Howorth DD-592 - Histoire

Howorth DD-592 - Histoire

Howorth

(DD-592 : dp. 2 050,1. 376'6"; b. 39'8"; dr. 17'9"; s. 35 k.; cpl. 273; a. 5 5", 5 40 mm. , 7 20mm., 10 21" tt., 6 dcp., 2 dcS; cl, Fletcher)

Howorth (DD-592) a été lancé par Puget Sound Navy Yard, Bremerton, Washington, le 10 janvier 1943; parrainé par Mme R. P. Bromley ; et commandé le 3 avril 1944, le Comdr. E. S. Burns aux commandes.

Une fois l'entraînement complet au shakedown terminé, le Howorth appareilla le 22 juillet 1944, protégeant un grand convoi transportant des marines vers Pearl Harbor. Le navire est arrivé 7 jours plus tard et a commencé une deuxième période d'entraînement dans les eaux hawaïennes. En partant le 25 août, elle rejoint la 7e Flotte à Hollandia et, après de brèves escales à Purvis Bay et Manus en service d'escorte, elle arrive à Morotai nouvellement prise le 30 septembre. Les 2 semaines suivantes ont été consacrées à l'escorte et au service anti-sous-marin dans les Salomon.

Howorth a fumé de la baie de Humboldt le 16 octobre en route vers Leyte. Arrivé le 22 octobre, trois jours après les débarquements initiaux, le navire gardait les mouillages de transport tandis que d'autres unités de la flotte décidaient les Japonais lors de la bataille historique du golfe de Leyte. Elle a fait ensuite des voyages de convoi aux Routes de Kossol, Guam et Manus avant de revenir à Leyte pour les débarquements d'Ormoc le 7 décembre 1944. Ensuite sur le programme du destroyer était l'opération Mindoro. Howorth part le 12 décembre avec Nashville et subit bientôt une attaque kamikaze. À son arrivée au large de Mindoro, le destroyer s'est déplacé vers la baie de Mangarin pour un bombardement côtier, aidant les troupes d'assaut en détruisant les emplacements ennemis. Elle a été attaquée par trois suicidaires, et tandis que deux ont été abattus à bord, le troisième a endommagé le mât du Howorth avant d'éclabousser. En conséquence, le navire est revenu à Hollandia via Leyte, arrivant le 28 décembre. Avec les bases sur Mindoro nécessaires pour le soutien aérien des débarquements du golfe de Lingayen en construction, les préparatifs se sont poursuivis pour l'invasion de Luzon.

Les opérations de Lingayen ont commencé le 9 janvier et Boworth, arfiveé au premier groupe de renfort le 13 janvier, après avoir de nouveau repoussé les attentats-suicides en cours de route. Le navire a été occupé jusqu'au 1er février, fournissant un appui-feu aux forces terrestres dans la région, repoussant les attaques aériennes et patrouillant vers la mer du golfe. De Luzon elle a navigué à Saipan le 15 février pour participer aux répétitions pour le prochain assaut amphibie important, Iwo Jima.

Le Howorth est arrivé au large d'Iwo Jima avec la flotte d'invasion le 19 février et, alors que les troupes débarquaient pour ce qui devait être l'une des campagnes les plus dures de la guerre, il a commencé près d'un mois d'action aérienne continue et de bombardement côtier. Avec un feu d'appui au sol précis, Howorth a beaucoup contribué à la prise de cette île stratégique. Parti le 14 mars, il n'a passé qu'un court repos à Ulithi avant de reprendre la route, cette fois pour l'invasion d'Okinawa, dernière étape sur la route de l'île vers le Japon lui-même.

Le destroyer vétéran a masqué un groupe de transport d'Ulithi, arrivant à Okinawa avec l'énorme flotte d'invasion le 1er avril. Une fois de plus, elle a effectué des missions d'inspection et de contrôle des rivages, et a abattu de nombreux avions d'attaque alors que les Japonais tentaient désespérément d'arrêter les atterrissages. Alors qu'il se dirigeait avec le croiseur St. Louis jusqu'à la station du 1er avril, le Howorth et le plus gros navire ont été attaqués par pas moins de huit kamikazes. Alors qu'il éclaboussait littéralement des avions de chaque côté, le destroyer s'écrasa dans la superstructure. Neuf hommes ont été tués, mais pendant que les incendies étaient éteints, le dernier kamikaze a été abattu à l'arrière.

Howorth a été renvoyé aux États-Unis pour des réparations, arrivant à Mare Island le 2 mai 1945. Après un entraînement au shakedown début juillet, le navire a appareillé le 15 juillet pour Pearl Harbor et était en route pour Adak. Alaska 15 août, date de l'annonce de la capitulation du Japon. Elle a quitté Adak le 31 août pour les eaux japonaises pour contrôler les opérations de vol et recevoir d'anciens pfisoners de guerre avant d'amarrer à Yokohama le 17 septembre 1945. Le travail d'escorte a transporté Howorth à Pearl Harbor et de nouveau au Japon en octobre. Elle a navigué finalement de la Baie de Tokyo le 11 novembre, arrivant à San Francisco le 28 novembre. Elle a désarmé le 30 avril 1946 à San Diego et est restée dans la Flotte de Réserve du Pacifique jusqu'en mars 1962 quand elle a été coulée dans des tests de torpilles au large de San Diego.

Howorth a reçu cinq étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


USS Howorth DD-592 (1944-1962)

Demandez un paquet GRATUIT et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal des droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de « l'utilisation équitable » et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant les questions de droit d'auteur à l'adresse [email protected]


DD-592 Howorth

Howorth (DD-592) a été posé le 26 novembre 1941, lancé par Puget Sound Navy Yard, Bremerton, Wash., 10 janvier 1943 parrainé par Mme R. P. Bromley et commandé le 3 avril 1944, Comdr. E. S. Burns aux commandes.

Une fois l'entraînement complet au shakedown terminé, le Howorth appareilla le 22 juillet 1944, protégeant un grand convoi transportant des marines vers Pearl Harbor. Le navire est arrivé 7 jours plus tard et a commencé une deuxième période d'entraînement dans les eaux hawaïennes. En partant le 25 août, elle rejoint la 7e Flotte à Hollandia et, après de brèves escales à Purvis Bay et Manus en service d'escorte, elle arrive à Morotai nouvellement prise le 30 septembre. Les 2 semaines suivantes ont été consacrées à l'escorte et au service anti-sous-marin dans les Salomon.

Howorth a fumé de la baie de Humboldt le 16 octobre en route vers Leyte. Arrivé le 22 octobre, trois jours après les débarquements initiaux, le navire gardait les mouillages de transport tandis que d'autres unités de la flotte décidaient les Japonais lors de la bataille historique du golfe de Leyte. Elle a fait ensuite des voyages de convoi aux Routes de Kossol, Guam et Manus avant de revenir à Leyte pour les débarquements d'Ormoc le 7 décembre 1944. Ensuite sur le programme du destroyer était l'opération Mindoro. Howorth part le 12 décembre avec Nashville et subit bientôt une attaque kamikaze. À son arrivée au large de Mindoro, le destroyer s'est déplacé vers la baie de Mangarin pour un bombardement côtier, aidant les troupes d'assaut en éliminant les emplacements ennemis. Elle a été attaquée par trois suicidaires, et tandis que deux ont été abattus à bord, le troisième a endommagé le mât du Howorth avant d'éclabousser. En conséquence, le navire est revenu à Hollandia via Leyte, arrivant le 28 décembre. Avec les bases sur Mindoro nécessaires pour le soutien aérien des débarquements du golfe de Lingayen en construction, les préparatifs se sont poursuivis pour l'invasion de Luzon.

Les opérations de Lingayen ont commencé le 9 janvier et Howorth est arrivé avec le premier groupe de renforts le 13 janvier, après avoir de nouveau combattu les attentats-suicides en cours de route. Le navire a été occupé jusqu'au 1er février, fournissant un appui-feu aux forces terrestres dans la région, repoussant les attaques aériennes et patrouillant vers la mer du golfe. De Luzon elle a navigué à Saipan le 15 février pour participer aux répétitions pour le prochain assaut amphibie important, Iwo Jima.

Le Howorth est arrivé au large d'Iwo Jima avec la flotte d'invasion le 19 février et, alors que les troupes débarquaient pour ce qui devait être l'une des campagnes les plus dures de la guerre, il a commencé près d'un mois d'action aérienne continue et de bombardement côtier. Avec un feu d'appui au sol précis, Howorth a beaucoup contribué à la prise de cette île stratégique. Parti le 14 mars, il n'a passé qu'un court repos à Ulithi avant de reprendre la route, cette fois pour l'invasion d'Okinawa, dernière étape sur la route de l'île vers le Japon lui-même.

Le destroyer vétéran a masqué un groupe de transport d'Ulithi, arrivant à Okinawa avec l'énorme flotte d'invasion le 1er avril. Une fois de plus, il a effectué des tirs à terre et des tâches de contrôle, et a abattu de nombreux avions d'attaque alors que les Japonais tentaient désespérément d'arrêter les atterrissages. Alors qu'il se dirigeait avec le croiseur St. Louis jusqu'à la station du 1er avril, le Howorth et le plus gros navire ont été attaqués par pas moins de huit kamikazes. Alors qu'il éclaboussait littéralement des avions de chaque côté, le destroyer s'écrasa dans la superstructure. Neuf hommes ont été tués, mais pendant que les incendies étaient éteints, le dernier kamikaze a été abattu à l'arrière.

Howorth a été renvoyé aux États-Unis pour des réparations, arrivant à Mare Island le 2 mai 1945. Après un entraînement au shakedown début juillet, le navire a appareillé le 15 juillet pour Pearl Harbor et était en route vers Adak. Alaska 15 août, date de l'annonce de la capitulation du Japon. Elle a quitté Adak le 31 août pour les eaux japonaises pour contrôler les opérations aériennes et recevoir d'anciens prisonniers de guerre avant de s'amarrer à Yokohama le 17 septembre 1945. Le travail d'escorte a porté Howorth à Pearl Harbor et de nouveau au Japon en octobre. Elle a navigué finalement de la Baie de Tokyo le 11 novembre, arrivant à San Francisco le 28 novembre. Elle a désarmé le 30 avril 1946 à San Diego et est restée dans la Flotte de Réserve du Pacifique jusqu'au 8 mars 1962 quand elle a été coulée dans des tests de torpilles au large de San Diego. Elle a été frappée le 1er juin 1961.


Kamikaze Images

Le destroyer USS Howorth (DD-592), mis en service en avril 1944, a participé aux batailles aux Philippines, à Iwo Jima et à Okinawa. Le 6 avril 1945, lors de la première et la plus importante attaque kamikaze de masse du Japon lors de la bataille d'Okinawa, cinq avions kamikazes attaquèrent le navire en moins de huit minutes. HoworthLes artilleurs ont abattu les trois premiers, mais le quatrième avion, un chasseur japonais Zero, s'est écrasé sur le directeur de la batterie principale au sommet du pont. L'attaque a fait sept morts et seize blessés Howorth membres d'équipage. Alors que le pont brûlait, le cinquième et dernier kamikaze fut abattu [1]. James Orvill Raines était l'un des membres d'équipage qui s'est retrouvé dans la mer après l'explosion lorsque l'avion kamikaze a frappé. Raines a été grièvement brûlé dans l'explosion et est décédé dans les bras d'un autre membre d'équipage, qui a été sauvé de l'eau quelques heures plus tard. Orvill et Ray Ellen s'étaient mariés en juin 1940, et ce livre contient une sélection de lettres personnelles d'Orvill à sa femme de Howorth's commission jusqu'au jour où il a perdu la vie. Ces lettres détaillées donnent un aperçu des sentiments et opinions personnels d'Orvill, Howorthet la vie quotidienne d'un simple matelot à bord d'un destroyer américain pendant la guerre du Pacifique.

Orvill Raines a travaillé comme journaliste pour le Nouvelles du matin de Dallas journal avant son entrée dans la Réserve navale en novembre 1942. À bord du destroyer Howorth il a servi comme yeoman, qui comprenait diverses tâches administratives telles que la préparation, la dactylographie et l'acheminement des rapports et de la correspondance. Son devoir au poste de combat était de parler au téléphone sur la passerelle, lorsqu'il portait un casque téléphonique alors qu'il restait près du capitaine et des autres officiers sur la passerelle pour relayer les informations entre eux et d'autres parties du navire. Orvill a régulièrement écrit de longues lettres à sa femme Ray Ellen pendant ses années dans la Marine. Même si l'armée a censuré les lettres à la maison, les lettres d'Orvill ont dû passer par un censeur très clément pendant son séjour à bord. Howorth, puisque seuls quelques éléments de ses longues lettres ont été supprimés, même s'il a décrit de nombreux détails de batailles, y compris des emplacements géographiques. Il a parlé à sa femme de plusieurs attentats suicides aériens japonais contre des navires américains, dont le sien. Comme Howorth se dirigea vers Okinawa pour la bataille imminente, Raines exprima ses inquiétudes quant à d'éventuelles attaques kamikazes (p. 262) :

Okinawa nous épelle Kamikaze Corps. J'espère que je ne vous accable pas avec toutes mes inquiétudes. Bien sûr, nous nous inquiétons un peu. Quelqu'un doit l'avoir et nous pouvons avoir de la chance ou de la malchance. Vous voyez que la Marine perd beaucoup d'hommes mais vous n'en entendez pas particulièrement parler. Il y a quelques jours, alors qu'un groupe de travail travaillait au-dessus d'Okinawa, des suicides sont tombés de Honshu (l'île du Japon) et sept d'entre eux ont touché l'un de nos gros transporteurs. Quinze cents hommes ont été tués à la suite des accidents et des incendies qui ont suivi.

Chaque lettre d'Orvill exprime son amour profond pour sa femme, comme le paragraphe suivant dans une lettre datée du 29 décembre 1944 (p. 191) :

Eh bien, petite fille chérie, je veux dormir une nuit ce soir. Il est 9h30 maintenant et je me lève à 5h45 donc si je me dépêche, je peux avoir 8 heures. Soyez un bébé adorable et essayez de réaliser à quel point cette tasse vous aime. Je ne suis qu'un gars sur 11 millions dans cette guerre, mais je t'aime autant que les 10 999 999 autres gars aiment leurs femmes et leurs amoureux réunis. Je t'aime passionnément et avec chaque atome en moi. Je veux que la guerre se termine bientôt. Je prie souvent pour que Dieu fasse quelque chose à ce sujet. Je ne veux pas forcément tuer TOUS les Japonais, juste assez pour leur faire comprendre qu'ils ne peuvent pas gagner. Ainsi, nous pouvons tous rentrer à la maison. Merde, chérie, nous perdons beaucoup de bon temps et je veux recommencer. Eh bien, tellement de ça. Il n'est pas nécessaire de vous accabler avec cela car vous savez déjà ce que je ressens. Sois douce ma chérie et souviens-toi que je t'adore et t'adore comme un fou. Que Dieu te bénisse chérie bébé. Gardez le menton relevé et "stand by."

Votre mari dévoué,
Orvill


USS Howorth (DD-592) un mois après la mise en service

Dans une lettre datée du 30 novembre 1944, Orvill parle d'un pilote japonais qui s'est suicidé en plongeant sur le pont d'un autre destroyer. Dans sa lettre du 10 décembre 1944, il décrit un destroyer revenant d'un terrible combat lorsque des bombes et un avion suicide japonais l'avaient percuté. Toute sa superstructure n'était qu'un gâchis d'acier fondu, à l'exception du pont et de la cabane radio. Dans une lettre du 16 décembre 1944, il décrit en détail l'attaque de la veille contre le destroyer Howorth par trois combattants japonais Zero suicide. Le premier a raté de peu la cheminée de fumée et a atterri dans l'eau. Le second a heurté le navire et a jeté un coup d'œil du côté bâbord du gaillard d'avant dans l'eau sans faire de victimes ni de dommages sérieux autres que des épaves éparpillées sur tout le navire. Le troisième Zero a été touché par Howorthdes artilleurs mais a dévié et s'est écrasé sur un navire plus petit. Dans la lettre du lendemain, il qualifie les attaques japonaises de "suicides fanatiques". Le 22 février 1945, il décrit les attentats-suicides de la nuit précédente qui ont coulé un porte-avions d'escorte au large d'Iwo Jima. Ray Ellen avait lu ces références et plusieurs autres aux attentats-suicides dans les lettres d'Orvill, donc elle a probablement bien compris ce qui a dû se passer quand HoworthLe capitaine lui a envoyé une lettre datée du lendemain de l'attaque kamikaze avec les mots suivants : "Après que le navire a abattu cinq bombardiers en piqué qui sont tombés en flammes dans la mer à proximité, le sixième s'est écrasé de manière incontrôlable sur le navire à proximité de la bataille d'Orvill gare. Plusieurs hommes, dont Orvill, ont été observés en train de sauter ou ont été projetés par-dessus bord et ont été vus dans l'eau. Il est possible que l'un des nombreux navires à proximité l'ait récupéré. Nous n'avons aucune information quant à savoir s'il a été blessé ou a été récupéré pour l'instant." Le 1er juin 1945, son cinquième anniversaire de mariage, elle a reçu la confirmation de la mort d'Orvill lorsqu'elle a lu une lettre de son collègue Russell Bramble, qui a écrit qu'Orvill avait été gravement brûlé et était mort dans ses bras dans l'eau.

Ray Ellen a conservé les lettres dactylographiées d'Orvill pendant plusieurs décennies après la fin de la guerre, et elle en a fourni une partie au Howorth Association des anciens combattants pour une publication distribuée en 1991 aux membres de l'association. William M. McBride a contacté Ray Ellen, qui lui a donné un accès complet à la correspondance complète d'Orvill pour la sélection de lettres à inclure dans ce livre initialement publié en 1994. Il a omis certaines lettres sans rapport avec Howorth, et il a exclu certaines digressions et commentaires personnels à Ray Ellen de ces lettres qui ont été sélectionnées. McBride a écrit une introduction, et chaque chapitre contient des commentaires d'introduction sur Howorth's histoire et les lettres, qui sont classées par ordre chronologique. Il y a aussi des notes, un glossaire et une note bibliographique qui reflètent les recherches approfondies de McBride. Le livre se termine par une longue lettre touchante d'Orvill à sa femme datée du 30 juillet 1944, à remettre par son père uniquement en cas de décès.


Orvill et Ray Ellen Raines à l'extérieur
immeuble d'appartements à la Nouvelle-Orléans,
où il était stationné initialement

1. Le récit de l'attaque kamikaze contre Howorth vient de p. 13 du livre. D'autres sources ont des nombres contradictoires d'avions kamikazes qui ont attaqué Howorth et qui ont été abattus par les artilleurs du destroyer le 6 avril 1945.


Howorth Plaque commémorative à
Musée national de la guerre du Pacifique
(Fredericksburg, Texas)


Howorth DD-592 - Histoire

Une boîte de conserve marins
Historique des destroyers

Lorsque les hostilités éclatèrent en Corée en juin 1950, le HAMNER fut parmi les premiers navires américains à bombarder les positions côtières communistes. Elle a pris son équipage en action à Yongdok et Pohang Dong et à l'appui des opérations amphibies contre Inchon le 15 septembre 1950. Le service ultérieur dans les eaux coréennes a inclus des opérations autour de Kojo et Wonsan. Tout au long de sa longue carrière, le HAMNER est revenu régulièrement dans le Pacifique occidental, visitant des ports en Corée, au Japon, à Taïwan, aux Philippines et en Australie. En décembre 1958, elle fait partie de la Taiwan Patrol Force 31 au lendemain de la crise sur Quemoy et Matsu.

Aux États-Unis, le port d'attache du HAMNER était San Diego où il est revenu en janvier 1962 après sa conversion en réhabilitation et modernisation de la flotte (FRAM) dans le chantier naval de San Francisco. Opérations ultérieures dans l'Ouest

Pacific l'a emmenée au Sud-Vietnam au début de 1965. Le 20 mai, elle était au large des côtes du Sud-Vietnam, bombardant des positions communistes lors du premier bombardement côtier de la marine américaine depuis la guerre de Corée. Les équipages du « Dragon Wagon », comme on l'appelait, bombardèrent la région de Trung Phan en juin et le mois suivant, couvrirent le débarquement des Marines de l'IWO JIMA (LPH-2) à Qui Nhon.

En octobre 1966, un incendie à bord de l'USS ORISKANY (CVA-34) amène le HAMNER au secours du porte-avions. Pendant des heures, son équipage a pulvérisé de l'eau sur le navire en feu, maîtrisant l'incendie et refroidissant les cloisons carbonisées et voilées. De retour du Vietnam en novembre, les équipages de canon du HAMNER se sont concentrés sur le bombardement de jonques transportant des fournitures au Viet Cong. En quinze jours, ils avaient détruit soixante-sept embarcations. Les batteries côtières ennemies ont pulvérisé des éclats d'obus sur le HAMNER et le JOHN R. CRAIG (DD-885), mais les canons des deux destroyers les ont rapidement réduits au silence.

De retour à San Diego en 1967, le HAMNER servait de navire-école de guerre anti-sous-marine. Au printemps, elle a été en proie à des problèmes de gyroscope et de chaudière ainsi qu'à des dysfonctionnements de drones DASH et de torpilles. Au début de l'automne, cependant, tous les systèmes fonctionnaient, le drone avait été remplacé et il se dirigeait vers le Pacifique occidental.

De retour à Yankee Station dans le golfe du Tonkin en octobre, le HAMNER a opéré en tant que commandant d'écran pour l'USS CORAL SEA (CVA-43). Elle est à nouveau assaillie par des problèmes de chaudière, mais cela ne l'empêche pas de rejoindre l'USS ORLECK (DD-886) dans la recherche et la récupération de cinq des six membres d'équipage dans le crash d'un hélicoptère SH3A. Leurs efforts de récupération n'ont pas été aussi fructueux deux jours plus tard, lorsqu'un matelot a fait sortir un tracteur du pont d'envol du porte-avions. Ni le matelot ni le tracteur n'ont été récupérés.

Naviguant au large des côtes du Sud-Vietnam pendant dix jours en novembre, le HAMNER a tiré 1 138 cartouches de cinq pouces puis s'est dirigé vers le Nord-Vietnam. Là, en décembre, elle chevauchait un fusil de chasse alors que le HMAS PERTH (D-38) bombardait des cibles à terre. La panne subséquente de son ordinateur de conduite de tir MK-1A et la perte des capacités de conduite de tir ont renvoyé le destroyer à la garde de l'avion et aux tâches de contrôle. À 1 h 30 du matin de Noël, elle surveillait le USS RANGER (CVA-61) lorsqu'un des hommes du porte-avions est tombé par-dessus bord. Le destroyer était immédiatement sur les lieux, et lorsque l'homme n'a fait aucun effort pour s'accrocher aux lignes de vie qui lui ont été lancées, l'un des membres de l'équipage du HAMNER a sauté à l'intérieur et a mis l'homme paniqué en sécurité.

Le HAMNER a commencé en 1968 avec un ordinateur MK-1A récemment réparé et est revenu à la ligne de tir. Le 27 janvier, elle a commencé l'appui de tir intensif pendant les opérations de contre-offensive de Tet près de la zone démilitarisée. Ses artilleurs ont réussi à cibler les installations ennemies et leurs observateurs qui avaient dirigé le feu sur les forces américaines. Dans un cas, les artilleurs du navire ont promené leur feu le long d'une ligne d'arbres, mettant en fuite des observateurs dissimulés. Son équipe de lutte contre l'incendie a continué à travailler en étroite collaboration avec les observateurs de la marine américaine à terre. Initialement, deux bataillons nord-vietnamiens étaient plus nombreux que les Marines, et le HAMNER a obtenu un chaleureux « Bravo et merci ! » pour le succès ultime de la Marine et des vies sauvées.

Opérant ensuite au large de la ville de Hue, le HAMNER a livré des tirs de harcèlement et d'interdiction qui ont effectivement interrompu les routes d'approvisionnement et d'infiltration de l'ennemi dans la ville. Le 12 février 1968, il soutient les unités de l'armée américaine combattant à cinq kilomètres à l'ouest de Hue. Pour atteindre les cibles intérieures, le navire s'est posté à moins d'un mile de la plage. Des explosions, suivies de rapports de félicitations des observateurs de l'armée, ont informé les artilleurs du navire de leur succès. Ils ont ensuite repris les missions d'appel avec des observateurs marins à terre. Au bout de vingt jours sur la ligne de tir, le HAMNER avait tiré 7 298 projectiles de cinq pouces, avec une moyenne d'un coup toutes les quatre minutes.

Le HAMNER avait définitivement besoin d'une révision de quatre mois au chantier naval de San Francisco. Il est retourné dans le golfe du Tonkin au milieu de 1969 et a passé la majeure partie des trois années suivantes dans le Pacifique occidental. Là, elle a alterné entre la garde d'avion et les tâches de recherche et de sauvetage et le bombardement à terre. En 1971, il a passé son vingt-cinquième anniversaire dans le chantier naval de Long Beach en cours de révision régulière. L'année 1972 a été marquée par le sauvetage dramatique du pilote d'un avion d'attaque A-7 abattu par HAMNER en avril dans le port de Haiphong. Sous le feu nourri des batteries côtières, le destroyer est entré dans le port avec des canons flamboyants. Son équipage a arraché le pilote des eaux, s'échappant sans pertes vers le navire ou les hommes à bord.


Kamikaze Images

Environ la moitié de ce livre couvre des histoires de personnes Fletcher-class destroyers, qui se lisent comme des entrées d'encyclopédie sans histoires personnelles. Bien que le destroyer USS Kidd (DD-661) est en tête d'affiche dans le titre, seules une dizaine de pages, photographies comprises, traitent de l'histoire du navire en temps de guerre. Six autres pages, probablement la partie la plus intéressante du livre, racontent l'histoire de la transformation du destroyer en navire-musée à Baton Rouge, en Louisiane. La dernière section d'environ 50 pages donne de brèves notices biographiques de plusieurs centaines de Fletcher-classe destroyer vétérans avec des photos en temps de guerre et actuelles de bon nombre d'entre eux.

Bien que le livre contienne de nombreuses photos historiques, il n'attire pas l'attention du lecteur avec sa forte dépendance aux rapports d'action des navires et aux journaux de pont pour les comptes historiques. Les auteurs n'incluent aucune bibliographie des sources. L'histoire du destructeur Kidd ne contient pas assez de détails ou d'histoires personnelles pour satisfaire un lecteur, et la combinaison de l'histoire de Kidd avec tous les autres Fletcher-class destroyers n'augmente pas l'attrait du livre.

Le 11 avril 1945, le destroyer Kidd a été touché par un avion kamikaze transportant des bombes qui a tué 38 hommes et en a blessé 55. L'attaque est décrite dans le livre comme suit (p. 18) :

Les Le noir était à 1500 yards de la poutre tribord du Kidd. À 14 h 09, l'un des avions monomoteurs ennemis est descendu près du niveau de l'eau et a effectué une course sur le Le noir. L'avion a semblé qu'il allait la heurter, mais il est passé au-dessus de la Le noir et est entré au Kidd. Les Kiddles 20 et 40 de tribord ont tiré régulièrement sur l'avion. Les canons de 5 pouces n'ont pas pu être utilisés parce que le Le noir était directement en ligne de mire derrière l'avion. Les artilleurs ont heurté l'avion à plusieurs reprises, mais son élan l'a porté dans le Kidd du côté tribord. Il a traversé la coque jusqu'à la chambre d'incendie avant à cinq pieds au-dessus de la ligne de flottaison. L'avion a traversé la caserne de tribord à bâbord où il s'est immobilisé. La bombe de 500 livres qu'il transportait a déchiré le côté bâbord de la coque et a explosé juste à l'extérieur. Cela a soufflé des éclats d'obus sur toute la superstructure bâbord et a ouvert la caserne de pompiers sur la mer.

Les auteurs ne font aucune mention du type d'avion qui a heurté Kidd, mais le livre japonais Tokkō pairotto o sagase: Umoreta rekishi no nazo o horiokoshita shinjitsu no kiroku (Trouver un pilote kamikaze: Record de vérité découvert concernant le puzzle de son histoire cachée) publié en 2005 a conclu que le chasseur Zero piloté par le lieutenant Junior Grade Shigehisa Yaguchi s'est écrasé sur le destroyer.

L'US Navy a construit 175 Fletcher-classe destroyers pendant la Seconde Guerre mondiale. Les neufs suivants ont coulé lors d'attaques kamikazes japonaises :

  • Abner Lire (DD-526)
  • Buisson (DD-529)
  • Colhoun (DD-801)
  • Petit (DD-803)
  • Luce (DD-522)
  • Morrison (DD-560)
  • Pringle (DD-477)
  • brindilles (DD-591)
  • William D. Porter (DD-579)

Abner Lire a coulé aux Philippines, et les huit autres FletcherDes destroyers de classe - ont coulé pendant la bataille d'Okinawa.

La rubrique sur FletcherLes destroyers de classe - décrivent également les dommages subis par les navires suivants en raison d'attaques kamikazes : Bennett (DD-473), Braine (DD-630), Cassin Jeune (DD-793), Evans (DD-552), Noisetier (DD 531), Howorth (DD-592), Isherwood (DD-520), Kimberly (DD-521), Leutze (DD-481), Newcomb (DD-586), Sigsbee (DD-502), et Stanly (DD-478). Cassin Jeune (DD-793), situé à Boston, sert d'autre Fletchernavire-musée de classe.


USS Leutze (DD-481) montrant les dommages causés par un kamikaze


Navires similaires ou similaires à l'USS Howorth (DD-592)

Le navire de tête des cuirassés dreadnought construits pour la marine des États-Unis dans les années 1910. Une partie de la série standard de douze cuirassés construits dans les années 1910 et 1920, et étaient des développements des précédents. Wikipédia

Le navire de tête de sa classe de petits offres d'hydravions construits pour la marine des États-Unis juste avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Le deuxième navire de l'US Navy à porter ce nom. Wikipédia

Construit pour la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Armés de dix tubes lance-torpilles, les sous-marins de la classe Tench étaient des développements progressifs des s à succès qui ont constitué l'épine dorsale de la force sous-marine de l'US Navy pendant la guerre. Wikipédia

Offre d'hydravions de la marine des États-Unis en commission de 1945 à 1958 qui a servi dans les dernières étapes de la Seconde Guerre mondiale et dans la guerre de Corée. Transférée en Norvège, elle a servi dans la Marine royale norvégienne en tant que navire-école HNoMS Haakon VII de 1958 à 1974. Wikipedia

Petit appel d'offres d'hydravions de la marine des États-Unis en service de 1942 à 1947 qui a servi pendant la Seconde Guerre mondiale. En commission dans les garde-côtes des États-Unis de 1949 à 1967 sous le nom de cotre USCGC Mackinac, plus tard WHEC-371, le deuxième navire des garde-côtes ou son prédécesseur, le United States Revenue Cutter Service, à porter le nom. Wikipédia

Destroyer de la marine des États-Unis, du nom du contre-amiral Lewis B. Porterfield (1879-1942). Mis en place par le Bethlehem Shipbuilding, San Pedro, Californie le 12 décembre 1942 lancé le 13 juin 1943 parrainé par Mme Louis B. Porterfield et mis en service le 30 octobre 1943, commandant J. C. Woefel aux commandes. Wikipédia

Le navire de tête des cuirassés super-dreadnought construits pour la marine des États-Unis dans les années 1910. Amélioration progressive par rapport au précédent, transportant une paire supplémentaire de 14 canons pour un total de douze canons. Wikipédia

De la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé rapidement dans l'océan Pacifique pour protéger les convois et autres navires des sous-marins et des avions de chasse japonais. Wikipédia

Le seul navire de la marine des États-Unis à porter le nom d'Arnold J. Isbell, capitaine de porte-avions pendant la Seconde Guerre mondiale. Mis sur cale le 14 mars 1945 à Staten Island, New York, par Bethlehem Mariners Harbour. Wikipédia

De la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé rapidement dans l'océan Pacifique pour protéger les convois et autres navires des sous-marins et des avions de chasse japonais. Wikipédia

Le deuxième navire de la marine des États-Unis à porter le nom du contre-amiral William Mervine, qui a servi pendant la guerre de 1812, la guerre américano-mexicaine et la guerre de Sécession. Mis en place le 3 novembre 1941 par la Federal Shipbuilding & Dry Dock Company de Kearny, New Jersey et lancé le 3 mai 1942, parrainé par Mlle Mildred Mervine, arrière-petite-fille de l'amiral. Wikipédia

De la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé dans l'océan Pacifique pour protéger les convois et autres navires des sous-marins et des avions de chasse japonais. Wikipédia

Construit pour la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé dans l'océan Pacifique pour protéger les convois et autres navires des sous-marins et des avions de chasse japonais. Wikipédia

Navire de la marine des États-Unis nommé en l'honneur d'Edward Killen, qui a servi pendant la première guerre de Barbarie. Killen s'est porté volontaire pour le Lieutenant Stephen Decatur&# x27s audacieux 1804 expédition dans le port de Tripoli pour détruire Philadelphie, une frégate américaine capturée par des pirates tripolitains. Wikipédia

Construit pour la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Envoyé rapidement dans l'océan Pacifique pour protéger les convois et autres navires des sous-marins et des avions de chasse japonais. Wikipédia

Le deuxième navire de la marine des États-Unis à porter le nom de Jonathan Haraden (1744&ndash1803), un corsaire de la guerre d'Indépendance américaine. Lancé par Boston Navy Yard, Boston, Massachusetts, le 19 mars 1943 parrainé par Mlle Caroline E. Derby, arrière-arrière-petite-nièce du capitaine Jonathan Haraden et commissionné à Boston le 16 septembre 1943, commandant H. C. Allen, Jr., aux commandes. Wikipédia

Dans la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Nommé en l'honneur du commandant Selim E. Woodworth. Wikipédia


Outlook 2003 et Outlook 2007

Utilisez l'outil de vérification de l'intégrité OST (Scanost.exe) pour vérifier si votre fichier .ost contient des incohérences.

Outlook 2010 et versions ultérieures

L'outil de vérification de l'intégrité OST (scanost.exe) n'est pas inclus dans Outlook 2010 et les versions ultérieures. Cet outil était recommandé dans les versions antérieures pour corriger les erreurs dans les fichiers de données Outlook (.ost). S'il y a un problème avec un dossier spécifique, vous pouvez resynchroniser le dossier dans Outlook. Pour le faire, suivez ces étapes:

Cliquez avec le bouton droit sur le dossier, puis cliquez sur Propriétés.

Cliquez sur Effacer les éléments hors ligne, puis cliquez sur d'accord.

Dans le ruban Outlook 2010, cliquez sur le Envoyer recevoir languette.

Si ces méthodes ne résolvent pas le problème, nous vous recommandons de reconstruire le fichier .ost. Pour ce faire, supprimez le fichier .ost, puis laissez Outlook télécharger à nouveau les informations à partir d'Exchange Server. Pour plus d'informations, consultez la section "Plus d'informations".

Cependant, l'exception est si vous avez des données locales qui ne sont pas présentes sur le serveur. Dans ce cas, nous vous recommandons de suivre ces étapes :

Exportez les données vers un fichier de données Outlook (.pst), puis supprimez le fichier .ost.

Laissez les données du serveur se télécharger à nouveau, puis importez les données du fichier .pst en utilisant le Ne pas importer de doublons option. Pour accéder à cette option, cliquez sur le bouton Déposer onglet, puis cliquez sur le Ouvert option.


Contenu

Après une croisière shakedown, Howorth a été affecté au Destroyer Squadron 21 (DesRon   21). La flottille appareilla le 22 juillet 1944, dans le cadre de l'escorte d'un convoi transportant des Marines jusqu'à Pearl Harbor. Le convoi est arrivé après sept jours de mer, et Howorth est resté à Hawaï jusqu'au 25 août, date à laquelle elle a navigué pour Hollandia, avec le navire de munitions Sangay. Howorth a été affecté à la Division Destroyer   41 (DesDiv   41), de la 7e Flotte. Sa première expérience de combat fut aux Îles Salomon en service anti-sous-marin et d'escorte.

Les Philippines

Howorth arrivé au large de Leyte le 22 octobre, trois jours après le début des premiers débarquements. Elle a gardé les ancrages de transport pendant la bataille du golfe de Leyte et n'a pas vu d'action directe pendant la bataille. Howorth fait plusieurs voyages en convoi à Kossol Roads, Guam et Manus, avant de retourner aux Philippines pour la bataille d'Ormoc le 7 décembre 1944. Howorth a également participé à la bataille de Mindoro, au cours de laquelle elle a été attaquée par plusieurs kamikazes, dont l'un légèrement endommagé Howorth mât avant que l'avion ne s'écrase dans la mer.

On 9 January 1945, the Invasion of Lingayen Gulf began. Howorth arrived with the first reinforcement group four days later on the 13th, which came under kamikaze attacks while en route. Howorth provided fire support to the invasion forces, provided anti-aircraft support for the invasion fleet, and patrolled the flanks of the fleet.

Iwo Jima

Howorth also took part in the invasion of Iwo Jima, arriving on 19 February. Howorth again provided fire support and anti-aircraft protection during the invasion and subsequent fighting on Iwo Jima. On 14 March, Howorth departed Iwo Jima for a short rest at Ulithi.

Okinawa

Howorth was assigned to screen a convoy from Ulithi bound for Okinawa, arriving on 1 April. After arrival at Okinawa, she again provided fire support and anti-aircraft defense. On her first day off Okinawa, Howorth was moving to her station with the cruiser Saint Louis and destroyer Newcomb, when she was attacked by eight kamikazes. One made it through the ships' anti-aircraft fire and struck Howorth in her superstructure, killing seven men and causing a fire that was quickly put out. [1]

Following the damage sustained at Okinawa, Howorth returned to the United States for repairs. She arrived at Mare Island Naval Shipyard in California on 2 May 1945. Repairs were completed by early July, and after a brief shakedown cruise in July, she set sail for Pearl Harbor on 15 July. The ship was en route to Adak, Alaska on 15 August, when the news of the Japanese surrender reached the ship.

Post-war

Howorth arrived in Yokohama, Japan on 17 September, where she escorted convoys back from Japan. Her final trip from Japan was on 11 November, and arrived in San Francisco on the 28th of that month. The ship was decommissioned on 30 April 1946, and was placed in the Pacific Reserve Fleet. She remained in reserve until 8 March 1962 when she was sunk in the Pacific Ocean off San Clemente Island, California, as a torpedo target by the submarines USS   Volador   (SS-490) and USS   Salmon   (SS-573) . [2]


Howorth DD- 592 - History

Squadron Signal's
US Navy Ship's Camouflage WWII Pt. 1
Destroyers and Destroyer Escorts
Reviewed by Tracy White

In order to better describe some aspects of the book I would like to take a step back for a minute and give a brief description and history of US Naval Camouflage. During the Spanish-American war, many US vessels used a dark slate color known by a few different names, including slate, Battleship Gray, "War Color," and it's official name of Standard Navy Gray. This color existed in use through the first world war but was phased out in the 20s and replaced with the creation of the Standard Navy Gray #5 we know as "prewar gray" in 1919. By the mid to late 1930's, the Navy was experimenting with camouflage again, and by 1940 large-scale testing was done with destroyer squadrons in the annual "Fleet Problem."

1941 was a year of great change for the US Navy in terms of camouflage, with the release of the official "SHIPS-2" Camouflage instructions in January of 1941 and a subsequent revision in October. Nine separate camouflage designs, known as measures, were released with the first SHIPS-2 Four were camouflage for surface ships (Measures 1-5), four were not designed to hide, but to confuse by attempting to mask speed or make one type of ship look like another (Measures 5-8), and the ninth was for submarines.

Measure 1 was a Dark Gray camouflage Measure 2 was graded, with darker paints changing to progressively lighter paints as the ship went up and Measure 3 was a light paint system designed more for hazy and bad weather theaters. When the US Navy began revising SHIPS-2 (there would be three official revisions during the war and some later ones that were not re-issued as an all-new SHIPS-2) they kept the five original Measures and modified them in terms of the colors used the revised measures were simply renamed with an extra "1" in front, so Measure 1 became Measure 11, then later Measure 21 when it was modified again. Likewise, Measure 2 became Measure 12, which became Measure 22. When the Measure 31/32/33 "Dazzle" schemes were released, this convention did not apply as much other than the fact that Measure 1/11/21 and 31 were the "Dark" color systems and Measures 3/13/23 and 33 were "light" systems. These dazzle schemes were unique patterns that were created by overlaying a master pattern over the silhouette of particular class or type of ship and creating unique designs for each side and surface.

That is a brief history of the "system" of the Navy's camouflage to help understand a bit about what we are discussing below for more information I would suggest the excellent (and ModelWarships.Com sponsor) ShipCamouflage.Com and my own site's section on WWII US Naval Camouflage here.

In reading through this book, it is clear from the first paragraph that the author's understanding of USN Camouflage is limited suggesting he put together quick descriptions from other sources and did not really study the subject enough to reliably understand what he was writing about. Moreover, unfortunately for the artwork mentioned above, this lack of knowledge was passed on to the artist, who pulled off more than a couple of well but incorrectly rendered profiles. There is also evidence of either poor or a complete lack of editing in the form of numerous typos for example USS Fletcher is referred to as DD-448 in a caption on page 2 and there are at least two instances where a Navy base at "Pear Harbor" is referenced (pages 6 and 66).

There is a one page introduction that covers the general history from the First World War through the end of the Second. "Splinter" schemes, as they are labelled, are also said to have been referred to as "piebald schemes." Piebald refers to a black and white coloring, and skew bald refers to white and any other color, but neither term was ever used in official documentation of the US or Royal navies. #5 Standard Navy Gray is listed as being adopted in 1928 it actually dates to 1919 when it replaced the earlier Standard Navy Gray. Adoption of the new gray was slow due to budget constraints following the end of the first world war. Later in the introduction, it is stated that the terms "Measure" and "System" were used interchangeably, which is incorrect. There was Measure 1, the "Dark Gray System," but one never sees "System 1" or "Dark Gray Measure" in manuals or correspondence. Measure was used with a number following, and "System" would be used with terms like "dark" "medium" or "Light." Measure 31 was the "Dark Pattern System" for example.

The introduction would lead the reader to believe that US camouflage experiments started in the waters off of Hawaii in 1940 with DESRON FIVE, in fact, experimentation started well before the 1940's and saw DESDIVs SIX and SEVEN painted completely black up to the topmasts, above which was to be "War Color." The experiments the author is referring to were not actually ordered until October of 1941 and the Navy Blue Measure 1C scheme not until late November. While the book states that 5-S was found to be the most effective, textual records state the opposite, the report from the Commander of Destroyers, Battle Force, stated, "The various paint shades in order of their effectiveness in concealing ships from aerial observers are (1) Sapphire Blue, (2) Formula 5-D, (3) Formula 5-N, and (4) Formula 5-S." (http://www.shipcamouflage.com/pearl_harbor_experiments.htm - Second document)

Cavite Blue is stated to have been applied in early 1942, when it actually started in the fall of 1941. (Reference One, Two, and three) The last paragraph of the introduction continues the stream of mistakes and completely fails to mention the amphibious green camouflage measures painted on destroyers and destroyer escorts converted to APDs and provides no mention of the 1945 shift to neutral gray paints due to the shortage of blue pigments the Navy faced in 1944. No mention of either is ever made or shown in the book text or artwork.

Following the introduction are two pages of black and white First World War DD photos, but the bottom of the second page contains a color profile of a Fletcher class DD in 1943 camouflage. At this point in the book no mention of the WWII dazzle schemes has been made and the text does not distinguish this as a second world war scheme or destroyer, which may lead to some confusion.

Measure 1
The wording is a bit unclear and items that apply to other measures, such as hull number height and color, are only mentioned in this section. Four photos showing some of the variation are presented but two are zoomed in, very grainy shots, and a third is taken off the bow where most of the detail differences is not visible.

Measure 2
There is no mention of a curve to follow sheer line in some cases, even though the photo of DD-423 GLEAVES shows this variation. There is more poor photographic reproductions in this section, with the photo of DD-428 Charles F. Hughes credited to Elsilrac looking to be a blown-up photocopy. I would hope that this is a reflection upon Squadron and not Elsilrac. A caption erroneously states turret tops "were not installed" when they were the open top type.

Measure 3
The first paragraph of this section does not contain a sentence that is free from error. It states that the prewar #5 Standard Navy Gray was the same as 5-L Light gray, which is completely incorrect. While they were both a light gray tone, the prewar gray was much glossier and lacks the slight bluish tone of the 5-L Light Gray. Only one photo is given, and it is of a pre-war DD-420 BUCK. A sentence is dedicated to the fact that wood decks were to remain unpainted, even though US Destroyers did not have wood decks.

Measure 4
This section is mostly correct, although once again it mentions directions for wooden decks, when US Navy destroyers decks were all metal.

Measure 5
The text for Measure 5 is mostly correct the biggest error is a photo of DD-492 BAILEY purporting to show her with a false bow wave. It is easily apparent that this photo does not show a Ms5 wave, but REAL wave with wet hulls sides and paint aft. Considering that BAILEY was not even commissioned until after Measure 5 bow waves were obsolete, this is a rather glaring error.

Measure 11
States SHIPS-2 rev 1 was issued 1 September, 1941, but this revision was not actually issued until October 15th of that year. The book makes no mention that before Measure 21 was officially codified in July of 1942, a good number of ships were painted into Measure 11 with 5-N substituted for 5-S. This can cause confusion when people read that a ship was painted in Measure 11 but not understand that 5-S was somewhat short-lived in the fleet and that in many cases Measure 11 and 21 were essentially the same thing.

Measure 12
The Measure 12 section contains a couple of minor errors (such as the statement that canvas was to be painted 20-B in actuality it was to be dyed. Not much difference to a modeler) and a couple of caption errors (Page 14's photo of DD-220 MACLEISH is captioned to the effect that she has only two colors in her Measure 12 scheme when moderate inspection shows she is wearing the normal three). The biggest disappointments are the total lack of photos of standard Measure 12 and any mention that Measure 12 Revised often used 5-N Navy Blue in place of 5-S Sea Blue after the manufacture of Sea Blue was discontinued. In fact, other than mention in the first paragraph it would seem that Ms 12 was only the splotched Measure 12 in the eyes of the author.

Measure 13
Other than DD-239 OVERTON, I can find no example of a destroyer or destroyer escort in Measure 13 during the war. Measure 13 came into wide-spread use after the war, when the Navy had switched paint formulas to neutral colors due to a shortage in blue pigment. No mention is made in the book at all about this switch, nor that the "Haze Gray" post war was not 5-H, but a newer "#27 Haze Gray" that lacked the subtle blueish tone of the wartime 5-H.

Measure 14
The information in this section is correct with the exception of a caption that states the overhang forward of the bridge on DD-138 Kennison was painted in 20-B when in actuality it is just shadow.

Measure 15
Measure 15 lists "speculative" colors including 5-S Sea Blue, despite the fact that the color was no longer being manufactured and was being used up on less important ships and craft. Why would you test a NEW scheme using old colors you didn't have in production any more?

Mountbatten Pink
It is stated that Mountbatten Pink was "carried on both horizontal & vertical surfaces." There are no known color shots, and textual records as to when and the few B&W's from about the right time seem to show deck blue, at the very least a darker color than Mountbatten pink. Additionally, the Royal Navy DID NOT paint it on horizontal surfaces. The photo of USS Phelps in this section was shot when she was Measure 21, not Mountbatten pink.

Comments on Measures 15-18
While the author states Ms 15 & 16 "appear to have influenced" the MS 3X dazzle schems, no mention is made of Measure 17, the true forerunner of these measures. Measure 15 is covered despite the fact that only one destroyer (Hobson DD-464) was painted in it no mention is made of Measure 18 which was similar to Measure 22, but the 5-N band followed the sheer line and therefore curved upwards near the bow. Considering that Measures 11 and 15 were covered, in which only one Destroyer has been known to have been painted in, and there were at least six DDs in Ms 18, this is an omission I wish did not exist.

Measure 21
This section states that when the Navy began painting over the dazzle schemes in response to Kamikaze attacks, the US Navy started painting ships in Measure 22 In fact the Navy instituted a program wherein Measure 21 was painted on odd numbered squadron ships and Measure 22 was painted on even numbered squadrons: Serial 631: Camouflage Instructions - Carriers, Cruisers, Destroyers, Destroyer Escorts, Assigned to the Pacific Fleet.

Measure 22
The section on Measure 22 States that Ms 22 was an outgrowth of Ms2, when it was really an outgrowth of Ms 12, which was the true replacement for Measure 2. The second paragraph states that white WAS to be applied on the bottom of overhangs to counter-shade and lighten shadows in actuality the SHIPS-2 directive stated that white COULD be applied if desired. Following this, the next paragraph states that Measure 22 was first used in 1943, but the SHIPS-2 that first defined it was released in June of 1942 and there are many ships in the ShipCamouflage.Com destroyer database showing Ms 22 in 1942.

Measure 31
The information and descriptions for Measure 31 are mostly correct, with a decent collection of photos of the different design sheets roughly in numeric/alphabetical order. There are a couple of weaknesses, however one textual and others dealing with the information presented visually. It is stated that measure 31 called out for 5-L, 5-O, and Black to be used on vertical surfaces when in actuality those were the possible colors that the DESIGN SHEET would call out. Pattern 1D, for example, just used 5-L and Black on vertical surfaces, leaving the 5-O only for the deck pattern. 1D is consistently described incorrectly as having 5-O Ocean Gray on vertical surfaces throughout this book.

The pictures sometimes leave something to be desired in their selection and reproduction. There are four photos of ships in pattern 3D, for example, and all of them are showing the starboard side, with no examples of the port side presented. DD-592 Howorth's caption on page 49 describes her Measure 31/21D as "modified" due to a patch of 5-O paint, when in actuality the section is totally black, and the lighter patch is just not in the shadow from the overhang of the bow. The full-page photo of USS Massey DD-778 on page 50 is of such poor reproductive quality as to be nearly useless, with severe grain and over-contrast obliterating most detail it looks like a second generation photo-copy. While it may show the general pattern, those using it to reproduce it on a model may have difficulty placing the lines due to the lack of referencable detail.

Finally, an obscure detail is missed in that some ships of the Benson class (at least) had their 3D patterns swapped port and starboard, which may lead to some confusion in identification of ships.

Measure 32
The last paragraph of this section is pure space filler, once again incorrectly asserting that these schemes were sometimes referred to as piebald. The caption for a photo of DE-530 John M. Bermingham states that she was the last DE constructed for the Navy, which is hard to believe considering that the photo is dated August 1944 and there were several that were commissioned the next year. (DE709 Bray Rizzi, for example, which is also labelled the last DE constructed for the Navy)

The photo of DE-387 Vance on page 54 is so blown-out and light that for most of the ship one cannot tell the difference between the 5-L and 5-O paint. The caption for DE-408 Strauss on page 55 states the 22d pattern called for Black & 5-O Ocean Gray, when the Design sheet actually called out for 5-L Light Gray and Black. Design 13D is described on pages 58 & 59 as consisting of 5-L Light Gray and 5-O Ocean Gray on vertical surfaces when it was actually 5-L and black, with the 5-O used only on the deck pattern. The photo of DE-5 Evarts on page 61 is described as showing her changing from Measure 31 to Measure 32, when examination shows that her paint is just really weathered and an earlier application of Measure 22 is starting to show through.

Measure 33
The first paragraph, which describes the measure, is essentially entirely wrong because it fails to include the variety in the design sheet patterns. It states that there were two colors in Measure 33, when a good number of the sheets have three. It continues on with the statement that all horizontal surfaces were to have a deck pattern, when the majority of the destroyers that wore this measure had a simple, pure deck blue coating. The book also sates that only three DDs were in Measure 33 patterns a check of the shipcamouflage database (which admittedly has errors) reveals two Sumners and three Gearings Gearing herself is stated to have worn 33 / 28d when she never did (in the interest of full disclosure, the ShipCamouflage database did list her as wearing Measure 33 until a couple of months ago it was during the research for the Dragon Gearing kit that we made the determination that the entry was erroneous).

The caption for the photo of DE-231 Cross on page 64 states her camouflage "is unusual in that she carries Measure 33/3d Modified on both the port and starboard side." I'm not quite sure where the mistake lays whether the author was trying to imply it was abnormal for a ship to have the same design on both sides (false in that the vast majority of design patterns were released with patterns for BOTH SIDES of the ship) or if he was trying to state she had the exact same design painted on both sides (also false, as her Navsource page shows). It is true that there were ships that had different design patterns on different sides, or one side of a particular design sheet applied to both sides, and in some cases the port and starboard sides were reversed, but no mention of made of this or any other variations in the text.

Curiously, the last picture in the Measure 33 section is of USS Drayton in her "Blue Beetle" Sapphire blue during experiments before the war while this was probably done to fill up some color-printed space I think it would have been better served with a color shot of a dazzle scheme as there is not a single color dazzle photo in the entire book.

A final correction the photo of Buchanan on the very last page lists the vertical colors as 5-H Haze Gray, 5-O Ocean Gray, and 5-S Sea Blue in actuality the 5-S had been replaced with 5-N Navy Blue.

Pattern 1D is described in many of the mid-book profiles as 5-L/5-O/BK on vertical surfaces when in fact 5-O was only part of the deck pattern and the vertical surfaces were painted only in 5-L/BK. This erroneous description also appears in the Measure 31 section. The USS Compton is listed on page 43 as being in Ms 32/11D when it should be 11A. There is a slight error in the pattern as well one area that is shown as being just 5-O should be 5-O and Black.

Page 52 makes note of the differences in pattern 3D between two ships and states the reason to be that the painters of one "interpreted" the pattern no mention is made that there were different design sheets issued for each class of ship and the two ships being compared are, of course, different classes. While there WAS interpretation of designs in cases where a specific design sheet for a specific class was not available, the failure to mention that there were differences in patterns for different classes leads to a flawed understanding of the camouflage system, in my opinion. Moreover, the caption on page 54 for USS Bray's Ms 32/3D says that an additional panel of 5-L was added to the bow area this is part of the 3D design sheet for the Evarts class and should not be construed as painters interpreting designs.

CONCLUSION AND AFTER WORD:

Squadron/Signal "in Action" books to me were always a good first source of information on a topic not as in-depth as some books but a good amount of information on variants, color, and history of any given topic with a couple pages of color artwork thrown in for good measure. Originally an aircraft-focused series, they have released the odd ship title over the years with an increasing stream the last decade or so. However, with this has come some criticisms some photos displayed "jaggies" from the use of low-resolution jpg images and evidence of quick or limited research on a topic.

The 2009-released "US Navy Ships Camouflage WWII: Destroyers and Destroyer Escorts" regretfully continues this trend and in some areas takes it to new heights. This review was originally started to let the modeler who is potentially interested in the book make a decision based on my impressions, but there were so many errors, and so much that is wrong in this book that I felt it was also necessary to provide a list of corrections so that those who come across this book in the future may have correct information.

The intent of this review is two-fold to both provide merits and flaws in the book as well as to publicly demonstrate to Squadron/Signal that they need to put forth a serious effort if this is remain a viable and trusted line of product.


Voir la vidéo: Rare color video of WWII Navy Destroyers