346e groupe de bombardement, USAAF

346e groupe de bombardement, USAAF

346e groupe de bombardement, USAAF

Histoire - Livres - Aéronefs - Chronologie - Commandants - Bases principales - Unités composantes - Affecté à

Histoire

Le 346th Bombardment Group, USAAF, a connu deux incarnations pendant la Seconde Guerre mondiale, la première en tant qu'unité d'entraînement basée aux États-Unis et la seconde en tant que partie de la Huitième Force aérienne en Extrême-Orient.

Le groupe a été initialement activé le 7 septembre 1942 et a été affecté à la Second Air Force. Il était équipé du B-17 et du B-24 et a d'abord servi d'unité d'entraînement opérationnel, aidant à augmenter la taille de l'USAAF. Il est devenu plus tard une unité de formation de remplacement, fournissant des équipages pour remplacer les pertes dans les unités existantes. Cette première version de l'unité a été inactivée le 1er avril 1944.

Le groupe est réactivé sous le nom de 346th Bombardment Group (Very Heavy) le 18 août 1944. Cette fois, il se prépare au combat en tant que groupe B-29, affecté à la guerre contre le Japon. Après la fin de la guerre en Europe, la puissante huitième force aérienne a été déplacée en Extrême-Orient, bien que beaucoup de ses unités soient venues directement des États-Unis, et la 346e était l'une de ces unités.

Les premiers équipages du 346th commencent à atteindre Kadena à Okinawa le 7 août 1945, dans le cadre du transfert de la 8th Air Force d'Europe vers l'Extrême-Orient. La guerre a pris fin avant que le groupe ne puisse entrer en combat contre le Japon. Au lieu de cela, il a été utilisé pour transporter des prisonniers de guerre alliés d'Okinawa aux Philippines et pour des vols de démonstration de force au-dessus du Japon. Le groupe est inactivé à Okinawa le 30 juin 1946.

Livres

Suivre

Avion

1942-44 : Boeing B-17 Flying Fortress et Consolidated B-24 Liberator
1944-46 : Boeing B-29 Superforteresse

Chronologie

3 septembre 1942Constitué sur le 346e groupe de bombardement (lourd)
7 septembre 1942Activé et affecté à la Second Air Force
1er avril 1944Inactivé
Redésigné comme 346e groupe de bombardement (très lourd)
18 août 1944Activé et affecté à la Second Air Force
juin-août 1945Vers le Pacifique et la Huitième Armée de l'Air
30 juin 1946Inactivé

Commandants (avec date de nomination)

Col Budd J Peaslee : 6 octobre 1942
Lt Col Samuel C Mitchell : 20 décembre 1942-1943
Lieutenant-colonel John D Moorman : mars 1943
Col Samuel C Gurney Jr : octobre 1943-1 avril 1944
Maj James A Gibb Jr : 21 août 1944
Lt Col Charles E Dewey : 23 août 1944
Col William M Canterbury : 13 septembre 1944
Col Ben I Funk : 3 janvier 1945
Col Joseph F Carroll, 30 novembre 1945-301946.

Bases principales

Salt Lake City AAB, Utah : 7 septembre 1942
Smoky Hill AB, Kan : 3 octobre 1942
Dyersburg AAFld, Tenn : 26 février 1943-1 avril 1944
Dalhart AAFld, Texas : 18 août 1944
Pratt AAFld, Kan : 18 janvier 1945-29 juin 1945
Kadena, Okinawa : 7 août 1945-30 juin 1946.

Unités composantes

461e Escadron de bombardement : 1944-46
462e Escadron de bombardement : 1944-46
463e Escadron de bombardement : 1944-46
502e Escadron de bombardement : 1942-44
503e Escadron de bombardement : 1942-44
504e Escadron de bombardement : 1942-44
505e Escadron de bombardement : 1942-44

Assigné à

1942-44 : Deuxième Armée de l'Air
1944-45 : 316e escadre de bombardement
1945-46 : 316e escadre de bombardement ; Huitième Armée de l'Air (Extrême-Orient)


346th Bombardment Group, USAAF - Histoire

Histoire de la Seconde Guerre mondiale :

86e groupe de chasse
*
Mai '44 - Mars '46

86e groupe de chasseurs-bombardiers

86e groupe de bombardement (plongée)

86e groupe de bombardement (léger)

Août '43 - Mai '44

Le 86e était principalement engagé dans le soutien rapproché des forces terrestres en Europe, le groupe se déplaçant vers des bases en Sicile, en Italie, en Corse, en France et en Allemagne à mesure que la ligne de bataille changeait.

"le courage durera"

Le 86e groupe de chasseurs-bombardiers

Les avions P-40, A-36 et P-47 ont été utilisés pour attaquer des convois, des trains, des dépôts de munitions, des colonnes de troupes et de ravitaillement, des navires, des ponts, des voies ferrées et d'autres objectifs.

Diaporama vidéo de l'album personnel de Cliff Harrison.

Cliquez deux fois sur le bouton de lecture pour jouer

cliquer sur ces liens soulignés ouvrira une nouvelle fenêtre sur un autre site


La saga de la saga

Après des décennies (oui, des décennies) d'attente pour qu'International Historical Research Associates achève la publication de l'histoire promise de la "Saga des Sunsetters" du 38th Bomb Group (WWII), la 38th Bomb Group Association a obtenu l'autorisation de publier le livre nous-mêmes. Une partie de l'accord stipule que nous ne pouvons vendre le livre sans profit qu'à ceux qui ont servi dans le 38th Bomb Group et à leur famille immédiate. Par conséquent, un nombre limité de livres ont été imprimés et envoyés à ceux qui avaient déjà payé l'IHRA pour leurs livres il y a de nombreuses années. Actuellement, l'impression spéciale est épuisée.

Nous attendions tous avec impatience de voir le travail de l'éditeur Larry Hickey qui relate l'histoire du 38e. Il n'y a aucune garantie qu'il sera jamais publié. Veuillez visiter International Historical Research Associates pour plus d'informations sur la version commerciale de ce livre et pour plaider en faveur d'une date de publication immédiate.

Cliquez sur ici pour accéder à notre formulaire Web pour envoyer un message au président.


Noms d'avions et nez sanglants

Nommé et peint les forteresses volantes B17 leurs équipages, leur service et leur nez art
'Ain't Mis Behavin' to 'Yo Yo Buddy'
Liste de 306 missions de combat pour 100BG
Listes d'équipage pour 120 avions nommés couverts dans le livre et répertoriés comme disparus en action

296 pages, 380+ photographies noir/blanc

Couverture rigide avec jaquette couleur

Ce sont les avions pilotés par les hommes qui ont vécu et sont morts dans la création de la légende du 100th Bomb Group. Des hommes parlaient des exploits et des malheurs du groupe aux quatre coins du globe. C'était, disait-on, l'unité choisie par la Luftwaffe pour une attention particulière. Avec chaque récit de l'histoire, la légende grandissait et, comme pour la plupart des légendes, elle était fondée sur la vérité.

Au milieu de l'horreur de la guerre, blasonnés sur les machines de destruction, il y avait souvent de la beauté, de l'humour, de l'émotion et de l'esprit. Ce n'était pas différent à Thorpe Abbotts – la maison du groupe surnommé « The Bloody Hundredth » ou « The Vanishing Americans ». De nombreuses forteresses volantes basées à la station 139 portaient des dessins ou des noms de nez. La pin-up glamour et flamboyante si souvent associée au noseart côtoie le dessin animé, l'image sentimentale et parfois scandaleuse. Certains équipages se sont contentés de lettrage tandis que d'autres, pleins d'intention, n'ont trouvé personne pour peindre leur avion. Au lieu de cela, le nom accordé avec tant d'amour ou de manière irrévérencieuse devait être porté de fort en fort dans l'esprit des hommes, ou peint sur le dos de leurs vestes en cuir A-2.

Qu'elles soient décoratives, spirituelles, poignantes ou espiègles, toutes avaient leur histoire à raconter. Sélectionné au hasard par un destin impitoyable pour être détruit en un éclair instantané d'orange brillant, pour plonger dans une mer froide et sombre, pour rester estropié et brisé et être voracement démembré par un ami ou un ennemi. Ou délectez-vous d'une fanfare de gloire et rentrez chez vous pour attendre silencieusement la réincarnation dans un monde en paix.


Le bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki

Nagasaki était un centre de construction navale, l'industrie même destinée à la destruction. La bombe a été larguée à 11 h 02, à 500 mètres au-dessus de la ville. L'explosion a déclenché la force équivalente de 22 000 tonnes de TNT. Les collines qui entouraient la ville ont mieux réussi à contenir la force destructrice, mais le nombre de tués est estimé entre 60 000 et 80 000 (les chiffres exacts sont impossibles, l'explosion ayant détruit des corps et désintégré des dossiers).

Le général Leslie R. Groves, l'homme responsable de l'organisation du projet Manhattan, qui a résolu le problème de la production et de la livraison de l'explosion nucléaire, a estimé qu'une autre bombe atomique serait prête à être utilisée contre le Japon d'ici le 17 ou 18 août&# x2014mais ce n'était pas nécessaire . Même si le Conseil de guerre restait toujours divisé (il est beaucoup trop tôt pour dire que la guerre est perdue, a estimé le ministre de la Guerre), l'empereur Hirohito, à la demande de deux membres du Conseil de guerre désireux de mettre fin à la guerre, a rencontré le Conseil et a déclaré que &# x201Ccontinuer la guerre ne peut qu'entraîner l'anéantissement du peuple japonais&# x2026&# x201D L'empereur du Japon a donné son autorisation pour la reddition inconditionnelle.


Souvenirs des « dragons verts », 389e groupe de bombes de l'USAAF à la vieille chapelle de Hethel

Cette histoire a été soumise au site BBC People's War par le Wymondham Learning Center au nom des auteurs et a été ajoutée au site avec leur permission. Les auteurs comprennent parfaitement les termes et conditions du site.

Il y a soixante ans depuis la fin de la guerre, mais au plus profond de la campagne, les habitants du Norfolk affirment que plus que des souvenirs sont encore actifs. La légende raconte comment un membre d'équipage d'un Liberator de l'USAAF grièvement blessé lors d'une mission volant depuis Hethel a été transféré à l'hôpital militaire voisin de Morley, où il est malheureusement décédé. Les résidents locaux racontent comment, la nuit, l'esprit de l'aviateur marche encore entre l'hôpital (aujourd'hui le site du Wymondham College) et l'ancienne base de Hethel.

Pendant la guerre, Hethel était la base du 389th Bomb Group de l'USAAF, aujourd'hui c'est le siège high-tech de Lotus cars. Le 389th Bomb Group s'appelait les Green Dragons d'après le pub Green Dragon à Wymondham qui était le local des équipages. Aujourd'hui, le pub reste pratiquement inchangé et se trouve juste au coin du BBC People's War Associate Center du Wymondham Learning Center À propos des liens qui ont publié cette histoire. Le nom Green Dragon a été perpétué au XXIe siècle par le 564th Missile Squadron de l'USAF, qui était à l'origine affecté au 389th Bomb Group à Hethel, et tirait tout son héritage et son histoire de l'ancien Bomb Squadron.

Les souvenirs de la guerre sont conservés aujourd'hui dans l'unique musée de la chapelle Hethel sur l'ancienne base, qui abrite la 389e exposition commémorative entretenue par des bénévoles. Il est normal que la chapelle de Hethel ait survécu, car elle offre des liens étroits avec les équipages courageux qui ont volé depuis la base. Au cœur de la paisible campagne de Norfolk, une pierre commémorative dans le cimetière de Hethel raconte l'histoire effrayante des réalisations et des pertes du 389th Bomb Group.

Avion disparu au combat 116

Personnel porté disparu et tué au combat 588

Autres pertes opérationnelles 37

La chapelle a été fondée par le charismatique pasteur de la base, Pappy Beck, dont les exploits ont consisté à ignorer les réglementations et à voler avec les équipages lors de leurs missions de bombardement dangereuses au plus profond de l'Allemagne. Le bâtiment, qui servait également de gymnase, a été décoré par l'un des membres de l'équipe au sol qui peignait habituellement le célèbre « art du nez » décoratif.
sur les bombardiers Liberator qui ont décollé de la base. L'une des caractéristiques les plus frappantes de la chapelle, qui reste aujourd'hui, est la peinture murale de la Crucifixion vue au début de cette histoire (image reproduite avec l'aimable autorisation du site Web de Ralph Baird), une œuvre d'art remarquable peinte dans des circonstances remarquables. D'autres peintures murales comprennent une carte de l'Europe peinte pour aider les équipages américains transplantés à comprendre la géographie du continent qui était leur résidence temporaire.

Le musée de la chapelle est ouvert de mai à septembre le quatrième dimanche du mois. En plus des peintures murales, il y a une exposition de documents, un modèle de la base et diverses reliques d'équipement. Pour visiter la chapelle, quittez l'A11 à Wymondham en suivant les panneaux pour Lotus Cars. Tournez à gauche dans Potash Lane, passez devant l'usine Lotus (qui se trouve sur le site principal de l'aérodrome), jusqu'au bout de la route. Tournez à droite dans l'entrée de la ferme et suivez les panneaux indiquant la chapelle.

L'équipage du 389th s'est abonné à une plaque pour l'aumônier protestant de la base, le capitaine Earl O Widen, décédé des suites d'un surmenage. L'aumônier a non seulement travaillé sous une pression énorme à Hethel, mais a également exercé son ministère auprès de la population locale de Wymondham après la mort de son propre ministre. La plaque peut être vue dans l'église réformée unie sur Fairland Green à Wymondham. Les paroissiens locaux ont également fait don d'une plaque qui a été placée dans l'église natale du capitaine Widen,
Église paroissiale de Bethléem à Minneapolis À propos des liens

© Le droit d'auteur du contenu contribué à cette archive appartient à l'auteur. Découvrez comment vous pouvez l'utiliser.

Cette histoire a été placée dans les catégories suivantes.

La plupart des contenus de ce site sont créés par nos utilisateurs, qui sont des membres du public. Les opinions exprimées sont les leurs et, sauf indication contraire, ne sont pas celles de la BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes référencés. Dans le cas où vous considérez que quelque chose sur cette page enfreint le règlement intérieur du site, veuillez cliquer ici. Pour tout autre commentaire, veuillez nous contacter.


Histoire

482e Pathfinders Leader et pionniers du radar à Alconbury 1943. De gauche à droite : Col Lawrence 482e Commandant, Lord Cherwell, directeur scientifique de Winston Churchill, Col Garland 8th Air Force HQ, Dave Griggs conseiller du secrétaire à la guerre Stimson et Sire Watson Watt Inventor du radar britannique.

Le 482nd Bomb Group (P) a été activé le 20 août 1943 à la station 102 « USAAF » de l'US Army Air Force, à Alconbury, dans le Huntingdonshire, en Angleterre. Le "P" signifiait Pathfinder et signifiait que le 482e dirigerait la huitième force aérienne lors de missions de combat au-dessus de l'Europe au moyen de radars et d'autres appareils de navigation électroniques. Le 482nd a la particularité d'être le seul groupe USAAF à être activé en dehors des États-Unis.

Rôle et mission du 482e

En 1942 et 1943, l'expérience avait montré que le bombardement de précision de la Huitième Air Force tel qu'il était effectué visuellement par le viseur Norden n'était possible sur le théâtre d'opérations européen (E.T.O) que quelques mois par an. Plusieurs officiers clairvoyants, vétérans de la première mission sur le territoire allemand occupé, cherchèrent une réponse à ce dilemme. Comment la plus grande armée de l'air du monde a-t-elle pu vaincre les nuages ​​qui persistaient au-dessus de l'Europe ?

En utilisant de nouvelles plates-formes radar développées par la RAF, une méthode tactique différente a été prévue. Un groupe devait être formé, composé des meilleurs équipages de chacun des autres groupes. Pilotant des avions B-17 et B-24 équipés d'un radar britannique spécialement modifié (H2S), ces équipages devaient diriger chaque escadre de combat en tant que Pathfinders. Ainsi est née l'idée du 482e groupe de bombardement (Pathfinder).

Le 482e groupe de bombardements (P) a été activé le 20 août 1943 à la station 102 « USAAF » de l'US Army Air Force, à Alconbury et dans le Huntingdonshire, en Angleterre. Le "P" signifiait Pathfinder et signifiait que le 482e dirigerait la huitième force aérienne lors de missions de combat au-dessus de l'Europe au moyen de radars et d'autres appareils de navigation électroniques. Le 482nd a la particularité d'être le seul groupe USAAF à être activé en dehors des États-Unis.

Historique des opérations

Lors de sa création le 20 août 1943, le 482e groupe de bombardement a travaillé avec un équipage réduit à Alconbury pour convertir et préparer la base en un groupe de bombardement opérationnel de quatre escadrons et la préparer à recevoir les avions et les équipages entrants. Le gros du personnel provenait du 92e BG, du 479e anti-sous-groupe et du 12e dépôt de remplacement. Certains des nouveaux équipages sont venus des États via la base aérienne de Valley au Pays de Galles. D'autres équipages ont été fournis par les groupes de bombardiers déjà au combat et dispersés dans toute l'Angleterre. C'est vraiment devenu un groupe de bombes composites. La base a établi une section météo, une section radar, une section de contrôle de vol, une section de maintenance et une section d'armurerie. Toutes les sections nécessaires à l'opération 8th Bomb Group. On a dit qu'il y avait eu un rythme d'activité fébrile pendant 36 jours consécutifs.

B-17 du 482nd BG équipé du radar britannique H2S. Notez le radôme sous le nez.

Les travaux se sont poursuivis jour et nuit, puis dans la nuit du 26 septembre 1943, quatre B-17 équipés de radars H2S ont été transportés vers les bases des 1ère et 3ème divisions aériennes. La cible de la mission était Emden, en Allemagne. Au total, 308 B-17 ont participé à cette mission escortés par 262 P-47. Il y avait sept B-17 et un P-47 perdus à cause de l'action ennemie. Il s'agissait de la première mission de l'histoire de la 8e armée de l'air à être dirigée par un avion équipé d'un radar. Au lieu d'être enchaîné au sol comme à l'hiver 1942-1943, le 8th effectuera de nombreuses autres missions, établissant un record de combat au cours de l'hiver 1943-1944, toutes dirigées par les équipages du 482nd BG.

8th Army Air Force B-17 Waist Gunners scannent le ciel pour les bandits.

Faits opérationnels clés et dates du 482e groupe de bombes

Total sorties : 346
Tonnage total de bombes larguées : 496,7 tonnes
482e A/C MIA : 7
Revendications abattues par la climatisation ennemie : 27

482e décorations BG - (un total de 738 décorations ont été présentées au 482e personnel)

Étoile d'argent : 1
Croix de vol distinguées : 105
Grappes de feuilles de chêne à la Distinguished Flying Cross : 8
Médailles aériennes : 120
Amas de feuilles de chêne à la médaille de l'air : 485
Coeurs violets : 19

482e titre de gloire

• Seul le groupe de bombes américain formé en dehors des États-Unis
• Plates-formes de bombardement radar et aides à la navigation pionnières
• Premier B-17 au-dessus de Berlin – 4 mars 1944
• Ils ont dirigé – ils se sont battus – ils ont enseigné.

Principales cibles allemandes bombardées par le 482e groupe de bombardement

Brunswick : Dirigé 7 missions
Brême : A dirigé 6 missions
Francfort : Mené 6 missions
Berlin : Mené 5 missions
Munster : Mené 4 missions
Ludwigshave : a dirigé 4 missions

Alconbury - Base d'opérations

Ancienne tour de contrôle ou de guet d'Alconbury

Le 482e a mis en place des opérations à la station n° 102 de l'USAAF à Alconbury. Alconbury était une base de la RAF (Royal Air Force) et a été attribuée aux États-Unis en 1942. Elle avait trois pistes en béton qui se croisaient et mesuraient 50 mètres de large. Les pistes ont été agrandies en 1942, la principale à 6 000 pieds et les deux alternatives à 4 200 pieds chacune. Alconbury avait 56 hardstands au total pendant la Seconde Guerre mondiale. La base s'étendait sur environ 500 acres.

Alconbury, Station #102 Huntingtonshire, Angleterre.

Avant l'arrivée du 482e à l'automne 1943, la base abritait plusieurs autres groupes, dont le : Le 93e groupe de bombardement (de septembre 1942 à décembre 1942 – parfois connu sous le nom de « Cirque itinérant »). C'était le premier groupe opérationnel de bombes B-24 dans le 8e. Il a été déplacé à sa base à Norfolk.

Le 92e groupe de bombardement, connu sous le nom de "Fame's Favored Few" a déménagé de Bovingdon en décembre 1942 - août 1943. Le 95e BG a également été stationné à Alconbury pendant une courte période en 1943 (du 15 avril à la première semaine de juin) et c'est pendant leur séjour alors qu'ils chargeaient le 95th BG qu'un incident célèbre et tragique s'est produit à Alconbury. Le 27 mai 1943, vers 20 h 30, alors que le personnel au sol chargeait des bombes dans le B-17 Fortress 42-29685 dans la zone de dispersion, une bombe de 500 lb a explosé, provoquant plusieurs autres, tuant sur le coup 18 hommes, en blessant 21, détruisant quatre B-17 et en endommageant 11 autres.

La vie sur la base

Alconbury, comme la plupart des bases aériennes en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale, était chaude, humide, humide et froide. Cela dépendait juste de la saison.

Alconbury était situé dans une communauté agricole à environ 17 miles de Cambridge, en Angleterre. La vie militaire présentait ses défis quotidiens à tous ceux qui appelaient la base à la maison. Il y avait à la fois un club des officiers et un club des sous-officiers. Mais vous deviez payer votre cotisation.

Les conditions sur la base étaient surpeuplées. Il y avait un pub dans la ville d'Alconbury, donc la plupart du temps, si vous aviez la chance d'avoir un laissez-passer, les hommes se rendaient à Cambridge. Le problème avec les pubs en Angleterre était qu'à 21h50, le gérant du pub appelait "Time Gentlemen Time", ce qui signifie que le pub devait fermer pour la nuit. C'était terrible au début pour les jeunes aviateurs en congé. Sur la base, il y avait une équipe de base-ball, une équipe de base de football, de basket-ball et de boxe. Les danses de la Croix-Rouge étaient les plus attendues par tout le personnel de la base.

Photos de Alconbury

Le colonel Howard Turner félicite le lieutenant-colonel Bill Reid et les officiers supérieurs du 92e GT à Alconbury en juin 1943.

Paul Tibbets et l'Enola Gay

Par Stephen Sherman, novembre 2002. Mis à jour le 29 juin 2011.

La superforteresse B-29, Enola Gay, a grondé le long de la piste de Tinian, la base aérienne américaine avancée dans les Mariannes, aussi près que les bombardiers géants Boeing pouvaient s'approcher des îles japonaises. Lourdement chargé de la première bombe atomique opérationnelle au monde, le B-29 frissonna et trembla alors que ses quatre Wright Cyclones de 2 000 chevaux rugissaient. Son pilote, Paul Tibbets, a brièvement pensé aux récents crashs de B-29 sur Tinian, puis s'est concentré sur sa mission.

« Dimples Eight Two to North Tinian Tower. Prêt pour le décollage sur la piste Able », a-t-il envoyé par radio à la tour. Les Enola Gay pris de la vitesse, 75 MPH, 100, puis 125. Tibbets a maintenu l'avion sur la piste jusqu'à ce qu'il atteigne 155 MPH, puis est revenu sur le joug. Près de la fin de la piste de 8 500 pieds, le B-29 s'est élevé facilement et régulièrement dans les airs. Tibbets consulta sa montre, qui indiquait 2h45 du matin, le matin du 6 août 1945. En dix minutes, ils étaient au-dessus de Saipan, à une altitude de 4 700 pieds. Dans la nuit tropicale agréablement chaude, pendant le vol de treize heures, Tibbets et les autres membres d'équipage somnolaient par intermittence. Il est possible qu'il ait repensé à un autre jour d'été, en 1927, sur la piste de course Hialeah de Miami.

Jeunesse

Paul Tibbets est né le 23 février 1915, fils d'Enola Gay et de Paul Warfield Tibbets à Quincy, Illinois. Attirée par le boom foncier, la famille Tibbets a déménagé en Floride quand Paul avait neuf ans. En cette journée d'été mémorable, un pilote d'assaut, Doug Davis, a laissé Paul, 12 ans, monter dans son avion Waco 9 et lancer des friandises Baby Ruth à la foule de l'hippodrome de Hialeah et de Miami Beach. Tibbets a toujours fait remonter son intérêt pour l'aviation à ce jour. L'année suivante, en 1928, il entra à la Western Military Academy (WMA), où Butch O'Hare fréquenta en même temps. Ici, il a appris de nombreux rituels de la vie militaire, tels que le bizutage et les inspections de pièces où l'inspecteur était susceptible de frotter un gant blanc sur la plante de son pied et d'émettre un démérite pour "sols sales".

Il s'est inscrit à l'Université de Floride à Gainesville en 1933, plus ou moins pour suivre le plan de sa famille de poursuivre une carrière médicale. Avec cet objectif toujours en tête, il a été transféré à l'Université de Cincinnati après sa deuxième année, où il a continué à prendre des cours de pilotage. Après une introspection majeure et une conversation difficile avec son père, il a décidé que son cœur n'était pas dans la médecine, mais plutôt dans l'aviation.

À la suite de ce rêve, il a rejoint l'US Army Air Corps et a fait rapport à Randolph Field en 1937. Depuis ses années à la WMA, il était familier avec le bizutage, les inspections et d'autres exigences de la routine militaire. Il s'est entraîné sur des PT-3 et des BT-9, les entraîneurs standard de l'époque. Il est diplômé premier de sa classe, et contrairement à la plupart des autres pilotes de haut niveau, il n'a pas choisi la poursuite, mais plutôt le devoir d'observation multimoteur, car il pensait que l'observation lui offrirait plus d'indépendance. De 1938 à 1940, alors qu'il était à Fort Benning, il a piloté des avions d'observation O-46 et O-47 et des bombardiers B-10.

Ici, il a rencontré George Patton, alors lieutenant-colonel, et destiné à devenir le général de char de renommée mondiale pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que Tibbets n'était qu'un modeste sous-lieutenant, ils ont fait du tir au skeet ensemble. Patton était un compétiteur féroce et « a crié de fureur » lors des quelques quarts qu'il a perdus face à Tibbets.

Tibbets a appris une toute nouvelle approche du pilotage en 1941, lorsqu'il a commencé à piloter le nouveau bombardier d'attaque de l'armée de terre, le A-20. Alors que les bombardiers précédents se réfugiaient en altitude, le développement du radar et la mission de l'A-20 obligeaient les pilotes de l'A-20 à voler sur le pont, à à peine 100 pieds du sol. Il survolait le ciel de Géorgie, écoutant une station de radio commerciale, lorsqu'il a entendu la nouvelle de l'attaque de Pearl Harbor. Les États-Unis étaient en guerre ! Au milieu de l'évolution rapide des priorités du début de 1942, Tibbets (maintenant capitaine) s'est retrouvé dans un escadron de B-18 destiné à la lutte anti-sous-marine au-dessus de l'Atlantique. Il est rapidement transféré au quadrimoteur B-17 Flying Fortress, en tant que commandant du 40th Squadron du 97th Bomb Group (Heavy).

Voler des B-17 au-dessus de l'Europe

À l'été 1942, lui et le 97e ont piloté leurs B-17 pour la guerre : décollant de Bangor, Maine, s'arrêtant au Labrador, au Groenland et en Islande en route vers leur nouvelle base à Polebrook. Le 97th BG a servi de modèle au célèbre film Douze heures haute Tibbets, en tant que major laissé en charge du groupe, a même été représenté dans le film. Armstrong, le nouveau commandant du 97e, nomma Tibbets son XO.

La première mission était prévue pour le 9 août, mais une semaine de pluie l'a retardée et a accru la tension déjà considérable des équipages.

Le 17 août 1942, il pilote le B-17 Boucherie lors du premier bombardement de jour par une escadre américaine sur l'Europe occupée par les Allemands. Ce matin-là, le général Spaatz et divers cuivres britanniques ont assisté au décollage. 18 bombardiers ont effectué cette mission, la première des plus de 300 000 sorties de bombardiers que la huitième force aérienne effectuerait. Le général de brigade Ira Eaker, chef du VIII Bomber Command, a également effectué cette mission dans le Yankee Doodle et a reçu le crédit officiel pour l'avoir "dirigé". Ils décollent juste après midi, grimpent à 23 000 pieds et se dirigent vers Rouen et Buddicum, fortement escortés par des Spitfires de la RAF. Trois avions transportaient 1 100 livres destinés aux gares de triage de Rouen, neuf autres avions transportaient des bombes de 600 livres pour les ateliers de réparation de Buddicum. En kilométrage, c'était une mission courte. Les bombardiers ont touché des ateliers de réparation de trains près de Rouen et tous sont revenus sains et saufs.

Au cours des mois suivants, ils effectuèrent de fréquentes missions et continuèrent à s'entraîner intensivement en Angleterre, s'entraînant au tir au-dessus du Wash. Tibbets. Se souvenant de ses jours à nettoyer le canon à la WMA, il a insisté pour que ses équipages démontent leurs mitrailleuses, les lavent soigneusement, puis frottent légèrement chaque partie de l'arme avec de l'huile pour armes à feu, réduisant ainsi le risque de gel ou de blocage des armes à 20 000 pieds.

À la fin de 1942, alors que les Américains se préparaient à l'opération "Torch", l'invasion de l'Afrique du Nord, Tibbets fut appelé à envoyer le général Mark Clark en mission secrète pour rencontrer le commandant français à Alger. Voler le Gremlin rouge, il a emmené le général Clark à Gibraltar, où un sous-marin a récupéré le général et l'a amené en Algérie. La mission de Clark a été couronnée de succès de nombreuses unités françaises ont coopéré avec les forces de débarquement alliées. Apparemment, les cuivres ont été impressionnés par les compétences de transport général de Tibbets le 5 novembre, elle a fait voler le général Eisenhower d'Angleterre à Gibraltar. L'avion étant encombré d'officiers d'état-major, Ike s'est assis sur un deux-par-quatre installé à la hâte dans le cockpit, afin qu'il puisse avoir une vue du pilote sur le vol, qui s'est déroulé sans heurts.

Afrique du Nord

La superforteresse B-29

En septembre 1944, il se présenta à Colorado Springs pour une mission top secrète : organiser un groupe de bombardement pour livrer la bombe atomique. Après un entretien personnel détaillé, il a été présenté au général Uzal Ent et au professeur Norman Ramsey, qui lui ont expliqué le projet. La force Tibbets, le 509e groupe composite, comprenait 15 B-29 et 1 800 hommes. Le 509th s'est installé à Wendover, dans l'Utah, comme base. En raison de son emplacement éloigné, il était idéal pour la sécurité. De son ancien équipage de B-17 en Europe, il a sélectionné Tom Ferebee (bombardier), Sgt. George Caron (mitrailleur de queue), Dutch Van Kirk (navigateur) et Sgt. Wyatt Duzenberry (ingénieur de vol). Ces hommes ont été affectés à l'avion de Tibbets. Bob Lewis a volé en tant que copilote. Comme Tibbets pouvait se procurer tous les hommes et tous les avions dont il avait besoin, le 509th s'est rapidement rempli et l'ensemble de l'organisation était terminé en décembre 1944.

Le principal défi serait de larguer la bombe atomique, sans que l'onde de choc ne détruise le B-29. Les scientifiques ont estimé qu'un B-29 pourrait survivre à l'onde de choc à une distance de huit milles. Volant à 31 000 pieds, le B-29 serait déjà à six milles dans les airs. Pour gagner la distance supplémentaire, Tibbetts a déterminé qu'un virage serré de 155 degrés serait la meilleure manœuvre. En moins de 2 minutes, le B-29 inverserait sa direction et volerait sur cinq milles. Un autre défi consistait à naviguer sur l'eau et à atterrir, la transition pouvait être désorientante. Tibbets et ses hommes se sont donc entraînés à cette navigation à Cuba. L'exercice d'entraînement à Cuba lui a donné l'occasion de faire voler sa mère, Enola Gay Tibbets, dans un avion de transport C-54 pour lui rendre visite, survivant et même profitant d'un vol turbulent, avec le feu de Saint-Elme.

Tinian - 509ème Groupe Composite

Le 26 juillet, le croiseur Indianapolis a jeté l'ancre au large de Tinian et a déchargé une caisse en bois de 15 pieds. À l'intérieur se trouvait la bombe atomique, complète à l'exception d'une deuxième limace d'uranium qu'un B-29 a livrée plus tard. Ayant livré sa charge sans incident, Indianapolis se dirigea vers les Philippines. Bien que les rapports de renseignement aient assuré au capitaine Charles McVay que la route de Guam à Leyte était sûre, il y avait des sous-marins japonais actifs dans la région. Quatre jours après avoir quitté Tinian, Indianapolis a été coulé par un sous-marin japonais.

La mission

Début août 1945, les plans de la première mission atomique étaient établis. Sept superforteresses de Boeing y participeraient, dont la principale, une réserve, un avion photo, une avec des instruments scientifiques pour mesurer l'explosion et trois autres qui éclaireraient l'avant. Le bombardement serait visuel plutôt que radar. Les villes cibles possibles comprenaient Hiroshima, Kokura, Niigata et Nagasaki. Jusqu'à cette époque, le propre avion de Tibbets était simplement le numéro 82, quand il a décidé de le nommer Enola Gay, après sa mère aimante et confiante.

Douze hommes étaient à bord de l'avion :

  • Capitaine Robert Lewis - copilote
  • Le major Thomas Ferebee - bombardier
  • Capt Theodore Van Kirk - navigateur
  • Lt. Jacob Beser - contre-mesures radar
  • Capitaine William "Deak" Parsons - armurier
  • 2e lieutenant Maurice Jeppson - assistant armurier
  • Sgt. Joe Stiborik - radar
  • Le sergent-chef. George Caron - mitrailleur de queue
  • Sgt. Robert Shumard - asst. mécanicien de bord
  • Pfc. Richard Nelson - radio
  • Le sergent technique. Wayne Duzenberry - ingénieur de vol

Montré sur la photo ci-dessus. Debout : le lieutenant Jeppson, le capitaine Lewis, le général Davies, le colonel Tibbets, le major Ferebee, le capitaine Parsons. À genoux : S/Sgt Duzenbury, Sgt Stiborik, Major Van Kirk, S/Sgt Caron, Sgt Shumard, PFC Nelson. (Le général Davies, le commandant, ne faisait pas partie de l'équipage de conduite.)

Ils ont eu le mot dimanche matin, le 5 août. Les conditions étaient réunies et le lendemain serait le jour. À la dernière minute, il a été décidé de terminer l'assemblage final de la bombe en vol, éliminant ainsi le risque d'explosion si Enola Gay s'est écrasé au décollage. Le capitaine de vaisseau Deak Parsons, qui s'était auparavant opposé à cette idée, l'a maintenant suggérée et a persuadé l'équipe qu'il pouvait effectuer l'assemblage difficile dans la soute à bombes exiguë du B-29.

Ils ont chargé la bombe dans le Enola Gay cet après-midi. "Little Boy" mesurait 12 pieds de long et 28 pouces de diamètre - plus gros que n'importe quelle bombe que Tibbetts avait jamais vue. Sa puissance explosive équivalait à 20 000 tonnes de TNT, soit à peu près autant que deux mille superforteresses pouvaient transporter - le tout dans une seule bombe pesant environ 9 000 livres. Deak Parsons a pratiqué le délicat processus d'armement. Cette nuit-là, l'équipage a été informé, pour la première fois, de la nature de leur arme - une bombe atomique.

Vol de l'Enola Gay

Chuck Sweeney, avec les instruments scientifiques du Grand artiste, suivrait de près celui de Tibbets, doublant son virage en épingle à cheveux. L'avion photo de George Marquardt resterait loin derrière, hors de portée de l'onde de choc. Les trois avions météo, celui de Claude Etherley Détroit, John Wilson Jabbitt III, et Ralph Taylor Full house, décollerait une heure à l'avance, pour repérer les villes cibles désignées. Chaque membre d'équipage portait un pistolet de service standard. Tibbets transportait suffisamment de capsules de cyanure pour tous. They started engines at 2:30 AM on the morning of August 6, 1945. Three hours after takeoff, they flew over Iwo Jima at dawn, where 5,500 Americans and 25,000 Japanese had died, so that the USAAF could use Iwo as an emergency landing field. They adjusted course and headed northwest. At 7:30, Deak Parsons completed his adjustments the atomic bomb was live. They climbed slowly to their bombing altitude of 30,700 feet.

At 8:30 they received the coded message from Etherley's Strait Flush, flying over Hiroshima, "Y-3, Q-3, B-2, C-1." The message meant that cloud cover over Hiroshima, the primary target, was less than three-tenths. Tibbets gave the word to his crew, "It's Hiroshima." As they reached the coastline of Japan, no interceptors challenged them the Japanese had become indifferent to small groups of B-29s. They crossed Shikoku and the Iyo Sea.

Hiroshima

They looked down at the city below. The other crewmen verified that it was indeed Hiroshima. They spotted the Initial Point, or I.P. They turned and headed almost due west. Tom Ferebee peered into his Norden bombsight, and cranked in the information to correct for the south wind. Tibbets reminded the crew to put on their heavy dark Polaroid goggles, to shield their eyes from the blinding blast. It had been calculated to have the intensity of ten suns. They easily spotted the distinctive T-shaped bridge that was their primary. 90 seconds before drop, he turned the controls over to Tom Ferebee, the bombardier. At 9:15AM (8:15 Hiroshima time), they dropped "Little Boy" and made a 155 degree diving turn to the right. Unable to fly the plane with the dark goggles, they shoved them aside.

The Atomic Bomb

43 seconds later, a tingling in Tibbets' teeth told him of the Hiroshima explosion: the bomb's radioactive forces interacting with his fillings. The bomb exploded at 1890 feet above the ground. Bob Caron, the tail gunner was the only crew member to see the fireball. Even wearing the goggles, he thought he was blinded. The plane raced away, while the shockwave from the explosion raced toward them at 1,100 feet per second. When the shockwave hit, it felt like a near-miss from flak. The mushroom cloud boiled up, 45,000 feet high, three miles above them, and it was still rising. They flew away, shocked and horrified at the sight below. The city had completely disappeared under a blanket of smoke and fire. They radioed back to headquarters that the primary target had been bombed visually with good results.

The mushroom cloud over Hiroshima was visible for an hour and a half as they flew southward back to Tinian. The crew talked about the effect of the atomic bomb on the war. They thought that perhaps the Japs would "throw in the sponge" even before they landed. Twelve hours after they had taken off, Tibbets and the crew of the Enola Gay touched down, to be greeted by all the military brass that could be mustered: General Carl Spaatz, commander of the Strategic Air Force General Nathan Twining, chief of the Marianas Air Force General Thomas F. Farrell and Rear Admiral W.R.E. Purnell, both with the atomic development project and General John Davies, 313th Wing Commander. Spaatz pinned a Distinguished Service Cross on Tibbets as he descended from the plane.

After the welcoming formalities, they were debriefed and given a quick medical checkup. The interviewers were skeptical of their accounts of the blast. The news of the atomic bomb was promptly announced to the world. The Japanese were given an ultimatum, to accept the Potsdam call for unconditional surrender, or face further atomic attacks. Three days later, Chuck Sweeney , in Bock's Car, dropped the second atomic bomb on Nagasaki.

After the War

Sources

Morrison's memoir merges his own story as a former B-29 bombardier and the operational history of the B-29 Superfortress. Plagued by potentially catastrophic problems, notably including engine fires, from the beginning, the plane was rushed into combat well before it was debugged because of the desperate need to launch a strategic bombing campaign against Japan. Morrison helped train early B-29 crews, flew with them in combat from supply-starved Chinese bases, and finally participated in the campaign carried out from the Marianas by the Twentieth Air Force.


How H2X "Mickey" – Got its name

This is the story of Major Fred Rabo and "Mickey Mouse". My late father wrote the following article in 2002 after many years of research and personal meetings with Fred. My father was an 8th Air Force combat veteran and B-17 crewman assigned to the 482nd Bomb Group. He was assigned to the 813th Bomb Squadron. With my father’s passing in 2006, I had always wanted to have this article published for him, Fred Rabo, "Mickey" and all those 8th Air Force "Mickey Operators" of WWII. "Mickey" was the name that became synonymous with USAAF "H2X" radar platform. "Mickey" was developed at the Massachusetts Institute of Technology Radiation Laboratory in Cambridge, Mass.

Major Fred A. Rabo USAAF
(Courtesy Rabo Family)

This was the "TOP SECRET" U.S. project that involved American's first development and deployment of aircraft equipped with Air to Ground Radar. One of the greatest claims of the Eighth Air Force is that neither enemy fighters nor enemy flak ever turned back a single mission. The same could not be said of European weather. Many missions were scrubbed, aborted or recalled because of the poor weather conditions en route or over the target area. In late 1943, "Mickey" was about to change that. The man who coined the name "Mickey" was the late Lt. Col Fred Rabo, 812th Bomb Squadron Commander and one of the key figures in the deployment of the 482nd Pathfinder Bomb Group. This is their story.

In 1942 and 1943, it became evident that a major problem in completing 8th Bomber Command missions to Europe successfully were the poor weather conditions existing over England and Europe, especially in the winter months. Before WWII started, Gen. Hap Arnold had stated that the U.S. Army Air Corps needed a way to carry out bombing missions in bad weather conditions. Gen. Ira C. Eaker, CO of the Eighth, also recognized this need, and was undoubtedly influenced by RAF leaders with whom he was working closely on the aerial war against Germany. The RAF, who earlier on had faced the same weather problems, had developed radio beam and radar as navigational aids in overcoming these problems. One member of the original 8th Bomber Command cadre that accompanied Gen. Eaker to England, who took up the challenge of finding an answer to the weather problem was Lt. Col. William S. Cowart, Jr., who in mid-1943, journeyed to Washington, D.C., and laid out his plans for a new USAAF Pathfinder group to be established in England. The top brass of the USAAF approved Col. Cowart's plan, and subsequently the 482nd Bomb Group (Pathfinder) was established at Station 102, Alconbury, England on Aug. 20, 1943 with the objective of leading bombardment missions of the Eighth Bomber Command to Europe by the use of radio beam and radar equipment. The 482nd was the only bomb group in the Eighth Air Force to be formed outside of the U.S. in WWII.

Fred Rabo was transferred to assist Col. Cowart in his efforts to establish a pathfinder group. Fred accompanied Col. Cowart back to the U.S. in 1943 to obtain B-17s equipped with the new version of radar developed at the M.I.T. Radiation Laboratory, as a modification of the radar (H2S) being used by the RAF in their bombing missions. The M.I.T. radar was known as H2X (AN/APS-15 for the production model). When Fred first saw the B-17's equipped with the hand-built retractable H2X units under the nose of the aircraft at Grenier Field, New Hampshire, he was simply heard to say "that radome looks, Mickey Mouse".

The nickname stuck and subsequently, it was shortened to "Mickey". Throughout the remainder of WWII, H2X radar units were commonly referred to as Mickey units. H2X operators were referred to as "Mickey Operators".

B-17 #23511 equipped with the first hand built H2X set positioned under the nose behind the chin turret
(Courtesy USAAF via Roger Freeman) Close up view of the H2X Mickey Radome it retracted into the nose, later H2X units replaced the ball turret on H2X equipped ships
(Courtesy USAAF via Roger Freeman)

Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Dobodura Airfield, or more accurately a complex of airfields, was located in Australian Papua in western New Guinea island. It was built by US Army Air Forces between Dec 1942 and early 1943. A total of 15 airstrips were in place at the height of the base's use during WW2, with the airstrips east of the town of Dobodura housing the main facilities. Aside from being the home of several bomber and fighter squadrons, Dobodura was also used to receive war material, including heavy field guns, to support the Allied over-land campaign on New Guinea island. After the war, all but one airstrip was abandoned. Today, the former Dobodura No. 7 "Kenney" airstrip is being used by the civilian Girua Airport.

ww2dbase Sources:
pacificwrecks.com
Wikipedia

Last Major Update: Oct 2014

Dobodura Airfield Interactive Map

Dobodura Airfield Timeline

26 décembre 1942 Des avions japonais de Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, ont attaqué l'aérodrome de Dobodura en Papouasie australienne, causant des dommages minimes.
6 Mar 1943 The headquarters of USAAF 49th Fighter Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
10 Apr 1943 8th Bomb Squadron (flying A-20 aircraft) of USAAF 3rd Bombardment Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
11 Apr 1943 73 Zero fighters and 27 D3A carrier dive bombers attacked Oro Bay near Dobodura, Australian Papua, sinking 1 US cargo ship, sinking 1 US destroyer, damaging 1 transport, and damaging 1 Australian minesweeper.
15 Apr 1943 7th Fighter Squadron and 8th Fighter Squadron (both flying P-40 aircraft) of USAAF 49th Fighter Group were transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
30 Apr 1943 In Australian Papua, US 90th Squadron moved from Port Moresby to Dobodura Airfield to the northeast.
9 May 1943 89th Bomb Squadron (flying A-20 aircraft) of USAAF 3rd Bombardment Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
15 May 1943 432nd Fighter Squadron (flying P-38 aicraft) of USAAF 475th Fighter Group was transferred to Dobodura No. 15 airstrip of Dobodura Airfield, Australian Papua.
20 May 1943 The headquarters of USAAF 3rd Bombardment Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
21 May 1943 90th Bomb Squadron (flying B-25 aircraft) of USAAF 3rd Bombardment Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
23 May 1943 13th Bomb Squadron (flying B-25 aircraft) of USAAF 3rd Bombardment Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
11 Jul 1943 19th Bomb Squadron (flying B-25 and B-26 aircraft) of USAAF 22nd Bomb Group was transferred to Dobodura Airfield, Australian Papua.
12 Jul 1943 432nd Fighter Squadron (flying P-38 aicraft) of USAAF 475th Fighter Group was out of Dobodura No. 15 airstrip of Dobodura Airfield, Australian Papua.
14 Aug 1943 433rd Fighter Squadron (flying P-38 aicraft) and the headquarters unit of USAAF 475th Fighter Group was transferred to Dobodura Airfield, Australian Papua.
19 Aug 1943 The headquarters of USAAF 375th Troop Carrier Group was transferred to Dobodura Airfield, Australian Papua.
30 Aug 1943 8th Fighter Squadron (both flying P-40 aircraft) of USAAF 49th Fighter Group was transferred out of Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
28 Sep 1943 Edmund Herring and his staff officers R. B. Sutherland and R. Bierwirth boarded a USAAF B-25 bomber at Dobodura Airfield on New Guinea island for transport to Milne Bay. The undercarriage of the aircraft collapsed during takeoff, causing the propeller to break pieces off of the Marston Mat Sutherland was struck and killed by one such piece.
3 Oct 1943 433rd Fighter Squadron (flying P-38 aicraft) of USAAF 475th Fighter Group was out of Dobodura No. 11 airstrip of Dobodura Airfield, Australian Papua.
9 Oct 1943 Japanese aircraft attacked the Dobodura Airfield in Australian Papua, setting oil dumps on fire. On the same day, 2nd Bomb Squadron (flying B-25 and B-26 aircraft) of USAAF 22nd Bomb Group was transferred to Dobodura.
11 Oct 1943 13 Beaufighter aircraft of 30 Squadron RAAF from Goodenough Island and 2 squadrons of US 38th Bomb Group arrived at Dobodura Airfield in Australian Squadron in preparation of a planned strike on Rabaul, New Britain on the next day.
15 Oct 1943 33rd Bomb Squadron and 408th Bomb Squadron (both flying B-25 aircraft) of USAAF 22nd Bomb Group were transferred from Australia to Dobodura Airfield, Australian Papua.
17 Oct 1943 56 A6M fighters attacked Dobodura Airfield and Oro Bay in Australian Papua 43 P-38 and 3 P-40 fighters rose to defend. The Japanese lost 8 A6M fighters and the Americans lost 4 P-38 and 1 P-40 fighters.
29 Oct 1943 63rd Bomb Sauadron (flying B-24 aircraft) of USAAF 43rd Bomb Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
16 Nov 1943 7th Fighter Squadron (both flying P-40 aircraft) of USAAF 49th Fighter Group was transferred out of Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
20 Nov 1943 The headquarters of USAAF 49th Fighter Group was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
22 Nov 1943 418th Night Fighter Squadron (flying P-61 aircraft) of USAAF V Fighter Command was transferred from Milne Bay to Dobodura Airfield, Australian Papua.
1 Dec 1943 319th, 320th, 321st, and 400th Bomb Squadrons (all flying B-24 aircraft) of USAAF 90th Bomb Group were transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
10 Dec 1943 64th Bomb Squadron (flying B-24 aircraft) of USAAF 43rd Bomb Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
11 Dec 1943 65th Bomb Squadron (flying B-24 aircraft) of USAAF 43rd Bomb Group and 80th Fighter Squadron (flying P-38 aircraft) of USAAF 8th Fighter Group were transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
13 Dec 1943 403rd Bomb Squadron (flying B-24 aircraft) of USAAF 43rd Bomb Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
16 Dec 1943 The 9th Fighter Squadron (flying P-47 aircraft) of USAAF 49th Fighter Group was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
19 Dec 1943 2nd Bomb Squadron (flying B-25 and B-26 aircraft) of USAAF 22nd Bomb Group and the headquarters of USAAF 375th Troop Carrier Group were transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
23 Dec 1943 501st Bomb Squadron of USAAF 345th Bomb Group was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
28 Dec 1943 69th, 310th, and 311th Fighter Squadrons (all flying P-47 aircraft) of USAAF 58th Fighter Group were transferred from Brisbane, Australia to Dobodura Airfield, Australian Papua.
1 Jan 1944 500th Bomb Squadron (flying B-25 aircraft) of USAAF 345th Bomb Group was transferred from Port Moresby to Dobodura Airfield, Australian Papua.
3 Feb 1944 673rd Bomb Squadron (flying A-20 aircraft) of USAAF 417th Bomb Group was transferred from Cape Sudest Airfield to Dobodura Airfield, Australian Papua.
4 Feb 1944 672nd, 674th, and 675th Bomb Squadrons (all flying A-20 aircraft) of USAAF 417th Bomb Group were transferred from Cape Sudest Airfield to Dobodura Airfield, Australian Papua.
7 Feb 1944 The headquarters of USAAF 417th Bomb Group was transferred from Cape Sudest Airfield to Dobodura Airfield, Australian Papua.
28 Feb 1944 80th Fighter Squadron (flying P-38 aircraft) of USAAF 80th Fighter Group was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
24 Mar 1944 The headquarters of USAAF 475th Fighter Group was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.
28 Mar 1944 418th Night Fighter Squadron (flying P-61 aircraft) of USAAF V Fighter Command was transferred out of Dobodura Airfield, Australian Papua.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.


Voir la vidéo: bombardement de la frégate HMS Ardent.