Ashtabula AO-51 - Histoire

Ashtabula AO-51 - Histoire

Ashtabula

Une rivière qui prend sa source dans le coin nord-est de l'Ohio et serpente dans une direction générale vers l'ouest sur environ 40 milles avant de se jeter dans le lac Érié. Un comté et une ville nommés Ashtabula sont également situés dans l'Ohio.

(AO-51 : dp. 25 440 ; 1. 553' ; n. 75' ; dr. 32'4" ; s. 18.3 k. ; a. 15" 4 3", 8 40 mm., 8 20 mm. ; cpl. 298 ; cl. Ashtabula ; T. T3-S2-A1)

Astabula (AO--51) a été posé en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 717) le 1er octobre 1942 à Sparrows Point, Maryland, par la Bethlehem Steel Co.; lancé le 22 mai 1943; parrainé par Mme Adolph Augustus Berle, Jr., l'épouse du secrétaire d'État adjoint; et acquis par la Marine le 7 août 1943 ; et commandé le même jour, le Comdr. Louis J. Modave aux commandes.

Après le shakedown dans la baie de Chesapeake, le pétrolier a navigué pour Aruba le 10 septembre pour prendre du fioul et de l'essence d'aviation, puis a continué, via le canal de Panama, jusqu'au Pacifique Sud. Après son arrivée à Tutuila, Samoa, le 22 octobre, elle a opéré en tant que membre du Service Squadron (ServRon) 8 dans le Pacifique Sud jusqu'au 17 novembre. Ashtabula a ensuite navigué pour les États-Unis et est entré dans le Long Beach Navy Yard le 1er décembre pour une période de disponibilité.

Le pétrolier a navigué pour Pearl Harbor le jour du Nouvel An 1944 et y est resté jusqu'au 16 janvier, date à laquelle il est sorti avec le groupe opérationnel (TG) 58.1 pour les opérations soutenant l'occupation des îles Marsball. Ashtabula a jeté l'ancre dans la lagune de Majuro le 4 février et a opéré à partir de cet atoll en soutien aux forces opérationnelles des porte-avions rapides jusqu'à la mi-juin. Le navire a ensuite commencé à participer à la mer des Philippines et à ses conséquences, elle a ravitaillé les navires de Task dans l'effort de prendre les Mariannes. Au cours de la bataille de la Force (TF) 58 du 20 au 27 juin, puis s'est retiré, via Eniwetok, sur la côte californienne pour des travaux de triage qui ont commencé à son arrivée à Terminal Island le 15 juillet.

Le pétrolier est devenu en route de nouveau le 28 août et est arrivé à Pearl Harbor le 4 septembre. Elle a continué à naviguer vers l'ouest et a atteint Eniwetok le 17. Après un répit de deux jours, le navire s'est dirigé vers le Pacifique Sud et est arrivé à Purvis Bay le 24, où il a passé le reste du mois à faire le plein. La prochaine mission d'Ashtabula était de soutenir les premières forces américaines à se battre pour la libération des Philippines. Elle a navigué, via la Baie de Humboldt et les Routes de Kossol, au Golfe de Leyte et a commencé à ravitailler des unités de TG 77.2 le 23 octobre. Tard l'après-midi suivant, trois avions lance-torpilles japonais ont attaqué le pétrolier. L'un d'eux a largué une torpille qui a touché le côté bâbord d'Ashtabula. Bien que l'explosion n'ait causé aucun incendie ni perte de personnel, Ashtabula a rapidement développé une gîte de 16 degrés vers bâbord. Une contre-inondation habile a redressé le navire et lui a permis de reprendre ses opérations. Le 27 octobre, le navire est détaché de la Task Unit (TU) 77.7.1 et se dirige vers la côte ouest des États-Unis. Suivez les arrêts à Kossol Roads, Humboldt Bay et Pearl Harbor, Ise a atteint San Pedro, Californie, le 15 décembre et a été mise en cale sèche à Terminal Island pour la réparation de ses dommages de torpille,

Le pétrolier a quitté la côte californienne le 28 janvier 1945, a touché à Pearl Harbor le 3 février et est arrivé à Eniwetok le 12 février. Elle a signalé à ServRon 10 pour le devoir et est restée là jusqu'au 5 mars, quand le navire a navigué pour Ulithi. Le 10, Ashtabula a été réaffecté au ServRon 6 ; et, trois jours plus tard, elle est devenue en route pour les opérations de ravitaillement en mer pour les navires de guerre de la Fast Carrier Task Force, TF 58. Le 5 avril, l'étrave d'Ashtabula a heurté Thornton (AVD-1 1) au milieu du navire et a causé des dommages considérables à l'offre de l'hydravion. . Ashtabula est revenu à Ulithi le 9 avril et a subi des travaux de réparation mineurs du 10 au 17 avril. Là, le pétrolier est de nouveau revenu au contrôle de Serv le 10.

Pendant toute la durée de la guerre, Ashtabula a opéré dans la région d'Ulithi. A la mi-août, le Japon capitule ; et, le dernier jour du mois, le pétrolier s'est dirigé vers Okinawa, mais s'est bientôt déplacé à Jinsen, Corée, où il est arrivé le 11 septembre. Pendant les six mois suivants, Ashtabula a opéré entre les ports de Corée, du Japon et de Chine tout en approvisionnant et en alimentant les navires de guerre américains. En mars 1946, le pétrolier effectue une croisière, via Singapour et Ceylan, jusqu'à Bahreïn. Elle est retournée au Japon en avril. En juin et juillet, il a de nouveau visité un port du Moyen-Orient, Ras Tanura, en Arabie saoudite, pour reconstituer ses soutes pétrolières. Ashtabula est parti pour un voyage de retour aux États-Unis. Après une brève pause à Pearl Harbor, le navire est arrivé à San Pedro le 18 décembre.

Ashtabula a commencé 1947 avec une croisière à Guam et est revenu en Californie le 27 janvier. Pendant les deux ans prochains, elle a continué des opérations entre la côte ouest, Hawaï et les Îles de Marshall. Ce circuit est interrompu par une visite à Ras Tanura et à Bahreïn en juin 1949. Le pétrolier retourne en Orient en octobre 1948 et opère à nouveau entre la côte ouest et Hawaï de juillet 1949 à juin 1950. Pendant ce temps, il assure des services de remorquage. de Pearl Harbor aux ports du sud de la Californie en plus du transport de carburant. Le 28 juin 1950, Ashtabula se dirigea vers le nord depuis Long Beach, en Californie, à destination de l'Alaska. À son arrivée à Dutch Harbor, le navire a ravitaillé en carburant deux navires d'enquête opérant dans la région. Après un bref arrêt dans Point Barrow, Alaska, elle est revenue à Longue Plage le 19 août.

Le navire y a jeté l'ancre jusqu'au 27 septembre, date à laquelle il a navigué vers Pearl Harbor avec un chargement d'essence d'aviation et de mazout. En raison du conflit croissant en Corée, Ashtabula reçut l'ordre de se rendre immédiatement à Sasebo, au Japon. Là, elle a chargé des provisions pour les troupes américaines stationnées à Taïwan, puis les a livrées à Keelung. À partir de novembre, Ashtabula a pris la mer pour fournir du carburant et des provisions aux navires de la 7e flotte. Elle a poursuivi ces activités jusqu'en août 1951, date à laquelle elle est retournée à Long Beach.

Le navire est revenu en action en Extrême-Orient en novembre, ravitaillant les forces de bombardement autour du 38e parallèle et, plus tard, a aidé à l'évacuation de Hungnam, en Corée. En mars 1952, il a navigué vers Long Beach pour une révision, mais était de retour à Sasebo début octobre.

En novembre de cette même année, alors qu'il était à Sasebo pour une disponibilité, Ashtabula a été endommagé par deux explosions causées par des torches à acétylène qui ont allumé des vapeurs d'essence. Trois marins ont été tués et le pont du puits avant a été gravement endommagé. Après trois mois de travail à Sasebo, le navire a navigué vers Long Beach pour d'autres modifications. En septembre 1953, il est retourné dans le Pacifique occidental (WestPac) et a repris ses fonctions de ravitaillement.

Pendant les 10 années suivantes, le pétrolier a continué à alterner les déploiements vers le WestPac avec des périodes d'entretien, de révision et d'entraînement à son port d'attache, Long Beach. Les ports d'escale à WestPac comprenaient Subic Bay et Manille, aux Philippines ; Hong Kong; Sasebo, Kobe, Nagasaki, Yokosuka et Kagoshima, Japon ; Kaohsiung, Taïwan, et Buckner Bay, Okinawa.

Au cours de la première moitié de 1964, Ashtabula a poursuivi sa routine de temps de paix. Le 2 août, il se trouvait dans le golfe du Tonkin pour ravitailler les destroyers Maddox (DD-731) et TurnerJoy (DD-951) quelques heures seulement après que des torpilleurs nord-vietnamiens aient attaqué Maddox. Elle passa la majeure partie du mois d'août à ravitailler les navires de la 7e flotte en mer de Chine méridionale. À la fin de sa croisière WestPac, Ashtabula est retourné à Long Beach.

Cependant, pendant les huit années suivantes, le pétrolier a continué à servir dans les eaux entourant le Vietnam lors de ses déploiements réguliers en Extrême-Orient. Elle a fourni du carburant et des fournitures aux unités de la 7e Flotte, tout en opérant depuis les ports de Subic Bay et Kaohsiung. Entre deux tournées en Orient, elle est retournée à Long Beach pour un congé et un entretien.

En 1968, Ashtabula subit une reconfiguration majeure. Une section médiane de 400 pieds, entièrement nouvelle à partir de la quille, a été insérée et soudée entre sa proue et sa poupe d'origine. Cela a remplacé l'ancienne section médiane de 310 pieds et a augmenté la capacité de chargement liquide du navire de plus d'un tiers. Sa nouvelle configuration ressemblait beaucoup à celle d'un type de navire plus moderne, le ravitailleur pétrolier. Elle a poursuivi son service au Vietnam jusqu'en août 1972, date à laquelle elle a fait basculer sa dernière ligne au large du Vietnam. Le navire est revenu à Long Beach le 9 décembre. Après une période de disponibilité à Long Beach et des exercices d'entraînement au large de la côte sud de la Californie, l'Ashtabula a navigué une fois vers l'ouest le 4 octobre 1973. Pendant qu'il était à Subic Bay, il a reçu l'ordre de se rendre dans la zone d'exploitation de l'océan Indien. Début décembre, Ashtabula a fourni des services à Hancock (CVA-19) et Oriskany (CVA-34) ainsi qu'à d'autres membres de leur tâche jours continus en mer, Ashtabula est arrivé là-bas, le pétrolier s'est mis en route pour nous navires dans le golfe de Siam. Le 7 un voyage de trois semaines jusqu'à son port d'attache. Il a passé un mois à l'entretien, puis a navigué vers son nouveau port d'attache, Pearl Harbor, à Hawaï, et a passé le reste de l'année en révision et en formation de recyclage.

Ashtabula a commencé un autre déploiement WestPac le 8 février 1975. Elle a pris part à l'opération « Seafox », un exercice conjoint de l'ASETO avec six autres nations. Ses affectations suivantes étaient les opérations « Eagle Pull » et « Frequent Wind », tenues au large des côtes du Vietnam. Le 11 mai, il reçoit l'ordre de se rendre au Cambodge pour soutenir le sauvetage du Mayaquez, un navire marchand américain capturé par les forces communistes. Fin juillet, le pétrolier est retourné à son port d'attache, où il a passé les 10 mois suivants en maintenance et opérations locales.

Ashtabula a navigué pour WestPac le 21 juin 1976. Les ports visités comprenaient la baie de Subic; Sasebo et Yokosuka, Japon ; Hong Kong; et Keelung, Taïwan. La croisière a été marquée par un exercice d'entraînement conjoint avec des navires de la Force maritime d'autodéfense japonaise. Le pétrolier est revenu à Pearl Harbor le 15 décembre et a passé les deux premiers mois de 1977 à fournir des services aux navires dans la région de Pearl Harbor. En mars, il s'est dirigé vers l'ouest pour rejoindre et ravitailler un groupe opérationnel construit autour de la mer de Corail (CV-43). Le 2 avril, le navire est retourné à Pearl Harbor et a commencé une période de révision qui s'est achevée le 28 février 1978.

Ashtabula a navigué à Alameda, Californie, le 10 mars pour tenir une série d'essais de qualification, est revenu à Pearl Harbor le 14 avril et a commencé la formation de recyclage. Elle est devenue en route le 30 juin pour l'Extrême-Orient et a fait escale à Song Kla et Pattaya, Thaïlande; la baie de Subic ; Sasebo ; et Fremantle, Australie. Pendant son séjour en Australie, Ashtabula a participé à l'exercice « Sandgroper », qui a eu lieu en collaboration avec les marines australienne et néo-zélandaise. Le pétrolier s'est ensuite rendu à Singapour et à Hong Kong pour des visites de liberté et a clôturé l'année en entretien à Guam.

De retour à Pearl Harbor le 18 janvier 1979, Ashtabula a commencé huit mois de formation en cours, d'opérations locales et d'inspections. À la fin du mois d'août, il a entrepris une croisière de six semaines vers la côte ouest pour effectuer des essais de qualification de ravitaillement en cours, puis participer à l'exercice « Kernel Potlatch II », une opération conjointe américano-canadienne pour tester et évaluer des plans pour le commun défense de l'Amérique du Nord. À la fin de l'exercice, le pétrolier a fait escale à Esquimalt, en Colombie-Britannique, le 6 octobre. Après une visite de trois jours, elle est retournée à Hawaï le 9 et est arrivée à Pearl Harbor le 16.

Les opérations locales dans les Îles hawaïennes ont occupé le temps d'Ashtabula pendant presque les neuf premiers mois entiers de 1980. Le 28 septembre, le pétrolier s'est embarqué sur un autre tour de devoir dans le Pacifique occidental. En fumant par Guam dans les îles Mariannes, elle est entrée dans la Baie de Subic aux Philippines le 15 octobre. Son déploiement a été entaché dès le début par des pertes d'ingénierie qui ont nécessité une période de réparation de deux mois à Subic Bay. Le 12 décembre, elle a terminé les réparations et, le jour suivant, a pris la mer pour commencer le service de ravitaillement en cours aux navires de la 7ème Flotte. Pendant les quatre mois suivants, Ashtabula a opéré dans la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale et la mer du Japon, ravitaillant les navires de guerre américains affectés à l'Extrême-Orient. Le pétrolier a effectué des visites dans plusieurs ports japonais - Sasebo, Yokosuka et Iwakuni - ainsi qu'à Okinawa dans les îles Ryukyu et à Chinhae en Corée. Elle est également revenue périodiquement à la base de Subic Bay. Le 15 avril. 1981, Ashtabula a quitté les Philippines pour retourner à Hawaï. Elle est arrivée à Pearl Harbor le 30.
Après 51 Subic Bay le 5 janvier 1974.

Après une période d'arrêt de deux mois après le déploiement, le navire a repris ses opérations locales dans les îles hawaïennes fin juin. Elle est restée ainsi employée jusqu'à la fin d'octobre quand elle s'est tenue dans Pearl Harbor pour conclure sa dernière période en cours pour 1981. Le pétrolier a passé les quatre premiers mois de 1982 à effectuer des missions dans la zone d'opération hawaïenne. Le 30 avril 1982, elle a entrepris son dernier déploiement en Extrême-Orient. Cette période de service a duré un peu plus de trois mois, elle est revenue à Pearl Harbor le 5 août. Peu de temps après, Ashtabula a commencé les préparatifs pour l'inactivation. Désarmé à Pearl Harbor le 30 septembre 1982, il a ensuite été remorqué jusqu'à la Baie de Suisun, en Californie, où il a rejoint la Flotte de Réserve de Défense Nationale de l'Administration Maritime. Au début de 1987, Ashtabula-toujours propriété de la Marine et porté sur la liste de la Marine-resta amarré à Suisun Bay.

Ashtabula a reçu huit étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, quatre étoiles de bataille pour l'action coréenne et huit étoiles de bataille pour son service dans le conflit du Vietnam.


Classe Ashtabula (AO-51) : Photographies

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Au large de Sparrows Point, Baltimore, Maryland, le 1er décembre 1943 juste après la mise en service du Philadelphia Navy Yard le 19 mars 1940 après sa conversion préliminaire là-bas.
Le remorqueur assistant est Justine de la Curtis Bay Towing Company. Des remorqueurs comme celui-ci apparaissent sur de nombreuses photos de navires construits ou convertis à Baltimore.

Photo n° 19-N-55696
Source : Archives nationales des États-Unis, RG-19-LCM

Entièrement chargé vers 1944.
Son armement anti-aérien a été amélioré pour inclure quatre montures doubles de 40 mm.

Photo n° 19-N-72463
Source : Archives nationales des États-Unis, RG-19-LCM

Probablement montré juste après son achèvement en février 1945.
Notez l'assistance du remorqueur du port de Baltimore.

Photo n° 19-N-79035
Source : Archives nationales des États-Unis, RG-19-LCM

En cours vers 1949.
Une grande partie de sa batterie antiaérienne, y compris tous les canons et plates-formes de canon à l'avant, a été retirée.

No de photo inconnu
Source : U.S. Naval History and Heritage Command

En cours en avril 1957.
Remarquez les tuyaux suspendus aux flèches des quatre postes de ravitaillement à bâbord et le destroyer à côté à tribord.

Photo n° USN 1015706
Source : Shipscribe

En cours le 13 février 1959 après le ravitaillement de l'USS Tarawa (CVS-40).
Les stations de ravitaillement arrière des deux côtés ont été renforcées et transformées en un grand mât de poteau de but, une amélioration qui a également été appliquée à d'autres pétroliers de la Marine à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

Photo n° USN 1045536
Source : Shipscribe

Dans le chenal de Pearl Harbor le 17 avril 1964.
Trois de ses postes de ravitaillement (deux à bâbord et un à tribord) ont été renforcés en fournissant des kingposts plus lourds avec de grands sommets inclinés. L'armement du navire a été réduit à deux canons de 3"/50, tous deux à l'arrière.

Photo n° KN-9500
Source : Shipscribe

En cours vers les années 1970 en tant que ravitailleur MSTS à équipage civil. Notez les stations de ravitaillement renforcées à l'arrière.

No de photo inconnu
Source : U.S. Naval History and Heritage Command

Le navire entièrement assemblé se désamarre le 6 août 1968 lors de sa conversion "Jumbo" à la Bethlehem Steel Co., Baltimore Yards.
Dans une série d'amarrages et de désamarrages, la poupe a été détachée de l'ancien navire le 4 juin 1968 et jointe au nouveau corps intermédiaire le 8 juin, puis la proue a été détachée de l'ancien corps intermédiaire le 16 juillet et jointe au nouveau navire sur le même jour.

Photo n° NH 85040
Source : U.S. Naval History and Heritage Command

En cours après sa conversion "Jumbo" à la fin des années 1960.

No de photo inconnu
Source : U.S. Naval History and Heritage Command

En cours à Hampton Roads, Virginie, le 11 août 1969 après sa conversion "Jumbo".


Contenu

Cette zone a longtemps été habitée par des peuples autochtones. Après la guerre d'indépendance des États-Unis, les États-Unis ont organisé la guerre des Indiens du Nord-Ouest pour chasser les peuples amérindiens de ce qu'ils appelaient alors le Nord-Ouest - la région du Midwest au sud des Grands Lacs et à l'ouest des Appalaches. Le succès de cet effort militaire a entraîné l'entrée d'un plus grand nombre d'Américains d'origine européenne dans l'Ohio et les territoires voisins.

Le site d'Ashtabula a été colonisé par de tels Américains européens à partir de 1803. La ville a été constituée en 1891. [7] Située directement sur le lac Érié et développée comme un port de commerce, la ville comportait plusieurs arrêts sur le chemin de fer clandestin. Ce système informel et secret était le moyen par lequel les partisans anti-esclavagistes ont aidé les esclaves afro-américains en fuite à atteindre la liberté au Canada dans les années qui ont précédé la guerre de Sécession. Alors que l'Ohio était un État libre, de nombreux esclaves réfugiés se sentaient toujours menacés par les attrapeurs d'esclaves ici, en particulier après l'adoption de la loi sur les esclaves fugitifs de 1850. Il nécessitait l'application et la coopération des résidents des États libres pour renvoyer les esclaves évadés et était biaisé envers les esclavagistes, nécessitant peu de documentation de leurs réclamations. Parmi les sites du chemin de fer clandestin à Ashtabula se trouve Hubbard House, l'un des rares anciens points de terminaison survivants. Les esclaves réfugiés sont restés dans un sous-sol de la maison adjacente au lac, puis sont partis sur le prochain bateau sûr vers le Canada, gagnant leur liberté une fois arrivés en Ontario.

Le port de la ville est important en tant que grand port de minerai et de charbon depuis la fin du XIXe siècle et fait partie intégrante de la fabrication de l'acier qui s'est développée autour des Grands Lacs. Des bateaux à vapeur et des barges, construits dans des chantiers navals le long des Grands Lacs et établissant de nouveaux records de taille et de tonnage, livraient des cargaisons de minerai de fer de la chaîne de Mesabi dans le Minnesota. Cela continue comme un port charbonnier une longue rampe de charbon est visible dans le port. Les cargaisons de minerai sont déchargées des « lakers » (cargos des Grands Lacs) et expédiées aux aciéries survivantes en Pennsylvanie. Les emplois industriels ont diminué depuis la fin du 20e siècle, une grande partie de la fabrication de l'acier ayant été déplacée à l'étranger.

Un chemin de fer électrique a été construit par le capitaine John N. Stuart en 1883. Cependant, en juillet 1890, le conseil municipal l'a dépossédé du chemin de fer et des franchises associées par une décision de justice contestable. Peu de temps après, 600 à 700 hommes ont commencé à déchirer et à enlever les pistes sous le couvert de l'obscurité. [8]

De nombreux immigrants européens, en particulier de Finlande, de Suède et d'Italie, ont été attirés par les emplois industriels à Ashtabula à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, car ils pouvaient apprendre et accomplir des tâches sans maîtriser parfaitement l'anglais. Les rivalités ethniques entre ces groupes étaient autrefois une influence majeure sur la politique et la vie quotidienne à Ashtabula.

En 1915, Ashtabula est devenue la première ville des États-Unis à adopter une forme de vote appelée représentation proportionnelle. Il s'agissait d'un ajout à la charte du directeur du conseil, adoptée à l'origine en 1914, et a servi de modèle à la Ligue municipale nationale. [9] Vingt-quatre autres villes continueraient à utiliser ce système de vote unique transférable (STV), avec cinq au total dans l'Ohio. Les rivalités ethniques ont été l'une des raisons du changement de ville, car le STV a permis aux minorités d'accéder à des fonctions politiques. [10] [11] Un autre facteur était la désunion dans le Parti républicain sortant. Les électeurs ont abrogé le système en 1929, l'utilisant pour la dernière fois en 1931. Malgré deux campagnes d'abrogation infructueuses en 1920 et 1926, [12] les chefs politiques et les partis qui ont perdu le pouvoir sous le VUT ont finalement rétabli le vote à la pluralité, autrement connu sous le nom de « le gagnant prend tout .' [11]

Un pourcentage substantiel des résidents actuels descend de ces immigrants du début du 20e siècle. La population de la ville d'Ashtabula a augmenté régulièrement jusqu'en 1970, mais a diminué ces dernières années en raison de la restructuration industrielle et de la perte d'emplois. Depuis la fin du 20e siècle, la ville est devenue une destination pour les immigrants hispaniques ou latinos, qui, au recensement de 2010, représentaient 9,3% de la population. (Voir la section « Démographie » ci-dessous.)

Tragédies Modifier

La construction de chemins de fer a relié Ashtabula à un réseau national qui a contribué à son succès en tant que port. Le 29 décembre 1876, l'un des accidents ferroviaires les plus notoires du pays s'est produit, connu sous le nom de catastrophe du chemin de fer d'Ashtabula River, d'Ashtabula Horror ou du pont d'Ashtabula. Comme Lake Shore et Michigan Southern Railway Train n° 5, Le Pacifique Express, traversé le pont de la rivière Ashtabula, la structure en treillis de Howe s'est effondrée, laissant tomber la deuxième locomotive et 11 voitures de voyageurs dans le ruisseau gelé à 150 pieds (46 m) plus bas. Un incendie a été déclenché par les réchauds des voitures, et sur les 159 personnes à bord, 92 ont été tuées et 64 ont été blessées.

Un traversier ferroviaire, également nommé Ashtabula, utilisé pour aller d'Ashtabula à Port Burwell, en Ontario. [13] Le ferry a été lancé en 1906 et a fonctionné avec succès pendant de nombreuses décennies. Il est entré en collision avec le bateau à vapeur SS Ben Morell en septembre 1958, faisant couler le ferry. [13]

Le 10 août 1955, une fuite de gaz naturel a été déclenchée par un équipement électrique ou un éclairage à Andover, Ohio, une ville voisine. L'explosion qui en a résulté a détruit un restaurant et cinq autres bâtiments. 21 personnes ont été tuées et 15 blessées. [14]

Au 20e siècle, Ashtabula s'est rapidement développée en tant que centre maritime et commercial majeur en raison de son accès au lac Érié et à près de 48 km de rivage.

Au cours des années 1950, la région a connu une croissance avec une industrie chimique en expansion et une activité portuaire croissante, faisant d'Ashtabula l'une des villes portuaires les plus importantes des Grands Lacs. D'autres industries historiques dans la région comprenaient une usine Rockwell International sur la route 20 du côté ouest d'Ashtabula, qui fabriquait des freins pour le programme de la navette spatiale, et l'extrusion d'uranium appauvri et enrichi à l'usine Reactive Metals Extrusion sur East 21st Street.

En raison de ces utilisations industrielles, cependant, il y avait une contamination environnementale étendue. La rivière Ashtabula et le port ont été désignés comme site important du Superfund par l'Environmental Protection Agency à la fin du 20e siècle. Un processus pluriannuel de nettoyage environnemental des déchets toxiques et des sols était nécessaire.

Ashtabula Harbour accueille un festival communautaire annuel « Bénédiction de la flotte ». Cette bénédiction de la flotte a commencé comme une pratique de prêtres pour les pêcheurs et les remorqueurs catholiques portugais et irlandais qui s'étaient installés à Ashtabula. Au cours des années 1930, la Bénédiction était une petite affaire presque privée début avril menée par quelques tugmen, leur curé et un acolyte, selon leurs traditions. Il avait lieu chaque année lorsque les Grands Lacs étaient suffisamment libres de glace pour être ouverts à la circulation régulière. En 1950, cet événement a eu lieu comme une cérémonie publique sous les auspices de la paroisse Mother of Sorrows. En 1974, la bénédiction de la flotte est devenue une affaire communautaire, avec la participation de toute la communauté religieuse et portuaire d'Ashtabula.

La station des garde-côtes des États-Unis et le musée des transports maritimes et de surface d'Ashtabula, situés dans l'ancienne maison des gardiens de phare, contribuent à préserver le patrimoine maritime d'Ashtabula.

Norfolk Southern a utilisé le port pour l'un de ses quais de charbon. La jetée à charbon est devenue inactive en 2016 en raison de la baisse de la demande de charbon. [15]

Selon le recensement de 2010, la ville a une superficie totale de 7,91 milles carrés (20,5 km 2 ), dont 7,74 milles carrés (20,0 km 2 ) (ou 97,85 %) sont des terres et 0,17 milles carrés (0,44 km 2 ) (ou 2,15 %) est de l'eau. [17]

Ashtabula est bordée par le lac Érié au nord et possède un port important où la rivière Ashtabula se jette dans le lac. Le port d'Ashtabula était un port charbonnier principal et sert toujours à la navigation. Il possède deux plages publiques : Walnut Beach, près du port, et Lake Shore Park, à l'origine un projet de l'administration des travaux publics pendant la Grande Dépression, de l'autre côté du port.

Une partie de la ville se trouve dans le canton d'Ashtabula et une partie se trouve dans le canton de Saybrook.

La région d'Ashtabula reçoit une quantité considérable de neige tout au long de l'hiver, les chutes de neige moyennes étant de 68 pouces (173 cm). Une grande partie de la neige provient des bandes de neige à effet de lac des Grands Lacs.

Population historique
Recensement Pop.
1830229
1840704 207.4%
1850821 16.6%
18601,418 72.7%
18701,999 41.0%
18804,445 122.4%
18908,338 87.6%
190012,949 55.3%
191018,266 41.1%
192022,082 20.9%
193023,301 5.5%
194021,405 −8.1%
195023,696 10.7%
196024,559 3.6%
197024,313 −1.0%
198023,354 −3.9%
199021,633 −7.4%
200020,962 −3.1%
201019,124 −8.8%
2019 (est.)18,017 [4] −5.8%
Recensement décennal américain [18]

Recensement de 2010 Modifier

Au recensement de 2010, il y avait 19 124 personnes dans 7 746 ménages, dont 4 724 familles, dans la ville. La densité de population était de 2 470,8 habitants par mile carré (954,0/km 2 ). Il y avait 9 087 logements à une densité moyenne de 1 174,0 par mile carré (453,3/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 82,0 % de Blancs, 8,9 % d'Afro-américains, 0,4 % d'Amérindien, 0,3 % d'Asiatiques, 3,3 % d'autres races et 5,0 % de deux races ou plus. Hispanique ou Latino de n'importe quelle race étaient de 9,3%. [3]

Sur les 7 746 ménages, 33,0 % avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 35,2 % étaient des couples mariés vivant ensemble, 19,3 % avaient une femme sans mari, 6,5 % avaient un homme sans femme et 39,0 % n'étaient pas des familles. 32,9 % des ménages étaient composés d'une seule personne et 13,3 % étaient composés d'une seule personne âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,42 et la taille moyenne des familles était de 3,03.

L'âge médian était de 37 ans. 26,4 % des résidents avaient moins de 18 ans, 9,3 % avaient entre 18 et 24 ans 23,9 % avaient entre 25 et 44 ans 25,8 % avaient entre 45 et 64 ans et 14,7 % avaient 65 ans ou plus. La composition par sexe de la ville était de 47,6 % d'hommes et de 52,4 % de femmes.

Recensement de 2000 Modifier

Au recensement de 2000, il y avait 20 962 personnes dans 8 435 ménages, dont 5 423 familles, dans la ville. La densité de population était de 2 775,9 personnes par mile carré (1 072,0/km 2 ). Il y avait 9 151 unités de logement à une densité moyenne de 1 211,8 par mile carré (468,0/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 84,69 % de Blancs, 9,79 % d'Afro-américains, 0,29 % d'Amérindien, 0,40 % d'Asiatiques, 0,05 % d'Insulaires du Pacifique, 2,51 % d'autres races et 2,26 % de deux races ou plus. Hispanique ou Latino de n'importe quelle race était 5,32 % de la population. 16,5% se sont identifiés comme étant d'ascendance italienne, 14,6% comme allemand, 9,2% comme américain, 8,1% comme irlandais et 8,1% comme anglais, selon le recensement de 2000. 93,1% parlaient anglais et 5,4% espagnol comme première langue.

Sur les 8 435 ménages, 32,6 % avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 41,9 % étaient des couples mariés vivant ensemble, 17,4 % avaient une femme au foyer sans mari présent et 35,7 % n'étaient pas des familles. 30,6 % des ménages étaient composés d'une seule personne et 13,3 % étaient composés d'une seule personne âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,45 et la taille moyenne des familles était de 3,03.

Dans la ville, la population était dispersée, avec 27,6% de moins de 18 ans, 8,8% de 18 à 24 ans, 28,1% de 25 à 44 ans, 20,5% de 45 à 64 ans et 15,0% de 65 ans ou plus. L'âge médian était de 35 ans. Pour 100 femmes, il y avait 88,1 hommes. Pour 100 femmes de 18 ans et plus, il y avait 83,3 hommes.

Le revenu familial médian était de 27 354 $ et le revenu familial médian était de 33 454 $. Les hommes avaient un revenu médian de 28 436 $ contre 22 490 $ pour les femmes. Le revenu par habitant de la ville était de 14 034 $. Environ 17,8% des familles et 21,4% de la population étaient en dessous du seuil de pauvreté, dont 31,2% des moins de 18 ans et 13,6% des 65 ans ou plus.

Le district scolaire de la région d'Ashtabula dessert Ashtabula (son lycée est le Lakeside High School). L'Université d'État de Kent à Ashtabula est située dans la ville, offrant un campus local de cette institution. En ce qui concerne les écoles privées, Ashtabula ou Saybrook abrite l'école Saint John, une école de la maternelle à la 12e année relevant du diocèse de Youngstown qui a intégré les anciennes écoles paroissiales et le lycée catholique indépendant d'Ashtabula en une seule institution. [19]

Ashtabula a une bibliothèque publique, une branche de la bibliothèque du district du comté d'Ashtabula. [20]

Le centre médical du comté d'Ashtabula (ACMC) [21] est un hôpital multi-spécialité situé dans le comté d'Ashtabula, Ohio. [22] ACMC sert les gens du comté et des régions environnantes dans le nord-est de l'Ohio. c'est une filiale du système Cleveland Clinic. [23]

L'hôpital exploite la seule unité de médecine comportementale du comté et un laboratoire de troubles du sommeil, ainsi que de nombreux services spécialisés. La « Clinique Ashtabula » attenante dispense des soins ambulatoires dans les spécialités de pédiatrie, médecine interne, médecine familiale, pulmonaire, neurologie, psychiatrie, troubles du sommeil, cardiologie, gastro-entérologie, ophtalmologie, chirurgie générale, orthopédie, urologie, ORL, podologie et oncologie. L'ACMC gère des cliniques satellites dans le comté d'Ashtabula. En décembre 2008, l'ACMC a ajouté le premier laboratoire de cathétérisme cardiaque (communément appelé laboratoire de cathétérisme) dans le comté d'Ashtabula. ACMC fournit des soins OB/GYN et des services de maternité/accouchement dans une maternité récemment rénovée. [24]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la marine des États-Unis a utilisé les noms de rivières d'origine indienne pour toute une classe de pétroliers de flotte, qui sont utilisés pour ravitailler les navires en mer. USS Ashtabula (AO-51) a été mis en service en 1943 et a servi jusqu'en 1982. Ashtabula a reçu huit étoiles de bataille pour le service pendant la Seconde Guerre mondiale, quatre étoiles de bataille pour la guerre de Corée et huit étoiles de bataille pour le service pendant la guerre du Vietnam. Partiellement mis au rebut en 1995, Ashtabula a été dépensé comme cible dans des exercices de flotte le 15 octobre 2000. Elle a été le seul navire de la Marine à porter le nom Ashtabula. [25]


Frappes aériennes de représailles

Opérant sous son autorité en tant que commandant en chef, Johnson a lancé des frappes de représailles contre le DRV. Que ce soit son manque d'expérience militaire et sa réticence à écouter les conseillers militaires, ou que son souci de la politique intérieure l'emporte sur les considérations tactiques, il est allé à la télévision nationale pour annoncer les frappes aériennes, alors que certaines d'entre elles étaient encore en route vers leurs cibles &# 8212 qui aurait pu être alerté par son émission. Selon H.R. McMaster, Johnson ne retarderait pas son émission télévisée parce qu'il voulait qu'elle soit sûre de faire les nouvelles de fin de soirée et les délais pour les journaux du matin. [6]

McNamara et Johnson semblaient croire que des attaques délibérées avaient eu lieu. Les hauts responsables militaires et du renseignement, cependant, doutaient de plus en plus des circonstances. Ils comprenaient le LTG Bruce Palmer (chef d'état-major adjoint pour les opérations, armée américaine), Ray Cline (directeur adjoint du renseignement, Central Intelligence Agency), et le directeur du State Department Bureau of Intelligence and Research, et le secrétaire d'État adjoint pour affaires d'Extrême-Orient, ainsi que du personnel plus subalterne. Certains membres du personnel subalterne devaient devenir beaucoup plus importants, comme Alexander Haig et Daniel Ellsberg. Cependant, Cline a déclaré: "Nous savions que c'était de la dope que nous obtenions de la septième flotte des États-Unis, mais on nous a dit de ne donner que les faits sans aucune élaboration sur la nature des preuves. Tout le monde savait à quel point LBJ était volatile. Il n'aimait pas faire face aux incertitudes." [7]


Contenu

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Ashtabula (AO-51) a été établi en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 717) le 1er octobre 1942 à Sparrows Point, Maryland, par la Bethlehem Steel Co. lancé le 22 mai 1943 parrainé par Mme Adolph Augustus Berle, Jr., l'épouse du secrétaire d'État adjoint et acquis par la Marine le 7 août 1943 et mis en service le même jour, le Comdr. Louis J. Modave aux commandes.

Après le shakedown dans la baie de Chesapeake, le pétrolier a navigué vers Aruba le 10 septembre pour prendre du fioul et de l'essence d'aviation, puis a continué, via le canal de Panama, jusqu'au Pacifique Sud. Après son arrivée à Tutuila, Samoa, le 22 octobre, elle a opéré en tant que membre du Service Squadron (ServRon) 8 dans le Pacifique Sud jusqu'au 17 novembre. Ashtabula a ensuite navigué pour les États-Unis et est entré dans le Long Beach Navy Yard le 1er décembre pour une période de disponibilité.

The oiler sailed for Pearl Harbor on New Year's Day, 1944, and remained there until 16 January when she sortied with Task Group (TG) 58.1 for operations supporting the occupation of the Marshall Islands. Ashtabula anchored at Majuro lagoon on 4 February and operated from that atoll in support of the fast carrier task forces through mid June. The ship then began participating in the effort to take the Marianas. During the Battle of the Philippine Sea and its aftermath, she fueled ships of Task Force 58 (TF㺺) from 20 through 27 June and then retired, via Eniwetok, to the California coast for yard work which began upon her arrival at Terminal Island on 15 July.

The oiler got underway again on 28 August and arrived at Pearl Harbor on 4 September. She continued sailing westward and reached Eniwetok on the 17th. After a two-day respite, the vessel headed for the South Pacific and arrived at Purvis Bay on the 24th where she spent the remainder of the month in fueling duties. Ashtabula's next assignment was to support the first American forces to fight for the liberation of the Philippines. She sailed, via $3 and Kossol Roads, to Leyte Gulf and began fueling units of TG 77.2 on 23 October. Late the following afternoon, three Japanese torpedo planes attacked the oiler. One of them dropped a torpedo which hit Ashtabula's côté bâbord. Although the explosion caused no fires or personnel casualties, Ashtabula soon developed a 16-degree list to port. Skillful counter-flooding righted the ship and allowed her to resume operations. On 27 October, the vessel was detached from Task Unit (TU) 77.7.1 and headed for the west coast of the United States. Following stops at Kossol Roads, Humboldt Bay, and Pearl Harbor, she reached San Pedro, California, on 15 December and was drydocked at Terminal Island for repair of her torpedo damage.

The oiler departed the California coast on 28 January 1945, touched at Pearl Harbor on 3 February, and arrived at Eniwetok on 12 February. She reported to ServRon 10 for duty and remained there until 5 March, when the ship sailed for Ulithi. On the 10th, Ashtabula was reassigned to ServRon 6 and, three days later, she got underway for fueling operations at sea for the warships of the Fast Carrier Task Force, TF 58. On 5 April, Ashtabula’s bow struck Thornton (AVD-11) amidships and caused considerable damage to the seaplane tender. Ashtabula returned to Ulithi on 9 April and underwent minor repair work from 10 to 17 April. There, the oiler once again returned to the control of ServRon 10.

For the duration of the war, Ashtabula operated in the Ulithi area. In mid-August, Japan capitulated and, on the last day of the month, the oiler headed for Okinawa, but soon moved on to Jinsen, Korea, where she arrived on 11 September. For the next six months, Ashtabula operated between ports in Korea, Japan, and China while supplying and fueling American warships. In March 1946, the oiler made a cruise, via Singapore and Ceylon, to Bahrain. She returned to Japan in April. In June and July, she again visited a Mideastern port, Ras Tanura, Saudi Arabia, to replenish her oil bunkers. Ashtabula got underway for a voyage back to the United States. After pausing briefly at Pearl Harbor, the ship arrived at San Pedro, California, on 18 December.

Ashtabula began 1947 with a cruise to Guam and returned to California on 27 January. For the next two years, she continued operations between the west coast, Hawaii, and the Marshall Islands. This circuit was interrupted by a visit to Ras Tanura and Bahrain in June 1949. The oiler returned to the Orient in October 1948 and once again operated between the west coast and Hawaii from July 1949 until June 1950. During this time, she provided towing services from Pearl Harbor to southern California ports in addition to transporting fuel. On 28 June 1950, Ashtabula headed north from Long Beach, California, bound for Alaska. Upon arriving at Dutch Harbor, the ship fueled two survey vessels operating in the area. After a brief stop in Point Barrow, Alaska, she returned to Long Beach on 19 August.

Korean War operations [ edit | modifier la source]

The vessel lay at anchor there until 27 September, when she sailed for Pearl Harbor with a load of aviation gasoline and fuel oil. Due to the growing Korean War, Ashtabula was ordered to proceed immediately to Sasebo, Japan. There, she loaded provisions for American troops stationed in Taiwan, and then delivered them to Keelung. Beginning in November, Ashtabula put to sea to supply fuel and provisions to ships of the U.S. 7th Fleet. She continued these activities until August 1951, when she returned to Long Beach.

The ship got back in action in the Far East in November, refueling bombardment forces around the 38th parallel and, later, assisted in the evacuation of Hungnam, Korea. In March 1952, she sailed to Long Beach for an overhaul, but was back at Sasebo by early October.

On 20 November 1952, while in Sasebo for an availability, Ashtabula was damaged by twin explosions caused by acetylene torches which ignited gasoline fumes in her forward hold. Three sailors were killed, and the forward well deck was seriously damaged, the weather deck curling back towards the superstructure and the port hull blown open to the sea. After three months of work at Sasebo, the ship sailed to Long Beach for further alterations. In September 1953, she returned to the western Pacific (WestPac) and resumed replenishment duties.

For the next 10 years, the oiler continued alternating deployments to WestPac with periods of upkeep, overhaul, and training at her home port, Long Beach. Ports of call in WestPac included Subic Bay and Manila, Philippines Hong Kong Sasebo, Kobe, Nagasaki, Yokosuka, and Kagoshima, Japan Kaohsiung, Taiwan, and Buckner Bay, Okinawa.

During the first half of 1964, Ashtabula continued her peacetime routine. On 2 August, she was in the Gulf of Tonkin refueling destroyers Maddox (DD-731) and Turner Joy (DD-951) just a few hours after North Vietnamese torpedo boats attacked Maddox. She spent most of August fueling ships of the 7th Fleet in the South China Sea. Upon completing her WestPac cruise, Ashtabula returned to Long Beach.

Vietnam War operations [ edit | modifier la source]

For the next eight years, the oiler continued to serve in waters surrounding Vietnam during her regular deployments to the Far East. She provided fuel and supplies to units of the 7th Fleet, while operating out of the ports of Subic Bay and Kaohsiung. Between tours in the Orient, she returned to Long Beach for leave and upkeep.

USS Asthabula refueling USS Ticonderoga (CVA-14) off Vietnam in 1966.

In 1968, Ashtabula underwent a major reconfiguration, or Jumboization. A 400-foot midsection, built entirely new from the keel up, was inserted and welded between her original bow and stern. This replaced the old 310-foot midsection and increased the vessel's liquid cargo capacity by over one-third. Her new configuration closely resembled that of a more modern type of ship, the replenishment oiler. She continued her Vietnam service through August 1972, when she made her last line swing off Vietnam. The ship returned to Long Beach on 9 December.

Following an availability period at Long Beach and training exercises off the southern California coast, Ashtabula once again sailed west on 4 October 1973. While at Subic Bay, she received orders to proceed to the Indian Ocean operating area. In early December, Ashtabula provided services to Hancock (CVA-19) and Oriskany (CVA-34) as well as other members of their task groups. After 51 continuous days at sea, Ashtabula arrived at Subic Bay on 5 January 1974.

Following a brief availability there, the oiler got underway to replenish a group of amphibious ships in the Gulf of Siam. On 7 March, she began a three-week voyage to her home port. She spent one month in upkeep, then sailed to her new home port, Pearl Harbor, Hawaii, and spent the rest of the year in overhaul and refresher training.

Ashtabula began another WestPac deployment on 8 February 1975. She took part in Operation Seafox, a joint SEATO exercise with six other nations. Her next assignments were Operation Eagle Pull and Operation Frequent Wind, held off the coast of Vietnam. On 11 May, she was ordered to Cambodia to support the rescue of SS Mayaqüez, an American merchant ship that had been captured by communist forces. In late July, the oiler returned to her home port, where she spent the next 10 months in upkeep and local operations.

Ashtabula sailed for WestPac on 21 June 1976. Ports visited included Subic Bay Sasebo and Yokosuka, Japan Hong Kong and Keelung, Taiwan. The cruise was highlighted by a joint training exercise with ships of the Japanese Maritime Self-Defense Force. The oiler arrived at Pearl Harbor on 15 December and spent the first two months of 1977 providing services to ships in the Pearl Harbor area. In March, she headed west to rendezvous with and refuel a task group built around mer de Corail (CV-43). On 2 April, the ship returned to Pearl Harbor and commenced an overhaul period which was completed on 28 February 1978.

Ashtabula sailed to Alameda, California, on 10 March to hold a series of qualification trials, returned to Pearl Harbor on 14 April, and began refresher training. She got underway on 30 June for the Far East and called at Song Kla and Pattaya, Thailand Subic Bay Sasebo and Fremantle, Australia. While in Australia, Ashtabula participated in Exercise "Sandgroper," which was held in conjunction with the Australian and New Zealand navies. The oiler then proceeded to Singapore and Hong Kong for liberty calls and closed the year in upkeep at Guam.

Back at Pearl Harbor on 18 January 1979, Ashtabula began eight months of underway training, local operations, and inspections. At the end of August, she embarked upon a six-week cruise to the west coast to conduct underway replenishment qualification trials and then participate in Exercise "Kernel Potlatch II," a joint United States-Canadian operation to test and evaluate plans for the common defense of North America. At the conclusion of the exercise, the oiler called at Esquimalt, British Columbia,on 6 October. After a three-day visit, she headed back to Hawaii on the 9th and arrived in Pearl Harbor on the 16th.

Local operations in the Hawaiian Islands occupied Ashtabula's time for nearly the entire first nine months of 1980. On 28 September, the oiler embarked upon another tour of duty in the western Pacific. Steaming by way of Guam in the Mariana Islands, she entered Subic Bay in the Philippines on 15 October. Her deployment was marred at its outset by engineering casualties that required a two-month repair period at Subic Bay. On 12 December, she completed repairs and, the following day, put to sea to begin underway refueling service to the ships of the 7th Fleet. For the next four months, Ashtabula operated in the South China Sea, the East China Sea, and the Sea of Japan, refueling American warships assigned to the Far East. The oiler made visits to several Japanese ports—Sasebo, Yokosuka, and Iwakuni—as well as to Okinawa in the Ryukyu Islands and Chinhae in Korea. She also returned periodically to the base at Subic Bay. On 15 April 1981, Ashtabula departed the Philippines to return to Hawaii. She arrived in Pearl Harbor on the 30th.

Final operations [ edit | modifier la source]

Following a two-month, post-deployment standdown, the ship resumed local operations in the Hawaiian Islands at the end of June. She remained so employed until the end of October when she stood into Pearl Harbor to conclude her last underway period for 1981. The oiler spent the first four months of 1982 carrying out missions in the Hawaiian operating area. On 30 April 1982, she embarked upon her final deployment to the Far East. That tour of duty lasted a little more than three months she returned to Pearl Harbor on 5 August. Soon thereafter, Ashtabula began preparations for inactivation.

Decommissioning and Disposal [ edit | modifier la source]

Ashtabula decommissioned at Pearl Harbor on 30 September 1982. She was subsequently towed to Suisun Bay, California, where she joined the Maritime Administration's National Defense Reserve Fleet. Ashtabula was stricken from the Naval Vessel Register on 6 September 1991 and sold for scrapping in 1995. The shipbreaker, however, entered into default and Ashtabula, approximately 20% scrapped and missing her forward bow, part of the main deck forward, most of her forward superstructure and all masts and kingposts, was returned to the Navy on 27 September 1999. Ashtabula remained berthed at Mare Island Naval Shipyard until she was selected as a target ship in a SINKEX exercise on 14 October 2000. Ashtabula was subjected to eight RGM-84 Harpoon missiles, two RIM-66 Standard SAMs fired in the surface-to-surface mode, three helicopter-launched Sea Skua missiles, four Mk82 500 pound bombs, and nearly one hundred rounds of 3”, 100mm, and 5” gunfire from an armada consisting of one French, three British and three United States warships. Ώ]

Ex-USS Asthabula as target ship, 15 October 2000

Two Harpoon missiles and one Sea Skua missile found their marks, but Ashtabula remained afloat the next day. She was ultimately sent to the bottom after being fitted with demolition charges.

Ashtabula was awarded eight battle stars for World War II service, four battle stars for the Korean War, and eight battle stars for duty in the Vietnam War.

  • Navy Meritorious Unit Commendation
  • American Campaign Medal
  • Asiatic-Pacific Campaign Medal (8)
  • World War II Victory Medal
  • Navy Occupation Service Medal (with Asia clasp)
  • National Defense Service Medal
  • Korean Service Medal (4),
  • Armed Forces Expeditionary Medal (4-Quemoy-Matsu, 9-Vietnam, 1-Korea, 1-Op. Frequent Wind)
  • Vietnam Service Medal (8)
  • Humanitarian Service Medal (1-Frequent Wind, 1-Snowgo, New York),
  • Philippines Liberation Medal
  • United Nations Service Medal
  • Republic of Vietnam Campaign Medal
  • Republic of Korea War Service Medal (retroactive)

USS Ashtabula AO-51 (1943-1982)

Demandez un paquet GRATUIT et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal des droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de « l'utilisation équitable » et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant les questions de droit d'auteur à l'adresse [email protected]


Notre Newsletter

Description du produit

USS Ashtabula AO 51

July 1965 - April 1966 Westpac Cruise Livre

Donnez vie au livre de croisière avec cette présentation multimédia

Ce CD dépassera vos attentes

Une grande partie de l'histoire navale. (Most Sailors consider the cruise book one of their most valued treasures)

Vous achèteriez le USS Ashtabula AO 51 cruise book during the Vietnam War Era. Chaque page a été placée sur un CD pour des années de visionnage agréable sur ordinateur. Les CD est livré dans une pochette en plastique avec une étiquette personnalisée. Chaque page a été améliorée et est lisible. Les livres de croisière rares comme celui-ci se vendent cent dollars ou plus lors de l'achat de la copie papier réelle si vous pouvez en trouver un à vendre.

Cela ferait un excellent cadeau pour vous-même ou pour quelqu'un que vous connaissez qui a peut-être servi à son bord. Généralement seulement UNE personne dans la famille a le livre original. Le CD permet à d'autres membres de la famille d'en avoir également une copie. Vous ne serez pas déçu, nous le garantissons.

Certains des éléments de ce livre sont les suivants :

  • Ports of Call: Subic Bay, Kaohsiung,Hong Kong, Sasebo and Yokosuka.
  • Brève histoire du navire
  • Sports et loisirs
  • Change of Command
  • Cruise Itiinerary (Dates and Ports)
  • Photos de groupe divisionnaire avec des noms
  • Random Notes from the Plan of the Day
  • Crew Roster (Name Rank and Photo pages Numbers
  • De nombreuses photos d'activités d'équipage
  • Et bien plus

Over 403 photos and the ships story told on 76 pages.

Once you view this CD you will know what life was like on this Oiler in 1965-66.

Bonus supplémentaire :

  • Audio de 6 minutes de " Sons de Boot Camp " à la fin des années 50 début des années 60
  • D'autres éléments intéressants incluent :
    • Le serment d'enrôlement
    • Le credo des marins
    • Valeurs fondamentales de la marine des États-Unis
    • Code de conduite militaire
    • Origines de la terminologie de la marine (8 pages)
    • Exemples : Scuttlebutt, Chewing the Fat, Devil to Pay,
    • Hunky-Dory et bien d'autres.

    Pourquoi un CD au lieu d'un livre papier ?

    • Les images ne se dégraderont pas avec le temps.
    • CD autonome aucun logiciel à charger.
    • Vignettes, table des matières et index pour visualisation facile référence.
    • Visualisez comme un flip book numérique ou regardez un diaporama. (Vous définissez les options de synchronisation)
    • Fond musique patriotique et sons de la marine peut être activé ou désactivé.
    • Les options d'affichage sont décrites dans la section d'aide.
    • Marquez vos pages préférées.
    • La qualité sur votre écran peut être meilleure qu'une copie papier avec la possibilité de agrandir n'importe quelle page.
    • Diaporama de visualisation pleine page que vous contrôlez avec les touches fléchées ou la souris.
    • Conçu pour fonctionner sur une plate-forme Microsoft. (Pas Apple ou Mac) Fonctionne avec Windows 98 ou supérieur.

    Commentaire personnel de "Navyboy63"

    Le CD de livre de croisière est un excellent moyen peu coûteux de préserver le patrimoine familial historique pour vous-même, vos enfants ou vos petits-enfants, surtout si vous ou un être cher avez servi à bord du navire. C'est un moyen de se connecter avec le passé, surtout si vous n'avez plus le lien humain.

    Si votre proche est toujours avec nous, il pourrait considérer cela comme un cadeau inestimable. Les statistiques montrent que seulement 25 à 35 % des marins ont acheté leur propre carnet de croisière. Beaucoup auraient probablement souhaité l'avoir fait. C'est une belle façon de leur montrer que vous vous souciez de leur passé et que vous appréciez le sacrifice qu'eux et beaucoup d'autres ont fait pour vous et le LIBERTÉ de notre pays. Would also be great for school research projects or just self interest in Navy Ship documentation.

    Nous n'avons jamais su à quoi ressemblait la vie d'un marin pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'à ce que nous commencions à nous intéresser à ces grands livres. Nous avons trouvé des photos dont nous ignorions l'existence d'un parent qui a servi sur l'USS Essex CV 9 pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est décédé très jeune et nous n'avons jamais eu la chance d'entendre beaucoup de ses histoires. D'une manière ou d'une autre, en visionnant son livre de croisière que nous n'avions jamais vu jusqu'à récemment, la famille a renoué avec son héritage et son héritage naval. Même si nous n'avons pas trouvé les photos dans le livre de croisière, c'était un excellent moyen de voir à quoi ressemblait la vie pour lui. Nous les considérons maintenant comme des trésors de famille. Ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants peuvent toujours être liés à lui d'une manière dont ils peuvent être fiers. C'est ce qui nous motive et nous pousse à faire la recherche et le développement de ces grands livres de croisière. J'espère que vous pourrez vivre la même chose pour votre famille.

    Si vous avez des questions, veuillez nous envoyer un e-mail avant d'acheter.

    L'acheteur paie les frais d'expédition et de manutention. Les frais d'expédition en dehors des États-Unis varient selon l'emplacement.

    Consultez nos commentaires. Les clients qui ont acheté ces CD ont été très satisfaits du produit.

    Be sure to add us to your !

    Merci de votre intérêt!

    Ce CD est pour votre usage personnel seulement

    Copyright © 2003-2013 Great Naval Images LLC. Tous les droits sont réservés.


    Alimenté par
    L'outil de référencement gratuit. Répertoriez vos articles rapidement et facilement et gérez vos articles actifs.


    Navy Oilers / Tankers

    Throughout history, the oiler/tanker ship has been an essential part of the United States Navy military operations. During World War II, these oiler &tankers were the homes to thousands of Navy personnel. Along with personnel, each oiler & tanker contained thousands of pounds of deadly asbestos. This asbestos was supplied by companies that knew the asbestos was dangerous and knew that, eventually, thousands of servicemen would contract terrible diseases from exposure to this mineral. But the companies chose profit over safety and hid those dangers from the navy and the servicemen.

    Asbestos was used frequently for the insulation of pipes, boilers, electrical fixtures and hull construction. It was also used as a fire retardant material in many areas aboard ship, including non-skid flooring on decks and on bulk head walls. The worst areas on oilers & tankers were in the fire, pump, and engine rooms where insulation covered the pipes and wiring. Some of the personnel most at risk include boiler tenders, electrician's mates, enginemen, machinist mates, pipefitters, and shipfitters.

    Many of the companies that supplied asbestos products to the navy have admitted fault and set up trust funds to compensate navy veterans. If you know someone who has mesothelioma, contact us to learn more about your rights.

    Below offers a list of some oilers & tankers that were commissioned between 1940 and 1990 and contained risks of asbestos exposure. Personnel aboard any of these ships or civilians that provided shipyard maintenance, repair or deconstruction may have been at risk of asbestos exposure.


    Ashtabula AO-51 - History

    Welcome to the court case management system of the Ashtabula County Courts. The public access records information viewed on Courtview reflects the docket entries and information required by Ohio law to be kept by the Ashtabula County Clerk of Courts, Eastern Area Court, and Western Area Court.

    There will be a delay between court filings and judicial action and the posting of such data by the Clerk of Courts, Eastern Area Court, and Western Area Court for some or all of the filings types. The information posted is believed to be accurate, however accuracy is not guaranteed. Ashtabula County Clerk of Courts records prior to May of 1993 are not available on Courtview. Ashtabula County Eastern Area Court and Ashtabula County Western Area Court records prior to January 1995 are not available on Courtview.

    Any errors or omissions should be reported to the appropriate court.
    Ashtabula County Clerk of Courts office (440) 576-3637
    Ashtabula County Eastern Area Court office (440) 576-3617
    Ashtabula County Western Area Court office (440) 466-1184

    In no event shall Ashtabula County, the Ashtabula County Clerk of Courts, Ashtabula County Eastern Area Court, and Ashtabula County Western Area Court be held liable for damages of any nature, direct or indirect, arising from the use of this Internet product including but not limited to loss of profits, loss of savings, business interruption, loss of business information or other incidental, or consequential damages or loss.


    Recorder

    Responsibilities
    Our office is responsible for the secure maintenance of all land records pertaining to ownership as well as all encumbrances or liens on the land. All records are accurately indexed so as to be readily accessible for persons searching land records in order to establish a chain of title. These records are utilized by the general public, attorneys, land title examiners, historians, and genealogists.

    Land Records
    The Recorder's Office contains the legal documents pertaining to the ownership of land located in Ashtabula County. Dating from 1795, the records reflect the birth of Ashtabula County and the growth of Ashtabula County. These records are vital to the work of land title examiners, attorneys, surveyors, and genealogists. Additionally, the Recorder's duty to safeguard these records is valuable to all citizens who own real estate within Ashtabula County.

    Record Keeping
    The duties of the County Recorder are very explicit under Ohio law. The Recorder is not authorized to prepare legal documents or to perform title examinations. Rather, the Recorder is responsible for maintaining specific documents in a permanent, secure, and easily-accessible manner for public use.

    Deeds, mortgages, easements, leases, land contracts, and certain types of liens are the primary records located in the Ashtabula County Recorder's Office. Other categories include military discharges, partnership certificates, powers of attorney, and subdivision maps.

    New & Old
    A visit to the Ashtabula County Recorder's Office offers an interesting blend of the old and the new. The walls of the research room are lined with tiers of leather books in canvas covers. Delicate handwriting on parchment paper, the proceedings of the Connecticut Land Company, and Civil War discharges await the history-minded individual. Yet, the newest technology in computer indexing and imaging is in place to locate and preserve today's real estate transactions.

    Message From Barbara
    The top priority of the Ashtabula County Recorder's Office is to provide efficient service. All telephone calls receive the personal touch, and walk-in customers are assisted by knowledgeable members of the office team. My staff and I welcome the opportunity to assist you. Please contact us today with your comments or questions.


    Voir la vidéo: David Francey - Ashtabula