Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

[159] L'affaire de Gaines' Mill eut lieu le 27 juin. Plusieurs jours avant cette date, les indications étaient qu'une bataille décisive serait livrée, et le commandant général m'a ordonné de prendre les mesures nécessaires pour empêcher les immenses fournitures de notre dépôt à la Maison Blanche de tomber entre les mains de l'ennemi, et de faire transférer une certaine quantité de fourrage et de fournitures à James River pour l'usage de l'armée s'il s'avère nécessaire de la déplacer de la Chickahominy à cette rivière. Le 23 juin 1 télégraphié au colonel [160] Ingalls, le quartier-maître en charge du dépôt à la Maison Blanche, comme suit :

Je veux que vous désigniez quelques navires fourragers qui ont à bord environ 25 000 boisseaux d'avoine, et 10 000 boisseaux de maïs, et 400 tonnes de foin à envoyer immédiatement à James River. Entre 500 000 et 600 000 rations maintenant à flot seront désignées par le capitaine Bell pour être envoyées au même endroit. La puissance de remorquage doit être préparée immédiatement.

En même temps, j'ai télégraphié, par ordre du commandant général, au commodore Goldsborough pour convoyer ces navires aux canonnières alors à James River à ou près de City Point. J'ai également ordonné au colonel Ingalls de jeter au front par chemin de fer et wagons (ces derniers devant passer par le pont de Bottom) toutes les fournitures qu'il pourrait, afin d'avoir une quantité suffisante avec l'armée au cas où nos lignes de communication seraient coupées. .

Le 25 juin, j'ai de nouveau télégraphié au colonel Ingalls comme suit

Vous aurez toute votre commande prête à démarrer à tout moment. Veuillez consulter le lieutenant Nicholson, de la marine, pour que ses navires soient placés dans une position telle qu'il puisse protéger notre dépôt. Il n'y aura aucune tentative de tourner notre flanc avant un jour ou deux, mais d'après toutes les informations dont nous disposons, il est supposé que Jackson redescendra très bientôt.

Le 26 juin, je télégraphiai ainsi au colonel Ingalls :

Ne manquez pas d'envoyer dans la large rivière en aval de West Point tous les navires du Pamunkey qui ne seront pas nécessaires de sitôt. Trois ou quatre jours de fourrage et de provisions sont tout ce qui devrait être conservé à flot à la Maison Blanche. Il s'agit d'une mesure de précaution tout à fait, mais doit être pris en charge immédiatement.

On verra par là que tout avait été soigneusement réfléchi et toutes les précautions prises pour éviter que nos approvisionnements ne tombent entre les mains de l'ennemi, s'il s'avérait nécessaire que l'armée se replie sur le James River. La bataille de Gaines' Mill a rendu ce mouvement nécessaire. Le soir du jour où cette affaire s'est produite, en consultation avec le général commandant, il a été déterminé de mettre notre transport en mouvement pour le James River en vue de le sauver, et de ne pas le détruire à moins qu'il ne soit absolument nécessaire de le faire pour l'empêcher de tomber entre les mains de l'ennemi. En conséquence, les trains ont été immédiatement démarrés et, dans l'après-midi du 29, ils ont tous traversé en toute sécurité White Oak Swamp. Les ordres définitifs ont également été donnés au colonel Ingalls de briser le dépôt de la Maison Blanche et de le déplacer vers James River. Cela a été accompli de la manière la plus satisfaisante. Tous nos vaisseaux descendirent le fleuve en sécurité ; le matériel roulant du chemin de fer était détruit, et il ne restait plus pour l'ennemi que les bois carbonisés de la Maison Blanche, auxquels quelque incendiaire, en désobéissance positive aux ordres, avait appliqué le flambeau.

Tôt le lendemain matin, les trains ont de nouveau été mis en mouvement, l'ennemi bombardant l'arrière, mais faisant peu ou pas de dégâts, et le soir j'ai eu la satisfaction de les voir garés sur les rives de la James River à proximité de Malvern Hill. . L'ennemi a de nouveau bombardé l'arrière des trains à Malvern, mais avec peu d'effet. Dans ce mouvement des plus difficiles, chaque officier de notre département, autant que j'ai pu le constater, a bien fait son devoir ; mais je prie d'attirer particulièrement l'attention sur le capitaine Bliss, assistant du quartier-maître, qui faisait alors partie de mon état-major. Il roulait continuellement le long des lignes, apportant une aide précieuse dans la régulation des trains et empêchant les alarmes inutiles parmi les employés du département. Les capitaines Batchelder et Norton, et le lieutenant Tolles, quartier-maître adjoint par intérim [161], ont également été très efficaces et ont rendu d'importants services. À notre arrivée à James River, j'ai découvert que le colonel Ingalls était arrivé par eau avec nos navires-magasins, et des mesures ont été immédiatement prises pour ravitailler l'armée depuis Haxall's Landing. Après la bataille de Malvern Hill, le 1er juillet, il a été décidé de descendre la rivière jusqu'à Harrison's Bar, mouvement qui a commencé cette nuit-là, et le lendemain, toute l'armée était au camp à cet endroit, avec la plus grande partie de son transport. et du matériel, quelques wagons étant retardés par les routes boueuses jusqu'au 3d.

Je ne peux clore ce rapport sans attirer particulièrement l'attention sur l'aide très précieuse que j'ai reçue en toutes occasions du colonel Rufus Ingalls, l'officier du département du quartier-maître à côté de moi en grade avec l'armée du Potomac. D'une énergie indomptable et d'une grande ressource, il était toujours prêt et prompt à s'acquitter de son devoir. Je vous prie également de recommander à une considération favorable le capitaine Sawtelle, quartier-maître adjoint, et le capitaine Rankin, quartier-maître adjoint par intérim, qui ont rendu l'aide la plus précieuse pendant la campagne de la Péninsule. Toujours dans des postes à responsabilité et importants, ils s'acquittaient de leurs devoirs aussi bien envers eux-mêmes qu'avantageusement envers le service.

Je suis, très respectueusement, votre obéissant serviteur,

STEWART VAN VLIET,
Brigadier-général et quartier-maître.

Brick. R. B. MARCY, Chef d'équipe.

<-BACK | UP | NEXT->

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.159-161

page Web Rickard, J (25 octobre 2006)


Voir la vidéo: Actes des Apotres