Chronologie d'Élam

Chronologie d'Élam

  • c. 4200 avant notre ère

    Fondation de la ville de Suse.

  • c. 3200 avant notre ère - c. 2700 avant notre ère

  • c. 2700 avant notre ère - c. 1600 avant notre ère

  • 2700 avant notre ère

    Première guerre dans l'histoire enregistrée entre Elam et Sumer; Sumer gagne.

  • c. 1750 avant notre ère

    Elam conquiert Ur.

  • c. 1500 avant notre ère - c. 1100 avant notre ère

  • c. 1275 AEC - 1240 AEC

    Règne du roi élamite Untash-Napirisha ; Construction du grand complexe du temple de Dur-Untash (Chogha Zanbil).

  • 1184 AEC - 1155 AEC

    Règne du roi élamite Shutruk-Nakhkunte qui établit l'empire élamite.

  • c. 1100 avant notre ère - c. 539 avant notre ère

  • 648 avant notre ère

    Guerre entre l'Assyrie et les Élamites.

  • c. 646 avant notre ère

  • c. 539 avant notre ère

    Elam est absorbé dans l'empire achéménide sous Cyrus le Grand.

  • 187 AEC - 224 EC

    La culture élamite est poursuivie par l'État-nation élamite d'Elymais jusqu'à ce qu'elle soit absorbée par l'empire perse sassanide.


Chronologie d'Elam - Histoire

Vous devez construire une chronologie originale. La chronologie doit faire les choses suivantes :

  • La chronologie doit inclure les œuvres d'art requises, les périodes artistiques et les dates historiques énumérées ci-dessous.
  • La chronologie doit démontrer la nature séquentielle de certains de ces événements.
  • La chronologie doit également démontrer la nature de chevauchement de certains de ces événements. La façon dont vous choisissez de le faire dépend de vous.
  • La chronologie doit inclure des dates/siècles/marqueurs temporels qui placent chaque période et chaque œuvre d'art dans le bon laps de temps. La façon dont vous choisissez de le faire dépend de vous.

Votre calendrier doit être clair, concis et, quelle que soit la façon dont il est construit, soumis électroniquement via un e-mail ou un lien. PowerPoint, document Word, fichier jpeg, Prezi ou même un créateur de chronologie en ligne convient parfaitement. Pas de copies papier. Votre manuel a une chronologie à la fin de chaque chapitre, ce qui peut être utile.

Ceci est une année formative et doit être remis avant le mardi 26 janvier à 23h00.. Votre produit sera évalué non seulement pour sa rigueur et son exactitude, mais aussi pour sa clarté et son originalité. Votre soumission doit être envoyée à l'adresse e-mail de mon école : [email protected]

Oeuvres requises
Cathédrale de Chartres
David, de Michel-Ange
Le chevalier, la mort et le diable de Durer
Lamentation, par Giotto
Las Meninas, de Diego Vélasquez
Jugement dernier, par Gislebertus
Sacrifice d'Isaac, par Gilberti
La balançoire, de Fragonard
Vénus, Cupidon, folie et temps de Bronzino

Périodes artistiques requises
Art de la Réforme
Baroque
gothique
Maniérisme
Renaissance
Rococo
roman


Chronologie d'Elam - Histoire


Bref aperçu de l'histoire de l'Iran

Tout au long de l'histoire ancienne, la terre connue aujourd'hui sous le nom d'Iran était connue sous le nom d'empire perse. La première grande dynastie en Iran était les Achéménides qui ont régné de 550 à 330 av. Elle a été fondée par Cyrus le Grand. Cette période a été suivie par la conquête d'Alexandre le Grand sur la Grèce et la période hellénistique. À la suite des conquêtes d'Alexandre, la dynastie des Parthes a régné pendant près de 500 ans, suivie de la dynastie des Sassanides jusqu'en 661 après JC.


Au 7ème siècle, les Arabes conquirent l'Iran et introduisirent le peuple à l'Islam. D'autres invasions sont venues, d'abord des Turcs et plus tard des Mongols. À partir du début des années 1500, des dynasties locales ont repris le pouvoir, notamment les Afsharid, les Zand, les Qajar et les Pahlavi.

En 1979, la dynastie Pahlavi a été renversée par la révolution. Le Shah (roi) a fui le pays et le chef religieux islamique, l'ayatollah Khomeini, est devenu le chef de la république théocratique. Le gouvernement iranien a depuis été guidé par les principes islamiques.


"ELAM" dans la Bible KJV

Jérémie 49:36 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et sur Elam je ferai venir les quatre vents des quatre coins du ciel, et je les disperserai vers tous ces vents et il n'y aura pas de nation où les parias d'Elam ne viendront pas.

Néhémie 7:12 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Les enfants d'Élam, mille deux cent cinquante-quatre.

Esdras 2:7 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Les enfants d'Élam, mille deux cent cinquante-quatre.

Néhémie 10:14 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Le chef du peuple Parosh, Pahathmoab, Elam , Zatthu, Bani,

Esdras 2:31 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Les enfants de l'autre Élam, mille deux cent cinquante-quatre.

Néhémie 7:34 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Les enfants de l'autre Élam, mille deux cent cinquante-quatre.

Jérémie 49:35 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Ainsi parle l'Éternel des armées Voici, je briserai l'arc d'Élam, le chef de leur puissance.

1 Chroniques 26:3 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Elam le cinquième, Johanan le sixième, Elioenai le septième.

Jérémie 49:39 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Mais il arrivera, dans les derniers jours, que je ramènerai la captivité d'Élam, dit l'Éternel.

Esdras 8:7 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et des fils d'Élam Jeshaïa, fils d'Athalie, et avec lui soixante-dix hommes.

Genèse 10:22 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Les enfants de Shem Elam, d'Assur, d'Arphaxad, de Lud et d'Aram.

Esdras 10:26 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et des fils d'Elam Mattaniah, Zacharie, et Jehiel, et Abdi, et Jérémoth, et Eliah.

Jérémie 49:34 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte La parole de l'Éternel qui fut adressée à Jérémie le prophète contre Élam au commencement du règne de Sédécias, roi de Juda, disant :

Esaïe 21 :2 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Une vision grave m'est déclarée, le trafiquant trafiquant traite de façon perfide, et le spoiler se gâte. Monte, ô Elam : assiège, ô Médias, j'en ai fait cesser tous les soupirs.

Esaïe 22:6 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et Elam découvrit le carquois avec des chars d'hommes et de cavaliers, et Kir découvrit le bouclier.

1 Chroniques 8:24 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et Hananiah, et Elam, et Antothijah,

Genèse 14:1 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte

1 Chroniques 1:17 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Les fils de Shem Elam, et Assur, et Arphaxad, et Lud, et Aram, et Uz, et Hul, et Gether, et Meshech.

Néhémie 12:42 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et Maaseiah, et Shemaiah, et Eleazar, et Uzzi, et Yehohanan, et Malchijah, et Elam, et Ezer. Et les chanteurs chantaient fort, avec Jezrahiah leur surveillant.

Jérémie 49:38 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et je mettrai mon trône en Élam, et j'en détruirai le roi et les princes, dit l'Éternel.

Genèse 14:9 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Avec Chedorlaomer, roi d'Elam, et avec Tidal, roi des nations, et Amraphel, roi de Shinar, et Arioch, roi d'Ellasar, quatre rois avec cinq.

Esdras 10:2 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et Shechaniah, fils de Jehiel, l'un des fils d'Elam, répondit et dit à Esdras : Nous avons péché contre notre Dieu, et nous avons pris des femmes étrangères au peuple du pays : pourtant il y a maintenant de l'espérance en Israël concernant cette chose.

Daniel 8:2 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et j'ai vu dans une vision et il arriva, quand j'ai vu, que j'étais à Shushan dans le palais, qui est dans la province d'Elam et j'ai vu dans une vision, et j'étais près du fleuve de Ulaï.

Jérémie 49:37 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Car je ferai trembler Elam devant leurs ennemis et devant ceux qui cherchent leur vie : et je ferai venir sur eux le mal, même ma colère féroce, dit l'Éternel et j'enverrai l'épée après eux, jusqu'à ce que Je les ai consommés :

Ézéchiel 32:24 | Voir le chapitre entier | Voir le verset en contexte Il y a Elam et toute sa multitude autour de sa tombe, tous tués, tombés par l'épée, qui sont descendus incirconcis dans les parties inférieures de la terre, ce qui a causé leur terreur dans le pays des vivants encore ont-ils supporté leur honte avec ceux qui descendent dans la fosse.

Esaïe 11 :11 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et il arrivera, en ce jour-là, que le Seigneur remettra sa main une seconde fois pour récupérer le reste de son peuple, qui sera laissé, d'Assyrie, et d'Égypte, et de Pathros, et de Cusch, et d'Elam, et de Shinar, et de Hamath, et des îles de la mer.

Jérémie 25:25 | Voir le chapitre entier | Voir le verset dans son contexte Et tous les rois de Zimri, et tous les rois d'Elam, et tous les rois des Mèdes,


Histoire[modifier]

La connaissance de l'histoire élamite reste largement fragmentaire, la reconstruction s'appuyant principalement sur des sources mésopotamiennes (sumériennes, akkadiennes, assyriennes et babyloniennes). L'histoire d'Elam est classiquement divisée en trois périodes, couvrant plus de deux millénaires. La période précédant la première période élamite est connue sous le nom de période proto-élamite :

  • Proto-Élamite : c. 3200 - c. 2700 avant JC (écriture proto-élamite à Suse)
  • Ancienne période élamite: ch. 2700 - c. 1500 avant JC (les premiers documents jusqu'à la dynastie Sukkalmah)
  • Période élamite moyenne : c. 1500 – c. 1100 avant JC (dynastie anzanite jusqu'à l'invasion babylonienne de Suse)
  • Période néo-élamite : c. 1100 – 540 av. J.-C. (influence assyrienne et médiane caractérisée. 539 av. J.-C. marque le début de la période achéménide.)

Proto-Élamite (vers 3200 – vers 2700 av. J.-C.) [ modifier ]

La civilisation proto-élamite s'est développée à l'est des plaines alluviales du Tigre et de l'Euphrate, c'était une combinaison des basses terres et des régions montagneuses immédiates au nord et à l'est. Au moins trois états proto-élamites ont fusionné pour former Elam : Anshan (province du Fars moderne), Awan (province du Lorestan moderne) et Shimashki (Kerman moderne). Les références à Awan sont généralement plus anciennes que celles à Anshan, et certains chercheurs suggèrent que les deux États englobaient le même territoire, à des époques différentes (voir Hanson, Encyclopædia Iranica). À ce noyau Shushiana (Khouzestan moderne) a été périodiquement annexé et rompu. De plus, certains sites proto-élamites se trouvent bien en dehors de cette zone, répartis sur le plateau iranien comme Warakshe, Sialk (aujourd'hui une banlieue de la ville moderne de Kashan) et Jiroft ⎙] dans la province de Kerman. L'état d'Elam a été formé à partir de ces états inférieurs en réponse à l'invasion de Sumer pendant la période du vieil élamite. La force élamite reposait sur la capacité de maintenir ces diverses régions ensemble sous un gouvernement coordonné qui permettait l'échange maximal des ressources naturelles propres à chaque région. Traditionnellement, cela se faisait par l'intermédiaire d'une structure gouvernementale fédérée.

La ville proto-élamite de Suse a été fondée vers 4000 avant JC dans le bassin versant de la rivière Karun. Il est considéré comme le site de la formation culturelle proto-élamite. Au cours de son histoire, il a oscillé entre la soumission au pouvoir mésopotamien et élamite. Les niveaux les plus anciens (22-17 dans les fouilles menées par Le Brun, 1978) présentent des poteries qui n'ont pas d'équivalent en Mésopotamie, mais pour la période suivante, le matériel fouillé permet une identification avec la culture de Sumer de la période d'Uruk. L'influence proto-élamite de la Mésopotamie à Suse devient visible à partir d'environ 3200 av. La période proto-élamite se termine avec l'établissement de la dynastie Awan. La plus ancienne figure historique connue liée à l'Elam est le roi Enmebaragesi de Kish (vers 2650 av. J.-C. ?), qui l'a soumis, selon la liste des rois sumériens. L'histoire élamite ne peut être retracée qu'à partir de documents datant du début de l'empire akkadique (2335-2154 av.

Les états proto-élamites de Jiroft et de Zabol (pas universellement acceptés), présentent un cas particulier en raison de leur grande antiquité.

Dans l'ancien Luristan, la tradition de la fabrication du bronze remonte au milieu du IIIe millénaire av. Les objets en bronze de plusieurs cimetières de la région datent de la première période dynastique (Mésopotamie) I et de la période Ur-III c. 2900-2000 av. Ces fouilles incluent Kalleh Nisar, Bani Surmah, Chigha Sabz, Kamtarlan, Sardant et Gulal-i Galbi. ⎚]

Ancienne période élamite (vers 2700 – vers 1500 av. J.-C.) [ modifier ]

La période du vieil élamite a commencé vers 2700 av. Les documents historiques mentionnent la conquête d'Elam par Enmebaragesi, le roi sumérien de Kish en Mésopotamie. Trois dynasties ont régné au cours de cette période. Douze rois de chacune des deux premières dynasties, ceux d'Awan (ou Un van c. 2400 – env. 2100) et Simashki (vers 2100 – vers 1970), sont connus à partir d'une liste de Suse datant de l'époque babylonienne ancienne. Deux dynasties élamites auraient exercé un bref contrôle sur certaines parties de Sumer à des époques très anciennes, notamment Awan et Hamazi. De même, plusieurs des dirigeants sumériens les plus puissants, tels que Eannatum de Lagash et Lugal-anne-mundu d'Adab, sont enregistrés comme dominant temporairement Élam.

Dynastie Awan [ modifier ]

La dynastie Awan (2350-2150 av. langue officielle là-bas. À partir de cette époque, les sources mésopotamiennes concernant l'Élam sont devenues plus fréquentes, car les Mésopotamiens avaient développé un intérêt pour les ressources (telles que le bois, la pierre et le métal) du plateau iranien, et les expéditions militaires dans la région sont devenues plus courantes. Avec l'effondrement d'Akkad sous l'arrière-arrière-petit-fils de Sargon, Shar-kali-sharri, Elam a déclaré l'indépendance sous le dernier roi Avan, Kutik-Inshushinak (c. 2240 - c. 2220), et a rejeté la langue akkadienne, promouvant dans son placez le bref script élamite linéaire. Kutik-Inshushinnak a conquis Suse et Anshan et semble avoir réalisé une sorte d'unité politique. Après son règne, la dynastie Awan s'est effondrée lorsque Elam a été temporairement envahi par les Guti, un autre peuple pré-iranien de ce qui est maintenant le nord-ouest de l'Iran qui parlait également une langue isolée.

Dynastie Shimashki [ modifier ]

Environ un siècle plus tard, le roi sumérien Shulgi de l'empire néo-sumérien reprit la ville de Suse et la région environnante. Pendant la première partie du règne de la dynastie Simashki, Elam a subi des attaques intermittentes des Sumériens de Mésopotamie et également des Gutians du nord-ouest de l'Iran, alternant avec des périodes de paix et des approches diplomatiques. L'État élamite de Simashki à cette époque s'étendait également dans le nord de l'Iran, et peut-être même jusqu'à la mer Caspienne. Shu-Sin d'Ur donna une de ses filles en mariage à un prince d'Anshan. Mais le pouvoir des Sumériens déclinait Ibbi-Sin au 21ème siècle n'a pas réussi à pénétrer loin dans l'Élam, et en 2004 avant JC, les Élamites, alliés au peuple de Suse et dirigés par le roi Kindattu, le sixième roi de Simashki, réussi à mettre à sac Ur et à conduire Ibbi-Sin en captivité, mettant fin à la troisième dynastie d'Ur. Les rois akkadiens d'Isin, État successeur d'Ur, ont réussi à chasser les Élamites d'Ur, à reconstruire la ville et à rendre la statue de Nanna que les Élamites avaient pillée.

Dynastie Sukkalmah [ modifier ]

La dynastie suivante, souvent appelée la dynastie Sukkalmah (c. 1970 - c. 1770) après "Grands régents", le titre porté par ses membres, également appelée la dynastie Epartid après le nom de son fondateur Ebarat / Eparti, était à peu près contemporaine avec l'ancien empire assyrien et l'ancienne période babylonienne en Mésopotamie, étant plus jeune d'environ soixante ans que l'ancien empire assyrien de langue akkadienne en Haute Mésopotamie et de près de soixante-quinze ans plus vieux que l'ancien empire babylonien. Cette période est confuse et difficile à reconstituer. Elle a apparemment été fondée par Eparti I. Pendant ce temps, Suse était sous contrôle élamite, mais les états mésopotamiens de langue akkadienne tels que Larsa et Isin ont continuellement essayé de reprendre la ville. Vers 1850 av. du sud de la Mésopotamie pour Larsa.

Les dirigeants notables de la dynastie Eparti à Elam à cette époque comprennent Sirukdukh (vers 1850), qui a rejoint diverses coalitions militaires pour contenir le pouvoir des États du sud de la Mésopotamie Siwe-Palar-Khuppak, qui pendant un certain temps était la personne la plus puissante de la région, respectueusement appelé « Père » par les rois mésopotamiens tels que Zimrilim de Mari, Shamshi-Adad Ier d'Assyrie, et même Hammurabi de Babylone et Kudur-Nahhunte, qui ont pillé les temples du sud de la Mésopotamie, le nord étant sous le contrôle de l'Ancien Assyrien. Empire. Mais l'influence élamite dans le sud de la Mésopotamie n'a pas duré. Vers 1760 avant JC, Hammurabi chassa les Élamites, renversa Rim-Sin de Larsa et établit un empire babylonien de courte durée en Mésopotamie. On sait peu de choses sur la dernière partie de cette dynastie, car les sources se raréfient à nouveau avec la domination kassite de Babylone (à partir d'environ 1595).

Commerce avec la civilisation de la vallée de l'Indus[modifier]

De nombreuses découvertes archéologiques suggèrent que le commerce maritime le long des côtes d'Afrique et d'Asie a commencé il y a plusieurs millénaires. Le commerce entre la civilisation de la vallée de l'Indus et les villes de Mésopotamie et d'Élam peut être déduit de nombreuses découvertes d'artefacts de l'Indus, en particulier dans les fouilles de Suse. Divers objets réalisés avec des espèces de coquillages caractéristiques du littoral de l'Indus, notamment Trubinelle Pyrum et Fasciolaria Trapèze, ont été trouvés dans les sites archéologiques de Mésopotamie et de Suse datant d'environ 2500-2000 avant notre ère. Des perles de cornaline de l'Indus ont été trouvées à Suse lors des fouilles du tell de la citadelle. En particulier, les perles de cornaline avec un dessin gravé en blanc ont probablement été importées de la vallée de l'Indus, et fabriquées selon une technique de gravure à l'acide développée par les Harappéens. ⎢] ⎣] ⎤]

Les échanges semblent s'être atténués après 1900 av. J.-C., avec la disparition de la civilisation de la vallée de l'Indus. ⎥]

Sceau rond Indus avec impression. Buffle allongé avec écriture harappéenne importé à Suse en 2600-1700 avant notre ère. Trouvé dans le tell de l'acropole de Suse. Musée du Louvre, référence Sb 5614 ⎦]

Perles indiennes en cornaline à motif blanc, gravées en blanc avec un acide, importées à Suse en 2600-1700 avant notre ère. Trouvé dans le tell de l'acropole de Suse. Musée du Louvre, référence Sb 17751. ⎧] ⎨] ⎩] Ces perles sont identiques aux perles trouvées sur le site de la civilisation de l'Indus à Dholavira. ⎪]

Bracelet Indus en Fasciolaria Trapèze ou Turbinelle pyrum importé à Suse en 2600-1700 avant notre ère. Trouvé dans le tell de l'acropole de Suse. Musée du Louvre, référence Sb 14473. ⎫] Ce type de bracelet a été fabriqué à Mohenjo-daro, Lothal et Balakot. Il est gravé d'un motif en chevron caractéristique de tous les bracelets coquillages de la vallée de l'Indus, visible ici. ⎬]

Poids de la civilisation de la vallée de l'Indus en jaspe veiné, mis au jour à Suse dans une tombe princière du XIIe siècle avant notre ère. Musée du Louvre Sb 17774. ⎭]

Période élamite moyenne (c.1500 – c.1100 av. J.-C.) [ modifier ]

Anshan et Suse[modifier]

La période élamite moyenne a commencé avec la montée des dynasties Anshanites vers 1500 avant JC. Leur règne se caractérise par une « élamisation » de Suse, et les rois prennent le titre de « roi d'Anshan et de Suse ». Alors que la première de ces dynasties, les Kidinuids ont continué à utiliser fréquemment la langue akkadienne dans leurs inscriptions, les Igihalkids et Shutrukids suivants ont utilisé l'élamite avec une régularité croissante. De même, la langue et la culture élamites ont pris de l'importance en Susiane. Les Kidinuids (vers 1500 – 1400) sont un groupe de cinq dirigeants d'affiliation incertaine. Ils sont identifiés par leur utilisation du titre plus ancien, « roi de Suse et d'Anshan », et en se faisant appeler « serviteur de Kirwashir », une divinité élamite, introduisant ainsi le panthéon des hauts plateaux à Susiana. La ville de Suse elle-même est l'une des plus anciennes au monde datant d'environ 4200 av. Depuis sa fondation, Suse était connue comme un lieu de pouvoir central pour les Élamites et pour les dynasties perses ultérieures. La puissance de Suse atteindrait son apogée au cours de la période moyen-élamite, alors qu'elle serait la capitale de la région. ⎮]

Invasions kassites[modifier]

Parmi les Igehalkids (vers 1400 – 1210), dix souverains sont connus, bien que leur nombre soit peut-être plus important. Certains d'entre eux ont épousé des princesses kassites. Les Kassites étaient également un peuple de langue isolée des monts Zagros qui avait pris la Babylonie peu de temps après son pillage par l'empire hittite en 1595 av. Le roi kassite de Babylone Kurigalzu II qui avait été installé sur le trône par Ashur-uballit I de l'Empire assyrien moyen (1366-1020 av. J.-C.), occupa temporairement Elam vers 1320 av. IV, combattit Elam sans succès. Le pouvoir kassite-babylonien s'est affaibli, alors qu'ils sont devenus dominés par l'empire assyrien moyen mésopotamien du nord. Kiddin-Khutran d'Elam a repoussé les Kassites en battant Enlil-nadin-shumi en 1224 avant JC et Adad-shuma-iddina vers 1222-1217. Sous les Igehalkids, les inscriptions akkadiennes étaient rares et les dieux des hauts plateaux élamites se sont fermement établis à Suse.

Empire élamite[modifier]

Sous les Shutrukids (vers 1210 – 1100), l'empire élamite atteignit l'apogée de sa puissance. Shutruk-Nakhkhunte et ses trois fils, Kutir-Nakhkhunte II, Shilhak-In-Shushinak et Khutelutush-In-Shushinak étaient capables de fréquentes campagnes militaires en Babylonie Kassite (qui était également ravagée par l'empire d'Assyrie pendant cette période), et en même temps faisaient preuve d'une activité de construction vigoureuse, construisant et restaurant de luxueux temples à Suse et dans tout leur empire. Shutruk-Nakhkhunte a attaqué la Babylonie, rapportant à Suse des trophées comme les statues de Marduk et Manishtushu, l'obélisque de Manishtushu, la stèle d'Hammourabi et la stèle de Naram-Sin. En 1158 av. , Kutir-Nakhkhunte, qui ne l'a détenu que trois ans avant d'être expulsé par les Babyloniens de langue akkadienne. Les Élamites sont ensuite brièvement entrés en conflit avec l'Assyrie, réussissant à prendre la ville assyrienne d'Arrapha (l'actuelle Kirkouk) avant d'être finalement vaincus et de se voir imposer un traité par Ashur-Dan I.

Le fils de Kutir-Nakhkhunte Khutelutush-In-Shushinak était probablement d'une relation incestueuse de Kutir-Nakhkhunte avec sa propre fille, Nakhkhunte-utu. [ citation requise ] Il fut vaincu par Nabuchodonosor I de Babylone, qui renvoya Suse et rendit la statue de Marduk, mais qui fut ensuite vaincu par le roi assyrien Ashur-resh-ishi I. Il s'enfuit à Anshan, mais retourna plus tard à Suse, et son frère Shilhana-Hamru-Lagamar lui a peut-être succédé en tant que dernier roi de la dynastie Shutrukid. À la suite de Khutelutush-In-Shushinak, la puissance de l'empire élamite a commencé à décliner sérieusement, car après la mort de ce souverain, Elam disparaît dans l'obscurité pendant plus de trois siècles.

Période néo-élamite (vers 1100 – 540 av. J.-C.) [ modifier ]

Néo-Élamite I (vers 1100 – vers 770 av. J.-C.) [ modifier ]

On sait très peu de choses sur cette période. Anshan était encore au moins partiellement élamite. Il semble y avoir eu des alliances infructueuses d'Élamites, de Babyloniens, de Chaldéens et d'autres peuples contre le puissant Empire néo-assyrien (911-605 av. J.-C.), le roi babylonien Mar-biti-apla-ushur (984-979) était d'origine élamite et sont enregistrés pour avoir combattu sans succès avec le roi babylonien Marduk-balassu-iqbi contre les forces assyriennes sous Shamshi-Adad V (823-811).

Néo-élamite II (vers 770 – 646 av. J.-C.) [ modifier ]

La dernière période néo-élamite est caractérisée par une importante migration d'Iraniens de langue indo-européenne vers le plateau iranien. Les sources assyriennes commençant vers 800 av. Parsú, enregistré pour la première fois en 844 av. Ces peuples iraniens nouvellement arrivés ont également été conquis par l'Assyrie et largement considérés comme des vassaux de l'empire néo-assyrien jusqu'à la fin du VIIe siècle.

Plus de détails sont connus à partir de la fin du 8ème siècle avant JC, lorsque les Élamites se sont alliés au chef chaldéen Merodach-baladan pour défendre la cause de l'indépendance babylonienne de l'Assyrie. Khumbanigash (743-717) a soutenu Merodach-baladan contre Sargon II, apparemment sans succès tandis que son successeur, Shutruk-Nakhkhunte II (716-699), a été mis en déroute par les troupes de Sargon lors d'une expédition en 710, et une autre défaite élamite par les troupes de Sargon est enregistré pour 708. La domination assyrienne sur Babylone a été soulignée par le fils de Sargon, Sennachérib, qui a vaincu les Élamites, les Chaldéens et les Babyloniens et a détrôné Merodach-baladan pour la deuxième fois, installant son propre fils Ashur-nadin-shumi sur le trône babylonien en 700.

Shutruk-Nakhkhunte II, le dernier élamite à revendiquer l'ancien titre de "roi d'Anshan et de Suse", a été assassiné par son frère Khallushu, qui a réussi à capturer brièvement le gouverneur assyrien de Babylone Ashur-nadin-shumi et la ville de Babylone en 694 AVANT JC. Sennachérib a rapidement répondu en envahissant et en ravageant Elam. Khallushu est à son tour assassiné par Kutir-Nakhkhunte, qui lui succède mais abdique bientôt en faveur de Khumma-Menanu III (692-689). Khumma-Menanu recruta une nouvelle armée pour aider les Babyloniens et les Chaldéens contre les Assyriens à la bataille de Halule en 691. Les deux camps revendiquèrent la victoire dans leurs annales, mais Babylone fut détruite par Sennachérib seulement deux ans plus tard, et ses alliés élamites vaincus en le processus.

Les règnes de Khumma-Khaldash I (688-681) et Khumma-Khaldash II (680-675) ont vu une détérioration des relations élamites-babyloniennes, et les deux ont attaqué Sippar. Au début du règne d'Esarhaddon en Assyrie (681-669), Nabu-zer-kitti-lišir, un gouverneur ethniquement élamite du sud de la Babylonie, se révolta et assiégea Ur, mais fut mis en déroute par les Assyriens et s'enfuit à Elam où le roi d'Elam, craignant les répercussions assyriennes, le fit prisonnier et le passa par l'épée. ⎯]

Urtaku (674-664) a maintenu pendant quelque temps de bonnes relations avec le roi assyrien Assurbanipal (668-627), qui a envoyé du blé à Susiana pendant une famine. Mais ces relations amicales n'étaient que temporaires et Urtaku a été tué au combat lors d'une attaque élamite ratée contre l'Assyrie.

Son successeur Tempti-Khumma-In-Shushinak (664-653) a attaqué l'Assyrie, mais a été vaincu et tué par Assurbanipal à la suite de la bataille des Ulaï en 653 avant JC et Suse elle-même a été saccagée et occupée par les Assyriens. Cette même année, l'état médian vassal assyrien au nord tomba aux mains des envahisseurs scythes et cimmériens sous Madius, et déplaçant un autre peuple vassal assyrien, les Parsú (Perses) à Anshan que leur roi Teispes a capturé la même année, le transformant pour la première fois en un royaume indo-iranien sous domination assyrienne qui deviendrait un siècle plus tard le noyau de la dynastie achéménide. Les Assyriens ont réussi à subjuguer et à chasser les Scythes et les Cimmériens de leurs colonies iraniennes, et les Perses, les Mèdes et les Parthes sont restés les vassaux de l'Assyrie.

Pendant un bref répit fourni par la guerre civile entre Assurbanipal et son propre frère Shamash-shum-ukin que leur père Esarhaddon avait installé comme roi vassal de Babylone, les Élamites ont tous deux apporté leur soutien à Shamash-shum-ukin et se sont livrés à des combats entre eux-mêmes, affaiblissant ainsi le royaume élamite qu'en 646 avant JC Assurbanipal a dévasté Susiana avec facilité et a renvoyé Suse. Une succession de brefs règnes se poursuivit en Élam de 651 à 640, chacun d'eux se terminant soit par usurpation, soit par capture de leur roi par les Assyriens. De cette manière, le dernier roi élamite, Khumma-Khaldash III, a été capturé en 640 avant JC par Assurbanipal, qui a annexé et détruit le pays. ⎰]

Dans une tablette découverte en 1854 par Henry Austin Layard, Assurbanipal se vante de la destruction qu'il a provoquée :

Suse, la grande ville sainte, demeure de leurs dieux, siège de leurs mystères, j'ai conquis. Je suis entré dans ses palais, j'ai ouvert leurs trésors où l'argent et l'or, les biens et les richesses ont été amassés… J'ai détruit la ziggourat de Suse. J'ai brisé ses cornes de cuivre brillantes. J'ai réduit à néant les temples d'Elam leurs dieux et déesses que j'ai dispersés aux vents. J'ai dévasté les tombeaux de leurs rois anciens et récents, je les ai exposés au soleil, et j'ai emporté leurs ossements vers le pays d'Ashur. J'ai dévasté les provinces d'Elam et sur leurs terres j'ai semé du sel. ⎱]

Néo-Élamite III (646-539 av. J.-C.) [ modifier ]

La dévastation était un peu moins complète que ce que prétendait Assurbanipal, et une règle élamite faible et fragmentée a été ressuscitée peu de temps après avec Shuttir-Nakhkhunte, fils de Humban-umena III (à ne pas confondre avec Shuttir-Nakhkhunte, fils d'Indada, un petit roi dans la première moitié du VIe siècle). La royauté élamite au siècle dernier précédant les Achéménides était fragmentée entre différents petits royaumes, la nation élamite unie ayant été détruite et colonisée par les Assyriens. Les trois rois à la fin du VIIe siècle (Shuttir-Nakhkhunte, Khallutush-In-Shushinak et Atta-Khumma-In-Shushinak) s'appelaient encore « roi d'Anzan et de Suse » ou « agrandisseur du royaume d'Anzan et de Suse", à une époque où les Perses achéménides régnaient déjà sur Anshan sous domination assyrienne.

Les divers empires assyriens, qui avaient été la force dominante au Proche-Orient, en Asie Mineure, dans le Caucase, en Afrique du Nord, dans la péninsule arabique et en Méditerranée orientale pendant une grande partie de la période de la première moitié du XIVe siècle av. mort d'Assurbanipal en 627 av. Les Mèdes iraniens, les Parthes, les Perses et les Sagartiens, qui avaient été en grande partie soumis à l'Assyrie depuis leur arrivée dans la région vers 1000 av.

Les Médians ont pris le contrôle d'Elam pendant cette période. Cyaxare le roi des Mèdes, des Perses, des Parthes et des Sagartiens a conclu une alliance avec une coalition d'anciens vassaux d'Assyrie, dont Nabopolassar de Babylone et de Chaldée, ainsi que les Scythes et les Cimmériens, contre Sin-shar-ishkun d'Assyrie, qui était confronté à une guerre civile incessante en Assyrie même. Cette alliance a ensuite attaqué une Assyrie désunie et affaiblie par la guerre, et entre 616 av. et la mer Caspienne.

Les grandes villes d'Assyrie elle-même furent progressivement prises Arrapha (l'actuelle Kirkouk) et Kalhu (l'actuelle Nimrud) en 616, Ashur, Dur-Sharrukin et Arbela (l'actuelle Erbil) en 613, Ninive tombant en 612, Harran en 608 av. BC, et enfin Dur-Katlimmu vers 599 BC. Elam, already largely destroyed and subjugated by Assyria, thus became easy prey for the Median dominated Iranian peoples, and was incorporated into the Median Empire (612–546 BC) and then the succeeding Achaemenid Empire (546–332 BC), with Assyria suffering the same fate. (see Achaemenid Assyria, Athura). ⎲]

The prophet Ezekiel describes the status of their power in the 12th year of the Hebrew Babylonian Captivity in 587 BC:

There is Elam and all her multitude, All around her grave, All of them slain, fallen by the sword, Who have gone down uncircumcised to the lower parts of the earth, Who caused their terror in the land of the living Now they bear their shame with those who go down to the Pit. (Ezekiel 32:24) ⎴]

Their successors Khumma-Menanu and Shilhak-In-Shushinak II bore the simple title "king", and the final king Tempti-Khumma-In-Shushinak used no honorific at all. In 540 BC, Achaemenid rule began in Susa.

Elymais (187 BC- 224 AD) [ edit ]

Elymaïs was the location of the death of Antiochus III the Great who was killed while pillaging a temple of Bel in 187 BC. ⎵] Following the rise and fall of the Achaemenid Empire and the Seleucid Empire, a new dynasty of Elamite rulers established Elymais from 147 BC to 224 AD, usually under the suzerainty of the Parthian Empire, until the advent of the unified Sasanian Empire in 224 AD.


Dr. Lloyd C. Elam

Founder of Meharry Medical College’s Psychiatry Department and retired college president Dr. Lloyd C. Elam was born on October 27, 1928 in Little Rock, Arkansas. His parents, Ruth Davis Elam and Harry Penoy Elam met in church in Little Rock. Elam attended Stephens School and graduated from Paul Laurence Dunbar High School in 1944 at age fifteen. He went to junior college in Little Rock before moving to Harvey, Illinois. There, Elam worked for the Maremont Automobile Plant and commuted to Chicago to attend classes at Roosevelt University where he graduated with his B.S. degree in zoology in 1950. After a stint in the United States Army, Elam earned his M.D. degree from the University of Washington School of Medicine in 1957. From 1957 to 1958, Elam completed an internship at the University of Illinois Hospital in Chicago, and from 1958 to 1961, he served as a resident in psychiatry at the University of Chicago Hospital.

Elam joined Chicago’s Billings Hospital as staff psychiatrist and instructor of psychiatry in 1961. From 1961 to 1963, he served as assistant professor and chairman of the Psychiatry Department of Meharry Medical College in Nashville, Tennessee. Becoming a full professor in 1963, Elam was appointed interim dean of the college in 1966. In 1968, he was selected president of Meharry Medical College and supervised the school’s growth in that capacity until 1981. From 1981 to 1982, Elam was college chancellor. He served as Distinguished Service Professor of Psychiatry from 1982 to 1995 when he retired to serve as a volunteer faculty member. Elam served as a fellow at the Center for Advanced Study in Behavioral Sciences at Stanford, California in 1982. He was made Professor Emeritus of the Department of Psychiatry and Behavioral Sciences in 1996 and Chairman Emeritus in 1997. Elam is a member of the Tennessee Psychiatric Association, Tennessee Medical Association, American Medical Association, National Medical Association, American Psychiatric Association, American College of Psychiatrists, Black Psychiatrists of America, R.F. Boyd Medical Society and the American College of Forensic Examiners.

In 1973, Elam was presented an honorary Doctor of Laws from Harvard University. His other awards include honorary degrees from Meharry Medical College and St. Lawrence University the 1988 National Board of Medical Examiners Distinguished Service Award induction into the Alpha Omega Alpha Honor Society the 1972 Nashville Club Man of the Year Award the 1976 Human Relations Award from the National Conference of Christians and Jews and the 1988 Eleanor Roosevelt Key, Roosevelt University’s highest alumni award. Meharry Medical College established the Lloyd C. Elam Mental Health Center in his honor and that building now bares his name.


Elam Timeline - History

Musicians from Susa. Between 2000 and 1500 BCE.

Ancient land in today’s southwestern Iran, east of the Tigris river and north of the Persian Gulf.
Elam was at periods home to strong kingdoms that would have significant influence on Mesopotamia. History of Elam lasts about 2700 years, shifting into Persia around 550 BCE.

Eras
Scholars define Elamite history roughly into 4 periods.

Proto-Elamite
About 500 years, around 3200 BCE-around 2700 BCE

Old Elamite
About 1100 years, ca. around 2700 BCE-1600 BCE.

Middle Elamite
About 500 years, ca. 1600 BCE-1100 BCE.

Neo-Elamite
550 years, ca. around 1100-ca. 550 BCE.

After this history of Persia is defined to begin.
These definitions suggest a higher level of accuracy than what is available. There are “dark” ages lasting up to centuries, periods for which we know close to nothing. In many cases, the shifts between periods could well be defined later or earlier with up to a hundred or a couple of hundred years without contradicting any facts.
Considering that Elam has its fame as a great contender to Mesopotamian kingdoms. there are just two periods that stand out clearly:

The Elamite Empire
Ca. 90 years, ca. 1210 BCE-ca. 1120 BCE.

Neo-Elamite
Ca. 220 years, ca. 770-ca. 550 BCE.

Society and Economy
The land of Elam was not a kingdom, but rather a region of kingdoms, kingdoms which at times conquered and controlled the other. At other times, federations were formed for defense or conquest. But through long periods Elam must have consisted of small kingdoms leaving one another at peace.
Through large parts of Elamite history, we know next to nothing.
Elam is known for its matrilinear system of succession. A newly appointed ruler was always referred to as ‘son of a sister’.
Elam was largely a society based upon agriculture. Culturally, Elam achieved less in several fields than its neighbouring countries, and much was imported from them. Writing came from the Sumerians and large elements of the architecture came from Babylonia. There is relatively little literature from Elam, and of religion almost nothing is known.

Histoire
The history of Elam appears often as one of being just the neighbouring lands of Mesopotamia. For long periods, nothing attests to the history of Elam, nor its rulers. This may well be considered a result of what material researchers have taken interest in. Much about Elam remains undisclosed, and with that, much of the history.
6th millennium BCE: First traces of civilization — making the area of Elam is one of the oldest civilized areas in world history.
Around 3200: Elam emerge as three power centres: Awad in the west, Anshan in the middle and Shimashk to the east. These lands, probably kingdoms, seem to have formed an alliance, which is believed to have come from the threat that Sumer represented.
— The most important city of Elam through history, Susa, finds itself in the border regions between Mesopotamia and Elam. At first it was inhabited by Elamites, later became part of Uruk culture.
Around 2600: King of Lagash (one of the Sumerian city-states), Eannatum, conquers Elam.
— The first significant Elamite power emerges from Awan, called Awan Dynasty.
Ca. 2300: Regions of Susa is conquered by Sargon of Akkad.
Around 2220:The Awan Dynasty falls apart, after being sacked by the Gutians, who would continue into Akkad. Shimashk to the east now rises to regional dominance. The Shimask would prove strong enough to make advances into foreign land, and then in particular the lands of Mesopotamia.
2004: Kindattu, king of Shimashk, attacks Ur, and effectively brings its structures to an end.
1834: Local dynasty of Larsa is replaced by the Elamites, beginning an era of growth and prosperity.
1763: Babylonian king, Hammurabi drives out the Elamite ruler of Larsa, ending this Elamite period.
Around 1600: It is believed that the Kassites, who captured Babylonia, also destroyed Elam.

Elamite Empire
Around 1210: Under king Shutruk-Nahhunte, the powers of Elam once again rises to power, strong enough to drive the Kassites out of Babylonia. From this came the first (and short-lived) Elamite empire.
Around and after 1200: Shutruk-Nahhunte raids Akkad, Babylon and Eshnunna, carrying home to Susa trophies like the statues of Marduk and Manishtushu, the Manishtushu Obelisk, the Stele of Hammurabi and the stela of Naram-Sin.
1158: The Elamites conquer Babylonia, and loot the cities. This becomes the end of the Kassite dynasty.
Around 1120: Susa and Elam is sacked by the Babylonian king, Nebuchadnezzar 1, who brings the statue of Marduk home. This would swiftly lead to the end of the Elamite Empire.

Very little is known from the next 350 years.

Neo-Elamite
Around 770: A new Elamite kingdom rises, but it is not the great power of former times, and finds itself often threatened by the Assyrians.
720: Sargon 2 of Assyria sends military campaigns against neighbouring Elam, but Elam succeeds in its defense.
710 and 708: New wars with Sargon, now the Assyrians take important land in Elam, including it in the Assyrian Empire.
652: Shamash-shum-ukin revolts against Ashurbanipal, and Shamash-shum-ukin gets help from the Babylonians, Arameans, Elamites and Arabs.
645: Elam is conquered by the Assyrians, and annexed to their kingdom. Elam would never again rise to be a great power. It was later conquered and sacked by Media as well as Persia.


Histoire

Sometime around 1966 Richard Foster was driving on Olmstead Hill, Road near Wilton, Connecticut and came upon a green dip in the landscape which he referred to as “a perfect amphitheater”. Shortly thereafter this four acre plot would become the site of his “Circambulant House” or as it is also known – The Round House.

Construction Begins on the Round House site.

The home is featured in Architectural Record

Richard Foster writes “The Circambulant House, 25 years later” – a reflection on raising a family and living in the Round House.

Architect Richard Foster dies. The home is eventually passes out of the family’s hands and arrives into new ownership.

The Round House undergoes a deep reconditioning. Mack Scogin Merrill Elam Architects re-envisioned the interior of the space along with a renovation of the exterior garage and driveway. Home systems that were cutting edge in the late sixties were upgraded for the day and the exterior of the house was restored very much to its original finish.

See more about Mack Scogin Merrill Elam Architects here: http://msmearch.com/

Darrel Morrison, FASLA, is an ecologically-based landscape designer, Renowned for his use of native plants, native plant communities and natural processes in the design of landscapes, is commissioned to re-develop the Round House landscape.

Forty-nine years later the home is again featured in Architectural Record, with a special profile on the renovation by Mack Scogin Merrill Elam Architects.


Elam Timeline - History

Western Bad Guy and Sidekick

No matter how tenuous his link to Modesto, Jack Elam was first, and foremost, the perfect bad guy in many western films and television shows. Elam, the cockeyed cowboy character actor once attended Modesto Junior College and had a brother who taught there for many years. In movies and television, Jack often played a gun-slinging villain. But he also had roles as a lovable comic.

In a 1993 interview with The Bee, Elam said he didn't tell people his age. "I'm old," he said. "Just put down that I'm old." He was an accounting major at MJC for a brief time in the 1930s, and became a certified public accountant in Southern California in the 1940s. His one good eye -- the blind one had been poked with a pencil when he was 11 -- was giving him trouble, and a doctor told him it couldn't stand the strain of his reading so many large numbers in such small type. He was working as a controller for Hopalong Cassidy movies at the time, and finagled a new career as an actor.

Elam menaced good guys in such Hollywood classics as "The Sun-downers" (1950), "Rawhide" (1951), "High Noon" (1952) and "Gunfight at the O.K. Corral" (1957), and later turned his evil image into comedy with roles as James Garner's sidekick in "Support Your Local Sheriff" (1969) and a blind bounty hunter in "The Cockeyed Cowboys of Calico County" (1970).

His television roles ranged from cowboys on "Gunsmoke" and "Bonanza" in the 1960s to a benign Frankenstein-monster type in the weekly horror spoof "Struck By Lightning" in 1979.


Medo-Persia

And behold another beast, a second, like to a bear, and it raised up itself on one side, and it had three ribs in the mouth of it between the teeth of it: and they said thus unto it, Arise, devour much flesh. (Daniel 7:5)


Achaemenid Empire at its greatest extent [Wikimedia Commons]

At the foot of the southern edge of the Zagros Mountains, 250 km east of the Tigris River—between the Rivers Karkheh (Choaspes or Eulaus) and Dez—near the River Ulai itself (Daniel chapter 8) and situated within Khuzestan province, Shush (Susa) is site of the ancient city of successively Elamite, Persian, then Parthian empires of what is today Iran.

Les Ulai (shown but unlabelled) is the tributary joining the confluence of Tigris et Euphrates, before all rivers, as one, empty into the Persian Gulf.

The Tomb of Daniel in Shushan on the plain of the U’lai [Wikimedia Commons]

Renowned for its emancipation of slaves, a centralised administration governing through an imperial-wide official language permeated across advanced postal and transport infrastructure and a developed professional army and civil service, Medo-Persian governance ruled most of Asia, extending into significant parts of Europe and Africa such that, at its greatest extent, its reach would have maintained control over the following modern-day nations:

  • Turkey and eastern Greece
  • a significant bite of Central Asia
  • Pakistan
  • Black Sea coastal regions
  • Afghanistan
  • Irak
  • northern part of Saudi Arabia
  • Jordan
  • Israël
  • Lebanon
  • Syria
  • most of Egypt and into Libya

It was a colossal empire. Temporally and functionally, diametrically-opposed geographically, the lower Mesopotamian Medo-Persians were to the upper Mesopotamian Babylonians what later the Roman Empire was to the Greco-Macedonian.

In this way, consider these four successive empires as dynamic pulses emanating from respective epicentres of a larger region more-or-less common to all—ever-expanding suzerainty about an unacknowledged heart, Jerusalem. This then is both geographical context to the Hebrew Scriptures and also the New Testament.

Two Empires Meet [Wikimedia Commons]

History considers the Medo-Persian Empire originating upon Cyrus I’s taking of Babylon in 539 BCE, a full decade after taking hold, on behalf of a nascent Achaemenid Dynasty, of the reigns in Media (550 BCE). The Median kingdom, inclusive of its Scythian Kingdom, itself spanned more than a century (678–550 BCE) through time. The Achaemenids went on to rule for more than two hundred years. Imperial power, in turn, successively changed hands from Seleucids, to Parthians, to Sassanids before the rise of the Umayyad and finally, Abbasid, Caliphates.

Prior to the Medes (modern-day Kurds), Iran’s origins lay with the Mannaeans, with Elam before that, and the so-called Proto-Elamites earlier still who, between 3200 and 2700 BCE, boasted a uniform script (but which remains undecipherable to this day):

    spanning more than two millennia, from 2700 to 1970 BCE flourished between 10th and 8th centuries BCE, conquered in 7th century by Media
  • MEDES
  • ACHAEMENID s: origins with one of Alexander’s four phylacteries, Seleucus I, obtaining the satrap of Babylon in 321 BCE and continued through into the 6 th century CE : Arsaces I, mid-third century BCE, conquers Iran’s north-east, a satrap in rebellion against the Seleucid Empire : last pre-Islamic Persian empire, established in 224 CE and lasting until 651 CE when overthrown by the Arab Caliphate : first great Muslim dynasty to rule the Caliphate, from 661–750 CE : second of the two great dynasties of the Muslim caliphate, it overthrew the Umayyads in 750 CE, reigning until it too was destroyed by the Mongol invasion of 1258

The Achaemenid Medo-Persian kingdom at its greatest extent (490 BCE) encompasses Egypt in the west to parts of India in the east, inclusive also of Asia Minor, from the eastern border of Greece to the central-Asian heartland of modern-day Tajikistan.

Kings of Persia (reign 550–330 BC):

  • Cyrus (II) the Great: 550–530 BCE
  • Cambyses (II): 530–522 BCE
  • Bardiya: 522 BCE
  • Darius (I) the Great: 522–486 BCE
  • Xerxes I: 485–465 BCE
  • Artaxerxes I: 465–424 BCE
  • Xerxes II: 424–423 BC
  • Darius II: 423–404 BC
  • Artaxerxes II: 404–358 BC
  • Artaxerxes III: 358–338 BC
  • Artaxerxes IV: 338–336 BC
  • Darius III: 336–330 BC

Cyaxares the Mede, in 625 BCE, overthrows Assyria to become the leading power of Asia. He is followed by Astyages. Cyrus (Koresh: “the sun”) is born of the union of Mandane, daughter of Astyages, last king of Media, and Cambyses of the Achaemenid Persian dynasty.

Acting on a dream, Astyages, through Harpagus, seeks the life of his grandson. But a herdsman to whom Cyrus is betrayed by Harpagus, protects him. In a macabre turn reminiscent of Shakespearean tragedy, an enraged Astyages apparently serves Harpagus’ own son at a feast. At Pasargadae, near Persepolis, in 559 (or 550) BCE, Harpagus in turn helps Cyrus defeat and dethrone his grandfather, Astyages. Cyrus crowns himself king of both Medes and Persians to inaugurate the empire.

Cyrus invasion of Babylonia [Image: Wikimedia Commons]

In 538 BCE, Cyrus (II) opportunistically diverts the Euphrates and makes way along the dried river bed to capture, amidst feasting and revelling, the city of Babylon. That same year, Cyrus issues the famous decree for Jews to return to their homeland to rebuild the Temple which they enact the following year.

Expansion of the Achaemenid Dynasty [Wikimedia Commons]

After his death in 530 BCE, Cyrus is replaced by Cambyses II (529 BCE) who conquers Egypt (525 BCE) and reigns until 522 BCE. But Pseudo-Smerdis rebels and Darius Hystaspes (the Great) rules from 522 to 486 BCE. Persia invades Greece in 498 BCE and Darius succumbs at the Battle of Marathon (490 BCE) amid the Greco-Persian Wars (492–472 (498–448) BCE).

In 486 BCE, Ahasuerus (Artaxerxes I) becomes king of Medo-Persia. He marries Esther the Israelite. For the sake of gaining a western perspective, the corresponding epoch in Athens belongs to Herodotus and Socrates and to Buddha in China. Six years later, Ahasuerus suffers defeat at the Battle of Salamis. Later that year the Greeks, too, suffer defeat at Thermopylae, and Athens burns. The following year sees the Battle of Plataea, and corresponds in the Far East to the time of Confucius.

Artaxerxes I king of Medo-Persia (465–424 BCE) reigns at the same time as Pericles of Athens (460–429 BCE). In 456 BCE, Ezra returns to Jerusalem. A full decade passes before Nehemiah returns to Jerusalem, to begin rebuilding the walls of Jerusalem, in 445 BCE.

A formidable opponent from the West

The year 431 BCE sees a start to the Peloponnesian (Civil) War in Greece (431–404 BCE), around the time of Plato (430–350 BCE). In 422 BCE, Xerxes II rules the Medo-Persians (424–423), followed by Darius II (423–404 BCE). The Elephantine Jewish temple is destroyed at this time (410 BCE), before Artaxerxes II (404–358 BCE) rises to power, coinciding with a rebuilt Jerusalem Temple (404 BCE). This period corresponds to that of Malachi, last of the Old Testament prophets, bringing a close to the Old Testament period ca. 400 BCE, at the time of both Aristotle of Athens (384–322) and Philip of Macedon (359–336 BCE).

Artaxerxes III is next king of Medo Persia (358–338 BCE). Part of Jewry is deported to Hyrcanus for revolting against Artaxerxes III, in 348 BCE. Arses takes the reins of the kingdom (338–336 BCE), the same year Philip assumes command of the Greeks, at Chaerona in 338 BCE.

Darius III comes to power (336-331 BCE) in Medo-Persia the same year Philip is assassinated. Philip’s son, Alexander III, steps in in his father’s stead. In 335 BCE, Alexander destroys rebellious Thebes before victory, in 333 BC, at the Battle of Isis. Moving south, the following year Alexander lays siege, destroying Tyre and invading Gaza—the Jews now under Macedonian control—and, in turn, invading also Egypt. Alexander follows the Battle of Arbela with the burning of Persepolis the next year, 330 BCE, taking control of Medo-Persia.


Ancient Sumerians

The Sumerian Gods were known as the Anunnaki, they were Anu, Enlil, Ishtar, and her mate Dumuzi, Inanna and Enki. These Gods ruled Sumer before passing rule to Gilgamesh who later passed rule onto Gudea who would later unify Sumer. Later would come a people known as the Akkadians, Sargon of Agade led the Akkadians to power in 2334, he would later become known as Sargon the great after uniting Sumer and Akkad. He is depicted in his sculpture with a beard and African features. By 2000 B.C. Indo Europeans known as Shubartu conquered Akkad around 1700 or 1800 B.C. Then came the Canaanites, also another group of Black people who invaded Mesopotamia from Arabia and established the rule of King Hammurabi who would later create the famous code of laws over the Babylonians. The 5th century B.C. would bring the Greek historian Herodotus who visited Mesopotamia and alluded to its people as Ethiopians. Others would follow and come to similar conclusions until approximately the late 1700s when historical facts became optional if not frowned upon to create a false narrative of European supremacy. The Pictures contained within this piece, are colored and leave little doubt as to their race or ethnic origin however, I would be willing to bet most reading this article have never seen these in their original form, and usually, you are shown the colorless version as to continue the ambiguous identity. Sometimes you are even shown whitewashed versions of these same pictures.

“If you don’t know where you come from, you don’t know where you’re going” – Maya Angelou


Voir la vidéo: Jean Michel Jarre - The Concerts in China 1982 - HQ Audio