Année Trois Jour 70 Administration Obama 30 mars 2011 - Histoire

Année Trois Jour 70 Administration Obama 30 mars 2011 - Histoire

10H00 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT reçoivent le Bureau ovale du briefing quotidien présidentiel

11h20 LE PRÉSIDENT prononce un discours sur son plan pour la sécurité énergétique des États-Unis Université de Georgetown

12h30 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT se rencontrent pour le déjeuner Salle à manger privée

16h25 LE PRÉSIDENT rencontre les conseillers principaux Bureau ovale


  • Avortement et contraception 1
  • Droits des personnes handicapées 2
  • Politique environnementale et fiche 3
  • Amérindiens 4
  • Questions raciales 5
  • Problèmes LGBT 6
    • LGBT dans l'armée 6.1
    • LGBT et crimes haineux 6.2
    • Lois LGBT et anti-discrimination 6.3
    • Adoption LGBT 6.4
    • LGBT et religion 6.5
    • Nommés ouvertement LGBT 6.6
    • Mariage homosexuel 6.7
    • USA PATRIOT Act 11.1
    • Écoutes téléphoniques sans mandat 11.2

    Dans sa réponse écrite à un sondage de 1998, Obama a déclaré que sa position sur l'avortement était conforme à la plate-forme démocrate : « Les avortements devraient être légalement disponibles conformément aux Roe contre Wade." [2] Sa candidature présidentielle a été approuvée par plusieurs groupes qui préconisent l'avortement légal, y compris NARAL Pro-Choice America [3] et Planned Parenthood. [4] En août 2008, à Lake Forest, en Californie, Obama a répondu à la question quant au moment où la vie commence, « Que vous l'envisagiez d'un point de vue théologique ou scientifique, répondre à cette question avec spécificité est au-dessus de mon niveau de rémunération. » [5]

    Dans la législature de l'État de l'Illinois, Obama s'est opposé à l'Induced Infant Liability Act [6] et a voté à plusieurs reprises contre les exigences et les restrictions visant à arrêter ce que les opposants appellent les avortements « nés vivants ». [7] [8] Obama a dit que son opposition était à cause d'un langage technique qui, selon lui, aurait pu "interférer avec le droit de choisir d'une femme" et a déclaré que la loi de l'Illinois exigeait déjà des soins médicaux dans de telles situations. [8] [9]

    Obama a voté contre un projet de loi qui aurait fait un crime fédéral pour toute personne autre qu'un parent d'accompagner un mineur à travers les frontières de l'État pour obtenir un avortement. [dix]

    Obama a exprimé son mécontentement à l'égard de la décision de la Cour suprême qui a confirmé l'interdiction des avortements « par naissance partielle », affirmant que l'interdiction ne tenait pas suffisamment compte de la santé de la mère. [11] [12] Obama a cependant exprimé son soutien aux interdictions de certains avortements tardifs, à condition qu'ils incluent des exemptions pour la santé mentale et physique de la mère. [13]

    Lors du troisième débat de la campagne présidentielle de 2008, Obama a détaillé sa position sur l'avortement :

    Obama a voté pour une initiative d'éducation de 100 millions de dollars pour réduire les grossesses chez les adolescentes et fournir des contraceptifs aux jeunes. [12]


    Anniversaire de Lincoln

    Factoïde : Lincoln a été invité par son propre parti à se retirer et à ne pas se présenter à la réélection en 1864.

    “Merci pour le post rafraîchissant, allant quelque peu à contre-courant de la plupart des têtes d'éclat dans les médias (prenez ça! Fox et MSNBC et tout le reste). Il est maintenant temps pour la coupe centrale de l'Amérique d'intensifier et d'éviter toutes les franges. Nous ne devrions être partisans que de toute l'Amérique, tout comme notre président.”

    Plus de mon babillage : L'État d'Israël, l'US Air Force, la bombe à hydrogène et moi-même avons tous à peu près le même âge. Au cours de ces 60 années impaires, nous avons tous vu peut-être une douzaine de moments qui, rétrospectivement, auraient pu prendre une autre direction et auraient littéralement pu changer la structure de l'univers. Une nouvelle chemise, ou des liasses de fils emmêlés et fumants dérivant à travers le cosmos en attendant qu'un autre ensemble d'hydrocarbures complexes prenne position. Nous sommes à l'un de ces moments.

    Quand j'avais 12 ans, j'ai entendu l'appel « Ne demandez pas » et cela m'a plongé dans un état de conscience qui a été à la fois une bénédiction et une source de douleur intense. Mais l'essentiel est que chacun de nous peut, à un certain niveau, ou avec un certain degré de succès, changer absolument la façon dont les électrons tournent autour du centre.

    Faites une différence? Absolument. L'un plus important qu'un autre ? Parfois, brièvement. Avoir un effet si vous dites “Non, merci.”? Impossible. Cela ne veut pas dire que « Dites simplement non » n'est pas souvent la bonne réponse et peut en soi changer la donne. Mais sortir du ring parce qu'il pourrait y avoir un problème, ou parce que les choses pourraient ne pas se dérouler parfaitement, m'est impensable. Ce n'est pas le moment d'abandonner.

    Je crois que Frodon avait raison ne pastuer Gollum quand il en avait l'occasion, car on ne sait jamais quand même la créature la plus vile peut, pour toutes les mauvaises raisons, provoquer la bonne chose. Si tout cela semble être du babillage psycho-littéraire-élitiste, alors vous ne lisez tout simplement pas assez d'histoire. Réponse finale. Enfermé dans. “Si pas maintenant, quand ? Si ce n'est pas nous, qui ?”


    Fraude massive découverte au ministère de la Justice : Obama panique.

    Si vous pensez que l'attaque orchestrée d'hier contre Jeff Sessions a fait suite à une découverte accidentelle de "faits" après avoir examiné son témoignage au Sénat, alors j'ai un pont que vous pourriez être intéressé à acheter.

    Un jour plus tôt, le comité judiciaire de la Chambre avait annoncé que l'administration Obama avait utilisé un stratagème élaboré pour acheminer des milliards de dollars vers des organisations militantes par l'intermédiaire du ministère de la Justice.

    Les conclusions des enquêteurs révèlent un système de caisse noire dans lequel de l'argent a été distribué à un labyrinthe d'organisations à but non lucratif impliquées dans l'activisme populaire.

    Vous attendiez quelque chose de différent d'un organisateur communautaire? Allons y. C'était de l'organisation communautaire sous stéroïdes. À ce jour, plus de trois milliards de dollars ont été découverts qui avaient été redirigés vers des organisations militantes par le biais d'un arrangement qui jusqu'à présent était entouré de secret.

    Rappelez-vous comment l'administration Obama s'est agressivement attaquée aux grandes banques pour des pratiques discriminatoires et des politiques hypothécaires « abusives » ? Je parie que vous pensiez qu'il agissait en sauveur du peuple. Il ne l'était pas.

    La procureure générale corrompue d'Obama, Loretta Lynch, avait reçu le pouvoir de canaliser les règlements des banques vers des entités tierces non victimes choisies par Obama. Cela n'incluait pas les Boy Scouts of America, mais un certain nombre de groupes de justice sociale anti-américains qui ont ensuite déclenché des émeutes et détruit des biens. Cela comprenait peut-être le financement des groupes qui ont déclenché des émeutes et brûlé Ferguson dans l'État d'origine de la sénatrice Claire McCaskill.

    Si vous n'êtes pas indigné par cette révélation, alors il n'y a aucun espoir pour vous.

    Ted Frank, directeur du Competitive Enterprise Institute Center for Class Action Fairness l'a expliqué de cette façon, « En utilisant le pouvoir d'exécution pour poursuivre les entreprises défenderesses, les bureaucrates du MJ prennent des milliards aux contribuables pour financer leurs projets favoris dépassant les préférences du Congrès. »

    Se réveiller! Obama a chargé vos enfants d'une dette supplémentaire de 10 000 milliards de dollars parce qu'il a dirigé le gouvernement comme une entreprise criminelle pendant huit ans.

    Et, maintenant, il s'attend à continuer à voler les contribuables américains pour financer le contre-gouvernement qu'il a mis en place à seulement trois kilomètres de la Maison Blanche.

    Cela devrait être l'actualité majeure de la semaine, mais les médias grand public abandonneront à nouveau toute prétention à l'objectivité et dirigeront plutôt notre attention sur la réunion de Jeff Sessions avec un ambassadeur russe.

    Bientôt des enquêteurs sous la direction de Sessions au D.O.J. va lâcher le marteau sur la plus grande opération RICO jamais conçue - pratiquement l'ensemble du gouvernement des États-Unis. Ce sera plus que génial de voir ces corrompus menteurs et bidons être traduits en justice par l'homme le plus doux qui marche parmi eux.

    Les patriotes auront le dernier mot mais il faudra attendre que les inculpations soient prononcées. En attendant, attendez-vous à ce que les assassinats de caractère se poursuivent contre les conseillers les plus proches du président Trump. C'est tout ce qu'il reste à ces habitants des marais.

    Le secrétaire d'État Mike Pompeo confirme que John Kerry a violé la loi Logan

    Elder Patriot – Le secrétaire d'État Mike Pompeo est apparu sur Fox and Friends ce matin où il a été interrogé sur les implications juridiques des relations diplomatiques non autorisées de John Kerry avec et au nom de l'Iran

    L'ancien procureur fédéral John Ratcliffe fait l'éloge de la gestion de l'enquête par A.G. Barr qui a des co-conspirateurs de Spygate qui se pointent du doigt

    Ancien patriote | Le représentant John Ratcliffe (R-TX) a rejoint Maria Bartiromo pour discuter des progrès de l'enquête du procureur général William Barr à ce jour. Bartiromo est l'un des rares journalistes honnêtes à reconnaître les anomalies évidentes dans le

    Les démocrates sont maintenant en révolte ouverte – L'ex-secrétaire d'État enfreint la loi pour saper la politique étrangère de Trump avec Israël

    Elder Patriot – Juste au moment où vous pensez que les Dems ne peuvent pas descendre plus bas, ils parviennent à nous surprendre à nouveau. John Kerry, qui a jadis souillé de manière honteuse et mensongère le service de G.I. américain au Viet Nam pendant le congrès

    Après avoir écouté cette vidéo, vous vous demanderez s'il existe une différence entre les médias chinois et les nôtres

    En 2016, les Américains frustrés et en colère ont voté pour Donald Trump. Ils ont réalisé que quelque chose n'allait pas… très mal… … collectivement, nous avons réalisé que les ingénieurs narratifs d'une écrasante majorité des organes de presse avaient été

    L'activiste d'Antifa Michael Reinoehl, assassin reconnu d'un partisan de Trump, tué lors d'un échange de coups de feu avec les forces de l'ordre… Premières photos et vidéo

    Michael Reinhoehl, le militant Antifa qui a admis avoir tué par balle le partisan de Trump, Aaron "Jay" Danielson, a été abattu par des membres d'un groupe de travail chargé de l'application des lois qui a été envoyé pour l'arrêter, hier soir. Les

    La Cour d'appel fédérale porte un coup dévastateur sur le planning familial et détermine l'absence de droit à un financement public

    Ancien Patriote| Schadenfreude ! Là où les juges libéraux ont autrefois transformé les tribunaux en terrain de jeu législatif de la gauche radicale, ces tables peuvent maintenant tourner. Par un vote de 11-6, la 6e Cour d'appel de circuit a duré

    Gingrich salue le leadership brillant de Trump sur DACA

    Elder Patriot - La fin mesurée de la DACA par le président Trump plus tôt dans la journée a brillamment mis en échec ses adversaires de RINO en leur confiant directement la responsabilité de sa poursuite là où la Constitution l'exige. Comme respecté

    Hein? Les États-Unis connaissent une croissance massive de l'emploi, des salaires et du PIB en 2018, mais DOW perd 9,6%

    Elder Patriot – Au cours des 12 derniers mois, deux indicateurs économiques ont émergé qui exposent la dépendance de l'administration Obama à l'égard du Dow Jones Industrial Average (DJIA) comme mesure définitive du bien-être financier des États-Unis.

    Le Sénat accuse Obama de financer la déstabilisation des démocraties étrangères

    AÎNÉ PATRIOT – Six sénateurs – Mike Lee, Thom Tillis, Ted Cruz, James Imhofe, David Perdue et Bill Cassidy – ont envoyé une lettre au secrétaire d'État Rex Tillerson lui demandant de se rendre à

    New York Post : « Jeffrey Epstein mort dans un suicide apparent »

    (New York Post) Le pédophile condamné Jeffrey Epstein est décédé dans la nuit dans un suicide apparent, ont déclaré samedi des sources policières au Post. […] Il y a deux semaines, Epstein, 66 ans, a été placé sous surveillance suicidaire après avoir été retrouvé

    La note d'approbation de Trump monte en flèche… la plus élevée depuis que Pelosi a lancé la destitution de canular

    L'indignation qui a accompagné les émeutes, les dégâts matériels, les pillages, les incendies criminels, les agressions physiques et même les meurtres a apparemment suivi son cours. Alors que les gens reviennent sur les quatre derniers mois depuis la mort de George Floyd et

    Mais ce ne sont pas des tyrans : les démocrates demandent l'emprisonnement des responsables de Trump qui ignorent les assignations à comparaître du Congrès

    E. Patriot – Opinion – David Cicilline (D-RI), membre du comité judiciaire de la Chambre, est apparu avec Chris Matthews sur Hardball de MSNBC jeudi dernier. La représentante Cicilline a suggéré que si des responsables de l'administration Trump le faisaient

    Bagman d'Hillary renverse les haricots sur ses perversions sexuelles et comment elle l'a payé pour la faire taire et les victimes de Bill.

    Ancien PATRIOT Il y a des années, Cathy O'Brien a décrit l'époque où Hillary Clinton l'a agressée sexuellement. Obrien, semblait être très crédible dans une interview enregistrée où elle décrivait comment elle avait été une

    VOICI CE QUI SE PASSERA SI L'ETAT PROFOND RETROUVE LE PRESIDENT TRUMP & Ce n'est PAS JOLIE… POUR EUX

    VOICI CE QUI SE PASSERA SI L'ETAT PROFOND RETROUVE LE PRESIDENT TRUMP & C'EST PAS JOLIE… POUR EUX

    "L'arbre de la liberté doit être rafraîchi avec le sang des patriotes et des tyrans." - Thomas Jefferson

    AÎNÉ PATRIOT - Les politiciens corrompus ignorent la directive de Jefferson à leur propre détriment. Ce n'est plus politique, c'est personnel.

    Les Américains ont eu les yeux ouverts par l'ascension de Donald Trump et aucune somme d'argent de gauche ne peut remettre le génie du Freedom Movement dans la bouteille.

    Le sénateur conservateur Ted Cruz a fait cette observation après avoir examiné les résultats des élections de 2016 et les attentes des électeurs.

    Cruz, qui a eu le conflit de personnalité le plus médiatisé avec Donald Trump lors du processus primaire républicain, a néanmoins adopté le programme America First de Trump et a déclaré: «Si on nous donne la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès et que nous ne livrons pas, je pense il y aura des fourches et des torches dans les rues. Et je pense à juste titre.

    Le candidat Trump a promis beaucoup de choses – contrôle des frontières, baisse des impôts, relations commerciales plus équitables, un budget équilibré, des soins de santé qui donnent la priorité aux gens et non au gouvernement, des communautés plus sûres et – dans la mesure du possible – la fin des guerres étrangères. Avec quoi, parmi ces promesses, un républicain, voire un Américain, devrait-il avoir un problème ?

    Après quatre mois sans une seule réalisation législative, les républicains du Congrès et du Sénat – notamment John McCain, Paul Ryan et Lindsey Graham – ont rejoint les démocrates pour enquêter sur le président Trump sans la moindre preuve qu'un crime sous-jacent a été commis.

    Eh bien, il y avait une promesse supplémentaire que Trump a faite sur son chemin vers la Maison Blanche qui a des républicains qui se joignent aux démocrates et tremblent dans leurs bottes, la promesse de Trump de « vider le marais ».

    Comme nous l'avons signalé hier, « Un F.B.I. un agent ayant une "connaissance intime du fonctionnement interne de l'affaire Clinton" nous a dit qu'ils avaient découvert des preuves d'une corruption si massive que les agents impliqués ont réalisé que presque tout le gouvernement pouvait être renversé. "

    Les co-conspirateurs criminels des deux parties ont réalisé presque immédiatement que le nouveau shérif n'était pas intéressé à les rejoindre dans le marais, alors ils ont lancé ce qui ne peut être qualifié que d'une tentative de coup d'État.

    Les démocrates sont bien formés à de telles choses probablement en raison de leur alliance étroite avec les régimes marxistes qui ne peuvent gagner le pouvoir qu'en s'en emparant à travers des guerres civiles sanglantes. Il convient de noter que le Parti démocrate l'a déjà fait une fois auparavant.

    Il y a cent cinquante-sept ans, les démocrates ont mené une guerre contre le premier président républicain Abraham Lincoln pour avoir donné aux Noirs leur liberté. Cette guerre a eu un prix élevé, jusqu'à 700 000 Américains sont morts en combattant pour ce en quoi ils croient. Pour mettre cela en perspective, ces pertes dépassent les pertes de la nation dans toutes ses autres guerres, de la Révolution au Vietnam.

    Aujourd'hui, les Américains sont toujours prêts à se battre et à mourir pour protéger les libertés données par Dieu à leurs enfants. Malgré ce que vous lisez et entendez dans les médias grand public, ce ne sont pas les émeutiers financés par la gauche, les féministes aux chapeaux de chatte ou les cuck bois qui ne supportent pas une micro-agression. Non, les Américains qui soutiennent Donald Trump sont bien armés.

    La présidence de Donald Trump avancera politiquement de peur que les soixante millions de patriotes qui ont voté pour lui, qui sont composés de la grande majorité des électeurs militaires, de la police et des membres de la NRA, la fassent avancer par la force.

    Ces patriotes sont armés, entraînés, préparés et ont prouvé leur discipline. Ils sont devenus dégoûtés par la corruption à Washington et feront tout ce qui est nécessaire pour s'assurer que le programme de liberté de Trump avance et sous la direction de Donald Trump lui-même.

    Aucune quantité de fausses nouvelles basées sur des accusations non fondées par des sources anonymes ne changera cela. Les lignes de bataille ont été tracées et aucun doigt ne pourra convaincre ces patriotes de laisser quiconque renverser les résultats des élections.

    Alors pourquoi les politiciens de l'establishment courtisent-ils un bain de sang dans les rues d'Amérique qui les menacera également personnellement alors qu'ils pourraient faire partie de Making America Great Again ? C'est parce qu'ils ont été pris en flagrant délit dans une conspiration criminelle mondiale qui n'a rien à voir avec la politique et tout à voir avec la fraude des contribuables américains.

    Et, maintenant qu'ils ont été pris en flagrant délit de braquage de la plus grande banque du monde – le Trésor américain – ils ont choisi de sortir dans un éclat de gloire plutôt que d'essayer de défendre l'indéfendable au procès.

    Les élites criminelles de Washington ont choisi d'entrer en guerre pour renverser notre président dûment élu. Il est temps de faire entendre nos voix avant que cela ne devienne très laid. Attachez votre mentonnière, l'Amérique compte sur vous.

    NOTE DE LA RÉDACTION : CE N'EST PAS UN APPEL AUX ARMES, MAIS PLUTT UNE ANALYSE DE CE QUI SE PASSERAIT SI LES ÉTATS PROFONDS RENVERSENT UN PRÉSIDENT DMENT ÉLU.

    VOICI UNE LISTE DE CHAQUE FOIS QU'OBAMA A COMMIS UNE INFRACTION IMPEACHABLE QUE DEMS & MEDIA ONT COUVERT
    "Accuser!" Cela fait plus de huit ans que les démocrates ont prononcé ce mot - assez longtemps pour que quiconque se demande s'il était encore dans leur vocabulaire, compte tenu du silence assourdissant à travers les dizaines de scandales graves pendant l'administration du président Obama - mais maintenant que le président Trump est l'homme dans la Maison Blanche, c'est de retour en force.

    Partout, les démocrates lancent sauvagement le mot «je», dans l'espoir de clouer Trump pour crimes et délits graves après que le New York Times a affirmé qu'un mémo écrit par l'ancien directeur du FBI James Comey a déclaré que le président l'avait exhorté à mettre fin à l'enquête fédérale sur l'ancien conseiller à la sécurité nationale. Michael Flynn.

    Certains membres du Congrès se lancent dans l'action. Ils comprennent les représentants Maxine Water, D-Calif., et Al Green, D-Texas. Même un républicain, le représentant Justin Amash, a affirmé mercredi qu'il y avait lieu de destituer le président Trump. Le président du comité House Oversign, Jason Chaffetz, R-Utah, a demandé le prétendu mémo Comey et d'autres documents. Chaffetz a tweeté qu'il était prêt à citer à comparaître l'information. Et le sénateur John McCain, R-Arizona, a invoqué le « Watergate ».

    Maintenant, le Parti démocrate serait en train de tester la destitution dans un sondage en tant que problème électoral de 2018. Plus d'un million de personnes ont signé une pétition appelant le Congrès à destituer Trump.

    Mercredi, sans perdre de temps, les médias grand public sont entrés en action, faisant écho avec enthousiasme aux appels à la destitution de la gauche. MSNBC a lancé une publicité sur le Watergate impliquant que Trump est le nouveau Richard Nixon américain.

    « Porte d'eau. Nous connaissons son nom parce qu'il y avait des journalistes qui n'arrêtaient jamais de poser des questions », a déclaré l'animateur de MSNBC Chris Hayes, qui a laissé entendre que Trump était le prochain sur le billot de la destitution. «Maintenant, qui sait où les questions nous mèneront. Mais je sais ceci : je ne vais pas arrêter de leur demander.

    Pendant ce temps, certains membres trop zélés de la gauche ont plâtré des tracts autour de Washington, D.C., exigeant que tous les membres du personnel de la Maison Blanche démissionnent mercredi.

    Les affiches disent : « Si vous travaillez pour cette Maison Blanche, vous êtes complice de propagande haineuse, de mensonges, de détournement de l'argent des contribuables américains par le biais d'opérations personnelles et d'émoluments, et très probablement de crimes fédéraux et de trahison. De plus, toutes les guerres seront sur votre âme. … Démissionnez maintenant.

    Mais le constitutionnaliste Jonathan Turley, qui a voté pour le président Obama, a averti les partisans de la « destitution » de ne pas s'avancer avec le président Trump. Pourquoi?

    Pour le moment, il n'y a aucune preuve que Trump ait réellement commis un crime.

    « Le code criminel exige plus que ce que Comey aurait décrit dans sa note de service », a écrit Turley dans un article d'opinion publié le 17 mai sur la Colline. Turley a expliqué :

    Pour la première fois, le mémo de Comey pousse la litanie des controverses entourant Trump dans le champ d'application du code pénal américain.

    Cependant, s'il s'agit de nourriture pour entrave à la justice, cela reste une soupe terriblement mince. Certains commentateurs semblent alléguer une conduite criminelle au pouvoir ou appeler à la destitution avant que Trump n'ait terminé les paroles de son serment inaugural. Pas surprenant, dans les minutes qui ont suivi le rapport du New York Times, la réponse a été un chœur d'annonces à couper le souffle. Mais ce mémo n'est ni les Pentagon Papers ni les bandes du Watergate. En effet, cela soulève autant de questions pour Comey que pour Trump en termes de comportement sous-jacent allégué.

    Un bon point de départ serait la loi fédérale, en particulier 18 U.S.C. 1503. Le code pénal exige plus que ce que Comey aurait décrit dans sa note de service. Il existe des dizaines de variantes différentes d'accusations d'obstruction, allant de la menace de témoins à l'influence des jurés. Aucun ne conviendrait à ce cas. Cela laisse la disposition omnibus sur les tentatives d'entrave à la « bonne administration de la justice ».

    Cependant, cela laisse toujours la nécessité de montrer que l'effort était d'influencer "de manière corrompue" alors que Trump pouvait dire qu'il n'avait rien fait d'autre qu'exprimer son inquiétude pour un associé de longue date. Le terme « de manière corrompue » est en fait défini différemment dans les diverses dispositions relatives à l'obstruction, mais il implique souvent de montrer qu'une personne a agi « avec l'intention d'obtenir un avantage illégal pour soi-même ou pour autrui ». Encourager la clémence ou défendre un associé est inapproprié mais ne cherche pas nécessairement un avantage illégal pour lui.


    Obamacare un an plus tard, l'avez-vous encore compris ?

    La semaine prochaine marque le premier anniversaire de l'adoption de la Loi sur les soins abordables ou - comme beaucoup de ceux qui préfèrent le récit plus dérisoire aiment l'appeler - Obamacare.

    Notez que bien que je sois un partisan déclaré de la législation, j'utilise moi aussi l'étiquette "Obamacare" et le fais dans la conviction que l'histoire montrera que la référence est honorifique au président qui l'a fait se produire - pas la malédiction tant l'intention.

    La bonne nouvelle est que nous n'avons pas à attendre tous les jugements de l'histoire.

    Malgré les efforts d'abrogation, la paranoïa du panneau de la mort, la prise en charge par le gouvernement de la peur des soins de santé et les cris sans fin qui avertissent de la fin de la civilisation telle que nous la connaissons, les opposants à cette loi n'ont encore fait aucune proposition pour remplacer ce qui accomplit déjà tant de bien pour tant de gens.

    Il y a un an aujourd'hui, une famille avec un enfant né avec un problème de santé congénital était en grande difficulté si elle avait besoin d'une nouvelle assurance maladie. Aujourd'hui, aucune famille dans cette situation difficile ne peut se voir refuser la couverture et aucun enfant né avec - ou acquis plus tard dans la petite enfance - un problème de santé à vie ne peut être refusé pour la couverture.

    Il y a un an aujourd'hui, les enfants de moins de 26 ans avaient du mal à obtenir une assurance maladie qu'ils pouvaient espérer se permettre. Aujourd'hui, ils peuvent rester sur les polices de leurs parents et ne plus risquer de blessure ou de maladie sans la capacité de payer.

    Il y a un an aujourd'hui, les petites entreprises voyaient peu d'opportunités d'offrir à leurs employés les prestations de soins de santé qu'ils voulaient qu'ils aient. Aujourd'hui, les données révèlent que les petites entreprises profitent des crédits d'impôt créés dans l'ACA pour inciter ces employeurs à fournir aux employés un forfait de soins de santé.

    Il y a un an aujourd'hui, les compagnies d'assurance maladie ont trouvé des moyens astucieux d'éviter de payer lorsqu'une personne faisait face à des factures médicales écrasantes à la suite d'une maladie mortelle. Aujourd'hui, ces jours sont heureusement derrière nous car ces entreprises ne peuvent plus jouer à ces jeux.

    Il y a un an aujourd'hui, les assureurs-maladie pouvaient dépenser un montant ridicule de nos primes en publicités télévisées et autres dépenses qui n'avaient rien à voir avec la prestation de soins. Aujourd'hui, ce gaspillage de notre argent appartient au passé.

    Comme vous devez le comprendre maintenant, alors que tant de personnes ont été occupées à dénoncer la législation comme quelque chose visant à utiliser l'argent des contribuables pour payer une aide médicale à ceux qui ne pouvaient pas se permettre une couverture par elles-mêmes, trop d'entre elles n'ont pas remarqué que la loi Il s'agit bien plus de protéger ceux qui ont déjà une assurance maladie (la plupart d'entre nous) - ou qui sont volontiers disposés à souscrire une police pour leur famille avec leur propre argent durement gagné - contre les préjudices ou les refus des compagnies d'assurance au moment où ils en avaient le plus besoin.

    Et le meilleur reste à venir.

    Dans quelques années seulement, les personnes âgées ne seront plus obligées de rationner elles-mêmes les médicaments d'ordonnance dont elles ont besoin, car elles doivent faire face à des milliers de dollars de coûts de médicaments - argent qu'elles n'ont pas - une fois qu'elles auront atteint le seuil de la couverture Medicare. En 2014, il n'y aura plus de trou de beigne et les personnes âgées ne seront plus confrontées à cette situation mettant leur vie en danger.

    Dans quelques années seulement, les échanges de soins de santé obligeront les assureurs à proposer des polices que les gens peuvent réellement se permettre avec des avantages sociaux qui ne leur laissent aucune possibilité de demander une couverture de paiement lorsqu'une personne tombe réellement malade.

    Dans quelques années à peine, aucun Américain ne se verra refuser une couverture d'assurance maladie parce qu'il souffre d'un problème de santé préexistant grave ou se verra refuser une police parce que son médecin lui a déjà prescrit un mois d'Ambien pour l'aider à dormir pendant une période émotionnelle difficile - même pensaient qu'il s'agissait de quinze ans avant la date de soumission d'une demande de couverture.

    Et il y a tellement plus.

    Maintenant, je comprends qu'il y a beaucoup de gens qui ont adhéré au récit anti-Obamacare. Certains d'entre eux peuvent avoir une raison rationnelle de le faire, bien que la plupart continuent à exprimer leur désapprobation sur les mensonges et les fausses déclarations qu'ils trouvent plus faciles à digérer et à accepter.

    Ils disent que cela coûtera trop cher - malgré toutes les données, à commencer par les estimations non partisanes du Congressional Budget Office, qui nous disent que la loi permettra d'économiser de l'argent et contribuera à réduire réellement la dette.

    Ils disent que la loi entraînera des soins de santé rationnés malgré le fait que nous avons déjà des soins de santé rationnés depuis des années entre les mains des compagnies d'assurance qui décident des traitements que nous pouvons ou non recevoir.

    Si les opposants sont honnêtes, la plupart ne pourraient pas vous regarder dans les yeux et vous dire qu'ils n'ont jamais eu une procédure ou un test refusé par leur compagnie d'assurance maladie malgré le jugement de leur médecin selon lequel une telle procédure ou test était nécessaire. Si ce ne sont pas des soins de santé rationnés, je suis sûr qu'il y a quelqu'un là-bas plus que prêt à me dire ce que c'est.

    Mais, même le plus ardent basher d'Obamacare - celui qui est prêt à réfléchir au-delà de l'autocollant "No-bama" collé sur la voiture juste à côté de la publicité "Huckabee 2012" - doit se poser une question -

    Si c'est tellement mauvais et que les dirigeants du GOP veulent tellement le tuer, pourquoi ne peuvent-ils pas proposer n'importe quoi par quoi le remplacer ?

    Pour être juste, le GOP nous a dit qu'il voulait préserver la couverture pour les personnes souffrant de problèmes de santé préexistants.

    Maintenant, s'ils nous disaient simplement comment ils vont s'y prendre sans une couverture obligatoire ou une implication beaucoup plus profonde du gouvernement dans les soins de santé par le biais de pools d'assurance à haut risque, nous aurions peut-être quelque chose à dire.

    Au lieu de cela, ils ne nous donnent absolument rien.

    Comment cela ne vous oblige-t-il pas à remettre en question les véritables intentions de l'opposition ? Comment arrivez-vous à croire que ces personnes cherchent à protéger les intérêts de santé de votre famille alors qu'elles ne peuvent pas se donner la peine de vous dire comment elles vont le faire une année complète après l'adoption de la loi qu'elles prétendent nous apporter à tous la plus grave des conséquences ?

    Le fait est que nous avons tous passé de nombreuses années à subir des comportements assez abusifs de la part des compagnies d'assurance maladie. Cela inclut les partisans du Tea Party, les républicains, les démocrates et les millions de personnes qui ne se soucient pas beaucoup des partis politiques mais qui se soucient vraiment de la bonne santé de leur famille. Ainsi, nous avons tous un réel intérêt à ne pas laisser ce comportement abusif mettre en danger la santé de nos familles.

    À mon avis, Obamacare aborde ces problèmes de manière significative.

    Cependant, si la solution qui a déjà été proposée est, en effet, la mauvaise solution, ne pensez-vous pas que Quelqu'un dans la direction qui partage ce point de vue aurait proposé la bonne solution à ce jour ? Agir autrement, face à une loi que nous croyons être une menace sérieuse pour notre santé et notre mode de vie, est le comble de l'irresponsabilité.

    Au cours de la semaine prochaine, des événements auront lieu dans tout le pays pour célébrer le premier anniversaire de la réforme des soins de santé. Même si vous êtes un adversaire invétéré de la législation, rendez-vous service - trouvez un tel événement dans votre région et présentez-vous. Écoutez ce que les orateurs ont à dire. Cela ne vous fera peut-être pas changer d'avis, mais vous pourrez retirer quelque chose qui améliorera votre compréhension de la loi.

    En attendant, pour ceux d'entre vous qui ne soutiennent pas la loi sur la réforme des soins de santé, demandez à vos dirigeants pourquoi ils n'organisent pas eux-mêmes quelques événements pour exposer leur vision d'aider la nation à traverser notre grave crise des soins de santé. Je sais que j'aimerais connaître leur réponse à cette question.


    Résumé : Obama décroche la présidence

    WASHINGTON - Un autre État qui n'a pas voté pour un démocrate à la présidence depuis un certain temps l'a fait cette fois.

    De justesse, Barack Obama est le vainqueur dans l'Indiana. Les sondages de l'État ont été parmi les premiers à fermer, mais le résultat n'a été clair que longtemps après le discours de victoire d'Obama.

    La dernière fois que l'Indiana a voté pour un démocrate à la présidence, c'était lorsque Lyndon Johnson a été élu en 1964.Barack Obama remporte le Nevada

    LAS VEGAS – Barack Obama a conquis mardi l'État swing du Nevada lors de sa marche historique vers la présidence, capitalisant sur près de deux ans de campagne acharnée sur un territoire autrefois considéré comme interdit aux démocrates cherchant la Maison Blanche.

    Le démocrate a marqué des chiffres étonnamment élevés lors des premiers retours au Nevada, mettant l'État hors de portée de son rival, le républicain John McCain.

    La victoire au Nevada est intervenue quelques instants après que le sénateur de l'Illinois pour le premier mandat, âgé de 47 ans, soit devenu le premier Afro-Américain à être élu président de l'histoire des États-Unis.

    La promesse d'Obama de changement dans une période économique sombre, portée dans de nombreux rassemblements dans l'État, a clairement résonné avec les Nevadans nouveaux en politique.

    McCain gagne dans le Dakota du Sud

    PIERRE, S.D. - Le sénateur John McCain a poursuivi une tradition vieille de 44 ans selon laquelle les républicains remportaient trois votes électoraux dans le Dakota du Sud pour le président.

    McCain a battu le sénateur Barack Obama dans le Dakota du Sud, qui a été un refuge pour les candidats présidentiels du GOP depuis 1964, lorsque Lyndon Johnson l'a emporté sur le républicain Barry Goldwater.

    Avec 79 % des rapports des circonscriptions de l'État, McCain a obtenu 156 475 voix, soit 54 %, contre 127 967 voix pour Obama, soit 44 %.

    Le gouverneur républicain Mike Rounds a déclaré qu'il n'était pas surpris que McCain ait gagné, car les Dakotas du Sud choisissent généralement les candidats du GOP à la présidence

    McCain remporte le Nebraska, mais le vote pourrait être divisé

    OMAHA, Neb. - Le républicain John McCain a remporté mardi le vote présidentiel du Nebraska, alors même qu'il a concédé la course nationale au démocrate Barack Obama.

    Il n'est pas encore clair si McCain remportera les cinq votes électoraux de l'État. Nebraska has the unusual ability to split its electoral votes, although it's never happened.

    But McCain predictably won the statewide vote, as has every Republican presidential candidate since 1964.

    Statewide, with 67 percent of precincts reporting, McCain had 57 percent of the vote.

    McCain wins Arizona but loses presidency

    PHOENIX - John McCain defeated Barack Obama in the Republican's home state on Tuesday -- a small victory in an otherwise disappointing night for McCain.

    The race was a bit tighter than McCain's previous contests in Arizona, reflecting changes in the state's population. McCain had never lost an election here and won his last two re-election races with more than two-thirds of the vote.

    Things heated up in the final weeks of the campaign, when Obama gained momentum around the nation and crept closer to McCain in polls in Arizona.

    Obama stuns McCain for Fla.'s 27 electoral votes

    MIAMI - Democrat Barack Obama won Florida's 27 electoral votes Tuesday, using a huge staff and money advantage to deal a crushing blow to John McCain in a state the Republican desperately needed.

    Obama's statewide organization was unprecedented for a Democratic presidential candidate. Polls said the state was too close to call right up to Election Day. With more than 7 million votes counted, Obama had 51 percent and McCain had 48.

    After ignoring Florida in a Democratic primary that broke party rules, Obama quickly sent hundreds of workers and began airing TV ads far ahead of McCain. But he didn't catch McCain in the polls until the financial mess on Wall Street.

    Obama first Democrat to win Colorado in 16 years

    DENVER - Barack Obama won Colorado's nine electoral votes Tuesday, the first time since 1992 that a Democratic presidential candidate carried the battleground state.

    Democrats targeted Colorado as part of their strategy to conquer Western states following dramatic victories in state elections across the region over the past eight years. In August, Obama accepted his party's nomination at the Democratic National Convention in Denver.

    Republican John McCain fought hard for the state, visiting frequently with running mate Sarah Palin. His campaign couldn't match the resources poured into Colorado by the well-funded Obama campaign.

    Obama wins California

    LOS ANGELES - Democrat Barack Obama swept California as he won the race for president Tuesday, scooping up 55 electoral votes from the nation's most populous state.

    The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International

    Independent polls showed Obama holding a sizable margin over Republican John McCain going into the election.

    Barack Obama defeats John McCain in Wash. state

    OLYMPIA, Wash. - Democrat Barack Obama has captured Washington state's 11 electoral votes for president, defeating Republican John McCain.

    The call for Washington was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Obama's win kept alive a 24-year streak of Washington voters picking the Democratic presidential ticket. The last Republican to win the state in a presidential race was Ronald Reagan in 1984.

    Obama consistently led in polls here leading up to Election Day. Neither party's presidential nominee came to the state throughout the summer or fall, signaling that both sides expected Obama and running mate Joe Biden to take Washington.

    Oregon gives 7 electoral votes to Obama

    PORTLAND, Ore. (AP) _ Riding a wave of newly registered Democrats and enthusiasm for his message of change, Barack Obama took Oregon's seven electoral votes.

    The call Tuesday was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Obama visited Oregon repeatedly during a toughly fought primary and earned big crowds from Portland to Pendleton enthusiastic for his message of change in Washington, bringing troops home from Iraq, fixing a broken health care system and improving schools.

    Though Obama never came back, his campaign registered a record number of Democrats, giving the party its biggest advantage ever over Republicans.

    Obama first Dem to take Va. in 44 years

    RICHMOND, Va. - Barack Obama has won Virginia's 13 electoral votes in another battleground state victory in his bid to become the nation's first black president.

    The Illinois senator is the first Democrat since Lyndon Johnson in 1964 to carry Virginia in a night of resounding losses for Republicans.

    Former Gov. Mark Warner routed his Republican predecessor, Jim Gilmore to give Democrats both of the state's Senate seats.

    Obama visited Virginia at least 11 times since June, outspent Republican John McCain by a 3-to-1 ratio and opened 50 campaign offices statewide to McCain's 24.

    It was the first time in generations candidates have contested the seat of the old Confederacy in a White House race.

    McCain wins in GOP stronghold Idaho

    BOISE, Idaho - Republican John McCain easily won Idaho's four electoral votes against Democrat Barack Obama on Tuesday in a state where voters haven't backed a Democrat for president since 1964.

    McCain was leading Obama with 73 percent of the Idaho vote in early returns.

    Across the country, however, Obama had built an insurmountable advantage in his historic bid to become the first black president.

    McCain wasn't the top choice for many Republicans in Idaho, where The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints is the state's largest religion by membership and Mormon Mitt Romney led presidential fundraising.

    Still, McCain, long seen as a GOP moderate, lured conservative voters by choosing Alaska Gov. Sarah Palin, a Sandpoint native and University of Idaho graduate, as his running mate.

    Obama takes New Mexico

    ALBUQUERQUE, N.M. - Democrat Barack Obama has won New Mexico, defeating John McCain in this swing state and picking up its five electoral votes.

    Obama had a formidably financed and organized effort, with campaign offices and volunteers blanketing this battleground state -- including in small and rural communities and in towns that were solidly GOP in 2004.

    In 2004, New Mexico went for President Bush in 2004 by fewer than 6,000 votes, making it one of only two states that shifted from blue to red that year.

    In 2000, Democrat Al Gore won the state -- squeaking by with just 366 votes.

    McCain wins Texas

    AUSTIN - Republican John McCain won Texas on Tuesday, defeating Democratic Sen. Barack Obama in a state considered solid Repubican territory.

    Texas hasn't voted for a Democrat in the presidential campaign since Jimmy Carter in 1976. With more than a third of precincts reporting statewide, McCain led with about 54 percent of the vote to Obama's 46 percent, giving the Arizona senator Texas' 34 electoral votes.

    The state was considered such a solid bet for McCain that neither he nor Obama spent much time in the state since the March 4 primary.

    McCain wins in Utah

    SALT LAKE CITY - Republican presidential candidate John McCain has won in Utah, giving him the state's five electoral votes.

    The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    McCain, an Arizona senator, never made a campaign stop in Utah after becoming the Republican nominee. But his success in Utah was considered a certainty given the state's long history of backing the GOP's presidential candidates.

    Utah last voted for a Democrat in 1964. In 2004, nearly 3 out of 4 Utahns voted for President Bush, delivering his biggest margin of victory.

    Tuesday's vote was considered so predictable that Utah volunteers for McCain and Sen. Barack Obama were exported to nearby battleground states.

    Obama claims Iowa's 7 electoral votes

    DES MOINES, Iowa (AP) _ Democrat Barack Obama won Iowa's seven electoral votes Tuesday, claiming a crucial swing state and the state where precinct caucuses in January put him on the road to the Democratic presidential nomination.

    The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Obama had built a larger field organization than Republican John McCain and had a longer campaign history in the state. Both paid off as Obama won a state that four years ago narrowly voted for President Bush.

    With the win in Iowa, Obama completed a sweep throughout the upper Midwest.

    Obama wins crucial Ohio

    WASHINGTON - Barack Obama has built a commanding lead, capturing another sought-after prize.

    He wins Ohio and its 20 electoral votes, giving the Democrat a total of 195 to John McCain's 70. Obama needs 270 to clinch the nomination.

    Heɽ earlier won in neighboring Pennsylvania. Both states were seen as key to McCain's victory chances.

    Obama also swept the states in the East and Midwest that traditionally go blue.

    McCain's latest wins are in Kansas, North Dakota, Arkansas, Alabama and Louisiana, with 33 electoral votes in all.

    Democrats have picked up Republican Senate seats in Virginia, North Carolina, New Hampshire and New Mexico. But Senate Republican leader Mitch McConnell has won re-election to his Senate seat in Kentucky.

    Republicans Jeff Sessions in Alabama and Pat Roberts in Kansas were also re-elected.

    Obama wins Michigan as state chooses a Democrat for 5th consecutive presidential election

    DETROIT - Michigan voters endorsed Barack Obama for president Tuesday, delivering 17 electoral votes to the Democratic nominee in a campaign that focused on the miserable economy but lost drama when Republican John McCain retreated from the state.

    The call was based on an analysis of voter interviews conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    "I really believe he is going to change things," said Cindy Eaton, 61, of Detroit. "He's going to help the middle class. And I trust him. He knows Michigan is in trouble and he wants to help."

    While recent elections have been close, a Republican presidential candidate hasn't won Michigan since George H.W. Bush in 1988.

    From Marquette to Monroe, the weather was no excuse to skip the election. Temperatures even hit the high 60s in the Upper Peninsula. Some people waited nearly five hours to vote at a church on Detroit's east side.

    The economy was the top issue for roughly two-thirds of Michigan voters, according to exit polls, and Obama got a majority of them.

    McCain easily wins in Louisiana

    NEW ORLEANS - Republican John McCain won the presidential contest handily in Louisiana, a state that increasingly has come to resemble other reliably GOP Southern states.

    Throughout the campaign, polls of Louisiana voters showed McCain leading Democrat Barack Obama and his victory was expected. Neither campaign viewed the state as a battleground and neither candidate spent time here in the final stretch.

    Democrats had hoped that large black turnout might give Obama an edge, but analysts said record black turnout was outpaced by heavy white turnout. The contest hinged on racial views, analysts said, with whites going for McCain and blacks for Obama.

    McCain wins GOP-heavy Kansas

    TOPEKA, Kan. - John McCain carries Kansas, in line with its reliably Republican history in presidential elections.

    McCain's win was based on an analysis of information from voters interviewed as they left polling places Tuesday. The interviews were conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Early returns suggested Barack Obama was headed toward the best showing of any Democratic candidate in recent memory.

    McCain had 51 percent of the vote in early returns, compared to 46 percent for Obama. If that result holds, it would be the best showing by a Democrat since Lyndon Johnson won Kansas in 1964.

    Both parties assumed from the beginning that McCain would capture the state's six electoral votes.

    Obama wins in Delaware

    WILMINGTON, Del. (AP) _ Democratic presidential candidate Barack Obama has won the presidential contest in Delaware, home to running mate Joe Biden.

    The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Obama's victory over Republican John McCain was expected, given that Biden lives here and Democrats outnumber Republicans in Delaware by almost 100,000 voters.

    The win puts three electoral votes in Obama's column.

    Obama beats McCain in Wisconsin

    MADISON, Wis. (AP) _ Barack Obama defeated John McCain in Wisconsin on Tuesday, a state that has not gone Republican in 24 years but that Democrats barely won in the past two presidential elections.

    Riding a wave of support that drove voter turnout to historic levels, Obama captured 10 electoral votes with the win. The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    McCain was hoping for an upset in Wisconsin and had mobilized thousands of volunteers as part of a final push in the last three days to reverse October polls that showed him down by double digits.

    Obama wins Minnesota

    MINNEAPOLIS - Barack Obama has won Minnesota, defeating John McCain to become the ninth straight Democratic presidential hopeful to take the state.

    Obama's win gets him the state's 10 electoral votes.

    He overcame a hard push by Republicans who saw hope in two close finishes in previous presidential races in Minnesota. The GOP nominee has lost the state in every race since Richard Nixon in 1972.

    McCain had targeted Minnesota early on and the Republican Party brought its national convention to the state in September.

    But after McCain drew close in September polls, Obama pulled away.

    Arkansas voters pick McCain for president

    LITTLE ROCK, Ark. - Republican John McCain has won Arkansas and its six electoral votes, picking up a state that has gone in the winner's column in every presidential contest since Richard M. Nixon's re-election in 1972.

    The state has gone Republican in every presidential election since Ronald Reagan, except when Bill Clinton was running for the White House. Democrats hold all of Arkansas' statewide offices, three of the four congressional seats and a firm majority in the Legislature. The state's top Democrats had campaigned around the state for nominee Barack Obama, but the Illinois senator never stumped in the state himself.

    McCain campaigned in the state twice since clinching his party's nomination. The last time Arkansas didn't pick the presidential winner was in 1968, when third-party candidate and segregationist George Wallace took the state's six electoral votes.

    Obama adds NY, Mich.

    WASHINGTON - After capturing the sought-after prize of Pennsylvania, Barack Obama has added New York, Michigan, Minnesota, Rhode Island and Wisconsin.

    That gives him a total of 171 electoral votes of the 270 needed to win.

    John McCain picks up a win in Wyoming, bringing his electoral vote total to 37.

    There have been two more Democratic captures of Republican Senate seats. In New Hampshire, Democrat Jeanne Shaheen defeated Republican John Sununu. In New Mexico, Democrat Tom Udall wins the seat that had been held by Republican Pete Domenici.

    Republicans John Barrasso and Michael Enzi captured Wyoming's two Senate races

    Democrat Carl Levin was re-elected to the Senate from Michigan, and Democrat Jack Reed won in Rhode Island, as did Democrat Tim Johnson in South Dakota.

    Obama wins heavily-Democratic RI over McCain

    PROVIDENCE, R.I. - Rhode Island has overwhelmingly supported Democrat Barack Obama for president.

    The state's voters on Tuesday backed Obama over his Republican rival John McCain.

    Democrats outnumber Republicans nearly four-to-one in the state, where neither candidate actively campaigned before the general election. Rhode Island has just four electoral votes.

    The call was based on an analysis of voter interviews, conducted for The Associated Press by Edison Media Research and Mitofsky International.

    Though Obama beat McCain on Tuesday, he lost the Democratic primary in March to Sen. Hillary Clinton.

    Rhode Island Sen. Sheldon Whitehouse had endorsed Clinton in the primary while his Senate colleague, Jack Reed, remained neutral in the contest and later accompanied Obama on a summertime trip to Iraq.


    In Need of a New Heart, but Uninsured

    At the Well blog this morning, Tara Parker-Pope tells the tale of a young man in Las Vegas who had a serious heart condition but no insurance, despite working part-time as a D.J. and graphic designer. His case, she writes, “stands out as a striking example of both the best and the worst that the American health care system has to offer — extraordinary medical prowess that is too often out of reach for all but the luckiest and best insured.” Read the story.

    Comments are no longer being accepted.

    Meanwhile, in Kansas City, Republican Senators McCant and McNotnow are telling audiences that America has the finest health care system in the world, that there’s really no problem and that even if there is, we can’t afford to do anything𠄾xcept maybe bar people from suing for malpractice.

    Somewhere between 18,000 and 23,000 people–like this poor chap are dying every year in America because they don’t have health insurance–or don’t have �quate” health insurance–or lose their job and then their health insurance, because they’re sick.

    That’s somewhere between six and almost eight times as many people as the number who died on 9/11.

    And then the Republicans were falling over each other to launch two wars–one of which wasn’t just optional-it was utterly unjustified𠄺nd arguing that when it comes to making war–money is no object.

    This is exactly why we need Health Care Reform. Living in America there is no reason why all US Citizens cannot have access to Medical treatment.

    Health care reform may help him….young, productive and has the possibility of paying taxes. But if her were, say 65-70….. Obama care’s attitude would be…” keep him comfortable until he dies” Equal under the law? I don’t think so

    When legislators say “marked-based approach”, they want to keep the status quo unchanged. When Sen. Hatch says health insurance reform is not acceptable because the health industry is a large percentage of GDP, he really means insurance companies are “too big to fail.”

    If you believe Republicans & Blue Dogs will prohibit pre-existing exclusions, or keep sick people from being dropped, or reduce increases in premiums & deductibles, or prohibit junk policies sanctioned by states, or protect you from the decisions of insurance bureaucrats increasing their profits by refusing treatment, or protect you from bankruptcy & homelessness due to health costs, or protect 20,000 people a year from death because they don’t have adequate insurance OR healthcare, you don’t understand their need for campaign funds from these interests.

    REPUBS WOULD HAVE LONG AGO KILLED MEDICARE – WHICH OFFENDS THEIR IDEOLOGY – IF IT WERE POLITICALLY POSSIBLE. AFTER ALL, SENIORS HAVE COME TO RELY UPON GOVERNMENT PROGRAMS SUCH AS SOCIAL SECURITY & MEDICARE. BUT THEY TOLERATE MEDICARE BECAUSE IT ASSUMES THE COSTS FOR THE POPULATION THAT REQUIRES THE MOST CARE AND – MOST IMPORTANT TO THEM – ENSURES THAT GOVERMENT SUBSIDIZES THE PROFITS FROM INSURANCE CO’S COVERAGE OF HEALTHIER POPULATIONS. THE TRUTH IS THAT, INTENDING TO HONOR OUR MORAL OBLIGATIONS TO SENIORS, TAXPAYERS ARE PROTECTING PRIVATE INS. CO PROFITS!

    This is the dirty little secret you are not supposed to understand. They want you to think that we should be pitted against each other in competition for scarce resources, when in fact EVERYONE could have decent healthcare AT CURRENT COSTS if we eliminate INS. profiteering & administrative waste!

    If you believe these legislators, participants in the Bush Administration’s deceptions & failures that CAUSED such public outrage & distrust, and who have long been in bed with insurance companies, will write ANYTHING that will threaten insurance’s gross profits, you are fooled.

    “Health care reform may help him….young, productive and has the possibility of paying taxes. But if her were, say 65-70….. Obama care’s attitude would be…” keep him comfortable until he dies” Equal under the law? I don’t think so”

    You have 1 organ and 2 people. You tell me which one gets it.

    One more time: the American people doesn’t owe either Big Pharma or the insuranbce “industry” (or the credit card “industry”) a living. As for those who work in these fields and who might find themselves unemployed as a result of health care reform, my attitude is: find yourselves another hobby.


    Clinton Campaign Shakeup: Patti Solis Doyle Gone As Campaign Manager

    Hillary Clinton’s campaign manager Patti Solis Doyle has quit/been fired (choose the version you believe) and will be replaced by longtime Clinton adviser Maggie Williams — in a shake-up the campaign insists is not a really shake-up but one that has in fact been hinted at in some news reports ever since Mrs. Clinton lost in Iowa.

    And with the string of losses this weekend to prime rival Senator Barack Obama, coupled with news that the Maine caucuses are not a political cakewalk for Mrs. Clinton as many had predicted (UPDATE: Obama won the Maine caucuses), it’s more clear that ever that either the timing of this is an incredible, amazing, stunning coincidence — or that Solis Doyle is being shoved out of her campaign manager’s office door.

    The best report on this that puts it into context comes from the Wall Street Journal:

    Hillary Clinton campaign manager Patti Solis Doyle stepped down today as the candidate braces for more loses in the five states and the District of Columbia that hold contests this month.

    So the Clinton campaign is shoring up its resources and fortifying its forces for bad news to come. MORE:

    The campaign announced today that Solis Doyle would be replaced by Maggie Williams, a senior adviser to Clinton and a former chief of staff to the first lady. Solis Doyle will stay on as an adviser and will travel with Clinton.

    In an email sent to campaign staff, Solis Doyle said she was stepping down for personal reasons. “This has already been the longest presidential campaign in the history of our nation, and one that has required enormous sacrifices from all of us and our families,” Solis Doyle, 46, said in the email that was forwarded to The Wall Street Journal.

    On Saturday, Clinton lost to rival Barack Obama in Louisiana, Nebraska, Washington state and the Virgin Islands. He is expected to win all three contests on Tuesday in what is known as the “Potomac Primary”
    when Maryland, Virginia and Washington, D.C., hold contests. This would bring his total to 22 states, if he also wins in Maine, compared to Clinton’s 12 states.

    The two candidates are practically tied when it comes to delegates. As of yesterday, Clinton had 1,125 delegates compared to 1,087 for Obama, according to an Associated Press tally.

    Keep in mind this as well: Much media and weblog coverage has been pegged to the idea that if the two campaigns are even, Mrs. Clinton could be way ahead in the Super-delegates and possibly get the nomination if — under the party’s present operative rules — they cast their votes for Hillary Clinton. But if Obama keeps winning and pulls ahead (a) it may not be as easy to win with Super-delegates (b) Super-delegates (many of them politicians who are elected to office) will be under incredible pressure to vote as their constituents have voted in the primaries.
    As the Journal notes, it isn’t just the string of losses that has been stunning. It’s the MARGIN of Obama’s wins over Clinton that have to be giving the Clinton campaign fits:

    Obama didn’t just win the three states that voted on Saturday, he won by huge margins. In Nebraska, 68% of caucus-goers picked Obama, compared to 32% for Clinton. The Illinois senator won by a similar margin in Washington state.

    The losses have been attributed to early mistakes within the campaign. After early warnings to avoid campaigning in Iowa all together, Solis Doyle led a push to campaign hard in the state. Clinton came out with a third-place finish after pouring millions of dollars and nearly a year of efforts into winning in Iowa.

    The loss cost her valuable resources and momentum that some political pundits say are still hurting her campaign.

    Clinton advisers denied speculation that Solis Doyle’s resignation could signal a broader shakeup within the campaign. “Maggie and Patti and will work very closely together,” said campaign spokesman Mo Elleithee. “We expect a seamless transition.”

    The latter is the typical take on staff shake-ups and major corporate regime changes that anyone who has worked for a company or big corporation has heard coming from higher-ups to mask a..shake-up. The bottom line is: given the TIMING of this, it’s clear that the Clinton camp felt something had to be done ASAP.

    Maybe this is part of the reason:

    Maine numbers so far:

    And it looks like yet another Obama caucus blowout:

    No hard numbers yet, but Obama wins Houlton by about 20 votes.

    Obama wins Rockport, carrying 8 delegates to Hillary’s 3.
    Obama takes Fryeburg 67 to 17
    Obama takes York 414 to 225
    Clinton takes Rumford 52 to 37
    Clinton takes Dixfield 16 to 14
    Clinton takes Mexico 27 16
    Clinton takes Byron 1 to 0
    Obama takes Hanover 6 to 2
    Obama takes Gardiner 129 47 with 2 uncommitted
    Clinton takes Old Orchard Beach 134 to 128
    Obama takes Hampden 179 to 70
    Obama takes Wilton 87 to 30
    Obama takes Cape Elizabeth 550 to 217
    Obama takes Deer Island 6 to 1
    Obama takes Winterport 7 to 4
    Obama takes Machiasport 2 delegates to 1O
    Obama takes Ellsworth 184 to 100
    Obama takes Bristol 7 to 2
    Obama takes Bangor (District 15) 16 to 8
    Obama takes Presque Isle 63 to 60
    Obama takes Stonington 48 to 24
    Obama takes Scarborough 401 to 283

    Yes, We Can!

    The knives inside the Clinton campaign were out for Patty Solis Doyle, and her enemies finally succeeded…I liked Patty. It’s rare to have high ranking Latinos anywhere in politics, and rarer still to see Latinas in positions of real power and influence. Reports have suggested she was too much of a micromanager, and discontent over her leadership has leaked into news reports ever since Clinton’s Iowa defeat. Once Williams joined the campaign, this transition appeared to be inevitable. Williams was Clinton’s chief of staff when she was First Lady.

    It was just a little over a month ago that Hillary Clinton’s campaign manager, open borders activist and Norman Hsu guest Patti Solis Doyle, was enjoying the spotlight and basking in glory. The self-styled “Latina Queena” was profiled in the Wall Street Journal as Hill’s soul sister and primary foe of the “white boys” in the Clinton camp.

    Well, the Latina Queena’s politics of identity ain’t working so well for Hill. And now it’s so long, Solis Doyle. Who’s back in? Another moldy oldie from the Clinton closet: Maggie Williams….If you can’t remember Maggie Williams….She was knee-deep in the Johnny Chung scandal.

    My DD’s Jonathan Singer (who is a former TMV co-blogger) put it into perspective this way:

    Steve Clemons uses the term “fired” to describe this action, though I have not yet seen that term in other reports (which tend to put the emphasis of the story on Solis Doyle “stepping down” or “quitting”).

    Either way, this is pretty big news. Campaigns that believe they’re moving in all cylinders in the right direction don’t generally see shakeups at their highest ranks — particularly not in the middle of balloting. That is not to say that this news necessarily spells trouble within the Clinton campaign. Nevertheless, with little more than three weeks until Texas and Ohio hold their presidential primaries — nominating contests that now appear key to Clinton’s strategy of slowing down Barack Obama’s momentum out of the mid- to late-February states and ultimately to ensure that she wins the Democratic nomination — if the campaign is spending as much time dealing with new internal hierarchies and plans as it is organizing, it could be problematic for team Clinton.

    And, indeed, no matter what twist you give it, it is not the sign of a campaign that is going super smoothly but of a campaign that feels there’s a need for some changes rather quickly.


    Year Three Day 70 Obama Administration March 30, 2011 - History

    That's a typical cognitive test. "Nowhere near 60", above or below? If above 65 you should be having a cog assessment every year at your wellness physical per Medicare guidelines.

    Quelque peu. There is some shape identification, some drawing, some "Who and where are you?" questions, "Why" questions about the previous, some word recall after distractors.

    I can see some bias problems with the animal identification. I taught normal high school students who would only be able to ID the lion, and only that one thanks to The Lion King.

    No, it's a standard part of the yearly wellness physical after 65 per Medicare and has been since 2014.

    I don't want to call you or anyone else a liar but for this you need to be right.

    That made me laugh way too hard.

    Really, I think it’s similar to the Montreal Cognitive Assessment, which requires you identify farm animals, draw a box, etc.

    Because its normal for a doctor to do. Its part of yearly physical as you age. But wait biden said he has so many didnt bother you guys now Trump Says he had one your going nuts.

    A doctor saying "I'm amazed that you haven't fallen down dead" isn't the same as that doctor saying "I'm amazed at how healthy you are."

    After watching him and listening to him, I bet the doctors were amazed that he passed. Which leads us to wonder just how he cheated in order to get a passing grade. Especially since cheating is something for which he is known.

    Then your doctor is not following mandated Medicare protocols.

    I was wrong earlier in saying "since 2014". Cog assessments have been required since 2011.

    Have Nervous Nancy and F Chuck Schumer had cognitive tests?

    I doubt most posters on C-D could pass the US Naturalization test.

    Trump quite embarrassingly brags about acing his recent cognitive test. Why did they give him the test anyway? Because they noticed something concerning, or is this standard for oldsters?

    They are not routine and only administered in rare circumstances. Dementia is a clinical diagnosis which is usually apparent without formal testing. Interviewing the patient and family members will arrive at the same diagnosis far cheaper.

    One of my neurosurgeon buddies and I were just discussing Biden's "frontal lobish" behavior, which is consistent with frontal lobe ischemia he had an anterior communicating artery aneurysm clipped and has obviously experienced frontal lobe ischemia. This is manifest by his lack of inhibitions and unusual behavior like sniffing women's hair and attraction to young girls. He is also emotionally labile, as noted when he snaps at constituents when questioned.

    Biden has severe mental health issues. However, he may be the perfect liberal president, as most of them do as well.


    Cultural and political image

    With his black Kenyan father and white American mother, his upbringing in Honolulu and Jakarta, and his Ivy League education, Obama's early life experiences differ markedly from those of African-American politicians who launched their careers in the 1960s through participation in the civil rights movement. [ 193 ] Expressing puzzlement over questions about whether he is "black enough", Obama told an August 2007 meeting of the National Association of Black Journalists that the debate is not about his physical appearance or his record on issues of concern to black voters. Obama said that "we're still locked in this notion that if you appeal to white folks then there must be something wrong." [ 194 ]

    Echoing the inaugural address of John F. Kennedy, Obama acknowledged his youthful image in an October 2007 campaign speech, saying: "I wouldn't be here if, time and again, the torch had not been passed to a new generation." [ 195 ] A popular catch phrase distilled the concept: "Rosa sat so Martin could walk Martin walked so Obama could run Obama is running so our children can fly." [ 196 ]

    Obama has been praised as a master of oratory on par with other renowned speakers in the past such as Martin Luther King, Jr. [ 197 ] [ 198 ] His "Yes We Can" speech, which artists independently set to music in a popular video produced by Will.i.am, was viewed by 10 million people on YouTube in the first month, [ 199 ] and received an Emmy Award. [ 200 ] University of Virginia professor Jonathan Haidt researched the effectiveness of Obama's public speaking and concluded that part of his excellence is because the politician is adept at inspiring the emotion of elevation, the desire to act morally and do good for others. [ 201 ] To take advantage of this talent, Obama suggests that he will make a series of broadcast and internet addresses, similar to Franklin D. Roosevelt's famous fireside chats, through his term in office to explain his policies and upcoming actions as president. [ 202 ]

    Many commentators mentioned Obama's international appeal as a defining factor for his public image. [ 203 ] Not only did several polls show strong support for him in other countries, [ 204 ] but Obama also established close relationships with prominent foreign politicians and elected officials even before his presidential candidacy, notably with then incumbent British Prime Minister Tony Blair, whom he met in London in 2005, [ 205 ] with Italy's Democratic Party leader and then Mayor of Rome Walter Veltroni, who visited Obama's Senate office in 2005, [ 206 ] and with French President Nicolas Sarkozy, who also visited him in Washington in 2006. [ 207 ]

    Obama won Best Spoken Word Album Grammy Awards for abridged audiobook versions of both of his books for Rêves de mon père en février 2006 et pour L'audace de l'espoir in February 2008. [ 208 ]

    In December 2008, Temps magazine named Barack Obama as its Person of the Year for his historic candidacy and election, which it described as "the steady march of seemingly impossible accomplishments." [ 209 ]