Les justiciers du Montana pendent Jack Slade

Les justiciers du Montana pendent Jack Slade

Jack Slade, l'animateur de l'enfer local, est pendu dans l'un des incidents les plus troublants de l'autodéfense frontalière.

Slade s'est démarqué même parmi les nombreux émeutiers qui habitaient la ville minière frontalière sauvage de Virginia City, dans le Montana. Quand il était sobre, les habitants de la ville aimaient et respectaient Slade, bien qu'il y ait eu des rumeurs non confirmées selon lesquelles il avait déjà été un voleur et un meurtrier. Lorsqu'il est ivre, cependant, Slade avait l'habitude de tirer avec ses armes dans les bars et de proférer des menaces vaines. Bien que le chahut de Slade n'ait blessé personne, les dirigeants de Virginia City soucieux de créer une communauté plus pacifique ont commencé à perdre patience. Ils ont commencé à donner plus de poids aux affirmations selon lesquelles il était un homme potentiellement dangereux.

L'année précédente, de nombreux citoyens éminents de Virginia City avaient formé un « comité de vigilance » semi-secret pour lutter contre les déprédations d'un agent routier nommé Henry Plummer. Plummer et son gang avaient volé et tué dans la région, convaincus que les maigres forces de l'ordre de la région ne pourraient pas les arrêter. Déterminés à rétablir l'ordre, les vigiles de Virginia City ont commencé à capturer et à pendre les hommes du gang de Plummer. En guise d'avertissement aux autres criminels, les justiciers ont laissé un morceau de papier sur les cadavres pendus avec les numéros cryptiques « 3-7-77 ». La signification des chiffres n'est pas claire, bien que certains prétendent qu'ils faisaient référence aux dimensions d'une tombe : 3 pieds de large, 7 pieds de long, 77 pouces de profondeur.

Au cours des deux premiers mois de 1864, les justiciers du Montana ont pendu 24 hommes, dont Plummer. La plupart des historiens s'accordent à dire que ces pendaisons, bien que techniquement illégales, ne punissaient que des hommes véritablement coupables. Cependant, la décision des justiciers de pendre Jack Slade semble moins justifiée. Finalement marre de ses saccages ivres et de ses menaces sauvages, ce jour-là en 1864, un groupe de justiciers a arrêté Slade et lui a dit qu'il serait pendu. Slade, qui n'avait commis aucun crime grave à Virginia City, a plaidé pour sa vie, ou au moins une chance de dire au revoir à sa femme bien-aimée. Avant l'arrivée de la femme de Slade, les justiciers l'ont pendu.

Peu de temps après l'exécution douteuse de Slade, des tribunaux et des prisons légitimes ont commencé à fonctionner à Virginia City. Bien que la « justice » d'autodéfense sporadique ait continué jusqu'en 1867, elle a de plus en plus suscité l'inquiétude du public. En mars 1867, des mineurs d'un district minier du Montana ont publié un avis dans le journal local qu'ils pendraient cinq justiciers pour chaque homme pendu par des justiciers. Par la suite, l'action d'autodéfense s'est estompée.


Les justiciers du Montana pendent Jack Slade - 10 mars 1864 - HISTORY.com

Sgt Joe C.

Jack Slade, l'animateur local de l'enfer, est pendu dans l'un des incidents les plus troublants de l'autodéfense frontalière.

Slade s'est démarqué même parmi les nombreux émeutiers qui habitaient la ville minière frontalière sauvage de Virginia City, dans le Montana. Quand il était sobre, les habitants de la ville aimaient et respectaient Slade, bien qu'il y ait eu des rumeurs non confirmées selon lesquelles il avait déjà été un voleur et un meurtrier. Lorsqu'il est ivre, cependant, Slade avait l'habitude de tirer avec ses armes dans les bars et de proférer des menaces vaines. Bien que le chahut de Slade n'ait blessé personne, les dirigeants de Virginia City soucieux de créer une communauté plus pacifique ont commencé à perdre patience. Ils ont commencé à donner plus de poids aux affirmations selon lesquelles il était un homme potentiellement dangereux.

L'année précédente, de nombreux citoyens éminents de Virginia City avaient formé un « comité de vigilance » semi-secret pour lutter contre les déprédations d'un agent routier nommé Henry Plummer. Plummer et son gang avaient volé et tué dans la région, convaincus que les maigres forces de l'ordre de la région ne pourraient pas les arrêter. Déterminés à rétablir l'ordre, les vigiles de Virginia City ont commencé à capturer et à pendre les hommes du gang de Plummer. En guise d'avertissement aux autres criminels, les justiciers ont laissé un morceau de papier sur les cadavres pendus avec les numéros cryptiques « 3-7-77 ». La signification des chiffres n'est pas claire, bien que certains prétendent qu'ils faisaient référence aux dimensions d'une tombe : 3 pieds de large, 7 pieds de long, 77 pouces de profondeur.

Au cours des deux premiers mois de 1864, les justiciers du Montana ont pendu 24 hommes, dont Plummer. La plupart des historiens s'accordent à dire que ces pendaisons, bien que techniquement illégales, ne punissaient que des hommes véritablement coupables. Cependant, la décision des justiciers de pendre Jack Slade semble moins justifiée. Finalement marre de ses saccages ivres et de ses menaces sauvages, ce jour-là en 1864, un groupe de justiciers a arrêté Slade et lui a dit qu'il serait pendu. Slade, qui n'avait commis aucun crime grave à Virginia City, a plaidé pour sa vie, ou au moins une chance de dire au revoir à sa femme bien-aimée. Avant l'arrivée de la femme de Slade, les justiciers l'ont pendu.

Peu de temps après l'exécution douteuse de Slade, des tribunaux et des prisons légitimes ont commencé à fonctionner à Virginia City. Bien que la « justice » d'autodéfense sporadique ait continué jusqu'en 1867, elle a de plus en plus suscité l'inquiétude du public. En mars 1867, des mineurs d'un district minier du Montana ont publié un avis dans le journal local qu'ils pendraient cinq justiciers pour chaque homme pendu par des justiciers. Par la suite, l'action d'autodéfense s'est estompée.


Bensozie

Lorsque les mineurs d'or ont commencé à exploiter les cours d'eau de ce qu'ils appelaient Alder Gulch en 1863, il n'y avait aucune loi à proprement parler dans le Montana. Les différends entre les mineurs étaient parfois réglés par des «tribunaux des mineurs», au cours desquels les deux parties prononçaient un discours et tous les mineurs présents votaient sur le verdict. Cela a fonctionné passablement pour le saut de claims, mais à l'automne 1863, un mineur a été abattu. Trois hommes ont été accusés du meurtre, mais ils ont prononcé des discours agréables à la foule et tous ont été acquittés.

Alors que les villes grandissaient à Alder Gulch et que des fortunes en or étaient extraites – 90 millions de dollars entre 1863 et 1875 – quelque chose de plus rigoureux était nécessaire. Ainsi, environ deux douzaines d'habitants de Virginia City ont formé le Comité de vigilance et ont fait savoir que tout crime plus violent serait traité avec une justice brutale. Ils ont commencé à traquer des hommes qu'ils pensaient être des "agents routiers", membres d'un gang de bandits de grand chemin qui s'en prenaient aux voyageurs et aux stations minières éloignées. Au cours des premiers mois de 1864, ils pendirent 24 hommes :

En fait, les tombes avaient traditionnellement 72 pouces de profondeur, mais peu importe.

La victime la plus controversée des justiciers était Henry Plummer, shérif de Bannack, Montana. Plummer a mené une vie fascinante dans le Far West, se rendant en Californie avec la ruée vers l'or, tuant un homme dans un duel contre une femme mais obtenant le pardon du gouverneur de Californie parce que l'autre gars l'avait fait venir, tuant un fugitif en fuite lors d'une arrestation trouble tentative, se faisant payer de bons salaires pour garder des convois d'or par des intérêts privés alors qu'il servait également de shérif, et ainsi de suite. Lorsque les justiciers ont demandé aux bandits de bas niveau qu'ils avaient attrapés qui était le chef de leur gang, ils ont répondu "Henry Plummer". Les gens à l'époque et depuis lors ont cru ou n'y ont pas cru selon ce qu'ils pensent de Plummer et des justiciers. En tout cas, les justiciers ont tendu une embuscade à Plummer lorsqu'il est revenu en ville d'une de ses escortes de convoi et l'ont tué.

Et maintenant nous arrivons à l'histoire de Jack Slade qui m'a commencé à lire sur Virginia City et les justiciers

Slade s'est démarqué même parmi les nombreux émeutiers qui habitaient la ville minière frontalière sauvage de Virginia City, dans le Montana. Quand il était sobre, les habitants de la ville aimaient et respectaient Slade, bien qu'il y ait eu des rumeurs non confirmées selon lesquelles il avait déjà été un voleur et un meurtrier. Lorsqu'il est ivre, cependant, Slade avait l'habitude de tirer avec ses armes dans les bars et de proférer des menaces vaines. Bien que le chahut de Slade n'ait blessé personne, les dirigeants de Virginia City soucieux de créer une communauté plus pacifique ont commencé à perdre patience. Ils ont commencé à donner plus de poids aux affirmations selon lesquelles il était un homme potentiellement dangereux. . . . Finalement marre de ses saccages ivres et de ses menaces sauvages, ce jour-là en 1864 (10 octobre), un groupe de justiciers a arrêté Slade et lui a dit qu'il serait pendu. Slade, qui n'avait commis aucun crime grave à Virginia City, a plaidé pour sa vie, ou au moins une chance de dire au revoir à sa femme bien-aimée. Avant l'arrivée de la femme de Slade, les justiciers l'ont pendu.

Peu de temps après l'exécution douteuse de Slade, des tribunaux et des prisons légitimes ont commencé à fonctionner à Virginia City. Bien que la « justice » sporadique d'autodéfense se poursuive jusqu'en 1867, elle suscite de plus en plus l'inquiétude du public. En mars 1867, des mineurs d'un district minier du Montana ont publié un avis dans le journal local qu'ils pendraient cinq justiciers pour chaque homme pendu par des justiciers. Par la suite, l'action d'autodéfense s'est estompée.


Les justiciers du Montana pendent Jack Slade – HISTOIRE

Dates pertinentes dans l'histoire de Jack Slade

1797 ?— Charles Slade Jr. né en Angleterre.

1798 ?— La famille Slade arrive en Amérique, s'installe à Alexandria, Virginie.

1816— Charles Slade et ses frères Richard et Thomas émigrent de Virginie vers le territoire de l'Illinois.

1818—Charles Slade aménage la ville de Carlyle, l'Illinois devient un État.

1819 (23 juin)— Charles Slade épouse Mary D. Kain.

1820— Charles Slade élu à la législature de l'Illinois.

1824 — La législature de l'Illinois crée le comté de Clinton et désigne Carlyle comme siège du comté.

1825 (mai)— Charles et Mary Slade font don de 20 acres à Carlyle pour le palais de justice du comté de Clinton.

1826— Charles Slade est élu pour un second mandat dans la législature de l'Illinois.

1829 — Charles Slade est nommé maréchal américain pour l'Illinois par le président Jackson.

1831 (22 janvier)—Naissance de Joseph Alfred Slade, quatrième de cinq enfants.

1832 (13 août)— Charles Slade élu au Congrès américain . .

1833 (2 décembre)— Charles Slade siège au 23 e Congrès américain.

1834 (11 juillet)— Charles Slade meurt du choléra près de Vincennes, Indiana, alors qu'il rentrait du Congrès.

1836— Elias S. Dennis arrive à Carlyle en provenance de l'État de New York.

1838 (24 février)— La veuve de Charles Slade, Mary, se remarie avec Elias S. Dennis.

1846 (mai)— Début de la guerre du Mexique.

1846 (juillet) - Les États-Unis acquièrent le territoire de l'Oregon à la Grande-Bretagne.

1846— Elias Dennis est élu sénateur de l'État de l'Illinois.

1847 (4 mai)— Jack Slade et ses frères s'enrôlent dans l'Illinois Foot Volunteers pour servir dans la guerre du Mexique.

1847 (juillet) — Des mormons s'installent sur le Grand Lac Salé, en Utah.

1847 (septembre) — Le régiment de Slade arrive à Santa Fe occupé. N.M.

1847 (14 septembre) - L'armée du général Winfield Scott occupe Mexico, mettant ainsi fin à la guerre du Mexique.

1848 (24 janvier) — De l'or découvert à Sutter's Fort, en Californie.

1848 (9 février) - Le frère aîné de Jack Slade, Richard, meurt de maladie à Santa Fe, N.M.

1848 (9 février) — La compagnie A de Slade déménage de Santa Fe à Albuquerque.

1848 (16 octobre) - Slade est honorablement libéré comme soldat à Alton, Illinois.

1849 (avril) — Slade quitte Carlyle, dans l'Illinois, pour la Californie.

1850 (9 septembre) — La Californie rejoint l'Union en tant qu'État libre.

1850 (29 octobre) - Slade répertorié dans le recensement de Carlyle en tant que meunier, âgé de 19 ans, vivant avec son beau-père Elias S. Dennis.

1850 - Slade se dirige à nouveau vers l'ouest avec d'autres jeunes hommes de Carlyle le long d'Overland Trail en direction de l'Oregon.

1851— Première route postale entre la Californie et Salt Lake.

1853 (août-septembre) - Des documents juridiques suggèrent que Slade se trouvait peut-être à Arlington, en Virginie, en donnant une procuration à son beau-père pour agir en éliminant les résidus de la succession du père de Slade.

1854— Slade contacté par sa famille dans la nouvelle ville de Leavenworth, Kan.

1854— William Magraw et John Hockaday obtiennent un contrat postal américain pour la route Independence to Salt Lake.

1854 (28 décembre)— Russell, Majors & Waddell forment un partenariat de fret.

1855 — Début de la guerre civile du Kansas.

1855 (27 mars) - Le ministère de la Guerre accorde à Russell, Majors & Waddell un contrat de fret monopolistique de deux ans pour l'approvisionnement des postes à l'ouest de la rivière Missouri.

1856 (été) - Contrat postal américain pour la route centrale Overland à Salt Lake City pris de Magraw et Hockaday et donné à un entrepreneur mormon, Hiram Kimball.

1857 (12 mars) - Le beau-père de Slade, Elias S. Dennis, est nommé marshal américain pour le Kansas, basé à Leavenworth.

1857— Premier service postal vers la Californie lancé par George Chorpenning et John Hockaday.

1857 (mai-juin) - Une force de l'armée américaine est formée pour poursuivre les mormons dans l'Utah.

1857 (septembre) — L'armée américaine envahit l'Utah.

1857 (16 septembre) – Le ministre des Postes des États-Unis, Aaron V. Brown, choisit la route du Sud pour le courrier transcontinental et attribue un contrat à la société Overland Mail Co de John Butterfield.

1857-58 (hiver) - En l'absence d'un service postal fiable du gouvernement américain pendant la rébellion mormone, l'armée établit son propre service postal entre Fort Leavenworth et Fort Laramie.

1858 (1er mars) - Le beau-père de Slade, Elias S. Dennis, est démis de ses fonctions de maréchal américain pour le Kansas.

1858 (1er mai) - John M. Hockaday & Co. a attribué un contrat de courrier américain de 2 ans et demi pour un service hebdomadaire sur la route centrale entre Missouri River et Salt Lake City - distance de 1 200 milles.

1858 (juillet) — De l'or est découvert dans la région de Pike's Peak (plus tard dans le Colorado).

1858 (août-décembre) - Slade conduit le gigantesque train de ravitaillement Hockaday & Co. d'Atchison vers Salt Lake.

1858 (15 septembre) – Le service postal de Butterfield Overland vers la Californie commence à fonctionner le long de la route « ox-bow » du sud.

1858 (novembre) — Le camp minier de Denver est établi près de Pike's Peak.

1858 (3 décembre) - L'expédition de la lettre Valley Tan le 5 décembre indique que le courrier a quitté South Pass le 3 décembre en charge de Wm. Ashton, l'agent. Cela suggère que Slade est devenu agent après cette date mais avant le 23 février 1859 (voir ci-dessous).

1858 (4 décembre) - Le train de ravitaillement de Slade d'Atchison à Salt Lake s'arrête pour l'hiver à la gare Horseshoe (plus tard Wyoming).

1859 (début février)— Leavenworth & Pike's Peak Express Co. formé par William Russell, John Russell et John S. Jones.

1859 (février)— Slade est responsable de la ligne postale de Hockaday entre la station Horseshoe et Salt Lake City.

1859 (8 mars) — Le ministre des Postes Aaron V. Brown, architecte de six routes postales vers la Californie, meurt subitement. Le successeur Joseph Holt, cherchant à réduire les coûts, réduit le service postal sur la ligne Hockaday d'hebdomadaire à bimensuel à compter du 1er juillet.

1859 (18 avril) - Jones & Russell's Leavenworth & Pike's Peak Express Co. fait le premier trajet en diligence de Leavenworth à travers le territoire du Kansas jusqu'à Denver.

1859 (11 mai) - Jones, Russell & Co. acquièrent le contrat Central Overland de Hockaday pour transporter le courrier américain de St. Joseph, Mo., à Salt Lake City. Slade a conservé son poste d'agent de division.

1859 (20 mai) - Slade, réprimant la mutinerie des routiers ivres à Green River, tire et tue le routier Andrew Ferrin.

1859 (fin juin) - Russell & Jones abandonne l'itinéraire de l'étape précédente de Leavenworth & Pike's Peak (à travers le Kansas) à Denver et envoie des autocars à Denver via l'itinéraire de Hockaday : à travers Fort Kearny et Julesburg. Gare construite à Julesburg le nouveau surintendant Beverly D. Williams y nomme Jules Beni comme gardien de gare.

1859 (été) — Quelque 100 000 chercheurs d'or arrivent au Colorado, la plupart le long de l'Overland Trail.

1859 (28 octobre) - La faillite de Leavenworth et Pike's Peak Express Co. de Jones & Russell est reprise par Central Overland California & Pike's Peak Express Co., nouvellement créée par Russell, Majors & Waddell. Ben Ficklin succède à Beverly Williams en tant que surintendant général du COC & ampPP, charge Slade de la division des 500 milles de Julesburg à South Pass et charge Slade de nettoyer les bandits de la ligne.

1859 (2 décembre) - Abraham Lincoln parle à Atchison, Kansas Territory Slade dans le groupe qui l'a rencontré à Massasoit House.

1860 (janvier) - En préparation du Pony Express vers la Californie, Ficklin réorganise la ligne Central Overland en cinq divisions, Slade étant responsable de la division Sweetwater entre Fort Kearny et Horseshoe, couvrant environ 400 milles.

1860 (27 janvier) — Pony Express annoncé par Russell.

1860 (février)— Charte COC&PP accordée par la législature du Kansas. Ficklin a admis en tant que fondateur, en raison de son travail de nettoyage en ligne, avec l'aide de Slade.

1860 (février-mars) - En 60 jours, des stations construites pour la route Pony Express de 1 900 milles de St. Joseph, Mo, à Sacramento, Cal. Slade prend en charge la construction des stations, l'affectation des cavaliers, la distribution du stock de Fort Kearney à la station Horseshoe.

1860 (vers le 15 mars) - Slade pris en embuscade et laissé pour mort par Jules Beni à Julesburg. Beni fuit la région.

1860 (3 avril) — Pony Express inauguré.

1860 (mi-avril)— Après avoir souffert de blessures pendant plusieurs semaines, Slade est transporté à Saint-Louis pour une assistance chirurgicale.

1860 (mai ou juin)— Slade revient de Saint-Louis. Ficklin étend la juridiction de Slade vers l'ouest, de Julesburg à Pacific Springs, un domaine de plus de 500 miles.

1860 (1er juillet) — Ficklin quitte le Pony Express après s'être disputé avec William Russell.

1860 (14 août) - Sir Richard Burton passe la nuit à la station Horseshoe, mentionne Slade "vivant avec deux dames de mine désagréable, l'une étant sa femme".

1860 (déc.)— L'entreprise de fret de Russell, Majors & Waddell demande la protection de la loi sur la faillite ses lignes reprises par les entreprises de fret de Ben Holladay et Wells, Fargo & Co.

1860 (29 décembre) - John B. Floyd limogé en tant que secrétaire américain à la Guerre.

1860-61 (hiver) : les hommes de Slade tuent John Sarah, sa femme et ses trois enfants Slade adopte le fils survivant de Sarah, Jemmy.

1861 (janvier) : Pacific Telegraph Co. incorporée au Nebraska Overland Telegraph Co. incorporée en Californie, avec Ben Ficklin parmi les fondateurs.

1861 (28 février) — Création du territoire du Colorado.

1861 (14 avril) - La guerre civile commence avec la chute de Fort Sumter, S.C.

1861 (26 avril)— Russell démissionne de son poste de président de Central Overland California et de Pike's Peak Express Co. à la suite de la faillite de Russell, Majors & Waddell. Succédé par Bela M. Hughes de St. Joseph, cousin de Ben Holladay, signalant l'ascension de Holladay.

1861 (24 mai) — Les lignes télégraphiques terrestres de l'est atteignent Julesburg.

1861 (juillet) — Le service de diligences de Central Overland passe à une fréquence quotidienne.

1861 (2 août) - Mark Twain (alors Samuel Clemens) et son frère Orion Clemens rendent visite à Slade à la station Rocky Ridge.

1861 (août) - Slade capture les tueurs Henry Bacon et Harry Smith à environ 15 miles sous Independence Rock (aujourd'hui Wyoming).

1861 (fin août) - Jules Beni tué par Slade (ou les hommes de Slade) à la station Cold Spring (aujourd'hui Wyoming).

1861 (fin août)—Achèvement de la ligne télégraphique entre Julesburg et le siège de Slade à la station Horseshoe.

1861 (24 octobre)— Pony Express a été interrompu avec l'achèvement de la ligne télégraphique vers la Californie.

1861-1862— L'hiver rigoureux entraîne des retards dans l'horaire des diligences.

1862 (1er mars-10 avril) - Les Indiens Sioux effectuent un raid sur les stations de North Platte Bridge (site actuel de Casper, Wyo.) à Green River (à l'ouest de la division de Slade).

1862 (21 mars)— Ben Holladay achète C.O.C. & P.P. aux enchères pour 100 000 $. Change le nom pour Overland Stage le 14 août 1862.

1862 (23 mars) — Les Indiens Sioux font leur première apparition dans la division Slade, effectuant des raids à Horse Creek et à Platte River Bridge.

1862 (1er avril)— Station d'attaque Sioux à Red Buttes (division Slade).

1862 (16-19 avril) — Les Sioux attaquent un autocar armé aux stations Plante’s Station, Split Rock, Sweetwater Bridge et Green River. Brick. Le général James Craig déclare la loi martiale le long de la route Overland.

1862 (24 avril) - Les Sioux attaquent à nouveau la station de Red Buttes, le voyage sur Central Overland est suspendu.

1862 (début juin) - Ben Holladay rend visite à Horseshoe et dit à Slade qu'il envisage de déplacer la ligne Overland vers le sud.

1862 (mi-juin)— Après que Slade ait restauré les stations et récupéré le courrier perdu, les opérations de scène reprennent.

1862 (8 juillet) - Ben Holladay émet un ordre d'abandonner la route de l'étape de North Platte pour la route de Cherokee Trail au sud. Slade a nommé l'agent de division pour un tronçon de 226 milles de Latham (et plus tard à Denver), puis juste au-delà d'Elk Mountain, Wyoming. Construit son quartier général à l'endroit central qu'il nomme Virginia Dale.

1862 (16 juillet) – Salt Lake Deseret News appelle Slade « la terreur de tous les colons entre Pacific Springs et Julesburg ».

1862 (21 juillet) - Le service postal commence sur la nouvelle route Cherokee Trail après une interruption de 20 jours pour le changement.

1862 (juillet) — Construction de Fort Halleck (dans l'actuel sud du Wyoming) pour protéger les déplacements sur la nouvelle route postale.

1862 (15 août) - La lettre à l'Union de Sacramento dit: "Nous avons besoin d'une douzaine de Slade sur la route."

1862 (15 octobre) - Slade et trois de ses hommes font la fête au magasin Sanderson à Laporte, Colorado.

1862 (début novembre) — Slade fait sauter le magasin de Sutler à Fort Halleck. La cavalerie de l'armée américaine poursuit Slade jusqu'à Denver, où il est arrêté et emprisonné. L'avocat de Ben Holladay négocie la libération de Slade avec la promesse que la société le déchargerait de ses fonctions.

1862 (15 novembre) : Overland Stage Co. licencie Slade.

1862 (fin de l'automne-début du printemps 1863) - Slade retourne à Carlyle, dans l'Illinois, pour une visite.

1863 (23 février) - Slade inculpé par contumace par le grand jury du Colorado pour une virée dans les berlines en octobre 1862 à Laporte.

1863 (printemps) - Slades se déplace vers l'ouest jusqu'à Fort Bridger, où il s'installe comme cargo sous contrat avec John Ely.

1863 (3 mars) - Le territoire de l'Idaho est créé à partir de ce qui était autrefois l'immense territoire de Washington. Comprend le Montana et le Wyoming actuels.

1863 (26 mai)— Bill Fairweather et son équipe de prospecteurs trouvent de l'or à Alder Gulch, dans le territoire de l'Idaho (aujourd'hui Montana).

1863 (juin) - Slade et sa femme partent à la tête d'une petite entreprise de fret pour Alder Gulch, arrivent fin juin ou début juillet.

1863 (été) - Slade localise un ranch laitier (Ravenswood) et construit une route à péage sur le deuxième ranch (Spring Dale), tous deux à l'est de Virginia City, dans le territoire de l'Idaho (aujourd'hui Montana).

1863 (24 septembre) - Slade dirige une expédition pour récupérer des marchandises d'un bateau à vapeur échoué à l'embouchure de la rivière Milk, à environ 350 milles de Virginia City.

1863 (7 décembre)— Loge maçonnique organisée à Virginia City.

1863 (10 décembre) - L'équipe de fret de Slade à Milk River retourne en toute sécurité à Virginia City Slade réalise un profit important.

1863 (19-21 décembre) — George Ives jugé et exécuté à Nevada City pour le meurtre de Nicholas Tiebalt.

1863 (20 décembre) — Première réunion du Virginia City Vigilance Committee.

1863 (23 décembre) — Deuxième comité de vigilance formé à Nevada City.

1864 (4 janvier) — Premières exécutions de Vigilante.

1864 (10 janvier) — Les justiciables accrochent le shérif du district de Bannack, Henry Plummer, et deux adjoints.

1864 (14 janvier) - Des justiciers accrochent cinq agents routiers présumés à Virginia City.

1864 (vers le 15 janvier) — Le tribunal populaire établi à Virginia City Alexander Davis est choisi comme juge.

1864 (1er février) – Le groupe de Vigilante passe la nuit au ranch de Slade avant de capturer et de pendre Bill Hunter, le dernier des agents routiers exécutés par Vigilantes (3 février).

1864 (8-10 mars) - Slade se gave de deux jours à Virginia City.

1864 (10 mars) - Slade pendu à Virginia City par Vigilante Posse de Nevada City.

1864 (26 mai)—création du territoire du Montana.

1864 (20 juillet) — Slade est enterré « temporairement » au cimetière de Great Salt Lake City, Utah.

1865 (22 mars) — Virginia Slade épouse Jim Kiskadden chez elle à Virginia City.

1865 (5 avril) – John R. Rockfellow remet le ranch Ravenswood dans le Montana à Virginia Slade Kiskadden pour 850 $.

1865 (8 avril) - La guerre civile se termine par la reddition de l'armée de Lee de Virginie du Nord à Appomattox.

1866 (27 octobre) — Règlement définitif de la succession de Slade. Les avocats paient 305,91 $ à Kiskadden, ignorant apparemment que sa femme l'a déjà quitté.

1868 (29 octobre)— Kiskadden divorce de Virginia Slade.

1869 (10 mai)— Achèvement du chemin de fer transcontinental à Promontory Point, Utah.

1869 (15 août)— Kiskadden épouse Asenath (Annie) Adams dans le comté de Clark, Missouri.

1870 (8 juin) — Virginia Slade épouse James Reed à Saint-Louis.

1871 (17 août) — La mère de Slade, Mary Dark Dennis, divorce d'Elias S. Dennis à Carlyle, dans l'Illinois.

1872—Roughing It de Mark Twain fixe la réputation de Slade en tant que desperado légendaire.

1873 (16 janvier) — La mère de Slade, Mary Dark Dennis, décède à Carlyle, dans l'Illinois, à l'âge de 73 ans.

1887 (21 février) - Le chef de file des vigilants James Williams, le bourreau de Slade, se suicide près de Virginia City, dans le Mont.

1890 (12 mars) - La veuve de Slade a eu des nouvelles de Chicago pour la dernière fois.

1894 (17 décembre) - Le beau-père de Slade, Elias Dennis, décède, Carlyle, Ill.

1911 (4 décembre) — Virginia, la plus jeune sœur de Slade, décède à Carlyle, dans l'Illinois.

1917 (5 avril) - Le demi-frère de Slade, Elias Dennis Jr., dernier frère survivant, décède.

1921 (22 juillet)— La veuve de Jules Beni, Adeline Beckstead, décède, Bellevue, Neb.


9 réflexions sur &ldquo Mettre l'histoire dans la fiction historique &rdquo

Continuez ce bon travail . Je ne peux pas avoir assez de lire sur le Montana historique .. J'adore lire de la fiction et de la non-fiction sur notre grand état !

Je n'aurais pas pu mieux le dire moi-même ! J'écris des histoires de western – et comme vous le savez – tous les westerns sont bien définis. Fiction historique. Mon dernier – “Escape from the Alamo.”
La recherche est beaucoup plus facile depuis l'arrivée du Web. S'améliore tout le temps.

C'est tellement vrai, Dac. Internet est une aide précieuse pour la recherche. Je n'aurais pas pu approfondir autant les scènes du commerce de l'or dans Gold Under Ice sans tous les grands livres et articles anciens que j'ai trouvés écrits par des gens de Wall Street pendant la guerre civile.

Cela étant dit, nous devons cependant faire attention à ce que nous acceptons d'Internet. J'ai trouvé des ordures totales sur certains sites Web qui font partie de l'histoire, et d'après mes propres lectures, je sais que c'est un tas de vous-savez-quoi, mais parce que c'est là, les gens l'accepteront comme étant vrai.

Bonne chance avec vos histoires!
Carole

Et Alexandre Toponce ? Il était proche de Slade et a donné un bon compte rendu des dernières heures de Slade. Avez-vous pu trouver quelque chose sur Slade de ses jours dans le Wyoming, quelque chose d'écrit par Ben ?, son patron quand il était avec les lignes de scène ? Et dommage que Virginia Dale n'ait rien laissé derrière nous à regarder. Ni Cap’n. Williams, même si j'ai eu plusieurs “conversations” avec lui…

PEUT ATTENDRE de lire ce livre. Probablement l'un des personnages les plus difficiles à écrire sur lequel j'ai jamais pensé.

Putain ! Bien que je connaisse Alexander Toponce, j'ai manqué de lire son récit. C'est le grand avantage de mettre des recherches dans un blog comme celui-ci. Une personne bien informée, comme vous, Jeremy, arrive et me rappelle ce que j'aurais dû faire.

Je t'en suis reconnaissant, Jeremy. Merci de m'avoir aidé à ne pas oublier quelque chose d'aussi important qu'un autre témoignage oculaire de ces trois jours.

Des faits précis sont toujours importants. Bien que le dumping de données ne soit pas une bonne idée, l'entrelacement de l'histoire réelle et de la fiction rend l'histoire plus convaincante. Ceux qui adhèrent à la croyance que les faits ne sont pas pertinents sont tout simplement paresseux. Écrire un historique divertissant et précis est très difficile et nécessite beaucoup de recherche. À en juger par ce post, j'imagine que le vôtre sera les deux.

J'ai utilisé la même approche de l'histoire des Vigilantes du Montana dans mes deux premiers romans, God's Thunderbolt: The Vigilantes of Montana et sa suite, Gold Under Ice. Sur la partie principale de ce site vous pouvez voir la bibliographie.

Sur cette page se trouve un lien vers la "bibliographie complète". La bibliographie est un travail en cours. Au fur et à mesure que je lis plus, j'y ajoute de temps en temps, généralement après avoir terminé un roman pour lequel j'ai lu des livres, des articles et des sources primaires qui ne sont pas déjà répertoriés.

Je suis tout à fait d'accord avec vous au sujet de l'exactitude historique et de l'imbrication de l'histoire dans l'histoire plutôt que de la jeter dans des "morceaux d'exposition", comme l'a appelé un critique. J'essaie d'éviter cela, et ce même critique a dit que j'avais réussi. Voici un lien vers son avis :

Merci d'avoir pris le temps de commenter !
Carole

Tu as une bonne idée de l'histoire que tu veux raconter, Carol. C'est un trait admirable. Je suis impatient de lire le livre.

Merci, Jean. Ayant suivi votre blog (My Gold Rush Tales) depuis un certain temps maintenant, je sais à quel point c'est un beau compliment. Vous comprenez aussi l'importance d'une histoire bien documentée dans la fiction historique !


Qui étaient les Vigilants ?

Après la fin du procès Ives le 21 décembre 1863, deux groupes d'hommes se sont organisés dans le but de mettre fin au règne de la terreur dans les comtés de Madison et de Beaverhead – et au-delà.
Un groupe, 25 hommes à Nevada City, s'est organisé en groupe pour chevaucher après Alex Carter deux nuits après la pendaison de George Ives.

L'autre groupe s'est organisé à Virginia City. Chacun a agi à l'insu de l'autre groupe – au début.

C'est la première partie de l'histoire de la façon dont ces hommes ont formé un groupe organisé qui est devenu connu dans l'histoire sous le nom de Vigilantes du Montana sera racontée en trois parties.

L'article d'aujourd'hui dit qui ils étaient, il nommera des noms et offrira des preuves pour vous permettre de résoudre une question restante : quelle a été l'importance de l'implication des maçons ? Je serais très intéressé de savoir ce que vous en pensez.

Le 9 novembre, je discuterai de l'organisation Vigilante - avec ses statuts et ses dirigeants. Si vous avez des informations sur qui a rédigé les statuts, partagez-les avec nous tous par tous les moyens.

Le 12 décembre, j'aborderai certaines des questions constitutionnelles qui ont soulevé la controverse à l'époque où les Vigilantes étaient actifs - et même maintenant.

(Quand je capitalise Vigilante ou Vigilantes, je veux dire le Comité de vigilance organisé du Montana ou des membres individuels plutôt que des groupes ou des individus non organisés qui souscrivent à l'autodéfense où l'application de la loi organisée est présente.)

La question maçonnique

Il y a un vieux dicton du Montana : "Tous les Vigilants n'étaient pas des Maçons, mais tous les Maçons étaient des Vigilants." (Encore une fois, mon V majuscule sur Vigilantes.)

Comme Wilbur F. Sanders l'a écrit dans son récit, « ... alors qu'il y avait un certain nombre de maçons dans le pays, il n'y avait pas et il n'y avait jamais eu de loge maçonnique organisée... ». (Archives de la Société historique du Montana, MC 53, p. 5).

Sanders lui-même était un maçon. Républicain et abolitionniste, il a également été l'un des deux procureurs du procès de George Ives. L'autre était Charles S. Bagg, un démocrate. Bien que les deux hommes soient restés amis toute leur vie, je n'ai pas encore découvert si Bagg était ou non un Vigilante, bien que je pense qu'il l'était probablement.

Au début, même les francs-maçons ne savaient pas qui étaient les autres francs-maçons. Puis, le 2 novembre 1862, William H. Bell mourut de causes naturelles à Bannack, dans les fouilles de Grasshopper. Alors qu'il gisait mourant, M. Bell a demandé des funérailles maçonniques. Quelqu'un a mis des pancartes sur les poteaux et les arbres demandant à tous les maçons de se rassembler et d'accéder à la requête mourante de frère Bell. Selon les rapports, environ 70 maçons ont répondu à l'appel.

En cette période de profonde division du pays, pendant la guerre civile, les maçons devinrent une force unificatrice dans la région. Être maçon franchissait les frontières religieuses : Wilbur Sanders était protestant et Solomon Content (qui a construit Content’s Corner) était juif.

Les maçons se sont également réunis sur des questions d'ordre public qui ont traversé les frontières politiques. Wilbur Sanders croyait en l'égalité des Noirs – maintenant. Pas à une date future. À une époque où l'esclavage régnait encore dans une grande partie des États-Unis et dans certains de ses territoires, c'était une idée radicale.

Un autre maçon, Paris Swayze Pfouts, était un sympathisant confédéré inflexible qui ricanait dans son autobiographie à «l'école de l'égalité des nègres». (Written in 1868, the autobiography is titled, Four Firsts for a Modest Hero, and was published in 1968.)

But the two men agreed about the necessity for law and order.

Sanders writes: “On two occasions in November 1863, I with Paris S. Pfouts, a merchant in Virginia City from St. Joseph, Missouri, having satisfied each other of our Masonic affiliations, had walked (up) Wallace Street (into) untrodden sagebrush, and consulted and planned and speculated with reference to the formation of a Vigilance Committee and the probable support and opposition it would receive.”

They worked together to bring the law and law enforcement to a chaotic area where gold, greed, and a vacuum of law led to ruffians’ rule and a tolerance for murder. Pfouts was elected president at one of the first organizational meetings, perhaps because he was absent. Sanders served as the Vigilantes’ legal counsel.

What do you think about the Masons’ involvement?

Naming Names

Here, then, are the names of some of the original Vigilantes I have verified in at least two sources. The obligation reads:

“We the undersigned uniting ourselves in a party for the laudible purpos of arresting thieves and murderers and recovering stollen propperty do pledge ourselves and our sacred honor each to all others. We solemnly swear that we will reveal no secrets, violate no laws of right and never desert each other or our standerd of justice. So help us God, as witnessed by our hand and seal this 23 of December AD 1863.”

The original Vigilante oath. Used by permission of the Montana Historical Society, SC953

  • James Williams became the Vigilance Committee’s Executive Officer. He gave the order, “Men, do your duty.” Thomas J. Dimsdale refers to him as the “Captain,” because he won an election as captain of a wagon train. 9The other candidate was Joseph A. Slade, posthumously known as “Jack” Slade.)
  • Charles Beehrer was an immigrant from Germany, and like William Palmer, a brewer. There’s a story that before he earned enough money to buy a team and wagon he would deliver kegs of beer to his customers on his shoulders.
  • Thomas Baume identified Nicholas Tbalt by the pocket knife he had loaned or given Nick.
  • William Clark, again, was Nick’s foster father. Although Senator William A. Clark denied ever after that he had been in the area during the Vigilante years, I have not yet come across another William Clark among the Vigilantes or another William A. Clark who was not a Vigilante.
  • William Palmer, saloon keeper, discovered Nicholas Tbalt’s body.

Some of these men had ridden with the original posse to confront Long John Frank at Wisconsin Creek about Nick Tbalt’s death. As Frank was distinctly unhelpful to William Palmer, they no doubt figured that was a good place to start. Hoffman Birney lists them as: “Charles Beehrer (German brewer), Elkanah “Elk” Morse, Joseph Daddow, Thomas Baume, Henry Clark, George Burtchy (Bertsche), John Wilson, Frank Angevine, Elias Story. (Elias Story was Nelson Elias Story, who later drove the first cattle herd from Texas to Montana and is credited by some as having begun Montana’s cattle industry.)

These, are some of the men who became Vigilantes. They did not boast of belonging to the group, because at first to be known as a Vigilante endangered their lives and the lives of their associates. And even at the time, despite the calm and relatively orderly society that prevailed after March 1864, many good people bitterly opposed their actions as being nothing short of murder.

The legality of their actions is if anything more controversial 152 years later.
We’ll look at this issue in a subsequent article, in January 2017.


Coffee with the Hermit

When you think of the name of Jack Slade, you probably remember him as a gunfighter and trouble maker. Not good in Montana in the late 1800s'!

Like many men of the times with bad reputations, Jack's drinking and bullying is mainly what led to his untimely end. Sometimes it pays to keep a low profile, I reckon!


Local hell-raiser Jack Slade is hanged in one of the more troubling incidents of frontier vigilantism.

Slade stood out even among the many rabble-rousers who inhabited the wild frontier-mining town of Virginia City, Montana. When he was sober, townspeople liked and respected Slade, though there were unconfirmed rumors he had once been a thief and murderer. When drunk, however, Slade had a habit of firing his guns in bars and making idle threats. Though Slade's rowdiness did not injure anyone, Virginia City leaders anxious to create a more peaceable community began to lose patience. They began giving more weight to the claims that he was a potentially dangerous man.

The year before, many of Virginia City's leading citizens had formed a semisecret "vigilance committee" to combat the depredations of a road agent named Henry Plummer. Plummer and his gang had robbed and killed in the area, confident that the meager law enforcement in the region could not stop them. Determined to reassert order, the Virginia City vigilantes began capturing and hanging the men in Plummer's gang. As a warning to other criminals, the vigilantes left a scrap of paper on the hanged corpses with the cryptic numbers "3-7-77." The meaning of the numbers is unclear, though some claim it referred to the dimensions of a grave: 3 feet wide, 7 feet long, 77 inches deep.

In the first two months of 1864, the Montana vigilantes hanged 24 men, including Plummer. Most historians agree that these hangings, while technically illegal, punished only genuinely guilty men. However, the vigilantes' decision to hang Jack Slade seems less justified. Finally fed up with his drunken rampages and wild threats, on this day in 1864 a group of vigilantes took Slade into custody and told him he would be hanged. Slade, who had committed no serious crime in Virginia City, pleaded for his life, or at least a chance to say goodbye to his beloved wife. Before Slade's wife arrived, the vigilantes hanged him.

Not long after the questionable execution of Slade, legitimate courts and prisons began to function in Virginia City. Though sporadic vigilante "justice" continued until 1867, it increasingly attracted public concern. In March 1867, miners in one Montana mining district posted a notice in the local newspaper that they would hang five vigilantes for every one man hanged by vigilantes. Thereafter, vigilante action faded away.

Sounds to me like ol' Jack should have hung out in a different location for a while. Just my opinion, but I value my neck too much to have it stretched by someone, ya know?


Kiskadden s Stone Block

Virginia City s first stone building, constructed during the summer of 1863, originally housed three stores on the ground floor and a meeting hall upstairs. Popular legend has long designated this as the meeting place of the Vigilantes, who prosecuted and hung two dozen outlaw road agents in Virginia City between 1863 and 1864. Grocer William Kiskadden, the original occupant, married the former Mrs. Jack Slade after Slade was hung by the Vigilantes. Blacksmith George Thexton remodeled the building as a livery in the early 1870s, removing one of the two original center doors to enlarge the entrance and reusing it on the hay loft above. This property contributes to the Virginia City Historic District Listed in the National Register of Historic Places by the United States Department of the Interior In cooperation with the Montana Historical Society

Erected by Montana Historical Society.

Les sujets. This historical marker is listed in these topic lists: Industry & Commerce &bull Notable Events. A significant historical year for this entry is 1863.

Emplacement. 45° 17.602′ N, 111° 56.836′ W. Marker is in Virginia City, Montana, in Madison County. Marker is on Wallace Street. This maker is located on the north side of Wallace Street between Main and Jackson Streets.

Touchez pour la carte. Marker is in this post office area: Virginia City MT 59755, United States of America. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. J.B. LaBeau, Jeweler (a few steps from this marker) Site of First Masonic Meetings (a few steps from this marker) Anaconda Hotel (a few steps from this marker) G. Goldberg Store (a few steps from this marker) Strasburger s Colorado Store (a few steps from this marker) E. L. Smith Store (within shouting distance of this marker) Kramer Building (within shouting distance of this marker) S. R. Buford & Company (within shouting distance of this marker). Touch for a list and map of all markers in Virginia City.

Also see . . . Montana vigilantes hand Jack Slade - This Day in History. (Submitted on November 13, 2011, by Barry Swackhamer of Brentwood, California.)


Jack Slade, un luptător local în infern, este spânzurat într-unul dintre cele mai tulburătoare incidente ale vigilantismului de frontieră.

Slade s-a remarcat chiar și printre numeroșii răufăcători care au locuit în orașul minier de frontieră din Virginia City, Montana. Când era sobru, orășenii îi plăceau și îl respectau pe Slade, deși existau zvonuri neconfirmate că fusese cândva hoț și criminal. Cu toate acestea, în stare de ebrietate, Slade avea obiceiul să-și tragă armele în gratii și să facă amenințări la ralanti. Deși răbdarea lui Slade nu a rănit pe nimeni, liderii orașului Virginia nerăbdători să creeze o comunitate mai liniștită au început să-și piardă răbdarea. Au început să dea mai multă greutate afirmațiilor că este un om potențial periculos.

Cu un an înainte, mulți dintre cetățenii principali ai orașului Virginia au format un „comitet de vigilență” semisecret pentru a combate depredările unui agent rutier numit Henry Plummer. Plummer și gașca lui au jefuit și au ucis în zonă, încrezători că forțele de ordine slabe din regiune nu le pot opri. Hotărâți să reafirme ordinea, vigilenții din Virginia City au început să-i prindă și să-i atârne pe bărbați în gașca lui Plummer. Ca avertizare către alți infractori, vigilenții au lăsat o bucată de hârtie pe cadavrele spânzurate cu numerele criptice „3-7-77”. Înțelesul numerelor nu este clar, deși unii susțin că se referă la dimensiunile unui mormânt: 3 metri lățime, 7 metri lungime, 77 cm adâncime.

În primele două luni din 1864, vigilanții din Montana au spânzurat 24 de bărbați, inclusiv Plummer. Majoritatea istoricilor sunt de acord că aceste spânzurari, deși ilegale din punct de vedere tehnic, au pedepsit doar bărbați cu adevărat vinovați. Cu toate acestea, decizia vigilenților de a-l atârna pe Jack Slade pare mai puțin justificată. În cele din urmă s-a săturat de ravagiile sale și de amenințările sălbatice, în această zi, în 1864, un grup de vigilenți l-au luat pe Slade în arest și i-au spus că va fi spânzurat. Slade, care nu comisese nicio crimă gravă în Virginia City, și-a pledat viața sau cel puțin o șansă de a-și lua rămas bun de la iubita soție. Înainte de a sosi soția lui Slade, vigilenții l-au spânzurat.

Nu la mult timp după executarea discutabilă a Sladei, curțile și închisorile legitime au început să funcționeze în Virginia City. Deși „justiția” de vigilență sporadică a continuat până în 1867, a atras tot mai mult îngrijorarea publică. În martie 1867, minerii dintr-un cartier minier din Montana au postat o notificare în ziarul local că vor atârna cinci vigilenți pentru fiecare om spânzurat de vigilenți. După aceea, acțiunea de vigilent a dispărut.


Vigilantes Kill Jack Slade

I don’t believe the Montana Vigiliantes can be called illegal. There was no law at all in Montana in 1863. There was a governor, but no governmental framework. There was the civil war going on back in the ‘states’ and no money from anywhere for the territories.
It is incorrect for modern writers to scribble about those times without understanding how those people lived.
Perhaps I have a better sense because my great grandfather Louis Hershfield arrived in Virginia City in 1863 with 11 wagons and sold them all for gold dust and rode those stages to Salt Lake and was held up on those stages. He knew the bad guys and he knew the vigilantes and the founders of same were life long friends.
When there is no law the bad guys start gangs and the good guys repsonse was to start a vigilance committee. You can’t call one illegal if you don’t call the bandits, killers and highwaymen illegal that caused the reaction of a vigilance group.
Because I am descended from Virginia City and later Last Chance Gulch/Helena I have read all the books written by all the players in those days. There was nothing illegal about what they did. There was no law and when you find yourself in that situation you have to make your own.
Sincerely,
William Guy Levy
Box 173
Meeker, CO 81641

Scott in Aspen

great story Mr. Levy: you might want to leave whatever oral or documented history you have on Wikipedia or elsewhere for posterity…………..or the stuff you know will be lost forever.


Voir la vidéo: Clarks Collection Layton LaceUp Sneaker