Histoire du Belize - Histoire

Histoire du Belize - Histoire

La Belgique

La civilisation maya s'est propagée dans la région du Belize entre 1500 av. de cette période. Le contact européen a commencé en 1502 lorsque Colomb a navigué le long de la côte. La première colonie européenne enregistrée a été commencée par des marins anglais naufragés en 1638. Au cours des 150 années suivantes, d'autres colonies anglaises ont été établies. Cette période a également été marquée par la piraterie, l'exploitation forestière aveugle et les attaques sporadiques des Indiens et des colonies espagnoles voisines.

La Grande-Bretagne a envoyé pour la première fois un représentant officiel dans la région à la fin du XVIIIe siècle, mais le Belize n'a été officiellement appelé colonie du Honduras britannique qu'en 1840. Il est devenu une colonie de la couronne en 1862. Par la suite, plusieurs changements constitutionnels ont été promulgués pour étendre le gouvernement représentatif. L'autonomie interne complète sous un système ministériel a été accordée en janvier 1964. Le nom officiel du territoire a été changé du Honduras britannique au Belize en juin 1973, et l'indépendance totale a été accordée le 21 septembre 1981.


Brève histoire du Belize

Les archéologues estiment qu'à leur apogée, 1 à 2 millions de Mayas vivaient à l'intérieur des frontières du Belize actuel.

De puissantes villes mayas telles que Caracol, Xunantunich et Lamanai parsemaient le paysage, avec de petites communautés agricoles cultivant la terre entre les deux.

La civilisation maya est divisée en préclassique (1000 avant JC à 300 après JC), classique (300 à 900 après J. à part et a disparu.

Personne ne sait avec certitude ce qui a causé la disparition des Mayas. C'était peut-être la guerre, la perte de la foi, la famine ou une série de catastrophes naturelles.


Histoire ancienne

Ce qui suit est une histoire du Belize se concentrant sur les événements depuis la colonisation européenne. Pour un traitement ultérieur, voir Amérique centrale Amérique latine, histoire et civilisations précolombiennes : civilisation mésoaméricaine.

Les Mayas ont vécu dans la région maintenant connue sous le nom de Belize pendant des siècles avant l'arrivée des Européens, comme en témoignent plus d'une douzaine de ruines majeures telles que La Milpa, Xunantunich, Altun Ha et Caracol. Les Espagnols ont pénétré la région aux XVIe et XVIIe siècles et ont essayé de convertir les Mayas au christianisme, mais avec peu de succès. La population maya avait commencé à décliner bien avant l'arrivée des Espagnols, et les Mayas restants vivaient dans des sociétés politiquement décentralisées. Bien que les Mayas n'aient pas eu les ressources nécessaires pour vaincre les Espagnols, ils ne pouvaient pas être battus de manière décisive.

Des boucaniers britanniques et des coupeurs de campêche se sont installés sur la côte inhospitalière au milieu du XVIIe siècle. L'Espagne considérait les Britanniques comme des intrus sur leur territoire. Par des traités signés en 1763 et 1783, l'Espagne a accordé aux sujets britanniques le privilège d'exploiter le bois de campêche et, après 1786, l'acajou plus précieux, mais seulement dans des territoires spécifiés et mal arpentés. En effet, l'Espagne a conservé la souveraineté sur la région, que la Grande-Bretagne a appelée une colonie, par opposition à une colonie formelle. Les Espagnols ont également interdit aux colons d'établir une structure gouvernementale formelle, de sorte que les Britanniques ont mené leurs affaires par le biais de réunions publiques et de magistrats élus. Cependant, les surintendants, nommés par le gouvernement britannique après 1786, établissent lentement leur autorité exécutive aux dépens de l'oligarchie des colons. En 1798, les Britanniques ont surmonté la dernière tentative de l'Espagne de les éliminer par la force, et le Belize est devenu une colonie à part le nom. Le gouvernement britannique a chargé le surintendant d'assumer l'autorité sur l'octroi de terres en 1817, et il a assumé le pouvoir de nommer des magistrats en 1832. En 1854, une constitution a officiellement créé une Assemblée législative de 18 membres, qui ont été élus par une franchise limitée, et l'année suivante, la loi sur les lois en vigueur validait les titres fonciers des colons.

Le Guatemala a contesté l'occupation britannique au motif qu'il avait hérité des intérêts espagnols dans la région et, de temps à autre, le Mexique a également revendiqué une partie du Belize. La Grande-Bretagne et le Guatemala semblaient avoir réglé leurs différends en 1859 par un traité définissant les frontières du Belize. L'article final du traité, cependant, obligeait les deux parties à établir « la communication la plus simple » entre le Guatemala et le Belize. (Le conflit entre le Guatemala et le Belize sur les frontières terrestres persisterait aux 20e et 21e siècles, le différend est devenu insoluble après 1940, lorsque le Guatemala a déclaré que le traité était nul et non avenu parce qu'une telle communication n'avait jamais été développée.)

Le Belize est devenu la colonie britannique du Honduras britannique en 1862, qui était dirigé par un gouverneur subordonné au gouverneur de la Jamaïque, et une colonie de la couronne en 1871, lorsque l'Assemblée législative a été abolie. Le Honduras britannique est resté subordonné à la Jamaïque jusqu'en 1884, date à laquelle il a acquis une administration coloniale distincte sous la direction d'un gouverneur nommé.

Les colons britanniques, qui s'appelaient eux-mêmes Baymen, ont commencé à importer des esclaves africains au début du XVIIIe siècle pour couper du bois de campêche puis de l'acajou. Bien que les conditions et l'organisation du travail dans l'extraction du bois soient différentes de celles des plantations, le système restait cruel et oppressif. Il y a eu quatre révoltes d'esclaves au Belize, et des centaines d'esclaves ont profité du terrain et de la liberté offerte au-delà des frontières pour s'échapper.

Le commerce avec les colonies espagnoles d'Amérique centrale a prospéré, même après l'indépendance de ces colonies dans les années 1820, cependant, le développement de plantations au Belize était interdit par les traités avec l'Espagne. Après l'émancipation en 1838, les anciens esclaves restèrent liés à l'exploitation forestière par un système d'avances sur salaire et de provisions d'entreprise qui induisait endettement et dépendance. Lorsque l'ancienne économie, basée sur les produits forestiers et le commerce de transit, a décliné au milieu du XIXe siècle, ces affranchis sont restés appauvris.

À partir du début du XIXe siècle, une population mixte d'Indiens Caraïbes et d'Africains exilés des colonies britanniques des Caraïbes orientales (anciennement appelées Black Caribs, maintenant appelées Garifuna) s'est installée sur la côte sud du Belize. La guerre des castes, un soulèvement indigène du Yucatán qui a commencé en 1847, a entraîné l'installation de plusieurs milliers de réfugiés hispanophones dans le nord du Belize, tandis que des communautés mayas ont été rétablies dans le nord et l'ouest. Ces immigrants ont introduit une variété de développements agricoles, y compris l'agriculture de subsistance traditionnelle et le début de la production de sucre, de banane et d'agrumes. Dans les années 1860 et 70, les propriétaires de plantations sucrières ont parrainé l'immigration de plusieurs centaines de travailleurs chinois et sud-asiatiques. À la fin du XIXe siècle, Mopán et Kekchí Maya, fuyant l'oppression au Guatemala, ont établi des communautés largement autosuffisantes dans le sud et l'ouest du Belize.

Au début du XXe siècle, le mélange ethnique de la région était établi, l'économie stagnait et le gouvernement de la colonie de la couronne empêchait toute participation démocratique. Dans les années 1930, l'économie a été touchée par la Grande Dépression mondiale et Belize City a été en grande partie détruite par un ouragan en 1931. Une série de grèves et de manifestations d'ouvriers et de chômeurs a donné naissance à un mouvement syndical et à des revendications de démocratisation. Le droit de vote pour l'Assemblée législative a été réintroduit en 1936, mais la propriété, l'alphabétisation et les qualifications de genre ont sévèrement limité le droit de vote. Lorsque le gouverneur a utilisé ses pouvoirs de réserve pour dévaluer la monnaie fin 1949, les dirigeants du syndicat et de la classe moyenne créole ont formé un Comité populaire pour exiger des changements constitutionnels. Le People’s United Party (PUP) a émergé du comité en 1950 et a dirigé le mouvement indépendantiste. Le PUP serait le parti politique dominant pour les 30 prochaines années.


Histoire du Belize - Histoire

L'histoire commence généralement lorsque les colonies ont commencé, dans les années 1600. Mais les Mayas avaient des colonies ici à Moho Caye des siècles auparavant. Et le site d'Altun Ha que les Mayas ont occupé pendant plus de 1200 ans avant leur mystérieux effondrement remonterait aux environs de 250 av. Les débuts au Belize sont vraiment à deviner, mais comme nous devons commencer quelque part, nous commençons à St. George's Caye.


Vue du fort George, dans le port du Honduras - 23 mars 1828 - Pickstock
Mais, " Frissonnez-moi les bois !" et tout ça, quoi de plus lucratif, ou de plus amusant, que d'être un pirate ?

Les boucaniers se sont basés sur l'île de St. George's Caye entre les voyages pour piller les navires marchands britanniques et espagnols qui sillonnaient les Caraïbes. Décidant d'opter pour la légitimité et la respectabilité face à l'incertitude de la boucanerie, ils ont sans doute déplacé progressivement leurs colonies et leurs esclaves jusqu'à l'embouchure de ce qui est aujourd'hui Haulover Creek. Mais, frissonnez-moi les bois et tout ça, quoi de plus lucratif, ou de plus amusant, que d'être un pirate ? Eh bien, que diriez-vous d'exploiter les forêts incroyablement riches de l'intérieur du Belize, de faire flotter les bûches le long d'une grande rivière et dans les coques en attente de navires européens assis dans les jolies Caraïbes bleues. Les tissus avaient besoin de teintures, les meubles respectables exigeaient de l'acajou et l'argent était de l'argent. Est encore.

Mais les Espagnols et les Britanniques n'étaient pas amis et ne pouvaient pas se mettre d'accord sur qui avait le plus besoin des arbres, ou à qui appartenait tout l'endroit, et ils ne demandaient pas aux Mayas. Ils se sont donc battus et se sont disputés jusqu'au 10 septembre 1798, un petit groupe d'anciens pirates, maintenant appelés Baymen, et une goélette britannique ainsi qu'un important contingent d'esclaves et de pêcheurs ont affronté et abattu une armada attaquante de 32 navires espagnols. Les Espagnols sont partis en boitant jusqu'à leurs hamacs sur l'une des cayes voisines, ont enterré leurs morts, ont bu quelques cocktails au rhum et à la noix de coco et sont rentrés chez eux en haute mer avec la mauvaise nouvelle. Les Baymen sont revenus en héros, à jamais régalés dans des livres, des films et des sites Web comme celui-ci.

Et c'est ainsi qu'a commencé le pays des libres au bord de la mer des Caraïbes. Sorte de.

Les créoles sont autant de mélanges de mélanges dont sont issus un peuple dont les ancêtres sont à la fois esclaves et propriétaires d'esclaves, oppresseurs et opprimés, blancs et noirs.

Après la bataille de St George's Caye, les boucaniers ont repris leur rythme sur le continent et la population d'esclaves africains et européens a explosé. De plus en plus de terres ont été défrichées et Belize City a commencé à prendre une forme qui n'a pas beaucoup changé au cours des années qui ont suivi.

Les descendants de ces Européens et de leurs esclaves ont créé un Belize qui a mélangé leur sang ainsi que leurs cultures. Les créoles sont autant de mélanges de mélanges dont sont issus un peuple dont les ancêtres sont à la fois esclaves et propriétaires d'esclaves, oppresseurs et opprimés, blancs et noirs. Au début du XVIIIe siècle, ils étaient sur la bonne voie pour construire le Honduras britannique, des colonies étant établies dans tout le district de Belize et au-delà. La demande accrue de feuillus tropicaux a alimenté l'expansion et a attiré de nouveaux immigrants qui ont créé de nouvelles colonies à l'intérieur des terres.


Transport de grumes jusqu'à New River

Si un seul trait pouvait caractériser les personnes qui ont élu domicile à Belize City et dans ses environs, ce serait la résilience. Un incendie majeur en 1856, dix-huit ans après l'émancipation, a détruit la majeure partie du côté nord et six ans plus tard, un autre incendie attribué à un incendie criminel a détruit la majeure partie du côté sud. Ils ont reconstruit, agrandi au fur et à mesure, installant des infrastructures qu'un autre incendie en 1918 a détruites en grande partie. Ils se sont reconstruits et agrandis à nouveau, seulement pour faire face à un ouragan dévastateur en 1931 qui a rasé la majeure partie de la ville et fait 2000 morts sur une population d'environ 16000. Puis l'ouragan Hattie est arrivé en 1961, faisant 250 morts et coûtant cinquante millions de dollars de dégâts. Contrairement à la plupart de la population, le gouvernement s'est retiré à Belmopan, l'actuelle capitale.


Pendant et après l'ouragan Hattie, le 31 octobre 1961

La dépression qui a frappé le reste du monde au début des années 30 a eu un effet inévitable sur le Belize et, combinée aux effets de l'ouragan de 31, a transformé Belize City en un marécage marécageux de routes de terre inondées et d'égouts débordants sans ressources correctives. La dysenterie, le paludisme et la fièvre jaune ont durement frappé et les Béliziens ont commencé à prendre conscience du manque flagrant de soutien de leurs dirigeants coloniaux. Des organisations politiques et des syndicats ont commencé à se former et pour la première fois l'indépendance de la Grande-Bretagne a été sérieusement envisagée.

L'indépendance est finalement arrivée en 1981 avec la promulgation d'une nouvelle constitution et l'entrée du Belize dans le Commonwealth en tant qu'État indépendant.

Le People's United Party a été formé en 1949 sous la direction de George Price, un bélizien de la classe moyenne instruite aux États-Unis. Le suffrage universel est né en 1954 et le P.U.P. a consolidé sa position en recueillant le soutien de près de 70 % de la population et en obtenant huit des neuf sièges de la nouvelle assemblée législative. Bien que des partis d'opposition se soient formés au cours des années suivantes, le P.U.P. a continué à dominer la scène politique jusqu'en 1964 lorsque la Grande-Bretagne a accordé au Belize le contrôle du gouvernement local et a nommé George Price comme premier ministre.

L'indépendance est finalement arrivée en 1981 avec la promulgation d'une nouvelle constitution et l'entrée du Belize dans le Commonwealth en tant qu'État indépendant. Un gouvernement basé sur le modèle de Westminster a été établi et a été principalement une affaire de deux partis depuis, avec l'opposition formée autour du Parti démocrate uni.


Scènes de la fête de l'indépendance le 21 septembre 1981

Le Belize indépendant a eu 21 ans en 2002, et bien que le passé ait façonné l'identité du pays et du peuple, c'est l'espoir pour l'avenir qui définit et unit les Béliziens. Le Premier ministre Said Musa exprime le sentiment ainsi :

"Mais la culture du Belize est bien plus que la somme de ses parties. C'est une culture qui embrasse la liberté et la tolérance. Elle reconnaît la suprématie de Dieu et la dignité de la personne humaine. Elle reconnaît que les hommes et les femmes et les institutions restent libres que lorsque la liberté est fondée sur le respect des valeurs morales et spirituelles et sur l'État de droit. C'est aussi une culture ouverte et fragile. Elle a besoin d'être nourrie et renforcée. Elle est en quête d'une plus grande estime de soi.


Histoire

Le Belize est surtout connu pour faire partie de la civilisation maya. Mais les Mayas n'étaient pas les premiers à vivre sur cette terre. La première preuve de vie humaine au Belize provient des ossements d'un paresseux géant (maintenant éteint), trouvés dans les années 1960. Les os portaient des marques d'outils et remontent à il y a entre 11 000 et 9 000 ans.

Vers 2500 avant JC, les premiers villages permanents du Belize ont été établis. Les gens ont commencé à s'éloigner du mode de vie des chasseurs-cueilleurs pour adopter l'agriculture. C'est à ce moment-là que les preuves montrent pour la première fois que la civilisation maya a commencé à s'installer. Une classe d'artisans, de marchands, de prêtres, de soldats et de guerriers a évolué. Au cours des mille années suivantes, les Mayas en vinrent à dominer la région. Ils ont construit de grandes villes et des temples, et plus de 900 de ces sites existent encore rien qu'au Belize.

Les principaux sites archéologiques mayas du Belize incluent Cuello, datant d'environ 1 200 av. Cahel Pech, un ancien palais, date de la même époque. Il y a aussi les villes d'Altun Ha et de Xunantunich de la période classique qui se sont déroulées d'environ 250 à 900 après JC.

Josh Gross / Flickr / Utilisation commerciale autorisée

Les Mayas étaient très avancés, développant le seul système d'écriture connu dans les Amériques précolombiennes. Ils ont également fait des progrès en mathématiques et en astrologie. Leur civilisation n'était pas tant un empire unifié, mais plutôt un réseau de cités-États. Les cités-États commercent, s'allient et se battent souvent les unes avec les autres.

Après plusieurs centaines d'années, la civilisation maya s'est effondrée vers 900 après JC. Les historiens et les scientifiques ne savent pas exactement ce qu'est cet effondrement. Certains parlent de surpopulation ou de sécheresse. Quoi qu'il en soit, les villes mayas du Belize ont été abandonnées et les projets de travaux publics ont été interrompus. Au moment où les premiers Européens sont arrivés, les gens étaient là, mais la grande civilisation qu'ils avaient construite avait disparu.

Niemund und Nichts / Flickr / Utilisation commerciale autorisée

On ne sait pas quand le premier Européen est arrivé dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Belize. Lors de son quatrième voyage, Christophe Colomb a complètement raté la côte du Belize. Il a frappé l'Amérique centrale continentale au Honduras, puis a navigué vers le sud. Le navigateur Juan Diaz de Solis faisait partie d'une expédition qui a navigué vers le nord du Panama au Yucatan en 1506/07. Il a dû entrer en contact avec le Belize, mais la région n'a pas de « aha ! » moment de débarquement et de découverte.

Hernan Cortes, le conquérant de l'empire aztèque, passa par le Belize en 1525, mais il le laissa tranquille. Laisser le Belize seul est devenu un thème avec les Espagnols. Par conséquent, le Belize est devenu un refuge pour ceux qui fuyaient les Espagnols ailleurs. On ne sait pas pourquoi les Espagnols ont ignoré le Belize. Une théorie est que les récifs coralliens au large ont rendu l'accès par mer trop difficile. Une autre est que les jungles ont rendu difficile la percée des conquistadors espagnols. Quoi qu'il en soit, il est vrai que bien que le Belize ait fait partie de l'empire espagnol, cela n'a jamais été comme les autres parties de l'Amérique centrale.

Le Belize est devenu le centre d'une petite rébellion au début du XVIIe siècle. Des descendants des Mayas qui avaient fui le Yucatan lors de la conquête se sont soulevés à Tipu, à l'ouest du Belize. Les troubles à Tipu ont continué jusqu'à ce que les Espagnols déplacent la population au Guatemala en 1707. Cela a marqué la fin de tout investissement tiède que les Espagnols avaient au Belize.

Alors que les Espagnols étaient occupés à ignorer le Belize, d'autres ne l'étaient pas. La côte du Belize, protégée par la barrière de corail, a commencé à devenir un refuge pour les pirates. Les 16e et 17e siècles ont vu s'installer des pirates britanniques, français et hollandais. Ces hommes étaient des aventuriers, travaillant au nom de leurs gouvernements pour déstabiliser les Espagnols.

Kate Haskell / Flickr / Utilisation commerciale autorisée

Une fois que les pirates ont maîtrisé les eaux dangereuses autour du récif, ils ont pu utiliser le Belize comme base. En 1655, les Britanniques ont capturé l'île de la Jamaïque aux Espagnols. Cela leur a également donné une base officielle dans les Caraïbes occidentales. Avec le Belize et la Jamaïque sous leur contrôle, les Britanniques avaient commencé à rendre la vie inconfortable pour l'Espagne. Les Espagnols avaient perdu leur monopole dans les Caraïbes.

En fin de compte, c'est le bois de campêche qui est devenu la principale raison pour laquelle les Britanniques ont prêté attention au Belize. La plante poussait dans toute la région et était un élément vital de l'industrie de la laine, où elle fournissait un certain type de teinture. Au milieu du XVIIe siècle, un pirate britannique au Belize a été le premier à découvrir que le Belize avait beaucoup de bois de campêche. Cela a changé la donne pour les Britanniques, et ils ont commencé à prendre le Belize au sérieux. Au lieu de piller les navires espagnols, les pirates sont devenus des marchands. Ils ont commencé à renvoyer leur propre bois de campêche en Europe. Un traité anti-piraterie en 1667 encouragea encore les pirates à devenir des marchands de bois de campêche. Les premiers établissements permanents ont vu le jour au Belize.

Dick Culbert / Flickr / Utilisation commerciale autorisée

En 1670, un autre traité fut signé entre l'Angleterre et l'Espagne. Celui-ci signifiait que les Espagnols reconnaîtraient que les parties du Nouveau Monde occupées par les Britanniques resteraient britanniques.

Le Belize était une zone grise, cependant. La côte caraïbe de l'Amérique centrale avait des frontières qui n'étaient pas claires. Les Britanniques régnaient sur une zone appelée Mosquito Coast, qui s'étendait du Belize au Nicaragua. Mais où cela a-t-il commencé et fini ? En fin de compte, les Britanniques sont allés là où il y avait le moins d'incursion espagnole. Cet endroit se trouvait être le Belize.

Malgré le traité de 1670, les Espagnols jugeaient toujours bon de harceler les Britanniques au Belize. Tout au long du XVIIIe siècle, les forces espagnoles attaquèrent les commerçants de bois de campêche. Mais fidèles à leurs habitudes, les Espagnols ne sont jamais restés au Belize et les Britanniques sont toujours revenus. C'était un jeu géant du chat et de la souris.

Un nouveau traité décrète que le Belize est espagnol mais que les Britanniques peuvent s'y installer et y couper du bois de campêche. Ironiquement, une fois que les Britanniques ont obtenu leurs droits sur le bois de campêche, l'acajou a commencé à devenir l'exportation la plus lucrative du Belize.

Les dernières années du XVIIIe siècle virent le territoire devenir une véritable colonie britannique. Bien que toujours gouvernés par l'Espagne, les colons britanniques ont mis en place la common law pour mettre de l'ordre dans un territoire sans loi.

Des règles et une hiérarchie ont été établies, sur le modèle des colonies britanniques ailleurs. Sans les Espagnols pour imposer un système, les colons l'ont fait eux-mêmes. La ligne officielle des Britanniques était de rester à l'écart de la mise en place d'un gouvernement formel, de ne pas contrarier les Espagnols. Mais en 1784, le gouverneur de la Jamaïque avait commencé à envoyer des gens pour superviser le Belize au nom de la Couronne.

Les Espagnols, sentant l'officialisation de la puissance britannique, firent une dernière attaque en 1796. Cela deviendra la bataille de St. George's Caye. Les Espagnols ont été battus et n'ont plus jamais essayé de reprendre ses terres. À toutes fins utiles, le Belize était maintenant une colonie britannique officielle.

L'occupation britannique a vu un autre facteur qui allait changer la démographie du Belize. Les marchands de campêche et d'acajou faisaient venir des esclaves africains pour travailler dans les plantations. Il ne fallut pas longtemps avant que ces esclaves soient plus nombreux que leurs maîtres et deviennent la majorité au Belize.

John Flannery / Flickr / Utilisation commerciale autorisée

En 1862, la région est devenue une colonie officielle de la couronne appelée Honduras britannique. Quelques années auparavant, les Britanniques avaient abandonné leurs colonies au Honduras et au Nicaragua. De nombreux colons ont déménagé au Honduras britannique à partir de ces territoires et la population a doublé.

De 1862 à 1981, le Honduras britannique faisait partie de l'Empire britannique, dirigé depuis Londres par un gouverneur nommé. L'économie principale est restée la foresterie jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, l'agriculture et la pêche sont devenues plus répandues.

Dans les années 1950, il y avait une ferveur au Honduras britannique pour l'indépendance. La colonie était le seul pays d'Amérique centrale qui n'était pas encore indépendant.

Le Royaume-Uni a commencé à donner plus d'autonomie au Honduras britannique. En 1964, il n'était responsable que de la défense, de la sécurité et des affaires étrangères. En 1973, le nom de « Honduras britannique » a été abandonné au profit de « Belize ». En 1975, les négociations pour l'indépendance ont commencé.

Pendant ce temps, le Guatemala voisin a réaffirmé ce qu'il prétendait être son droit par traité de posséder le Belize. Il n'y avait pas de frontière claire entre le Belize et le Guatemala lorsque les Britanniques et les Espagnols cherchaient à savoir qui possédait quoi. Pour les Guatémaltèques, cela signifiait que le Belize faisait toujours partie de son territoire. À ce jour, les cartes guatémaltèques décrivent le Belize comme son 23e arrondissement.

La fin des années 70 et le début des années 80 ont été une période inquiétante pour le Belize. Il travaillait à l'indépendance tout en regardant par-dessus une épaule pour voir si le Guatemala allait envahir.

Le Belize s'est plaint à plusieurs reprises aux Nations Unies que le Guatemala entravait sa quête d'indépendance. Ils ont vu le Guatemala planer comme un vautour prêt à s'installer dès le départ des Britanniques.

Heureusement pour le Belize, l'ONU a pris son parti. Ils, comme la plupart des autres pays d'Amérique centrale, sont intervenus et ont condamné le Guatemala. L'ONU a adopté une résolution exigeant l'indépendance du Belize. Il a dit au Royaume-Uni et au Guatemala de reculer. Les Britanniques obéirent et le 21 septembre 1981, le Belize devint indépendant. Reconnu par le monde entier sauf le Guatemala.

Prayitno/Flickr/Utilisation commerciale autorisée

Le premier Premier ministre d'un Belize indépendant était George Cadle Price. Militant indépendantiste, il était à la tête du gouvernement colonial qui avait d'abord ouvert des négociations avec la Grande-Bretagne. Actif dans la politique bélizienne depuis les années 1940, Price était une main de confiance pour guider le pays dans sa nouvelle ère.

Après trois ans, Price a perdu les élections de 1984 face au chef de l'opposition Manuel Esquivel. Il a ensuite siégé dans l'opposition jusqu'en 1989, date à laquelle il a repris le pouvoir pendant cinq ans avant de perdre à nouveau « 8211 » contre Esquivel.

La politique bélizienne est comme ça depuis. Deux partis échangeant leur pouvoir tous les cinq ans.

La politique bélizienne est basée sur le système parlementaire britannique. Le Belize est membre du Commonwealth britannique, ce qui signifie que la reine d'Angleterre est le chef de l'État. C'est un pays stable, malgré des tensions périodiques avec le Guatemala. Depuis l'indépendance, il s'est concentré sur l'amélioration de la vie de ses citoyens.


Histoire et cultures du Belize

Les archéologues modernes ont calculé que jusqu'à 2 millions de Mayas vivaient dans ce qui est maintenant le pays du Belize à leur apogée. De puissantes cités-États comme Caracol, Xunantunich et Lamanai ont été construites à des points stratégiques, alimentant leurs citoyens avec des fermes construites à la périphérie.

Aujourd'hui, les archéologues divisent la civilisation maya en trois périodes : la période préclassique (environ 1000 av. facteurs ont causé l'abandon des villes et le déboursement de la population.

Contact européen

Lors de son quatrième et dernier voyage dans l'hémisphère occidental, Christophe Colomb a navigué dans les Caraïbes près de la côte de l'Amérique centrale, nommant la baie du Honduras qui se trouve à l'extrémité sud de la barrière de corail du Belize.

Les premiers résidents permanents européens dans ce qui est aujourd'hui le Belize étaient des fugitifs religieux qui ont établi plusieurs postes de traite sur la côte. Ils ont rapidement été rejoints par un assortiment divers de corsaires, de boucaniers et de marins naufragés qui ont utilisé le Belize comme base d'opérations pour lancer des attaques contre des navires au trésor espagnols.

L'équipage hétéroclite de boucaniers et de marins se surnommait « Baymen » parce qu'ils étaient basés dans la baie du Honduras. Une fois que les gouvernements britannique et espagnol ont réglé leurs différends, les colons du Belize se sont concentrés sur l'exploitation des précieux peuplements de feuillus du pays.

La période coloniale

Dans les années 1840, la Grande-Bretagne a officiellement revendiqué le territoire du Belize, le nommant Honduras britannique d'après la baie que Colomb avait documentée lors de son voyage de 1504. Lorsque la Grande-Bretagne a interdit l'esclavage dans les années 1830, les Britanniques du Belize ont commencé à se marier avec d'anciens esclaves, ce qui a conduit à la création du peuple créole qui constitue aujourd'hui la majorité des habitants du Belize. Les esclaves libérés d'autres possessions britanniques dans les Caraïbes ont émigré au Belize, connu aujourd'hui sous le nom de Garifuna.

Une série de guerres au Mexique a conduit à une émigration à grande échelle vers le nord du Belize. Leurs descendants sont connus sous le nom de peuple métis. Dans le sud du Belize, le peuple indigène maya a commencé à se regrouper dans les villes des montagnes mayas. De petits groupes de soldats confédérés mécontents de la guerre de Sécession se sont installés dans la ville maintenant connue sous le nom de Punta Gorda. Les réfugiés religieux d'Europe connus sous le nom de Mennonites ont commencé à établir des fermes au Belize.

La période moderne

À l'aube du 20e siècle, le Belize comptait près de 40 000 habitants. En 1954, la Grande-Bretagne a accordé le droit de vote à tous les adultes du Belize. En 1961, la Grande-Bretagne a entamé le processus de décolonisation et a mis le Belize sur la voie de l'indépendance. En 1973, la colonie a été rebaptisée Belize.

Vacances à partir de 95$Par nuit basée sur dbl occ Commencez à planifier votre aventure


Une brève histoire du Belize

Retracez la lignée de n'importe quelle nation dans le temps, et il faut compter sur les archéologues et les anthropologues pour fournir les détails les plus anciens. Au Belize, comme dans le reste de ce qui est maintenant connu sous le nom d'Amérique centrale, la terre a d'abord abrité le peuple maya dont l'intelligence et la créativité restent étonnantes à ce jour. C'étaient des astronomes et des mathématiciens qualifiés, crédités d'avoir conçu le concept de zéro, mais le plus grand héritage est peut-être les vastes merveilles architecturales qu'ils ont laissées, dont certaines subsistent encore aujourd'hui.

Des pratiques de construction sophistiquées étaient nécessaires pour construire les palais, les terrains de balle, les appartements et les bâtiments commerciaux qui ont permis à la société de prospérer pendant les 1 000 ans où les Mayas ont habité la région. Même les pratiques agricoles étaient avancées, mais ce qui liait la société ensemble était plus que le maïs et les fruits qu'ils cultivaient, c'était une croyance inébranlable dans les esprits, les dieux et les rituels qui maintenaient la société ensemble, tout comme les pratiques religieuses unissent des segments d'aujourd'hui. population du Belize.

Le peuple maya serait-il resté une plaque tournante florissante en Amérique centrale si les conquistadors espagnols n'avaient pas touché terre en Amérique centrale au début des années 1500 ? C'est un sujet de débat parmi les spécialistes des sciences sociales, mais il n'y a pas de désaccord sur l'Espagnol qui fut le premier à faire de cette région sa maison. Le navire de Gonzalo Guerrero s'est échoué, il a été fait prisonnier par les Mayas et est resté dans ce qui est maintenant la ville de Corozal pour le reste de sa vie.

Mais Guerrero était un exemple bénin de ce qui est arrivé au peuple maya lorsque le continent a été envahi par les envahisseurs espagnols. Ils ont apporté la maladie, imposé de nouvelles pratiques religieuses étranges au peuple et institué des pratiques considérées comme « respectables » selon les normes européennes. En conséquence directe de ces changements, le peuple maya a littéralement disparu de la surface de la terre, laissant derrière lui un riche héritage d'art, d'architecture et de science rudimentaire.

Il a fallu encore 100 ans pour que la prochaine vague d'explorateurs cherchant à dominer le Nouveau Monde apparaisse en Amérique centrale. Cette fois-ci, des expéditions britanniques sont arrivées au large des côtes de l'actuel Belize, mais ces marins hétéroclites étaient composés d'aventuriers, de pirates et de boucaniers qui étaient aussi intéressés par les raids sur les navires espagnols que par la soumission des populations. Au fil du temps, ces nouveaux arrivants se sont installés, ont élevé des familles et se sont fermement implantés dans l'hémisphère après avoir déclaré que les forêts de la région étaient un terrain fertile pour un empire forestier.

Les forêts du Belize étaient verdoyantes et abondantes. Il ne manquait qu'une main-d'œuvre capable d'abattre des arbres assez vite pour approvisionner l'Angleterre. Les Britanniques avaient une réponse toute faite à l'énigme : l'importation d'esclaves d'Afrique qui serait le muscle derrière ce qui s'est avéré être une vaste et dynamique entreprise d'exploitation forestière. Cette industrie a non seulement fourni des matériaux de construction, mais les colorants fabriqués à partir de matériaux de bois de campêche sont devenus une denrée précieuse pour l'industrie anglaise du fil de laine et une source de revenus stable pour les colons.

Comme c'est le cas dans la plupart des sociétés conquises, les Britanniques sont restés, se sont mariés avec des Africains, des Créoles et des Espagnols. Les guerres semblaient incessantes dans la région et les historiens notent plus de 150 ans de conflits constants dans la région alors que la bataille pour la terre, la domination et le pouvoir faisait rage. Le fait qu'aucune colonie espagnole n'ait jamais été établie au Belize est un hommage à la ténacité des colons de concert avec les autorités britanniques qui étaient heureuses de percevoir des revenus de la coupe de bois de campêche et d'acajou.

Un tournant est-il arrivé en 1798 lorsque, dans un ultime effort, l'armada espagnole a attaqué les habitants de St. George's Caye ? Peut-être. Mais les envahisseurs se sont heurtés à une résistance si forte de la part des colons, des esclaves et des suzerains britanniques, ensemble cette force de défense éclectique a vaincu les Espagnols dans une bataille qui est toujours célébrée chaque 10 septembre.

With the logging industry remaining the center of the region’s commercial viability and Spain no longer a threat, England ultimately gained sovereignty over the area, naming the colony British Honduras and making the new nation part of the British Commonwealth.

A stealthy cessation battle was waged by British Hondurans eager to live in their own independent country. Efforts to become free roiled just beneath the nation’s surface between the years 1920 and 1964. Finally, British Honduras gained the right to be a self-governing democracy.

On June 1, 1973, final actions were taken to break British ties by renaming the country Belize, but it took until September 21st of 1981 to sever the relationship completely. That was the day the last Union Jack flag was taken down and in place, the new flag of Belize was flown at long last. The new nation has struggled to create a unique identity over the past four decades and those efforts are succeeding brilliantly.


A Short History of Belize

The history of this South American country dates back to the early Mayan Civilization which extended their culture and territory to the area of what is now known as Belize. Mayan Civilization dictated the culture, economy and politics of this area from 1500 BC to around 800 AD.

By the 16th Century, Europeans by then have penetrated and claimed much of South American territories but it seems the Spanish Conquistadors wasn’t able to carry out a full scale conquest of inland Belize as they were staved off by the Mayans, who know the terrain very well. During around 1638, Belize became a hideout for British and Scottish pirates who were more popularly known as Baymen, who preyed down on Spanish ships. The Baymen settled on Belizean coasts and, aside from piracy, turned to cutting trees. To end the piracy, the Spanish made a deal with the Baymen who granted them rights to the area as long as the raiding will cease. The Baymen also discovered the perfect dye agent as a result of their logwood cutting, and on that time, was vital for the European wool industry. In other words, the timber and the dye extract gave the early settlers of Belize a flourishing economy. In fact, because of burgeoning demand for these products, the Baymen imported slaves from Africa to meet those demands. During this time, the settlers were not officially part of the British Empire for fear of provoking Spanish ire but were indirectly under being forced to follow British laws. One of these laws is the observance of the slave abolition law.

In 1798, a Spanish fleet tried to overrun Belize but the Baymen and the black slaves banded together and decisively defeated the Spanish Armada. This battle is called the Battle of St. George Caye, a battle still commemorated and celebrated by Belizeans up to this day.

When South America was freed from Spanish rule in the 1800s, the British Empire controlled Belize by proclaiming it as British Honduras. This attracted many British investors.

In 1964, British Honduras was granted self governance. In 1973, Belize replaced British Honduras as its official name. Then in 1981, Belize finally got full independence but was challenged by Guatemala who claims that Belize was part of their territory. In 1992, Guatemala finally recognized Belize as a sovereign nation but the claim still stands as of today.


Essay On Maya Earthquake

played a key role in much of the devastation that has taken place throughout history of Belize and the Yucatan peninsula. The 'Maya Area' has long been hit with large, devastating hurricanes and tropical storms. In modern history, a hurricane in 1931 destroyed over two-thirds of the buildings in Belize City and more than 1,000 people had died in that storm. In 1955, 'Hurricane Janet' leveled the northern town of Corozal, Belize. It was only six years later when they were still recovering and rebuilding


A Brief History of Belize

The country of Belize was first inhabited by the Maya Indians who had an incredibly advanced civilization. They had their own writing called glyphs and their own calendar. The Mayas were also skilled mathematicians. They were the first culture to discover the concept of zero. They were also great architects. They built massive temples, cities, and palaces. The cities were well-planned and the temples were shaped like pyramids. Tikal, located in Guatemala, was the largest Maya city ever built and included five pyramids. The Mayas were also skilled astronomers. They studied the stars and learned to tell when the rainy season would come.

The great Mayan civilization, which had lasted 1,000 years, began to decline around the year of 900 A.D. It is unknown why the Mayan civilization ended, but there are many theories. One is that the population of the Mayas grew too great. With a lack of food and possible internal fighting, the civilization fell apart.

There followed a period of occupation by Indian tribes, then 100 years of Belize being the hideout for pirates. These pirates took advantage of the many Cayes of the coast of Belize.Then around 1650, these pirates started to log the mahogany and logwood forests of Belize. These loggers came to be known as baymen. The pirates used the labor of black slaves to log the wood and then sent it to England.

It wasn't until 1862 that "British Honduras" was recognized as part of the British Commonwealth. After WW I, when black soldiers were returning to British Honduras, the first stirring of independence came about in British Honduras. These soldiers objected to the discrimination they experienced by the British colonial bureaucracy when they came home. They protested, but they were crushed by British police. The first viable challenge to British colonial rule was the labor movement in Belize.

From 1920-1980 independence was sought and finally achieved, through the efforts of workers, labor unions and the nationalist movement. The country formerly known as British Honduras became Belize in 1981.

Early leaders of Belize included George Price and Manuel Esquivel. Most government officials favor close ties to the United States, increased foreign investment and an increase in tourism

Belize is located on the Yucatan Peninsula, south of Mexico and east of Guatemala. The total area of Belize is 22,960 square miles and the land area is 22,800 square miles. Belize is slightly larger than Massachusetts, or almost exactly the same size as El Salvador. Belize has a coastline of 208 miles, and land boundaries total 279 miles. These boundaries are bordering Guatemala for 144 miles and bordering Mexico for 135 miles.

Belize has hardly any elevation at all. Most of the terrain is dense tropical rain forest. On the coast, the terrain is mostly a swampy plain. In the southern area of the country, the Maya Mountains penetrate. The highest peak in Belize is Victoria Peak. It is 3,000 feet high. Off the coast, thousands of islands exist. Some major spots for tourism are: Ambergris Caye, The Turneffe Islands, Caye Caulker, Lighthouse Reef, and Half Moon Caye.

The climate of Belize is tropical. It is very hot and humid. The average temperature is 79 degrees. This temperature varies little throughout the year.

Belize is a country with many natural resources. A few natural resources of Belize are: arable land potential, timber, fish, sugar, (which is the main resource), bananas, citrus, cocoa, tropical hardwood, shrimp, and beef. Belize is rich in natural resources which are virtually untapped. A small manufacturing sector also exists in Belize. It produces the following: beer, cigarettes, batteries, flour, fertilizer, nails, and roofing. Because of its rich and diverse natural resources, I expect Belize to become an up-and -coming world economic player.

Belize is a relatively small country of the world. The population in 1992 was 229,00 and is expected to double its size in 22 years. There is much ethnic diversity in Belize. Black Creoles, which make up 39.7% of the population, are the largest ethnic division. Another is the Mestizos, which are Spanish-speaking people. The Mestizos make up 33.1% of the population. The next one is the Maya. There are three different types of Maya: the Yucatan in the north, Mopan in the west and south, and Ketchi in the south. These Maya groups account for ten percent of the population. There are also the Garifina or Black Caribs. They live in southern Belize and account for seven point six percent of the population. The last two groups are: East Indian, which accounts for two point one percent of the population, and other, which accounts or eight percent of the population.

A group of 3,000 Mennonite farmers, who speak a German patois, live self-sufficiently in northern Belize. The merchants of Belize are also very widespread. The merchants are of Lebanese, Chinese, and East Indian descent. Twenty-five percent of Belize's population lives abroad. Whether it is realized or not, there are many Belizeans in the United States. For example, there are Belizean communities in Los Angeles, New York, Chicago, New Orleans, Miami, and probably any other city in the United States.

The official language of Belize is English, but other languages are also spoken, such as Spanish, and Creole, which is a slang mixture of many languages. Food preferences in Belize include chicken with rice and beans, Mexican - type dishes and fresh seafood.

The religions of the Belizeans also vary greatly. The majority of Belizeans are Roman Catholic, making up sixty-two percent and Protestants next with 30%.

Belizeans make a living by the natural resources of their country. The primary business there is agriculture. Other agro-based industries and merchandising are also main employment factors. Tourism and construction are also assuming increasing importance. Agriculture accounts for 30% GNP and provides 75% of Belize's export earnings. The United States is Belize's main trading partner. Exports to the United States include sugar, clothing, seafood, molasses, citrus, wood, and wood products. Other partners in trade with Belize include the United Kingdom, Trinidad, Tobago, and Canada. Some other industries of Belize are garment production, citrus concentrates, sugar refining, rum, and beverages.

The education in Belize is quite good. The literacy rate is 91%. In Belize, there is one daily newspaper and 25 museums and sites, which include the Belize Zoo and Hol Chan National Marine Park.

Belize's government is a parliamentary democracy. The legal system is English law, and the political parties include the People's United Party, the United Democratic Party, and the Belize Popular Party. Suffrage in Belize is universal at age 18. The branches of the government include British Forces and Belize Defense Forces, which include the Army, Navy, Air Force and Volunteer Guard. The government consists of elected officials.


RELATIONSHIP TO THE WORLD

Belize is a peaceful nation. There were some minor land disputes with Guatemala which were settled in the late 1980's to early 1990's. Belize is, and has been, an exporter for many years. In the 1600's, Belize exported mahogany and logwood to England. Today, Belize still exports its many natural resources and is also developing because of investors who are pouring money into the country. Belize is becoming a world banking center. Belize is also very conscientious of its country. Belize protects the beautiful natural habitats of the country. That is being eco-conscious.


RELATIONSHIP TO THE UNITED STATES

Belize has friendly diplomatic ties with the United States. There is also a lot of trading that takes place between the two countries. The United States also creates a good portion of the tourist industry for Belize. Belize is also a major corporate banking center for the United States, and there is rapid investment there. In 1985, Coca-Cola and two Houston investors bought a 50,000 acre citrus farm for exportation to the United States. Eighty percent of private property in Belize is owned by foreigners.

1-800-346-6116 1-800-346-6116 Island Dreams Tours and Travel [email protected]

Copyright © 1995-2021, Island Dreams, Inc., dba Island Dreams Travel. All photos, text and design elements on this website are copyrighted. Tous les droits sont réservés.
Please note that all pricing, airfares, itineraries, descriptions, and trip inclusions represented on this site are subject to change without notice.


Voir la vidéo: LE WORLD TOUR #4: LE BELIZE