Secrétaires des Anciens Combattants

Secrétaires des Anciens Combattants

Le ministère des Anciens combattants (VA) a été créé le 15 mars 1989, succédant à l'Administration des anciens combattants. Il est chargé de fournir des prestations fédérales aux anciens combattants et à leurs personnes à charge. Dirigé par le secrétaire aux Anciens combattants, VA est le deuxième plus grand des 15 départements du Cabinet et gère des programmes nationaux pour les soins de santé, l'aide financière et les prestations funéraires.

Termes du contrat de service

secrétaireÉtat d'origineAdministration

1989 - 1993

Edward J. DerwinskiIllinoisG.H.W. Buisson

1993 - 1998

Jesse BrownIllinoisBill Clinton

1998 - 2001

Togo D. West Jr.Washington DC.Clinton

2001 -

Anthony J. PrincipiCalifornieG.W. Buisson

Ce projet d'histoire orale est né dans le cadre des initiatives de collecte et de programmation de la Massachusetts Historical Society dans le domaine de l'histoire de l'environnement. En tant qu'arrière-plan précieux pour le projet et en tant que collection de recherche à part entière, une série d'entretiens d'histoire orale avec les anciens secrétaires du Massachusetts Executive Office of Environmental Affairs (EOEA), peut-être la principale force environnementale du Massachusetts, a été menée entre décembre 2002 et mai 2003. Les secrétaires par ordre chronologique sont : Dr Charles HW Foster (1971-1975), Dr Evelyn F. Murphy (1975-1979), Dr John A. Bewick (1979-1983), James S. Hoyte, Esq. (1983-1988), John P. DeVillars (1988-1991), Susan F. Tierney (1991-1993), Trudy Coxe (1993-1998) et Robert A. Durand (1999-2003).

La collection comprend des transcriptions d'entretiens, des notes d'intervieweurs pour la plupart des entretiens et des informations générales sur le projet. Il y a aussi une introduction écrite par Carolyn Barske, l'une des intervieweuses du projet. Il y a deux boîtes de stockage audio (stockées séparément avec les collections audio/visuelles du MHS), contenant des cassettes des entretiens d'histoire orale. Cependant, il n'y a pas d'enregistrement de l'interview de Susan F. Tierney.

Les entretiens sont énumérés ci-dessous dans l'ordre chronologique des nominations des personnes interrogées au poste.


Documents généraux du ministère du Commerce

Établi: Par le Department of Commerce Act (37 Stat. 736), 4 mars 1913.

Agences prédécesseurs :

Les fonctions: Favorise le commerce extérieur et intérieur, les industries de fabrication et d'expédition, et les installations de transport des États-Unis.

Instruments de recherche : Forrest R. Holdcamper, comp., "Inventaire préliminaire des archives générales du ministère du Commerce," NC 54 (mars 1964).

Dossiers classés par sécurité : Ce groupe d'enregistrements peut inclure du matériel classé de sécurité.

Documents associés : Copies enregistrées des publications du Département du commerce dans RG 287, Publications of the U.S. Government. Dossiers du levé côtier et géodésique, RG 23.
Dossiers du Bureau météorologique, RG 27.
Dossiers du Bureau du recensement, RG 29.
Dossiers du Bureau de l'inspection et de la navigation maritimes, RG 41.
Documents de la Inland Waterways Corporation, RG 91.
Documents du Bureau du commerce extérieur et intérieur, RG 151.
Dossiers de l'Institut national des normes et de la technologie, RG 167.
Archives du ministère du Commerce et du Travail dans RG 174,
Dossiers généraux du ministère du Travail. Dossiers de l'Office des brevets et des marques, RG 241.
Dossiers de l'Autorité nationale de production, RG 277.
Dossiers de la National Oceanic and Atmospheric Administration, RG 370.
Documents de l'Administration du commerce international, RG 489.

40.2 DOSSIERS GÉNÉRAUX
1903-74

Histoire: Département du Commerce et du Travail établi par la Loi sur le Département du Commerce (32 Stat. 825), 14 février 1903. Divisé en Département du Commerce et Département du Travail, 1913. VOIR 40.1.

Documents textuels : Correspondance générale, 1903-55 (751 ft.), avec index connexes. Correspondance déclassifiée et autres documents relatifs aux enquêtes, aux actions du personnel et aux procédures et opérations de sécurité, 1925-1950. Cartes de contrôle de correspondance, 1945-50, 1953-74. Lettres relatives principalement aux questions de travail, envoyées par le président Taft au ministère du Commerce et du Travail, 1910-12. Organigrammes, env. 1929-55. Ordres départementaux, 1939-45, avec index. Manuels d'information, 1952-1953. Fichiers de discours, 1927-46. Rapports mensuels du bureau au secrétaire, 1913-50. Dossiers conservés séparément concernant les bureaux et les fonctions qui ne font plus partie du ministère, y compris les bureaux des sociétés, des mines et de la pêche aux phoques à fourrure de l'Alaska, ca. 1907-42. Rapports préparés par les bureaux du commerce du ministère du Commerce et du Travail pour la Commission présidentielle sur l'économie et l'efficacité (Commission Taft), 1910-11. Documents du Comité conjoint États-Unis-Canada sur le commerce et les affaires économiques, 1953-1967. Dossier de sujet d'opérations, 1949-61. Fichier de contrôle international des biens d'équipement, 1949-60. Rapports de l'industrie sur les transports intérieurs préparés par le Bureau du commerce extérieur et intérieur, 1943-1948.

Publications sur microfilms : M838.

Documents associés : Documents supplémentaires du secrétaire au Commerce Herbert C. Hoover à la bibliothèque Hoover et à l'institution Hoover sur la guerre, la révolution et la paix, à l'Université de Stanford, Palo Alto, Californie.

40.3 DOSSIERS DES OFFICIELS
1922-72

40.3.1 Dossiers des secrétaires

Documents textuels : Correspondance, discours et autres documents des secrétaires au commerce Robert P. Lamont, 1929-32 Roy D. Chaplin, 1932-33 Daniel P. Roper, 1933-39 Jesse H. Jones, 1941-44 Charles Sawyer, 1948-49 Luther H. Hodges, 1962-63 John T. Connor, 1965-67 Alexander Trowbridge, 1967-68 CR Smith, 1968-69 et Peter G. Peterson, 1972-73.

40.3.2 Dossiers des sous-secrétaires

Documents textuels : Dossiers de correspondance et autres dossiers des sous-secrétaires au commerce Edward J. Noble, 1939-40 Wayne C. Taylor, 1941-45 Alfred Schindler, 1944-46 C.V. Whitney, 1949-50 William C. Foster, 1945-48 Charles Sawyer, 1948-49 Walter Williams, 1952-58 Philip A. Ray, 1959-60 Edward Gudeman, 1961-63 Luther H. Hodges, 1962-63 Franklin D. Roosevelt, Jr., 1963-65 LeRoy Collins, 1965-66 Howard J. Samuels, 1967-69 et Joseph W. Bartlett, 1968-69. Dossiers de correspondance du sous-secrétaire aux transports, 1951-55. Dossiers de correspondance et autres dossiers du sous-secrétaire au Commerce pour les transports Louis S. Rothschild, 1953-58.

Documents associés : Documents personnels du sous-secrétaire Alfred Schindler, 1934-55, à la bibliothèque Truman.

40.3.3 Dossiers des sous-secrétaires adjoints

Documents textuels : Dossiers du sous-secrétaire adjoint aux transports Lowell K. Bridwell, 1962-67.

40.3.4 Dossiers des secrétaires adjoints

Documents textuels : Dossiers thématiques et autres documents des secrétaires adjoints au commerce Edward Eyre Hunt, 1921-31 John Dickinson, 1933-1935 Robert H. Hinckley, 1938-1942 et William A. M. Burden, 1944-1947. Dossiers du sous-secrétaire au Commerce E. Willard Jensen concernant le Special Industrial Recovery Board, 1933. Dossiers du sous-secrétaire à l'aéronautique John R. Alison, 1940-53. Dossiers du sous-secrétaire au commerce extérieur et intérieur, David K. E. Bruce, 1947-48. Dossiers du sous-secrétaire au commerce pour les affaires internationales Henry Kearns, 1958-60. Documents classés par sécurité du secrétaire adjoint aux affaires nationales et internationales, 1961-67.

40.3.5 Dossiers des sous-secrétaires adjoints

Documents textuels : Dossiers classés par sécurité du sous-secrétaire adjoint aux ressources Stanley Nehmer, 1963-70. Dossiers classés par sécurité des sous-secrétaires adjoints à la politique financière Lawrence C. McQuade, 1962-65 et Mark C. Feer, 1966-67. Dossiers classifiés de sécurité du sous-secrétaire adjoint à la politique commerciale Robert L. McNeill, 1961-67.

40.3.6 Dossiers des assistants et adjoints spéciaux

Documents textuels : Dossiers thématiques et autres documents des assistants spéciaux du secrétaire au Commerce Hyman Bookbinder, 1961-62 Clifford Rucker, 1962-63 Paul O'Day, 1968-69 Jan T. Dykman, 1968-69 Anthony Chase, 1969-70 et Joseph Casson , 1969-72. Dossiers classés par sécurité de l'adjoint au secrétaire au Commerce, Peter T. Jones, 1962-65. Dossiers de programme classés par sécurité de l'adjoint au secrétaire aux programmes textiles James S. Love, Jr., 1962-63. Dossiers des assistants spéciaux du secrétaire au commerce relatifs à la puissance publique, 1922-27 et à la taxe de transformation du coton de la loi d'ajustement agricole, 1935.

40.3.7 Dossiers des autres officiels

Documents textuels : Dossiers de J. Clayton Miller, coordonnateur des programmes de coopération internationale, 1945-48. Correspondance et rapports du chef économiste régional montrant le développement des techniques statistiques pour la représentation des tendances économiques nationales et régionales, 1944-47. Correspondance et rapports du conseiller aux affaires noires Emmer Martin Lancaster concernant les Noirs dans les petites entreprises, 1940-53. Dossiers thématiques et autres dossiers des coordonnateurs nationaux de l'expansion des exportations Draper Daniels, 1962-63 et Daniel L. Goldy, 1962-63. Dossiers thématiques de Harriet M. Sweet, directrice, Bureau des contacts et conférences, relatifs aux foires, expositions et conférences internationales, 1929-46.

Photographies: Recueilli par Emmer Martin Lancaster, conseiller sur les affaires noires, y compris les activités ministérielles et d'éminents dirigeants afro-américains de l'éducation et des affaires, 1940-1953 (NA, 884 images).

40.4 DOSSIERS DES UNITÉS ORGANISATIONNELLES
1903-74

40.4.1 Documents du Bureau du Secrétaire au Commerce

Documents textuels : Dossiers thématiques, 1950-74. Dossiers thématiques choisis, y compris les dossiers relatifs à la Voie maritime du Saint-Laurent, aux études sur les transports, au Comité d'examen intensif des programmes du Bureau du recensement (1954) et à la Commission de conservation des oiseaux migrateurs, 1945-1960. Dossiers du projet départemental d'histoire de la guerre, documentant les activités pendant la Seconde Guerre mondiale, y compris la correspondance, les rapports et les monographies, 1944-1952. Documents relatifs aux conseils, comités et commissions supprimés, 1968-73. Dossiers du coordonnateur de la planification des mesures d'urgence relatifs à l'état de préparation du ministère en cas d'urgence, 1959-63. Dossiers du Secrétariat exécutif, y compris les dossiers thématiques, 1953-74 (378 pieds) et les dossiers d'exploitation du programme, 1958-74. Dossiers thématiques du Bureau de l'élaboration des politiques, 1965-1971. Dossiers classés par sécurité du Comité consultatif présidentiel sur la politique patronale-syndicale, 1961-65.

Documents associés : Dossiers supplémentaires du Comité consultatif du président sur la politique patronale-syndicale dans RG 220, Dossiers des comités, commissions et conseils temporaires.

40.4.2 Documents du bureau du sous-secrétaire au commerce pour les transports

Documents textuels : Fichiers centraux, 1960-65. Dossiers de politique de programme, 1959-63. Documents généraux, y compris les documents relatifs à l'étude sur les transports, le transport aérien et le transport maritime, 1955-62. Documents du comité consultatif du Conseil des transports, 1952-1961. Dossiers de politique du programme du directeur, Office of Transportation Research, 1963-65. Documents classés par sécurité relatifs au Planning Board for Ocean Shipping, 1953-57.

Documents associés : Documents supplémentaires du Bureau du sous-secrétaire aux transports, ministère du Commerce, dans RG 398, Documents généraux du ministère des Transports.

40.4.3 Documents du Bureau du Secrétaire adjoint au commerce pour les affaires internationales

Documents textuels : Rapports et autres documents relatifs à l'étude d'impact sur le commerce extérieur, 1958. Rapports et autres documents relatifs à l'étude sur l'origine des exportations, menée par le Bureau of the Census, 1961-62.

40.4.4 Documents du Bureau du Secrétaire adjoint au commerce pour les affaires intérieures

Documents textuels : Dossiers thématiques, 1953-62.

40.4.5 Documents du Bureau du Sous-Secrétaire au commerce pour les affaires économiques

Documents textuels : Dossiers thématiques classés selon la sécurité, 1963-72.

40.4.6 Documents du Bureau du Secrétaire adjoint au commerce pour la science et la technologie

Documents textuels : Dossiers thématiques et chronologiques, 1962-70. Dossiers thématiques, 1964-68. Dossiers de recherche de Robert Fish, 1962-64. Documents relatifs aux panels du Conseil consultatif technique du commerce sur les véhicules électriques, le transport terrestre à grande vitesse et le transfert international de technologie, 1966-69. Dossiers de correspondance de l'Office des télécommunications, 1966-78. Actes du Conseil fédéral de la science et de la technologie, 1960-70.

40.4.7 Documents du Bureau du budget et de la gestion

Documents textuels : Registres du budget central et registres supplémentaires du directeur, 1910-50. Correspondance et autres documents concernant les budgets de l'Administration de l'aéronautique civile, 1940-50. Dossiers budgétaires départementaux du chef de la Division des comptes, 1945-49. Dossiers thématiques sur les politiques de gestion, 1953-70.

40.4.8 Documents du Bureau du Conseiller juridique

Documents textuels : Correspondance, contrats, opinions et dossiers de questions juridiques connexes, 1903-1947, avec index (190 pi). Dossiers législatifs, 1932-40. Dossiers thématiques, 1939-69, avec index. Correspondance, rapports et mémorandums de l'avocat du département, South Kimble, Jr., concernant les catastrophes aériennes et maritimes et les grèves importantes, 1934-36. Documents relatifs aux contrats, à la délégation de pouvoirs, à l'organisation et aux fonctions du Département du commerce, 1958-65. Correspondance des sujets du programme juridique, 1947-58. Correspondance du sujet du programme juridique concernant le transfert de la propriété du Bureau of Public Roads à l'État de l'Alaska, 1959. Dossier du conseiller général adjoint pour la science et la technologie, 1962-70. Documents relatifs à l'Inland Waterway Corporation, à la Commission Hoover et à d'autres questions, 1946-60. Dossiers classés par sécurité de l'Associate General Counsel relatifs aux questions antitrust et à la loi Taft-Hartley (1947), 1941-1960.

40.4.9 Dossiers du Bureau de l'information

Documents textuels : Documents généraux, y compris les dossiers de discours et de correspondance du secrétaire, les dossiers thématiques et les articles, 1962-68. Communiqués de presse, 1949-74 (270 pieds). Fichiers vocaux, 1962-73, avec index. Commerce News Digest, 1953-59. Transcriptions de conférences de presse, 1953-68. Dossiers biographiques, 1959-68.

40.4.10 Dossiers du Bureau des services techniques (OTS)

Histoire: Créé le 1er juillet 1946, pour administrer des programmes destinés à augmenter la productivité technologique du commerce et de l'industrie des États-Unis, y compris la recherche et le développement, l'assistance aux inventeurs et la collecte et la diffusion d'informations techniques et scientifiques. Est devenu une composante de la nouvelle Business and Defence Services Administration (BDSA, SEE 489.4), 1953. Séparé de BDSA, 1962. Transféré au National Bureau of Standards (NBS), Department of Commerce, et rebaptisé Institute for Applied Technology, 1965. Redésigné Laboratoire national d'ingénierie, NBS, 1979.

Documents textuels : Correspondance d'échange d'informations techniques, mémorandums internes et documents de référence du chef de la division technologique et assistant du directeur, OTS, John Weber, 1955-59. Dossiers de correspondance des sujets d'O.T. Colby, assistant spécial du directeur, OTS, relatif à l'échange d'informations scientifiques avec les pays communistes, 1953-58. Dossiers des comités interministériels, 1947-1954. Dossiers des programmes de recherche et développement industriels, 1943-48. Dossiers de programme et de politique du Conseil des publications, 1943-49. Lettres reçues par la Division d'examen de scientifiques allemands et d'entreprises américaines s'informant des travaux et de l'entrée aux États-Unis (« Miscellaneous National Interest File »), 1946-1951. Dossiers de politique et de programme des superviseurs des produits de base et des conseillers économiques, Division du renseignement technique et industriel, 1945-48, relatifs aux efforts de l'OTS en temps de guerre pour obtenir des informations sur les processus industriels allemands, italiens et japonais. Dossiers de référence d'Eugenia E. Lewis, 1947-57, principalement Guide to the Industrialization of China, 10 vol. Dossiers du programme des scientifiques allemands, 1946-53.

40.4.11 Registres du Bureau de compensation pour les transactions et déclarations étrangères et son successeur, la Division de la balance des paiements

Documents textuels : Correspondance, rapports et autres documents concernant l'origine et le développement du programme continu de compilation de statistiques sur les comptes de balance des paiements de toutes les agences fédérales, 1942-54.

40.4.12 Dossiers du Bureau de coopération industrielle

Histoire: Créé au Bureau du Secrétaire au Commerce en janvier 1948, conformément à l'EO 9919 du 3 janvier 1948 et à une résolution conjointe du 30 décembre 1947 (61 Stat. 945), pour élaborer des accords volontaires sur les salaires et les prix anti-inflationnistes et des plans d'allocation et de contrôle des matières premières rares impactant le coût de la vie ou la production industrielle. L'autorisation de conclure des accords a expiré le 1er mars 1949. Tous ces accords ont expiré le 1er septembre 1949. Bureau financé jusqu'au 30 juin 1949. Date de fin précise inconnue.

Documents textuels : Dossiers du directeur, Earl W. Clark, 1949-50. Correspondance et communiqués de presse du Bureau du Directeur relatifs au contrôle des salaires et des prix, 1948-49. Plans volontaires, 1948-49. Transcriptions des audiences publiques, 1948-49. Dossiers des membres du personnel et des unités administratives établis pour formuler des plans de réglementation volontaire d'industries spécifiques, 1948-49.

40.4.13 Dossiers du Bureau de l'information stratégique (OSI)

Documents textuels : Archives générales, 1954-57. Dossiers de correspondance, 1954-57. Études de cas OSI, 1954-57, avec index. Rapports d'évaluation de l'agence, 1954-57. Dossiers administratifs des réalisateurs R. Karl Honaman, 1954-56 et Edwin Seago, 1955-57. Dossiers de bureau du directeur adjoint Robert A. Bowman, 1953-55. Dossiers de bureau de W.T. Mason, 1956. Documents du Comité interministériel des échanges internationaux, 1954-56. Documents relatifs au processus "C" (Croning), ca. 1950.

40.4.14 Archives du Bureau des foires commerciales internationales

Histoire: Créé au bureau du secrétaire adjoint au commerce pour les affaires internationales par l'arrêté ministériel 159 du 27 janvier 1955, pour coordonner, planifier, concevoir, établir et entretenir des expositions conjointes industrie-gouvernement lors de foires commerciales internationales. Transféré au Bureau des opérations commerciales internationales, 1961, et aboli, 1963.

Documents textuels : Dossiers d'information publique, 1955-56. Documents relatifs à l'information du public et aux relations industrielles, 1955-56. Documents de la Division de la conception et de la construction, 1956.

40.4.15 Archives du Bureau des services techniques de l'État

Histoire: Créé au bureau du secrétaire adjoint au commerce pour la science et la technologie par l'arrêté départemental 7A du 19 novembre 1965, conformément à la loi sur les services techniques de l'État du 14 septembre 1965 (79 Stat.679), de promouvoir le commerce et d'encourager la croissance économique en soutenant des programmes étatiques et interétatiques pour mettre les découvertes de la science utilement entre les mains de l'entreprise américaine. Abrogé par le secrétaire, à compter du 30 juin 1970.

Documents textuels : Dossiers thématiques, 1965-71. Dossiers législatifs thématiques, 1962-70. Dossiers des comités d'évaluation, 1967-68. Plans annuels et quinquennaux des programmes de l'État, 1966-71. Rapports annuels des programmes des services techniques de l'État, 1965-70. Dossiers de candidature et rapports finaux des subventions du programme de mérite spécial et des subventions de planification, 1965-70. Actes de la Conférence nationale sur les services techniques de l'État, 1964-70.

40.4.16 Dossiers des autres organisations du personnel

Documents textuels : Documents de la Division des nominations traitant des relations avec les employés et de la facilitation des services, 1903-1941. Correspondance, listes du personnel de terrain des levés côtiers et géodésiques, et changements de personnel et rapports de la Division de la gestion et de la supervision du personnel, 1907-42. Dossiers thématiques du Comité des transports, 1933-34. Dossiers thématiques de l'Office of Small Business, 1948-51. Dossiers thématiques du General Counsel, Bureau of Foreign and Domestic Commerce, 1946-61. Dossiers thématiques classés par sécurité du General Counsel, National Production Authority, 1950-60.

Documents associés : Dossiers du Bureau des petites entreprises dans RG 151, Dossiers du Bureau du commerce extérieur et intérieur.

40.5 DOSSIERS DU SERVICE DE VALORISATION DES DECHETS (SRE)
1917-19

Histoire: Créée au bureau du secrétaire au Commerce le 1er janvier 1919, en vertu d'une autorisation présidentielle du 3 décembre 1918, absorbant les fonctions de récupération des déchets de la section abolie du travail des prisons de guerre et de la récupération nationale des déchets, division du travail, conseil des industries de guerre, qui avait été créé en tant que Comité du travail des prisons de guerre, le 9 février 1918, et rebaptisé le 9 mai 1918. Le WRS a enquêté et rendu public les moyens de récupérer les déchets. Terminé le 30 juin 1919.

Documents textuels : Dossiers de la Section du travail dans les prisons de guerre et de la récupération des déchets nationaux concernant l'utilisation des prisonniers de guerre dans l'industrie et l'agriculture, 1917-18. Correspondance et rapports du WRS relatifs aux plans de sauvetage, 1918-19.

40.6 DOSSIERS DU SERVICE DE COOPÉRATION INDUSTRIELLE (ICS)
1918-19

Histoire: Créé au Bureau du Secrétaire au Commerce, le 1er janvier 1919, en vertu d'une autorisation présidentielle du 3 décembre 1918, absorbant certaines fonctions de la Division de la conservation abolie, War Industries Board, qui avait été créée, le 9 mai 1918, en tant que successeur du Commercial Economy Board, Council of National Defense, créé le 27 mars 1917. ICS a servi de centre d'échange pour l'étude et la discussion des problèmes commerciaux et industriels, y compris la normalisation, l'utilisation des déchets et le développement de produits. Terminé le 30 juin 1919.

Documents textuels : Dossiers thématiques généraux, 1918-19. Dossiers généraux de l'exécutif, 1918-19.

40.7 REGISTRES DES COMMISSIONS, CONSEILS ET CONSEILS
1898-1991

40.7.1 Archives de la Commission industrielle

Histoire: Créé en vertu d'une loi du 18 juin 1898 (30 Stat. 476), pour enquêter sur les pratiques du travail et industrielles. Première réunion tenue le 17 octobre 1898. Dernière réunion, 10 février 1902. Expiration par prescription, 15 février 1902.

Documents textuels : Procès-verbal de la commission, 1898-1902.

Publications sur microfilms : T10.

40.7.2 Dossiers de la Commission industrielle

Histoire: Créé au Bureau du Secrétaire au Commerce en février 1919. Abrogé en mai 1919. A promu des réductions volontaires de prix dans l'industrie.

Documents textuels : Dossiers thématiques généraux, 1918-19. Rapports administratifs, 1918-19. Dossiers des matières premières, 1918-19.

40.7.3 Dossiers du Conseil consultatif des entreprises

Histoire: Créé par le secrétaire au Commerce, le 26 juin 1933, en tant que Conseil consultatif et de planification des entreprises. Le 11 avril 1935, le nom a changé en Conseil consultatif des entreprises. Se compose d'hommes d'affaires éminents qui conseillent le département sur des sujets de préoccupation et d'intérêt commun.

Documents textuels : Documents relatifs à la création du conseil et à ses sous-comités, 1933-37 et un examen de ses activités, 1933-58. Actes des comités, 1934-59.

40.7.4 Comptes rendus du Comité du commerce de l'Alliance pour le progrès (COMAP)

Histoire: Créée par le Secrétaire au Commerce le 9 mai 1962, conformément à l'EO 11007 du 26 février 1962, pour mobiliser une participation privée accrue à l'Alliance pour le Progrès. Présidé par J. Peter Grace, président de W.R. Grace and Company.

Documents textuels : Dossiers thématiques généraux, 1962-63. Rapports des groupes de travail, 1962-63.

40.7.5 Archives de la Commission américaine - Exposition universelle de New York

Histoire: Créé par l'EO 11014 du 17 avril 1962 et l'ordonnance départementale 180 du 7 août 1962, pour être responsable de la planification et de l'exécution de l'exposition du gouvernement américain à l'Exposition universelle de New York, 1964-1965. Le commissaire était Norman K. Winston. Fin des opérations à la clôture de la Foire et dissolution de l'exposition.

Documents textuels : Correspondance et dossiers administratifs, y compris des photographies, 1962-65. Dossiers de contrats, 1962-66. Albums, 1962-66.

40.7.6 Dossiers du Comité d'examen du président pour la planification du développement en Alaska (PRCDPA)

Histoire: Créée par EO 11182, 2 octobre 1964, en tant que successeur de la Commission fédérale de planification de la reconstruction et du développement pour l'Alaska (créée par EO 11150, 2 avril 1964). Le PRCDPA a fourni des conseils et une orientation au Federal Field Committee for Development Planning en Alaska. Présidé par le Secrétaire au Commerce. Abrogé et remplacé par le Conseil consultatif fédéral sur le développement économique régional, par EO 11386, le 28 décembre 1967 (VOIR 40.8).

Documents textuels : Correspondance et dossiers thématiques, 1964-66.

40.7.7 Dossiers du Conseil national de lutte contre la pollution industrielle (NIPPC)

Histoire: Créé par EO 11523, le 9 avril 1970, pour conseiller sur les programmes de l'industrie relatifs à la qualité de l'environnement. Personnel du NIPPC établi par l'arrêté ministériel 35-3, le 17 juin 1970. Terminé le 10 septembre 1973, par la révocation de l'arrêté ministériel 35-3 et l'échec des crédits.

Documents textuels : Correspondance et dossiers thématiques, 1970-73.

40.7.8 Dossiers du United States Metric Board

Histoire: Créé par la loi du 23 décembre 1975 (89 Stat. 1007), pour promouvoir l'utilisation du système métrique aux États-Unis. Clôturé par défaut de crédits, le 1er octobre 1982.

Documents textuels : Procès-verbaux, rapports annuels, rapports de recherche, enquêtes et études, 1979-82.

40.7.9 Dossiers du Groupe de travail interinstitutions du Président sur les femmes chefs d'entreprise

Histoire: Établi par le mémorandum du président Carter du 4 août 1977, pour évaluer les données existantes sur les femmes entrepreneurs, identifier les pratiques et conditions décourageantes ou discriminatoires, évaluer les programmes et pratiques fédéraux liés aux femmes dans les affaires et proposer des changements dans la loi, la réglementation et la pratique fédérales. Présidé par Anne Wexler, sous-secrétaire adjointe aux Affaires régionales. Officiellement terminé 120 jours après la première réunion du groupe de travail le 14 novembre 1977.

Documents textuels : Dossiers thématiques du programme, 1977-78. Questionnaires d'une enquête sur les entreprises appartenant à des femmes, 1977-78.

40.7.10 Dossiers du Conseil national de promotion du poisson et des fruits de mer (NFSPC)

Histoire: Créé par la loi de 1986 sur la promotion du poisson et des fruits de mer (100 Stat. 3715), le 14 novembre 1986, pour élaborer un plan de marketing et de promotion et éduquer les consommateurs sur le poisson et les fruits de mer. Activités du NFSPC suspendues pour une durée indéterminée, 31 décembre 1991.

Documents textuels : Dossiers thématiques, 1989-91. Correspondance, 1988-91. Procès-verbaux de réunions, 1987-91. Matériel publicitaire et promotionnel imprimé et audiovisuel, 1989-90.

40.7.11 Registres des autres commissions, conseils et conseils

Documents textuels : Documents du Comité consultatif sur la politique d'exportation, y compris les dossiers des sous-comités, 1947-1962 (143 pi). Documents classés par sécurité du Comité de la politique commerciale, 1958-63. Dossiers chronologiques classés par sécurité des actions du Conseil des subventions maritimes, Administration maritime, 1958-65.

Documents associés : Archives de l'Administration maritime, RG 357.

40.8 COMPTES RENDUS DU CONSEIL CONSULTATIF FÉDÉRAL DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE RÉGIONAL (FACRED) ET DES COPRÉSIDENTS FÉDÉRAUX DES COMMISSIONS RÉGIONALES
1966-81

Histoire: Le titre V de la Loi sur les travaux publics et le développement économique de 1965 (79 Stat. 564), du 26 août 1965, autorisait le secrétaire au Commerce à désigner des régions de développement économique pour promouvoir le développement régional. Chaque commission était composée d'un coprésident fédéral et des gouverneurs des États de la région désignée. FACRED, créé par l'EO 11386 du 28 décembre 1967 et présidé par le Secrétaire au Commerce, a assuré la coordination, l'orientation et l'examen des commissions régionales. Les coprésidents fédéraux des commissions régionales étaient membres du FACRED. Rôle fédéral terminé par l'Omnibus Budget Reconciliation Act de 1981 (95 Stat. 766), le 13 août 1981, qui a abrogé le titre V de la Loi sur les travaux publics et le développement économique, à compter du 1er octobre 1981.

Documents textuels : Archives générales de FACRED, 1968-81.

40.8.1 Dossiers du coprésident fédéral, Commission régionale des plaines côtières (CCRP)

Histoire: La commission régionale des plaines côtières, englobant 290 comtés et 17 villes indépendantes en Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie et Floride, a été désignée par le secrétaire au Commerce le 21 décembre 1966 et officiellement organisée le 29 juillet 1967.

Documents textuels : Archives générales, 1967-73. Correspondance et autres documents relatifs à une mission commerciale en Égypte et au Nigéria, novembre 1978. Albums, 1967-74. Correspondance, discours, communiqués de presse et autres documents concernant les activités de la commission, y compris les missions commerciales en Égypte et en Afrique de l'Ouest, 1978-79.

Films (1 bobine) : The Living Coast, une étude écologique du littoral et des marais salés, produite par l'Université de Caroline du Nord, Wilmington, NC, 1979. VOIR AUSSI 40.11.

Photographies: Portraits des commissaires du CCRP, 1978-80 (CPP, 10 images). Programme du CCRP et activités de bureau, y compris des réunions, des expositions à des foires commerciales à l'étranger, des séminaires sur l'investissement industriel et des projets de démonstration, 1977-1981 (CP, 436 images). Documenter une mission commerciale au Nigeria, novembre 1978 (NT, 9 images). VOIR AUSSI 40.14.

40.8.2 Dossiers du coprésident fédéral, Commission régionale des Ozarks

Histoire: La Commission régionale des Ozarks, englobant 134 comtés en AR, KS, MO et OK, a été désignée par le secrétaire au Commerce le 1er mars 1966 et officiellement organisée le 7 septembre 1966.

Documents textuels : Rapports annuels de la commission, 1966-74. Dossiers de réunion, 1966-69.

40.8.3 Dossiers du coprésident fédéral, Commission régionale des Grands Lacs supérieurs

Histoire: La Commission régionale des Grands Lacs supérieurs, qui englobe 119 comtés du MI, du MN et du WI, a été désignée par le secrétaire au Commerce le 2 mars 1966 et officiellement organisée le 11 avril 1967.

Documents textuels : Dossiers thématiques du programme, 1967-70. Dossiers de réunion, 1968. Actes de Victor Roterus, assistant spécial du coprésident fédéral (1948-70), 1967-70.

Documents associés : Dossiers des commissions régionales de développement économique dans RG 414, Dossiers des comités et commissions régionaux.

40.9 ENREGISTREMENTS DES PLANS DE PROGRÈS
1961-69

Histoire: Créé par l'EO 10925, le 6 mars 1961, en tant qu'adjoint au Comité présidentiel sur l'égalité des chances en matière d'emploi (VOIR 220.10.2), en tant que programme coopératif conjoint gouvernement-industrie pour la promotion de l'égalité des chances en matière d'emploi dans le secteur privé. Soutien administratif et d'entretien ménager fourni par le ministère du Travail par EO 11246, 24 septembre 1965.

Documents textuels : Dossiers administratifs, 1961-69. Dossiers de conférence, 1962-69. Dossiers de correspondance, 1961-69. Questionnaires du rapport d'information de l'employeur (formulaires EEO-1), 1966-69. Questionnaires du Plans for Progress Report (formulaires EEO-10), 1962-65. Dossiers de l'Institut d'orientation professionnelle, 1965-69. Documents relatifs aux organismes gouvernementaux et à la participation des entreprises, 1961-69. Matériel publicitaire et d'information publique, y compris photographies, films cinématographiques et enregistrements sonores, 1966-69.

Documents associés : Dossiers du Comité présidentiel sur l'égalité des chances en matière d'emploi dans RG 220, Dossiers des comités, commissions et conseils temporaires. Copies record des publications de Plans for Progress dans RG 287, Publications of the U.S. Government. Dossiers de la Division de la recherche dans RG 403, Dossiers de la Commission pour l'égalité des chances en matière d'emploi.

40.10 DOSSIERS CARTOGRAPHIQUES (GÉNÉRAL)
1927, 1944, 1957

Plans: Programme de dispersion industrielle "zones cibles", identifiant les concentrations d'industries liées à la défense, publié par l'Office of Area Development, 1957 (1 élément). "Guide graphique de la décentralisation" aux États-Unis montrant les "zones cibles de la reconversion" et les changements projetés dans la population, les revenus et les ressources après la Seconde Guerre mondiale, 1944 (1 élément).

Plans d'architecture et d'ingénierie : Dessins de conception de l'aéroport national proposé (« aéroport municipal, district de Columbia ») à Gravelly Point, Arlington, VA, préparés pour le Comité sur la capitale nationale, American Institute of Architects, s.d. (2 articles). Plans du bâtiment du ministère du Commerce, Washington, DC, 1927 (16 pièces).

40.11 IMAGES CINÉMATIQUES (GÉNÉRAL)
1961-66

Entrevues, discours, conférences de presse et cérémonies auxquelles assiste le secrétaire au Commerce et documentation sur des questions importantes pour le département telles que les voyages aériens et la recherche spatiale 1961-70 (34 bobines). A Plan for Appalachia, sur le développement économique des Appalaches raconté par Tennessee Ernie Ford, Douglas Aircraft Corporation, s.d. (1 bobine). Relatif au commerce international, au développement des entreprises minoritaires et à l'énergie, 1968-78 (13 bobines).

40.12 ENREGISTREMENTS VIDÉO (GÉNÉRAL)
1973-74, 1988-91

Discours, conférences de presse et interviews donnés par les secrétaires au commerce Frederick Dent et Robert Mosbacher, 1973-74, 1988-91 (27 éléments).

40.13 ENREGISTREMENT SONORE (GÉNÉRAL)
1962-91

Discours, conférences de presse et interviews donnés par les secrétaires au commerce Frederick Dent, Elliot Richardson, Juanita Kreps, Luther Hodges, Philip Klutznick, Malcolm Baldridge, C. William Verity et Robert Mosbacher, et autres, 1962-91 (1 571 articles).

40.14 IMAGES FIXES (GÉNÉRAL)
1903-74

Photographies: Hauts fonctionnaires ministériels aux activités d'affaires publiques, y compris les secrétaires au commerce Luther H. Hodges, John T. Connor, Alexander Trowbridge, C.R. Smith et Peter G. Peterson, 1959-74 (SO, 768 images). Construction des portes extérieures en bronze du bâtiment du ministère du Commerce, Washington, DC, 1931 (GC, 5 images).

Tirages photographiques et négatifs : Bâtiments et bureaux occupés par le ministère du Commerce et ses prédécesseurs, 1903-37 (B, 45 images). Expositions départementales à l'Exposition du Sesquicentennial, Philadelphie, 1926 (EXA, 107 images) à l'Exposition internationale, Séville, Espagne, 1929-30 (EXB, 10 images) et à l'exposition Safety First, Washington, DC, 1916 (EXC, 5 images). Fonctionnaires et activités du ministère du Commerce, 1959-64 (G, 575 images).

Instruments de recherche : Index des noms de la série G.

Documents associés : RG 121, série BCP, BS (pour série B) RG 318, série MP (pour série G).

VOIR Photographies SOUS 40.8.1.

Note bibliographique : version Web basée sur le Guide to Federal Records des Archives nationales des États-Unis. Compilé par Robert B. Matchette et al. Washington, DC : Administration nationale des archives et des dossiers, 1995.
3 tomes, 2428 pages.

Cette version Web est mise à jour de temps à autre pour inclure les dossiers traités depuis 1995.


Secrétaires des Anciens Combattants' - Histoire

En 1996, le Département d'État en est à son troisième siècle en tant qu'agence phare des affaires étrangères du gouvernement fédéral américain. Le Département a apporté son soutien et son expertise aux présidents et aux secrétaires d'État, a travaillé avec le Congrès et a servi et protégé les citoyens des États-Unis alors que la nation devenait une grande puissance. Pendant plus de 200 ans, le Département d'État a mené la diplomatie américaine à travers la guerre et la paix, au milieu des courants concurrents d'isolationnisme et d'internationalisme qui ont façonné la politique étrangère américaine et son engagement en faveur de la liberté et de la démocratie.

Le Département d'État émergent, 1789-1860

La Constitution des États-Unis, rédigée à Philadelphie au cours de l'été 1787 et ratifiée par les États l'année suivante, confiait au président la responsabilité de la conduite des relations extérieures du pays. Cependant, il devint vite évident qu'un pouvoir exécutif était nécessaire pour soutenir le président Washington dans la conduite des affaires du nouveau gouvernement fédéral.

La Chambre et le Sénat ont approuvé une loi créant un ministère des Affaires étrangères le 21 juillet 1789, et le président Washington l'a promulguée le 27 juillet, faisant du ministère des Affaires étrangères la première agence fédérale à être créée en vertu de la nouvelle Constitution. Cette législation reste la loi fondamentale du Département d'État. En septembre 1789, une loi supplémentaire changea le nom de l'agence en Département d'État et lui confia diverses tâches domestiques.

Ces responsabilités ont grandi pour inclure la gestion de la Monnaie, gardien du Grand Sceau des États-Unis, et la prise du recensement. Le président Washington a signé la nouvelle législation le 15 septembre. La plupart de ces tâches domestiques du département d'État ont finalement été confiées à divers nouveaux départements et agences fédéraux créés au XIXe siècle.

Le président Washington a nommé Thomas Jefferson en septembre 1789 pour être le premier secrétaire d'État. En février 1790, Jefferson revint à contrecœur de Paris où il occupait le poste de ministre américain en France. Le nouveau département d'État sous-secrétaire Jefferson a été mis en place brièvement à New York jusqu'à ce que la capitale soit transférée à Philadelphie. Sous Jefferson et ses successeurs immédiats, le département se composait de plusieurs commis et d'un traducteur à temps partiel. Le Département d'État et le reste du nouveau gouvernement ont finalement déménagé dans son siège permanent à Washington D.C. au début de 1800.

Pendant les 35 premières années sous la Constitution de 1789, le Département d'État était dirigé par les plus grands dirigeants de la nouvelle république. Pour Thomas Jefferson, James Madison, James Monroe et John Quincy Adams, le service en tant que secrétaire d'État s'est avéré être le tremplin vers l'élection à la présidence. À aucun moment dans l'histoire des États-Unis, les relations étrangères n'auraient été essentielles à l'existence même de la nation et au bien-être de ses citoyens. Durant ces années des guerres napoléoniennes et de leurs séquelles, la nouvelle république, ses secrétaires d'État et leur minuscule département d'État, ont dû achever ses luttes révolutionnaires, se libérer des alliances enchevêtrées avec l'ancien monde, et achever la plus grande partie de l'expansion du pays aux Caraïbes, à travers le Mississippi et, avec l'achat de la Louisiane, à l'océan Pacifique.Le Département d'État, qui comptait plus de 20 employés en 1825, continua également à s'acquitter d'une grande variété de tâches domestiques qui lui étaient confiées par le Congrès en 1789.

De 1825, lorsque John Quincy Adams a quitté le département pour devenir président, jusqu'à la guerre de Sécession, l'Amérique a connu la grande expansion initiale de son industrie et de son commerce et l'afflux de populations vers l'ouest à travers les grandes plaines et les montagnes et les déserts de l'ouest. Les affaires étrangères, bien qu'importantes, ont pour la plupart perdu l'urgence des années fondatrices. Le Département d'État s'est concentré sur la gestion de l'élargissement progressif des relations diplomatiques américaines et de la propagation des navires et du commerce américains aux quatre coins du monde. Il y avait peu de problèmes majeurs de politique étrangère : négocier avec les Britanniques la frontière nord avec le Canada et résoudre, par la diplomatie et parfois la guerre, les conflits avec le Mexique sur la frontière sud-ouest. Le Congrès a progressivement retiré au Département d'État ses tâches domestiques et les a transférées à de nouveaux départements et agences tels que le Département de l'intérieur et le Bureau du recensement. Les secrétaires d'État ont continué à être les membres prééminents du cabinet du président, mais seulement deux fois de plus (Martin Van Buren et James Buchanan) les anciens secrétaires d'État deviendraient président. Des présidents, d'Andrew Jackson à James Buchanan, ont pris les quelques décisions vraiment importantes du pays en matière d'affaires étrangères.

Le Département d'État a peu changé au cours de ces années. John Quincy Adams a été le premier secrétaire d'État à introduire des pratiques d'organisation et de gestion de base afin que la petite agence puisse assumer ses responsabilités en expansion lente. En 1833, le secrétaire d'État Louis McLane a effectué la première réorganisation globale du département, dont l'aspect le plus important était la création de bureaux, notamment les bureaux diplomatiques, consulaires et nationaux. Le nombre d'employés est passé de 8 en 1790 à 23 en 1830 et à 42 en 1860. (Voir Tableau du personnel, 1781-1997)

Le service diplomatique américain s'est lentement développé à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, lorsque la nation s'est catégoriquement opposée à des contacts diplomatiques étendus avec les nations européennes. En 1790, les États-Unis n'envoyèrent des ministres plénipotentiaires que dans deux pays : la France et la Grande-Bretagne. En 1830, le nombre est passé à 15 en 1860 à 33. Le service consulaire, d'autre part, a augmenté régulièrement pendant cette période. Consuls, agents commerciaux et agents consulaires protégeaient les navires et les équipages américains à l'étranger et favorisaient l'expansion du commerce américain. Les postes consulaires américains sont passés de 10 en 1790 à 141 en 1831 et 253 en 1860. (Voir Tableau des postes consulaires et diplomatiques, 1781-1997)

Le département arrive à maturité, 1861-1895

Sous William Henry Seward, le poste de secrétaire d'État est devenu un poste d'un pouvoir et d'une importance sans précédent pendant la guerre de Sécession. Le secrétaire Seward était le principal conseiller du président Abraham Lincoln sur un large éventail de questions intérieures urgentes en temps de guerre ainsi que sur l'effort diplomatique vital pour empêcher les puissances européennes de reconnaître ou d'aider la Confédération. Le succès du département d'État et des représentants diplomatiques américains à l'étranger au cours des premières années de la guerre civile a été essentiel pour isoler le Sud jusqu'à ce que les armées et la marine de l'Union puissent être mobilisées pour gagner la lutte. L'autorité du département d'État a grandi en taille et en activité alors même que l'ensemble du gouvernement fédéral était centralisé, élargi et renforcé pendant la guerre civile.

Après la guerre de Sécession, le Département d'État s'est doté d'une structure bureaucratique plus appropriée pour assumer sa responsabilité croissante de servir les intérêts d'une Amérique en voie d'industrialisation rapide dont la croissance économique commençait à distancer la plupart des puissances européennes. En 1870, le secrétaire Hamilton Fish a redéfini la structure du bureau du ministère et a publié une série de règles et de règlements mettant à jour ses pratiques administratives. Fish obtint également du Congrès l'ajout d'un troisième secrétaire d'État adjoint (le secrétaire Seward fit ajouter un deuxième secrétaire adjoint au département en 1866).

La continuité et l'expérience dans la conduite des responsabilités du Département d'État et de la direction avant, pendant et après la guerre civile ont été assurées par la présence à long terme de William Hunter. Hunter, qui a servi au ministère pendant plus de 40 ans, a été greffier en chef de 1852 à 1866, date à laquelle il a été promu au poste nouvellement créé de deuxième sous-secrétaire d'État. Il a également été secrétaire par intérim pendant que le secrétaire Seward se rétablissait après la tentative d'assassinat d'avril 1865 sur sa vie par un conspirateur de John Wilkes Booth. Hunter occupa le poste de deuxième secrétaire sous sept secrétaires d'État jusqu'à sa mort en 1886. Ce faisant, il confirma l'établissement d'un rôle de leadership pour le membre le plus ancien de la bureaucratie permanente du ministère. Hunter a été remplacé en tant que deuxième secrétaire adjoint par Alvey A. Adee qui a occupé ce poste jusqu'à sa mort en 1924. Le long service de William Derrick, William Hunter et Alvey Adee en tant que hauts fonctionnaires de carrière du département d'État de 1841 à 1924 avait un impact profond sur les affaires étrangères américaines en servant à leur époque de mémoires institutionnelles et en coordonnant le travail du Département.

Au cours des trois décennies qui ont suivi la guerre civile, les États-Unis sont revenus à une politique étrangère fondamentalement isolationniste et n'ont été confrontés à aucune véritable crise à l'étranger. Sous la gestion ordonnée des questions diplomatiques mineures de l'âge d'or de l'Amérique, l'économie américaine en pleine expansion poussait la nation et son département d'État vers des changements importants dans la conduite des affaires étrangères. La présence et le commerce américains à l'étranger ont augmenté à un rythme ahurissant. Entre la fin de la guerre de Sécession et le déclenchement de la guerre hispano-américaine 34 ans plus tard, les exportations américaines ont triplé et les États-Unis n'étaient dépassés que par la Grande-Bretagne dans le commerce d'exportation. Le service consulaire devient le principal instrument de recherche des marchés américains à l'étranger.

En 1860, il y avait 480 consulats, agences commerciales et agences consulaires à l'étranger, et en 1890, ce nombre était passé à 760. Le Congrès a commencé à adopter des mesures pour placer les représentants diplomatiques américains au premier rang de la diplomatie internationale et pour s'assurer que les deux et les services diplomatiques étaient gérés plus efficacement et plus étroitement. En 1893, le Congrès a finalement reconnu que les États-Unis avaient atteint la maturité diplomatique en autorisant la nomination de représentants de rang ambassadeur en Grande-Bretagne et dans d'autres grandes puissances. En 1895, le président Grover Cleveland a publié des règlements exigeant que les postes vacants soient pourvus sur la base d'examens écrits, y compris des tests de langue. D'autres mesures ont été adoptées pour traiter les salaires et l'inspection des postes consulaires.

Un corps de diplomates américains professionnels émergeait pour relever les nouveaux défis de la politique étrangère. Bien que le système de favoritisme ait continué à dominer le processus de nomination présidentielle, des hommes capables et expérimentés (mais pas encore des femmes) ont été retenus en service malgré les changements d'administration et de parti. Dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale, des diplomates aussi distingués que George Seward, Robert McLane, Charles Denby et William Rockhill ont fourni une représentation américaine exceptionnelle en Extrême-Orient. Henry White a eu une longue et importante carrière au service des intérêts américains en Grande-Bretagne. Henry Vignaud a passé près de 35 ans à l'ambassade à Paris et George Schuyler a occupé divers postes en Europe de l'Est.

Gérer les affaires étrangères d'une grande puissance, 1900-1940

De la guerre hispano-américaine au tournant du siècle jusqu'aux premières années de la présidence de Franklin D. Roosevelt, les États-Unis, pourtant à contrecœur de l'avis de nombreux Américains, ont rejoint les rangs des grandes puissances mondiales. Les engagements et les responsabilités du pays à l'étranger se sont considérablement accrus. Theodore Roosevelt a inauguré la phase impériale de la diplomatie américaine avec la construction du canal de Panama, l'envoi de la flotte américaine dans le monde, l'accord de paix russo-japonais à Portsmouth, New Hampshire, et la négociation d'accords de grande puissance pour éloigner guerre contre le colonialisme européen en Afrique. Le secrétaire d'État John Hay a annoncé l'émergence des États-Unis en tant que puissance du Pacifique avec sa politique en Chine. Le Département d'État et les services diplomatiques et consulaires se sont développés et modernisés en réponse aux intérêts croissants à l'étranger des intérêts commerciaux et culturels américains du 20e siècle. Une prudence et un conservatisme traditionnel, reflétant les ambivalences de l'ensemble des citoyens, ont cependant continué à dominer le Département d'État.

Pendant ce temps, le Département d'État est passé de 91 employés à Washington, DC, et un budget de 141 000 $ en 1900, à 708 employés et un budget de 1 400 000 $ en 1920, à 1 128 employés et un budget de 2 800 000 $ en 1940. (Voir Personnel Tableau, 1781-1997) Le secrétaire d'État Philander Knox a introduit en 1909 de nouvelles divisions politico-géographiques pour gérer les principaux travaux de fond du département, a considérablement élargi le rôle de l'avocat du département et a assigné les tâches administratives croissantes au troisième secrétaire adjoint de État. Des divisions de l'information et des relations commerciales ont également été créées.

La Première Guerre mondiale a imposé des responsabilités mondiales au gouvernement des États-Unis. En 1914, les États-Unis entretenaient des relations diplomatiques actives et déterminées avec quelques-unes des nations du monde, reconnaissaient les intérêts nationaux dans quelques-unes d'entre elles et maintenaient des politiques cohérentes envers pratiquement aucune d'entre elles. La guerre a complètement changé cela. Pendant la guerre et les négociations de paix qui ont suivi, le président Woodrow Wilson, avec l'aide du Département d'État, a élaboré une politique étrangère américaine globale en ce qui concerne tous les problèmes et problèmes majeurs découlant de la guerre et du règlement de paix. Pour aider le secrétaire d'État à gérer les responsabilités croissantes à l'étranger, le Congrès a créé le poste de sous-secrétaire d'État en 1919.

Des communications modernisées ont été élaborées pour mener à bien les activités mondiales du Ministère. Le nombre de télégrammes a décuplé entre 1900 et 1914 et a continué à augmenter régulièrement par la suite. L'utilisation de codes et de chiffrements télégraphiques, peu nécessaires avant la Première Guerre mondiale, s'est également étendue pendant et après la Première Guerre mondiale. Le ministère a introduit des mesures de sécurité pour la protection des informations et a commencé le processus d'étiquetage et de contrôle des documents "secrets" et "confidentiels". Des codes diplomatiques américains efficaces ont été introduits après la guerre, et une opération de « Chambre noire américaine » a été expérimentée dans le but de déchiffrer les messages diplomatiques codés des autres nations. Cordell Hull a été le premier secrétaire d'État à utiliser le téléphone pour instruire les missions et les délégations à l'étranger.

La professionnalisation du service extérieur et du département d'État au cours des premières décennies du XXe siècle n'a guère contribué au départ à défaire le caractère élitiste de la diplomatie américaine. La nomination au service extérieur continuait d'être essentiellement réservée aux membres de la communauté protestante blanche, anglo-saxonne et prospère. La politique étrangère a été faite au Département d'État avec peu de référence à la large communauté démocratique de personnes et d'intérêts. Les politiques progressistes du président Wilson ont commencé à changer le style de la diplomatie américaine.

La Première Guerre mondiale a déclenché des changements qui n'ont pas pu être freinés. L'une des conséquences les plus importantes de la guerre a été l'augmentation de l'emploi des femmes et leur ascension à des postes de direction croissante dans le département d'État. Margaret M. Hanna avait été commis au département pendant 23 ans lorsqu'elle a été nommée chef du bureau de correspondance. Elle a été remplacée par Blanche Halla à la fin des années 1930. Ruth Shipley, qui a été pendant un certain temps l'assistante d'Hanna, a ensuite été pendant 25 ans à la tête du Bureau des passeports. Les femmes ont été admises dans le nouveau service extérieur à partir de 1925. Le président Franklin D. Roosevelt a nommé les deux premières femmes chefs de mission : Ruth Bryan Owen a été ministre au Danemark de 1933 à 1936 et Florence Jaffrey Harriman a été ministre en Norvège de 1937 jusqu'à 1940. L'avancement des femmes dans le département, cependant, est resté lent.

Dans la période entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, les femmes représentaient plus de la moitié de la main-d'œuvre du département d'État, bien que la plupart de ces postes étaient des emplois de bureau de rang inférieur. Les Afro-Américains occupaient également les postes les moins bien rémunérés du département. La séparation des races sur le lieu de travail du gouvernement, amorcée sous la présidence Wilson, s'est fait sentir au Département d'État et a confiné les Afro-Américains au bas des échelons de carrière. Il y a eu quelques exceptions. Clifton Wharton a réussi ses examens oraux et écrits et est devenu le premier officier noir du service extérieur en août 1925. Les Juifs ont également ressenti les pratiques d'exclusion qui prévalaient ailleurs dans l'establishment gouvernemental et dans le monde des affaires et professionnel au sens large.

Après plusieurs décennies d'efforts du Département d'État, dirigé par l'officier de carrière de longue date et secrétaire d'État adjoint Wilbur J. Carr, le Congrès a adopté le 24 mai 1924, la Loi Rogers créant un système unifié (combinant les services diplomatiques et consulaires ) et le service extérieur professionnel des États-Unis. La loi a fait du mérite plutôt que de la politique la base de la nomination et de la promotion, et elle a favorisé un service de carrière permanent pour représenter la nation à l'étranger. Les agents diplomatiques et consulaires ont été fusionnés en un seul service et pouvaient et ont servi dans l'une ou l'autre fonction. L'amélioration des salaires et des avantages a ouvert le service à ceux qui ont des moyens limités. Les réformes et modifications ultérieures ont mis l'accent sur la formation et l'expertise linguistiques. Le Foreign Services Buildings Act de 1926 prévoyait pour la première fois la construction d'ambassades et de bâtiments consulaires à l'étranger.

La professionnalisation du service diplomatique s'est reflétée dans la composition changeante des chefs des missions diplomatiques américaines. Le pourcentage d'officiers de carrière servant comme chef de mission est passé de zéro avant 1920 à 30 pour cent en 1924 suite à la loi Rogers, à près de 55 pour cent pendant la Seconde Guerre mondiale. La rotation des agents diplomatiques des postes à l'étranger vers des postes de direction au sein du Ministère a commencé pendant la Première Guerre mondiale et a été considérablement renforcée par la Loi Rogers. En 1939, le service extérieur était devenu le seul service du personnel pour tous les services à l'étranger, à l'exception des attachés militaires et navals. Au moment où les États-Unis sont entrés dans la Seconde Guerre mondiale, le président Roosevelt et le secrétaire d'État Cordell Hull étaient servis par un service extérieur d'environ 830 officiers formés.

Le Département d'État et les États-Unis en tant que superpuissance, 1945-1960

Les États-Unis sont sortis de la Seconde Guerre mondiale comme la nation la plus puissante du monde. Au cours des 15 années suivantes, la politique étrangère américaine a été dominée par la série de crises, grandes et petites, qui ont marqué la lutte pour contenir le communisme agressif dirigé par l'Union soviétique. L'analyse fondamentale du gouvernement américain de sa tâche d'après-guerre a été exposée dans le document n° 68 du Conseil de sécurité nationale en 1950 qui postulait une période prolongée de crise mondiale résultant de l'agression communiste et exhortait à une accumulation militaire majeure d'armes nucléaires et conventionnelles soutenues par d'importants budgets américains. et augmentation des impôts. Dans le contexte de la guerre froide, les États-Unis ont mené la recherche d'un règlement de paix durable en Europe et en Asie, ont pris les devants avec le plan Marshall et d'autres formes d'assistance économique et technique pour reconstruire l'économie mondiale en ruine, et ont fait avancer, même au grand désarroi de ses grandes puissances alliées, la décolonisation du Tiers-Monde. Les secrétaires d'État James F. Byrnes, George C. Marshall, Dean Acheson, John Foster Dulles et Christian A. Herter ont travaillé en étroite collaboration avec les présidents Truman et Eisenhower pour façonner la politique étrangère des États-Unis. Byrnes et ses successeurs ont voyagé fréquemment à des conférences et des négociations à travers le monde. Au cours de ses 5 années au pouvoir, John Foster Dulles a parcouru 480 000 milles. Les États-Unis et leurs diplomates ont donné leur direction au règlement de paix d'après-guerre et se sont portés garants de sa pérennité. Aux Nations Unies, véhicule de la construction d'une nouvelle norme et d'un nouveau style de relations internationales, les États-Unis ont fourni une grande partie des ressources et de l'initiative et le Département d'État est devenu le mentor de la vaste diplomatie multilatérale qui est née pour exploiter l'expérience des plus anciens. nations et les attentes des nouveaux États émergents.

Pour administrer les nouvelles et complexes responsabilités du Département d'État pendant et après la Seconde Guerre mondiale, le nombre d'employés de maison est passé de 1 128 en 1940 à plus de 3 700 en 1945 et près de 9 000 en 1950. Le Département d'État d'après-guerre a été complètement remanié et restructuré. De nouveaux bureaux et bureaux ont été créés et dotés en personnel. Des bureaux pour l'administration et les affaires économiques ont été créés en 1944. À la fin de la guerre, un nouveau grand bureau des affaires publiques a été créé, rassemblant les restes d'une variété d'agences d'information et de propagande en temps de guerre. Le secrétaire Marshall, qui manquait cruellement à la conduite des affaires étroitement coordonnée qui caractérisait ses expériences de commandement militaire, a mis en place un secrétariat exécutif et un état-major de planification des politiques en 1947 pour organiser et gérer la prise de décision du département et entreprendre une planification politique à long terme. Le Secrétariat du Secrétaire Marshall s'est avéré si efficace qu'il a continué, sans changement significatif, jusqu'à nos jours. Le personnel de planification des politiques, initialement composé de sommités telles que George Kennan et Paul Nitze, a rapidement perdu son lustre d'origine sous les secrétaires ultérieurs et, au lieu de s'occuper de la planification à long terme, est devenu un personnel de dépannage pour la direction du département.

Dans les années qui ont suivi la fin de la guerre, il est devenu évident que le Département d'État, gonflé par le personnel et les tâches d'innombrables agences en temps de guerre et aux prises avec de nouvelles tâches globales d'une superpuissance mondiale, était incapable d'agir de manière aussi décisive ou rapide que le situation mondiale habituellement exigée. Pire encore, le conflit entre le service extérieur en pleine croissance et puissant et la fonction publique, y compris de nombreux travailleurs d'agences disparates en temps de guerre, contrecarrait un gouvernement efficace. En 1949, une restructuration complète du département a été effectuée en réponse à la Commission sur l'organisation gouvernementale, dirigée par l'ancien président Herbert Hoover. Le travail du Département a été réorganisé pour se concentrer sur les principaux bureaux d'élaboration des politiques, les affaires interaméricaines, les affaires d'Extrême-Orient, les affaires européennes, les affaires du Proche-Orient et de l'Afrique, les affaires des organisations internationales et les relations avec le Congrès. Les systèmes de personnel pour le service extérieur et la fonction publique ont été placés sous une direction centrale dans le but d'atténuer les tensions entre les deux.

La structure du bureau géographique a été complétée en 1958, en prévision de la décolonisation rapide de l'Afrique dans les années 1960, avec la création d'un bureau des affaires africaines. Pendant ce temps, en réponse à la diversification croissante des questions de politique étrangère, le Département a créé un Bureau des affaires consulaires en 1952, un Bureau du renseignement en 1957 et un Bureau des affaires culturelles en 1960. Le Département en expansion a progressivement acquis un nouveau niveau de politique. -les décideurs et les coordinateurs, y compris la création du poste de sous-secrétaire aux affaires économiques en 1946. Un sous-secrétaire adjoint à la gestion a été nommé pour la première fois en 1949, et en 1953, le bureau avait été élevé au rang de sous-secrétaire à la gestion. La prolifération des bureaux politiques a été supervisée pour la première fois en 1949 par un sous-secrétaire adjoint aux affaires politiques. Ce poste a été élevé au rang de sous-secrétaire d'État aux affaires politiques en 1959.

Bien que le Département d'État se soit considérablement élargi pour assumer ses responsabilités croissantes dans le monde et répondre aux menaces communistes à mesure que la guerre froide s'aggravait, il perdit son rôle de seule agence fédérale impliquée dans la préparation et l'exécution de la politique étrangère. Des unités militaires étaient stationnées dans des bases à travers le monde, et la puissance aérienne et navale américaine pouvait être appelée par le président à tout moment pour faire face à une crise à l'étranger. Les dirigeants du Département d'État n'étaient pas à l'aise avec le penchant pour la collecte de renseignements agressifs et l'action politique secrète qui ont émergé de la Seconde Guerre mondiale. En conséquence, une Agence centrale de renseignement distincte a été créée en 1947 pour coordonner les activités de renseignement en dehors des États-Unis, et elle a rapidement développé un appareil opérationnel mondial qui a offert aux présidents des opérations secrètes pour faire avancer les objectifs de la politique étrangère. Les départements du Trésor, du Commerce et de l'Agriculture étaient également impliqués dans de grands programmes internationaux. Des agences distinctes ont géré des programmes d'information à l'étranger et des efforts d'assistance économique en expansion dans l'Europe ravagée par la guerre et dans les pays en développement d'Asie et d'Afrique. Surtout, le Conseil de sécurité nationale (NSC) a été créé en 1947 dans le cadre de l'appareil de la Maison Blanche pour coordonner pour le président les principales questions internationales auxquelles sont confrontés le gouvernement et les différentes agences concernées par les affaires étrangères. Bien que les secrétaires d'État Acheson et Dulles aient tenu le rôle principal au sein du NSC pendant ses premières années, l'équilibre du contrôle était passé au personnel de la Maison Blanche. Le Département d'État a cherché à établir des relations efficaces avec ces agences à Washington et dans des postes à l'étranger. Les succès de la coordination par le Département d'État de l'establishment de la politique étrangère ont souvent été négligés par les critiques qui se sont concentrés sur le processus de prise de décision de plus en plus compliqué et les différentes voix définissant la portée des intérêts et des engagements américains à l'étranger.

Une évolution majeure dans la conduite des affaires étrangères a été l'implication significative du public dans la formulation des politiques. Depuis les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, le Département d'État s'est efforcé d'informer et d'éduquer le public américain sur les problèmes et les possibilités posés par la scène politique mondiale. La conférence de presse est devenue le principal moyen par lequel le secrétaire d'État et le département d'État ont répondu à la demande presque insatiable d'informations et de perspectives sur la politique étrangère de la part des médias. Les conférences de presse du secrétaire d'État, commencées de manière informelle par le secrétaire Hull dans les années 1930, se sont étendues à mesure que le corps de presse accrédité auprès du ministère augmentait. Dans les années 1950, les conférences de presse des secrétaires Dean Acheson et John Foster Dulles sont devenues de plus en plus rares. Au lieu de cela, les porte-parole du Département d'État, tels que le vétéran Lincoln White, sont devenus l'intermédiaire pour les correspondants affectés à "Foggy Bottom". Publique. Des publications de qualité allant de déclarations faisant autorité sur la politique actuelle à des documentaires historiques ont été élaborées, et un vaste programme de conférences, de briefings et de discours a cherché à éclairer les politiques et les négociations complexes pour les citoyens intéressés et pour le nombre croissant d'organisations non gouvernementales concernées par l'Amérique rôle et implication à l'étranger.

En 1940, les États-Unis étaient représentés à l'étranger par 19 ambassades, 39 légations et 1 autre mission. Vingt ans plus tard, il y avait 78 ambassades, 3 légations et 2 autres missions. Le Foreign Service Reform Act de 1946 a établi la structure d'un service moderne et efficace avec un système de classification consolidé, des programmes de promotion et de retraite, et des politiques d'allocations et d'affectation améliorées. L'Institut du service extérieur a dispensé une formation linguistique et régionale spéciale. Dans les années 1950, le ministère et le service extérieur ont fait les premiers efforts sérieux pour recruter des femmes, des Noirs et d'autres minorités au niveau des officiers. Le nombre d'Américains employés à l'étranger est passé d'environ 2 000 en 1939 à 3 500 en 1946 à plus de 6 000 en 1960. En outre, le Département employait plus de 9 000 personnes étrangères à l'étranger en 1960. (Voir Tableau du personnel, 1781-1997) L'agence a été créée en 1951 pour coordonner les affaires publiques et les efforts culturels à l'étranger et pour gérer l'expansion de Voice of America. D'autres agences ont coordonné l'expansion de l'assistance économique et militaire.

Le nouveau Département d'État et du Service extérieur moderne et relativement important, avec son champ d'activités considérablement élargi, s'est trouvé menacé par des dangers à la maison et à l'étranger. Les menaces des agents des ennemis fascistes en temps de guerre ont été suivies par la menace encore plus insidieuse d'un communisme mondial visant non seulement l'espionnage mais la subversion des gouvernements des alliés de l'Amérique et l'expansion de l'Union soviétique par tous les moyens disponibles. Les mesures de sécurité pour la protection des informations et du personnel, tant au Département à Washington que dans les missions individuelles à l'étranger, ont commencé à une échelle limitée dans les années qui ont précédé le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, mais sont devenues vraiment étendues et même intrusives dans le décennie après la fin de la guerre. Ces pratiques de sécurité ont abouti aux accusations d'activité de trahison visant finalement plusieurs centaines d'officiers du ministère et du service extérieur par le sénateur Joseph McCarthy et d'autres membres du Congrès dans les années 1950. Certains licenciements ont eu lieu, et dans d'autres cas, des carrières ont été inutilement détruites. La « sécurité » a blessé le moral du personnel du Département tout comme le Département a assumé ses nouvelles tâches les plus difficiles à travers le monde. Certaines des conséquences les plus amères des purges maccarthystes sont devenues évidentes des années plus tard, lors de l'implication américaine dans la guerre du Vietnam, lorsque les dirigeants américains se sont retrouvés à s'enfoncer de plus en plus dans le bourbier, en grande partie parce qu'ils manquaient d'expertise asiatique vitale.

Les premières décennies d'après-guerre ont vu des changements accélérés dans le rôle des minorités au Département d'État. La mobilisation des hommes pour l'effort de guerre rendait le recrutement d'encore plus de femmes dans le département une nécessité urgente. Les barrières raciales ont été progressivement supprimées conformément aux ordres du président Roosevelt d'introduire des pratiques d'emploi équitables au sein du gouvernement fédéral. L'intégration des Afro-Américains dans la cafétéria du Département d'État s'est produite discrètement pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque d'autres pratiques restrictives d'embauche et de promotion ont commencé à être inversées. Ce n'est qu'en 1958, cependant, que Clifton Wharton est devenu le premier chef de mission afro-américain du service extérieur.

Cette expansion des activités et des responsabilités diplomatiques américaines à l'étranger a donné lieu à un programme de construction d'ambassades américaines soit pour remplacer des bâtiments plus petits, soit pour établir la présence américaine dans des zones où il n'y en avait pas eu. Les premières ambassades conçues et détenues par des Américains à l'étranger étaient celles de Paris et de Tokyo construites entre les deux guerres mondiales. La disponibilité de près de 175 000 000 $ en fonds de « contrepartie » résultant du remboursement en monnaies locales pour le prêt-bail a servi de base à un programme ambitieux dans les années 1950 pour la construction d'ambassades et de consulats en Europe, en Afrique et en Asie. Ces bâtiments, conçus dans le style international moderne par les plus grands architectes américains, projetaient à l'étranger une image puissante de l'Amérique en tant que superpuissance. Le besoin d'une sécurité accrue pour les plus grands établissements diplomatiques américains à l'étranger, dont beaucoup dans des pays où l'instabilité politique était chronique, a conduit au déploiement de détachements de gardes marins dans de nombreux bâtiments de l'ambassade.

Le rôle du département d'État dans la communauté des affaires étrangères des États-Unis, 1961-1996

Les 35 dernières années ont vu l'apogée de la puissance et de la responsabilité américaines dans les affaires mondiales, l'apogée et la fin de la guerre froide, et la lente émergence d'un ordre mondial nouveau et différent. Les présidents de John F. Kennedy et Lyndon Johnson à George Bush et Bill Clinton ont personnellement dirigé la réponse aux défis aux intérêts américains, aux menaces à la sécurité nationale et aux perturbations de la paix et de la stabilité internationales. Ces crises des affaires étrangères allaient du danger imminent de guerre avec l'Union soviétique lors de la crise des missiles de Cuba en 1962 et la confrontation dans un Berlin divisé en 1963, l'implication dans la guerre du Vietnam dans les années 1960 et au début des années 1970, au recours à des force militaire contre l'agression irakienne lors de l'opération Tempête du désert en 1991. Des crises ont éclaté de manière récurrente au cours de cette période dans les Caraïbes, l'Afrique, la Méditerranée, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est. L'émergence du Tiers-Monde a entraîné des responsabilités et des engagements américains inévitables et toujours croissants dans le bien-être économique des peuples en développement et leurs droits humains essentiels.

Pour tenter de gérer ou au moins de répondre aux crises des affaires étrangères souvent complexes de ces dernières décennies, les présidents se sont non seulement tournés vers les secrétaires d'État et leur département, mais ont également entraîné dans le processus de gestion et de décision un nombre croissant d'autres agences qui ont acquis d'importantes responsabilités en matière d'affaires étrangères. La forme et la nature de cette participation variaient d'un président à l'autre. John Kennedy s'est davantage concentré sur la gestion des crises et la coordination des politiques majeures à la Maison Blanche et dans un système de Conseil de sécurité nationale réduit à la dotation élaborée de l'administration Eisenhower. Lyndon Johnson a fait l'expérience d'un groupe interministériel supérieur qui a confié au secrétaire d'État la responsabilité principale de la coordination des politiques. Les présidents Nixon et Ford ont favorisé un style de prise de décision qui concentre autant que possible l'autorité à la Maison Blanche et au Conseil de sécurité nationale. Les présidents Carter, Reagan et Bush dépendaient du développement d'un système de Conseil de sécurité nationale doté d'un puissant conseiller à la sécurité nationale et d'un personnel en constante augmentation qui servait de médiateur, avec plus ou moins de succès, parmi le nombre croissant de départements et d'agences ayant des responsabilités en matière d'affaires étrangères.

Au sein de ces systèmes changeants pour la formulation de politiques de haut niveau, le Département d'État a travaillé aux côtés de diverses autres agences gouvernementales ayant des responsabilités majeures en matière de sécurité nationale. Un conglomérat « communauté des affaires étrangères » a émergé, reflétant la bureaucratie en plein essor impliquée dans la formulation et l'exécution de la politique étrangère. L'impact global et l'efficacité du Département d'État au sein de cette communauté variaient d'une présidence à l'autre. La plupart des observateurs ont toutefois convenu que l'érosion de la prééminence traditionnelle dans les affaires étrangères du Département d'État et du Service extérieur ne serait inversée que pendant de brèves périodes pendant le mandat d'un Secrétaire d'État qui jouissait de l'étroite confiance du Président et du le soutien de conseillers et de lieutenants qui pourraient arracher la direction des crises diplomatiques aux mains d'agences et de fonctionnaires concurrents.

En dessous du niveau des « principaux », la direction de l'élaboration des politiques du Département a été redéfinie et élargie pour traiter les nouvelles questions de politique étrangère. Le Département d'État et le Congrès ont répondu aux problèmes modernes de la gestion des crises, du terrorisme, de la science et de l'environnement, des droits de l'homme, des stupéfiants et des affaires de réfugiés en créant de nouvelles organisations au niveau des bureaux. La prolifération des bureaux (il y en avait 30 en 1990) a permis au Département d'apporter son expertise sur les nouveaux problèmes de politique étrangère, mais elle a également menacé l'élaboration des politiques de goulots d'étranglement récurrents car le chevauchement des responsabilités privait trop souvent le secrétaire d'État de recommandations opportunes. et des recommandations politiques décisives. Dans les administrations Nixon, Ford et Carter, des conseillers à la sécurité nationale déterminés étaient tentés d'ignorer ou d'échapper aux décideurs du ministère. Dans les administrations Reagan et Bush, les secrétaires Haig et Shultz ont entraîné le ministère plus étroitement dans les cercles décisionnels internes, mais certains observateurs craignaient que le groupe de conseillers proches du secrétaire Baker semble trop souvent conduire les grandes lignes de la politique étrangère sans l'apport des Département dans son ensemble. Le secrétaire d'État Warren Christopher a relancé le rôle essentiel des recommandations politiques du Département d'État dans tout l'éventail des préoccupations de politique étrangère et a cherché à rationaliser la pyramide de l'élaboration des politiques.

L'activité terroriste de ces dernières années visant le personnel américain à l'étranger a suscité une inquiétude accrue quant à la protection des ambassades et des missions à l'étranger et dans le pays. En 1985, le Congrès a autorisé le Bureau de la sécurité diplomatique du Département d'État à entreprendre un programme prodigieux pour défendre les établissements diplomatiques et consulaires américains contre les menaces de terroristes et d'espionnage. La portée ouverte de l'architecture moderniste des ambassades et consulats américains des années 1950 a été abandonnée à la place de périmètres sécurisés et de murs à l'épreuve des bombes. Le Département d'État, en collaboration avec d'autres agences du gouvernement des États-Unis, a, ces dernières années, été le fer de lance de la lutte internationale contre le terrorisme à l'échelle mondiale.

Les secrétaires d'État et leurs proches conseillers ont cherché à utiliser les technologies, les communications et la gestion les plus modernes afin de mieux faire face aux crises et menaces récurrentes qui pèsent sur les intérêts américains dans le monde. Un centre d'opérations a été créé en avril 1961 pour fournir au Département d'État des communications de crise mondiales instantanées. Le premier ordinateur a été installé dans le Département en 1962 et, en 1972, les ordinateurs géraient la majeure partie des communications du Département avec les postes à l'étranger. Les secrétaires d'État devaient souvent prendre le département « sur la route » afin de traiter en personne des négociations critiques telles que la « diplomatie des navettes » du secrétaire Kissinger en 1974 pour stabiliser les tensions au Moyen-Orient et entamer le long processus de paix dans la région.

Le département d'État agrandi avait déménagé en 1947 de l'élégant State, War, and Navy Building sur la 17e rue à une nouvelle maison sur la 21e rue à Foggy Bottom, mais ces quartiers étaient presque immédiatement trop petits et les bâtiments temporaires supplémentaires se sont multipliés. Dans les années 1960, un nouveau bâtiment du département d'État rattaché à l'ancien rassemblait la plupart, mais pas tous, des quelque 7 000 employés du département à Washington, DC. disposés verticalement en dessous d'eux, dans la mesure du possible. L'Agence pour le développement international, qui coordonnait les programmes d'aide à l'étranger des États-Unis, et l'Agence pour le contrôle des armements et le désarmement partageaient également un espace avec le département d'État, et dans les années 1980, le personnel et les activités du département d'État s'étaient répandus dans plus de 20 bâtiments autour du district de Columbia.

Le Département d'État et le peuple américain ont bénéficié d'une longue période de consensus concernant les objectifs et l'orientation de la politique étrangère au cours des 20 premières années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Le soutien public était toujours disponible pour les initiatives à l'étranger mandatées par le Président en Europe, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est et même dans les Caraïbes contre la menace perçue du communisme international. Une nation essentiellement unanime a suivi le président dans des interventions diplomatiques fréquentes et des efforts généreux d'aide et d'assistance, même dans le cas de guerres limitées et d'actions politiques secrètes. L'implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam, cependant, s'est avérée être une division acharnée pour l'opinion publique américaine. Le consensus national de longue date sur l'utilisation du pouvoir s'est effiloché sinon complètement déchiré. Les soupçons à l'égard des dirigeants et du gouvernement américains se sont accrus, et le Département d'État a reçu sa part de condamnation de la part des critiques. À partir des manifestations et des désastres du Vietnam, la conduite de la politique étrangère a été prise dans un débat public controversé comme elle ne l'avait jamais été auparavant. Alors que le danger du communisme mondial et de la guerre nucléaire diminuait, les menaces extérieures à la nation sous la forme d'attaques terroristes, d'immigration incontrôlée et d'une concurrence économique implacable rongeaient de nombreux Américains et faisaient de la politique étrangère une préoccupation quotidienne.

Le principal moyen d'information du public sur les questions de politique étrangère, en dehors des discours et des conférences de presse du Président et du Secrétaire d'État, était les briefings fournis à la presse diplomatique du Département d'État. Les concessions mutuelles informelles entre les briefers et les correspondants du Département des années d'après-guerre immédiates ont rapidement été dépassées par l'étendue et la complexité des crises récurrentes de politique étrangère et des négociations de haut niveau. Les réunions au sommet américano-soviétiques et la diplomatie par navette au Moyen-Orient étaient des exemples d'événements liés aux affaires étrangères qui ont suscité l'intérêt et l'attention de la nation. Au début des années 1960, à la suite de l'élargissement de la guerre du Vietnam, les briefings quotidiens du porte-parole du département d'État à midi sont devenus le principal moyen de diffuser les points de vue de l'administration sur les crises actuelles et ses réponses à l'angoisse et à l'inquiétude du public face aux menaces contre les Américains et leurs intérêts. Parfois, ces briefings, diffusés en direct à la télévision le soir à des millions d'Américains, sont devenus un centre d'attention nationale intense, comme pendant les 444 jours où le personnel diplomatique américain a été pris en otage par les autorités iraniennes en 1979 et le porte-parole Hodding Carter a gardé une nation fascinée jusqu'à -Date.

Moderniser le Département d'État et le Service extérieur

Depuis l'investiture du président Kennedy, deux nouvelles générations d'officiers du service extérieur et de personnel du département d'État ont servi à Washington et dans le monde. Ces officiers ont été différents de leurs prédécesseurs.Ils ont été largement recrutés dans tout le pays et nombre d'entre eux ont fait des études supérieures, dont un nombre important de titulaires d'un doctorat. La nouvelle génération d'agents du service extérieur reflétait également plus fidèlement la composition générale de la population en termes de nombre de femmes et de minorités. En commençant par le président Jimmy Carter et le secrétaire d'État Cyrus Vance, des programmes d'action positive ont été introduits dans le département d'État pour mieux garantir l'équité dans l'embauche de nouveau personnel. Les efforts visant à élargir et à équilibrer la composition du ministère et du service extérieur ont été trop lents pour compenser pleinement des décennies de pratiques de refus et d'exclusion en matière de recrutement et de promotion. Le Foreign Service Reform Act de 1980 prévoyait des normes plus rigoureuses pour le recrutement et la promotion, améliorait les récompenses du service et cherchait à résoudre les problèmes de promotion et de titularisation qui sapaient le moral autrefois très élevé du service.

Les nouveaux agents du service extérieur et le personnel du ministère recrutés après 1960 faisaient partie de la génération qui a remis en question et contesté les valeurs sociales et politiques traditionnelles. Alors que l'implication américaine dans la guerre du Vietnam s'intensifiait, de nombreux jeunes officiers du service extérieur se sont joints à l'opposition publique à la guerre et ont activement protesté contre les actions et les politiques américaines. Les doutes sur les décisions de leadership se sont propagés des problèmes du Vietnam à d'autres engagements américains à l'étranger. En 1968, le secrétaire d'État Dean Rusk a autorisé la création d'un « canal de dissidence » par lequel les officiers pourraient proposer des critiques des politiques officielles et des approches alternatives. Un forum ouvert a été lancé en 1970 pour permettre au personnel du service extérieur et du département d'État d'entendre un large éventail d'opinions et d'expertises sur les questions de politique étrangère.

L'Institut du service extérieur a déployé des efforts considérables pour donner aux agents tout au long de leur carrière une variété de formations spécialisées. En plus de la formation régionale et linguistique, le Centre d'études des affaires étrangères de l'Institut organise des colloques et des publications sur des questions importantes en matière d'affaires étrangères. La pierre angulaire du programme éducatif du ministère était le séminaire principal, commencé en 1958. Dans ce programme, de petits groupes d'officiers du service extérieur de niveau intermédiaire les plus prometteurs, ainsi que des officiers militaires et des fonctionnaires d'autres agences, subissent une année d'expérience spéciale dans ce qui est désormais considéré comme le programme de développement professionnel le plus avancé disponible pour les hauts fonctionnaires de carrière du gouvernement américain.

Le point culminant des défis et des améliorations du service extérieur dans les années 1960 et 1970 a été le Foreign Service Reform Act de 1980, qui a fourni des normes beaucoup plus rigoureuses pour le recrutement et la performance, a amélioré les récompenses du service et a cherché à résoudre les problèmes de promotion. et la permanence. La loi a créé un nouveau service extérieur supérieur pour les grades supérieurs et a établi la distinction nette entre le service extérieur et l'emploi dans la fonction publique en abolissant la réserve du service extérieur.

Les tentatives de réforme et de réorganisation du Département au cours des 15 dernières années ont souvent été obscurcies et même entachées par l'impact sur le personnel et les fonctions du Département causé par des coupes budgétaires récurrentes et des réductions de ressources qui faisaient partie des déficits budgétaires et des contraintes de dépenses du gouvernement. Au cours des 10 dernières années, les ressources du Département d'État ont été réduites de 50 %. Malgré des responsabilités croissantes, le ministère et le service extérieur ont peu augmenté entre 1960, alors qu'il y avait environ 7 000 employés nationaux et 6 000 employés américains à l'étranger pour un total de plus de 13 000, et 1988, lorsqu'il y avait 8 000 employés nationaux et 6 000 employés étrangers pour un total de 14 000. Le Département est resté l'un des plus petits des principaux organismes gouvernementaux avec un impact quotidien de plus en plus important sur la vie des Américains - non seulement ceux qui voyagent ou font des affaires à l'étranger, mais ceux qui sont préoccupés par le rôle des États-Unis dans le monde .

L'effondrement du communisme international culminant avec l'éclatement de l'Union soviétique en 1991 a éliminé dans un avenir prévisible les dangers de la guerre nucléaire ou des insurrections massives parrainées dans le monde entier par l'URSS. Cela n'a pas rendu le monde plus facile pour la diplomatie. Alors même que ses ressources sont réduites, les tâches du Département d'État sont devenues beaucoup plus compliquées et les attentes du public américain pour des actions efficaces beaucoup plus grandes. Au lendemain de la guerre froide, le terrorisme, la prolifération nucléaire, la criminalité internationale et les problèmes économiques, qui ont toujours été présents, même en marge, sont devenus l'axe central des affaires étrangères. Le nationalisme renaissant en Europe et dans l'ex-Union soviétique a déclenché des guerres civiles et des rébellions qui défient les Nations Unies, les États-Unis et leurs alliés, ou toute autre combinaison d'États à réprimer ou même à restreindre. Le respect par les nations grandes et petites pour les droits de l'homme de leur peuple est devenu une mesure insistante par laquelle de nombreux Américains évaluent la valeur des objectifs de politique étrangère et l'efficacité de la performance du Département d'État.

William Z. Slany
L'historien
Bureau des affaires publiques
département d'État
juillet 1996


Contenu

1 Anthony Principi a été secrétaire par intérim en sa qualité de sous-secrétaire aux Anciens combattants du 26 septembre 1992 au 20 janvier 1993.

2 Hershel W. Gober a été secrétaire par intérim en sa qualité de sous-secrétaire aux Anciens combattants du 1er juillet 1997 au 2 janvier 1998 et du 25 juillet 2000 au 20 janvier 2001. Β]

3 West a été secrétaire par intérim du 2 janvier 1998 Γ] au 5 mai 1998. Δ]

4 Gordon H. Mansfield a été secrétaire par intérim en sa qualité de sous-secrétaire aux Anciens Combattants du 1er octobre au 20 décembre 2007. Ε]


Notre histoire

Avec ces mots, Thomas Lightfoot, agent des Indiens des États-Unis auprès de l'Iowa et des tribus amérindiennes Sac et Fox du Nebraska, est devenu le premier officier à se rapporter à un service de police fédéral des Amérindiens. De cette décision de 1869 découlent les humbles débuts du rôle du Bureau des affaires indiennes (BIA) dans l'application de la loi. Depuis ce temps, nos tactiques et notre équipement ont beaucoup changé, mais notre engagement à servir nos communautés est resté fort.

LE SAVIEZ-VOUS

  • Sam Sixkiller a d'abord servi comme haut shérif de la nation Cherokee, puis comme capitaine de la police indienne de Muskogee, OK. Son meurtre dans les rues de Muskogee, dans l'Oklahoma, la veille de Noël 1886, a poussé le Congrès à adopter une loi érigeant en infraction fédérale le fait de tuer un policier indien. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • William. E. (Pussyfoot), la première mission de Johnson en tant qu'officier spécial pour le Bureau des affaires indiennes était de garder les boissons enivrantes hors du territoire indien. L'agilité dont il a fait preuve dans la poursuite des contrebandiers lui a valu son surnom et une promotion pour devenir le premier officier spécial en chef en 1908. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • Julia Wades dans Water de la tribu Blackfeet, a été la première femme à servir comme officier dans la police indienne. Elle a travaillé à la Blackfeet Agency pendant 25 ans jusqu'à sa retraite dans les années 1930. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • De nombreuses personnes concernées par les Affaires indiennes étaient d'accord avec le commissaire (Francis A.) Walker pour dire que les Indiens devraient être « réformés », mais ne croyaient pas que l'armée devrait être utilisée pour le faire. Le successeur de Walker, Edward P. Smith, a également préconisé l'utilisation de l'armée parmi les Sioux dans son premier rapport annuel en 1873. (Com.Rep. 1973, P.6). L'année suivante, cependant, il a recommandé que les maréchaux américains adjoints soient utilisés pour faire respecter la loi parmi les Indiens. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • Le juge en chef de l'agence Kiowa était également un ancien militaire sortant. Fils d'un chef comanche et d'un captif blanc, Quanah Parker était le chef de plusieurs centaines de guerriers des Plaines qui lancèrent une attaque à l'aube contre les chasseurs de bisons à Adobe Wells au Texas, la dernière grande bataille des Comanches. Lorsque la Cour des infractions indiennes a été créée en 1886, Quanah a été nommé comme l'un des juges. Deux ans plus tard, il est nommé juge en chef. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • Lorsque la force d'officiers spéciaux a été créée pour la première fois au cours de l'exercice 1906, les officiers avaient reçu les pouvoirs d'agents des Indiens, y compris le pouvoir de saisir et de détruire la contrebande. La loi d'appropriation de 1913 conférait aux officiers spéciaux les pouvoirs des maréchaux américains. Les maréchaux avaient les mêmes pouvoirs que le shérif de la juridiction dans laquelle ils travaillaient. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • La position des tribunaux des infractions indiennes a été quelque peu renforcée par l'adoption de la loi Snyder (25 USC 13), en 1921. Avant cette année, le Congrès avait affecté des fonds aux activités du Bureau des affaires indiennes sans donner au Bureau et l'autorité permanente de le dépenser. La loi Snyder a donné ce pouvoir au Bureau des affaires indiennes. La loi stipulait expressément que des fonds pouvaient être dépensés pour l'embauche de juges indiens. Bien que la loi n'ait pas précisé la compétence de ces juges, elle a clairement indiqué que le Congrès voulait que les tribunaux des infractions indiennes existent. Histoire de l'application de la loi indienne, auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • La loi sur la citoyenneté indienne de 1924, également connue sous le nom de loi Snyder, a été promulguée par le président Calvin Coolidge le 2 juin 1924, accordant la pleine citoyenneté aux Amérindiens.
  • Au cours de la période 1953-1970, un grand nombre de tribus indiennes et de groupes similaires, par le biais de lois du Congrès, ont vu leurs relations de confiance fédérales résiliées. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • En 1969, l'Académie de police a été créée à Roswell, au Nouveau-Mexique, et exploitée sous contrat par la société Thiokol. L'Académie offrait des cours de formation de base à la police pour la BIA et la police tribale. En 1971, des cours de formation supplémentaires ont été ajoutés pour les jeunes officiers et les enquêteurs criminels. En 1973, l'Académie de police indienne a été transférée à Brigham City, dans l'Utah, et affectée en tant qu'unité du nouveau centre de formation et de recherche de la police indienne des États-Unis. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • Une autre partie de la loi indienne sur les droits civils prévoyait que les États qui avaient assumé leur compétence en vertu de la loi publique 83-280 restituaient leur compétence à la tribu et au gouvernement fédéral avec le consentement mutuel des trois parties. En 1971, la tribu Omaha du Nebraska a été la première à obtenir le retour de la juridiction en vertu de cette disposition. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)
  • Les hommes et les femmes qui détiennent le marteau ou portent l'insigne dans le système de justice pénale indien aujourd'hui sont chargés de la lourde responsabilité de poursuivre le travail de ceux qui les ont précédés. Du chef Spotted Tail des Dakotahs et Quanah, juge en chef de la Cour de Kiowa, au sénateur Gurney du Dakota du Sud et à l'honorable Warren E. Burger, juge en chef de la Cour suprême des États-Unis, l'importance du système de justice pénale indien a longtemps été reconnu. (Indian Law Enforcement History, Auteur-David Etheridge, 1er février 1975)

SERVIR NOTRE PAYS :

Les Indiens d'Amérique ont fait partie du service à travers l'histoire et ont servi depuis avant la Première Guerre mondiale. Ce qui suit est un résumé historique du service des Indiens d'Amérique selon l'American Indian and Alaska Native Veterans, septembre 2012. Un bref aperçu des contributions des vétérans de l'AIAN dans l'armée est fournie dans le texte suivant :


Initiatives et enjeux

Administration Trump, 2017-2020

Cliquez sur la vignette ci-dessous pour en savoir plus sur les propositions politiques spécifiques de l'administration Trump concernant les anciens combattants.


Comment Kennedy a-t-il réussi à survivre (au moins politiquement) ?

La liste des maîtresses de Kennedy est interminable. Avec certaines de ces femmes, JFK a en fait eu des relations sexuelles, tandis que d'autres auraient simplement été impliquées avec Kennedy.

Le fait étonnant est que Kennedy a réussi à survivre politiquement malgré toutes ses affaires. Aujourd'hui, le président des États-Unis peut déclencher une guerre ou ordonner le bombardement d'une nation de l'autre côté du globe et ses actions seront acceptées, cependant, s'il est pris dans une affaire, il pourrait faire face à une destitution.

Comme l'a dit l'une des maîtresses de Kennedy, Judith Exner :

Cependant, les années 50 et 60 étaient des époques différentes. Avant cela, les journalistes respectaient la vie privée des hommes politiques. Même si les affaires de Kennedy étaient bien connues de son entourage ainsi que des journalistes, les journalistes ne les considéraient pas dignes d'intérêt. Le public n'a pas entendu parler de la vie privée juteuse de leurs présidents jusqu'à ce qu'ils quittent leurs fonctions ou soient déjà morts.

Comme l'a rapporté Marvin Kalb après avoir vu une belle femme inconnue entrer dans la chambre d'hôtel de Kennedy :

Jamais un seul instant je n'ai envisagé de poursuivre et de rapporter ce que j'avais vu et vécu ce soir-là


Fonctionnaires élus

Le HHS supervise certains des programmes gouvernementaux les plus vitaux et les plus complexes, notamment Medicare, Medicaid, la surveillance de l'assurance maladie privée, la recherche biomédicale, la toxicomanie et le traitement de la santé mentale, et bien plus encore. Parce que la direction de ces programmes place souvent le secrétaire sur la sellette lors des audiences du Congrès, l'expérience politique peut aider un secrétaire à naviguer dans les nombreuses mines terrestres de Capitol Hill et à négocier des accords lorsque cela est possible.

Dix des 24 secrétaires ont occupé des fonctions électives avant d'être nommés au Cabinet. Il s'agit notamment de cinq gouverneurs (Abraham Ribicoff, D-Conn. Otis Bowen, R-Ind. Tommy Thompson, R-Wis. Mike Leavitt, R-Utah et Kathleen Sebelius, D-Kan.). Trois autres sont venus directement de Capitol Hill (Sén. Richard Schweiker, R-Pa. Rep. Margaret Heckler, R-Mass. et Rep. Tom Price, R-Ga.). Il y avait un lieutenant-gouverneur (Robert Finch, R-Calif.) et un maire (Anthony Celebrezze de Cleveland, Ohio).


Secrétaires des Anciens Combattants' - Histoire

Création de ce poste

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès et aux conférences internationales
Nom : Dean G. Acheson
État de résidence : Maryland
Nomination hors carrière
Rendez-vous : [voir note ci-dessous]
Fin de l'engagement : 15 août 1945
Remarque : Acheson a été désigné pour continuer à servir sous une commission datée du 31 janvier 1941 (voir Secrétaires d'État adjoints, 1924-1944).

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Ernest A. Gross
État de résidence : New York
Nomination hors carrière
Nomination : 2 mars 1949
Entrée en service : 4 mars 1949
Fin de l'engagement : 13 octobre 1949

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Jack K. McFall
État de résidence : District de Columbia
Officier du service extérieur
Nomination : 14 octobre 1949
Entrée en service : 15 octobre 1949
Fin de l'engagement : 9 sept. 1952

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Thruston B. Morton
État de résidence : Kentucky
Nomination hors carrière
Nomination : 29 janvier 1953
Entrée en service : 30 janvier 1953
Fin d'engagement : 29 février 1956

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Robert C. Hill
État de résidence : New Hampshire
Nomination hors carrière
Nomination : 7 mars 1956
Entrée en service : 9 mars 1956
Fin de l'engagement : 26 juin 1957

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : William B. Macomber, Jr.
État de résidence : New York
Nomination hors carrière
Nomination : 15 août 1957
Entrée en service : 21 octobre 1957
Résiliation d'engagement : 27 février 1961

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Brooks Hays
État de résidence : Arkansas
Nomination hors carrière
Nomination : 20 février 1961
Entrée en service : 28 février 1961
Fin de l'engagement : 3 déc. 1961

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Frederick G. Dutton
État de résidence : Californie
Nomination hors carrière
Nomination : 29 novembre 1961
Entrée en service : 4 décembre 1961
Fin de l'engagement : 27 juillet 1964
Note : Commandé pendant une pause du Sénat. Remise en service après confirmation le 30 janvier 1962.

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Douglas MacArthur, II
État de résidence : District de Columbia
Officier du service extérieur
Nomination : 11 mars 1965
Entrée en service : 14 mars 1965
Fin de l'engagement : 6 mars 1967

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : William B. Macomber, Jr.
État de résidence : New York
Nomination hors carrière
Nomination : 2 mars 1967
Entrée en service : 7 mars 1967
Fin de l'engagement : 2 octobre 1969

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : David M. Abshire
État de résidence : Virginie
Nomination hors carrière
Nomination : 8 avril 1970
Entrée en service : 20 avril 1970
Fin d'engagement : 8 janvier 1973

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Marshall Wright
État de résidence : Arkansas
Officier du service extérieur
Nomination : 24 mai 1973
Entrée en service : 29 mai 1973
Fin de l'engagement : 2 février 1974

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : A. Linwood Holton
État de résidence : Virginie
Nomination hors carrière
Nomination : 27 février 1974
Entrée en service : 28 février 1974
Fin de l'engagement : 31 janvier 1975

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Robert J. McCloskey
État de résidence : Maryland
Officier du service extérieur
Nomination : 20 février 1975
Entrée en service : 21 février 1975
Fin de l'engagement : 10 sept. 1976
Remarque : A continué également à servir en tant qu'ambassadeur itinérant

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Douglas J. Bennet, Jr.
État de résidence : New Jersey
Nomination hors carrière
Nomination : 16 mars 1977
Entrée en service : 18 mars 1977
Fin de l'engagement : 2 août 1979

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : J. Brian Atwood
État de résidence : Maryland
Nomination hors carrière
Nomination : 2 août 1979
Entrée en service : 3 août 1979
Résiliation d'engagement : 14 janvier 1981

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Richard Fairbanks
État de résidence : District de Columbia
Nomination hors carrière
Nomination : 27 février 1981
Entrée en service : 6 mars 1981
Fin de l'engagement : 26 janvier 1982

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux relations avec le Congrès
Nom : Powell Allen Moore
État de résidence : Géorgie
Nomination hors carrière
Nomination : 7 février 1982
Entrée en fonction : 8 février 1982
Fin de l'engagement : 5 août 1983
Note : Depuis le 11 avril 1983, désigné secrétaire d'État adjoint aux Affaires législatives et intergouvernementales.

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives et intergouvernementales
Nom : W. Tapley Bennett, Jr.
État de résidence : Géorgie
Officier du service extérieur
Nomination : 14 novembre 1983
Entrée en service : 17 novembre 1983
Fin de l'engagement : 4 janvier 1985

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives et intergouvernementales
Nom : William Lockhart Ball, III
État de résidence : Géorgie
Nomination hors carrière
Nomination : 29 mars 1985
Entrée en service : 2 avril 1985
Fin d'engagement : 28 février 1986

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives et intergouvernementales
Nom : J. Edward Fox
État de résidence : District de Columbia
Nomination hors carrière
Nomination : 16 juin 1986
Entrée en service : 18 juin 1986
Résiliation d'engagement : 21 février 1989
Remarque : À partir du 2 octobre 1987, désigné sous-secrétaire d'État aux affaires législatives

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives
Nom : Janet Gardner Mullins
État de résidence : Kentucky
Nomination hors carrière
Nomination : 2 mars 1989
Entrée en service : 2 mars 1989
Fin de l'engagement : 23 août 1992

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives
Nom : Wendy R. Sherman
État de résidence : Maryland
Nomination hors carrière
Nomination : 12 mai 1993
Entrée en fonction : 12 mai 1993
Fin de l'engagement : 29 mars 1996

Titre : Secrétaire d'État adjoint aux affaires législatives
Nom : Barbara Mills Larkin
État de résidence : Caroline du Nord
Nomination hors carrière
Nomination : 2 juil. 1996
Entrée en service : 19 juillet 1996
Fin de l'engagement :


Secrétaires des Anciens Combattants' - Histoire

Le 30 juin 2014, le président Barack Obama a annoncé son intention de nommer Robert A. McDonald, ancien directeur général du géant des produits de consommation Procter & Gamble, pour être le prochain secrétaire aux Anciens Combattants. Il a été confirmé à l'unanimité par le Sénat le 29 juillet.

McDonald est né le 20 juin 1953 à Gary, dans l'Indiana, puis à Arlington Heights, dans l'Illinois. Son père était cadre publicitaire pour une agence de Chicago. McDonald était un Eagle Scout et a joué au football pour Arlington High, obtenant son diplôme en 1971.

McDonald rêvait de fréquenter l'Académie militaire des États-Unis à West Point dès son plus jeune âge. À 11 ans, il a écrit à son membre du Congrès, Donald Rumsfeld (plus tard secrétaire à la Défense) pour lui demander s'il pouvait passer le test d'admission à l'école. Rumsfeld lui a dit qu'il pouvait le prendre chaque année jusqu'à ce qu'il soit assez vieux pour être admis. McDonald l'a fait et a ensuite fréquenté West Point, obtenant en 1975 un B.S. en ingénierie. S'il est confirmé par le Sénat, il remplacera un camarade de classe : Sloan Gibson, USMA, occupe actuellement le poste de secrétaire VA par intérim.

McDonald a servi comme officier de l'armée pendant cinq ans, principalement avec la 82nd Airborne, période au cours de laquelle il a obtenu un MBA en 1978 à l'Université de l'Utah. Il a eu peur pendant qu'il s'entraînait au parachutisme, il avait son air & ldquostolen & rdquo par un autre parachutiste et a dû tomber en chute libre jusqu'à ce qu'il puisse s'accrocher à l'homme et s'accrocher au sol en toute sécurité.

En 1980, McDonald a quitté l'armée en tant que capitaine pour une carrière chez Procter & Gamble. Sa première mission était en tant qu'assistant de marque pour un détergent à lessive aujourd'hui disparu appelé Solo. Il a ensuite travaillé avec d'autres produits du portefeuille P&G et en 1989, il a été envoyé au Canada en tant que directeur de l'entreprise des produits de lessive dans ce pays. C'était la première de plusieurs affectations à l'étranger pour McDonald, qui a ensuite trouvé ironique qu'il ait initialement rejoint P&G pour pouvoir s'installer près de son siège social de Cincinnati.

McDonald a travaillé au Canada pendant deux ans avant d'être envoyé en Asie : d'abord aux Philippines pendant quatre ans, puis au Japon, où il a finalement été nommé président de l'entreprise pour l'Asie du Nord-Est. En 2001, McDonald s'est installé en Belgique pour reprendre la division Global Fabric and Home Care de P&G&rsquos.

Il est retourné aux États-Unis en 2004, d'abord en tant que vice-président des opérations mondiales, et en 2007 en tant que directeur de l'exploitation.

McDonald a été nommé président et chef de la direction de Procter & Gamble en 2009. Il a défendu le mouvement de l'entreprise vers les marchés émergents. Il a également poursuivi la politique d'entreprise consistant à retirer P&G des marchés de l'alimentation et des médicaments sur ordonnance. D'autres réalisations notables ont été sa promotion d'un produit de purification de l'eau potable que son entreprise a vendu à prix coûtant à des agences d'aide dans les pays en développement et le fait qu'il a rendu l'entreprise moins dépendante de la publicité pendant les dramatiques de jour (et a annulé tous les programmes produits par l'entreprise) et a amené l'entreprise dans le monde des réseaux sociaux.

En 2012, des critiques ont commencé à se faire entendre sur les bénéfices et le cours des actions de P&G&rsquos. Un investisseur activiste extérieur, Bill Ackman, s'est plaint des performances de l'entreprise, affirmant que McDonald passait trop de temps à des activités extérieures. Malgré la suppression de milliers d'emplois et l'augmentation du cours des actions de P&G&rsquos, McDonald a été expulsé en juin 2013 et remplacé par l'homme à qui il avait succédé, A.G. Lafley.

Bien qu'il vienne de l'extérieur du gouvernement, McDonald n'est guère un candidat politique. Ses dons de campagne ont été faits à Mitt Romney et au membre du Congrès de sa ville natale, John Boehner (R-Ohio).

McDonald siège aux conseils d'administration de Xerox et de U.S. Steel. Lui et sa femme Diane ont deux grands enfants et deux petits-enfants.

Le mantra souvent répété de McDonald's vient de son temps d'étudiant à West Point. Cela fait partie de la prière des cadets : &ldquoChoisissez le bien le plus difficile au lieu du mal le plus facile.&rdquo


Voir la vidéo: Askanu Laobé avec Soleil levant de Sanekh