Ouragan Katrina : 10 faits sur la tempête mortelle et son héritage

Ouragan Katrina : 10 faits sur la tempête mortelle et son héritage

L'ouragan Katrina, le cyclone tropical qui a frappé la côte du Golfe en août 2005, était le troisième ouragan le plus puissant à frapper les États-Unis dans son histoire à l'époque. Avec des vents soutenus maximum de 175 mph, la tempête a tué un total de 1 833 personnes et laissé des millions de sans-abri à la Nouvelle-Orléans et le long de la côte du golfe de la Louisiane, du Mississippi et de l'Alabama.

Le lourd bilan de l'ouragan et les inondations qu'il a provoquées ont attiré l'attention internationale, ainsi que des critiques généralisées et durables sur la façon dont les autorités locales, étatiques et fédérales ont géré la tempête et ses conséquences.















1. Katrina a touché terre pour la première fois dans le sud de la Floride.

La tempête s'est initialement formée comme une dépression tropicale au sud-est des Bahamas le 23 août. Dans la soirée du 25 août, lorsqu'elle a touché terre au nord de la limite du comté de Broward-Miami-Dade, elle s'est intensifiée en un ouragan de catégorie 1. Avec des vents de pointe d'environ 80 mph, la tempête était relativement faible, mais suffisante pour couper l'électricité d'environ 1 million de dollars et causer des dommages de 630 millions de dollars.

REGARDER: Cities of the Underworld: Ouragan Katrina sur HISTORY Vault

2. Katrina A calé sur le golfe du Mexique, gagnant en force.

Après avoir traversé la Floride, Katrina s'est à nouveau affaiblie et a été reclassée en tempête tropicale. Mais au-dessus du golfe du Mexique, à quelque 165 milles à l'ouest de Key West, la tempête s'est renforcée au-dessus des eaux plus chaudes du golfe. Le 28 août, la tempête est devenue un ouragan de catégorie 5, avec des vents constants de 160 mph.

3. L'œil de la tempête a frappé la côte du golfe près de Buras, en Louisiane, le 29 août.

Le matin du 29 août 2005, Katrina a touché terre à environ 60 miles au sud-est de la Nouvelle-Orléans. En une heure, presque tous les bâtiments de la paroisse inférieure de Plaquemines seraient détruits. Bien que déclassé à une catégorie 3, le mouvement vers l'avant relativement lent de la tempête (environ 12 mph) a couvert la région de beaucoup plus de pluie qu'une tempête rapide ne l'aurait fait. Des vents de 125 mph et des ondes de tempête de 28 pieds ont dévasté une grande partie de Biloxi et de Gulfport, Mississippi.

4 . La moitié du système de protection des digues et des murs anti-inondation de 350 miles de long de la Nouvelle-Orléans a été submergée.

À 5 heures du matin le 29 août, le corps des ingénieurs de l'armée américaine, qui administrait les digues, a reçu un rapport selon lequel de l'eau avait traversé le mur d'inondation en béton entre le canal de la 17e rue et la ville. Le canal industriel a également été percé plus tard, inondant le quartier connu sous le nom de Lower Ninth Ward.

En fin d'après-midi, la rupture des digues du canal de London Avenue avait laissé 80 pour cent de la Nouvelle-Orléans sous l'eau. Dans certaines régions, les eaux de crue ont atteint des profondeurs de 10 à 15 pieds et n'ont pas reculé pendant des semaines. Bien que les digues et les murs anti-inondation de la Nouvelle-Orléans aient été conçus pour résister à un ouragan de catégorie 3, la moitié du réseau a cédé la place aux eaux.

5. Jusqu'à 50 000 personnes ont cherché refuge au New Orleans Convention Center et au Superdome.

Selon certaines estimations, entre 80 et 90 pour cent de la population de la Nouvelle-Orléans a pu évacuer la ville avant Katrina. Pourtant, environ 100 000 personnes étaient piégées dans la ville lorsque la tempête a frappé, et beaucoup ont trouvé refuge dans le Superdome de la Nouvelle-Orléans et le centre de congrès Ernest J. Morial à l'approche de la tempête. Quelque 25 000 personnes se sont rassemblées dans le centre des congrès, tandis que plus de 25 000 ont rempli le Superdome.

REGARDER: J'étais là: survivante de l'ouragan Katrina Superdome

6. Après avoir fait des ravages sur la côte du Golfe, Katrina s'est déplacée à l'intérieur des terres et s'est affaiblie, mais la Nouvelle-Orléans est restée en crise.

Alors que Katrina se déplaçait vers l'intérieur des terres au-dessus du Mississippi, elle s'est affaiblie en un ouragan de catégorie 1 et plus tard en une tempête tropicale. À 11 h le 30 août, Katrina était tombée sous de fortes pluies et des vents d'environ 35 mph. Pendant ce temps, les inondations ont continué de s'aggraver à la Nouvelle-Orléans.

L'arrivée de 13 000 soldats de la Garde nationale américaine et de 7 000 soldats américains déployés par le président George W. Bush a aidé aux évacuations et au réapprovisionnement en nourriture et en eau des personnes bloquées au Superdome et au centre des congrès, qui ont finalement été évacués le 3 septembre. Beaucoup de Katrina les évacués se sont rendus à Houston, au Texas, où ils ont été hébergés dans l'Astrodome et d'autres abris.

7. L'ouragan Katrina et ses conséquences ont fait 1 833 morts.

Le nombre de morts de Katrina est le quatrième plus élevé de tous les ouragans de l'histoire des États-Unis, après l'ouragan Galveston de 1900, qui a tué entre 8 000 et 12 000 personnes ; l'ouragan Maria, qui a tué plus de 4 600 personnes à Porto Rico en 2017 ; et l'ouragan Okeechobee, qui a frappé la Floride en 1928 et a tué jusqu'à 3 000 personnes.

En Louisiane, où plus de 1 500 personnes seraient mortes à cause de l'impact de Katrina, la noyade (40 %), les blessures et traumatismes (25 %) et les problèmes cardiaques (11 %) étaient les principales causes de décès, selon un rapport. publié en 2008 par l'American Medical Association.

REGARDER: J'étais là: Ouragan Katrina: Rescue Swimmer

8. Katrina est l'ouragan américain le plus coûteux de l'histoire.

Le Data Center, un organisme de recherche basé à la Nouvelle-Orléans, a estimé que la tempête et les inondations qui ont suivi ont déplacé plus d'un million de personnes, laissant des centaines de milliers de personnes sans abri. Il a endommagé plus d'un million de logements dans la région. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), Katrina est l'ouragan américain le plus coûteux jamais enregistré, infligeant quelque 125 milliards de dollars de dommages totaux.

9. Les responsables locaux, étatiques et fédéraux ont été critiqués pour leur gestion de la catastrophe.

Les critiques généralisées de la réponse fédérale à Katrina ont conduit à la démission de Michael D. Brown, directeur de l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA), et ont porté un préjudice durable à la réputation du président Bush, qui touchait à la fin d'un mois vacances dans son ranch de Crawford, au Texas, lorsque Katrina a frappé.

En 2006, l'US Army Corps of Engineers, qui était responsable de la conception du système de digues à la Nouvelle-Orléans, a reconnu que les pratiques d'ingénierie obsolètes et défectueuses utilisées pour construire les digues ont entraîné la plupart des inondations dues à Katrina. Aux niveaux national et local, la gouverneure de la Louisiane Kathleen Blanco et le maire de la Nouvelle-Orléans Ray Nagin ont été critiqués pour ne pas avoir ordonné les évacuations obligatoires plus tôt. Blanco a refusé de se représenter en 2007 et est décédé en 2019. Nagin a quitté ses fonctions en 2010 et a ensuite été reconnu coupable de corruption, de fraude et de blanchiment d'argent commis pendant son mandat.

10. Katrina a eu un impact durable sur la région et ses habitants.

L'exode massif de la côte du Golfe et de la Nouvelle-Orléans pendant et après Katrina a représenté l'un des déplacements de population les plus importants et les plus soudains de l'histoire des États-Unis. Quelque 1,2 million de Louisianais ont été déplacés pendant des mois, voire des années, et des milliers ne sont jamais revenus.

En avril 2000, selon le Data Center, la population de la Nouvelle-Orléans était de 484 674 habitants ; en juillet 2006, pas tout à fait un an après Katrina, il avait chuté de plus de 250 000, à quelque 230 172. Certains de ceux qui sont partis plus tard sont revenus et, en 2020, la population atteignait un peu plus de 390 000 habitants, soit environ 80 % de sa population d'avant Katrina.


10 faits que vous ignoriez peut-être sur l'ouragan Katrina pour son 10e anniversaire

En 2005, l'ouragan Katrina a balayé la Floride, la Louisiane et le Mississippi après avoir déjà fait des ravages dans les Caraïbes. L'une des tempêtes les plus importantes et les plus meurtrières de l'histoire a causé tant de dégâts et de destruction que personne ne savait quoi faire. Maintenant, cela fait 10 ans, et beaucoup en ressentent encore les effets, et certains en savent encore si peu. Voici 10 faits sur l'ouragan Katrina que vous ne saviez peut-être pas.

Beaucoup de ces faits sont effrayants, mais ils sont parmi les meilleures choses à savoir. Ceux qui les connaissent seront conscients des dangers des ouragans, et ils sont également conscients qu'il ne faut jamais sous-estimer leur puissance, leur imprévisibilité et leurs dommages possibles.

1. L'onde de tempête de l'ouragan Katrina a atteint 6 mètres (20 pieds) à certains endroits.

2. L'ouragan Katrina a officiellement touché près de 90 000 milles carrés dans plusieurs États.

  • Alabama - 2
  • Floride - 14
  • Géorgie - 2
  • Louisiane 1 577
  • Mississippi - 238

En fait, un ouragan tombe dans une catégorie 5 à des vents de 155 mph.

5. Katrina n'a reçu son nom de tempête tropicale que le 24 août 2005. Cela signifie qu'il a fallu peu ou pas de temps pour devenir l'une des tempêtes les plus violentes que les États-Unis aient jamais connues.

6. 10 ans plus tard, quelque 705 personnes sont toujours portées disparues à la suite de l'ouragan Katrina.

7. Tel que rapporté par CNN, Katrina est répertoriée comme "la catastrophe naturelle la plus catastrophique de l'histoire des États-Unis". Les dégâts totaux de l'ouragan Katrina sont estimés à 108 milliards de dollars, ce qui en fait également "l'ouragan le plus coûteux de l'histoire des États-Unis".

8. Pas moins de 15 millions de personnes ont été affectées par l'ouragan Katrina de diverses manières et pour des durées extraordinaires. De la mort à la perte de biens en passant par la hausse des prix du gaz, les évacuations, les changements économiques et bien plus encore, des millions et des millions de personnes ont ressenti la colère.

9. Des centaines de milliers d'habitants de la zone touchée par la tempête seraient toujours au chômage à ce jour en raison de l'ouragan Katrina.

10. Plus de 70 pays ont promis des dons monétaires ou une forme d'aide après le passage de l'ouragan Katrina. La contribution la plus importante est venue du Koweït pour un montant de 500 millions de dollars.

Cela fait 10 ans que l'ouragan Katrina a frappé plusieurs États et complètement décimé la Nouvelle-Orléans et ses environs. La lecture des faits sur la tempête permet à tout le monde de savoir ce que de nombreuses personnes ont vécu et dont elles pourraient ne jamais se remettre.


Faits sur l'ouragan Katrina

Faits sur l'ouragan Katrina
L'ouragan Katrina a été l'ouragan américain le plus coûteux jamais enregistré et l'une des pires catastrophes naturelles de l'histoire des États-Unis. L'ouragan Katrina restera dans les mémoires pour ses inondations catastrophiques à la Nouvelle-Orléans en raison d'une rupture de digue. Katrina s'est formée dans le centre des Bahamas et s'est déplacée vers le nord-ouest. Il a touché terre dans le sud de la Floride sur la ligne des comtés de Broward/Miami-Dade en tant qu'ouragan de catégorie 1. Virginia Key a signalé une rafale à 93 mph. De fortes pluies sont également tombées. Key West avait 10,05" et Homested 14,04".

Alors que l'ouragan Katrina se déplaçait sur le golfe du Mexique, il s'est dirigé vers le nord et s'est renforcé en un ouragan de catégorie 5 avec des vents soutenus de 175 mph. Katrina était de grande taille et a généré un grand champ de vent. Cela a créé d'énormes vagues dans le golfe du Mexique, où une bouée à 74 milles au sud de l'île Dauphin, AL, a mesuré une hauteur de vague significative maximale de 55 pieds. Katrina a ingéré de l'air sec et s'est affaiblie en un ouragan de catégorie 3 alors qu'il touchait terre près de Buras, LA. Il a de nouveau brièvement traversé les eaux du golfe du Mexique et a touché terre pour la dernière fois à la frontière entre le Mississippi et la Louisiane. En Louisiane, une onde de tempête de 11,8 pieds a été mesurée à l'aéroport de New Orleans Lakefront. L'aéroport international de la Nouvelle-Orléans a connu une rafale de pointe à 98 mph. Les dommages causés par le vent à la Nouvelle-Orléans n'étaient comparables qu'à un ouragan de catégorie 1 ou 2. La majorité des dommages à la Nouvelle-Orléans étaient dus à une défaillance de la digue.

Jusqu'à 80% de la ville de la Nouvelle-Orléans a été inondée avec jusqu'à 20 pieds d'eau. La côte du Mississippi a subi des dommages catastrophiques en raison des ondes de tempête et des dommages causés par le vent. Une montée subite de 24 à 28 pieds a été mesurée le long de la côte du Mississippi avec la plus haute près de Pass Christian à 27,8 pieds. L'onde de tempête est allée à l'intérieur des terres sur environ six milles, mais jusqu'à douze milles le long des rivières. Le COU de Pearl River à Poplarville a enregistré une rafale de vent à 135 mph. Au total, les estimations des dommages totaux ont été estimées à près de 108 milliards de dollars.

  • Pression la plus basse : 902 millibars / 26,64 pouces
  • Sixième ouragan le plus puissant jamais mesuré par la pression dans le bassin atlantique.
  • L'ouragan le plus coûteux de l'histoire des États-Unis
  • Dommages aux États-Unis : 125 milliards de dollars - dollars non ajustés
  • Dommages aux États-Unis : 160 milliards de dollars - dollars ajustés pour 2017
  • Troisième ouragan le plus puissant à avoir touché terre aux États-Unis mesuré par la pression (920 mb).
  • Pression et vent soutenu à l'atterrissage : (ligne du comté de Broward/Miami-Dade) 984 millibars / 80 mph
  • Pression et vent soutenu à l'atterrissage : (Buras, LA) 920 millibars / 125 mph
  • Pression et vent soutenu à l'atterrissage : (frontière LA-MS) 928 millibars / 120 mph
  • Vents maximums soutenus au pic : 175 mph
  • Morts : 1200
  • Hauteur de l'onde de tempête : 27,8 pieds, Pass Christian, MS
  • Jusqu'à 80% de la Nouvelle-Orléans était sous l'eau à cause des inondations.
  • L'ouragan Katrina a commencé comme une dépression tropicale près du sud-est des Bahamas
  • L'ouragan Katrina s'est affaibli et est devenu extratropical dans la vallée de l'Ohio.

Image satellite de l'ouragan Katrina

Images / données avec l'aimable autorisation du National Hurricane Center / NOAA / NASA

Voulez-vous en savoir plus sur l'ouragan Katrina ou d'autres ouragans ? Consultez nos résumés des ouragans de 2005.
Retour à d'autres articles sur les ouragans.


5 faits sur l'onde de tempête de l'ouragan Katrina

Beaucoup de gens se souviennent d'avoir vu les images de l'onde de tempête de l'ouragan Katrina faire rage à la Nouvelle-Orléans il y a plusieurs années tout en regardant la télévision dans le confort de leur foyer. Cet événement a eu lieu le 29 août 2005, et c'est l'un des événements les plus meurtriers et les plus meurtriers du genre. Alors que beaucoup ont regardé les événements se dérouler à la télévision, beaucoup d'autres ont vécu l'événement de première main. Aussi médiatisé que soit cet événement, de nombreuses personnes ne sont pas pleinement conscientes des faits réels entourant l'onde de tempête de l'ouragan Katrina. En analysant les faits de l'événement, vous pouvez avoir une meilleure idée de ce qui s'est réellement passé.


VENDREDI 2 SEPTEMBRE

Au cours de la journée: Un convoi de troupes de la Garde nationale américaine et de camions de ravitaillement arrive à la Nouvelle-Orléans et distribue de la nourriture et de l'eau aux résidents bloqués au Superdome et au centre des congrès. Le Congrès approuve 10,5 milliards de dollars (États-Unis) d'aide au sauvetage et aux secours de l'ouragan Katrina, et le président George W. Bush signe le projet de loi.

Les travaux de réparation des digues de la ville, de pompage des eaux de crue et de recherche de logements pour des dizaines de milliers de résidents déplacés sont en cours.


10 tempêtes les plus destructrices

Avec les forces incroyables qu'elles exercent, les tempêtes sont capables de changer des milliers de vies en quelques minutes. Comment pouvons-nous comparer la destructivité de moteurs de la nature aussi impressionnants ? Est-ce que nous comptons les vies qu'ils réclament? Peser leurs impacts durables sur les villes et villages qu'ils rasent ? Évaluer leur bilan financier ? Tous sont des critères valables, mais aucun n'est suffisant à lui seul pour englober l'ampleur et la gravité des typhons véritablement titanesques qui nécessitent une approche holistique, qui prend en compte le large éventail de dommages tangibles et intangibles causés par leurs ravages.

Avant de nous plonger dans les 10 grands, familiarisons-nous avec quelques conventions de nommage.

Toutes les conditions météorologiques circulaires avec des centres de basse pression, qu'elles tournent dans le sens des aiguilles d'une montre ou dans le sens inverse, sont techniquement cyclones, un groupe qui comprend les ouragans et les tornades, ainsi que d'énormes systèmes comme latitude moyenne (ou latitude moyenne) cyclones.

"ouragan" et "typhon" sont deux noms pour la même chose - un tropical puissant cyclone. Ils prennent des noms différents selon l'endroit où ils se produisent. Le terme « ouragan » fait référence à un cyclone tropical au nord de l'équateur dans l'hémisphère occidental. Les cyclones tropicaux au nord de l'équateur dans l'hémisphère oriental sont appelés typhons. Dans l'océan Indien ou le Pacifique Sud, on appellerait de telles tempêtes des cyclones.

Puisque nous nous intéressons à l'intensité et au pouvoir destructeur des tempêtes, nous devons également savoir comment les scientifiques les classent.

Les Échelle Fujita améliorée (EF) mesure l'intensité de la tornade sur une échelle de 0 à 5 en estimant la vitesse du vent en fonction des dommages. Fait intéressant, cela signifie que les tornades très puissantes peuvent recevoir des notes EF faibles si elles ne parviennent pas à traverser quoi que ce soit de suffisamment puissant à détruire.

Les Échelle des vents de l'ouragan Saffir-Simpson classe les ouragans dans l'une des cinq catégories en fonction de leurs vitesses de vent soutenues à un moment donné. Il propose également des estimations des dommages généralement associés à de telles tempêtes. En général, chaque augmentation de la catégorie Saffir-Simpson se traduit par un quadruplement de la capacité destructrice.

Dans les deux échelles, plus le nombre est élevé, plus la tempête est intense.

Dans cet article, nous examinerons 10 tempêtes qui ont dominé les classements en termes de destruction et de nombre de morts. Juste pour éviter que cela ne devienne un club réservé aux cyclones, nous examinerons également des exemples record d'autres types de tempêtes en cours de route.

Passez à la page suivante pour commencer votre voyage au cœur de la tempête.

La région des plaines centrales des États-Unis - surnommée Allée des tornades -- subit la fréquence de tornades la plus élevée au monde [source : Tarbuck]. Beaucoup de ces tornades laissent la mort, les blessures et la destruction dans leur sillage, mais l'une d'entre elles est dans une classe à part.

Balayant du sud-est du Missouri le 18 mars 1925, le Tornade tri-étatique a traversé la pointe sud de l'Illinois avant de se dissiper dans le bas Indiana. Remarquablement, ces trois lieux sont distants de 219 miles (352 kilomètres) et la tornade a parcouru cette distance en seulement trois heures et demie [source : SEMP].

Les tornades typiques mesurent de 500 à 2 000 pieds (150 à 600 mètres) de large et se déplacent à une vitesse d'environ 30 mph (45 km/h). Des estimations généreuses suggèrent qu'ils parcourent en moyenne 10 kilomètres (6 miles) avant de s'épuiser [source : Tarbuck]. Le Tri-State Tornado a atteint une vitesse moyenne de 62 mph (100 km/h) et a culminé à 73 mph (117 km/h). Il a couvert plus de 36 fois plus de terrain qu'une tornade moyenne. Certains témoins oculaires ont rapporté que son chemin faisait près d'un mile de large [source : NOAA].

Les scientifiques se demandent aujourd'hui si la tornade à trois états n'aurait pas pu être une famille de tornades engendrée par une énorme tempête supercellulaire, ce qui expliquerait à la fois son extrémité et le chemin remarquablement rectiligne qu'elle a suivi sur 183 de ses 219 milles [source : NOAA] .

Au total, la tempête EF5 a tué 695 personnes, dont 234 vivaient dans la ville de Murphysboro, dans l'Illinois, établissant ainsi le sombre record du plus grand nombre de décès causés par une tornade dans une seule ville américaine. Au total, 2 027 personnes ont été blessées lors du passage de la tornade et 15 000 maisons ont été détruites. Des villes entières ont été anéanties [source : SEMP].

Ensuite, regardons une tempête plus récente que le monde n'oubliera pas de sitôt.

L'une des tempêtes destructrices les plus récentes au monde a également été l'une des plus meurtrières. Le 3 mai 2008, Cyclone Nargis a frappé les communautés côtières de Birmanie (anciennement Birmanie), frappant la région de basse altitude avec des vagues massives et des conditions météorologiques catastrophiques. Plus de 90 000 personnes ont été déclarées mortes et 55 000 autres disparues [source : Hurricane Science].

9: Daulatpur-Saturia, Bangladesh Tornade

Souvent, la gravité d'une catastrophe naturelle découle de la pauvreté, des normes de construction médiocres ou de la densité de population de la zone touchée. Comme en témoignent à la fois le tremblement de terre en Haïti en 2010 et l'ouragan Katrina en 2005, les pauvres sont en moins bonne santé, moins capables d'éviter les catastrophes imminentes, plus susceptibles de vivre dans des abris vulnérables aux forces naturelles et de manquer de ressources pour faire face aux conséquences d'une catastrophe.

Le 26 avril 1989, une tornade a touché le district de Manikganj au Bangladesh, l'un des pays les plus densément peuplés du monde. Il a balayé vers l'est de la région de Daulatpur dans les zones gravement touchées par la sécheresse de Saturia et Manikganj Sadar, coupant une bande de 16 kilomètres de long et 1,6 kilomètre de large. Bien que sa durée et son étendue n'aient pas été particulièrement grandes, la tornade a effacé toutes les structures dans un rayon de 6 kilomètres carrés (2,5 miles carrés) [source : Encyclopaedia Britannica].

Au cours de son bref déchaînement, la tempête a détruit plus de 20 villages, emportant des rafales d'habitants, de maisons et de bétail. Il a également frappé le paysage de pluie et de grêle, menaçant les rares cultures qui avaient survécu à la sécheresse précédente [source : Associated Press]. Lorsque les habitants dispersés ont été recensés, la tornade a causé près de 1 300 morts, ce qui en fait la tornade la plus meurtrière de l'histoire enregistrée [source : Encyclopaedia Britannica]. Dans la foulée, le centre du Bangladesh a été victime d'une famine et de maladies généralisées [source : Reuters].

Dans une tournure sinistrement ironique, la tornade est apparue quelques heures seulement après que le président Hussain Muhammad Ershad a appelé la nation à prier pour la pluie [source : Associated Press].

Cet article se concentre uniquement sur les catastrophes liées aux conditions météorologiques. Par exemple, le tsunami de 2004, qui a frappé les côtes de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, a été déclenché par un tremblement de terre et ne correspond donc pas à notre propos.

Bien que le nombre de morts de cette tempête furieuse n'ait pas été un record, L'ouragan Katrina l'impact financier était incomparable, et la tempête a changé à jamais La Nouvelle Orléans et le Côte du Golfe Région.

Des troubles ont commencé à se produire dans l'Atlantique en août 2005, lorsque la tempête s'est formée à proximité des Bahamas et a balayé le sud de la Floride. À son retour en eaux libres, Katrina s'est renforcée pour devenir un ouragan de catégorie 5, le plus haut Saffir-Simpson évaluation possible. Au cours des 18 heures précédant l'atterrissage, il s'est quelque peu adouci pour devenir une tempête de catégorie 3.

Un ouragan de catégorie 5 produit des vents soutenus supérieurs à 155 mph (249 km/h), tandis qu'un ouragan de catégorie 3 pompe des vents à 111-130 mph (178-209 km/h). Les deux sont horribles.

La taille et la portée de Katrina étaient remarquables. Des vents de force tempête tropicale pourraient être ressentis à 161 milles marins de l'œil de l'ouragan [source : Knabb].

Malgré tous ses vents remarquables, l'aspect d'un ouragan qui pose fréquemment la plus grande menace pour la vie et les biens est son onde de tempête -- la remontée d'eau causée par les vents d'ouragan soufflant vers le rivage. L'onde de tempête de Katrina a culminé à près de 9 mètres (30 pieds) à certains endroits, et ses effets se sont enregistrés dans toute la région de la côte du golfe. La combinaison d'ondes de tempête extrêmes et de digues affaiblies par le temps a provoqué de graves inondations à la Nouvelle-Orléans et dans les communautés environnantes. À un moment donné, environ 80 pour cent de la Nouvelle-Orléans se trouvaient sous l'eau - jusqu'à 6 mètres de profondeur à certains endroits - et il faudrait 43 jours avant que le dernier déluge ne recule, sa progression étant ralentie par l'arrivée de Ouragan Rita un mois plus tard [source : Knabb].

Au total, Katrina a engendré 62 tornades dans le Sud-Est et tué plus de 1 800 personnes dans de nombreux États [sources : Johnson Louisiana Department of Health]. La Louisiane a subi le plus grand nombre de morts. Là-bas et dans le Mississippi, l'onde de tempête a anéanti des communautés côtières entières.

En raison de l'interaction complexe des emplois perdus, des opportunités de revenus manquées et des entreprises détruites, le bilan financier final de Katrina est presque incalculable, mais les estimations placent l'impact financier total à 200 milliards de dollars [source : Galvin].

Dans "Hamlet", peu de temps après la mort de Polonius, le roi Claudius remarque, "Quand les chagrins arrivent, ils ne viennent pas d'espions isolés/mais en bataillons". ce qui peut conduire à des maladies et des pestes, et ainsi de suite.

Après quatre années de sécheresse, l'Iran a dû désespérément avoir besoin d'eau sous quelque forme que ce soit, à l'exception de la tempête de neige de février 1972 qui a duré une semaine. La tempête a déversé 10 à 26 pieds (3 à 8 mètres) de neige dans les régions périphériques du nord-ouest, du centre et du sud de l'Iran, coupant des routes, des câbles et des lignes téléphoniques, et piégeant 4 000 villageois sous sa couverture glaciale [sources : NOAA News Raein] . Ailleurs, deux avalanches massives ont enterré environ 8 000 personnes.

Les températures ont chuté à moins 13 F (moins 25 C) dans certaines régions, gelant les tuyaux et aggravant la pénurie d'eau [sources : Raein]. Dans les vallées isolées et enneigées, la grippe s'est propagée avec une vengeance et, dans certaines régions, a approché un taux d'infection de 100 pour cent [sources : Raein].

Les estimations initiales de décès approchaient les 6 000, mais des révisions ultérieures ont réduit le nombre à environ 4 000 [sources : NOAA News Raein St. Petersburg Times].

Aussi tragique que soit le blizzard, le nombre de morts lors de la catastrophe suivante, qui a presque emporté une ville entière dans la mer, était encore plus élevé.

Les noms des ouragans sont répétés tous les sept ans, à moins qu'ils ne deviennent le nom d'une très grosse tempête. Ensuite, le nom est retiré.

Le 8 septembre 1900, Galveston, Texas, a bravé une tempête aux proportions bibliques, la catastrophe naturelle la plus meurtrière qui ait jamais frappé le territoire américain. La veille de sa frappe, la ville insulaire, située juste au large de la côte du Texas dans le golfe du Mexique, comptait 37 000 habitants et de belles perspectives économiques le lendemain, sa population était tombée à 31 000 et la ville avait subi des millions de dollars de dégâts [source : The 1900 Storm].

Un ouragan - estimé être de catégorie 4 - s'est abattu sur l'île basse et non protégée, entraînant avec lui une immense destruction. Le consensus parmi les chercheurs place le nombre de morts à Galveston entre 8 000 et 10 000 personnes, avec certaines estimations allant de 6 000 à 12 000. En février de l'année suivante, des restes s'échouèrent encore.

Les vents de 140 mph (225 km/h) de l'ouragan et l'onde de tempête de 15 pieds de haut (4,5 mètres de haut) ont démoli 3 600 bâtiments [source : The 1900 Storm]. L'île entière était submergée au moment où les eaux se sont retirées, 12 pâtés de maisons -- les trois quarts de la ville -- avaient été emportés [source : Zarrella]. Dans les heures qui ont suivi, les gens ont lutté pour rester en vie, s'accrochant à tout ce qu'ils pouvaient trouver au-dessus de l'eau.

Au fur et à mesure que les citoyens reconstruisaient leur ville, ils essayaient de fournir une certaine protection contre les futures catastrophes causées par la mer. Les habitants de la ville ont soutenu des bâtiments - dans certains cas jusqu'à 17 pieds (5 mètres) au-dessus de leur altitude d'origine - et ont rehaussé le niveau de l'île. Ils ont également construit une digue de 17 pieds de haut et 10 miles (16 kilomètres) de long, qui a aidé à protéger la ville lorsqu'un autre ouragan a frappé en 1961.

Aussi horribles que soient la tempête Galveston et ses conséquences pour les habitants du Texas, elles n'étaient rien comparées à la dévastation qui a frappé l'Amérique centrale près d'un siècle plus tard.

Si nous mesurons le coût des tempêtes en vies humaines, en biens et en difficulté de récupération, alors l'ouragan Mitch est, dans l'ensemble, l'un des pires ouragans à avoir jamais frappé la terre.

Le 26 octobre 1998, quelques jours seulement après sa naissance dans les Caraïbes, Mitch a percuté la côte nord-est du Honduras en catégorie 5. Peu de temps après, il s'est affaibli et a calé sur la côte, où il s'est transformé en un moteur tentaculaire de production de pluie. Pendant ce temps, la tempête a atteint des vents de pointe de 180 mph (290 km/h) et a inondé une grande partie de l'Amérique centrale, provoquant des crues soudaines, des avalanches et des coulées de boue qui ont détruit les régions côtières, en particulier au Honduras. Après s'être de nouveau élevé au niveau d'une tempête tropicale, il a frappé la Floride le 5 novembre, puis s'est éteint au-dessus de l'Atlantique [sources : Encyclopaedia Britannica Rohter].

Les inondations, les coulées de boue et les vents de Mitch ont détruit les récoltes et anéanti des centres de population à travers le Honduras et des régions du Nicaragua, du Belize, d'El Salvador, du Guatemala et du Mexique. Il a démoli des centaines de milliers de maisons, fait exploser et emporté les habitants et anéanti les récoltes. Plus de 11 000 personnes ont perdu la vie, la plupart au Honduras et au Nicaragua, et des milliers d'autres ont disparu [source : Encyclopaedia Britannica].

Au Honduras, Mitch a quitté un pays sans chemin clair vers la reprise. Avec des infrastructures détruites et un chômage en hausse suite à la destruction de plantations vitales, l'un des pays les plus pauvres et les plus endettés de la planète a dû trouver 1,7 milliard de dollars pour le remettre sur pied [source : Morgan].

Remontons maintenant un peu plus loin dans le temps, lorsqu'un autre grand cyclone a fait des ravages dans les Caraïbes, au milieu d'une lutte de pouvoir internationale connue des Américains sous le nom de guerre révolutionnaire.

4: Le grand ouragan de 1780

Le bilan dévastateur des morts Grand ouragan de 1780 dépasse même celui de l'ouragan Mitch. On estime que 22 000 personnes ont péri entre le 10 et le 16 octobre dans les Caraïbes orientales, la plupart dans les Petites Antilles, les pertes les plus lourdes se produisant sur les îles de la Martinique, de Saint-Eustache et de la Barbade [source : CDERA]. Au-delà de ces pertes, on estime que des milliers de marins français et britanniques ont péri lorsque le temps intense s'est abattu sur leurs navires [source : CDERA].

Bien que sa force exacte reste inconnue, des preuves anecdotiques amènent les chercheurs modernes à conclure que le Grand Ouragan était une tempête de catégorie 5 avec des vents supérieurs à 200 mph (320 km/h). Certains récits de témoins oculaires attestent des ruines complètes de bâtiments et de forts en pierre robustes, de lourds canons envoyés à des centaines de mètres et d'arbres dont l'écorce est arrachée.

Nous sommes arrivés jusqu'ici et nous entrons dans le top trois. Passez à la page suivante pour découvrir comment les chaînes d'événements peuvent amplifier le pouvoir destructeur des tempêtes.

Au fur et à mesure que les ouragans et les cyclones gagnent en force, les gens se concentrent sur la préparation des zones côtières, et pour cause : 90 % des décès liés aux ouragans et aux cyclones se produisent lorsqu'une onde de tempête s'abat sur un littoral. L'onde de tempête se dresse généralement à 6-10 pieds (2-3 mètres) au-dessus de la ligne de marée haute [source : Tarbuck]. Dans les cas extrêmes, l'onde de tempête peut être beaucoup plus élevée : l'onde de tempête estimée de l'ouragan Katrina s'élevait à 28 pieds (8,5 mètres) [source : Knabb]. Les ouragans et les cyclones diminuent généralement de force après avoir touché terre, car ils perdent le contact avec leur principale source d'énergie - de grandes quantités d'eau chaude. Cependant, les ouragans qui "bloquent" près de l'eau peuvent également devenir d'énormes producteurs de pluie et des sources d'inondations.

La tragédie provoquée par la pluie qui s'est abattue sur la côte de Vargas au Venezuela en décembre 1999 montre à quel point trop de pluie peut engendrer une séquence domino de dévastation, une gestalt de destruction plus grande que la somme de ses parties. Du 14 au 16 décembre, une tempête a déversé une année de pluie sur les pentes verticales des montagnes de la Sierra de Avila au nord de Caracas, provoquant des inondations et certains des glissements de terrain et coulées de débris les plus massifs de l'histoire du monde [source : Wieczorek] .

La dévastation qui a suivi a détruit plus de 8 000 maisons et 700 immeubles d'habitation. Il a détruit des routes, des lignes téléphoniques et électriques, ainsi que des systèmes d'aqueduc et d'égout, pour une facture totale d'environ 1,79 milliard de dollars [source : Wieczorek]. On estime que 30 000 personnes sont mortes, mais seulement 1 000 corps environ ont été récupérés.

Lorsqu'il s'agit de subir des destructions causées par des événements météorologiques violents, certains endroits sont topographiquement et géographiquement moins bien lotis que d'autres, comme nous le verrons ensuite.

Les coulées de débris sont une combinaison cauchemardesque d'éboulement et d'inondation. Si vous pouvez imaginer une rivière de gravier graissé ou de béton fondu dévalant une montagne à 3-53 mph (5-85 km/h), emportant avec elle des roches, des rochers et des arbres, alors vous avez une idée de la destruction que ces glissements de terrain liquéfiés peuvent cause [sources : CVO Jakob].

L'année avant que le Bangladesh ne devienne une nation indépendante en faisant sécession du Pakistan, il a été frappé par un cyclone déchaîné qui a semé le chaos dans son delta côtier de faible altitude.

Les cyclones qui frappent le Bangladesh ont tendance à causer d'immenses ravages parce que la topographie du pays conspire à amplifier leur impact. Thus, the 1970 storm, nicknamed the Bhola Cyclone, proved to be one of the worst natural disasters in recorded history, even though it made landfall as only a Category 3 storm. Fatality estimates range from 300,000 to 1 million people, although most put the tally at closer to 500,000.

Bangladesh's delta is one of the most fertile croplands on the globe, with several rivers pouring silt and nutrients into its soil. Because of this, the region ranks among the most densely populated in the world, despite the inherent topographical hazards of living there. The danger stems from two main factors. First, a good portion of the country barely rises above sea level. Second, its rivers (three major and several smaller ones) and the shape of its coastline combine to draw water far inland, increasing the likelihood and severity of flooding.

Storm surges strike areas like Bangladesh with particular lethality, and they cause most of the fatalities and a good portion of the property damage from storms like the Bhola Cyclone.

That just leaves one. Now, let's look at the mother of all destructive storms in recorded history.

From the dawn of civilization to today, floods have caused more human deaths and wreaked more extensive devastation than any natural force. The same rivers that offer life and the promise of sustainable sustenance can, in a season of floods, wipe out the people who depend on them.

In a work cataloging deadly floods, China would rate its own chapter, if not its own book. The 1931 central China floods alone resulted in an estimated 4 million deaths and affected a quarter of China's population, making it one of the worst natural disasters in history and helping to earn the Hwang Ho, or "Yellow River," the nickname "China's Sorrow." In 1887, its floods killed 2 million people, and the 1931 and 1938 floods took the lives of almost 5 million [sources: Hudec NOAA News]. However, these resulted from months or years of accumulating drought, rain and storms that combined to create conditions ripe for disaster, and thus didn't constitute a single storm for similar havoc occurring as the result of a single weather event, we have to turn to 1975's Super Typhoon Nina.

Nina's unparalleled destructive power derived not from its winds but from the catastrophic flooding it triggered. Indeed, the typhoon had already spent most of its strength crossing Taiwan's central mountain range and had weakened to a tropical storm by the time it struck China [source: Weyman]. As it stalled over the mainland, Nina cranked out 42 inches (1,060 millimeters) of rain in 24 hours -- a year's worth of central China's precipitation, delivered in a day. The deluge collapsed the Banqiao Dam and destroyed more than 60 other dams along with it [source: Xinhua].

As the dams buckled, a 6.2-mile-wide (10-kilometer-wide), 9.8-23-foot-high (3-7-meter-high) wave blasted across the lowlands at speeds approaching 31 mph (50 kph), destroying an area 34 miles (55 kilometers) long and 9.3 miles (15 kilometers) wide [source: CCTV]. The floods swept tens of thousands of survivors downstream and submerged thousands of square kilometers of land, killing 26,000 people. An additional 145,000 later died of disease and famine (some estimates place the death toll closer to 230,000) [sources: Goldstein Xinhua].

In all, Nina collapsed almost 6 million buildings and affected 11 million people, running up an economic toll of $1.2 billion [source: Weyman]. In lives destroyed, and physical and economic impact, Nina truly towers among other typhoons as our most destructive storm.

These 10 storms were major natural disasters that afflicted huge numbers of people. To learn more about the ferocious storms nature throws our way, visit the links on the next page.


10 Lesser-Known Facts About Great Disasters in Human History

History says humanity has survived disasters – at times man-made, at times natural ones. With time, some have become notable but well-known episodes to mention. But are you aware of the lesser-known facts about these great disasters in human history? Let’s have a glance!

1. Two hundred Japanese pensioners volunteered to handle the Fukushima Nuclear Disaster. All of them were over 60. Upon being asked why, one man said, “Even if I were exposed to radiation, cancer could take 20 or 30 years or longer to develop. I probably now only have 13 to 15 years left to live.”

Fukushima Nuclear Disaster.

The worst nuclear disaster since Chernobyl in 1986, the deadliest of great disasters in human history, was in the Fukushima Daiichi Power Plant Disaster in Okuma, Japan in 2011 due to a grave Tsunami caused by the movements of tectonic plates under the Indian Ocean.

10,000 people were evacuated to ensure no casualties. The government had to shut down the plant to stop radiation that had been already emitting for the last three months.

This was the time when Yasuteru Yamada, a retired engineer of 72, took the decision of replacing the young ones from the team who had been working to manage the nuclear disaster. He made a team of his own that consisted of nearly 200 pensioners, all over 60 years old.

Upon being asked he clearly stated that the decision was not really something great to be flaunted, but this was quite logical. He made the point clearer stating even if he were exposed to the radiation directly, it would have been a matter of the next 20-30 years for cancer to develop whereas he, being 72, had only 10-15 years to live further.

When people compared him along with his team to Kamikazes, the pilots involved in a suicide mission in WWII, he was not ready to take pride in the fact saying they had gone there to die whereas he and his team went to combat the disaster and not to die. (source)

2. The methyl-isocyanate leakage that caused the Bhopal Gas Disaster killing 8,000 people in one night, went undetected as the factory shut down its alarms so as not to cause a disturbance in the neighboring residential area.

Bhopal Gas Disaster. Image credits: Arindambanerjee/Shutterstock.com

The Bhopal Gas Disaster is the worst historical evidence of extreme negligence causing dreadful harm to humanity. It was not a mere accident that took 8,000 lives away over the night of 3 December 1984, but it was an absolute apathy towards the people’s lives despite having enough knowledge of the vulnerable storage of deadly methyl isocyanate much before that day.

It’s one of them that top the list of the great disasters in human history. Besides, the fact of the previous shutoff of the public siren made it worse as people didn’t even get alerts of the gas leakage to save them.

Accidents due to gas leakage took place in 1982 and 1983 also, but that didn’t bother the authority of the Union Carbide Corporation. Since September 1984, newspaper reports by journalist Raj Keshwani have tried multiple times to draw the attention of the higher authorities of the government.

In the same year, the safety audit by the US engineers thoroughly exposed the safety hazards. On the contrary, the public sirens that used to ring even for minor leakages were shut down as that could raise unnecessary turmoil among the neighboring residents. And that one mistake also took the scope away of people saving their lives by running away on time. (1, 2)

3. An engineer predicted the Challenger disaster about six months before it happened. He reported to his superiors the o-ring problem mentioning it “would be a catastrophe of the highest order – loss of human life.”

Roger Boisjoly. Image credits: Everett Collection/Shutterstock.com, Dailymail.com/Wikipedia

In 1986, the space shuttle Challenger crashed just 73 seconds after its launch. Five NASA astronauts and two payload specialists died in the crash. Given the enormity of the accident, it is a disaster that caused a major setback in US space research. Later, investigations found that the reason for the crash was due to a mechanical error in an o-ring belonging to one of the solid rocket boosters.

However, an engineer named Roger Boisjoly predicted the problem almost six months before and sent a memo to the vice president of Morton Thiokol, the company that manufactured the solid rocket boosters.

Not only wasn’t Roger’s memo taken seriously, but he was also fired once he disclosed the matter to the presidential investigation committee after the disaster. Roger was presented with the AAAS Award for Scientific Freedom and Responsibility in 1986 as a token for his courage to expose the truth. (source)

4. After the disaster of Chernobyl, massive thermal explosion threats were detected. Three engineers volunteered to jump into the water under the reactor to find the safety valves and release them. “The Chernobyl Divers,” as they are known today, died within a few days due to the radiation.

The Chernobyl Divers.

The nuclear reactor accident that caused almost 4,000 deaths from direct and indirect radiation in Ukraine in 1986 is one of the most dangerous nuclear accidents on Earth and is considered one of the great disasters in human history.

The horrors of Chernobyl could have been ten times worse if three people hadn’t undertaken a suicide mission. These three people were Valeri Bezpalov, Alexie Ananenko, and Boris Baranov. The first two being engineers and the last one only a plant worker.

Their mission was to find a safety valve and unlock it to clear the contaminated water. The safety valve had immense importance because the pooled water was a mixture of water, sand, clay, and Boron, combined together at a high temperature it was in a lava-like state.

If the lava were to come in contact with the reactor, the thermal explosion could have killed hundreds of thousands of Eastern European people. All three of them managed to get to the safety valves with SCUBA gear and opened the safety valve knowing the radiation would kill them. The Chernobyl Divers are the reason the disaster was how we remember it today. (source)

5. Despite being warned and advised to evacuate before Hurricane Katrina, a large number of people refused to evacuate. Forty-four percent of them didn’t leave solely because of their pets. The government had to change the laws and put special focus on pet evacuation in the light of the incident.

Hurricane Katrina. Image credits: NASA Goddard Space Flight Center

In 2006, Hurricane Katrina was one of the most disastrous hurricanes that ever hit America and has carved a place in the list of great disasters in human history. It affected America in a similar manner as any natural disasters do, but it had one significant aspect.

A massive number of people didn’t agree to evacuate and fell victim to the storm, 44% of them solely because the evacuation was only for people, not pets. As the evacuation policies didn’t have any clauses for pets, most of them were deserted in the abandoned areas.

Hundreds of dogs and cats waiting for their masters to return starved to death on rooftops, floating furniture, or gave in to other diseases. This incident shook the whole nation and petitions for animal evacuation policies flowed into the congress.

Facing such strong public sentiments, Congress passed the Pets Evacuation and Transportation Standards (PETS) Act. For the first time, pets were treated in parity with humans. (source)


Kenna

This is the case when people managed to prevent the deadly consequences of the disaster. Meteorologists knew Kenna’s trajectory in advance, and no one died. 13,000 people in San Blas were evacuated before the hurricane reached them. And the hurricane was classified as the fifth category. In the fall of 2002, it reached the city of Nayarit. The wind force was over 260 kilometers per hour, and the waves reached a height of 5 meters. 75% of all buildings in the village of San Blas were almost destroyed, along with electric pedestrian lines and access roads. All the ships that tried to wait for the hurricane in the port were thrown ashore. Kenna remains one of the worst hurricanes in history, despite the small number of consequences.


3. The 1900 Galveston hurricane

The hurricane that slammed into Galveston, Texas in September 1900 is still the deadliest one to ever strike the United States. Many of the deaths could have been prevented has the low-lying island of Galveston acted on proposals from some concerned citizenry and erected a protective seawall. The highest point of Galveston was 8.7 feet above sea level the storm surge from the hurricane was more than 15 feet, enough to wash over the entire island.

When it was all over, an estimated 8,000-12,000 were dead, including one as far away as New York City. Needless to say, construction on the Galveston Seawall began in 1902.


3. Bhola cyclone

Date: 3-13 November 1970
Catégorie: Cyclone
Deaths: 500,000+

This tropical storm is a cyclone, which forms over the South Pacific and Indian Oceans. Bhola was one which caused severe havoc in both India and Bangladesh, then named East Pakistan. Those living on the coast had no idea of what was to come as meteorologists had no way of communicating with most living in the area. As they slept the cyclone crossed the land, carrying a wave of water six metres high and winds of over 225 kilometres per hour. Bhola is one of the deadliest natural disasters in recent history.

The view from inside hurricane Katrina (Image by WikiImages from Pixabay)

Voir la vidéo: a 10 años del huracán Katrina en Nueva Orleans