 1946, parrainé par Mme J. Henry Gill; acquis par la Marine le 9 juillet 1946 et mis en service le même jour, le Lt. Comdr. E. B. Williams aux commandes.

Après le shakedown de Hampton Roads, le Vanadis est arrivé à Newport, R.I., le 4 août et a commencé à faire la navette entre ce port et Hampton Roads. À la mi-décembre, le cargo d'attaque s'est dirigé vers le golfe du Mexique. Après avoir visité Mobile Ala.; Gulfport, Mississippi ; et Jacksonville, Floride, elle est arrivée à Boston. Le 6 février, elle s'est présentée au Commandant, 1er District Naval, pour l'inactivation. Vanadis a été mis hors de service le 27 mars 1946. Son nom a été rayé de la liste Marine le 5 juin 1946; et, le 2 juillet, elle a été transférée à la Commission Maritime.

Après près de neuf ans d'inactivité à quai avec la flotte de réserve de la défense nationale à James River, en Virginie, Vanadis a été racheté par la marine le 14 avril 1966 et réintégré sur la liste de la marine en tant qu'AKA-Is. Le 30 juin, il est entré dans le chantier de la Bethlehem Steel Co. à Baltimore, dans le Maryland, pour être converti en navire de réparation de câbles. Elle a été redésigné ARC-4; et, le 14 novembre 1955, elle a été rebaptisée Thor. Le 3 janvier 1956, Thor a terminé sa conversion et a été remis en service, Comdr. R. H. Thomas aux commandes.

Le navire de réparation de câbles a opéré dans l'Atlantique jusqu'en 1966. En février 1967, il a fait son rapport à la Flotte du Pacifique et, jusqu'à l'automne 1968, a opéré à partir de San Francisco pour réparer et poser des câbles. Elle retourna dans l'Atlantique en septembre 1958 et y servit jusqu'à l'été 1961, date à laquelle elle fut de nouveau temporairement affectée au Pacifique. Le navire de réparation de câbles a repris ses activités dans l'Atlantique en décembre. Après une révision à Boston au printemps 1962, Thor s'est de nouveau déployé dans le Pacifique pour des opérations de réparation de câbles dans le nord de cet océan. En octobre, elle est revenue au côté oriental de l'isthme de Panama et s'est occupée des devoirs de réparation de câble et des projets océanographiques dans la mer des Caraïbes. Pendant les cinq années et demie suivantes, Thor a continué à réparer et à poser des câbles dans l'Atlantique Ouest et dans les Antilles. Occasionnellement, elle a également participé à des projets plus océanographiques. Au cours de cette demi-décennie, elle s'est étendue au nord jusqu'en Nouvelle-Écosse et au sud jusqu'aux Caraïbes. Périodiquement, elle a également mené des opérations dans le golfe du Mexique.

Le 20 avril 1968, le navire quitte Norfolk et navigue, via le canal de Panama et San Diego, vers le Pacifique central. Elle a mené des opérations spéciales à proximité de l'Île Midway et est revenue à Hawaï le 16 juin depuis plusieurs jours avant de quitter Pearl Harbor le 24 pour les Mariannes. Elle a atteint Guam le 5 juillet et a passé le mois suivant à réparer le câble autour de cette île. Elle est revenue à Pearl Harbor le 13 août et a opéré dans les Îles hawaïennes jusqu'à ce qu'elle se dirige vers le continent le 7 novembre. Après une brève escale à Long Beach, en Californie, Thor retourna à Norfolk le 6 décembre.

Au cours des quatre années suivantes, Thor s'est déployé trois fois dans le Pacifique. En août 1969, après sept mois d'opérations le long de la côte est, il se dirige, via le canal de Panama et San Diego, vers Pearl Harbor. Jusqu'en novembre, elle a mené des opérations près de l'Île Midway et est revenue ensuite dans l'Atlantique via Pearl Harbor, Long Beach et le Canal de Panama. En février 1970, il est entré au chantier naval Bethlehem Steel à Boston pour commencer une période de révision et de réparation d'un an. À la mi-février 1971, le navire de réparation de câbles a repris ses opérations normales jusqu'à la fin juin, date à laquelle il s'est de nouveau déployé dans le Pacifique. Elle a atteint Hawaï le 29 juillet et est repartie de nouveau le 9 août pour des opérations de câble dans les portées les plus au nord du Pacifique, près de la chaîne Aléoutiennes. Elle a terminé ces réparations à la fin du mois et, après des visites à Esquimalt, en Colombie-Britannique et à San Diego, a retransféré le canal le 20 septembre et est arrivée à Portsmouth, dans le New Hampshire, huit jours plus tard. Au cours des sept premiers mois de 1972, le navire de réparation de câbles a de nouveau opéré le long de la côte est. Le 24 juillet, Thor a quitté Norfolk pour sa dernière affectation dans l'océan Pacifique. Elle est arrivée à Alameda en Californie, le 11 août et a mené des opérations de pose de câbles de là jusqu'à la fin de novembre. Le 24, le navire a autorisé Alameda. Elle a traversé le Canal de Panama le 4 décembre et est revenue à Portsmouth le 12 décembre.

Le 17 janvier 1973, Thor s'embarqua pour sa dernière croisière outre-mer en tant que navire commissionné dans la Marine. Il est arrivé à Swansea, en Angleterre, 10 jours plus tard et, après deux jours au port, a pris la mer pour des opérations de câble. Du 14 au 18 février, elle a visité la base sous-marine à Holy Loch, en Écosse, avant de reprendre les opérations de câble près du cercle polaire arctique. Elle a terminé sa mission à la fin du mois et, après une autre visite à Holy Loch au cours de la première semaine de mars, est retournée aux États-Unis. Le 17 mars, elle
est retourné au chantier naval naval de Portsmouth pour commencer les préparatifs de la mise hors service de son transfert au Military Sealift Command.

Thor (ARC-4) a été désarmé à Portsmouth le 2 juillet 1973 et transféré simultanément sous la garde du Military Sealift Command. L'USNS Thor (T-ARC-4) a opéré avec le Military Sealift Command, principalement dans le Pacifique, jusqu'en avril 1974, date à laquelle il a été renvoyé à l'Administration maritime pour être placé en réserve. Depuis lors, il est à quai avec la Flotte de réserve de la Défense nationale à Suisun Bay, en Californie.


Quarante-trois accusés liés à un cartel de la drogue au Mexique accusés de complot d'organisations corrompues et influencées par le racket (RICO) Individus présumés responsables de crimes étatiques et fédéraux, notamment de meurtres, d'enlèvements, d'armes à feu et d'infractions liées au trafic de drogue

SAN DIEGO, CA—Une plainte pénale a été descellée aujourd'hui, accusant 43 accusés d'avoir participé à un complot de racket fédéral (RICO). Le complot de RICO allégué dans la plainte implique la commission de crimes à la fois étatiques et fédéraux, y compris le meurtre, le complot en vue de commettre un meurtre, l'enlèvement, le complot en vue de commettre un enlèvement, le vol qualifié, le complot en vue de commettre un vol qualifié, le trafic de drogue et des infractions de blanchiment d'argent. Comme indiqué dans la plainte, les défendeurs sont membres et associés de l'organisation Fernando Sanchez (FSO), une émanation du cartel de trafic de drogue Arellano-Felix.

La plainte allègue également que Jesus Qui&#ones Marques, le directeur de la liaison internationale du bureau du procureur général de Baja California, était au courant des activités illégales du FSO et a utilisé sa position pour obtenir des informations confidentielles sur l'application de la loi pour l'utilisation du OFS. Selon la plainte, il a participé à la prise de dispositions pour que divers rivaux du FSO soient arrêtés et détenus par les forces de l'ordre mexicaines.

Les accusations découlent d'une enquête à long terme, intitulée "Opération Luz Verde" (feu vert), menée par le groupe de travail multi-agences sur la violence transfrontalière de San Diego (CBVTF), qui a été formulée pour cibler les personnes impliquées dans des activités organisées les activités violentes liées à la criminalité affectant à la fois les États-Unis et le Mexique. Le personnel chargé de l'application de la loi affecté au CBVTF a largement utilisé les écoutes téléphoniques autorisées par le tribunal et d'autres techniques d'enquête sophistiquées pour développer l'ensemble des preuves qui ont conduit aux accusations dans cette affaire.

“La présence de membres et d'associés d'organisations de trafic de drogue basés à l'étranger à San Diego ne sera pas tolérée. La communauté des forces de l'ordre de San Diego exploite tous les atouts pour s'assurer que cette belle ville ne devienne jamais le refuge à partir duquel les organisations de trafic de drogue organisent leurs opérations alors que les guerres de la drogue et les contrôles des forces de l'ordre perturbent le narco-business. Ces trafiquants ne seront tout simplement pas autorisés à marcher dans nos rues et à vivre dans nos quartiers, et nous ne tolérerons certainement pas l'infiltration de la violence liée à la drogue dans nos communautés. Nous nous engageons à perturber leurs opérations et concentrerons nos efforts pour les empêcher de commettre leurs activités criminelles quotidiennes ici », a déclaré l'avocate américaine Laura E. Duffy.

L'agent spécial du FBI en charge, Keith Slotter, a commenté : « Les arrestations d'aujourd'hui sont le résultat d'une enquête multi-agences à long terme. Le personnel dévoué des agences à tous les niveaux de gouvernement a travaillé à l'unisson pour lutter contre cette entreprise criminelle dangereuse et violente. Aujourd'hui, nous sommes récompensés par des dizaines d'arrestations qui ont vraiment un impact sur la sécurité et le bien-être au sein de nos communautés locales.”

« Les arrestations effectuées à l'issue de cette enquête illustrent l'engagement de la DEA et de nos partenaires chargés de l'application des lois à démanteler ces organisations de trafic de drogue à tous les niveaux », a déclaré Ralph W. Partridge, agent spécial de la DEA à San Diego. “Les citoyens de San Diego peuvent se sentir plus en sécurité aujourd'hui en sachant que ces délinquants violents ne sont plus dans nos rues.”

“Le service de police de San Diego est fier d'avoir participé à une opération aussi réussie. Le message que les forces de l'ordre de San Diego envoient au crime organisé est clair : la violence transfrontalière et les activités de cartel ne seront PAS tolérées dans la ville de San Diego, a déclaré le chef de la police de San Diego, William Lansdowne. « Toute partie d'une entreprise criminelle planifiée, coordonnée ou menée à San Diego fera l'objet d'une enquête et de poursuites dans toute la mesure de la loi, maintenant San Diego comme l'une des villes les plus sûres des États-Unis pour nos citoyens et visiteurs. Les cartels ne devraient pas s'y tromper : notre affaire est de mettre fin à leurs affaires.”

"L'ATF a participé à la perturbation d'une organisation criminelle violente qui fournissait les outils aux cartels mexicains pour tuer les forces de l'ordre et des citoyens innocents", a déclaré l'agent spécial en charge John A. Torres du Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs. (ATF). La mission de l'"ATF" est de prévenir les crimes violents dans ce pays et d'empêcher les armes à feu illégales d'entrer au Mexique.

La plainte (numéro de dossier : 10MJ2489) accuse les défendeurs suivants du titre 18 du code des États-Unis, section 1962 (d) et, s'ils sont reconnus coupables, ils risquent 20 ans de prison :

Armando Villareal Heredia, alias Gordo Âge : 32 ans Guadalajara, Mexique
Ruben Dario Castro Perez, alias Compadre Âge : 35 ans Garde fédérale
Ivan Candelario Magana Heredia, alias Soldado Âge : 33 Guadalajara, Mexique
José Alfredo Najera Gil Âge : 33 Tijuana, Mexique
Carlos Cosmé Âge : 34 Chula Vista, Californie
Mario Escamilla, alias Unico Âge : 29 Garde d'État
Ignacio Escamilla Estrada, alias Uno Âge : 49 ans Tijuana, Mexique
Fausto Escamilla, alias taliban Âge : 25 Garde mexicaine
Edgar Gustavo Escamilla, alias Dies Âge : 28 Garde mexicaine
Jésus Quinones Marquez, alias Rinon Âge : 49 ans Tijuana, Mexique
José Antonio Ortega Nuno Âge : 44 Tijuana, Mexique
Edgar Lopez De-Anda Daher, alias Pollito Âge : 28 Tijuana, Mexique
José Alejandro Florez Meza, alias Shakira Âge : Royaume-Uni Tijuana, Mexique
Alicia Martinez, alias Comadre Âge : 33 San Diego, Californie
Juan Carlos Magana Heredia Âge : 29 Garde fédérale
Oscar Daniel Montoya Mora Âge : 28 Tijuana, Mexique
Jorge Alberto Ponce, alias Betote Âge : Royaume-Uni Tijuana, Mexique
Mikael Daniel Blaser, alias Troubles Âge : 20 ans Poway, Californie
Jonathan Valle, alias Faucheur Âge : 25 Garde fédérale
Armando Castillo, dit Choco Âge : 20 ans Garde fédérale
Omar Martinez, alias Nino Âge : 19 ans San Diego, Californie
Enrique Salinas, Jr., alias Playboy Âge : 26 Chula Vista, Californie
Raul Moreno, alias Flaco Âge : 23 ans Chula Vista, Californie
Miguel Soria, alias Mikey Âge : 19 ans Garde d'État
Perla Carolina Jimenez, alias P Âge : 28 Chula Vista, Californie
Luz Maria Benavidez Martinez, alias Araceli Âge : 31 Chula Vista, Californie
Bridgette Reynoso, alias B Âge : 23 ans San Diego, Californie
Jorge Humberto Lora, alias Georgie Âge : 31 Chula Vista, Californie
Christopher Adrian Ruiz, alias Sneaky Âge : 36 Garde fédérale
Richard Gilbert Favela, alias Tiny Âge : 26 Plage impériale, Californie
Humberto Torres Mendoza, dit Tito Âge : 25 Colton, Californie
Juan Carlos Rique Aguirre, alias JC Âge : 26 Mexique
Telle Kreschmer Âge : 21 ans San Diego, Californie
Hector Montes, alias Toxic, alias Little Spikey Âge : 23 ans Garde d'État
José Contreras, alias Pepe Âge : 28 San Diego, Californie
Hassain Alzubaidy, alias Arabe Âge : 25 Vallée de Moreno, Californie
Ivan Mora Âge : 21 ans San Diego, Californie
Ulises Valenzuela Âge : 31 Chula Vista, Californie
Benjamin Avendano, alias Peso Âge : 19 ans Garde fédérale
Jennifer Escamilla Âge : 26 Tijuana, Mexique
Araceli Varela, alias Uvia Âge : 33 San Diego, Californie
Rocio López Âge : 37 San Diego, Californie
Kevin Luis, alias Listo Âge : 28 San Diego, Californie

Le procureur américain Duffy a félicité le groupe de travail sur la lutte contre le crime organisé (OCDETF) pour les efforts coordonnés de l'équipe qui ont mené à l'aboutissement de cette enquête. Agents et agents du Federal Bureau of Investigation, San Diego Police Department, Drug Enforcement Administration, San Diego County Sheriff’s Office, Chula Vista Police Department, US Marshals Service, Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives, California Department of Justice et le bureau du procureur du comté de San Diego ont participé à cette enquête de l'OCDETF. Le programme OCDETF a été créé pour consolider et utiliser toutes les ressources d'application de la loi dans la lutte de ce pays contre le crime organisé et les grandes organisations de trafic de drogue.

L'affaire est poursuivie devant le tribunal fédéral de San Diego par les procureurs adjoints américains Todd W. Robinson et James P. Melendres.

Une plainte n'est pas une preuve que les accusés ont commis les crimes reprochés. Les accusés sont présumés innocents jusqu'à ce que le gouvernement s'acquitte de sa charge devant le tribunal de prouver la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.


Marques de joaillier : une brève histoire

Pour être considéré comme une antiquité, un bijou doit avoir 100 ans ou plus, tandis que les bijoux vintage doivent avoir plus de 20 ans pour être classés comme tels. Les bijoux « rétro » font référence aux pièces fabriquées dans les années 1940 et 1950 et se caractérisent par l'utilisation de pierres précieuses de grande taille et colorées.

Aux États-Unis, le National Gold and Silver Stamping Act de 1906 exigeait des bijoutiers qu'ils incluent une marque de pureté précise, qui indique les matériaux utilisés dans une pièce donnée. En 1961, le gouvernement américain a également exigé que les fabricants de bijoux incluent une marque de fabricant, qui indique le producteur d'un bijou.

Le poinçonnage en Grande-Bretagne a une longue histoire, remontant au 14ème siècle. Les normes actuelles sont régies par le Hallmarking Act de 1973. Tout bijou britannique fabriqué avant 1999 devait inclure ce que l'on appelle un timbre à date, une lettre correspondant à l'année où il a été enregistré auprès du bureau d'essai. Les bureaux d'analyse sont des établissements gouvernementaux officiels chargés d'analyser ou de tester la pureté des métaux des bijoux et, dans certains cas, de poinçonner les bijoux.

Les marques de bijoux en France remontent encore plus tôt, avec des exemples connus pour la première fois au 13ème siècle. Une année importante à savoir si vous collectionnez des bijoux anciens français est l'année 1797, lorsqu'il était nécessaire d'avoir une marque de fabricant encadrée dans un losange, une charge en forme de losange qui est souvent placée sur le champ d'un bouclier.


Couche de câble

UNE couche de câble ou navire câblier est un navire hauturier conçu et utilisé pour poser des câbles sous-marins à des fins de télécommunications, de transmission d'énergie électrique, militaires ou autres. Les navires câbliers se distinguent par de grandes poulies de câble [1] pour guider le câble sur la proue ou la poupe ou les deux. Les réas d'étrave, [2] certains très grands, étaient caractéristiques de tous les navires câbliers dans le passé, mais les navires plus récents ont tendance à n'avoir que des réas de poupe, comme le montre la photo de CS Innovateur de câble au port d'Astoria sur cette page. Les noms des navires câbliers sont souvent précédés de "C.S." comme dans CS Longues lignes. [3]

Le premier câble télégraphique transatlantique a été posé par des poseurs de câbles en 1857-1858. Il a brièvement permis les télécommunications entre l'Europe et l'Amérique du Nord avant qu'une mauvaise utilisation n'entraîne une défaillance de la ligne. En 1866, la SS Grand Est a posé avec succès deux câbles transatlantiques, assurant la future communication entre les continents.


Que signifie votre nom d'utilisateur du forum ?

J'ai mentionné dans un autre fil que nous devrions avoir un fil avec ce titre. J'ai déjà reçu un PM me demandant de le démarrer. Alors, je vais commencer.

MrFSS est l'abréviation de M. Services de règlement financier. C'est une filiale de la grande entreprise dont j'ai pris ma retraite il y a quelques années. Nous n'avions que quelques employés dans notre petit groupe, et pour beaucoup de mes clients, j'étais connu sous le nom de = MrFSS. Il est resté bloqué et je continue à l'utiliser aujourd'hui. Je n'y ai pas travaillé depuis quelques années, mais j'entends encore des gens de temps en temps.

Donc, si vous avez une histoire sur la raison pour laquelle vous avez le nom d'utilisateur que vous utilisez et que vous souhaitez le partager, c'est l'endroit qu'il vous faut !

Préposé au service

J'ai mentionné dans un autre fil que nous devrions avoir un fil avec ce titre. J'ai déjà reçu un PM me demandant de le démarrer. Alors, je vais commencer.

MrFSS est l'abréviation de M. Services de règlement financier. C'est une filiale de la grande entreprise dont j'ai pris ma retraite il y a quelques années. Nous n'avions que quelques employés dans notre petit groupe, et pour beaucoup de mes clients, j'étais connu sous le nom de = MrFSS. Il est resté bloqué et je continue à l'utiliser aujourd'hui. Je n'y ai pas travaillé depuis quelques années, mais j'entends encore des gens de temps en temps.

Donc, si vous avez une histoire sur la raison pour laquelle vous avez le nom d'utilisateur que vous utilisez et que vous souhaitez le partager, c'est l'endroit qu'il vous faut !

RailFanLNK

Conducteur

Rookie du chemin de fer. dit tout. Je suis nouveau dans le voyage en train mais j'ai tellement appris. Je suis revenu sur certains des messages que j'avais publiés il y a un an et demi et sheesh. écailles. que c'est embarrassant! :huh: J'ai tellement appris en un an et demi grâce au forum, en lisant des livres sur les trains et principalement sur Amtrak (tous appris de ce forum) en traînant et en discutant avec les employés d'Amtrak de la CZ à LNK et en parlant à l'agent de billetterie dans LNK. L'un des moments les plus cool est de discuter avec un membre du forum et de découvrir qu'il était le guitariste d'un groupe punk que j'ai suivi dans les années 1980. Je suis presque mort quand il m'a dit : " en avez-vous déjà entendu parler. " c'était cool en soi !

MrFSS

Conducteur
Conducteur

GG-1 est mon préféré, le meilleur moteur, utilisé sur le NEC de 1937 à 1983 par le Standard Railroad of the World, le Pennsylvania Rail Road.

Squeakz2001

Préposé au service

Mon nom m'est resté depuis le lycée :

Squeakz= Je couine quand je ris. Les gens m'appellent « grinçant » depuis longtemps !

2001 = l'année où j'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires.

Conducteur

Rafi : c'est mon nom. Vous me verrez également en tant que "rafster" sur le tableau flyertalk : ancien surnom de lycée.

Questions de tous les jours

Conducteur

Everydaymatters-le nom a commencé il y a plusieurs années lorsque j'étais un patient de recherche aux National Institutes of Health de Bethesda. J'ai vu des petits enfants chauves faire tourner leurs tubes intraveineux. J'ai parlé à des adultes qui étaient là parce qu'ils avaient une forme rare de cancer qui avait déconcerté les médecins. J'ai rencontré des gens qui savaient que leur maladie pulmonaire était en phase terminale, mais qui espéraient qu'un nouveau projet de recherche produirait un nouveau médicament pour le rendre plus facile à vivre.

Chaque jour était crucial. Chaque jour comptait. Ainsi, le nom Everydaymatters.

Soit dit en passant - Le projet de recherche dans lequel j'étais a permis de trouver la protéine commune pour le type de fibrose pulmonaire que j'ai. Cela ouvre des portes pour plus de recherche - peut-être même un remède. Cela a fait que chaque test douloureux que j'ai subi en valait la peine. Mes boutons étaient sur le point d'avoir fait partie d'un projet de recherche qui a eu d'aussi bons résultats.

Bill Haithcoat

Conducteur

MrFSS

Conducteur

Everydaymatters-le nom a commencé il y a plusieurs années quand j'étais un patient de recherche aux National Institutes of Health de Bethesda. J'ai vu des petits enfants chauves faire tourner leurs tubes intraveineux. J'ai parlé à des adultes qui étaient là parce qu'ils avaient une forme rare de cancer qui avait déconcerté les médecins. J'ai rencontré des gens qui savaient que leur maladie pulmonaire était en phase terminale, mais qui espéraient qu'un nouveau projet de recherche produirait un nouveau médicament pour le rendre plus facile à vivre.
Chaque jour était crucial. Chaque jour comptait. Ainsi, le nom Everydaymatters.

Soit dit en passant - Le projet de recherche dans lequel j'étais a permis de trouver la protéine commune pour le type de fibrose pulmonaire que j'ai. Cela ouvre des portes pour plus de recherche - peut-être même un remède. Cela a fait que chaque test douloureux que j'ai subi en valait la peine. Mes boutons étaient sur le point d'avoir fait partie d'un projet de recherche qui a eu d'aussi bons résultats.

Gswager

Conducteur
Chef OBS

Had8ley

Conducteur

J'ai mentionné dans un autre fil que nous devrions avoir un fil avec ce titre. J'ai déjà reçu un PM me demandant de le démarrer. Alors, je vais commencer.
MrFSS est l'abréviation de M. Services de règlement financier. C'est une filiale de la grande entreprise dont j'ai pris ma retraite il y a quelques années. Nous n'avions que quelques employés dans notre petit groupe, et pour beaucoup de mes clients, j'étais connu sous le nom de = MrFSS. Il est resté bloqué et je continue à l'utiliser aujourd'hui. Je n'y ai pas travaillé depuis quelques années, mais j'entends encore des gens de temps en temps.

Donc, si vous avez une histoire expliquant pourquoi vous avez le nom d'utilisateur que vous utilisez et que vous souhaitez le partager, c'est l'endroit qu'il vous faut !

Eh bien Tom, j'aurais pensé que tu étais un ancien cheminot. Nous avions l'habitude d'appeler les serre-freins qui licenciaient le week-end "M. Vendredi, samedi et dimanche. » Nous n'avons pas pu obtenir notre nom sur Juno alors nous avons juste mis un 8 au milieu.

MrFSS

Conducteur

Le Métropolitain

Chef OBS

Je déteste l'admettre, mais j'ai toujours espéré que quelqu'un initierait un sujet comme celui-ci.

Mon nom a en fait été choisi prématurément. J'habite à une courte distance de ce qui était autrefois la « autre » PRR Main Line (l'ancienne Northern Central) dans le nord-est, entre Baltimore et Harrisburg. J'ai d'abord été intrigué par cette ligne quand j'étais enfant à la fin des années 70, alors qu'il ne s'agissait que d'une ligne de fret déconnectée, et je l'ai finalement empruntée en 1992 lorsque notre ligne de tramway a ouvert ses portes.

À son apogée, la ligne accueillait des trains de Washington/Baltimore à St. Louis, Chicago et Buffalo. Passionné d'histoire que je suis, lorsque j'ai rejoint le forum, j'ai voulu choisir mon nom pour qu'il corresponde à la crème de la crème du train de voyageurs qui sillonnait cette ligne qui me fascinait tant. En parcourant un ancien horaire, je pensais l'avoir trouvé et j'ai rapidement choisi "The Metropolitan" car le nom avait cette sensation élégante des années 40 d'un train de premier ordre.

Plus tard, j'apprendrais que le train de Washington « Metropolitan » n'était guère plus qu'un train de correspondance avec le « Metropolitan » qui circulait jusqu'à New York.

Si j'avais vraiment bien fait mes devoirs, j'aurais choisi "LIBERTY LIMITED" car c'était le train élégant que je pouvais monter à Penn Station Baltimore, diriger mon bien-aimé Northern Central jusqu'à Harrisburg et continuer vers l'ouest en direction de Chicago sans jamais changer de train.

J'ai essayé d'essayer de changer l'étiquette, mais je n'ai pas compris comment. Ah, eh bien, "The Metropolitan" est toujours cool.

Il y a donc toute l'histoire de mon nom, probablement bien plus que quiconque ne se soucie de le savoir !

J'admets aussi que j'ai toujours été curieux de savoir pourquoi le "8" était au milieu de "had8ley". Je n'aurais jamais pensé que la raison était si simple ! MDR!

AlainB

Conducteur

Place1181

Préposé principal au service

Spot = la tache blanche que j'ai dans mes cheveux depuis que j'ai 18 ans ( Mme Spot appelle cela une mouffette maintenant, ce qui fait d'elle Mme Skunk ?

1181= l'itinéraire du courrier que je transporte à Cincinnati. spot1181.

Tourlink99

Agent de train

Garçon de train325

Préposé au service

Trainboy a commencé comme une blague lorsque j'ai commencé à m'impliquer dans le Lake Wales Model Railroad Club à Lake Wales, en Floride, ma ville natale. Lorsque la ville de Lake Wales créait son système de courrier électronique et que le club ferroviaire allait obtenir un compte pour répondre aux visiteurs et aux membres potentiels. J'étais à l'époque vice-président du club ainsi qu'employé à temps partiel de la Ville, ce qui me permettait d'accéder au système intranet pour surveiller le compte de messagerie. Il a été suggéré par les membres du club et mon père d'être le "Trainboy" car le club était composé principalement d'hommes à la retraite et j'étais le seul adolescent du groupe. Il est donc resté, devenant mon identité pour l'administrateur du compte gouvernemental du club ferroviaire et l'a utilisé comme nom d'utilisateur lorsque j'ai obtenu mon compte AOL au lycée. Il est resté mon nom de messagerie depuis. Le 325 représente l'adresse du Depot Museum en ville : 325 S. Scenic Highway, Lake Wales, FL 33853.

Je suis fier d'avoir participé à la construction de cet endroit merveilleux. Le musée se trouve dans l'ancienne gare de l'Atlantic Coast Line à Lake Wales construite en 1928 dans le cadre du plan d'ACL de rivaliser avec la FEC pour une route intérieure vers Miami qui partait de sa ligne principale à Haines City et descendait jusqu'à Everglades City/Clewiston. Le musée se concentre sur l'histoire du lac de Galles dans son ensemble, mais le chemin de fer est de loin le thème le plus populaire et le plus visible du complexe. Le musée présente trois pièces de matériel roulant : un fourgon de queue de Seaboard récupéré à Wildwood, en Floride, une voiture d'affaires Pullman appartenant à la centrale de Géorgie au cours de sa vie active et un commutateur de chantier Whitcomb qui appartenait à l'Army Corps of Engineers qui était utilisé en Italie pour la reconstruction d'après-guerre et plus tard utilisé par une société minière de phosphate à Mulberry, FL. Le club ferroviaire a son siège dans l'ancienne gare de fret Seaboard qui a été déplacée de son site d'origine en ville à côté du bâtiment de la gare ACL. Il a une grande disposition à l'échelle HO représentant la côte est avec la Floride centrale un sujet majeur sur la plus grande section. De plus, les dispositions à l'échelle N, G et O sont exposées.

La dernière partie est un peu hors sujet, mais méritait d'être mentionnée car elle fait tellement partie de qui je suis aujourd'hui en tant que fan de chemin de fer, ancien employé des chemins de fer et défenseur de la préservation historique en tant qu'employé du National Park Service.


L'ethnologue norvégien Thor Heyerdahl navigue sur un papyrus

Le 17 mai 1970, l'ethnologue norvégien Thor Heyerdahl et un équipage multinational sont partis du Maroc à travers l'océan Atlantique en Ra II, un voilier en papyrus inspiré des anciens voiliers égyptiens. Heyerdahl tentait de prouver sa théorie selon laquelle les civilisations méditerranéennes ont navigué vers l'Amérique dans les temps anciens et ont échangé des cultures avec les peuples d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Les Ra II traversé les 4 000 milles d'océan jusqu'à la Barbade en 57 jours.

Heyerdahl, né à Larvik, en Norvège, en 1914, a d'abord étudié la zoologie et la géographie à l'Université d'Oslo. En 1936, il voyage avec sa femme aux îles Marquises pour étudier la flore et la faune de l'archipel reculé du Pacifique. Il est devenu fasciné par la question de savoir comment la Polynésie était peuplée. L'opinion dominante à l'époque (et aujourd'hui) était que les anciens peuples de la mer d'Asie du Sud-Est peuplaient la Polynésie. Cependant, comme les vents et les courants dans le Pacifique vont généralement d'est en ouest et parce que des plantes sud-américaines telles que la patate douce ont été trouvées en Polynésie, Heyerdahl a supposé que certains Polynésiens pourraient être originaires d'Amérique du Sud.

Pour explorer cette théorie, il a construit une copie d'un radeau préhistorique d'Amérique du Sud à partir de rondins de balsa d'Équateur. Baptisé Kon-Tiki, après le dieu Inca, Heyerdahl et un petit équipage ont quitté Callao, au Pérou, en avril 1947, ont traversé quelque 5 000 milles d'océan et sont arrivés en Polynésie après 101 jours. Heyerdahl a raconté l'histoire du voyage épique dans le livre Kon-Tiki (1950) et dans un film documentaire du même nom, qui a remporté l'Oscar du meilleur documentaire en 1952.

Heyerdahl s'est plus tard intéressé à la possibilité d'un contact culturel entre les premiers peuples d'Afrique et d'Amérique centrale et du Sud. Certaines similitudes culturelles, telles que l'importance partagée de la construction de pyramides dans les civilisations égyptienne et mexicaine antique, suggéraient peut-être un lien. Pour tester la faisabilité d'un ancien voyage transatlantique, Heyerdahl a construit une copie de 45 pieds de long d'un ancien papyrus égyptien en 1969, avec l'aide de constructeurs de bateaux traditionnels du lac Tchad en Afrique centrale. Construit au pied des pyramides et nommé d'après le dieu solaire Ra, il a ensuite été transporté à Safi au Maroc, d'où il a mis le cap sur les Caraïbes le 24 mai 1969. Des défauts de conception et d'autres problèmes l'ont fait sombrer en juillet. , à 600 milles de son objectif. Il avait parcouru 3 000 milles.

Intrépide, Heyerdahl construisit un deuxième vaisseau papyrus, le Ra II, avec l'aide de constructeurs de bateaux indiens aymaro du lac Titicaca en Bolivie. Avec un équipage multinational de sept personnes, le Ra II appareillé de Safi le 17 mai 1970. Après un voyage de 57 jours et 4 000 milles, le navire est arrivé à la Barbade. L'histoire de ce voyage est consignée dans le livre Les expéditions de Ra (1971) et dans un film documentaire.

En 1977, Heyerdahl a dirigé le Tigre expédition, au cours de laquelle il a navigué à bord d'une embarcation faite de roseaux sur le Tigre en Irak jusqu'au golfe Persique, à travers la mer d'Arabie jusqu'au Pakistan et enfin jusqu'à la mer Rouge. Le but de l'expédition était d'établir la possibilité qu'il y ait eu un contact entre les grandes cultures de la Mésopotamie, de la vallée de l'Indus et de l'Égypte de l'autre côté de la mer. Heyerdahl a ensuite dirigé des expéditions de recherche sur l'île de Pâques et sur un site archéologique de Tucume dans le nord du Pérou. Pour la plupart, les idées de Heyerdahl n'ont pas été acceptées par les anthropologues traditionnels.


Liens externes



Informations en date du : 11.07.2020 05:44:17 CEST

Modifications : Toutes les images et la plupart des éléments de conception qui y sont liés ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme « l'article a besoin d'être développé) ou attribués (comme « des notes de chapeau »). Les classes CSS ont été soit supprimées, soit harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipédia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (comme « Redlinks », « liens vers la page d'édition », « liens vers des portails ») ont été supprimés. Chaque lien externe a une FontAwesome-Icon supplémentaire. Outre quelques petits changements de conception, les conteneurs multimédias, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les géo-microformats ont été supprimés.


Que signifie votre nom d'utilisateur du forum ?

J'ai mentionné dans un autre fil que nous devrions avoir un fil avec ce titre. J'ai déjà reçu un PM me demandant de le démarrer. Alors, je vais commencer.

MrFSS est l'abréviation de M. Services de règlement financier. C'est une filiale de la grande entreprise dont j'ai pris ma retraite il y a quelques années. Nous n'avions que quelques employés dans notre petit groupe, et pour beaucoup de mes clients, j'étais connu sous le nom de = MrFSS. Il est resté bloqué et je continue à l'utiliser aujourd'hui. Je n'y ai pas travaillé depuis quelques années, mais j'entends encore des gens de temps en temps.

Donc, si vous avez une histoire expliquant pourquoi vous avez le nom d'utilisateur que vous utilisez et que vous souhaitez le partager, c'est l'endroit qu'il vous faut !

Préposé au service

J'ai mentionné dans un autre fil que nous devrions avoir un fil avec ce titre. J'ai déjà reçu un PM me demandant de le démarrer. Alors, je vais commencer.

MrFSS est l'abréviation de M. Services de règlement financier. C'est une filiale de la grande entreprise dont j'ai pris ma retraite il y a quelques années. Nous n'avions que quelques employés dans notre petit groupe, et pour beaucoup de mes clients, j'étais connu sous le nom de = MrFSS. Il est resté bloqué et je continue à l'utiliser aujourd'hui. Je n'y ai pas travaillé depuis quelques années, mais j'entends encore des gens de temps en temps.

Donc, si vous avez une histoire expliquant pourquoi vous avez le nom d'utilisateur que vous utilisez et que vous souhaitez le partager, c'est l'endroit qu'il vous faut !

RailFanLNK

Conducteur

Rookie du chemin de fer. dit tout. Je suis nouveau dans le voyage en train mais j'ai tellement appris. Je suis revenu sur certains des messages que j'avais publiés il y a un an et demi et sheesh. écailles. que c'est embarrassant! :huh: J'ai tellement appris en un an et demi grâce au forum, en lisant des livres sur les trains et principalement sur Amtrak (tous appris de ce forum) en traînant et en discutant avec les employés d'Amtrak de la CZ à LNK et en discutant avec l'agent de billetterie dans LNK. One of the cooler moments is talking back and forth with a forum member and finding out he was the guitarist in a punk band I followed in the 1980's. I about died when he said, "have you ever heard of. " that was cool in itself!

MrFSS

Conducteur
Conducteur

GG-1 is my favorite, the best motor, used on the NEC from 1937 - 1983 by the Standard Railroad of the World, the Pennsylvania Rail Road.

Squeakz2001

Service Attendant

My name has stuck with me since high school:

Squeakz= I squeak when I laugh. People have called me 'squeaky' for a long time!

2001= the year I graduated high school.

Conducteur

Rafi: it's my name. You'll also see me as "rafster" on the flyertalk board: old high school nickname.

Everydaymatters

Conducteur

Everydaymatters-the name got its start several years ago when I was a research patient at the National Institutes of Health in Bethesda. I saw little bald-headed kids wheeling their IV tubes around. I spoke to adults who were there because they had a rare form of cancer that had doctors baffled. I met people who knew their lung disease was terminal, but hoped that some new research project would produce a new medicine to make it easier to live with.

Every day was crucial. Every day mattered. Thus, the name Everydaymatters.

By the Way - The research project I was in resulted in them finding the common protein for the type of pulmonary fibrosis I have. That opens doors for more research - possibly even a cure That made every painful test I went through worth every second of it. My buttons were bustin' to have been part of a research project that had such great results.

Bill Haithcoat

Conducteur

MrFSS

Conducteur

Everydaymatters-the name got its start several years ago when I was a research patient at the National Institutes of Health in Bethesda. I saw little bald-headed kids wheeling their IV tubes around. I spoke to adults who were there because they had a rare form of cancer that had doctors baffled. I met people who knew their lung disease was terminal, but hoped that some new research project would produce a new medicine to make it easier to live with.
Every day was crucial. Every day mattered. Thus, the name Everydaymatters.

By the Way - The research project I was in resulted in them finding the common protein for the type of pulmonary fibrosis I have. That opens doors for more research - possibly even a cure That made every painful test I went through worth every second of it. My buttons were bustin' to have been part of a research project that had such great results.

Gswager

Conducteur
OBS Chief

Had8ley

Conducteur

I mentioned in another thread we should have a thread with this title. I have already been PM'd asking me to start it. So, I'll go first.
MrFSS is short for Mr Financial Settlement Services. That is a subsidiary company of the big company I retired from a few years ago. We only had a few employees in our little group, and to many of my customers I was know as = MrFSS. It stuck and I keep using it today. Haven't worked there in a few years, but I still hear from folks now and then.

So, if you have a story as to why you have the user name you use and want to share it, this is the place!

Well Tom I would have thought you were a former railroader. We used to call the brakemen that laid off on week-ends "Mr. Friday, Saturday and Sunday." We couldn't get our name on Juno so we just put an 8 in the middle.

MrFSS

Conducteur

The Metropolitan

OBS Chief

Hate to admit it, but I always HOPED someone would initiate a topic like this.

My name was actually chosen prematurely. I live a short distance from what was once the "other" PRR Main Line (the old Northern Central) in the Northeast, running between Baltimore and Harrisburg. I first became intrigued by this line as a child in the late 70's, when it was just a disconnected freight line, and finally rode it in 1992 when our Light Rail line opened along it.

In its heyday, the line hosted trains from Washington/Baltimore to St. Louis, Chicago, and Buffalo. History Buff that I am, when I joined the forum, I wanted to choose my name to match the cream of the crop passenger train that plyed this line I was so fascinated by. Looking through an old timetable, I thought I had found it, and promptly chose "The Metropolitan" as the name had that stylish 40's feel of a premier train.

Later I would learn that the Washington train "Metropolitan" was little more than a connecting train to the "real Metropolitan" that operated through to New York.

Had I really done my homework right, I would have chosen "LIBERTY LIMITED" as this was the stylish train that I could board at Penn Station Baltimore, head up my beloved Northern Central into Harrisburg, and continue West towards Chicago without ever changing trains.

I did look to try to change the label, but couldn't figure out how. Ah, well, "The Metropolitan" is still cool.

So there is the whole story of my name, probably far more than anyone cared to know!

I'll also admit I was always curious why the "8" was in the middle of "had8ley." I'd have never thought the reason to be so simple! MDR!

AlanB

Conducteur

Spot1181

Lead Service Attendant

Spot=the white spot I've had in my hair since I was 18 ( Mrs. Spot calls it a skunkstreak now, which makes her Mrs. Skunk?

1181= the mail route I carry in Cincinnati. spot1181.

Tourlink99

Train Attendant

Trainboy325

Service Attendant

Trainboy started out as a joke when I began my involvement with the Lake Wales Model Railroad Club in Lake Wales, Florida, my hometown. When the City of Lake Wales was creating its email system and the railroad club was going to get an account for responding to visitors and potential members. I was at the time the club's vice president as well as a part time employee of the City which allowed me access to the intranet system to monitor the email account. It was suggested by club members and my dad to be the "Trainboy" since the club was made up mostly of retired men and I was the only teenager in the group. So it stuck, becoming my identity for the railroad club's government account administrator and used it as my username when I got my AOL account during high school. It has remained my email name since. The 325 represents the Depot Museum's address in town: 325 S. Scenic Highway, Lake Wales, FL 33853.

I'm proud to have been part of building this wonderful place. The museum is in the former Atlantic Coast Line station in Lake Wales built in 1928 as part of ACL's plan to compete against the FEC for an inland route to Miami that spun off it's mainline in Haines City running down to Everglades City/Clewiston. The museum focuses on Lake Wales' history as a whole, but railroading is by far the most popular and visible theme of the complex. The museum has three rolling stock pieces on display: a Seaboard caboose salvaged from Wildwood, FL, a Pullman Business Car owned by the Central of Georgia during its working life and a Whitcomb yard switcher that used to owned by the Army Corps of Engineers that was used in Italy for post-war reconstruction and later used by a phosphate mining company in Mulberry, FL. The railroad club has it's home in the former Seaboard freight station that was relocated from it's original site in town next door to the ACL station building. It has a large HO scale layout depicting the eastern seaboard with Central Florida a major subject on the largest section. In addition, N, G and O scale layouts are on display.

The last part is a little off topic, but was worth mentioning since it's so much of a part of who I am today as a railfan, former railroad employee and historic preservation advocate as an employee of the National Park Service.


The FN-49 Rifle (AKA SAFN-49)

The FN-49 rifle is a classic battle rifle. It was designed by Dieudonne J. Saive in the dark days before the Second World War. Saive fled Belgium prior to its occupation by Germany with his new design. Working at the Royal Arsenal at Enfield, he continued his design work throughout the war, but the British military showed little interest in changing from their proven Lee-Enfield rifles to a new, unproven semi-automatic rifle. So it was that when the war ended D. Saive returned home to Belgium to continue his work there for Fabrique Nationale.

The Belgian military adopted the FN-49 in .30-06, and the rifle was built in seven other different calibres, for a total of 11 different nations. Total production was 176,264 rifles. The production and distribution were as follows:
-6.5mm: 5 produced for testing
-7mm Mauser: 8,003 produced for Venezuela
-.30 M2 (.30-06): 125,072 produced for Belgium, Belgian Congo, Luxembourg, Indonesia, Colombia, and Brazil.
-7.5mm: 1 produced for testing
-7.62mm: 1 produced for testing
-7.65mm: 5,541 produced for Argentina
-7.92mm (8mm Mauser): 37,641 produced for Egypt and for British tests

There were variations on the original rifle including Sniper versions with a leather cheek pad, and the scope and mount. There were (rare) 20 round magazine versions produced.

The FN-49 saw action in the Korean War with the Belgian force in the UN contingent. Its performance was reportedly favorable in comparison to that of the M1 Garand rifle in use by the US forces.

Legal Status

The FN-49 could possibly fall under either the &ldquoAssault Rifle&rdquo provisions of the Crime Bill, or the National Firearms Act (Title II of the 1968 GCA), this depends on what features the rifle has. Since the rifle does exist in a selective fire configuration, those machine guns would require registration under the NFA. I don&rsquot know if any NFA registered selective fire FN-49&rsquos exist in the US. The rifle does fall under the provisions of the Crime Bill since it has a detachable magazine, it has a threaded barrel and a bayonet lug.

In Canada, the FN-49 is considered a non-restricted rifle, but due to Canadian laws, the FN-49&rsquos 10 round magazine must be permanently blocked to five rounds or less. The new firearms control legislation in Canada requires the rifle to be registered (along with all other firearms) prior to 2003. Transfer of ownership is regulated by possession of a FAC (Firearms Control Certificate) or FPAL (Firearms possession and Acquisition License) and the transfer will cost $25. In Canada, only the Semi-auto version may be owned, unless the owner registered their select fire version in 1978.

The FN-49 is a gas operated, air cooled, magazine fed semi-automatic or fully-automatic rifle that fires from a closed bolt.

The gas system on the FN-49 is located above the barrel. There is a gas port 6.25 inches back from the muzzle that allows gas from the fired cartridge to be tapped off and directed into the gas cylinder. There is a threaded, adjustable sleeve around the gas cylinder that allows the amount of gas used by the system to be adjusted. This allows the extra gas to be vented, rather than sent through the system, allowing unneeded energy to exit the gas system that results in less wear and tear on the parts.

The breech block is a one piece tipping bolt, similar to the Tokarev SVT-38, SVT-40 and AVT-40 rifles. The breech block locks into place against a locking shoulder that is press-fitted into the receiver from one side. The breech block is cammed into and out of place by the breech block carrier. The breech block carrier has a spring guide in its upper portion, and it recoils on a double spring one inside the other. (The inner spring is actually two springs, joined in the middle by an internal spring guide rod.)

The trigger mechanism for the semi-auto version is different from that of the select fire version. The semi-auto version has only the trigger sear and the auxiliary sear. There is no provision for the installation of the safety sear, or the auto selector. There is a &ldquoCocked&rdquo indicator that projects through the base of the trigger guard, near the front to indicate that the hammer is cocked back. The projection is useful for checking the status of the rifle in the dark.

The safety catch is located on the right-hand side of the trigger group. When engaged, the safety has two engagement points. The cross pin to which the safety is attached operates like an FAL safety with the flat plane and the rounded surface. The flat plane is cut so as to allow the trigger to move, then when the safety is rotated into position, the rounded portion physically prevents the trigger from moving. Additionally, on the side of the trigger is a milled groove in which a pin on the arm of the safety travels. When the safety is engaged, this pin locks in the groove and prevents the trigger from being able to move to the rear. Additionally, the arm of the safety catch blocks fingers from entering the trigger guard.

The semi-automatic version of the rifle has what is called the &ldquoAuxiliary sear.&rdquo This sear catches the hammer when it is re-cocked by the rearward motion of the breech block carrier, and does not release the hammer until the trigger is released.

The selective fire version of the rifle has an &ldquoAuxiliary sear&rdquo that operates the same as the semi-auto version, but with the activation of the Auto selector, the Auxiliary sear no longer engages the hammer when it is pushed down to re-cock. Instead, the &ldquoSafety Sear,&rdquo which is installed in the receiver engages a small notch on the right-hand side of the hammer. The Safety sear is tripped by an extension which engages with the breech block carrier when it is fully forward. In this fashion, the Safety sear will only release the hammer to fall when the breech block is in position and the breech block carrier is in battery. When the Auto selector is set to Semi-automatic, the rifle operates in the same fashion as the Semi-auto rifle, but with the additional protection of the &ldquoSafety sear&rdquo which still engages the hammer and prevents it from falling until the breech block carrier is fully forward.

The rifle may be used to fire rifle grenades, if the rifle grenade attachment is affixed to the end of the barrel. Prior to firing grenades, the barrel end cap must be put on (remove the muzzle brake if fitted) and the grenade launcher must then be attached. The launcher is attached to the barrel cap with a hinged clamp and a wing-nut. The gas plug must be rotated 180 degrees so that the &ldquoR&rdquo is visible instead of the &ldquoA.&rdquo

The rifle has a detachable 10 shot box magazine which does not retain the bullets when it is removed from the action. This is because the feed lips are integral to the receiver. This may seem odd to some, but considering that most contemporary rifles were 5-shot fixed magazines, this is not out of line with the thinking of the day. The magazine can be loaded singly, or with clips. The clips can be inserted into the charger that is integral to the top-cover of the rifle, and pushed down into the magazine. The FN-49 has a last-shot hold open device which locks open on an empty magazine. There is also a bolt hold open device so that the magazine can be topped off.

The receiver has a sliding dust cover that protects the opening into the receiver from the elements.

The sights are calibrated out to 1000 meters. The front sight is a blade protected by a set of ears. It is drift adjustable, similar to the Lee-Enfield front sight. The rear sight is a peep tangent sight which is adjustable for elevation and screw-adjustable for windage. This allows the rifle to be roughly sighted with the front sight, and the fine adjustments to windage are done from the rear sight.

There were several types of bayonets available for the FN-49, including 9&rdquo double edged daggers, and 15 inch single edged Mauser style bayonets. The 15&rdquo bayonets were used mostly by Venezuela, but both types of bayonet are considered to be correct for the rifle.

Field Stripping

Before Field stripping this (or any other rifle) MAKE SURE THAT THE RIFLE IS UNLOADED. Apply the safety catch, point the rifle in a safe direction and pull back on the charging handle to check that there are no bullets in the rifle. If there are no bullets in the rifle, the breech block carrier will lock to the rear on the empty magazine. If there are bullets in the rifle, continue to cycle the action until the magazine and chamber are empty, and the breech block carrier locks open on the empty magazine.

Close the breech by depressing the follower of the mag, pulling the breech block carrier slightly to the rear and slowly lower it.

At the upper rear of the receiver is a little tab. Swing it through 180 degrees so that it blocks the view through the rear sight. Doing this will also expose the cleaning rod hole that allows access to the bore.

Push the top cover forward about 1 cm (3/8&rdquo) and lift it up. It can now be brought to the rear. This will remove the top cover and the operating springs.

Next, grasp the cocking handle and pull the breech block carrier 8 centimeters to the rear. It can then be lifted out, bringing the breech block with it.

Flip the breech block carrier upside down and lift the breech block out. Lift from the front, and slide it to the rear to allow the lugs to slide out of their ways through the rear of the breech block carrier.

Taking the breech block apart requires a screwdriver, awl, bullet, or some sort of pointed tool. 2 cm (3/4&rdquo) from the front of the bolt, on the right-hand side is a groove. Insert the pointed tool into this groove and lift the extractor spring off the extractor. Rotate the spring down through 90 degrees.

Remove the extractor and set it aside.

Press in on the rear of the firing pin and lift the extractor spring out. This will free the firing pin and spring to come out the rear of the breech block. The firing pin safety stop (the little free-floating piece of metal in the top of the breech block) may be removed if necessary.

The magazine catch will release the magazine for cleaning.

To remove the gas piston, depress the catch on the gas cylinder plug and rotate it so that the catch faces toward the barrel. Pull it out, then slide the gas piston and spring out.

To reassemble the rifle, reverse this process. Ensure that when the gas cylinder plug is replaced that the &ldquoA&rdquo is facing up.

Example rifle

The rifle examined was a Belgian rifle in .30-06, produced by FN Herstal in Belgium. Serial number was 86711 with all parts matching. The rifle was in good condition, but the bore was slightly dark. The finish was nice grey Parkerizing, except for the breech block which appears to have been lightly blued.

There was a small amount of pitting and surface rust in a few spots (side of the magazine, dust cover, rear sight, and barrel nut were notable) but overall the finish of the rifle was good.

The wood is a dark walnut, and has its share of dings and scrapes, but no cracks were evident. There is a cast metal buttplate with a butt-trap and door, but the cleaning kit was missing. There was no sling included, no bayonet, and the combination tool was absent as well.

There was a scope rail milled into the left side of the receiver, but no scope was included, and from the lack of wear it would appear that no scope has ever been installed.

Upon disassembly of the rifle, the lack of wear, and the lack of carbon build up in the gas system indicates that the rifle has definitely fired less than 500 rounds, probably less than 250. The action has been hand cycled, but the breech block carrier shows little wear where the gas piston impacts.

The rifle examined is a select fire version of the FN-49, but the selector switch has been removed, so the automatic function could not be tested or evaluated.

To conform with Canadian legal requirements, the 10 shot magazine had been plugged internally to accept only five rounds.

The rifle was test-fired at the Nova Scotia Rifle Association&rsquos Bull Meadow rifle range. The outdoor 100 meter range was selected. From the accompanying photos, it&rsquos evident that winter has struck the range. The temperature was about -10 degrees (Celsius) on the afternoon that the firing was done. The rifle was given a pre-firing cleaning prior to departure for the range. The bore was cleaned and the action lubricated with Break-Free CLP.

The first group fired was 15 cm (6&rdquo) low and 10 cm (4&rdquo) left of the bull, but the group size was only 5.8 (2.25&rdquo) cm for the best four shots. The 5th shot opened the group to 13.6 cm (5.35&rdquo.) Corrections were made, but this was the best group of the day. The next two best groups were 11.4 cm (4.49&rdquo) and 11.6 cm (4.56&rdquo.) In each case, the 5th shot opened the group to more than 20 cm (8&rdquo.)

A total of 40 rounds of Winchester Super-X hunting ammunition (the only 30-06 available) was fired in this session. No jams or failures were noted throughout the session. The session was ended at dusk. Ejected cases were tossed about 2 meters forward and right of the shooter.

The author found the recoil to be more of a heavy push than a slamming impulse. The other shooter found the rifle to have considerably more recoil than the AR-15 that was also along that day, but did not find it excessive.

The accuracy attained during the shooting session may have been affected by the cold (rather, the author&rsquos shivering might have affected the accuracy.) The first group, fired with warm hands and unfogged glasses is probably more reflective of the accuracy that the rifle is able to attain than the later groups.

Conclusion

The FN-49 was a very well built rifle for its time. Too well built in fact, since most of its parts are milled, rather than stamped. This means that the manufacturing costs for this rifle were very high. For this reason, it was unable to compete with more modern battle rifles.

This is not the end of the FN story, however, for Saive went on to help design and build the FN-FAL, one of the most prolific battle rifles in the world. The lineage of the FAL can be traced back directly to the FN-49, from the adjustable gas system, to the tipping bolt and headspacing method. Monsieur Saive&rsquos Model 49 rifle was not the end, rather it was a beginning.

I&rsquom a Naval Electronics Technician (Acoustic) in the Canadian Navy (yes, we do have a Navy.) I&rsquove spent the last six years with the Navy Rifle team, and have shot at the Canadian Nationals several times, and have had the privilege or representing Canada and the Navy at Bisley in 1996 and 1997 with the Canadian Forces team. If you have any questions or comments for me, please feel free to contact me via e-mail, my address is: [email protected] If I don&rsquot know the answer, I&rsquoll try to find it.

Small Arms Of the World.
E.C. Ezell.
Stackpole Books, 1983.
PP 263, 264

Rec.guns FAQ: III.D.2.b.615.
Fabrique Nationale FN-49
John Landry. 1998.
http://www.recguns.com/IIID2b616.html

Nova Scotia Rifle Association
(902)-456-7468

This article first appeared in Small Arms Review V2N8 (May 1999)
and was posted online on May 27, 2016


Character traits

Frigga was a strong woman, a majestic queen, and perfectly able to stand at Odin's side. Despite her attention to protocol, she was a loving and tender mother to both her sons. When Odin brought the infant Loki to Asgard after the war with the Jotuns, Frigga accepted him as her own without any hesitation, although she believed that Odin should have told him the truth about his origins all along. While she clearly attempts to believe in only the good in her sons, she was also intuitive and perceptive about other intentions. She was also generally accepted as a good judge of character.


Voir la vidéo: Mon AK47 et moi..une longue histoire