Histoire de Montauk - Histoire

Histoire de Montauk - Histoire

Montauk
(Lun: t. 750; 1. 200'; n. 46'; dr. 10'6" s. 7 k.; cpl. 75; a. 1 15", 1 11"; cl. Passaic)

Le moniteur à tourelle unique Montauk a été construit par John Ericsson à Continental Iron Works, Greenpoint, N.Y. ; lancé le 9 octobre 1862 et commandé à New York le 14 décembre 1862, le Comdr. John L. Worden aux commandes.

L'un des principaux cuirassés de l'attaque navale contre Charleston Montauk a quitté New York le 24 décembre 1862, arrivant à Port Royal le 19 janvier 1863 & pour rejoindre l'escadron de blocage de l'Atlantique Sud. Profitant de l'occasion pour tester les cuirassés le 27 janvier, Du Pont envoya Montauk, Seneca, Wissihickson Dawn et C. P. Williama bombarder Fort McAlister, en Géorgie. Bien que touché 13 ou 14 fois, Montauk n'a pas été endommagé. Les cuirassés effectuèrent une deuxième attaque le 1er février, battant durement le fort ; mais Montauk a été touché 48 fois. Elle a détruit le coureur de blocus Rattlesnake le 28 février à Ogeechee River mais a elle-même été endommagée par une torpille (mine) qui a explosé sous elle.

Montauk a fumé dans North Edison River le 1er avril en vue de l'attaque de Charleston. Au milieu de l'après-midi du 7, les cuirassés de l'amiral Du Pont attaquent le fort Sumter. Les navires de l'Union ont bravé les tirs intenses de l'artillerie côtière confédérée et ont maintenu leurs propres canons en état de marche jusqu'à ce qu'ils se retirent vers le soir. Les dommages aux moniteurs ont empêché Du Pont de reprendre l'attaque le lendemain.

Les cuirassés ont lancé une attaque sur Fort Wagner, Morris Island le 10 juillet. La conquête de cette île était importante car le succès permettrait l'accès aux défenses intérieures du port de Charleston. Prenant le commandement des forces navales, Dahlgren aborda Montauk le 16 juillet et après consultation des capitaines, renouvela l'attaque sur le fort Wagner et le bombarda quotidiennement jusqu'à ce qu'il soit évacué par les confédérés le 6 septembre. La bande a ensuite tourné son attention vers Fort Sumter et Fort Moultrie opérant pour le reste de l'année contre ces fortifications qui gardaient le berceau de la rébellion. Cependant, les œuvres confédérées ne devaient jamais être prises par mer.

Montauk est resté au large de Charleston jusqu'en juillet 1864, date à laquelle il a déplacé ses opérations vers la rivière Stono. En février 1865, elle est transférée sur la rivière Cape Fear. Se rendant à Washington après la fin du conflit, elle a servi une civière flottante pour l'assassin John Wilkes Booth le 27 avril et une prison flottante pour six complices.

Désarmé à Philadelphie en 1865, il y resta jusqu'à ce qu'il soit vendu à Frank Samuel le 14 avril 1904.


Montauk

Montauk, New York, un hameau à l'extrémité est de Long Island, est une destination de voyage d'escapade populaire de New York et du monde.

Montauk est situé sur l'océan Atlantique et Block Island Sound et est connu pour ses belles plages, comme les endroits en bord de mer de Ditch Plains pour rester des choses à faire pour les enfants la pêche le surf le canotage les restaurants de fruits de mer les sentiers naturels les événements les festivals de musique et d'art et les mariages. Le parc d'État de Montauk Point abrite le monument national, le phare historique de Montauk Point.

Lorsque les colons européens sont arrivés pour la première fois à Long Island au début des années 1600, ils ont trouvé l'île habitée par des Amérindiens du groupe algonquin, vaguement divisés en bandes, regroupés en une confédération sous la direction du Montauk Sachem, qui était considéré comme le être le souverain de Montauk à l'extrémité ouest de l'île. Cette chefferie était reconnue à la fois par les Indiens et les Européens comme la famille régnante de l'île. Le principal village de Montauk, qui portait probablement le nom de la tribu, se trouvait à Fort Pond, près de Montauk Point.

Comme les autres Indiens de Long Island, ils étaient étroitement liés aux Indiens du Massachusetts et du Connecticut. Tooker (Cockenoe-deLong Island, 1596) dit que le dialecte du Montauk était plus proche du Natick du Massachusetts que ne l'était le Narraganset.

Avant le contact, la tribu Montaukett, comme de nombreux Amérindiens, ne résidait pas en un seul endroit mais s'étendait sur un territoire. Ce que nous savons de ces premiers habitants est maigre, car ils n'avaient pas de langue écrite. Ils mangeaient abondamment du gibier sauvage comme le cerf et les oiseaux sauvages, du poisson et des crustacés, et cultivaient du maïs, des courges et des haricots, cueillaient des baies, des herbes et des racines. Ils chassaient les baleines dans des canots et utilisaient la baleine entière, y compris l'huile de baleine, qu'ils brûlaient dans de grandes coquilles ou des rochers. Ce sont les Amérindiens qui ont appris aux Européens à chasser la baleine. Ils ont construit des forts, le plus grand était sur la colline où se trouve maintenant le manoir de Montauk. Les Montaukett ont fait la guerre aux Pequots et aux Narragansetts, mais une peste a ravagé leur tribu et, en 1659, leur population était tellement décimée qu'ils ont été contraints de chercher la protection des "Anglais" contre leurs ennemis jurés, les Narragansetts. Leur nombre diminua encore en 1788 lorsque la plupart d'entre eux quittèrent Montauk sous la direction de Samson Occum et rejoignirent les Brotherton Indians de New York. Les quelques Indiens restants ont été forcés de quitter leurs terres à Indian Field (l'actuel Deep Hollow Ranch) après que Benson a acheté Montauk en 1879. Même si la tribu a été éliminée par ordre de la Cour suprême de l'État en 1910, quelques descendants de sang mêlé vivent toujours dans East Hampton et aussi à Brotherton.

Stephen Pharoah, également connu sous le nom de Stephen Talkhouse, roi des Montauks, baleinier, champion de marche, vétéran de la guerre civile. Les premiers colons européens à East Hampton étaient un groupe d'hommes et de femmes anglais venus du Massachusetts. Les colons ont acheté des terres aux Indiens de Montaukett en 1648, qui s'étendaient de la limite est de Southampton à la plage de Napeague. Ce n'est qu'en 1665 que Wyandanch, le grand sachem de la tribu Montauk, donna aux colons le droit de faire paître leur bétail sur Montauk. En 1686, les Indiens Montaukett vendirent Montauk à un groupe de colons d'East Hampton, connus sous le nom de propriétaires, qui possédèrent la terre en fiducie conjointe pendant près de 200 ans.

À Montauk, les gardiens gardaient les troupeaux. Trois maisons ont été construites pour les abriter. À l'exception du phare, ils étaient les seuls bâtiments de Montauk jusqu'à la fin du XIXe siècle. La première maison, située juste à l'endroit où les collines appelées Nominicks s'élèvent de la plaine plate de Napeague, a brûlé en 1774 et n'a jamais été reconstruite. La deuxième maison, construite en 1797, est maintenant un musée géré par la Société historique. Third House, surplombant Indian Field sur le terrain du parc du comté de Theodore Roosevelt, date de 1806 et est maintenant géré par le comté de Suffolk en tant que musée.

Le phare de Montauk a été commandé par George Washington et construit en 1797. C'était une station de la Garde côtière pendant de nombreuses années et son signal lumineux et sa corne de brume avertissaient les navires de rester à l'écart des hauts-fonds rocheux dangereux qui s'étendaient vers l'extérieur de la pointe. Le phare est maintenant exploité comme un musée par la Société historique et est visité par un million de visiteurs chaque année.

La légende raconte que des coffres au trésor de butin de pirate sont enterrés à Montauk. Le capitaine Kidd aurait laissé deux coffres de son butin dans Money Pond. Aucun butin de pirate n'a jamais été trouvé, mais dans l'histoire plus récente, beaucoup de butin, sous forme d'alcool, a pu être trouvé sur les plages de Montauk. Au cours de la période d'interdiction de 13 ans, les Rum Runners, comme on les appelait localement, utilisaient Montauk comme lieu de dépôt d'alcool. Les anciens se souviennent des signaux des navires amarrés au-delà de la limite légale incitant les hommes à prendre la mer dans de petits bateaux pour amener la cargaison sous le couvert de l'obscurité. La cargaison, l'alcool, a été amenée dans les dunes de sable dans de petits bateaux, où elle a été creusée dans les dunes, pour être ensuite ramassée et transportée à New York dans des camions armés.

A commencé lorsque les héritiers des premiers propriétaires ont vendu Montauk pour 151 000 $ à Arthur Benson qui a fait venir ses amis influents et a construit quelques maisons à cet endroit. Ils s'appelaient eux-mêmes l'Association Montauk. Ces maisons bénéficient maintenant d'une désignation de monument historique. Carl Fisher, qui a acheté Montauk aux héritiers d'Arthur Benson en 1926, est tombé amoureux de Montauk dans les années 1920, dont les collines peu végétales lui rappelaient les landes d'Angleterre. Il a construit le Manoir de Montauk, l'immeuble de bureaux de la ville, le terrain de golf, le Yacht Club, des maisons de style Tudor et même un village Tudor pour les ouvriers en prévision d'un terrain de jeu estival pour l'élite. Sa grande vision de Montauk en tant que Miami Beach du nord s'est terminée avec le krach boursier de 1929, mais la popularité de Montauk en tant qu'attraction touristique continue de croître.

Fort Pond Bay a été répertorié pour la première fois par son nom sur une carte de 1655 publiée en 1680 par John Scott qui mentionne un fort amérindien de Montaukett sur ses rives.

Les premiers colons de la région élevaient des bovins et des moutons sur les falaises au-dessus de la baie. Pendant la guerre d'Indépendance américaine pendant le siège de Boston, des navires de guerre britanniques ont navigué dans la baie en 1775. La milice locale sous le capitaine John Dayton, a feint d'avoir plus d'hommes qu'ils n'en avaient, retournant leurs manteaux alors qu'ils marchaient d'avant en arrière sur le dessus de une haute colline au sud. La tactique s'appelle Dayton’s Ruse.

Long Island a été occupée pendant toute la guerre et la baie a été utilisée par les Britanniques pour leur blocus du Connecticut. En 1781, le HMS Culloden (1776) s'est échoué alors qu'il poursuivait une frégate française lors d'une tempête de janvier. Le navire, qui a survécu au sol initial, a heurté un rocher et a dû être sabordé dans la baie de Culloden Point et brûlé avec ses canons jetés par-dessus bord. Son champ de débris et son site d'épaves sont maintenant le seul parc sous-marin de Long Island.

À la fin des années 1700, le petit village de pêcheurs de Montauk s'est établi à l'angle sud-est de la baie. En 1839, l'Amistad jeta l'ancre dans la baie (également à Culloden Point) lorsque l'équipage survivant tenta de convaincre leurs ravisseurs d'esclaves révoltés qu'ils étaient retournés en Afrique alors qu'ils allaient chercher des provisions dans le village de Montauk. Le navire a été saisi par l'USS Washington (1837) dans la baie.

Dans les années 1890, Austin Corbin a prolongé la Long Island Rail Road de Bridgehampton, New York au village de pêcheurs de Montauk (l'extension de la ligne s'appelait Fort Pond Railway). Son ami Arthur Bensen a acheté 10 000 acres (40 km²) de terrain à Montaukett autour du village et le LIRR a commencé à annoncer qu'il pourrait réduire une journée de voyage en bateau en accostant à Montauk et en prenant le train plutôt que d'aller à New York. Corbin a construit une jetée en acier dans un étang pour les navires d'outre-mer (même si le Corps of Engineers a continué à mettre en garde contre l'utilisation de la baie à cause des rochers.

Le rêve ne se matérialisa jamais et l'armée américaine acheta le terrain pour le camp Wikoff. Theodore Roosevelt et ses Rough Riders devaient venir par transport dans la baie après la guerre hispano-américaine au camp pour être mis en quarantaine en raison de préoccupations concernant la fièvre jaune.

Le village de pêcheurs a été anéanti lors de la tempête du Grand Ouragan de 1938. La Marine a repris la zone pour une base d'hydravions et de dirigeables pendant la Seconde Guerre mondiale (le quai est toujours utilisé). Le village de pêcheurs a été déplacé d'un mile au sud plus près de l'océan Atlantique.


Le parc contient le Montauk Point Light, qui a été autorisé par le deuxième Congrès, sous le président George Washington en 1792. La construction a commencé le 7 juin 1796 et s'est achevée le 5 novembre 1796. Le phare et le Camp Hero adjacent ont été fortement fortifiés avec d'énormes armes à feu pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Ces emplacements de canons et ces bunkers d'observation en béton (qui se trouvent également dans le parc d'État de Shadmoor et le parc d'État de Camp Hero à proximité) sont toujours visibles.

Les Amistad, un navire espagnol repris par des esclaves en 1839, a été capturé par l'USS Washington près de la pointe Montauk. Les esclaves ont été autorisés à débarquer brièvement ici avant d'être de nouveau emprisonnés et emmenés à New London, dans le Connecticut, pour y être jugés. L'affaire Amistad a été entendue devant la Cour suprême des États-Unis, où John Quincy Adams a soutenu avec succès que les esclaves avaient été kidnappés. Après le procès, les esclaves ont été autorisés à retourner en Afrique. L'affaire a attisé le débat sur l'abolition de l'esclavage.

Le parc d'État de Montauk Point comprend des tables de pique-nique, une concession alimentaire, une aire de jeux, de la pêche, de la chasse saisonnière et des sentiers de randonnée et de ski de fond. [4]

La route S94 de Suffolk Transit dessert également le parc en le reliant de façon saisonnière au village de Montauk. Le parc est situé au bout de la New York State Route 27.


Une histoire personnelle de Montauk au cinéma

Un enfant avec le sens de l'aventure et de l'histoire qui grandit dans un hameau en bord de mer se retrouve à explorer le monde avec son appareil photo. De retour chez lui à Montauk, il rencontre et se lie d'amitié avec une âme sœur et sa vie change pour toujours.

Kevin McCann, cet enfant de Montauk, a depuis travaillé sur de nombreux projets, notamment en rassemblant une collection de photographies de George Tooker (dont certaines sont exposées au Sag Harbour Whaling Museum).

Il attribue cet intérêt précoce à son amitié avec Peter Beard, un autre grand voyageur muni d'un appareil photo, décédé à Montauk l'année dernière et avec qui il a travaillé de 1972 à 1978. « Quand je suis revenu d'un voyage en Europe en prenant photographies, j'ai rencontré Peter au Shagwong et je ne savais pas qui il était", se souvient-il, mais ils sont rapidement devenus amis.

Il canalise cette amitié dans un documentaire en cours, provisoirement intitulé "Montauk: A Playground at the Very Limit of Creation". Le film trouve son centre dans le moulin à vent Beard apporté à sa propriété en 1973. M. McCann utilise son histoire pour retracer le développement de Montauk et ses rôles et identités changeants à travers deux siècles différents.

Maintenant résident du nord de la Californie, M. McCann continue de visiter Montauk chaque année, y compris une visite récente pour le spectacle du Whaling Museum. Ce projet faisait partie d'un effort plus large de la part de M. McCann pour documenter l'histoire de Montauk avec des images historiques mélangées à des photographies contemporaines. Une partie de cet effort sera désormais sous forme narrative dans le film, d'une manière très inspirée par Beard (qui fera l'objet d'une histoire de vie plus complète dans un documentaire prévu par le Peter Beard Studio).

La chronologie du film va de 1860 à 1978. Son premier focus est sur l'influence de Carl Fisher sur la transformation du hameau de 1925 à 1935 dans le "Miami du Nord", avec son accent ultérieur sur les années que M. McCann a passées à Thunderbolt Ranch , le nom que Barbe a donné à sa propriété après que la foudre a frappé le moulin à vent lors de sa rénovation, provoquant un incendie.

Il prévoit d'utiliser principalement la photographie pour « documenter la transformation du début de Montauk primitif en une ville de villégiature mondiale animée, surpeuplée et stressante d'aujourd'hui ».

La véritable star de la pièce, le moulin à vent de Sandpiper Hill, connu à plusieurs reprises sous le nom de moulin à vent McCaffray et Rheinstein, contribue à marquer cette transition. Beard l'a acquis lors d'une vente aux enchères de la ville pour 15 000 $ avec la stipulation qu'il devait être déplacé de sa propriété dans un court laps de temps.

Construit en 1928 comme l'une des trois résidences de moulins à vent au début de la période des « terrains de jeu », c'était un sous-produit de l'attention que Fisher avait accordée à Montauk à partir de 1926, lorsqu'il cherchait à former une « principauté pour les plus performants », comme M. McCann c'est noté. Bien qu'il ait finalement tout perdu à cause de la Dépression, ses efforts pour attirer ses amis aisés se sont poursuivis même après le krach boursier de 1929. Bien qu'il ait mis Fisher en faillite, de nombreux capitaines d'industrie ont été incités à y passer leurs étés ou construire des pavillons de pêche sur les falaises.

Après que Beard ait acheté le moulin à vent, M. McCann, qui travaillait dans la sous-traitance à l'époque, a supervisé le déménagement et en a construit les fondations avec son frère et quelques amis. Un autre ami, devenu réalisateur de documentaires, a filmé le déménagement en Super 8, qui a été numérisé pour le film de M. McCann.

À la mort de Beard, M. McCann a commencé à penser à tous les projets qui se sont déroulés au cours de cette première période de sa vie. C'est devenu le moteur du film. Il a rappelé qu'il avait amassé des trésors de documentation historique sur les premiers jours de Montauk et était la seule personne qui avait photographié chaque page des albums fortement notés qui sont plus communément appelés les journaux de Beard. Bon nombre d'entre eux ont été détruits dans l'incendie, ainsi que de nombreux négatifs de M. McCann. La ligne traversante du moulin à vent et son feu liaient le tout ensemble.

Il a également trouvé un sens dans le travail et les pensées d'artistes, de philosophes et d'historiens dont les mots lui semblaient s'appliquer directement au développement de Montauk, aux idées de lieu et à la façon dont la photographie du passé raconte des histoires à la fois spécifiques et universelles.

Bien qu'il mentionne la proto-histoire des divers habitants amérindiens, Vikings, pirates et explorateurs, l'une des premières photographies de M. McCann est une image rare d'une porte entrant dans Montauk de la fin des années 1880. Pendant cette période, a-t-il noté, les jetées ont été construites et les ferries sont arrivés. Il a des images de Teddy Roosevelt et de la base aéronavale pour revenir aux années Fisher et aux origines du moulin à vent.

Selon M. McCann, le moulin à vent a été construit dans le cadre d'un domaine appelé Sandpiper Hill House. Il a été construit sur un site à l'ouest de Ditch Plain qui a été utilisé comme camp par Roosevelt en 1898 à la fin de la guerre hispano-américaine. Walter McCaffray, fondateur de l'église Sainte-Thérèse de Lisieux et agent de change aisé de Brooklyn, était un ami de Fisher et commanda la maison. Après la mort de lui et de sa femme, il a été laissé aux jésuites, qui l'ont utilisé comme retraite. Ils vendent ensuite la propriété à la famille Rheinstein en 1946, qui en est propriétaire jusqu'en 1968.

Quelques autres sont entrés en scène, et la famille de M. McCann vivait en fait sur la propriété dans le cadre d'une part d'hiver d'un an, mais elle a finalement été vendue à la ville. "C'était tout simplement incroyable", se souvient-il de sa brève résidence là-bas.

Beard a utilisé le moulin à vent comme résidence, chambre noire, studio, galerie, bureau et archive. M. McCann a déclaré que le Thunderbolt Ranch "n'était pas un ranch au sens classique d'élevage de bétail sauvage, il était connu pour collecter et élever une race variée de" stock humain "... des spécimens d'une société sociale mondiale de célébrités" - en divertissement mais aussi d'autres « stars » de leur domaine, notamment des scientifiques, des politiciens, des universitaires, des hommes d'affaires, des chefs et des amis qui se sont fait un chemin.

Il prévoit de faire un bref parallèle avec la propriété kenyane de Beard, Hog Ranch, où son voisin était Isak Dinesen et où lui et d'autres ont dormi dans des tentes, pour démontrer son style de vie unique et pourquoi le moulin à vent l'attirait.

Le feu a brûlé une bonne partie des documents d'archives, mais de nombreux journaux intimes ont été conservés ainsi que des négatifs et des tirages. M. McCann entend terminer son film en 1978, lorsqu'il quittera Montauk, mais il y aura aussi un court hommage à Beard et Montauk. Il est encore en pré-production, et il est actuellement à la recherche de fonds et à la recherche d'un bon monteur.

Merci pour la lecture . . .
. Votre soutien à The East Hampton Star nous aide à fournir les nouvelles, les arts et les informations communautaires dont vous avez besoin. Que vous soyez un abonné en ligne, que vous receviez le journal par la poste, que vous soyez livré à votre porte à Manhattan ou que vous soyez simplement de passage, chaque lecteur compte. Nous vous apprécions de faire partie de la famille The Star.

Votre abonnement à The Star fait plus que vous procurer de superbes histoires sur les arts, les actualités, les sports et le plein air. Cela rend tout ce que nous faisons possible.


Brève histoire de Montauk et de l'autoroute de Montauk

Passer les Hamptons jusqu'au bout de Long Island signifie arriver à Montauk. Au-delà de la petite ville de pêcheurs sur la plage, se trouvent le parc d'État de Montauk et le phare de Montauk.

Bien connue comme la route menant aux villes balnéaires de Tony, l'autoroute commence bien avant le secteur des Hamptons de l'île. La route commence en Jamaïque, Long Island, près de l'aéroport JFK à partir de ce point et pour le reste du chemin des autoroutes à travers le comté de Nassau, elle s'appelle Merrick Road ou Route 27A. (A ne pas confondre avec la Sunrise Highway, la route 27, qui passe juste au nord de la Montauk Highway et commence à Brooklyn. Bien que les deux autoroutes se rejoignent à Southampton.)

Alors que l'autoroute continue vers l'est jusqu'à Montauk, la route porte une multitude de noms supplémentaires lorsqu'elle traverse différentes villes, mais est principalement appelée Montauk Highway 27A.

Long d'environ 100 milles, l'autoroute est parallèle à l'océan Atlantique sur la plus grande partie de sa longueur. La dernière adresse est 2000 Montauk Highway — celle du phare de Montauk Point. De nombreux habitants connaissent ce dernier arrêt comme « la fin ».

Le début de Montauk

Les premiers habitants de Montauk étaient les Indiens Montaukett jusqu'au début du 17ème siècle lorsque le premier colon blanc est arrivé à Montauk. Adrian Block a été le premier à y mettre les pieds, cependant, le premier à s'y installer était Lord Gardiner, qui s'y est installé du Connecticut en 1639.

Au fur et à mesure que la colonisation progressait, la route a été tracée naturellement alors que les éleveurs laissaient paître leur bétail sur la péninsule de Montauk dans les années 1700.

George Washington a autorisé la construction du phare en 1792. Il a été achevé en 1796 en tant que premier phare de l'État de New York. Beaucoup plus tard, en 1879, Arthur Benson a acheté Montauk pour 151 000 $. Ensuite, Austin Corbin a prolongé le chemin de fer de Sag Harbor à Montauk en 1895. Corbin voulait faire de « la fin » le port d'entrée de l'étranger.

Au siècle suivant, le paysage de Montauk s'est développé avec des hôtels dont le Yacht Club et le Montauk Manor, puis des maisons de plage et des motels plus petits. Le développeur Carl Fisher, qui a participé au développement de Miami, a participé à la création de Montauk.

Montauk aujourd'hui

Aujourd'hui, la ville reste une zone de vacances plus calme - par rapport à une grande partie du reste des Hamptons à proximité. Les grandes célébrités, les boutiques haut de gamme et les fêtes estivales dont on parle restent à quelques kilomètres à l'ouest de Montauk, entre Southampton et Easthampton.

Le phare et le musée, situés dans le parc d'État de Montauk Point, sont ouverts aux visiteurs pendant les mois les plus chauds et Montauk est la capitale de la pêche sportive de l'État de New York. Divers sites de camping sont disséminés dans les parcs et les plages de la région de Montauk.

Le slogan de Montauk dit "où commence Long Island".


Histoire : Photos d'antan de Montauk

Nous avons demandé à la Montauk Historical Society de fouiller dans les archives pour nous trouver des photos anciennes qui montraient la façon dont les choses étaient autrefois.

Photo par Anthony Montemurro [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Henry Osmers, historien du phare de Montauk, qui fait partie de la Société historique de Montauk, nous a envoyé ces superbes vieilles photos de Montauk et des environs de l'époque. Quelques faits amusants :

  • Le phare de Montauk est le 4e phare le plus ancien en fonctionnement continu aux États-Unis.
  • La Long Island Rail Road a prolongé sa ligne jusqu'à Montauk en 1895.
  • Robert Moses a créé les parcs d'État à Hither Hills et à Montauk Point en 1926.
  • Le colonel Theodore Roosevelt&rsquos Rough Riders a été officiellement dissous à Montauk.
  • Un aubergiste des années 1800 raconta à ses invités que chaque année, 2 000 chargements de bois provenant d'épaves s'échouaient, fournissant aux habitants de Montauk tout le combustible dont ils avaient besoin pour leurs feux.

Toutes les photos sont fournies par la Montauk Historical Society. Pour plus d'informations sur l'histoire de Montauk, consultez leur site Web.

Première maison vue en 1900. C'était la première maison construite à Montauk (1744). Il a été détruit par un incendie en 1909.

Les visiteurs du phare de Montauk dans les années 1920. Cette image n'est pas possible à reproduire aujourd'hui, car la terre à partir de laquelle cette photo a été prise s'est érodée au fil des ans. Un chantier commencé en 1970 et d'une durée de près de 30 ans a réussi à stopper les assauts de l'érosion et doit être reconstruit à partir du printemps 2020.

Station de sauvetage de Ditch Plains vue en 1894. Une station existait ici à Montauk dès 1854, qui a brûlé en 1891 et a été reconstruite l'année suivante. Il est devenu une partie de la Garde côtière américaine en 1915 et a cessé en 1956.

L'ancien village de pêcheurs de Montauk vu en 1898. Il a été presque totalement détruit par l'ouragan du 21 septembre 1938. Une fois reconstruit, il a été repris par l'US Navy en 1942 pendant la Seconde Guerre mondiale. Tous les bâtiments ont été déplacés ou rasés pour faire place à une station d'essai de torpilles. Le village n'est jamais revenu.

Le Lewis King qui s'est échoué à Montauk en 1887. Il n'a jamais été renfloué et s'est finalement désagrégé en 1890.

L'une des premières photos du phare de Montauk en 1884. Il a été construit en 1796 et est le 4e phare le plus ancien en fonctionnement continu aux États-Unis. Il a été conçu comme un monument historique national en 2012.

Une photo du Manoir de Montauk. Construit en 1927, c'était la pièce maîtresse des plans de Carl Fisher pour développer Montauk comme une zone de villégiature riche. Ses plans se sont effondrés lors du krach boursier de 1929. Il a été transformé en copropriété dans les années 1980.

Photo d'un pique-nique familial au parc d'État de Montauk Point en 1930. Le phare de Montauk est visible à l'arrière-plan. Une route goudronnée vers le "Point" a finalement été achevée en 1931.

Image de la deuxième maison, construite en 1797. Elle était occupée par des bergers qui géraient les moutons et le bétail qui pâturaient sur les terres de Montauk tout au long des années 1800. Elle appartenait à des particuliers pendant la première moitié du 20e siècle jusqu'à ce qu'elle soit reprise par la ville d'East Hampton et louée à la Montauk Historical Society, qui y a ouvert un musée en 1969. La maison est actuellement en cours de rénovation.


Histoire : 1910 Photo de Montauk Native American Sitting in Car

Nous avons fouillé dans les archives pour trouver cette photo historique.

Photo : Collection de Long Island, bibliothèque d'East Hampton.

La collection d'images de la bibliothèque d'East Hampton contient des photos rares et intéressantes de l'histoire de l'East End de Long Island.

Selon la légende au dos de cette photo, il s'agit de l'image de Norris Herbert Fowler, 15 ans, un amérindien de la tribu Montauk.

La légende dit : Le jeune Montauk sérieux assis au volant de cette voiture en 1910, alors qu'il avait 15 ans, est Norris Herbert Fowler, frère de George, William, John (Red Man) et Marguerite. Norris ou "Sid" comme il est mieux connu à East Hampton, fait maintenant sa maison à Freetown, l'ancien règlement de dizaines de Montauks.

Photo : Collection de Long Island, bibliothèque d'East Hampton.

En 1942, dix Montauks y vivaient encore, membres des familles Fowler, Butler et Pharoah. À l'heure actuelle, il y en a quatre. Lui et son neveu Alexander conservent le nom Fowler (1968). Un homme calme avec un sens de l'humour et une personnalité indienne, il est du groupe sanguin complet et se distingue physiquement des nombreux habitants d'East Hampton, de diverses origines raciales. Il vit dans l'ancienne ferme Fowler sur Springs Road à East Hampton et a un fils, Norris Jr., qui vit à New York.


Histoire de Montauk - Histoire

Le moulin situé à Montauk State Park a plus de 100 ans et a servi la communauté jusque dans les années 1920. Construit en 1896, l'ancien moulin possédait une machinerie très étendue, et une grande partie est toujours là aujourd'hui. L'usine utilisait l'énergie hydraulique d'une turbine, qui était considérée comme la source d'énergie la plus efficace. Certaines parties du système fonctionnent encore aujourd'hui.

À une certaine époque, il y avait trois moulins différents situés dans la région de la vallée de Montauk, avant la construction de celui-ci. Le moulin actuel a été construit plus loin de la rivière, pour éviter les dégâts des inondations. Pendant plus de 30 ans, les meuniers ont moulu des centaines de livres de blé et de farine pour les résidents locaux. La communauté de Montauk comprenait des moulins, des églises, des écoles, une forge, plusieurs magasins généraux et de nombreuses maisons dispersées dans la campagne. Ce site historique était très important et une partie cruciale de la communauté dans les années 1920.

Aujourd'hui, des visites du moulin sont proposées le week-end, et sont gratuites pour le public. Les horaires des visites varient en fonction de la demande et des groupes programmés. De nouveaux horaires sont affichés chaque semaine indiquant les dates et les heures des visites disponibles. Pour plus d'informations sur les visites ou pour planifier une visite de groupe, veuillez appeler le naturaliste du parc au 573-548-2225. Une aire de fréquentation diurne et un pavillon de pique-nique sont situés en face du moulin.


Histoire à la pointe de Long Island

MONTAUK, à la pointe est de South Fork à Long Island, à 125 miles par autoroute de Manhattan, a la mystique des endroits au bout de la route. Ici, au-delà des interminables circuits enroulés des banlieues du Midisland, au-delà du feuillage cher et coupé des Hamptons, le vent souffle plus fort, les vagues s'enroulent plus haut, la lumière se reflète avec une blancheur récurante sur l'arrière agité de l'Atlantique. À Montauk Point, la terre plonge dans la falaise d'argile brute et de gravier de Turtle Hill et la mer se cabre et se jette contre la terre. Avec chaque briseur, le puissant phare de grès autorisé par George Washington se trouve quelques grains plus près du bord.

Les anciens parlaient d'aller et venir à Montauk (qu'ils prononçaient M&# x27n-TAUK), comme s'il s'agissait d'une île, et même aujourd'hui, il y a quelque chose qui ressemble à la rupture nette d'une traversée d'une île dans le voyage vers Montauk. À l'est d'Amagansett, les moulins à vent et les fermes, les églises à colonnes blanches et les palissades des Hamptons s'arrêtent brusquement. Même le vert des cours et des haies cède à la fois la place au hâle du sable et au gris-vert poussiéreux du shadbush.

Le changement soudain du terrain reflète l'isolement historique de Montauk par rapport aux Hamptons. Pendant les longs siècles où les colonies des Hamptons mûrissaient en tant que villages d'agriculteurs et de pêcheurs, Montauk était une plage ouverte, le pâturage d'été pour pas moins de 6 000 têtes de bétail de Long Island d'aussi loin que Patchogue, à 70 miles à l'ouest. Mis à part les habitations des Indiens de Montaukett et les quartiers du gardien au phare de Montauk Point, seules trois structures se dressaient sur l'ensemble des 15 000 acres de Montauk : la première, la deuxième et la troisième maison, les maisons des éleveurs de bétail, étaient distantes de trois milles le long de ce qui allait devenir la Montauk Highway.

Si vous travaillez dur avec votre imagination pour effacer les motels et les chalets de plage le long de l'océan, si vous effacez le village de Montauk, déchirez toutes les routes pavées et déblayez la plupart des bois, vous pouvez toujours distinguer les anciens contours du terrain comme il est apparu au cours des deux siècles et demi d'élevage de bétail : le chemin de terre qui longeait la falaise au bord de l'océan où Old Montauk Highway se tord et tourne aujourd'hui, les collines vertes et noueuses des Fatting Fields pour le bétail de prix autour de Third House, les rives de Fort Pond (dans le village d'aujourd'hui) et d'Oyster Pond (près de Montauk Point) piétinées dans la boue par des milliers de sabots.

La collecte de bétail d'automne, qui s'est tenue au début de novembre, était le grand événement de l'année, avec des cow-boys bénévoles qui se sont mobilisés pour aider les éleveurs de bétail de Montauk à garder le bétail dans l'ouest. Si Asher Durand n'avait pas été aussi fasciné par la vallée de l'Hudson, il aurait pu venir peindre la scène : le bétail massé entre dunes et collines fauves, la poussière transfigurée en brume dorée par le soleil de la fin de l'automne, et, à l'arrière-plan, une vache errante debout au bord d'une mer bleu pâle sans limites.

Of the three cattlekeepers' houses, Second House (at the west end of Montauk Village) and Third House (in Montauk County Park, three miles east of the village) still stand, and both are open during the summer as museums. First House, which was near the entrance to Hither Hills Park, burned down in 1909.

Originally built in 1746 and replaced in 1797, Second House, the oldest building in Montauk, is a compact shingled structure with a lean-to tacked on in back and a porch in front. Inside there are displays of antique tools and dolls, a spinning wheel, sewing machines and Victorian furniture. The grounds are landscaped in an old-fashioned style with clumps of lilacs and hydrangeas, and there is a pretty little herb garden behind it. Just across Montauk Highway, silvery dunes veil the ocean. THIRD HOUSE, which rambles along the crest of a hillside overlooking the rolling fields of Montauk County Park, was built in 1806 to replace a dwelling built in 1747. Ranching continued around Third House until the mid-1950's, and the place still looks like a ranch, with horses grazing behind split-rail fences and stables clustered near the road (horses may be hired through the Deep Hollow Riding Academy). Recently, there has been talk of reviving ranching here on a small scale.

For many years Third House also served as an informal lodge for visitors and hunters, and the place had a moment of glory in August 1898 when Col. Theodore Roosevelt, commander of the famous Rough Riders, made his headquarters there after the Spanish-American War. Roosevelt came in the company of 29,500 war veterans who were detained at Montauk until doctors declared them free of typhoid and yellow fever. Indian Field, between Lake Montauk and Oyster Pond, turned white with the thousands of tents of Camp Wikoff, and patriot visitors journeyed out by the hundreds to cheer the boys on.

Roosevelt, who had become a national hero during the brief war, held court at Third House, receiving visits from the key political figures of the day, including President McKinley, and engineering his nomination for the governorship of New York. Third House now has a collection of vintage photographs of Roosevelt and the Rough Riders taken during the Montauk mustering out. In a small cabin up the hill from Third House is the Pharaoh Museum with displays of the tools and pottery of the local Indians and a recreation of a nearby archeological dig.

Two decades before American soldiers camped out on Indian Field, these hills served as the final Montauk home of the small surviving band of Montaukett Indians. Not far from Third House is one of their burial grounds (turn off Montauk Highway onto East Lake Drive and drive 1.2 miles north just past the Montauk Lake Club turn right onto an unmarked dirt road - the burial ground is at the end of the road). Here is the grave of Stephen Pharaoh, better known as Steve Talkhouse, a famous Montaukett Indian of the 19th century who, among his other exploits, sailed on a whaling ship, prospected for gold in the California gold rush, served in the Civil War, won a walking race from Boston to Chicago and joined P. T. Barnum's circus as ''King of the Montauks,'' which he wasn't.

Talkhouse, after the custom of his people, was buried sitting up, and, by his instructions, was dressed in his Civil War uniform. His is the only grave with a headstone in this eerie little hillside graveyard set amid a fresh crop of summer houses overlooking Lake Montauk grass has grown over the circles of fieldstones that once marked the other graves - an apt symbol for the fate of the people who lived on this land and harvested oysters and clams from the surrounding waters for thousands of years.

Although the Indians were allowed to remain on their ancestral lands on Montauk during the cattle grazing era, when Arthur W. Benson, the founder of Bensonhurst, Brooklyn, bought all of Montauk at auction in 1879 for $151,000, he relocated what was left of the Montaukett tribe from Indian Field to East Hampton. Mr. Benson dreamed of turning Montauk into a retreat for upper-class sportsmen, and to this end he sold a parcel of land to a group of wealthy New Yorkers who formed the Montauk Association. The association hired Frederick Law Olmsted to lay out the grounds of their compound and had the fashionable architectural firm of McKim, Mead & White design their summer cottages. Seven of the original cottages still stand near the ocean on a private drive at the end of Ditch Plains Road.

Carl Fisher, the next major owner of Montauk, harbored considerably grander dreams than Mr. Benson. Having turned a sand bar off Miami into the glittering resort of Miami Beach, Mr. Fisher planned to work the same magic on Montauk when he bought up 9,700 acres for $3 million in 1926. Mr. Fisher got as far as erecting the lavish Montauk Manor Hotel (now condominiums), a seven-story office building (also condos) on the plaza at the center of the village - both done in the same brooding, incongruous Tudor style, evidently the last word in posh at the time - a golf course, the yacht club on Star Island in Lake Montauk (recently renovated and reopened as a swanky resort hotel), and a polo field with adjoining riding stables. Then the stock market crash of 1929 burst his bubble.

The Depression spared Montauk from the full extent of Mr. Fisher's Tudor transformation and preserved it mostly intact for the developers of the 1960's, 70's and 80's. By now, the developers would surely have carved up all of Montauk had it not been for New York State's park and highway czar, Robert Moses. Moses, a dreamer on a vaster scale even than Carl Fisher, hatched the idea of bracketing the Montauk peninsula with parks - the 1,750 acres of woods, dunes and beach of Hither Hills to the west and the 724-acre Montauk State Park at Montauk Point to the east. AT the Point, there are trails through the tangles of bayberry, sumac, beach plum and shadbush, sandy and rocky beaches along the ocean and bay, and migrating flocks of black ducks, Canada geese, brant, scoters, old squaw and sheldrake. But the main draw is the Montauk Point Lighthouse, the oldest light on Long Island, which has held its tapered geometric form serenely above the chaos of rocks and waves since the beacon was lighted in 1797.

When it first rose at the top of Turtle Hill, the lighthouse stood 297 feet from the ocean - but in the intervening two centuries the ocean has gnawed its way to within 60 feet of its base. The Coast Guard stabilized a 300-foot section with rocks, gabions, terracing and plantings of sedge and beach plum in 1972. This summer, according to Dick White Jr., chairman of the lighthouse committee of the Montauk Historical Society, an additional 250 feet of shore may be stabilized with boulders.

The Coast Guard recently reopened the lighthouse tower to visitors, who can ascend the 137 steps for a panoramic view out to Gardiners Island, Orient Point and Block Island. And in the keeper's quarters next to the lighthouse there is a museum with displays of Fresnel lenses, photos of other Long Island lighthouses, and exhibits on the history of the light. But the most dramatic chapter of the Montauk light's history is still being written by the sea just over the edge of the cliff. On the tip of the island Getting There

To drive to Montauk from New York City, take the Long Island Expressway (U.S. 495) east to exit 70 (Manorville Road) and follow the signs to State Route 27 (Montauk Highway). Continue on Montauk Highway east through the Hamptons and out to Montauk.

You can also get to Montauk on the Long Island Rail Road from Pennsylvania Station. Information: 516-758-5477. The Hampton Jitney (212-936-0440 or 516-283-4600) runs to Montauk from 41st Street between Lexington and Third Avenues in Manhattan. First-class buses, with attendants serving soft drinks, are $24 coach buses are $15. Musées

The Second House Museum (516-668-5340), at Montauk Highway at the west end of Montauk Village, is open weekends in June and every day but Wednesday in July and August from 10 A.M. to 4 P.M. Admission is $1. Third House is open daily from 8 A.M. to 4 P.M. from Memorial Day to Labor Day. The Pharaoh Museum is open from 10 A.M. to 6 P.M. on weekends during the summer. L'entrée est gratuite. Both museums (516-668-5022) are in the Montauk County Park, three miles east of the village on Montauk Highway.

The Montauk Point Lighthouse (516-668-2544), at the east end of Montauk Highway, is open 10:30 A.M. to 6 P.M. from Memorial Day to Sept. 11 then, until Oct. 15 Frdiay and Monday 10:30 A.M. to 4:30 P.M. and Saturday and Sunday 10:30 to 6 Oct. 16 through 30, Friday through Monday 10:30 A.M. to 4:30 P.M. open weekeds only in November, then closed until mid-March. Admission is $2. From Memorial Day to Labor Day there is a parking fee of $3 at the state park across the street. Accommodations

Rates are for double rooms in the summer, when reservations are vital and there are often three-night minumum stays.

On the swanky and expensive end, Montauk Yacht Club (516-668-3100) on Star Island in Lake Montauk charges from $245 plus 17 percent service charge until Sept. 8, when rates drop to $175 from Oct. 1 rates start at $95. Gurney's Inn Resort and Spa is on the ocean on Old Montauk Highway (516-668-2345). Doubles run from $250 to $300 a night. From Sept. 5, rooms start at $230, and after Oct. 9, rates drop again.

Family-style hotels include the Shepherd's Neck Inn (516-668-2105) on Second House Road, just west of Montauk Village, which charges $90 to $135 for a double room with full breakfast.

At the East Deck Motel (516-668-2334) on the beach at Ditch Plains, rooms are $90 to $105. Sept. 11, rates start at $65. The Oceanside Beach Resort (516-668-9825), an oceanfront motel on Montauk Highway at the west end of Montauk Village, charges $79 to $99 in the summer on Sept. 8 rates go down to $56. Dining

Gosman's (516-668-5330), at the entrance to Montauk Harbor, is a local institution, with generally crowded indoor and outdoor dining, as well as a wholesale and retail fish market. Blackfish and fluke, hard to find elsewhere, are featured in season, and there is also lobster, salmon, tuna, swordfish and weakfish. Entrees run from $10.75 to $13. No reservations or credit cards accepted.

The Windjammer Restaurant and Inn (516-668-2872), on Edgemere Road, has a spacious dining room and a great location on Fort Pond with spectacular sunset views through picture windows. The menu features bouillabaisse for $19.75.

The Inn at Napeague (516-267-3332), on Montauk Highway at Na-peague Stretch (between Amagansett and Montauk) looks rather dumpy from the road, but inside it's cheerful and cozy, and the seafood is fresh and imaginatively prepared. Swordfish with sun-dried tomatoes and basil butter for $18.95, tuna with green peppercorns for $18.95, and bouillabaisse for $21.95 are among the featured dishes.

A good spot for breakfast, sandwiches, and snacks is Plaza Restaurant (516-668-4687) on the plaza at the center of town.


How Montauk — and the Hamptons Wellness Scene — Have Evolved Over 50 Years

It all started at Gurney’s five decades ago with seawater wellness shots.

Standing on the private beach at Gurney&aposs Montauk Resort, it&aposs impossible to picture it without The Beach Club serving oversized bottles of rosé. The Hamptons has long been seen as an extension of New York City in the summer — with the restaurants, culture, and social opportunities of Manhattan brought 120 miles outside the city and set on the beach. And Montauk is now the epicenter of that Hamptons scene — culturally, not geographically — when 50 years ago, it wasn&apost even considered part of The Hamptons.

In August 1989, Le New York Times ran an article on the history of Montauk in which it specifically called out "Montauk&aposs historic isolation from the Hamptons." The article places Montauk "beyond the clipped expensive foliage of the Hamptons, [where] the wind blows harder, the waves curl higher, the light reflects with a scouring whiteness off the restless back of the Atlantic."

Comme le Fois description suggests, Montauk wasn&apost attracting The Hamptons goers in the &apos70s and &apos80s — it was a fishing and surfing village. Montauk was where your freshly caught tuna came from, rather than where your impossible-to-book dinner reservation was. It was appealing for those looking to surf the best waves, but not the New York City crowds after a beachfront cocktail. If you weren&apost here to chase wave breaks at the crack of dawn, you&aposd rather be miles from Montauk on the West End with the rest of New York City. 

Michael Nenner, general manager of Gurney&aposs Montauk Resort, says the local Montauk crowd of the &apos70s, &apos80s, and &apos90s primarily worked in hospitality on the West End. While today the real estate prices put Montauk out of reach, it was the affordable place to crash before 2000.

"All the hospitality and service staff lived here and would drive west for jobs," Nenner said.

There was, however, a seed of culture starting to take root in Montauk by the &apos70s. An alternative arts scene was popping up slowly, on the heels of the Rolling Stones quietly coming through Montauk a few years before. Still, it was primarily the locals enjoying this sporadic yet growing culture. The tourists buying homes around this time — which, it should be said, is roughly akin to buying Apple stock before the iPhone — were few and far between.

Gurney&aposs Resort was just a timeshare property back then. But in 1980, Gurney&aposs planted one more seed that became an essential root of Montauk culture: They built a spa. It was one of the first international spas in New York. They wanted the spa to speak to the healing powers of the seawater (even giving out seawater shots because it was detoxifying, according to Nenner). And their hair salon, manicure and pedicure stations, and 40 treatment rooms were open to the community and tourists alike.

"It was really way before it&aposs time," Nenner said.

It wasn&apost just the first luxury spa in Montauk — it was the first in the Hamptons, setting the tone 41 years ago for the wellness retreats that have been popping up since.

It still took another 20 years for Montauk to truly catch up — the shift from West Hampton and Southampton didn&apost happen until the early 2000s, Nenner explained. Nonetheless, the wellness trend in the Hamptons surged on the same timeline. And, of course, in the last few years, The Hamptons has finally started to fully identify as a wellness destination — thanks in part to the spa at Gurney&aposs that opened in 1980.

In 2019, The Surf Lodge, Gurney&aposs neighbor and another must-visit spot in Montauk, opened a separate wellness space: The Sanctuary. The Surf Lodge&aposs half Zen, half workout enclave brought top-tier wellness talent to Montauk. Shou Sugi Ban House — admittedly closer to Southampton but certainly attracting guests on their way to Montauk — appeared on the scene that same year, a 13-room Japanese-inspired wellness retreat offering sound baths and personalized wellness journeys.

Finally, this year, Gurney&aposs Montauk Resort is unveiling their brand new spa — an homage to the space that started the Montauk wellness trend 41 years ago. Their new Seawater Spa, designed by Ignacio Alonso who is also the talent behind AIRE Ancient Baths in Tribeca, capitalizes on the waterfront location, with indoor-outdoor treatment rooms that let the sea air wash over guests. Imagine a seaweed wrap in full view of the water, or a treatment in the salt room followed by hydrotherapy in the five plunge pools. That&aposs what the upcoming Seawater Spa is all about.

"We went for the trifecta — sea, salt, and sand — all of the minerals you get from seawater," said Nenner in describing the highly anticipated spa. "Salt really being detoxifying, good for your respiratory system, sand being great for exfoliating and stimulating your metabolism."

The new Seawater Spa may not serve seawater shots this time around, but the seed planted at Gurney&aposs 50 years ago really did blossom into a world-class wellness culture in Montauk. 


Voir la vidéo: Top 10. Best Tourist Attractions in Montauk - New York