Combat d'Alba de Tormes, 10-11 novembre 1812

Combat d'Alba de Tormes, 10-11 novembre 1812

Combat d'Alba de Tormes, 10-11 novembre 1812

Le combat d'Alba de Tormes (10-11 novembre 1812) voit les Britanniques repousser une tentative de Soult de s'emparer du pont sur la Tormes à Alba de Tormes et obliger les Français à traverser la Tormes plus loin de la position de Wellington au nord de Salamanque.

Au lendemain de sa victoire à Salamanque, Wellington avait libéré Madrid, puis s'était déplacé vers le nord pour tenter d'infliger une seconde défaite à l'armée du Portugal. Le général Rowland Hill avait été laissé à la tête des troupes défendant Madrid. La campagne ne s'est pas déroulée comme Wellington l'avait prévu. Il a fini par être aspiré dans un siège de Burgos mal géré, ce qui a laissé le temps aux Français de se remettre des chocs de l'été. Hill et Wellington ont finalement été contraints de se retirer vers Salamanque pour éviter d'être pris par les armées françaises plutôt plus importantes de Soult, Souham et du roi Joseph. Le 8 novembre, Wellington était en position de force à San Cristobal, au nord de Salamanque. Hill a été posté à Alba de Tormes, au sud-est de Salamanque, avec la tâche d'empêcher les Français de traverser le fleuve là-bas.

Le 10 novembre, Soult décide d'attaquer Alba de Tormes, pour découvrir avec quel sérieux il sera défendu. La ville, sur la rive orientale du fleuve, était défendue par les trois bataillons d'infanterie de la brigade Howard (2e division), avec quatre bataillons portugais sur la rive ouest du fleuve. Deux batteries d'artillerie étaient également postées à l'ouest, en position de frapper les troupes françaises qui atteignaient le pont.

Soult a commencé par un barrage d'artillerie qui a duré de deux à cinq. Pendant ce temps, il a fait trois attaques avec ses tirailleurs, mais à chaque fois ils ont été repoussés. Deux des bataillons portugais ont été déplacés dans la ville pour soutenir l'infanterie britannique.

Les Français ouvrent à nouveau le feu tôt le 11 novembre et envoient à nouveau leurs tirailleurs attaquer les murs. Une fois de plus, ils ont été repoussés. Au bout de quelques heures, Soult annula l'attaque et se retira, convaincu qu'il serait plus facile de traverser la rivière ailleurs.

Les Britanniques et les Portugais n'ont perdu que 21 morts et 89 blessés au cours des deux jours d'attaques. Les Français font état de 2 officiers morts et 6 blessés et 150 blessés dans les autres rangs.

Page d'accueil napoléonienne | Livres sur les guerres napoléoniennes | Index des sujets : Guerres napoléoniennes


Voir la vidéo: Battle of Borodino 7 September 1812 - Russia vs France