Guerre nordique de Sept Ans, 1563-1570

Guerre nordique de Sept Ans, 1563-1570

Guerre nordique de Sept Ans, 1563-1570

La guerre nordique de Sept Ans (1563-1570) faisait partie d'une série de conflits entre la Suède et le Danemark-Norvège qui ont suivi l'effondrement de l'Union de Kalmar, qui avait officiellement uni la Scandinavie. Les tensions entre les deux pays avaient augmenté au cours des premières années de la guerre de Livonie, qui a vu la Suède s'allier à la Russie et le Danemark à la Pologne-Lituanie. La guerre est parfois considérée comme une tentative de Frédéric II de Danemark de reconquérir la Suède. La guerre a vu le Danemark déployer une armée de mercenaires coûteuse et la Suède tenter de former une plus grande armée de levées indigènes. Aucune des deux approches n'a été entièrement couronnée de succès - les Danois ne pouvaient souvent pas se permettre de payer leurs troupes tandis que les levées suédoises étaient incapables de remporter une victoire contre les professionnels danois.

Le Danemark agit en premier, rassemblant une armée de mercenaires professionnels de 25 à 28 000 hommes, qui s'embarqua pour la Suède le 5 août depuis Copenhague. L'armée est arrivée à Älvsborg, le seul débouché de la Suède à l'ouest. Après un bombardement de trois jours, la ville se rend le 4 septembre. Ce succès précoce n'a pas été suivi - Frédéric II rencontre déjà des problèmes pour payer son armée.

Les Suédois ont répondu en tentant de capturer la ville danoise de Halmstad, plus au sud dans une province danoise. Erik XIV avait une armée de taille similaire à la force danoise, mais composée de troupes suédoises inexpérimentées avec seulement un petit nombre d'officiers professionnels. Le siège a commencé en octobre 1563, mais malgré la brèche dans les murs de la ville, les assauts suédois ont échoué. Erik s'est retiré, laissant un commandement de mercenaires français en charge. Le 9 novembre, la force suédoise a été capturée par une armée danoise plus petite à Mared, perdant son artillerie mais s'échappant autrement sans pertes sérieuses.

1564 voit les Suédois prendre l'initiative. En février 1564, deux armées suédoises furent envoyées vers l'ouest en Norvège dans l'espoir de détacher le pays du Danemark. Une armée commandée par Klas Horn atteignit le château de Bohus, mais ne réussit pas à prendre la place et fut forcée de battre en retraite. Une seconde armée de 4 000 hommes, dirigée par Collart, fait irruption dans la province norvégienne de Jämtland, capture Trondheim et commence à prêter serment de loyauté aux Norvégiens. La guerre a été marquée par des atrocités des deux côtés – Collart avait reçu l'ordre de tuer tous les « Jutes » (Danois) qu'il a trouvés en Norvège, et en réponse a tué tous ses prisonniers danois. Son raid ne dura que jusqu'en mai, lorsqu'une armée danoise forte de 4 000 hommes arriva par mer, forçant les Suédois à se rendre.

Pendant ce temps, Frédéric avait du mal à payer ses mercenaires. En 1564, ses grands projets durent se réduire à un raid mineur vers Stockholm avec la partie de son armée qui avait été payée. La guerre s'est rapidement transformée en une série de raids à relativement petite échelle à travers le territoire ennemi - à cette période, le Danemark tenait une série de provinces autour de la côte sud de la Suède moderne. Ce contrôle du littoral a permis aux Danois d'imposer un blocus naval à la Suède dans les premières années de la guerre, mais a également rendu ces provinces vulnérables aux attaques suédoises. Cela a également rendu le sud de la Suède vulnérable aux raids danois, dont l'un des plus destructeurs est survenu en 1567 lorsque Daniel Rantzau a mené 4 000 hommes lors d'un raid dans le centre de la Suède.

Le plus grand succès suédois de la guerre sur terre fut la capture de Varberg, sur la côte de Halland, après un siège de six jours en août 1565. Cela donna à la Suède un débouché sur le Kattegat (la zone d'eau entre le nord du Danemark et ce qui est maintenant le sud Suède). Ce succès fut bientôt suivi d'une défaite au combat, dans la seule grande bataille terrestre de la guerre (Bataille d'Axtorna, 20 octobre 1565), mais Varberg resta aux mains de la Suède jusqu'en 1569.

Les Suédois ont eu plus de succès en mer. Au début, les Danois ont réussi à imposer un blocus raisonnablement efficace, mais l'armée suédoise s'est lentement améliorée, remportant des victoires mineures le 4 juin 1565 et le 7 juillet 1565. Une bataille le 26 juillet 1566 n'a pas été concluante, les deux camps ont revendiqué la victoire, mais le 28 En juillet, la flotte danoise est détruite dans une tempête, laissant l'avantage à la Suède.

La guerre s'est terminée par un changement dynastique en Suède. Erik XIV a connu des accès de folie sous la pression de la guerre. En mai 1567, il assassina un certain nombre de membres de l'éminente famille Sture et renvoya nombre de ses commandants. L'année suivante, il est destitué au profit de son frère Jean, duc de Finlande. En partie à cause de sa longue association avec la Finlande, il considérait Ivan IV de Russie comme une menace plus sérieuse que les Danois et, peu de temps après son arrivée au pouvoir, il tenta de négocier la paix avec le Danemark. Finalement, en décembre 1570, il réussit. La paix de Stettin a mis fin à la guerre nordique de sept ans et a également mis fin aux hostilités entre la Suède et la Pologne-Lituanie (guerre de Livonie). La paix rétablit généralement la situation d'avant-guerre – Älvsborg, alors à peu près la seule conquête significative de la guerre qui avait été conservée jusqu'à la fin, fut rendu à la Suède en échange de 150 000 riksdalers.


Guerre Nordique de Sept Ans, 1563-1570 - Histoire

Lorsque la guerre éclata en 1563, la meilleure partie de l'armée suédoise fut déployée en Finlande et
Estonie, pas le long de la frontière avec le Danemark. Au lieu de la courte victoire était qui
Frédéric II l'espérait, la guerre s'éternisa pendant sept ans qui épuisèrent de toutes parts.
De grandes parties des provinces de l'est du Danemark (aujourd'hui le sud de la Suède) et de la
Les provinces frontalières suédoises ont été ravagées à maintes reprises par les armées. Les armées pourraient
la baguette ferait des ravages même en traversant un territoire ami. L'ancien
les fortifications médiévales utilisées en Scandinavie se sont avérées, à quelques exceptions près, ne pas rivaliser
pour l'artillerie de siège moderne même renforcée par des terrassements. Cependant, une telle artillerie était
difficile de se déplacer par voie terrestre, même dans les meilleures circonstances, ce qui a limité l'impact de
des canons modernes une fois que la guerre s'est déplacée au-delà des quelques bonnes routes ou du littoral.

Au combat, l'excellente cavalerie danoise et allemande combinée à l'habileté de
Daniel Rantzau a donné à l'armée danoise un avantage que l'excellente infanterie suédoise
créé par les réformes d'Erik XIV ne pouvait pas contrer. En 1567, une grande partie de la Suède
l'armée était de plus en plus démoralisée et les accès de maladie mentale subis par
Le roi Erik s'est avéré paralysant. En 1568, les vieux ressentiments et complots des Suédois
la noblesse et les frères d'Erik ont ​​atteint un point d'éclair et Erik a été destitué après une
courte guerre civile.

En 1570, une paix fut finalement conclue à Stettin, le Danemark et la Suède abandonnèrent tout
revendique mutuellement le territoire, dénouant ainsi définitivement et formellement l'Union de Kalmar.
La Suède n'empêcherait plus Lübeck de commercer avec Narva et permettrait au
Empereur de racheter ses possessions en Estonie et d'accorder ensuite au Danemark comme fief impérial. Enfin la Suède 150 000 thalers au Danemark en rançon pour le port stratégique et la forteresse d' lvsborg et 75 000 thalers en dommages de guerre à Lübeck.

Finalement, Lübeck n'a jamais reçu un seul thaler de dommages et l'Empereur n'a jamais
a acheté l'Estonie aux Suédois, préparant ainsi le terrain pour la prochaine série de guerres baltes
combattu entre une alliance lâche de la Suède et de la Pologne contre la Russie.


Chronologie : 1561 à 1570

1562 Le marin anglais John Hawkins attaque un navire portugais emmenant des esclaves au Brésil. Il commence la participation de l'Angleterre à la traite négrière en échangeant les esclaves d'Hispaniola contre du gingembre, des perles et du sucre, une transaction qui lui rapporte un énorme profit qui intéresse d'autres Anglais.

1563 Le Concile de Trente, commencé en 1545, se termine. Il est décidé que la tradition doit être considérée comme égale à l'Écriture en tant que source de connaissance spirituelle, et que seule l'Église doit être considérée comme ayant le droit d'interpréter la Bible. Le clergé est ordonné d'être plus discipliné et d'avoir des normes d'éducation plus élevées. Les clercs qui gardent des concubines doivent les abandonner. Les évêques sont tenus de vivre dans leur propre diocèse. Ils y auront une juridiction presque absolue et visiteront chaque maison religieuse de leur juridiction au moins une fois tous les deux ans. Chaque diocèse doit avoir un séminaire pour l'éducation et la formation du clergé, et ceux qui sont pauvres doivent être admis de préférence. Des efforts doivent être faits pour donner une instruction aux laïcs, en particulier aux non éduqués, et les sermons sont autorisés dans la langue des gens ordinaires. La vente des indulgences et des offices de l'Église est condamnée, ainsi que le népotisme. Et la musique à l'église doit s'adapter à l'occasion de la solennité, correspondant à une nouvelle ère de musique chorale et de composition.

1566 Selim II, fils de Soliman, devient le nouveau sultan ottoman. Il n'est pas formé aux affaires gouvernementales ou militaires, contrairement à ses deux frères aînés, qui ont tous deux trahi Suleiman. Selim II est le début des sultans désintéressés. Il est voué aux plaisirs du harem et de l'alcool.

1566 En Chine, l'empereur Jiajing s'est retiré du gouvernement pendant de longues périodes. Il poursuit une recherche taoïste de la vie éternelle en prenant des potions. Cela conduit à la mort par empoisonnement accidentel.

1566 A Anvers, les prix des céréales sont élevés et les gens s'agitent. En été, les calvinistes avec des haches et des masses, poussés par les prédicateurs, attaquent ce qu'ils croient être une fausse doctrine. Ils détruisent la cathédrale Notre-Dame d'Anvers. Ils brisent des autels, des vitraux, des ornements, des peintures, des tombeaux. Ils détruisent les livres, les vêtements ecclésiastiques et les manuscrits.

1566 À Rome, le pape Pie IV entame une campagne contre les « sodomites ».

1568 Les guerres civiles ravagent le Japon. Oda Nobunaga, seigneur du château de Nagoya, est un seigneur féodal qui peut se permettre d'acheter des mousquets en nombre important. Le Japon est prêt pour l'émergence d'une puissance unificatrice. Nobunaga prend le contrôle de la région autour de Kyoto, la capitale du Japon, où la famille Ashikaga détenait le pouvoir en tant que shogun. La période Ashikaga de l'histoire du Japon est terminée. L'empereur, à Kyoto, reste élevé par la connexion divine shintoïste, au-dessus de la politique et de la guerre.

1568 Protestants aux Pays-Bas, dirigés par le prince Guillaume d'Orange, se révoltent contre le règne du monarque catholique Philippe II. La guerre de quatre-vingts ans commence.

1568 Un architecte français, Philibert de l'Orme, réinvente l'usage du béton.

1568 Akbar étend son empire en Inde, et il sera rapporté qu'il a tué plus de 30 000 paysans hindous suite à sa conquête de Chitod. Akbar garde comme subordonnés certains dirigeants locaux, qui sont autorisés à garder leurs propres armées. Dans son palais, Akbar commence sa journée par la prière, et à l'aube, il monte sur son balcon et se montre à ses sujets qui se rassemblent en bas, impressionnés par son succès et son pouvoir. Akbar se décrit comme le père de ses sujets. S'inspirant de la philosophie soufie, il est décrit comme ayant les attributs de l'homme parfait, ou universel, et un microcosme de l'univers. A la cour, sa royauté est décrite comme une émanation spéciale de Dieu.

1570 Un raz de marée détruit les digues de la Hollande au Jutland. Plus de 1 000 personnes sont tuées.

1570 La population indienne d'Hispaniola, estimée à 100 000 en 1493, est réduite à environ 300.

1570 Ivan IV (Le Terrible) exécute en public la quasi-totalité de ses conseillers.


3. La guerre du chien errant

Photo de l'incident de Petrich dans un journal français (Crédit : Getty Images)

Dans l'un des conflits les plus étranges du 20e siècle, un chien a déclenché par inadvertance une crise internationale. L'incident était le point culminant d'une longue période d'hostilité entre la Grèce et la Bulgarie, qui étaient en désaccord depuis la deuxième guerre des Balkans dans les années 1910. Les tensions ont finalement dégénéré en octobre 1925, lorsqu'un soldat grec a été abattu après avoir prétendument traversé la frontière bulgare alors qu'il poursuivait son chien en fuite.

La fusillade devint un cri de ralliement pour les Grecs, qui peu après envahirent la Bulgarie et occupèrent plusieurs villages. Ils étaient même sur le point de commencer à bombarder la ville de Petrich lorsque la Société des Nations est finalement intervenue et a condamné l'attaque. Un comité international a ensuite négocié un cessez-le-feu entre les deux nations, mais pas avant que le malentendu n'ait entraîné la mort d'une cinquantaine de personnes.


Table des matières (9 chapitres)

L'histoire des élites paysannes agressives et violentes dans le Nord

Paysans et culture politique en Norvège (vers 1400-1700)

Les riches ont-ils conduit les pauvres à se rebeller lors des révoltes paysannes finlandaises du XVe au XVIIe siècle ?

Quel type d'interaction y a-t-il eu entre les paysans norvégiens et les autorités danoises entre la guerre nordique de Sept Ans (1563-1570) et les années 1640 ?

Un état d'agression ? Les élites paysannes suédoises et l'art de négocier pendant la guerre nordique de Sept Ans (1563-1570)

Les soulèvements politiques perdus

Violence et élite paysanne dans le Bas Satakunta (1550-1680)

La famille Fordell : une lutte commerciale après trois générations au pouvoir


1911 Encyclopædia Britannica/Frederick II. du Danemark et de la Norvège

FRÉDÉRIC II. (1534-1588), roi de Danemark et de Norvège, fils de Christian III., est né à Hadersleben le 1er juillet 1534. Sa mère, Dorothée de Saxe-Lauenburg, était la sœur aînée de Catherine, la première épouse de Gustave Vasa et la mère d'Eric XIV. Les deux petits cousins, nés la même année, étaient destinés à être des rivaux à vie. À l'âge de deux ans, Frédéric fut proclamé successeur au trône à la Rigsdag de Copenhague (30 octobre 1536), et hommage lui fut rendu à Oslo pour la Norvège en 1548. Le choix de son gouverneur, l'historiographe patriote Hans Svaning, fut d'autant plus heureux qu'il assura la dévotion du futur roi de Danemark à tout danois sauf Svaning était un pauvre pédagogue, et le garçon sauvage et capricieux a souffert toute sa vie des défauts de sa première formation. L'attachement juvénile et innocent de Frédéric à la fille de son ancienne tutrice, Anna Hardenberg, l'a indisposé au mariage au début de son règne (1558). Après que les mains d'Élisabeth d'Angleterre, de Marie d'Écosse et de Renata de Lorraine aient été successivement recherchées pour lui, le conseil d'État s'inquiéta de la succession, mais il épousa finalement sa cousine, Sophie de Mecklembourg, le 20 juillet 1572.

Le règne de Frédéric II. se divise en deux divisions bien définies : (1) une période de guerre, 1559-1570 et (2) une période de paix, 1570-1588. La période de guerre a commencé avec l'expédition Ditmarsh, lorsque la république paysanne indépendante des Ditmarshers de West Holstein, qui avait vigoureusement maintenu son indépendance pendant des siècles contre les comtes de Holstein et les rois danois, a été soumise par une armée dano-holsteinienne de 20 000 hommes en 1559, Frédéric et ses oncles Jean et Adolphe, ducs de Holstein, se partagent le territoire. Tout aussi triomphant fut Frédéric dans sa guerre avec la Suède, bien qu'ici le combat fût beaucoup plus sévère, durant comme il l'a fait pendant sept ans d'où il est généralement décrit dans l'histoire du Nord comme la guerre de Sept Ans scandinave. La tension qui avait régné entre les deux royaumes durant les dernières années de Gustave Vasa atteignit un point de rupture avec l'avènement du fils aîné de Gustave, Eric XIV. Les causes de querelle entre les deux jeunes monarques ambitieux sont nombreuses, mais la détention à Copenhague en 1563 d'une splendide ambassade matrimoniale en route pour l'Allemagne,

négocier un match entre Eric et Christine de Hesse, que le roi Frédéric pour des raisons politiques était déterminé à empêcher, a précipité les hostilités. Pendant la guerre, marquée d'un bout à l'autre d'une férocité extraordinaire, les Danois sont généralement victorieux sur terre grâce au génie de Daniel Rantzau, mais sur mer les Suédois triomphent presque uniformément. En 1570, le conflit avait dégénéré en une dévastation barbare des provinces frontalières et en juillet de la même année, les deux pays acceptèrent la médiation de l'empereur, et la paix fut finalement conclue à Stettin le 13 décembre 1570. Au cours de ces sept années ' Guerre Frédéric II. avait échappé de peu au sort de son cousin déchu Eric XIV. La guerre était très impopulaire au Danemark, et la fermeture du Sound à la navigation étrangère, pour affamer la Suède, avait exaspéré les puissances maritimes et tous les États baltes. Le jour de l'an 1570, les difficultés de Frédéric semblaient si accablantes qu'il menaça d'abdiquer, mais la paix de Stettin arriva à temps pour réconcilier toutes les parties, et bien que Frédéric devait maintenant renoncer à son rêve ambitieux de rétablir l'Union de Kalmar, il avait au moins réussi à maintenir la suprématie du Danemark dans le nord. Après la paix, la politique de Frédéric devint encore plus impériale. Il aspirait à la domination de toutes les mers qui baignaient les côtes scandinaves, et avant de mourir, il réussit à supprimer les pirates qui avaient si longtemps hanté la Baltique et l'océan allemand. Il a également érigé la forteresse majestueuse de Kronborg, pour garder le canal étroit du Sound. Frédéric possédait le don vraiment royal de découvrir et d'employer de grands hommes, indépendamment des préférences personnelles et même des blessures personnelles. Avec un tact infini et une abnégation admirable, il laissait libre cours à des ministres dont il reconnaissait franchement la supériorité dans leurs divers départements, s'immisçant rarement personnellement à moins d'y être absolument appelé. Son influence, toujours grande, était accrue par ses manières cordiales et sans affectation d'hôte. Il est également remarquable comme l'un des rares rois de la maison d'Oldenbourg qui n'avait pas illicite liaison. Il mourut à Antvorskov le 4 avril 1588. Aucun autre roi danois n'a jamais été aussi aimé de son peuple.

Voir Lund (Troels), Danmarks og Norges Historie i Slutningen af det XVI. Aarh. (Copenhague, 1879) L'histoire de Danmark Riges (Copenhague, 1897-1905), vol. 3 Robert Nisbet Bain, Scandinavie, casquette. 4 (Cambridge, 1905). ( R. N. B. )


Problèmes avec le modèle nordique

Quelques problèmes découlent du modèle nordique qui vont inévitablement entraîner des changements dans les années à venir. Le baby-boom d'après-guerre a produit une grande génération qui est actuellement à la retraite ou à la retraite. Cela a ensuite été suivi d'une baisse du taux de natalité causée par un plus grand nombre de personnes travaillant plus longtemps et ayant donc moins d'enfants.

Les populations augmentent mais le pourcentage de personnes travaillant et payant des impôts est en légère baisse. Ce n'est pas unique aux pays nordiques - c'est un problème auquel chaque pays est confronté.

Les projections actuelles sont que d'ici la fin de ce siècle, la population mondiale aura commencé à diminuer. Les économistes ne savent pas comment résoudre ce problème, mais ils conviennent tous qu'il doit être résolu.

Un autre problème, découlant de la position pro-mondialisation de la région, est qu'à mesure que les économies de l'Est et de l'Amérique du Sud se développent, elles continueront à occuper de plus en plus d'emplois, car leurs marchés du travail fonctionneront à moins cher qu'à l'Ouest.

Les pays nordiques en sont légèrement protégés par leur investissement en R&D qui permet aux pays d'exceller dans des domaines plus techniques.


Connaissance : Nord

Les Nordiques sont les enfants du ciel, [1] une race d'humains grands et blonds de Bordeciel qui sont connus pour leur incroyable résistance au froid et au gel magique. Ce sont des guerriers féroces, forts et enthousiastes, et beaucoup deviennent des guerriers, des soldats et des mercenaires renommés dans tout Tamriel. [2] [3] Désireux d'augmenter leurs compétences martiales au-delà des méthodes traditionnelles de Skyrim, ils excellent dans toutes sortes de guerres et sont connus comme un peuple militant par leurs voisins. [4] [5] Les Nordiques étaient connus pendant un certain temps pour leurs prouesses nautiques lorsqu'ils ont migré d'Atmora. [5] Les marchands maritimes ou les contrebandiers ne sont pas inconnus, comme ce fut le cas avec Tobias.

Bien que les Nordiques se soient mêlés à d'autres races au fil des ans, c'est principalement à Atmora, l'endroit connu le plus au nord de Nirn, qu'ils tracent leur lignée. [4] [6] Atmora est probablement une corruption humaine de "Altmora", un nom trouvé dans de vieux disques elfiques qui signifie "Ancien Bois". [7] Les légendes disent qu'Atmora était autrefois très verte et prospère, jusqu'à ce que "le gel" la transforme en une friche inhospitalière en proie à la guerre civile, obligeant son peuple à migrer vers Tamriel par vagues tout au long des ères Méréthique et Première. [8] Au cours de cette migration, le chef Ysgramor a rallié des gens de tous bords qui souhaitaient vivre en paix et a navigué vers le sud, pour finalement arriver à Hsaarik Head, à l'extrême pointe nord du Cap Brisé de Skyrim. [4] Ils nommèrent la nouvelle terre « Mereth » en hommage aux Elfes Aldmeri qui s'étaient déjà installés sur la plus grande partie du continent. Contrairement à de nombreuses histoires, qui attribuent apparemment à Ysgramor le fait d'être le chef du premier groupe de colons humains, [9] [10] lui et ses colons étaient les derniers d'une longue lignée d'émigrants d'Atmora à Skyrim, et beaucoup avaient déjà migré. vers d'autres endroits autour de Tamriel. [11] [6]

Le retour Modifier

Les elfes et les hommes ont vécu dans une paix et une prospérité relatives pendant une longue période, mais les tensions raciales se sont accrues avec la population humaine et la violence a finalement éclaté. On ne sait pas comment cela a commencé, mais les Elfes ont rasé la capitale nordique de Saarthal, tuant les défenseurs et tous ceux qui ne pouvaient pas fuir, dans un massacre maintenant connu sous le nom de Nuit des larmes. [4] [9] [12] [13] Selon la légende, les seuls humains à avoir survécu étaient Ysgramor et ses deux fils, qui ont fui vers Atmora, où ils ont rassemblé les célèbres cinq cents compagnons et sont revenus pour massacrer rapidement tous les elfes. ils ont traversé, fondant de nouvelles villes au fur et à mesure et ouvrant la voie à de nouveaux colons. [9] [4] [14] [15] [8] Pendant ce temps, les Nordiques ont aussi fréquemment mené la guerre avec les divers clans géants de Skyrim et Ysgramor ont prétendument massacré des centaines de géants lui-même. [16] [17] Malgré ces premiers conflits, la présence de Géants est restée dans toute la province dans les ères qui ont suivi, bien que les deux races se soient largement gardées entre elles.

Les grandes réalisations et les actes d'héroïsme des Cinq-Cents ont fait d'eux et de leur chef Ysgramor des modèles dans la culture nordique. [8] Leur héritage est prétendument porté par les Compagnons, un groupe de mercenaires non partisans réputés pour être des arbitres impartiaux en matière d'honneur. [14] [8] Le descendant d'Ysgramor, le roi Harald, à qui l'on attribue la première unité de la province sous ses frontières coutumières en 1E 113 , chassa le dernier des Elfes hors de la province en 1E 143 . [4] Malgré une forte résistance, les Elfes ont également été chassés de Solstheim, une petite île au nord-est de Bordeciel, qui serait principalement habitée par les Nordiques pendant des milliers d'années à venir. [18]

La guerre des dragons Modifier

Les dragons étaient vénérés dans le cadre de la religion nordique. [19] Les prêtres dragons, à égalité avec les rois en termes de pouvoir qu'ils exerçaient, agissaient comme intermédiaires entre le peuple et les "dieux-rois serpentins", dont le nom ne pouvait même pas être prononcé par le commun des mortels. [19] Des temples ont été construits pour honorer et apaiser les dragons, dont beaucoup survivent aujourd'hui en tant que ruines antiques hantées par Draugr et des prêtres dragons morts-vivants. [19] [20] Les prêtres dragons de Tamriel sont devenus plus tyranniques et la population s'est finalement rebellée quelque temps dans l'ère Mérethic, menant à la légendaire Guerre des Dragons. [19] Certains dragons se sont retournés contre leur propre espèce et ont enseigné aux Nordiques une magie puissante qui leur a permis de renverser le cours de la guerre en leur faveur. [19] Après une campagne longue et sanglante, le règne des dragons a pris fin et les wyrms restants ont fui vers des régions éloignées. [19] Le Culte du Dragon a survécu pendant un certain temps, mais a été marginalisé et s'est finalement éteint. [19] Le dernier bastion du culte du dragon a été trouvé et assiégé en 1E 140 . [21] Peu de temps après, le culte des dieux animaux a été remplacé par les Huit Divins de l'époque dans la culture nordique dominante. [22] D'autres croyances nordiques traditionnelles, connues sous le nom d'Anciennes Voies, ont continué et sont restées répandues parmi les Nordiques même après l'introduction des Divins. [23] [24]

Les conquêtes de Skyrim Modifier

En 1E 241 , le roi Vrage le Doué (le fils de Harald) commença l'expansion agressive maintenant connue sous le nom de Conquêtes de Skyrim, qui culminera dans le Premier Empire des Nordiques. [4] [6] [25] En l'espace de cinquante ans, les descendants d'Ysgramor ont régné sur tout le nord de Tamriel, y compris la plupart de l'actuelle Haute Roche et l'ensemble de Morrowind. [4] [6] Certains dirigeants du Nord voulaient se tourner vers le sud vers Cyrodiil, mais les Monts Jerall se sont avérés être une trop grande barrière et le nord de Cyrodiil un prix trop pauvre. [3]

Au cours des siècles suivants, Skyrim s'est étendu et s'est contracté au fur et à mesure que des batailles étaient gagnées et perdues. [11] Les Conquêtes et l'Empire prirent fin en 1E 369 avec la mort du roi Borgas, le dernier de la lignée Ysgramor, lors de la Chasse Sauvage. [4] [3] Lorsque le conseil au pouvoir ou Moot n'a pas pu choisir Jarl Hanse de Winterhold (considéré comme le choix évident par les érudits impériaux), comme nouveau Haut Roi, la guerre civile qui a suivi a déchiré l'Empire. [4] La guerre s'est terminée en 1E 420 avec le Pacte des Chefs, mais l'Empire a perdu ses possessions dans High Rock et Morrowind et Skyrim a été divisé en royaumes indépendants. [4] Les Nordiques ont essayé de reconquérir Morrowind vers 1E 700, mais ont été repoussés par les forces unies des Chimers et des Dwemers, et le Tribunal protégerait Morrowind de l'invasion pendant des milliers d'années à venir. [26] [27] [5] [28] [29] L'échec des Langues Nordiques à Morrowind a incité Jurgen Windcaller à commencer une méditation de sept ans pour comprendre l'échec, menant à la découverte de la Voie de la Voix. [4] [30]

À la fin de la Première Ère, une invasion d'Akavir traversa Bordeciel. [31] Même si les Nordiques ne "répondent pas aux invasions avec des pichets d'hydromel", ils ont été incapables d'arrêter le puissant Akaviri Dragonguard, et il a fallu les armées unies de Cyrodiil pour arrêter leur avance à la bataille de Pale Pass. [31] Les Nordiques ont été naturellement impressionnés, et pour la première fois, l'ensemble de Bordeciel a prêté allégeance à un seul homme : Reman Cyrodiil, l'un des premiers Dragonborn enregistrés dans l'histoire et le fondateur du Second Empire de l'Homme. [31] Les Nordiques soutiendraient généralement l'Empire, même sous les Potentats, pendant des centaines d'années à venir. Le chaos de l'Interrègne offrit aux Nordiques l'occasion d'une glorieuse bataille contre leurs voisins. Avec les Bretons de High Rock, ils ont de nouveau regardé vers le sud, vers Cyrodiil, pour trouver de l'espace pour s'étendre. [32] Malgré quelques premiers succès, ils ne comptent pas sur Tiber Septim.

Sous le Troisième Empire Modifier

Skyrim a été absorbé relativement pacifiquement dans l'empire de Tiber Septim, malgré la bataille de Sancre Tor vers 2E 852 et d'autres affrontements. [32] [33] De nombreux Nordiques ont trouvé un emploi dans la Légion impériale, car Talos entretenait généralement des relations avec le nord. [32] Au cours des siècles après la fondation de l'Empire, Bordeciel a été entraîné dans plusieurs conflits majeurs. L'un d'eux était la guerre du diamant rouge au cours de laquelle Skyrim a soutenu la reine Potema contre l'Empire. [34] La guerre civile a presque déchiré l'Empire et il a fallu dix-sept longues années avant que Potema ne soit finalement vaincu et que la paix soit rétablie. [34] Cependant, un mouvement souterrain fort appelé le Hörme, croyant que Potema et son fils déposé étaient le dernier du vrai sang de Tiber Septim, a continué à travailler contre les intérêts impériaux dans Skyrim. [11]

Vers la fin de la Troisième ère, les royaumes de Skyrim ont déclenché plusieurs guerres pour étendre leur territoire. La guerre du Bend'r-Mahk pendant le simulacre impérial a considérablement augmenté les possessions nordiques, engloutissant de nombreux kilomètres de territoire appartenant traditionnellement à l'est de Hauteroche et Martelfell, et ils ont les yeux rivés sur Morrowind, qui n'est plus protégé par le Tribunal. [11]

La quatrième ère Modifier

La quatrième ère a apporté des changements importants pour les Nordiques. À la fin de la Troisième ère et au début de la Quatrième ère, Solstheim fut envahie par les réfugiés Dunmers de Morrowind, qui avaient été dévastés par des catastrophes naturelles puis envahis par les Argoniens du Marais Noir qui avaient déjà conquis une grande partie de Morrowind. [35] Les Nordiques de Solstheim voulaient gagner l'indépendance de l'Empire et prévoyaient de détruire Fort Frostmoth. [36] De nombreux Dunmers ont également fui vers l'ouest sur le continent, établissant une forte présence dans les villes de l'est de Bordeciel. [37] Après le sac de Nova Orsinium, de nombreux réfugiés Orcs ont été escortés dans Skyrim par la Légion impériale. [38] De nombreux Orcs choisissent de séparer leur société et de vivre dans des Forteresses Orques dispersées dans le désert, mais d'autres, comme les Dunmers, ont choisi de vivre dans les colonies "civilisées" de Bordeciel. Malgré une certaine inquiétude face à ces nouveaux arrivants, les Nordiques sont restés relativement pacifiques et prospères, à quelques exceptions près, [39] [40] [41] au lendemain tumultueux de la crise d'Oblivion. [35] [42] Cependant, leur paix ne durerait pas.

Vers 4E 200, un peu plus de vingt ans après la fin de la Grande Guerre, le Haut Roi de Bordeciel fut tué. Un désaccord sur la question de savoir si sa mort était un meurtre ou le résultat d'un duel honorable, combiné aux ressentiments créés par le Concordat de l'or blanc qui a mis fin à la Grande Guerre, a lancé Skyrim dans la sanglante rébellion Stormcloak, du nom du chef des rebelles, Jarl Ulfric Cape de tempête. [42] [43] [44] Encore plus inquiétant était le retour d'Alduin, l'ancien ennemi de la guerre des dragons qui avait mené les massacres contre eux, que la religion nordique avait longtemps tenus pour annoncer la fin du monde. [43] [45]

Il y a deux choses que la plupart des Nordiques aiment : la musique et l'hydromel. [45] La plupart des Nordiques portent des peaux d'animaux ou des vêtements en coton. [46] Ils sont généralement tolérants envers les étrangers à Skyrim, bien qu'ils ne se sentent souvent pas les bienvenus. [14] [37] [47] En particulier, les Nordiques ont encore souvent un ressentiment amer envers les elfes. The Reach, l'une des neuf forteresses de Skyrim, n'a qu'une faible majorité nordique, et les villes de l'est sont fortement influencées par les Dunmers. [4] [37] Les cales du nord et de l'est - Winterhold, Eastmarch, The Rift et The Pale - sont connues collectivement sous le nom de Old Holds, où l'influence des anciennes traditions nordiques est encore relativement forte et les étrangers sont rares. [4] Les jeunes hommes là-bas sortent pendant des semaines dans les hauts sommets au cœur de l'hiver, chassant les spectres de glace qui leur donnent le statut de citoyens à part entière. [4] The Reach et the Rift ont tous deux une longue histoire d'anarchie et sont généralement associés à des activités criminelles. [48] ​​[49] [33] [41]

Les Nordiques ont tendance à être superstitieux, et leur folklore le reflète. [49] [50] [51] [52] Les noms nordiques, souvent choisis en fonction des présages, sont donnés lors d'une cérémonie spéciale lorsque l'enfant est jeune. [50] Tout malheur inexpliqué est souvent imputé au Falmer ou aux Elfes des neiges. [4] Les Falmer, que l'on a longtemps cru éteints après l'invasion vengeresse des Nordiques sur leurs terres, causée par la réponse agressive des Falmer aux nouveaux habitants d'Atmoran, ont en fait été poussés sous terre, où ils sont devenus sauvages et cherchent prétendument à tuer tous ceux qui habiter au-dessus d'eux, [53] il est donc possible qu'il y ait du vrai dans certaines de ces affirmations.

Architecture Modifier

Les Nordiques sont connus comme les maîtres de la construction en bois et en bois. [4] Outre les villes de Bordeciel, leur style architectural se reflète à Bruma, située au nord de Cyrodiil. [54] Nord buildings are built partly underground to conserve heat, and are made with stones, with wood used only for support, and roofs of straw above the wood. These houses are essential to keep in heat in the freezing climate. Similar designs are also seen in Solstheim.

Nordic buildings are known for being able to withstand the harshest elements for thousands of years. [4] Old Fort, one of the royal bastions constructed by the First Empire to guard its southern frontier, is a fine example: "towering walls of huge, irregular porphyry blocks fit together without seam or mortar" have stood since the First Era. [4]

Food Edit

→ See the main article: Nord Cuisine

Langue Modifier

The modern Nordic language comes from the Ancient Nordic tongue, which in turn copies from the Dragon Language. The semblance comes from the alphabet, which looks like claw marks and scratches. [55] Nords can still be found using phrases from the Dragons such as "Evgir Unslaad," which means "Season Unending," [56] or "Thu'um," which means Shout. [4]

Bare-sarks "Berserkers" [57] Dalk "Knife" [58] Drah-gkon/Dov-rha "Dragon" (Ancient Nordic) [19] Hjerim "Home of Frost" [59] :552 Merethic Literally "Era of the Elves" [9] Skald "Bard" [22] Valunstrad "Avenue of Valor" (Ancient Nordic) [59] :552 Ysmir "Kings" also "Dragon of the North" [60]

The Nords are considered to be a devout people with grim religious beliefs. Among other things, they have long believed that Alduin, the World-Eater, would eventually return and bring about the end of the world. [61] As dark as their belief systems are viewed to be, all Nordic traditions extend one bright, shining hope for Nords: Sovngarde, the Hall of Valor, where Nords who have proven their mettle in battle or died valiantly are welcome to experience euphoric bliss and camaraderie, free from time and boredom. [62] [63] Some stories claim the place was built by, and still inhabited by, the elusive Shor. [62] It is little surprise that cowardice is the worst trait a Nord can exhibit, for "a Nord is judged not by the manner in which he lived, but the manner in which he died". [63] Nords cross the whalebone bridge to reach Sovngarde, and flying whales are a cultural metaphor for the transition from Nirn to Aetherius. [64]

The Old Ways Edit

Ysgramor and the Atmorans brought with them the worship of animal gods: the hawk, wolf, snake, moth, owl, whale, bear, fox, and most importantly the dragon. [19] Over time, as Nord beliefs evolved, the traditional Nordic Pantheon of Divines emerged as personifications of natural forces and ideas. [61] Many scholars believe that the Nordic Pantheon is the same as the orthodox pantheon, merely with different names (there are certainly many parallels), and many Nords who have adopted the Divines evidently have this understanding.

The isolated Nordic tribe in Solstheim, the Skaal, carry on a tradition very similar to the old tradition of animal worship. The Skaal venerate all of nature, believing that certain parts of their environment, such as the winds, the trees and the sun, were given to them by the All-Maker, a benevolent, unknowable creator deity. Wolves and bears are especially sacred to the small tribe. All aspects of nature must constantly be in harmony, for this is what gives the Skaal their shamanic powers. The Skaal also tell tales of the Adversary, the enemy of mankind, and his lieutenant, the Greedy Man. In this regard, the faith of the Skaal is nearly the opposite of the pantheon of their kin in Skyrim. [65] Although the Skaal do not worship them, they also acknowledge the existence of the Daedric Princes. [66]

The Nordic Pantheon Edit

Like most modern Tamrielic races, Nordic religion is focused on the Aedra and their old ally, Lorkhan. [67] However, the Nord's Sky Goddess Kyne is notably more assertive and warlike than the nature-loving Kynareth. [61] Although Mara is present in her role as a mother goddess, she is thought of as a mere handmaiden to Kyne, the actual mother of the Nords and the widow to Shor. [1] [61] She is also credited with sending her son Morihaus (and perhaps Pelinal) to the aid of the Cyro-Nordic slaves in their uprising against the Ayleids around 1E 242 . [67] Shortly after, the Nordic pantheon of gods would be fused with the Aldmeri pantheon by Alessia into the Eight Divines (although this new belief system would be bucked occasionally). [67] [29] Interestingly, certain Daedra, notably Hermaeus Mora, are present in Nordic mythos.

The former chief of the Nordic pantheon of Skyrim is Shor. He was the king of the gods and a champion of men in their struggles against the Elves, [61] until being treacherously slain by elven devils, and consigned to serve as god of the underworld. He may still have an impact on the mortal world in the form of the Shezarrine. Shor was left out of the Eight Divines, but is still represented in a way acceptable to some Nords as "the spirit behind all human undertaking" in the Cyrodilic pantheon. [67] [29] Shor, and Shezarr, are suspected to be the same entity as Lorkhan. [61]

The traditional Nordic pantheon has had a very muddled history with Akatosh, the Dragon God of Time, and misconceptions abound. The totem animals of the Old Ways included the dragon, whom scholars correlate with the worship of Akatosh, but the veneration of dragons understandably dwindled among Nords after the Dragon War. [19] The Nords of the First Era thus only came to know Akatosh as Auri-El, the Elven deity, whom they demonized. [67] Nevertheless, Akatosh was reintroduced in Alessia's compromised pantheon. Many scholars over the years, most of whom were foreigners unfamiliar with the nuances of Nordic history, have mistakenly assumed that Alduin was merely the Nordic name for Akatosh. [61] [68] [69] Due to mistrust of Nordic education and the integrity of their oral traditions, even well-informed scholars dismissed the dichotomy despite the fact that Akatosh's benevolent nature bore no resemblance to Alduin and that Nords who accepted Akatosh as a deity maintained that he was distinct from Alduin. [61] [68] [69]

The Thu'um and the Dragonborn Edit

The spiritual relationship between the Nords and breath is crucial to understanding Nordic beliefs and motivations. They believe Kyne breathed life into them at the Throat of the World, the highest mountain in Skyrim. [1] [4] Another creation myth involves the Ehlnofey, wandering progenitors of the Mythic Era, some of whom were displaced to Atmora during the Ehlnofey wars of the Dawn Era and became the Nords. [10] The two stories are not necessarily in conflict, as they both seem to suggest that Nordic ancestors emerged in Skyrim, flourished in Atmora, then returned. Regardless, the Nords believe that their breath and voice are their vital essence, and that by uttering shouts in the tongue of the dragons, they can channel their essence to perform incredible feats.

Nords have been able to use the thu'um, a magical shout capable of extraordinary power, as a nearly unstoppable weapon against their adversaries as far back as the late Mythic Era. [19] [70] They view it as a gift from Kyne, and those with the talent to wield it are called "Tongues". [61] [1] The ancient Greybeards, masters of the thu'um, still sit atop the 7000 steps leading to the settlement of High Hrothgar, near the summit of the Throat of the World, where they practice the Way of the Voice. [4] Their leader, Jurgen Windcaller, brought about a ban on the use of the thu'um outside of times of "True Need". [4] [30] Tiber Septim established the Imperial College of the Voice in Markarth in an attempt to turn the Way of the Voice to warfare. [4] While some Tongues like Ulfric Stormcloak have proved willing to use the thu'um for violence, the use of the thu'um in warfare has remained extremely rare among Nords. It is false to assume, however, that the Way of the Voice demands pacifism: while the Greybeards don't take up arms directly, they occasionally speak, and thereby set titanic events in motion. They have spoken together on only two known occasions: to announce the destiny of Tiber Septim and, later, to do the same for the Last Dragonborn. [4] [43]

Today, Ysmir is the name by which Nords recognize the divinity of Talos. However, there are many competing theories on who or what Ysmir really is. [71] [26] The title seemed to have originated with Ysmir Wulfharth, the Atmoran-born ruler of ancient Skyrim whose thu'um was so powerful that he could not speak without causing destruction. [1] [4] [29] This is actually rather typical of the greatest masters (powerful Tongues are often gagged for safety). [1] [4]

In Nordic society, the Dragonborn is an archetype for what a Nord should be, and any Dragonborn is treated with a deep respect. [45] A Dragonborn can not only wield the power of the thu'um like other Tongues, but can also absorb the souls of dragons, as well as knowledge of the thu'um, thereby achieving in a short time what it takes others a lifetime to learn. [72] The "Dragonborn Emperors" were able to rely on this cultural influence to cement the fealty of the Nords, while the Emperors of the Fourth Era were not. [72] [73] It is likely because of this that so many Nords are unwilling to give up the worship of Talos, even in the face of a ban by the Empire. [44]


AP European History Timeline

The Hundred Year's War was a war between England and France over feudal disputes that lasted 116 years, with fighting divided over the course of that time.

The Black Death

A plague from rats imported from ships from Asia that caused the death of 1/3 of Europe

Itialian Renaissance

Period of relative peace and intellect throughout Italy that lead to a great deal of art and culture, ending with the sacking of Rome

Northerern Renaissance

Until 1450, the Italian Renaissance had little effect on Northern Europe. However, ideas began to spread, leading to a Renaissance period in northern Europe and ending after the Thirty Years' War

Commercial Revolution

Period of European colonization and mercantilism which lasted from 1488 with the first European sailing around the Cape of Good Hope and ended around the time of the American Revolution in 1776

Réformation

The Protestant Reformation began with Luther's posting of his 95 thesis and lasted until 1648, after the Thirty Years' War

Scientific Revolution

Period of Scientific Growth where many 'natural philosophers' studied and learned a great deal about astronomy, biology, and other fields of science.

Agricultural Revolution

Period where efficiency of agriculture allowed for better quality of life and eventually lead to the Industrial Revolution

Enlightenment

A period of enlightened growth and education leading into more modern society, many philosopher's debated what an ideal society was and what rights should exist.

Révolution industrielle

A period in Europe of economic and technological expansion, resulting from increase life expectancy and health caused by the Agricultural revolution. Inventions such as the Spinning Jenny, the Water Frame, and the Steam Engine helped progress this period.

French Revolution

Period of French Revolt which lead to the Rise of Napolean Bonaparte and utilized many Enlightenment ideas to attempt to formulate a new government,


European Wars

1066 Norman Conquest
1096 - 1291 Crusades
1096 - 1099 First Crusade
1101 Crusade of 1101
1147 - 1149 Second Crusade
1187 - 1191 Third Crusade
1202 - 1204 Fourth Crusade
1209 - 1229 Albigensian Crusade
1212 Children's Crusade (Often believed to be just a story)
1217 - 1221 Fifth Crusade
1228 Sixth Crusade
1248 - 1254 Seventh Crusade
1270 Eighth Crusade
1271 - 1291 Ninth Crusade
1293 - 1323 War between Sweden and Novgorod ended up with Treaty of Nöteborg
1296 - 1328 First War of Scottish Independence
1332 - 1333 Second War of Scottish Independence
1337 - 1453 Hundred Years' War
1341 - 1364 Breton War of Succession
1420 - 1436 Hussite Wars
1454 - 1466 Thirteen Years' War. Between Poland and Teutonic Knights, which finally broke the power of the latter.
1455 - 1485 Wars of the Roses
1474 - 1477 War between the Duchy of Burgundy and the Swiss Confederation
1478 - War between the Principality of Moscow and the Republic of Novgorod. The latter was conquered.
1494 - 1559 Italian Wars
1494 - 1498 Charles VIII's Italian War
1499 - 1500 Louis XII's war with Milan
1500 - 1502 Franco-Spanish Conquest of Naples
1502 - 1505 Franco-Spanish War over Naples
1508 - 1510 War of the League of Cambrai
1510 - 1513 War of the Holy League
1511 - 1514 Anglo-French War
1513 Anglo-Scottish War (Battle of Flodden)
1515 - 1516 Francis I's first Italian war
1521 - 1525 First war of Francis and Charles V
1521-1525 Anglo-French War
1526 - 1529 War of the League of Cognac
1536 - 1538 Third War of Francis and Charles
1542 - 1544 Last War of Francis and Charles
1542 - 1546 Anglo-French War
1542 - 1550 Anglo-Scottish War
1549 - 1550 Anglo-French War
1552 - 1559 Last Italian War
1557 - 1559 Anglo-French War
1495 - 1497 Russo-Swedish War
1499 - 1503 Turkish-Venetian War1509 - 1513 Ottoman Civil War
1514 - 1516 Ottoman-Safavid War
1515 - 1523 Rebellion of the Frisians
1516 - 1517 Ottoman-Mamluk War
1521 - 1523 The Swedish War of Liberation
1521 - 1523 Uprising of the Comuneros in Castile
1521 - 1526 Ottoman-Hungarian War
1522 Ottoman Conquest of Rhodes
1522 The Knights' War in Germany
1524 - 1525 The Peasants' War in Germany
1526 - 1528 Hungarian Civil War
1526 - 1555 Ottoman-Safavid War
1528 - 1533 Ottoman-Habsburg War in Hungary
1531 Swiss Civil War between Zürich and the Catholic cantons
1532 - 1546 Ottoman-Habsburg War in the Mediterranean
1533 - 1536 The Counts' War in Denmark
1537 - 1544 Renewed Ottoman-Habsburg War in Hungary
1546 - 1547 Schmalkaldic War
1551 - 1562 Ottoman-Habsburg War in Hungary
1551 - 1581 Ottoman-Habsburg War in the Mediterranean (Battle of Lepanto (1571))
1552 - 1555 Charles V's war with Maurice of Saxony
1554 - 1557 Great Russian War
1557 - 1571 Livonian War
1559 - 1560 Scottish Rebellion against the French
1562 - 1598 Wars of Religion in France, also called War of the Three Henries or Huguenot Wars

1562 - 1563 First War of Religion
1567 - 1568 Second War of Religion
1568 - 1570 Third War of Religion
1572 - 1573 Fourth War of Religion
1575 - 1576 Fifth War of Religion
1576 - 1577 Sixth War of Religion
1580 Seventh War of Religion (Lovers' War)
1585 - 1598 Eighth War of Religion
1589 - 1598 Franco-Spanish War
1562 - 1568 Ottoman-Habsburg War in Hungary
1563 - 1570 Northern Seven Years' War also known as Dano-Swedish War
1566 (or 1568) - 1648 Eighty Years' War (war of Dutch independence)
1566(or 1568) - 1609 First Phase
1621 - 1648 Second Phase
1567 - 1573 Scottish Civil War
1568 - 1571 Morisco Revolt in Spain
1570 - 1595 Twenty-five Years' War between Sweden and Russia
1577 - 1582 Livonian War (Poland vs. Russia)
1577 - 1590 Turkish-Persian War
1580 - 1583 Portuguese Civil War
1585 - 1604 Anglo-Spanish War (Spanish Armada, 1588)
1590 - 1606 "Long War" between the Empire and the Turks
1594 - 1603 Tyrone Rebellion in Ireland
1596 - 1597 The Cudgel War in Finland
1600 - 1611 Polish-Swedish War

1602 - 1612 Turkish-Persian War
1609 - 1618 Russo-Polish War
1610 - 1617 Ingrian War between Sweden and Russia
1611 - 1613 War of Kalmar between Sweden and Denmark
1613 - 1617 Russo-Swedish War
1614 - 1621 Polish-Turkish War
1616 - 1618 Turkish-Persian War
1617 - 1629 Polish-Swedish War
1618 - 1648 Thirty Years' War across Europe, ends with the Peace of Westphalia.
1618 - 1625 Bohemian/Palatine Phase
1618 - 1629 Austro-Transylvanian War
1625 - 1629 Danish Phase
1625 - 1630 Anglo-Spanish War
1626 - 1630 Anglo-French War
1627 - 1631 War of the Mantuan Succession
1630 - 1635 Swedish Phase
1635 - 1648 French Phase
1635 - 1659 Franco-Spanish War (ending with the Treaty of the Pyrenees)
1645 Renewed Austro-Transylvanian War
1623 - 1638 Turkish-Persian War
1625 - 1629 Huguenot Uprising in France
1632 - 1634 Russo-Polish War
1634 Polish-Swedish War
1637 Pequot War
1639 - 1652 English Civil War

1639 First Bishops' War
1640 Second Bishops' War
1641 - 1650 Irish War
1642 - 1646 First Civil War
1648 Second Civil War
1650 - 1652 Scottish Uprising
1640 - 1656 Catalan Revolt
1640 - 1668 Portuguese War of Independence
1645 - 1670 Turkish-Venetian War
1648 - 1653 The Fronde
1648 - 1649 First Fronde
1650 - 1653 Second Fronde
1648 - 1660 The Deluge/Northern Wars, A series of wars involving Poland, Sweden, Brandenburg, Russia and Transylvania and Denmark
1648 - 1654 Cossack Revolt against Poland
1654 - 1656 Russo-Polish War
1655 - 1656 Swedish-Brandenburg War
1655 - 1660 Polish-Swedish War
1656 - 1658 Russo-Swedish War
1656 - 1660 Danish-Swedish War
1657 - 1660 Dutch-Swedish War
1658 - 1667 Russo-Polish War
1652 - 1654 First Anglo-Dutch War
1656 - 1659 Anglo-Spanish War
1657 - 1662 Turkish-Transylvanian War
1662 - 1664 Austro-Turkish War

1665 - 1667 Second Anglo-Dutch War preceded by the capture of New Amsterdam, renamed New York City
1667 - 1668 War of Devolution
1671 - 1676 Polish-Turkish War
1672 - 1678 Dutch War
1672 - 1674 Third Anglo-Dutch War
1672 - 1679 War between Brandenburg and Sweden
1675 - 1679 Scanian War between Sweden and Denmark
1675 - 1676 King Philip's War
1678 - 1681 Russo-Turkish War
1682 - 1699 War of the Holy League (Austria, Venice, and Poland vs. Ottomans
1685 Monmouth's Rebellion
1688 - 1697 War of the Grand Alliance
1689 - 1691 Irish Jacobite Uprising
1695 - 1700 Russo-Turkish War
1700 - 1721 Great Northern War between a coalition of Denmark/Norway, Russia and Saxony/Poland on one side and Sweden on the other side
1710 - 1711 Russo-Turkish War, 1710-11, a part of the Great Northern War
1715 - 1717 Polish revolt against King Augustus II
1701 - 1714 War of Spanish Succession
1702 - 1713 Queen Anne's War The North American part of the War of Spanish Succession
1703 - 1711 Hungarian Revolt
1714 - 1718 Turko-Venetian War
1715 - 1716 Jacobite Rebellion also known as "The Fifteen"
1716 - 1718 Austro-Turkish War
1718 - 1720 War of the Quadruple Alliance

1722 - 1723 Russo-Persian War 1722-1723
1722 - 1727 Turco-Persian War
1727 - 1729 largely bloodless Spanish war with England and France
1730 - 1736 Turco-Persian War
1733 - 1738 War of the Polish Succession
1736 - 1739 Russo-Turkish War
1737 - 1739 Austro-Turkish War
1740 - 1748 War of the Austrian Succession
1739 - 1748 War of Jenkins' Ear
1740 - 1742 1st Silesian War
1741 - 1743 Hats' Russian War between Sweden and Russia
1744 - 1748 King George's War The North American part of the War of Austrian Succession
1744 - 1745 2nd Silesian War
1744 - 1748 First Carnatic War
1745 - 1746 "The Forty-five"
1743 - 1747 Turco-Persian War
1749 - 1754 Second Carnatic War
1756 - 1763 Seven Years' War, known as the French and Indian War in the United States, and also 3rd Silesian War
1761 - 1763 Spanish-Portuguese War
1763 - 1766 Pontiac's Rebellion
1768 - 1774 Russo-Turkish War
1768 - 1776 War of the Confederation of Bar in Poland
1773 - 1774 Pugachev's Rebellion
1774 - 1783 First Anglo-Maratha War
1775 - 1783 American Revolutionary War

1778 - 1783 Anglo-French War
1779 - 1783 Anglo-Spanish War
1780 - 1784 Anglo-Dutch War
1777 - 1779 War of the Bavarian Succession
1785 - 1787 Dutch Civil War
1787 - 1791 Austro-Turkish War
1787 - 1792 Russo-Turkish War
1788 - 1790 Gustav III's Russian War also known as Russo-Swedish War
1791 - 1804 Haiti Revolutionary War
1792 War in defence of the constitution in Poland
1792 - 1802 French Revolutionary Wars
1792 - 1797 War of the First Coalition
1792 - 1795 Franco-Prussian War
1792 - 1797 Franco-Austrian War
1793 - 1795 Franco-Spanish War
1793 - 1795 Franco-Dutch War
1793 - 1802 Franco-British War
1798 - 1801 War of the Second Coalition
1798 - 1799 Franco-Russian War
1799 - 1801 Franco-Austrian War
1798 - 1801 Quasi War
1794 Kosciuszko Uprising in Poland
1795 - 1798 United Irishmen Revolt


Voir la vidéo: Plassey, la France dit adieu aux Indes 1757 Guerre de 7ans