Dans quelle mesure l'idée que nous avions atteint « la fin de l'histoire » en Amérique dans les années 90 était-elle omniprésente ?

Dans quelle mesure l'idée que nous avions atteint « la fin de l'histoire » en Amérique dans les années 90 était-elle omniprésente ?

Désolé si c'est mal défini.

J'ai entendu dire que dans les années 90, il y avait une idée omniprésente dans la société américaine qui était à l'aube d'une utopie libérale, dans laquelle il n'y aurait pas de guerre entre les nations parce qu'elles seraient toutes empêtrées dans un réseau massif de commerce mondial et que le développement technologique rendrait la vie de mieux en mieux, sans fin. Cela a apparemment été illustré par le livre de Francis Fukayama "La fin de l'histoire et le dernier homme".

  1. Y a-t-il eu des études qui quantifient combien et combien de personnes croyaient à « la fin de l'histoire ? Dans quelle mesure a-t-il varié selon la démographie ? Existe-t-il des études contemporaines similaires auxquelles nous pouvons comparer les autres études ?
  2. Combien les gens croyaient-ils à la fin de l'histoire ? Si vous ne pouvez pas donner une réponse basée sur des données, je suis également intéressé par des anecdotes personnelles.
  3. Même si très peu de gens croyaient à la fin de l'histoire, combien les médias croyaient-ils à une « fin de l'histoire ? Cela semble encore une fois difficile à quantifier et probablement fortement variable. Si vous pouvez donner une anecdote personnelle pour celui-ci, cela suffirait.

Merci!


En Europe, ce n'était pas le cas.

Il a été considéré comme une fenêtre d'opportunité (un « Nouvel Âge »), sans les contraintes de la Guerre froide (« Vieille Âge »), pour résoudre les problèmes qui tourmentaient l'Europe depuis la chute de l'Empire romain.

Cependant, il est vite devenu évident que bon nombre de ces problèmes, qui étaient restés en sommeil pendant la « vieillesse », existaient toujours.

Le nationalisme (guerres yougoslaves), la cupidité (Bank run) et le populisme n'ont causé que quelques-uns des problèmes.

Actuellement, nous sommes au stade de l'Europe au 14ème siècle (Peste noire) après quoi les problèmes auto-provoqués ont continué.

Bref, l'histoire ne fait que se répéter.

Seul le temps nous le dira, si nous y faisons face mieux que la dernière fois.