Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

No 1 : Rapport du major McClellan, U.S. Army, commandant l'Armée du Potomac, daté du 4 août 1863

[p.94]

Sur réception de cela, je pris immédiatement le large pour Alexandrie et rapportai ce qui suit :

ALEXANDRIE, août 27, 1862-8 a. m.

Je suis arrivé ici la nuit dernière, et j'ai pris des mesures pour vérifier l'état des choses ici, et que les remèdes appropriés peuvent être appliqués. Je viens de recevoir une rumeur selon laquelle le pont ferroviaire au-dessus de Bull Run a été incendié la nuit dernière.

GÉO. B. McCLELLAN,
Majeur- Général.

Le major H. W. HALLECK, Commandant de l'armée américaine.

ALEXANDRIE, août 27, 1862-9.40 a. m.

La ville est calme, quoique pleine de soldats, qu'on dit être principalement des convalescents. Les affaires du département du quartier-maître sont signalées comme allant bien. On dit que le pont de Bull Run sera réparé demain. Le débarquement du corps de Sumner a commencé à Aquia hier après-midi. J'ai découvert qu'il pouvait atteindre la gare de Rappahannock plus tôt que d'ici.

GÉO.

Le même jour, j'ai reçu :

WASHINGTON, août 27, 1862.

Des télégrammes du général Porter au général Burnside, qui viennent d'être reçus, disent que Banks est à Fayetteville ; McDowell, Sigel et Ricketts près de Warrenton; Reno à sa droite. Porter marche sur Warrenton Junction pour renforcer Pope. Rien à dire sur Heintzelman. Porter rapporte une bataille générale imminente. Le corps de Franklin devait sortir à marches forcées, emportant trois ou quatre jours de vivres, et s'approvisionner autant que possible par chemin de fer. Peut-être préférerez-vous une autre route que celle de Centreville. Le colonel Haupt vient de télégraphier pour l'envoi de troupes. Veuillez le voir, et lui donner vos directions. Il y a eu de graves négligences dans la garde du chemin de fer, auxquelles il faut immédiatement remédier.

H. HALLECK,
Général en chef

Major-général MCCLELLAN.

[p.95]

J'ai répondu comme suit :

ALEXANDRIE, août 27, 1862-10 a. m.

Télégramme ce moment reçu. J'ai envoyé l'ordre à Franklin de se préparer à marcher immédiatement avec son corps, et de se rendre ici en personne pour m'informer de ses moyens de transport.

Kearny était hier à Rappahannock Station, Porter à Bealeton, Kelly's, Barnett's, etc. Sumner commencera à atteindre Falmouth aujourd'hui. La cavalerie du Massachusetts de Williams sera principalement à Falmouth aujourd'hui.

J'ai prêté à Burnside mon escorte personnelle (un escadron de quatrièmes réguliers) pour repérer Rappahannock.

J'ai fait venir immédiatement la division Couch. Dès que j'obtiendrai des informations, je les transmettrai, même si vous les avez peut-être déjà.

GÉO. McCLELLAN,
Major général. HALLECK, Washington DC.

J'ai également reçu les télégrammes suivants :

WASHINGTON août 27, 1862.

Demandez au général Casey de vous fournir environ 5 000 des troupes actuellement sous son commandement

Prenez toute la direction de l'envoi des troupes d'Alexandrie.

Déterminer les questions de priorité dans les transports, et les places qu'elles doivent occuper. Le quartier général de Pope est près de Warrenton Junction, mais je ne peux pas déterminer la position actuelle de ses troupes.

H.V. HALLECK,
général en chef.

Major-général McCLELLAN.

WASHINGTON, août 27, 1862.

Je ne puis obtenir aucune information satisfaisante du front, ni sur l'ennemi ni sur nos troupes. Il semble qu'il y ait eu une grande négligence et insouciance à propos de Manassas. Le corps de Franklin doit marcher dans cette direction le plus tôt possible. Un officier compétent devrait être envoyé pour prendre la direction des affaires dans ce voisinage.

H. HALLECK,
Général en chef.

Major-général MCCLELLAN.

Dès réception de ceux-ci, j'ai immédiatement envoyé le télégramme suivant aux généraux Heintzelman et Porter :

ALEXANDRIE, août 27, 1862—10.30 a. m.

Où êtes-vous et quel est l'état des choses - quelles troupes sur votre front, à droite et à gauche ? Sumner atterrit maintenant à Aquia. Où est la gauche de Pope, et qu'en est-il de l'ennemi ? L'ennemi a brûlé le pont de Bull Run la nuit dernière avec une force de cavalerie.

GÉO. McCLELLAN,
Major général.

le général de division HEINTZELMAN, Warrenton.
le général de division PORTER, Bealeton.

P. S—Si ces officiers généraux ne sont pas aux endroits indiqués, l'opérateur le plus proche fera suivre le message.

J'ai aussi télégraphié au général en chef ce qui suit :

ALEXANDRIE, août 27, 1862—10,50 a. m.

J'ai envoyé toutes les informations que je possède à Burnside, lui ordonnant de bien surveiller son flanc droit entre le Rappahannock et le Potomac, et de n'envoyer aucun train à Porter sans escorte. Je crains que la cavalerie qui s'est précipitée à Bull Run hier soir ne dérange un peu Burnside. J'ai envoyé communiquer avec Porter et Heintzelman via Falmouth, et j'espère vous donner des informations précises dans quelques heures. Je vais débarquer la prochaine cavalerie que j'aurai ici, et l'envoyer pour maintenir ouverte la communication entre Pope et Porter, également pour surveiller les environs de Manassas. Veuillez m'envoyer un certain nombre d'exemplaires des meilleures cartes du champ actuel des opérations. Je peux en utiliser cinquante à bon escient.

GÉO.

le général de division HALLECK, commandant U.

[p.96]

ALEXANDRIE, août 27, 1862—11.20 a. m.

Au vu de la dépêche de Burnside, qui vient d'être reçue, ne conviendrait-il pas d'envoyer ici la masse du corps de Sumner pour se déplacer avec Franklin vers Centerville ou ses environs ? Si une bataille décisive est livrée à Warrenton, un désastre laisserait toutes les troupes sur Lower Rappahannock dans une position dangereuse. Ils feraient un meilleur service devant Washington.

GÉO.

le général de division HALLECK, Washington, D.

ALEXANDRIE, 27 août 1862-12.05 p. m.

Mon aide de camp vient de rentrer du camp du général Franklin ; rapporte que les généraux Franklin, Smith et Slocum sont tous à Washington. Il donna l'ordre au rang suivant de mettre le corps en état de se mouvoir sur-le-champ. J'apprends que des tirs nourris ont été entendus ce matin à Centreville, et j'ai envoyé chercher la vérité. Je ne trouve pas de cavalerie à envoyer sur les routes. Les ouvrages sont-ils en garnison et prêts à être défendus ?

GÉO.

le général de division HALLECK, Washington.

ALEXANDRIE, août 27, 1862—12.20 p. m.

« Quels ponts existent sur Bull Run ? Des mesures ont-elles été prises pour construire des ponts pour l'avancée des troupes afin de renforcer le pape ou pour lui permettre de se retirer en cas de problème ?

Il devrait y avoir deux canonnières à Aquia Creek à la fois. Dois-je pousser le reste du corps de Sumner ici, ou Pope est-il assez fort pour être raisonnablement certain du succès ? J'ai envoyé inspecter les ouvrages d'ici et leurs garnisons.

Dès que je pourrai trouver le général Casey ou quelque autre commandant, je m'occuperai du chemin de fer, etc. Ce serait bien de les faire rapporter à mc, car je ne sais pas où ils sont. J'essaie de les retrouver et je ne perdrai pas de temps à exécuter vos ordres. J'aimerais voir Barnard.

GÉO. HALLECK, Washington.

ALEXANDRIE, août 27, 1862-1.15 p. m.

L'artillerie de Franklin n'a pas de chevaux à l'exception de quatre canons sans caissons. Je ne peux ramasser aucune cavalerie. Compte tenu de ces faits, ne serait-il pas bon de pousser ici le corps de Sumner par eau aussi rapidement que possible, pour prendre des dispositions immédiates pour mettre les ouvrages devant Washington dans un état de défense efficace ? Je n'ai aucun moyen de connaître la force de l'ennemi entre Pope et nous.

Franklin, sans son artillerie ou sa cavalerie, peut-il faire quelque chose d'utile à l'avant ?

Burnside ne devrait-il pas immédiatement prendre des mesures pour évacuer Falmouth et Aquia, tout en couvrant la retraite de toutes les troupes de Pope qui pourraient toutes reculer dans cette direction ?

Je ne vois pas que nous ayons assez de force en main pour nouer un lien avec Pope, dont nous ne connaissons pas la position exacte. Sommes-nous en sécurité en direction de la vallée ?

GÉO.

Général de division HALLECK, Washington.

ALEXANDRIE, août 27, 1862-1,35 p. m.

J'apprends que la brigade Taylor, envoyée ce matin à Bull Run Bridge, est soit coupée en morceaux, soit capturée ; que la force contre eux avait de nombreux canons et environ 5 000 fantassins, recevant des renforts chaque minute ; aussi que Gainesville est en possession de l'ennemi. Veuillez envoyer de la cavalerie vers Dranesville, via le Pont des Chaînes, pour surveiller Lewinsville et Dranesville, et aller aussi loin que possible. Si vous me donnez ne serait-ce qu'un escadron de bonne cavalerie ici, je vérifierai l'état de l'affaire. Je pense que notre politique maintenant est de rendre ces ouvrages parfaitement sûrs, et de mobiliser quelques corps dès que possible, mais pas de les faire avancer jusqu'à ce qu'ils puissent avoir leur artillerie et leur cavalerie. J'ai fait venir le colonel Tyler pour mettre ses artilleurs en chantier.

Le fort Marcy est-il sécurisé ?

GÉO.

Général HALLECK.

ALEXANDRIE, août 27, 1862-2.30 p. m.

Sumner a reçu l'ordre d'envoyer ici tous ses corps qui sont à sa portée. Des ordres ont été envoyés à Couch pour venir ici de Yorktown avec le moins de retard possible.

[p.97]

Mais un escadron de ma cavalerie est arrivé ; qui sera débarqué aussitôt et envoyé au front.

S'il y a de la cavalerie à Washington, il faut lui ordonner de me rapporter immédiatement.

Je pense toujours qu'il faut d'abord assurer la défense immédiate de Washington des deux côtés du Potomac.

Je ne suis pas responsable du passé, et ne peux l'être pour l'avenir, à moins que je ne reçoive l'autorisation de disposer des troupes disponibles selon mon jugement. Veuillez m'informer immédiatement de ma position. Je ne souhaite pas agir dans le noir.

GÉO. McCLELLAN,
Major général

le major HALLECK,
Commandant U.

ALEXANDRIE, août 27, 1862—6 p. m.

Je viens de recevoir la copie d'une dépêche du général Pope à votre intention, en date du 10 heures. m. ce matin, dans lequel il dit : « Toutes les forces maintenant envoyées en avant devraient être envoyées à ma droite à Gainesville. » J'ai maintenant à ma disposition ici environ 10 000 hommes du corps de Franklin. environ 2 800 membres de la brigade du général Tyler et la première artillerie du Connecticut du colonel Tyler, que je recommande de tenir en main pour la défense de Washington. Si vous voulez que je commande une partie quelconque de cette force au front, elle est prête à marcher à tout moment vers n'importe quel point que vous indiquerez. Compte tenu de l'état actuel des choses sur notre front, j'ai jugé préférable d'ordonner au général Casey de tenir ses hommes pour Yorktown prêts à se déplacer, mais de ne les envoyer qu'à d'autres ordres.

GÉO.

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.94-97

page Web Rickard, J (20 juin 2006)


Voir la vidéo: Actes Chapitre 3 - Version Louis Segond révisée - Colombe - 1978