La Perse en 1914

La Perse en 1914

La Perse (aujourd'hui l'Iran) est un pays d'Asie du sud-ouest. Au XIXe siècle, la Russie et la Grande-Bretagne souhaitaient accroître leur influence sur la dynastie Qajar en Perse. L'Entente anglo-russe a divisé le pays en sphère d'intérêt, donnant à la Grande-Bretagne le contrôle économique du sud et à la Russie le nord. Il y avait aussi une zone neutre au centre qui comprenait Téhéran. En 1909, l'Anglo-Persian Oil Company (plus tard BP) a été fondée et cela a contribué à renforcer le contrôle de la Grande-Bretagne sur la partie sud de la Perse.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'Allemagne a tenté de retirer la Grande-Bretagne et la Russie de la Perse. Dans la Première Guerre mondiale. En 1915, la Russie a envoyé une armée dirigée par le général Baratov pour protéger leurs intérêts économiques en Perse. Baratov a progressivement forcé les soldats allemands du nord du pays.

La principale préoccupation de la Grande-Bretagne était de protéger les raffineries de pétrole anglo-persanes dans le sud de la Perse. Les Britanniques ont formé les South Persia Rifles et, à la fin de 1916, ils avaient éliminé l'influence allemande sur cette partie du pays.

Après la révolution russe de 1917, des membres de tribus pro-allemands dirigés par Kuchik Khan se sont rebellés contre les forces russes dans le nord du pays. La Grande-Bretagne a envoyé le général Dunsterville et un groupe d'élite de soldats britanniques, canadiens, australiens et néo-zélandais de Mésopotamie. Les Dunsterforce, comme ils sont devenus connus, ont rapidement pu reprendre le contrôle du pays.

Le comportement des South Persia Rifles bouleversa le gouvernement perse et ils furent expulsés au printemps 1918. L'année suivante, un accord fut signé qui garantissait la supervision britannique des approvisionnements en pétrole de la Perse.


La campagne de Serbie, 1914

La première invasion autrichienne de la Serbie a été lancée avec une infériorité numérique (une partie d'une des armées initialement destinées au front des Balkans ayant été détournée vers le front de l'Est le 18 août), et l'habile commandant serbe, Radomir Putnik, a mené l'invasion à un prématurément par ses victoires au Cer Mountain (15-20 août) et à Šabac (21-24 août). Début septembre, cependant, l'offensive subséquente de Putnik vers le nord sur la rivière Sava, dans le nord, a dû être interrompue lorsque les Autrichiens ont lancé une deuxième offensive, contre le front ouest des Serbes sur la rivière Drina. Après quelques semaines d'impasse, les Autrichiens ont lancé une troisième offensive, qui a eu un certain succès dans la bataille de Kolubara, et a forcé les Serbes à évacuer Belgrade le 30 novembre, mais le 15 décembre, une contre-attaque serbe avait repris Belgrade et contraint les Autrichiens à battre en retraite. La boue et l'épuisement empêchèrent les Serbes de transformer la retraite autrichienne en déroute, mais la victoire suffisait à permettre à la Serbie une longue période de liberté contre de nouvelles avancées autrichiennes.


Contenu

La force était une grande brigade qui se composait de : [1]

  • 1er Bataillon, Royal Irish Fusiliers
  • 1er bataillon, 42e régiment Deoli
  • 1er bataillon, 2e fusiliers Gurkha
  • 31e batterie IndianPack
  • 19e Compagnie 3e Sapeurs et Mineurs
  • Renforts envoyés de Mésopotamie :
    • 1er Bataillon, Royal Berkshire Regiment
    • 2e Bataillon, York et Lancaster Regiment
    • 2 pelotons du 1er Bataillon, 67e Punjabis étaient basés à Tabriz

    La force était commandée par le général de brigade Hugh Bateman-Champain, basé à Kasvin.


    À propos de cet article

    Une publication confidentielle compilée, en accord avec le gouvernement de l'Inde, sous la direction de la section historique du Comité de défense impériale, par le brigadier-général FJ Moberly. Le volume fait partie du Histoire officielle de la Grande Guerre série produite par le gouvernement britannique.

    Le volume commence par une préface de Moberly et est ensuite divisé en 11 (I-XI) chapitres, plus des annexes, comme suit :

    • Chapitre I : Introduction
    • Chapitre II : Août 1914 à juin 1915, les efforts de l'ennemi pour amener la Perse dans la guerre
    • Chapitre III : Juillet à novembre 1915, l'action ennemie et la faiblesse perse nécessitent l'intervention des Alliés
    • Chapitre IV : Décembre 1915 à mai 1916, Succès des opérations alliées
    • Chapitre V : mai à décembre 1916, invasion turque de la Perse occidentale et mesures britanniques dans le sud et l'est de la Perse
    • Chapitre VI : Décembre 1916 à août 1917, Effets du succès britannique en Mésopotamie
    • Chapitre VII : de septembre 1917 à avril 1918, l'échec de la Perse à maintenir sa neutralité nécessite une nouvelle intervention britannique
    • Chapitre VIII : Mai à juillet 1918, L'effet en Perse des succès allemands en France et l'émeute anti-britannique au Fars
    • Chapitre IX : Juillet à septembre 1918, Le vent tourne en faveur des Alliés
    • Chapitre X : Octobre au 11 novembre 1918, L'effet de nos victoires
    • Chapitre XI : Conclusion

    Le volume contient quatorze cartes, dont certaines sont dans une poche à l'intérieur de la couverture arrière, comme suit :

    • 1. Opérations à Bushire 1915 (folio 275)
    • 2. Portion de frontière perso-afghane (folio 276)
    • 3. Opérations à Dilbar, 13-15 août 1915 (folio 66)
    • 4. Opérations du général Dyer à Sarhad, avril-août 1916 (folio 277)
    • 5. Errances des partis allemands en Perse et en Afghanistan (folio 278)
    • 6. Affaire Dasht-i-Arjan, 25 septembre 1916 (folio 128)
    • 7. Affaire Kafta, 5 juillet 1917 (folio 144)
    • 8. Fars du Nord (folio 177)
    • 9. Action de Deh Shaikh, 25 mai 1918 (folio 182)
    • 10. Chiraz (folio 194)
    • 11. Opérations de Bushire, septembre 1918-janvier 1919 (folio 279)
    • 12. Plan de la Perse orientale L. de C. (folio 231)
    • 13. Opérations de secours à Firuzabad, octobre 1918 (folio 236)
    • 14. Perse (folio 280)

    Le volume comprend également une bibliographie (folio 14).

    Étendue et format 1 volume (279 feuillets) Arrangement

    Au début du volume se trouve une table des matières (ff 6-14), une liste de cartes (f 14) et une liste d'illustrations (f 14). Au dos du volume se trouve un index général (ff 269-73). Tous se réfèrent à la pagination originale du volume.

    Feuilletage : la séquence de feuilletage (utilisée pour le référencement) commence à la première de couverture par 1 et se termine à l'intérieur de la quatrième de couverture par 281 ces numéros sont écrits au crayon, sont encerclés, et sont situés dans le coin supérieur droit du recto Le recto d'une feuille de papier ou d'une feuille, souvent abrégée en 'r'. côté de chaque feuillet.

    Pagination : le fichier contient également une séquence de pagination originale imprimée.


    Première histoire – 1909-1924

    Le champ de naphta se trouvait à 210 kilomètres accidentés de l'embouchure du golfe Persique, où Anglo-Persian construisait un complexe de raffinerie pour transformer le flux de pétrole brut épais en un produit utilisable. Il avait fallu des mois pour que l'équipement d'exploration adéquat arrive sur le site. Maintenant, un pipeline devrait être construit à travers la route sinueuse et montagneuse.

    Des segments de tuyaux arrivaient en vrac des États-Unis et les équipages les emmenaient aussi loin qu'ils pouvaient en amont par barge. Des mules les ont traînés le reste du chemin, des ouvriers prenant le relais là où le terrain était trop escarpé pour que les animaux puissent passer. Le travail était lent et laborieux. Cela a pris deux ans.

    Pendant ce temps, les retards de construction ont miné le site de la raffinerie. À son achèvement, la raffinerie d'Abadan serait la plus grande du monde, soutenue par une main-d'œuvre diversifiée : monteurs, riveteurs, maçons et commis d'Inde, charpentiers de Chine et ouvriers semi-qualifiés des pays arabes environnants.

    Une légende à son époque

    Le contingent britannique de la société comprenait un médecin, Morris Young. Il était venu en Perse pour s'occuper de l'équipe d'exploration d'origine et s'était retrouvé à prodiguer des soins médicaux à la plupart des personnes qui vivaient à proximité du site de forage.

    D'une tente à Masjid-i-Suleiman, il a ensuite fondé un hôpital là-bas et un autre à Abadan. Ceux-ci deviendraient deux des principaux centres médicaux du sud-ouest de la Perse, aidant la région à faire face aux maladies épidémiques et aux problèmes de mauvaise qualité de l'eau. Quant au Dr Young, en Perse, il deviendrait une sorte de légende à son époque.

    De retour du bord de la faillite (encore)

    En 1914, le projet anglo-persan était au bord de la faillite pour la deuxième fois de sa courte histoire.

    L'entreprise avait beaucoup de pétrole mais personne à qui le vendre. Les voitures étaient encore trop chères pour être considérées comme un marché de masse pour le carburant, et des entreprises plus établies en Europe et dans le Nouveau Monde avaient accaparé le marché des huiles industrielles. La Standard Oil of Indiana (plus tard appelée Amoco), par exemple, était en affaires depuis plus de 25 ans. En plus de cela, le raffinage n'a pas pu éliminer la forte odeur sulfureuse de l'huile persane. Il ne pouvait pas être vendu comme kérosène pour le chauffage domestique, l'une des principales utilisations du pétrole par les consommateurs à l'époque.

    "Cette affaire persane semble se compliquer de jour en jour", s'est plaint le président de Burmah Oil, la maison mère d'Anglo-Persian.

    Entre Winston Churchill

    Entrez Winston Churchill, qui avait pris un nouveau rôle dans la politique britannique en tant que Premier Lord de l'Amirauté. Les Britanniques étaient fiers de leur marine, et les navires à propulsion pétrolière étaient la dernière innovation. Mais alors que les dirigeants anglo-persans avaient courtisé la Royal Navy pendant des années en tant que client potentiel pour son pétrole, la vieille garde de Whitehall avait hésité à approuver le rival parvenu du charbon.

    Churchill était un croyant. Il pensait que la Grande-Bretagne avait besoin d'un approvisionnement en pétrole dédié, et il a plaidé la cause au Parlement, exhortant ses collègues à « regarder sur la vaste étendue des régions pétrolières du monde ! » Seule l'Anglo-Persian Oil Company, propriété des Britanniques, a-t-il dit, pouvait protéger les intérêts britanniques.

    Dates clés

    Le prospectus d'une nouvelle société, l'Anglo-Persian Oil Company, est publié le 19 avril à Londres et à Glasgow.

    Un pipeline de 145 milles reliant une nouvelle station de pompage à Tembi aux rives de la rivière Bahmashir à Abadan est achevé en avril et la construction d'une raffinerie y est en cours.

    La première cargaison de pétrole brut quitte Abadan en avril – à destination de l'acheteur Royal Dutch-Shell.

    L'Anglo-Persian Oil Company signe un accord avec le gouvernement britannique pour fournir à la marine 40 millions de barils de pétrole au cours des 20 prochaines années en échange de 2 millions de livres sterling et d'une participation majoritaire.

    Six semaines plus tard, la Première Guerre mondiale commence.

    Anglo-Persian achète un manoir géorgien à Sunbury-on-Thames, en Angleterre, en tant que centre de recherche axé sur le raffinage du pétrole.

    La British Tanker Company, filiale créée en 1916, atteint une capacité de 150 000 tonnes sur cinq pétroliers.

    Les recherches du géologue hongrois, le professeur Hugo de Böckh, mènent à la découverte de pétrole en quantités commerciales dans quatre nouveaux sites en Perse.

    La résolution a été adoptée de manière retentissante et le gouvernement britannique est devenu un actionnaire majeur de la société. Churchill avait mis fin à la crise de liquidités anglo-persane, et personne n'eut longtemps à réfléchir tranquillement aux implications à long terme d'une entreprise mêlant ses intérêts financiers à une entité politique.

    Deux semaines plus tard, un assassin tua l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo. Six semaines plus tard, l'Allemagne attaque la France. La Grande Guerre avait commencé. À sa fin, une guerre sans pétrole serait inimaginable.

    Deux gros achats et une décennie folle

    Malgré son nom, la marque British Petroleum a été créée à l'origine par une entreprise allemande pour commercialiser ses produits en Grande-Bretagne. Pendant la guerre, le gouvernement britannique a saisi les actifs de l'entreprise, et le curateur public les a vendus à Anglo-Persian en 1917.

    Avec cela, Anglo-Persian disposait d'un réseau de distribution instantané au Royaume-Uni, comprenant 520 dépôts, 535 wagons-citernes, 1 102 véhicules routiers, quatre barges et 650 chevaux.

    La même année, alors que la guerre touchait à sa fin, la Royal Navy s'est plainte que le pétrole anglo-persan causait des problèmes de moteur dans les climats plus froids. Anglo-Persian a acheté un manoir du XVIIIe siècle à Sunbury-on-Thames, près de Londres, et a installé un laboratoire de recherche au sous-sol pour relever ces défis scientifiques.

    Au cours de la prochaine décennie, le gaz et l'électricité remplaceraient en grande partie le kérosène pour le chauffage domestique, les véhicules de livraison à essence défieraient les chemins de fer pour le fret, et l'ère de l'automobile commencerait véritablement. Ces changements sociaux ouvriraient une porte qu'Anglo-Persian franchirait habilement, élargissant ses ventes à la fois en Grande-Bretagne et en Europe continentale.


    La Perse en 1914 - Histoire

    La révolution . Le passage à tabac public de deux marchands de Téhéran accusés de surfacturer leurs clients en décembre 1905 a provoqué un tollé parmi les marchands de Téhéran. Le clergé s'est joint à la manifestation lorsque des hommes armés ont poursuivi des manifestants dans une mosquée, ce qui a provoqué un tollé encore plus grand car le caractère sacré d'une mosquée a été violé. Face à l'indignation publique, Shah Mozzafar ad-Din a dû faire la première d'une série de concessions qui, ensemble, ont transformé la Perse d'une autocratie orientale en une monarchie constitutionnelle.

    La nouvelle constitution. Une constitution calquée sur celle de la Belgique a été signée par le Shah en 1906. L'institution clé était l'Assemblée nationale (Majlis), qui s'est réunie pour la première fois en 1906. Le cabinet devait être dirigé par un Premier ministre.
    Les hommes âgés de 25 ans ou plus, s'ils sont nés dans le pays et alphabétisés en persan, ont le droit de vote. Le Majlis devait être un parlement bicaméral. L'islam a été déclaré religion officielle, toutes les lois devaient être approuvées par un comité d'ecclésiastiques chiites.

    Guerre civile . En février 1908, le nouveau Shah, Mohammad Ali Mirza, après avoir survécu à une tentative d'assassinat, révoqua la constitution et ordonna à ses troupes d'attaquer le bâtiment où se réunissaient les Majlis. Un soulèvement a commencé, centré à Tabriz (1908). Le pays était en état de guerre civile les constitutionnalistes ont été victorieux en 1909 Shah Mohammad Ali Mirza a fui le pays, en exil russe il a été déclaré destitué, la constitution rétablie (1909). Soltan Ahmad Qajar est devenu le nouveau Shah.

    L'Iran et les puissances impérialistes. Dans la convention anglo-russe de 1907, la Grande-Bretagne et la Russie divisent la Perse en trois zones, une sphère d'intérêt russe au nord comprenant la capitale Téhéran, une sphère britannique au sud-est et une zone neutre entre les deux. En 1912, Shah Soltan Ahmad Qajar a reconnu la Convention anglo-russe (NIYB 1916).
    La Grande-Bretagne et la Russie étaient opposées au gouvernement constitutionnel persan. En 1908, les ambassadeurs de Grande-Bretagne et de l'Empire russe ont averti le gouvernement constitutionnel de se soumettre au Shah.

    Khouzistan. En 1908, du pétrole a été trouvé dans le Khouzistan. La production de l'Anglo-Persian Oil Company a commencé en 1911. Le Khouzistan était administré de manière plutôt indépendante depuis 1897 par le cheikh Khaz'al, qui est devenu un protégé britannique.

    Histoire sociale . En 1910, la population de l'Iran était estimée à 9 000 000, celle de Téhéran à 280 000, celle de Tabriz à 200 000, celle d'Ispahan à 70 000.


    La suite

    Le général Allenby avec le roi d'Irak Fayçal Ier, vers 1920 © La guerre s'est terminée avec l'occupation par les Britanniques du territoire qui allait devenir l'Irak, la Palestine, la Transjordanie, la Syrie et le Liban. Avec l'Empire ottoman détruit, la Russie paralysée par l'intervention étrangère et la guerre civile, et l'influence française quelque peu limitée par leur rôle militaire mineur au Moyen-Orient, le succès militaire de la Grande-Bretagne en a fait la puissance dominante dans la région. Le règlement qui en a résulté, qui a favorisé une instabilité qui continue d'être une source de conflit aujourd'hui, a suscité beaucoup de controverses à l'époque et n'a cessé de le faire depuis lors.

    Ils pensaient que les puissances occidentales, en particulier les Britanniques, avaient agi avec arrogance.

    Utilisant des sacs d'or, la diplomatie de Lawrence d'Arabie et les promesses d'indépendance arabe, les Britanniques avaient encouragé un soulèvement arabe en 1916 contre les Turcs. Bien que les Arabes hachémites aient été récompensés par un territoire considérable, eux et d'autres nationalistes arabes pensaient qu'ils avaient été « volés » lorsque les Britanniques n'avaient pas pleinement tenu leurs promesses d'indépendance. Ils pensaient que les puissances occidentales, en particulier les Britanniques, avaient agi avec arrogance, dessinant des frontières et créant des nations sans tenir compte des souhaits des habitants locaux.

    Le sort de la Palestine, occupée par les Britanniques, a surtout provoqué la frustration et la colère des Arabes. (En 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères, Arthur Balfour, avait soutenu un foyer juif en Palestine.)

    Mais à bien des égards, la vision arabe du règlement de paix (qui est soutenue par de nombreux historiens occidentaux) est une caricature de ce qui s'est réellement passé. Dans un ouvrage révisionniste, Efraim Karsh et Inari Karsh ont avancé un argument convaincant selon lequel de nombreuses forces, à la fois locales et étrangères, étaient à l'œuvre au moment où le règlement a été conclu. Selon eux, « même au point le plus faible de leur histoire moderne, pendant la Première Guerre mondiale et son sillage immédiat, les acteurs du Moyen-Orient n'étaient pas les malheureuses victimes des puissances impériales prédatrices, mais des participants actifs à la restructuration de leur région ».

    Et si les Français et les Britanniques avaient accordé « l'autodétermination ». il est possible que le résultat ait été la balkanisation de la région.

    Ils soutiennent, par exemple, que l'Irak et la Transjordanie n'étaient pas simplement des inventions britanniques, mais devaient leur existence à un compromis entre la cupidité impériale hachémite et les efforts britanniques bien intentionnés pour répondre aux besoins locaux et apaiser les craintes et les soupçons de leurs alliés.

    Il est peut-être juste de noter que si l'Allemagne avait gagné la guerre, l'Empire ottoman aurait été étendu, soumettant de nombreux Arabes et autres nationalités à sa domination. Et si les Français et les Britanniques avaient accordé « l'autodétermination » aux habitants de cette région, il est possible que le résultat ait été la balkanisation de la région, avec des fiefs et des royaumes fragiles et souvent antagonistes. Il semble probable que, quelle que soit la manière dont cette guerre au Moyen-Orient avait été résolue, la région était vouée à l'instabilité et aux conflits dans les années à venir.


    La Perse en 1914 - Histoire

    1914 : la guerre éclate

    1871 - Suite à la défaite de la France dans la guerre franco-prussienne, l'Allemagne est unifiée en tant que fédération impériale d'États, dirigée par le roi de Prusse (Kaiser Wilhelm I). Cela ouvre une nouvelle ère de croissance démographique et d'industrialisation rapide. Les Allemands annexent également de force les provinces d'Alsace et de Lorraine à la France.

    1882 - L'Allemagne, l'Autriche-Hongrie (Empire des Habsbourg) et l'Italie forment la Triple Alliance.

    1891 - L'Empire russe et la France forment leur propre alliance en réaction à la Triple Alliance.

    1898 - L'Allemagne commence à renforcer sa marine pour défier la suprématie mondiale de longue date de la marine britannique.

    janvier 1902 - La Grande-Bretagne et le Japon forment une alliance navale.

    avril 1904 - Les Britanniques parviennent à un accord stratégique avec la France qui inclut un soutien militaire mutuel en cas de guerre.

    janvier 1905 - Les troupes du tsar russe Nicolas II tirent sur des manifestants pacifiques à Saint-Pétersbourg, tuant des centaines de personnes lors de ce qui est connu sous le nom de Bloody Sunday.

    Mai 1905 - La Russie subit une défaite militaire en mer face au Japon nouvellement industrialisé, contrecarrant les ambitions territoriales de la Russie envers la Mandchourie et la Corée.

    octobre 1905 - La poursuite des troubles politiques en Russie, y compris une grève générale, se traduit par la création d'une assemblée législative nationale (Douma) par le tsar.

    février 1906 - H.M.S. Dreadnought est lancé par la Grande-Bretagne, marquant l'avènement d'une nouvelle classe de cuirassés à gros canons. Les Allemands emboîtent le pas et commencent à construire des cuirassés similaires alors qu'une course aux armements tous azimuts s'ensuit entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

    août 1907 - Les Britanniques parviennent à un accord stratégique avec la Russie.

    octobre 1908 - L'Autriche-Hongrie, soutenue par l'Allemagne, annexe la Bosnie-Herzégovine. La Serbie voisine, avec le soutien de la Russie, exprime son objection en faveur de la minorité serbe vivant en Bosnie.

    mars 1909 - L'Allemagne force la Russie à approuver l'annexion de la Bosnie-Herzégovine par l'Autriche-Hongrie.

    1910 - L'Allemagne dépasse la Grande-Bretagne en tant que première nation manufacturière d'Europe. Les États-Unis restent le leader mondial, dépassant tous les pays manufacturiers européens réunis.

    octobre 1912 - La guerre des Balkans éclate dans le sud de l'Europe alors que la Serbie mène une attaque des membres de la Ligue des Balkans (Serbie, Bulgarie et Grèce) contre l'Empire ottoman (turc) pour chasser les Turcs d'Europe.

    Mai 1913 - La guerre des Balkans se termine avec les Turcs chassés du sud de l'Europe. Un accord de paix est alors rédigé par les grandes puissances européennes qui répartissent les anciennes régions turques du sud de l'Europe entre les nations de la Ligue des Balkans. Cependant, la paix est de courte durée car la Bulgarie, désireuse d'une plus grande part, attaque la Grèce et la Serbie voisines. La Roumanie attaque alors la Bulgarie avec les Turcs. Cette deuxième guerre des Balkans fait perdre du territoire à la Bulgarie et les Serbes s'enhardissent, laissant la région des Balkans du sud de l'Europe politiquement instable.

    28 juin 1914 - L'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d'Autriche, et son épouse, visitent Sarajevo en Bosnie. Une bombe est lancée sur leur auto mais la rate. Intrépides, ils continuent leur visite pour être abattus et tués peu de temps après par un assassin solitaire. Croyant que l'assassin était un nationaliste serbe, les Autrichiens ciblent leur colère contre la Serbie.

    23 juillet 1914 - L'Autriche-Hongrie, avec le soutien de l'Allemagne, lance un ultimatum à la Serbie. Les Serbes proposent l'arbitrage comme moyen de régler les différends, mais engagent également la mobilisation de leurs troupes.

    25 juillet 1914 - L'Autriche-Hongrie rompt ses relations diplomatiques avec la Serbie et commence à mobiliser ses troupes.

    26 juillet 1914 - La Grande-Bretagne tente d'organiser une conférence politique entre les grandes puissances européennes pour résoudre le différend entre l'Autriche-Hongrie et la Serbie. La France et l'Italie acceptent d'y participer. La Russie accepte alors, mais l'Allemagne refuse.

    28 juillet 1914 - L'Empire austro-hongrois déclare la guerre à la Serbie.

    29 juillet 1914 - La Grande-Bretagne appelle à une médiation internationale pour résoudre l'aggravation de la crise. La Russie exhorte les Allemands à la retenue, mais les Russes commencent une mobilisation partielle des troupes par mesure de précaution. Les Allemands préviennent alors la Russie de sa mobilisation et commencent à se mobiliser.

    30 juillet 1914 - Des navires de guerre autrichiens bombardent Belgrade, capitale de la Serbie.

    31 juillet 1914 - Réagissant à l'attaque autrichienne contre la Serbie, la Russie entame la pleine mobilisation de ses troupes. L'Allemagne exige qu'elle s'arrête.

    1er août 1914 - L'Allemagne déclare la guerre à la Russie. La France et la Belgique commencent une pleine mobilisation.

    3 août 1914 - L'Allemagne déclare la guerre à la France, et envahit la Belgique neutre. La Grande-Bretagne envoie alors un ultimatum, rejeté par les Allemands, pour se retirer de Belgique.

    4 août 1914 - La Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne. La déclaration lie tous les dominions de l'Empire britannique, y compris le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Inde et l'Afrique du Sud.

    4 août 1914 - Les États-Unis déclarent leur neutralité.

    4-16 août 1914 - Le siège de Liège se produit alors que les Allemands attaquent la ville forteresse belge mais rencontrent la résistance des troupes belges à l'intérieur des forts de Liège. Les douze forts entourant la ville sont ensuite bombardés pour se soumettre par des obusiers allemands et autrichiens utilisant des obus explosifs. Les troupes belges restantes se retirent ensuite vers le nord en direction d'Anvers alors que l'avance allemande vers l'ouest se poursuit.

    6 août 1914 - L'Empire austro-hongrois déclare la guerre à la Russie.

    6 août 1914 - Les troupes françaises et britanniques envahissent la colonie allemande du Togo en Afrique de l'Ouest. Vingt jours plus tard, le gouverneur allemand se rend là-bas.

    7 août 1914 - Les premières troupes britanniques débarquent en France. Les 120 000 membres hautement entraînés de l'armée britannique régulière forment le British Expeditionary Force (BEF) commandé par le maréchal John French.

    7-24 août 1914 - La volonté française de remporter une victoire rapide déclenche la première grande action franco-allemande de la guerre. L'armée française envahit l'Alsace et la Lorraine selon leur stratégie maîtresse connue sous le nom de Plan XVII. Cependant, l'offensive française se heurte à des contre-attaques allemandes efficaces à l'aide d'artillerie lourde et de mitrailleuses. Les Français subissent de lourdes pertes dont 27 000 soldats tués en une seule journée, le pire bilan en un jour de l'histoire de l'armée française. Les Français se replient alors vers Paris au milieu de 300 000 victimes au total.

    8 août 1914 - La Grande-Bretagne promulgue la loi sur la défense du royaume (DORA) accordant au gouvernement des pouvoirs sans précédent pour contrôler l'économie et la vie quotidienne.

    12 août 1914 - La Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l'Autriche-Hongrie. La Serbie est envahie par l'Autriche-Hongrie.

    17 août 1914 - La Russie envahit l'Allemagne, attaquant en Prusse orientale, forçant les Allemands en infériorité numérique à se replier. Cela marque l'avènement du Front de l'Est en Europe dans lequel la Russie s'opposera à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie.

    20 août 1914 - Les troupes allemandes occupent Bruxelles sans défense, capitale de la Belgique. Suite à cela, les principales armées allemandes continuent vers l'ouest et envahissent la France selon leur stratégie maîtresse connue sous le nom de plan Schlieffen. Il appelle à un mouvement géant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre des armées allemandes entrant en France, engloutissant Paris, puis attaquant l'arrière des armées françaises concentrées dans la région Alsace-Lorraine. Sous le commandement général de Helmuth von Moltke, chef d'état-major général allemand, les Allemands cherchent à remporter la victoire sur la France dans les six semaines, puis se concentrent sur la défaite de la Russie à l'Est avant que l'armée russe de six millions d'hommes, la plus grande du monde, puisse mobiliser pleinement.

    23 août 1914 - Le Japon déclare la guerre à l'Allemagne. Les Japonais se préparent alors à aider les Britanniques à expulser les Allemands d'Extrême-Orient. Les possessions allemandes dans le Pacifique Sud comprennent une base navale sur la côte de la Chine, une partie de la Nouvelle-Guinée, des Samoa et des îles Caroline, Marshall et Mariannes.

    Bataille de Tannenberg

    26 août 1914 - Sur le front de l'Est, les troupes allemandes en Prusse orientale sous le nouveau commandement de Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff s'opposent à la 2e armée russe. Aidés par la reconnaissance aérienne et l'interception de messages radio russes non codés, les Allemands repositionnent efficacement leurs troupes pour contrer l'avance russe initiale. Cinq jours plus tard, après avoir encerclé les Russes, la bataille se termine par une victoire allemande et la capture de 125 000 Russes. Suite à ce succès, les Allemands chassent les Russes de Prusse orientale avec de lourdes pertes. Cette victoire impressionnante élève Hindenburg et Ludendorff au rang de héros en Allemagne.

    30 août 1914 - Les possessions allemandes en Extrême-Orient sont attaquées alors que les troupes néo-zélandaises occupent les Samoa allemandes. Trois jours plus tard, les forces japonaises débarquent sur les côtes chinoises, se préparant à attaquer la base navale allemande de Tsingtao (Qingdao). Un mois plus tard, les Japonais commencent leur occupation des îles Caroline, Marshall et Marianne.

    Bataille de la Marne

    5-12 septembre 1914 - Sur le front occidental, Paris est sauvé alors que les troupes françaises et britanniques perturbent le plan Schlieffen en lançant une contre-offensive majeure contre les envahisseurs allemands à l'est de Paris. Six cents taxis de la ville aident à déplacer les troupes françaises vers le front. Aidés par des reconnaissances aériennes françaises qui révèlent qu'une brèche s'est développée au centre de toute l'avancée allemande, les Français et les Britanniques exploitent cette faiblesse et pressent leur avantage. Les Allemands commencent alors un retrait stratégique vers le nord pendant que les Alliés poursuivent. Chaque camp essaie à plusieurs reprises de déjouer l'autre et d'obtenir un avantage tactique en se déplaçant vers le nord dans ce qui est connu sous le nom de Race to the Sea.

    7 septembre 1914 - En Extrême-Orient, une escadre navale allemande, commandée par le Graf von Spee, coupe le câble de communication du Pacifique britannique.

    8 septembre 1914 - Le gouvernement français promulgue des réglementations nationales sur l'état de guerre qui incluent un contrôle total sur l'économie et la sécurité nationale, une censure stricte et la suspension des libertés civiles.

    17 septembre 1914 - Sur le front de l'Est, les forces autrichiennes se retirent régulièrement des 3e et 8e armées russes qui avancent et combattent dans le sud de la Pologne et le long de la frontière russo-autrichienne. Les Allemands envoient alors la 9e armée nouvellement formée pour arrêter les Russes. Cela marque le début d'un modèle dans lequel les Allemands aideront l'armée austro-hongroise plus faible.

    22 septembre 1914 - Le tout premier raid aérien britannique contre l'Allemagne a lieu alors que les bases Zeppelin à Cologne et Düumlsseldorf sont bombardées.

    Première bataille d'Ypres
    19 octobre-22 novembre 1914

    19 octobre 1914 - Espérant toujours remporter une victoire rapide à l'Ouest, les Allemands lancent une attaque d'envergure sur Ypres en Belgique. Malgré de lourdes pertes, les troupes britanniques, françaises et belges repoussent l'attaque et les Allemands ne percent pas. Pendant la bataille, les Allemands envoient des vagues de soldats volontaires inexpérimentés âgés de 17 à 20 ans, certains fraîchement sortis de l'école. Ils avancent épaule contre épaule en chantant des chansons patriotiques pour être systématiquement abattus dans ce que les Allemands eux-mêmes appelleront plus tard le « massacre des innocents ».

    29 octobre 1914 - L'Empire ottoman (Turquie) entre en guerre aux côtés des Allemands alors que trois navires de guerre bombardent le port russe d'Odessa. Trois jours plus tard, la Russie déclare la guerre à la Turquie. Les troupes russes et turques se préparent ensuite au combat le long de la frontière commune du Caucase russe et de l'Empire ottoman.

    Octobre-novembre 1914 - Allemands et Autrichiens lancent une offensive combinée contre les Russes sur le front de l'Est. La 9e armée allemande cible Varsovie, en Pologne, mais est combattue par six armées russes et se retire. Les Autrichiens attaquent les Russes en Galicie (une province du nord-est de l'Autriche) avec des résultats indécis. Cependant, les Russes ne parviennent pas à appuyer leur avantage à Varsovie et commencent à la place une contre-offensive divisée se déplaçant à la fois vers le sud contre les Autrichiens en Galicie et vers le nord vers l'Allemagne. La 9e armée allemande se regroupe alors et coupe les Russes à Lodz, en Pologne, arrêtant leur avance et forçant un retrait vers l'est des Russes.

    1er novembre 1914 - L'Autriche envahit la Serbie. Il s'agit de la troisième tentative de conquête des Serbes en représailles à l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand. Cette tentative échoue comme les deux précédentes, aux mains de Serbes très motivés combattant sur leur territoire. Les Autrichiens se retirent à la mi-décembre, après avoir subi plus de 220 000 pertes lors des trois invasions ratées.

    1er novembre 1914 - La marine britannique subit sa pire défaite depuis des siècles lors d'une bataille navale dans le Pacifique. Deux navires britanniques, le Monmouth et Bon espoir, sont coulés sans survivants par une escadre allemande commandée par l'amiral Graf von Spee.

    3 novembre 1914 - Le Kaiser Wilhelm nomme Erich von Falkenhayn comme nouveau chef d'état-major allemand, remplaçant Helmuth von Moltke qui est limogé en raison de l'échec du plan Schlieffen.

    5 novembre 1914 - La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l'Empire ottoman (turc).

    6 novembre 1914 - Dans le golfe Persique, une offensive britannique majeure commence alors que la 6e division indienne envahit la Mésopotamie. L'objectif est de protéger l'oléoduc de la Perse. Deux semaines plus tard, ils capturent la ville de Bassora.

    7 novembre 1914 - En Extrême-Orient, la base navale allemande de Tsingtao est prise par les Japonais, aidés d'un bataillon britannique et indien.

    La guerre des tranchées commence

    Décembre 1914 - Le front occidental en Europe se stabilise au lendemain de la première bataille d'Ypres alors que les Allemands passent sur la défensive et transfèrent des troupes à l'Est pour combattre les Russes. The 450-mile-long Western Front stretches from the Channel Coast southward through Belgium and Eastern France into Switzerland. Troops from both sides construct opposing trench fortifications and dugouts protected by barbed wire, machine-gun nests, snipers, and mortars, with an in-between area called No Man's Land. The Eastern Front also sees its share of trenches as troops dig in after the Russians hold off the Germans in Poland and the Austrians hold off the Russians at Limanowa. The 600-mile Eastern Front stretches from the Baltic Sea southward through East Prussia and Austria to the Carpathian Mountains.

    December 8, 1914 - The Battle of Falkland Islands occurs as British Navy warships destroy the German squadron of Admiral Graf von Spee in the South Atlantic off the coast of Argentina. Von Spee and two sons serving in his squadron are killed.

    December 10, 1914 - The French begin a series of attacks along the Western Front against the Germans in the Artois region of northern France and Champagne in the south. Hampered by a lack of heavy artillery and muddy winter conditions, the French fail to make any significant gains and both offensives are soon suspended.

    December 16, 1914 - Britain suffers its first civilian casualties at home in the war as the German Navy bombards the coastal towns of Whitby, Hartlepool and Scarborough, killing 40 persons and wounding hundreds.

    December 25, 1914 - A Christmas truce occurs between German and British soldiers in the trenches of northern France. All shooting stops as the soldiers exit their trenches, exchange gifts, sing carols and engage in a soccer game. This is the only Christmas truce of the war, as Allied commanders subsequently forbid fraternization with orders to shoot any violators.


    Germany's Kaiser Wilhelm II


    German Youth and Military


    Germans Cheer Declaration


    The Mighty Russian Armoui


    French Infantry in Action


    Austrians Attack Russians

    Copyright © 2009 The History Place™ All Rights Reserved

    Terms of use: Private home/school non-commercial, non-Internet re-usage only is allowed of any text, graphics, photos, audio clips, other electronic files or materials from The History Place.


    Invasions / Defeats

    Invasion de la Chine par le Japon

    This global conflict began with Japans invasion of Manchuria in 1931 which drew criticism from the League of Nations at which point Japan withdrew from the League and launched a full-scale invasion of China. This was important because of the way that they invaded, known as the "Rape of Nanjing" they waged war against civilians--bombings, rape, slaughter. This was important because of the devastating affects it had on the Chinese population and because the treatment of the Chinese by the Japanese brought them together and increased nationalist and communist ideals.

    Invasion de la Pologne par l'Allemagne

    Germany's invasion of Poland during World War II was important because it showed that the policy of appeasement was not going to work out causing Britain and France to guarantee the security of Poland. Then Germany made a treaty with the Soviet Union that said they wouldn't attack each other and a secret protocol that divided eastern Europe into German and Soviet spheres of influence (German control of western Poland and Soviet Union in eastern Poland)

    Germany Invasion of the Soviet Union

    Germany wanted to invade the Soviet Union because from their they could expel/exterminate the Jews, Slaves, and Bolsheviks and create more "living space" for resettled Germans, Hitler believed this would be easy because of their financial problems. They were able to capture the Russian heartland, put Leningrad under siege, and have troops outside of Moscow but Germany had underestimated the Russian troops. They had a lot more people than they realized, a better industrial capacity and the Russian winter was hard for the ill-prepared German troops. Although this did stall the troops in the spring the German forces regrouped and inflicted heavy loses to the Soviet forces. This was important because it brought the Soviet Unions much needed force for the Allies and allowed for German defeat at Stalingrad.


    Persia in 1914 - History


    Brief Overview of the History of Iran

    Throughout much of early history, the land known today as Iran was known as the Persian Empire. The first great dynasty in Iran was the Achaemenid which ruled from 550 to 330 BC. It was founded by Cyrus the Great. This period was followed by the conquest of Alexander the Great from Greece and the Hellenistic period. In the wake of Alexander's conquests, the Parthian dynasty ruled for nearly 500 years followed by the Sassanian dynasty until 661 AD.


    In the 7th century, the Arabs conquered Iran and introduced the people to Islam. More invasions came, first from the Turks and later from the Mongols. Starting in the early 1500s local dynasties once again took power including the Afsharid, the Zand, the Qajar, and the Pahlavi.

    In 1979 the Pahlavi dynasty was overthrown by revolution. The Shah (king) fled the country and Islamic religious leader Ayatollah Khomeini became leader of the theocratic republic. Iran's government has since been guided by Islamic principles.


    Voir la vidéo: World War I: The Seminal Tragedy - The Concert of Europe - Extra History - #1