Pot de poterie d'époque hellénistique

Pot de poterie d'époque hellénistique


L'artiste asservi dont la poterie était un acte de résistance

Les pots poétiques de David Drake établissent des records aux enchères et sont présentés dans les musées d'art, mettant en valeur le talent artistique des esclaves afro-américains.

Le pot de rangement marron moucheté a l'air humble, voire chaleureux, de loin - quelque chose que vous pourriez trouver sur un porche arrière dans le sud. Approchez-vous et vous verrez les coulées sauvages de glaçure alcaline de haut en bas de la surface, et quelques marques révélatrices de l'artiste connu sous le nom de Dave le potier ou David Drake, qui a fabriqué de puissantes poteries en grès dans le district d'Edgefield en Caroline du Sud alors qu'il était asservi par différents propriétaires .

Au fond du pot se trouvent trois marques qui ressemblent à des empreintes digitales, où quelqu'un – peut-être Drake – a trempé le pot dans de la glaçure. Sur l'épaule court un mot que Drake a inscrit, avec un bâton aiguisé ou un outil similaire : « catination », une variante de la caténation, l'état d'être attaché ou enchaîné. Tout aussi remarquable, disent les experts, c'est que le pot est daté du «12 avril 1836», deux ans après que la Caroline du Sud a adopté une loi anti-alphabétisation particulièrement punitive conçue pour empêcher les esclaves d'écrire, faisant de ce seul mot un acte extraordinaire de résistance ou de défi. par Drake.

Il ne mesure pas tout à fait 15 pouces de hauteur, mais ce pot indique les réalisations artistiques des Afro-Américains asservis et l'effacement persistant de leur travail des institutions culturelles américaines pendant près de 300 ans.

Ainsi, lorsque le pot a été mis en vente en novembre chez Brunk Auctions à Asheville, en Caroline du Nord, les musées d'art de tout le pays ont prêté attention. L'estimation était de 40 000 $ à 60 000 $. Mais les musées concurrents ont poussé le prix à 369 000 $ avec la prime de l'acheteur, établissant un record mondial d'enchères pour le travail de David Drake et clôturant une année d'achats institutionnels majeurs de sa poterie distinctive.

En 2020, les acheteurs comprenaient les musées des beaux-arts de San Francisco, le Saint Louis Art Museum, l'Art Institute of Chicago et le Metropolitan Museum of Art, ainsi que le musée international afro-américain plus historique, actuellement en construction à Charleston, SC. À une époque où les dirigeants de musées sont à la fois très motivés et fortement contraints de repenser les préjugés raciaux intégrés à leurs collections, acquérir et présenter le travail extraordinaire de Drake offre un moyen dramatique de le faire, tout en offrant une fenêtre sur l'histoire de l'esclavage.

Timothy Burgard, conservateur en charge de l'art américain aux Beaux-Arts, qui a fait l'enchère gagnante pour le pot de « catination », a qualifié ces acquisitions de « tournant » dans les histoires que les musées d'art américains racontent sur l'esclavage. Il prévoit d'installer le pot bien en vue dans une galerie de l'époque de la guerre civile au musée de Young d'ici le 1er juillet, "en centrant symboliquement la question du système d'esclavage, qui a historiquement été minimisé et marginalisé par les musées".

Selon le commissaire-priseur Andrew Brunk, « il ne fait aucun doute que les institutions dirigent ce marché en ce moment ». Il a décrit la demande de pots contenant des écrits de Drake - allant d'un mot à des poèmes courts mais expressifs - comme particulièrement forte.

Ces inscriptions aident à raconter l'histoire de David Drake lorsque de nombreuses informations biographiques manquent. À en juger par les registres du recensement, Drake est probablement né en 1801 et décédé dans les années 1870. Les dossiers d'enchères montrent qu'il avait plusieurs esclavagistes dans la région d'Edgefield et qu'il a été utilisé au moins une fois comme garantie pour un prêt. Un registre de vote indique qu'il a adopté le nom de Drake après l'émancipation, reprenant le nom de famille de son premier propriétaire. Mais sa biographie comporte encore des lacunes importantes. On ne sait pas qui l'a entraîné au tour de potier. (Il a également fabriqué des pots à la main en utilisant la technique de la bobine.) Et il n'y a pas de consensus sur la façon dont il a appris à lire et à écrire.

Ce que l'on sait, c'est qu'il a fabriqué de nombreux pots en grès à vendre, certains aussi grands que 40 gallons, qui ont démontré sa force physique et sa virtuosité avec de l'argile et ont signé son nom, "Dave", sur plus de 100. Il a écrit des vers ou des dictons sur à au moins 40 qui ont survécu.

Ensemble, ces pots à poèmes, comme on les appelle, constituent une sorte de journal intime, offrant une voix différente des récits d'esclaves qui dominent la littérature noire de cette période. Certains, comme le bocal récemment acquis par le Met, ou celui qui appartient au Philadelphia Museum of Art depuis 1997, décrivent la fonction des pots ou se vantent de la quantité de bœuf ou de porc qu'ils pouvaient contenir. D'autres partagent des messages religieux ou des mots d'esprit. Un poème de 1857 dit: "J'ai fait ce pot pour de l'argent -/bien qu'il s'appelle - lucre trash." Un autre, daté de 1854, dit : « Lm dit que cette poignée/va craquer ». Les chercheurs ont établi que les initiales faisaient référence à l'un de ses propriétaires, Lewis Miles, qui dirigeait la manufacture de Stony Bluff, fabriquant de la poterie à l'aide d'esclaves. Et dans la réprimande ultime du fabricant, la poignée reste intacte aujourd'hui.

D'autres vers peuvent être lus contre les bouleversements politiques de l'époque. « J'ai fait ce pot, tout en croix / Si vous ne vous repentez pas, vous serez perdu » était daté du 3 mai 1862, environ un an après le début de la guerre civile.

L'inscription la plus déchirante commence par "Je me demande où est toute ma relation". Le pot, au Greenville County Museum of Art en Caroline du Sud, est daté du 16 août 1857, plusieurs années après qu'une femme esclave de sa maison nommée Lydia, et ses deux fils, aient été envoyés en Louisiane, selon Leonard Todd's 2008 livre "Carolina Clay: La vie et la légende de l'esclave Potter Dave." On ne sait pas si Lydia était sa femme.

Bien que loué pour ses recherches originales, le livre de Todd a également été critiqué pour ses fréquentes spéculations qui jettent un éclairage favorable sur les esclavagistes de Drake – dont certains étaient les ancêtres de Todd. Par exemple, Todd a raconté une histoire, transmise depuis des générations mais débattue par des experts, selon laquelle Drake a perdu une jambe après s'être endormi sur la voie ferrée une nuit parce qu'il avait trop bu.

Jason Young, professeur agrégé d'histoire à l'Université du Michigan et spécialisé dans la religion et la culture afro-américaine, trouve ce récit peu fiable. « Ce que nous savons sur l'esclavage et le handicap, c'est qu'il y avait un grand nombre d'esclaves africains qui se sont retrouvés handicapés soit à cause de régimes de travail dangereux sous lesquels ils vivaient, soit parce que c'était une forme de punition populaire de prendre un pied ou une jambe en réponse à certains infraction », a déclaré Young dans une interview.

Il s'est associé à Adrienne Spinozzi, conservatrice adjointe de recherche au Metropolitan Museum of Art de New York, et Ethan Lasser, responsable du département Art of the Americas au Museum of Fine Arts de Boston, pour organiser une exposition itinérante sur l'héritage de l'Afrique Des potiers américains d'Edgefield qui présenteront une douzaine de pots de Drake et ouvriront au Met en septembre 2022. Alors que les petits musées du Sud, parmi lesquels le Charleston Museum et le Greenville County Museum of Art, possèdent depuis longtemps la poterie de Drake - le prochain sera le premier du genre à New York et à Boston.

Lasser a découvert le travail de Drake pour la première fois lorsqu'il a organisé « To Speculate Darkly », une exposition en 2010 au Milwaukee Museum of Art de l'artiste de Chicago Theaster Gates, inspirée de la poterie de Drake. Frustré par les récits parfois joyeux de Todd, Gates a cherché à « amplifier » le travail de Drake, comme l'a dit l'artiste, à travers ses propres pots et sa musique, y compris un cantique que Gates a composé pour une chorale de gospel. (L'une des œuvres de Gates contenait le dicton décidément peu ensoleillé : « Salope, j'ai fait ce pot. »)

Lasser a déclaré qu'éviter les spéculations sur la vie du potier est l'un des objectifs du nouveau spectacle. "L'une des choses que nous essayons de repousser est de lire son travail en termes de bienveillance de ses esclavagistes, en supposant que son propriétaire lui a appris à écrire ou lui a donné la permission", a-t-il déclaré. "Il y a un risque que son histoire devienne un tonique à la cruauté de l'esclavage."

Un autre objectif de l'exposition est de comprendre comment l'utilisation de la main-d'œuvre esclave a soutenu l'activité rapide et à volume élevé des manufactures de céramique du XIXe siècle dans la région d'Edgefield, célèbre pour ses riches argiles rouges et blanches et ses glaçures alcalines brillantes. En 2011, des archéologues y ont fouillé un four partiellement enterré, sur un site connu sous le nom de Pottersville. Ils s'attendaient à ce que le four mesure environ 25 pieds de long. Il s'est avéré être 105 pieds.

"La découverte d'un four à cette échelle nous a amenés à repenser notre compréhension de la poterie Edgefield", a déclaré Spinozzi, le conservateur du Met. "Ce n'était pas une petite opération dans le jardin de quelqu'un, mais une entreprise massive, impliquant de nombreuses personnes." Les chercheurs y voient un exemple relativement rare aux États-Unis d'« esclavage industriel », qui a eu lieu dans des industries telles que l'exploitation minière ou la fabrication de biens domestiques destinés à la consommation, par rapport au modèle agricole plus familier associé aux plantations de coton et de tabac.

Spinozzi et ses collègues font actuellement des recherches sur les contemporains de Drake, y compris un potier esclave nommé Harry qui a également signé son nom sur des pots. (La maison de vente aux enchères Crocker Farm a vendu un pot d'environ 1840 signé par "Harry" en avril pour 120 000 $ à un collectionneur privé.)

La plupart des conservateurs ont renoncé au surnom de « Dave le potier » au profit de David Drake. Tout en reconnaissant que le nom de famille "Drake" pourrait également être problématique car il vient de son premier esclavagiste, Burgard, le conservateur des Beaux-Arts de San Francisco, a déclaré que c'était "le choix qu'il a fait lors de son inscription pour voter et c'est dans le recensement enregistrements. Que quiconque l'appelle par son prénom alors que l'effacement de l'identité dans l'esclavage est si horrible semble irrespectueux.

Cet effacement biographique est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les musées qui cherchent à exposer des œuvres d'artistes asservis. Un autre est le mépris de longue date du monde de l'art pour les objets fonctionnels du quotidien.

Le Dr Tonya Matthews, directrice générale du musée international afro-américain, a déclaré que son musée prévoyait de montrer le travail de Drake aux côtés d'objets tels que des paniers de foin d'odeur dans le but d'aider à "démanteler ce mythe de longue date selon lequel les esclaves n'ont pas de compétences".

Burgard, le conservateur de San Francisco, a déclaré que les pots de Drake plaident également en faveur des musées des beaux-arts pour qu'ils reconnaissent l'importance des objets fonctionnels et utilitaires.

"Si vous ne faites pas attention à ces objets, vous n'embrasserez jamais de manière adéquate l'histoire des femmes artistes, des artistes de couleur ou des artistes asservis, car vous devez regarder ce qu'elles ont été" autorisées "à faire", a-t-il déclaré. . « Il faut regarder les pots, il faut regarder les courtepointes, il faut regarder les belles ferronneries sur les balcons de la Nouvelle-Orléans.

« Combien de bâtiments, de meubles et de pots en céramique ont été construits par des gens qui ont été réduits en esclavage ? Probablement des millions, mais personne n'a enregistré leurs noms.

Où voir d'importantes poteries en grès réalisées par David Drake

Boston Musée des Beaux-Arts, Boston, Galerie 237.

Charleston Le musée de Charleston, dans le premier hall du musée.

Chicago Art Institute of Chicago, qui sera installé cet hiver.

Greenville, S.C. Greenville County Museum of Art, à voir lors de sa réouverture cet hiver.

New York Metropolitan Museum of Art, aile américaine, galerie 762.

crême Philadelphia Musée d'art de Philadelphie, Galerie 216.

San Francisco de Young Museum, Galerie 23, pot « Catination » à l'affiche à partir du 1er juillet.


Contenu

Faïence Modifier

Les premières formes de poterie étaient fabriquées à partir d'argiles cuites à basse température, initialement dans des feux de fosse ou des feux de joie à ciel ouvert. Ils ont été façonnés à la main et non décorés. La faïence peut être cuite jusqu'à 600 °C et est normalement cuite en dessous de 1200 °C. [7] Parce que la terre cuite à biscuits non émaillée est poreuse, elle a une utilité limitée pour le stockage de liquides ou comme vaisselle. Cependant, la faïence a eu une histoire continue du néolithique à nos jours. Il peut être fabriqué à partir d'une grande variété d'argiles, dont certaines prennent une couleur chamois, brune ou noire, avec du fer dans les minéraux constitutifs, ce qui donne un brun rougeâtre. Les variétés de couleur rougeâtre sont appelées terre cuite, en particulier lorsqu'elles ne sont pas émaillées ou utilisées pour la sculpture. Le développement de la glaçure céramique a rendu possible la poterie imperméable, améliorant la popularité et la praticité des récipients en poterie. L'ajout de décoration a évolué au cours de son histoire.

Grès Modifier

Le grès est une poterie qui a été cuite dans un four à une température relativement élevée, d'environ 1 100 °C à 1 200 °C, et est plus résistante et non poreuse aux liquides. [8] Les Chinois, qui ont développé très tôt le grès, le classent avec la porcelaine parmi les articles de grande cuisson. En revanche, le grès ne pouvait être produit en Europe qu'à partir de la fin du Moyen Âge, car les fours européens étaient moins efficaces et le bon type d'argile moins courant. Il est resté une spécialité de l'Allemagne jusqu'à la Renaissance. [9]

Le grès est très résistant et pratique, et une grande partie a toujours été utilitaire, pour la cuisine ou le rangement plutôt que pour la table. Mais le grès "fin" a joué un rôle important en Chine, au Japon et en Occident, et continue d'être fabriqué. De nombreux types utilitaires ont également été appréciés en tant qu'art.

Porcelaine Modifier

La porcelaine est fabriquée en chauffant des matériaux, généralement du kaolin, dans un four à des températures comprises entre 1 200 et 1 400 °C (2 200 et 2 600 °F). C'est plus élevé que celui utilisé pour les autres types, et atteindre ces températures a été un long combat, ainsi que de comprendre quels matériaux étaient nécessaires. La ténacité, la résistance et la translucidité de la porcelaine, par rapport aux autres types de poterie, proviennent principalement de la vitrification et de la formation de la mullite minérale dans le corps à ces températures élevées.

Bien que la porcelaine ait d'abord été fabriquée en Chine, les Chinois ne la reconnaissent traditionnellement pas comme une catégorie distincte, la regroupant avec le grès comme des articles « à feu vif », par opposition à la faïence « à feu doux ». Cela complique la question de quand il a été fait pour la première fois. Un degré de translucidité et de blancheur a été atteint par la dynastie Tang (618-906 après JC), et des quantités considérables ont été exportées. Le niveau de blancheur moderne n'a été atteint que beaucoup plus tard, au 14ème siècle. La porcelaine a également été fabriquée en Corée et au Japon à partir de la fin du XVIe siècle, après que du kaolin approprié ait été trouvé dans ces pays. Il n'a pas été fabriqué efficacement en dehors de l'Asie de l'Est avant le XVIIIe siècle. [dix]

Avant d'être façonnée, l'argile doit être préparée. Le pétrissage aide à assurer une teneur en humidité uniforme dans tout le corps. L'air emprisonné dans le corps d'argile doit être éliminé. C'est ce qu'on appelle la désaération et peut être accomplie soit par une machine appelée carlin à vide, soit manuellement par calage. Le calage peut également aider à produire une teneur en humidité uniforme. Une fois qu'un corps d'argile a été pétri et désaéré ou calé, il est façonné par diverses techniques. Après avoir été façonné, il est séché puis cuit.

  • Greenware fait référence aux objets non tirés. À une teneur en humidité suffisante, les corps à ce stade sont dans leur forme la plus plastique (car ils sont mous et malléables, et peuvent donc être facilement déformés par la manipulation).
  • Cuir-dur fait référence à un corps d'argile qui a été partiellement séché. A ce stade, l'objet en argile a une teneur en humidité d'environ 15 %. Les corps d'argile à ce stade sont très fermes et seulement légèrement malléables. La coupe et la fixation des poignées se produisent souvent à l'état de cuir dur.
  • Très sec fait référence aux corps argileux lorsqu'ils atteignent une teneur en humidité égale ou proche de 0 %. À cette teneur en humidité, l'article est prêt à être cuit. De plus, la pièce est extrêmement fragile à ce stade et doit être manipulée avec un soin extrême.
  • Biscuit (ou bisque) [11][12] fait référence à l'argile après que l'objet est façonné à la forme désirée et cuit dans le four pour la première fois, connu sous le nom de "bisque fired" ou "biscuit fired". Cette cuisson modifie le corps d'argile de plusieurs manières. Les composants minéraux du corps argileux subiront des changements chimiques et physiques qui modifieront le matériau.
  • Glaçure cuite est l'étape finale d'une certaine fabrication de poterie, ou Glost a tiré. [13] Une glaçure peut être appliquée sur la forme en biscuit et l'objet peut être décoré de plusieurs manières. Après cela, l'objet est « cuit glacé », ce qui fait fondre le matériau de glaçure, puis adhère à l'objet. Selon le programme de température, la cuisson de glaçage peut également faire mûrir davantage le corps à mesure que les changements chimiques et physiques se poursuivent.

Le corps est un terme désignant la forme principale de poterie d'une pièce, sous toute glaçure ou décoration. L'ingrédient principal du corps est l'argile. Il existe plusieurs matériaux qui sont appelés argile. Les propriétés qui les rendent différents comprennent : la plasticité, la malléabilité du corps, la mesure dans laquelle ils absorberont l'eau après la cuisson et le retrait, le degré de réduction de la taille d'un corps lorsque l'eau est éliminée. Différents corps d'argile diffèrent également dans la manière dont ils réagissent lorsqu'ils sont cuits dans le four. Un corps d'argile peut être décoré avant ou après cuisson. Avant certains processus de mise en forme, l'argile doit être préparée. Chacune de ces différentes argiles est composée de différents types et quantités de minéraux qui déterminent les caractéristiques de la poterie résultante. Il peut y avoir des variations régionales dans les propriétés des matières premières utilisées pour la production de poterie, et celles-ci peuvent conduire à des marchandises qui ont un caractère unique à une localité. Il est courant que des argiles et d'autres matériaux soient mélangés pour produire des corps d'argile adaptés à des fins spécifiques. Un composant commun des corps argileux est la kaolinite minérale. D'autres minéraux de l'argile, comme le feldspath, agissent comme des fondants qui abaissent la température de vitrification des corps. Voici une liste des différents types d'argile utilisés pour la poterie. [14]

    , est parfois appelé kaolin car il a été utilisé pour la première fois en Chine. Utilisé pour la porcelaine. : Une argile sédimentaire à grain fin extrêmement plastique, qui peut contenir de la matière organique. De petites quantités peuvent être ajoutées aux corps en porcelaine pour augmenter la plasticité. : Une argile ayant un pourcentage de fondants légèrement inférieur à celui du kaolin, mais généralement assez plastique. C'est une forme d'argile très résistante à la chaleur qui peut être combinée avec d'autres argiles pour augmenter la température de cuisson et peut être utilisée comme ingrédient pour fabriquer des corps de type grès. argile : Convient pour la création de grès. Possède de nombreuses caractéristiques entre l'argile réfractaire et la pâte à modeler, ayant un grain plus fin, comme la pâte à modeler, mais est plus résistante à la chaleur que les argiles réfractaires.
  • L'argile rouge commune et l'argile de schiste ont des impuretés végétales et d'oxyde ferrique qui les rendent utiles pour les briques, mais ne sont généralement pas satisfaisantes pour la poterie, sauf dans des conditions spéciales d'un gisement particulier. [15] : Une argile extrêmement plastique qui peut être ajoutée en petite quantité à de l'argile courte pour augmenter la plasticité.

La poterie peut être façonnée par une gamme de méthodes qui incluent:

  • Fabrication à la main : C'est la première méthode de formage. Les articles peuvent être construits à la main à partir de bobines d'argile, en combinant des plaques d'argile plates ou en pinçant des boules d'argile solides ou une combinaison de ces éléments. Des parties de récipients fabriqués à la main sont souvent assemblées à l'aide de barbotine, une suspension aqueuse de corps argileux et d'eau. Un corps d'argile peut être décoré avant ou après cuisson. Avant certains processus de mise en forme, l'argile doit être préparée, comme la vaisselle, bien que certains potiers d'atelier trouvent que la construction à la main est plus propice à la création d'œuvres d'art uniques.
  • Le tour de potier : Dans un processus appelé "lancer" (venant du vieil anglais jeté qui signifie tordre ou tourner, [16] ) une boule d'argile est placée au centre d'un plateau tournant, appelé la tête de roue, que le potier fait tourner avec un bâton, avec la force du pied ou avec un moteur électrique à vitesse variable.
  • Pressage des granulés : Comme son nom l'indique, il s'agit de l'opération de mise en forme de la poterie par pressage de l'argile à l'état semi-sec et granulé dans un moule. L'argile est pressée dans le moule par une matrice poreuse à travers laquelle l'eau est pompée à haute pression. L'argile granulée est préparée par séchage par pulvérisation pour produire un matériau fin et fluide ayant une teneur en humidité comprise entre environ 5 et 6 pour cent. Le pressage de granulés, également connu sous le nom de pressage de la poussière, est largement utilisé dans la fabrication de carreaux de céramique et, de plus en plus, de plaques. : Il s'agit d'un procédé de formage adapté pour l'industrie des arts de la table à partir de la méthode établie de longue date pour le formage de thermoplastiques et de certains composants métalliques. [17] Il a été appelé Moulage par injection de porcelaine, ou PIM. [18] Adaptée à la production en série d'articles de formes complexes, un avantage important de la technique est qu'elle permet la production d'une tasse, y compris l'anse, en un seul processus, et élimine ainsi l'opération de fixation de l'anse et produit un lien plus fort entre la tasse et la poignée. [19] L'alimentation de la matrice de moulage est un mélange d'environ 50 à 60 pour cent de corps non cuit sous forme de poudre, ainsi que de 40 à 50 pour cent d'additifs organiques composés de liants, de lubrifiants et de plastifiants. [18] La technique n'est pas aussi largement utilisée que d'autres méthodes de mise en forme. [20] : Ces opérations s'effectuent au tour de potier et permettent de réduire le temps de mise en forme standardisée des marchandises. Jigger est l'opération consistant à mettre en contact un outil façonné avec l'argile plastique d'une pièce en construction, la pièce elle-même étant fixée sur un moule en plâtre rotatif sur la roue. L'outil jigger façonne une face tandis que le moule façonne l'autre. Le gabarit n'est utilisé que dans la production d'articles plats, tels que des plaques, mais une opération similaire, rigoler, est utilisé dans la production de pièces creuses telles que des tasses. Jiggering et jolleying ont été utilisés dans la production de poterie depuis au moins le 18ème siècle. Dans la production en usine à grande échelle, le jigging et le jolleying sont généralement automatisés, ce qui permet aux opérations d'être effectuées par une main-d'œuvre semi-qualifiée.
    : Cette machine est destinée à façonner des articles sur un moule rotatif, comme dans le jiggering et le jolleying, mais avec un outil de façonnage rotatif remplaçant le profil fixe. L'outil de formage rotatif est un cône peu profond ayant le même diamètre que l'article en cours de formage et façonné à la forme souhaitée du dos de l'article en cours de fabrication. Les articles peuvent de cette manière être façonnés, en utilisant une main-d'œuvre relativement peu qualifiée, en une seule opération à une cadence d'environ douze pièces par minute, bien que cela varie avec la taille des articles produits. Développé au Royaume-Uni juste après la Seconde Guerre mondiale par la société Ingénieurs de service, les têtes à rouleaux ont été rapidement adoptées par les fabricants du monde entier, elles restent la méthode dominante pour produire des couverts. [21]
  • Coulée sous pression : Des matériaux polymères spécialement développés permettent à un moule d'être soumis à des pressions externes d'application allant jusqu'à 4,0 MPa - bien plus élevées que la coulée en barbotine dans les moules en plâtre où les forces capillaires correspondent à une pression d'environ 0,1 à 0,2 MPa. La haute pression conduit à des vitesses de coulée beaucoup plus rapides et, par conséquent, à des cycles de production plus rapides. De plus, l'application d'air à haute pression à travers les moules polymériques lors du démoulage de la coulée permet de démarrer immédiatement un nouveau cycle de coulée dans le même moule, contrairement aux moules en plâtre qui nécessitent des temps de séchage longs. Les matériaux polymères ont une durabilité beaucoup plus grande que le plâtre et, par conséquent, il est possible de réaliser des produits façonnés avec de meilleures tolérances dimensionnelles et une durée de vie du moule beaucoup plus longue. La coulée sous pression a été développée dans les années 1970 pour la production d'articles sanitaires bien que, plus récemment, elle ait été appliquée à la vaisselle. [22][23][24][25] : Ceci est utilisé pour façonner la vaisselle en pressant une batte de corps d'argile préparé dans une forme requise entre deux plaques de moulage poreuses. Après le pressage, de l'air comprimé est soufflé à travers les plaques de moule poreuses pour libérer les articles façonnés. : Ceci est adapté à la réalisation de formes qui ne peuvent pas être formées par d'autres méthodes. Une barbotine liquide, fabriquée en mélangeant un corps d'argile avec de l'eau, est versée dans un moule en plâtre très absorbant. L'eau de la barbotine est absorbée dans le moule laissant une couche de corps d'argile recouvrant ses surfaces internes et prenant sa forme interne. L'excès de barbotine est versé hors du moule, qui est ensuite fendu et l'objet moulé est retiré. Le moulage en barbotine est largement utilisé dans la production d'articles sanitaires et est également utilisé pour fabriquer d'autres articles de forme complexe tels que des théières et des figurines. : C'est la dernière avancée dans la formation d'objets en céramique. Il existe deux méthodes. L'une implique le dépôt en couches d'argile molle similaire à la modélisation par dépôt fondu (FDM) et l'autre utilise des techniques de liaison de poudre où la poudre d'argile sèche est fusionnée couche après couche avec un liquide.

La poterie peut être décorée de différentes manières. Certaines décorations peuvent être réalisées avant ou après la cuisson.

Décoration Modifier

    a été utilisé depuis le début de la préhistoire et peut être très élaboré. La peinture est souvent appliquée à la poterie qui a été cuite une fois, et peut ensuite être recouverte d'un glacis par la suite. De nombreux pigments changent de couleur lorsqu'ils sont cuits, et le peintre doit en tenir compte. : Peut-être la forme de décoration la plus courante, qui sert également de protection à la poterie, en étant plus résistante et en empêchant le liquide de pénétrer dans la poterie. La glaçure peut être claire, en particulier sur la peinture, ou colorée et opaque. Il y a plus de détails dans la section ci-dessous. : Les récipients en poterie peuvent être décorés par une sculpture peu profonde du corps en argile, généralement avec un couteau ou un instrument similaire utilisé sur la roue. Ceci est courant dans la porcelaine chinoise des périodes classiques. : La surface des articles de poterie peut être bruni avant la cuisson en frottant avec un instrument approprié en bois, en acier ou en pierre pour produire une finition polie qui survit à la cuisson. Il est possible de produire des pièces très polies lorsque des argiles fines sont utilisées ou lorsque le polissage est effectué sur des pièces partiellement séchées et contenant peu d'eau, bien que les pièces dans cet état soient extrêmement fragiles et le risque de casse est élevé. est une ancienne forme de décoration en céramique qui a d'abord été développée dans la Grèce antique.
  • Des additifs peuvent être incorporés dans le corps d'argile avant le formage, pour produire les effets souhaités dans les articles cuits. Des additifs grossiers tels que le sable et le grog (argile cuite finement broyée) sont parfois utilisés pour donner au produit final une texture requise. Des argiles et des grogs de couleurs contrastées sont parfois utilisés pour produire des motifs dans les produits finis. Les colorants, généralement des oxydes métalliques et des carbonates, sont ajoutés seuls ou en combinaison pour obtenir la couleur souhaitée. Les particules combustibles peuvent être mélangées avec le corps ou pressées dans la surface pour produire une texture. , également appelé litho, bien que les noms alternatifs de transfert print ou "décalque" sont également courantes. Elles sont utilisées pour appliquer des motifs sur des articles. La litho comprend trois couches : la couche de couleur, ou image, qui comprend le motif décoratif la couche de couverture, une couche protectrice transparente, qui peut incorporer un verre à le papier support sur lequel le dessin est imprimé par sérigraphie ou lithographie.Il existe différentes méthodes pour transférer le dessin tout en enlevant le papier support, dont certaines sont adaptées à l'application en machine.
  • Le baguage est l'application à la main ou à la machine d'une bande de couleur sur le bord d'une assiette ou d'une tasse. Appelée aussi « doublure », cette opération est souvent réalisée au tour de potier. tire son nom de sa ressemblance avec l'agate minérale de quartz qui a des bandes ou des couches de couleur qui sont mélangées, les agatewares sont fabriqués en mélangeant des argiles de couleurs différentes mais sans les mélanger au point de perdre leur identité individuelle. Les marchandises ont un aspect veiné ou marbré distinctif. Le terme "agateware" est utilisé pour décrire de telles marchandises au Royaume-Uni au Japon le terme "neriage" est utilisé et en Chine, où de telles choses sont fabriquées depuis au moins la dynastie Tang, elles sont appelées "marbré". Un grand soin est requis dans la sélection des argiles à utiliser pour la fabrication d'agatewares car les argiles utilisées doivent avoir des caractéristiques de mouvement thermique correspondantes.
    : Il s'agit d'une barbotine d'argile, qui est utilisée pour enduire la surface de la poterie, généralement avant la cuisson. Son but est souvent décoratif, bien qu'il puisse également être utilisé pour masquer les caractéristiques indésirables de l'argile sur laquelle il est appliqué. La barbotine Engobe peut être appliquée par peinture ou par trempage pour fournir un revêtement uniforme et lisse. L'engobe a été utilisé par les potiers depuis la préhistoire jusqu'à nos jours et est parfois associé à une décoration de sgraffites, où une couche d'engobe est grattée pour révéler la couleur de l'argile sous-jacente. Avec précaution, il est possible d'appliquer une seconde couche d'engobe d'une couleur différente de la première et d'inciser la décoration à travers la seconde couche pour exposer la couleur de la couche sous-jacente. Les engobes ainsi utilisés contiennent souvent des quantités importantes de silice, approchant parfois la composition d'une glaçure.
  • Or : La décoration avec de l'or est utilisée sur certains articles de haute qualité. Différentes méthodes existent pour son application, notamment :
  1. Meilleur or – une suspension de poudre d'or dans des huiles essentielles mélangées à un fondant et à un sel de mercure allongé. Cela peut être appliqué par une technique de peinture. Dès le four, la décoration est terne et nécessite un brunissage pour révéler toute la couleur
  2. Or acide – une forme de décoration en or développée au début des années 1860 à l'usine anglaise de Mintons Ltd, Stoke-on-Trent. La surface vitrée est gravée avec de l'acide fluorhydrique dilué avant l'application de l'or. Le procédé exige une grande habileté et n'est utilisé que pour la décoration de vaisselle de la plus haute classe.
  3. Or brillant – se compose d'une solution de sulphorésinate d'or avec d'autres résonateurs métalliques et d'un fondant. Le nom dérive de l'apparence de la décoration immédiatement après la sortie du four car elle ne nécessite aucun brunissage
  4. Moule Or – une ancienne méthode de décoration en or. Il a été fabriqué en frottant ensemble de la feuille d'or, du sucre et du sel, suivi d'un lavage pour éliminer les solubles

Glaçage Modifier

La glaçure est un revêtement vitreux sur la poterie, dont les objectifs principaux sont la décoration et la protection. Une utilisation importante de la glaçure est de rendre les récipients en poterie poreux imperméables à l'eau et aux autres liquides. La glaçure peut être appliquée en saupoudrant la composition non cuite sur la vaisselle ou par pulvérisation, trempage, traînage ou brossage sur une fine suspension composée de la glaçure non cuite et d'eau. La couleur d'une glaçure après cuisson peut être très différente de celle d'avant cuisson. Pour éviter que les produits émaillés ne collent aux meubles du four pendant la cuisson, soit une petite partie de l'objet en cours de cuisson (par exemple, le pied) est laissée non émaillée ou, alternativement, un réfractaire spécial "éperons" servent de supports. Ceux-ci sont retirés et jetés après la cuisson.

Certaines techniques de vitrage spécialisées comprennent :

    , où le sel commun est introduit dans le four pendant le processus de cuisson. Les températures élevées provoquent la volatilisation du sel, le déposant à la surface de la vaisselle pour réagir avec le corps pour former une glaçure d'aluminosilicate de sodium. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le glaçage au sel était utilisé dans la fabrication de la poterie domestique. Maintenant, à l'exception de l'utilisation par certains potiers de studio, le processus est obsolète. La dernière application à grande échelle avant sa disparition face aux restrictions environnementales de l'air pur était la production de conduites d'égout à vitrage salé. [26][27] – les cendres provenant de la combustion de matières végétales ont été utilisées comme composant de fondant des glaçures. La source des cendres était généralement les déchets de combustion provenant de l'alimentation des fours, bien que le potentiel des cendres dérivées des déchets des cultures arables ait été étudié. [28] Les glaçures de cendres sont d'un intérêt historique en Extrême-Orient bien qu'il y ait des rapports d'utilisation à petite échelle dans d'autres endroits tels que la Poterie de Catawba Valley aux États-Unis. Ils sont maintenant limités à un petit nombre de potiers d'atelier qui apprécient l'imprévisibilité découlant de la nature variable de la matière première. [29] décoration (à la manière de nombreux articles bleus et blancs). La sous glaçure peut être appliquée par coups de pinceau, à l'aérographe ou en versant la sous glaçure dans le moule, couvrant l'intérieur, créant un effet tourbillonnant, puis le moule est rempli de barbotine.

Le tir produit des changements irréversibles dans le corps. Ce n'est qu'après cuisson que l'article ou le matériau est de la poterie. Dans la poterie à basse cuisson, les changements incluent le frittage, la fusion de particules plus grossières dans le corps à leurs points de contact les unes avec les autres. Dans le cas de la porcelaine, où différents matériaux et températures de cuisson plus élevées sont utilisés, les propriétés physiques, chimiques et minéralogiques des constituants du corps sont fortement altérées. Dans tous les cas, le but de la cuisson est de durcir définitivement les marchandises et le régime de cuisson doit être adapté aux matériaux utilisés pour les fabriquer. À titre indicatif, les faïences modernes sont normalement cuites à des températures comprises entre environ 1 000 °C (1 830 °F) et 1 200 °C (2 190 °F) entre environ 1 100 °C (2 010 °F) et 1 300 °C. (2 370 °F) et les porcelaines entre environ 1 200 °C (2 190 °F) et 1 400 °C (2 550 °F). Historiquement, atteindre des températures élevées était un défi de longue durée, et la faïence peut être cuite efficacement jusqu'à 600 °C, ce qui est réalisable lors de la cuisson en fosse primitive.

La cuisson de la poterie peut être réalisée en utilisant diverses méthodes, le four étant la méthode de cuisson habituelle. Tant la température maximale que la durée de cuisson influencent les caractéristiques finales de la céramique. Ainsi, la température maximale dans un four est souvent maintenue constante pendant un certain temps pour tremper les marchandises pour produire la maturité requise dans le corps des marchandises.

L'atmosphère dans un four pendant la cuisson peut affecter l'apparence des produits finis. Une atmosphère oxydante, produite en laissant un excès d'air dans le four, peut provoquer l'oxydation des argiles et des glaçures. Une atmosphère réductrice, produite en limitant le flux d'air dans le four, ou en brûlant du charbon plutôt que du bois, peut éliminer l'oxygène de la surface des argiles et des glaçures. Cela peut affecter l'apparence des marchandises cuites et, par exemple, certains émaux contenant des minéraux riches en fer brûlent en brun dans une atmosphère oxydante, mais verts dans une atmosphère réductrice. L'atmosphère à l'intérieur d'un four peut être ajustée pour produire des effets complexes de glaçure.

Les fours peuvent être chauffés en brûlant du bois, du charbon et du gaz, ou à l'électricité. Lorsqu'ils sont utilisés comme combustibles, le charbon et le bois peuvent introduire de la fumée, de la suie et des cendres dans le four, ce qui peut affecter l'apparence des marchandises non protégées. Pour cette raison, les produits cuits dans des fours à bois ou à charbon sont souvent placés dans le four dans des saggars, des boîtes en céramique, pour les protéger. Les fours modernes alimentés au gaz ou à l'électricité sont plus propres et plus faciles à contrôler que les anciens fours à bois ou à charbon et permettent souvent d'utiliser des temps de cuisson plus courts. Dans une adaptation occidentale de la cuisson traditionnelle japonaise des articles en Raku, les articles sont retirés du four alors qu'ils sont chauds et recouverts de cendres, de papier ou de copeaux de bois, ce qui produit un aspect carbonisé distinctif. Cette technique est également utilisée en Malaisie pour créer des labu sayung. [30] [31]

Au Mali, on utilise un monticule de cuisson plutôt qu'un four à briques ou à pierres. Les pots non cuits sont d'abord apportés à l'endroit où un monticule sera construit, habituellement par les femmes et les filles du village. La fondation de la butte se fait en plaçant des bâtons au sol, puis :

[. Les pots sont placés sur et au milieu des branches, puis l'herbe est empilée haut pour compléter le monticule. Bien que le monticule contienne les pots de nombreuses femmes, qui sont apparentées par la famille élargie de leurs maris, chaque femme est responsable de ses propres pots ou de ceux de sa famille immédiate à l'intérieur du monticule. Lorsqu'un monticule est terminé et que le sol autour a été nettoyé des matières combustibles résiduelles, un potier senior allume le feu. Une poignée d'herbe est allumée et la femme court autour de la circonférence du monticule touchant la torche brûlante à l'herbe séchée. Certains monticules sont encore en construction alors que d'autres brûlent déjà. [32]

Une grande partie de l'histoire de la poterie est préhistorique, faisant partie des cultures pré-alphabétisées du passé. Par conséquent, une grande partie de cette histoire ne peut être trouvée que parmi les artefacts de l'archéologie. Parce que la poterie est si durable, la poterie et les éclats de poterie survivent depuis des millénaires sur les sites archéologiques et sont généralement le type d'artefact le plus courant et le plus important pour survivre. De nombreuses cultures préhistoriques portent le nom de la poterie qui est le moyen le plus simple d'identifier leurs sites, et les archéologues développent la capacité de reconnaître différents types à partir de la chimie de petits tessons.

Avant que la poterie ne fasse partie d'une culture, plusieurs conditions doivent généralement être remplies.

  • Premièrement, il doit y avoir de l'argile utilisable disponible. Les sites archéologiques où les premières poteries ont été découvertes se trouvaient à proximité de gisements d'argile facilement disponibles qui pouvaient être correctement façonnés et cuits. La Chine possède d'importants gisements d'argiles diverses, ce qui leur a donné un avantage dans le développement précoce de la poterie fine. De nombreux pays ont d'importants gisements d'une variété d'argiles.
  • Deuxièmement, il doit être possible de chauffer la poterie à des températures qui permettront la transformation de l'argile brute en céramique. Les méthodes permettant de créer de manière fiable des feux suffisamment chauds pour cuire la poterie ne se sont développées que tardivement dans le développement des cultures.
  • Troisièmement, le potier doit avoir le temps de préparer, façonner et cuire l'argile en poterie. Même après avoir maîtrisé le feu, les humains ne semblaient pas développer la poterie jusqu'à ce qu'une vie sédentaire soit atteinte. Il a été émis l'hypothèse que la poterie n'a été développée qu'après que les humains aient établi l'agriculture, ce qui a conduit à des établissements permanents. Cependant, la plus ancienne poterie connue provient de Chine et date de 20 000 ans avant JC, au plus fort de l'ère glaciaire, bien avant les débuts de l'agriculture.
  • Quatrièmement, il doit y avoir un besoin suffisant en poterie pour justifier les ressources nécessaires à sa production. [33]

Poterie ancienne Modifier

  • Méthodes de formation : Le façonnage à la main était la première méthode utilisée pour former des récipients. Cela comprenait la combinaison de pincement et d'enroulement.
  • Cuisson: La première méthode de cuisson des articles de poterie était l'utilisation de poteries cuites au feu de camp. Les temps de cuisson peuvent être courts, mais les températures maximales atteintes dans l'incendie peuvent être élevées, peut-être de l'ordre de 900 °C (1 650 °F), et sont atteintes très rapidement. [34]
  • Argile : Les premiers potiers utilisaient toute l'argile dont ils disposaient dans leur voisinage géographique. Cependant, l'argile rouge commune de qualité inférieure était adéquate pour les feux à basse température utilisés pour les premiers pots. Les argiles trempées avec du sable, du gravier, des coquillages broyés ou de la poterie broyée étaient souvent utilisées pour fabriquer des céramiques cuites au feu de joie, car elles offraient une texture à corps ouvert qui permettait à l'eau et aux composants volatils de l'argile de s'échapper librement. Les particules plus grossières de l'argile ont également agi pour limiter le retrait pendant le séchage, et donc réduire le risque de fissuration.
  • Forme : Dans l'ensemble, les premières marchandises cuites au feu de joie étaient fabriquées avec des fonds arrondis pour éviter les angles vifs susceptibles de se fissurer.
  • Vitrage : les premiers pots n'étaient pas vitrés.
  • Le tour de potier a été inventé en Mésopotamie entre 6 000 et 4 000 av. J.-C. (période Ubaid) et a révolutionné la production de poterie.
  • Les moules ont été utilisés de manière limitée dès le 5e et 6e siècle avant JC par les Étrusques[35] et plus largement par les Romains. [36] , une méthode populaire pour façonner des articles de forme irrégulière. Il a été pratiqué pour la première fois, dans une mesure limitée, en Chine dès la dynastie Tang. [37]
  • Transition vers les fours : les premiers construits intentionnellement étaient des fours à fosse ou des fours à tranchées – des trous creusés dans le sol et recouverts de combustible. Des trous dans le sol ont fourni une isolation et ont permis un meilleur contrôle du tir. [38] : Les méthodes de feu de fosse étaient adéquates pour créer de la faïence simple, mais d'autres types de poterie nécessitaient des fours plus sophistiqués (voir ci-dessous les fours).

Historique par région Modifier

Débuts de la poterie Modifier

La poterie peut bien avoir été découverte de façon indépendante en divers endroits, probablement en la créant accidentellement au fond de feux sur un sol argileux. Toutes les premières formes de vaisseaux étaient tirées à la mine et fabriquées par enroulement, une technologie simple à apprendre. Les plus anciens objets en céramique connus sont des figurines gravettiennes telles que celles découvertes à Dolní Věstonice dans l'actuelle République tchèque. La Vénus de Dolní Věstonice est une figurine de Vénus, une statuette d'une figure féminine nue datée de 29 000 à 25 000 av. [2]

Des tessons ont été trouvés en Chine et au Japon à partir d'une période comprise entre 12 000 et peut-être aussi longtemps qu'il y a 18 000 ans. [4] [41] À partir de 2012, la première poterie trouvée n'importe où dans le monde, [42] datant de 20 000 à 19 000 ans avant le présent, a été trouvée à la grotte de Xianrendong dans la province de Jiangxi en Chine. [43] [44]

D'autres vases de poterie anciens incluent ceux excavés de la grotte de Yuchanyan dans le sud de la Chine, datés de 16 000 av. [4] [45]

Le site Odai Yamamoto I, appartenant à la période Jōmon, possède actuellement la plus ancienne poterie du Japon. Des fouilles en 1998 ont mis au jour des fragments de faïence qui ont été datés dès 14 500 av. [46] Le terme "Jōmon" signifie "cord-marqué" en japonais. Il s'agit des marquages ​​effectués sur les récipients et les figurines à l'aide de bâtons munis de cordes lors de leur fabrication. Des recherches récentes ont élucidé comment la poterie Jōmon était utilisée par ses créateurs. [47]

Il semble que la poterie se soit développée indépendamment en Afrique subsaharienne au cours du 10e millénaire avant JC, avec des découvertes datant d'au moins 9 400 avant JC dans le centre du Mali [5] et en Amérique du Sud au cours des années 9 000 à 7 000 avant JC. [48] ​​[6] Les trouvailles maliennes datent de la même période que les trouvailles similaires d'Asie de l'Est – le triangle entre la Sibérie, la Chine et le Japon – et sont associées dans les deux régions aux mêmes changements climatiques (à la fin de la période glaciaire, nouvelle la prairie se développe, permettant aux chasseurs-cueilleurs d'étendre leur habitat), rencontrées indépendamment par les deux cultures avec des développements similaires : la création de poteries pour le stockage de céréales sauvages (mil perlé), et celle de petites pointes de flèches pour la chasse au petit gibier typique des prairies. [5] Alternativement, la création de la poterie dans le cas de la civilisation Jōmon naissante pourrait être due à l'exploitation intensive des organismes d'eau douce et marins par les butineurs glaciaires tardifs, qui ont commencé à développer des récipients en céramique pour leurs prises. [47]

Asie de l'Est Modifier

Au Japon, la période Jōmon a une longue histoire de développement de la poterie Jōmon qui était caractérisée par des impressions de corde sur la surface de la poterie créées en pressant la corde dans l'argile avant la cuisson. Le grès émaillé a été créé dès le 15ème siècle avant JC en Chine. Une forme de porcelaine chinoise est devenue une exportation chinoise importante à partir de la dynastie Tang (618-906 après JC). [8] Les potiers coréens ont adopté la porcelaine dès le 14ème siècle après JC. [49] La porcelaine japonaise a été fabriquée au début du XVIe siècle après que Shonzui Goradoyu-go ait rapporté le secret de sa fabrication des fours chinois de Jingdezhen. [50]

Contrairement à l'Europe, l'élite chinoise utilisait largement la poterie à table, à des fins religieuses et pour la décoration, et les normes de la poterie fine étaient très élevées. À partir de la dynastie Song (960-1279) pendant plusieurs siècles, le goût de l'élite a privilégié les pièces de couleur unie et aux formes exquises au cours de cette période. ce. La catégorie traditionnelle chinoise des articles à haute cuisson comprend des types de grès tels que les articles Ru, le céladon Longquan et les articles Guan. Les articles peints tels que les articles de Cizhou avaient un statut inférieur, bien qu'ils soient acceptables pour la fabrication d'oreillers.

L'arrivée de la porcelaine bleue et blanche de Chine était probablement un produit de la dynastie mongole Yuan (1271-1368) qui a dispersé les artistes et les artisans à travers son grand empire. Tant les teintes de cobalt utilisées pour la couleur bleue que le style de décoration peinte, généralement basé sur des formes végétales, ont été initialement empruntés au monde islamique, que les Mongols avaient également conquis. Dans le même temps, la porcelaine de Jingdezhen, produite dans les usines impériales, a pris le rôle de leader incontesté dans la production, qu'elle a conservé jusqu'à nos jours. Le nouveau style richement peint était maintenant favorisé à la cour, et progressivement plus de couleurs ont été ajoutées.

Le secret de la fabrication d'une telle porcelaine a été recherché dans le monde islamique et plus tard en Europe lorsque des exemples ont été importés d'Orient. De nombreuses tentatives ont été faites pour l'imiter en Italie et en France. Cependant, il n'a pas été produit en dehors de l'Orient jusqu'en 1709 en Allemagne. [51]

Asie du Sud Modifier

La poterie de style Cord-Impressed appartient à la tradition céramique «mésolithique» qui s'est développée parmi les chasseurs-cueilleurs Vindhya en Inde centrale pendant la période mésolithique. [52] [53] Ce style en céramique se trouve aussi dans la phase proto-néolithique plus tardive dans les régions voisines. [54] Ce premier type de poterie, également trouvé sur le site de Lahuradewa, est actuellement la plus ancienne tradition de poterie connue en Asie du Sud, datant de 7 000 à 6 000 av. [55] [56] [57] [58] La poterie au tour a commencé à être fabriquée pendant la période Mehrgarh II (5 500-4 800 av. J.-C.) et la période Merhgarh III (4 800-3 500 av. La poterie, y compris les objets connus sous le nom de récipients ed-Dur, est originaire des régions de la rivière Saraswati / de la rivière Indus et a été trouvée dans un certain nombre de sites de la civilisation de l'Indus. [59] [60]

Malgré un vaste dossier préhistorique de poterie, y compris des articles peints, peu de poteries « fines » ou de luxe ont été fabriquées dans le sous-continent à l’époque historique. L'hindouisme décourage de manger de la poterie, ce qui explique probablement en grande partie cela. La plupart des récipients de poterie indienne traditionnels sont de grands pots ou bocaux pour le stockage, ou de petites tasses ou lampes, souvent traitées comme jetables. En revanche, il existe de longues traditions de figures sculptées, souvent assez grandes, en terre cuite.

Asie du Sud-Est Modifier

La poterie en Asie du Sud-Est est aussi diversifiée que ses groupes ethniques. Chaque groupe ethnique a son propre ensemble de normes en matière d'art de la poterie. Les poteries sont fabriquées pour diverses raisons, telles que le commerce, le stockage des aliments et des boissons, l'utilisation de la cuisine, les cérémonies religieuses et les funérailles. [61] [62] [63] [64]

Proche-Orient Modifier

Vers 8000 av. Les artisans ont utilisé les veines du matériau pour un effet visuel maximal. De tels objets ont été trouvés en abondance sur le cours supérieur de l'Euphrate, dans l'actuelle Syrie orientale, notamment sur le site de Bouqras. [65]

La première histoire de la production de poterie dans le Croissant Fertile commence le Néolithique de la Poterie et peut être divisée en quatre périodes, à savoir : la période Hassuna (7000-6500 BC), la période Halaf (6500-5500 BC), la période Ubaid (5500- 4000 avant JC) et la période d'Uruk (4000-3100 avant JC). Vers 5 000 av. J.-C., la fabrication de poteries se généralisait dans toute la région et s'étendait de là aux régions voisines.

La fabrication de poterie a commencé au 7ème millénaire avant JC. Les premières formes, qui ont été trouvées sur le site d'Hassuna, ont été formées à la main à partir de plaques, de pots à feu doux non décorés et non émaillés fabriqués à partir d'argiles brun rougeâtre. [38] Au cours du prochain millénaire, les articles étaient décorés de motifs peints élaborés et de formes naturelles, incisés et brunis.

L'invention du tour de potier en Mésopotamie entre 6000 et 4000 avant JC (période Ubaid) a révolutionné la production de poterie. Les nouvelles conceptions de fours pouvaient cuire des produits de 1 050 °C (1 920 °F) à 1 200 °C (2 190 °F), ce qui permettait de nouvelles possibilités et une nouvelle préparation des argiles. La production était désormais réalisée par de petits groupes de potiers pour les petites villes, plutôt que par des individus fabriquant des marchandises pour une famille. Les formes et la gamme d'utilisations de la céramique et de la poterie se sont étendues au-delà des simples récipients à stocker et à transporter vers des ustensiles de cuisine spécialisés, des supports de casseroles et des pièges à rats. [66] Au fur et à mesure que la région se développait, de nouvelles organisations et formes politiques, la poterie est devenue plus élaborée et variée. Certaines marchandises ont été fabriquées à l'aide de moules, permettant une production accrue pour les besoins des populations croissantes. Le vitrage était couramment utilisé et la poterie était plus décorée. [67]

À l'époque chalcolithique en Mésopotamie, la poterie halafienne a atteint un niveau de compétence technique et de sophistication, qui n'a été vu qu'avec les développements ultérieurs de la poterie grecque avec les objets corinthiens et attiques.

Europe Modifier

Les premiers habitants de l'Europe ont développé la poterie dans la culture de la poterie linéaire un peu plus tard qu'au Proche-Orient, vers 5500-4500 av. Dans l'ancienne Méditerranée occidentale, la faïence richement peinte a atteint des niveaux très élevés de réalisation artistique dans le monde grec, il existe un grand nombre de survivances de tombes. La poterie minoenne se caractérise par une décoration peinte complexe avec des thèmes naturels. [68] La culture grecque classique a commencé à émerger vers 1000 avant JC avec une variété de poteries bien conçues qui incluaient maintenant la forme humaine comme motif de décoration. Le tour de potier était maintenant d'un usage régulier. Bien que l'émaillage était connu de ces potiers, il n'était pas largement utilisé. Au lieu de cela, une barbotine d'argile plus poreuse a été utilisée pour la décoration. Une large gamme de formes pour différentes utilisations s'est développée très tôt et est restée essentiellement inchangée au cours de l'histoire grecque. [69]

La poterie fine étrusque a été fortement influencée par la poterie grecque et a souvent importé des potiers et des peintres grecs. La poterie romaine antique utilisait beaucoup moins la peinture, mais utilisait des décors moulés, permettant une production industrialisée à grande échelle. Une grande partie de la soi-disant céramique rouge samienne du début de l'Empire romain a en fait été produite dans l'Allemagne et la France modernes, où les entrepreneurs ont établi de grandes poteries. Des fouilles à Augusta Raurica, près de Bâle, en Suisse, ont révélé un site de production de poterie utilisé du 1er au 4ème siècle après JC. [70]


La poterie était à peine vue sur les tables des élites de l'époque hellénistique à la Renaissance, et la plupart des articles médiévaux étaient grossiers et utilitaires, car les élites mangeaient des récipients en métal. Les articles hispano-mauresques peints d'Espagne, développant les styles de l'Espagne islamique, sont devenus un luxe pour les élites de la fin du Moyen Âge et ont été adaptés en Italie en majolique à la Renaissance italienne. Toutes deux étaient en faïence ou en terre cuite émaillée, et la faïence fine a continué à être fabriquée jusque vers 1800 dans divers pays, notamment en France, avec la faïence de Nevers et plusieurs autres centres. Au 17ème siècle, les importations de porcelaine d'exportation chinoise et son équivalent japonais ont augmenté les attentes du marché de la poterie fine, et les fabricants européens ont finalement appris à fabriquer de la porcelaine, souvent sous la forme de porcelaine "artificielle" ou à pâte molle, et à partir du 18ème siècle La porcelaine européenne et d'autres articles d'un grand nombre de producteurs sont devenus extrêmement populaires, réduisant les importations asiatiques.

Royaume-Uni Modifier

La ville anglaise de Stoke-on-Trent est largement connue sous le nom de "The Potteries" en raison du grand nombre d'usines de poterie ou, familièrement, de "Pot Banks". Ce fut l'une des premières villes industrielles de l'ère moderne où, dès 1785, deux cents fabricants de poteries employaient 20 000 ouvriers. [71] [72] Josiah Wedgwood (1730-1795) était le leader dominant. [73]

Dans le North Staffordshire, des centaines d'entreprises produisaient toutes sortes de poteries, de la vaisselle aux objets décoratifs en passant par les objets industriels. Les principaux types de poterie de faïence, de grès et de porcelaine ont tous été fabriqués en grande quantité, et l'industrie du Staffordshire a été un innovateur majeur dans le développement de nouvelles variétés de pâtes céramiques telles que la porcelaine tendre et le jaspe, ainsi que l'impression par transfert pionnière et d'autres vitrages et décorations. technique. En général, le Staffordshire était le plus fort dans les gammes de prix moyen et bas, bien que les types de marchandises les plus raffinés et les plus chers aient également été fabriqués. [74]

À la fin du XVIIIe siècle, le North Staffordshire était le plus grand producteur de céramique de Grande-Bretagne, malgré des centres importants ailleurs. Les grands marchés d'exportation ont fait voyager la poterie du Staffordshire dans le monde entier, en particulier au XIXe siècle. [75] La production avait commencé à décliner à la fin du 19ème siècle, alors que d'autres pays développaient leurs industries et déclinait fortement après la Seconde Guerre mondiale. Une certaine production se poursuit dans la région, mais à une fraction des niveaux au sommet de l'industrie.

Poterie islamique Modifier

La poterie islamique primitive suivait les formes des régions conquises par les musulmans. Finalement, cependant, il y a eu une fertilisation croisée entre les régions. Ceci était le plus notable dans les influences chinoises sur la poterie islamique. Le commerce entre la Chine et l'Islam a eu lieu via le système de postes de traite sur la longue route de la soie. Les nations islamiques ont importé du grès et plus tard de la porcelaine de Chine. La Chine a importé les minéraux du bleu de cobalt de la Perse sous domination islamique pour décorer sa porcelaine bleue et blanche, qu'elle a ensuite exportée vers le monde islamique.

De même, l'art islamique a contribué à une forme de poterie durable identifiée comme hispano-mauresque en Andalousie (Espagne islamique). Des formes islamiques uniques ont également été développées, notamment des frittes, des lustres et des glaçures spécialisées comme le glaçage à l'étain, qui ont conduit au développement de la majolique populaire. [76]

L'une des principales priorités du développement de la céramique dans le monde musulman était l'utilisation de carreaux et de carreaux décoratifs.

Amériques Modifier

La plupart des preuves indiquent un développement indépendant de la poterie dans les cultures amérindiennes, avec les premières dates connues du Brésil, il y a 9 500 à 5 000 ans et il y a 7 000 à 6 000 ans. [6] Plus au nord en Méso-Amérique, les dates commencent avec l'ère archaïque (3500-2000 avant JC) et dans la période de formation (2000 avant JC - 200 après JC). Ces cultures n'ont pas développé le grès, la porcelaine ou les émaux trouvés dans l'Ancien Monde. La céramique maya comprend des récipients finement peints, généralement des gobelets, avec des scènes élaborées avec plusieurs figures et textes. Plusieurs cultures, à commencer par les Olmèques, ont fait de la sculpture en terre cuite, et des pièces sculpturales d'humains ou d'animaux qui sont également des récipients sont produites dans de nombreux endroits, avec des portraits de Moche parmi les plus beaux.

Afrique Modifier

Les preuves indiquent une invention indépendante de la poterie en Afrique subsaharienne. En 2007, des archéologues suisses ont découvert à Ounjougou, dans le centre du Mali, des pièces de la plus ancienne poterie d'Afrique, datant d'au moins 9 400 av. [5] Dans les périodes ultérieures, une relation entre l'introduction de la fabrication de pots dans certaines parties de l'Afrique subsaharienne avec la propagation des langues bantoues a été reconnue depuis longtemps, bien que les détails restent controversés et attendent de nouvelles recherches, et aucun consensus n'a été trouvé. parvenu. [77]

La poterie égyptienne antique commence après 5 000 av. J.-C., s'étant répandue depuis le Levant. Il y a eu de nombreuses phases distinctes de développement de la poterie, avec des articles très sophistiqués produits par la période Naqada III, c. 3 200 à 3 000 av. Au cours des premières civilisations méditerranéennes du croissant fertile, l'Égypte a développé une céramique sans argile qui a été appelée faïence égyptienne. [note 1] Un type de corps similaire est toujours fabriqué à Jaipur en Inde. Pendant le califat omeyyade de l'islam, l'Égypte était un lien entre les premiers centres de l'islam au Proche-Orient et la péninsule ibérique, ce qui a conduit au style impressionnant de la poterie.

Il est cependant toujours utile d'examiner la poterie en tant que témoignage archéologique d'interactions potentielles entre les peuples, en particulier dans les zones où l'histoire écrite est faible ou inexistante. Parce que l'Afrique est principalement riche en traditions orales, et manque donc d'un grand nombre de sources historiques écrites, la poterie a un rôle archéologique précieux. Lorsque la poterie est placée dans le contexte des modèles linguistiques et migratoires, elle devient une catégorie encore plus répandue d'artefact social. [77] Comme le propose Olivier P. Gosselain, il est possible de comprendre les gammes d'interactions interculturelles en examinant de près les chaîne opératoire de la production de céramique. [78]

Les méthodes utilisées pour produire des poteries au début de l'Afrique sub-saharienne se divisent en trois catégories : les techniques visibles à l'œil nu (techniques de décoration, de cuisson et de post-cuisson), les techniques liées aux matériaux (sélection ou traitement de l'argile, etc.), et les techniques de moulage ou de façonnage de l'argile. [78] Ces trois catégories peuvent être utilisées pour examiner les implications de la réapparition d'un type particulier de poterie dans différentes régions.Généralement, les techniques facilement visibles (la première catégorie de celles mentionnées ci-dessus) sont ainsi facilement imitées, et peuvent indiquer une connexion plus éloignée entre les groupes, comme le commerce sur un même marché ou encore une proximité relativement proche dans les implantations. [78] Les techniques qui nécessitent une réplication plus étudiée (c. [78] Une telle relation requiert la capacité des parties concernées à communiquer efficacement, ce qui implique des normes de contact préexistantes ou un langage partagé entre les deux. Ainsi, les modèles de diffusion technique dans la fabrication de pots qui sont visibles via les découvertes archéologiques révèlent également des modèles d'interaction sociétale.

Océanie Modifier

La poterie a été trouvée dans des sites archéologiques à travers les îles d'Océanie. Il est attribué à une ancienne culture archéologique appelée Lapita. Une autre forme de poterie appelée Plainware se trouve dans tous les sites de l'Océanie. La relation entre la poterie Lapita et Plainware n'est pas tout à fait claire.

Les Australiens indigènes n'ont jamais développé la poterie. [79] Après que les Européens soient venus en Australie et se soient installés, ils ont trouvé des gisements d'argile qui ont été analysés par des potiers anglais comme excellents pour faire de la poterie. Moins de 20 ans plus tard, les Européens sont venus en Australie et ont commencé à créer de la poterie. Depuis lors, la fabrication de céramique, la poterie de masse et la poterie d'atelier ont prospéré en Australie. [80]

L'étude de la poterie peut aider à donner un aperçu des cultures passées. La poterie est durable, et les fragments, au moins, survivent souvent longtemps après que les artefacts fabriqués à partir de matériaux moins durables se soient détériorés dans le passé. Combinée à d'autres preuves, l'étude des artefacts de poterie est utile dans le développement de théories sur l'organisation, la situation économique et le développement culturel des sociétés qui ont produit ou acquis la poterie. L'étude de la poterie peut également permettre de tirer des conclusions sur la vie quotidienne d'une culture, la religion, les relations sociales, les attitudes envers les voisins, les attitudes envers leur propre monde et même la façon dont la culture comprenait l'univers.

Les chronologies basées sur la poterie sont souvent essentielles pour dater les cultures analphabètes et sont également souvent utiles pour dater les cultures historiques. L'analyse des éléments traces, principalement par activation neutronique, permet d'identifier avec précision les sources d'argile et le test de thermoluminescence peut être utilisé pour fournir une estimation de la date de la dernière cuisson. En examinant des tessons de poterie cuits de la préhistoire, les scientifiques ont appris que lors de la cuisson à haute température, les matériaux de fer dans l'argile enregistrent l'état exact du champ magnétique terrestre à ce moment précis.

Bien que de nombreux effets environnementaux de la production de poterie existent depuis des millénaires, certains d'entre eux ont été amplifiés par la technologie et les échelles de production modernes. Les principaux facteurs à prendre en considération se répartissent en deux catégories : (a) les effets sur les travailleurs et (b) les effets sur l'environnement général.

Historiquement, le « plombisme » (empoisonnement au plomb) était un problème de santé important pour ceux qui émaillaient la poterie. Cela a été reconnu au moins dès le XIXe siècle et la première législation au Royaume-Uni visant à limiter l'exposition des potiers a été introduite en 1899. [81]

Une ventilation adéquate pour garantir une qualité d'air intérieur adéquate peut réduire ou éliminer l'exposition des travailleurs aux particules fines, au monoxyde de carbone, à certains métaux lourds et à la silice cristalline (pouvant conduire à la silicose). Une étude plus récente au Laney College, Oakland, Californie suggère que tous ces facteurs peuvent être contrôlés dans un environnement d'atelier bien conçu. [82]

Les principales préoccupations environnementales comprennent la pollution de l'eau hors site, la pollution de l'air, l'élimination des matières dangereuses et la consommation de carburant.


Pot en poterie d'époque hellénistique - Histoire

PLUS ANCIEN QUE LA SALETÉ.
Authentique garanti.

Pièces de monnaie antiques et artefacts :

Artefacts de poterie de la période biblique de la Terre Sainte


Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Belle pyxis ou marmite en terre cuite, le corps trapu avec les côtés échancrés, le cou court avec la lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact à l'exception d'un éclat de jante et d'une forme attrayante. L : 9,6 cm (3 3/4") H : 6,5 cm (2 1/2"). Dépôts de terre lourds. De la collection de James DiBella, New York, NY, acquis de Khader M. Baidun, Israël. Plus de photos disponibles sur demande. #AH2231 : 450 $
Une élégante jarre romaine en céramique de Terre Sainte, c. 1er - 3ème siècle après JC, le corps ovoïde avec pied étroit et bord évasé, les deux anses sont maintenant perdues. H : 5 1/2" (14 cm). Bonnes surfaces, avec de légers dépôts. Ex Berkshire, collection privée britannique. #AR3213 : 350 $
Terre Sainte. Âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Petit pot à anse. De forme ronde, l'anse à boucle unique surmontée d'une saillie. 3 3/4 x 3 1/4 po (9,6 x 8,2 cm). Dépôts légers. Ancienne collection privée de New York. #AH2304 : 250 $
Terre Sainte, période de l'Ancien Testament. Âge du fer, ch. 1000 - 800 avant JC. Joli pot en céramique à deux anses. Le corps bulbeux avec pied annulaire, l'épaule corsetée avec bouche évasée et deux anses en boucle. 3 3/4 x 4 po (9,5 x 10,2 cm). Collection privée Ex Maine Ex Artemis Gallery, CO. #AH2360 : 350 $
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Grande pyxis ou marmite en terre cuite, le corps trapu avec les côtés échancrés, le cou court avec la lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact et une forme attrayante. L : 10 cm (3 7/8") H : 9 cm (3 3/8"). Dépôts de terre légère. De la collection de James DiBella, New York, NY, acquis de Khader M. Baidun, Israël. Plus de photos disponibles sur demande. #AH2233 : 450 $
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Grande pyxis ou marmite en terre cuite, le corps trapu avec des côtés verticaux, un col court avec une lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact et une forme attrayante et élégante. L : 11 cm (4 1/4") H : 8 cm (3 1/8"). De la collection de James DiBella, New York, NY, acquis de Khader M. Baidun, Israël. #AH2235 : 499 $
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec un corps ovoïde trapu, un long cou cylindrique et un bord large et plat. H : 5 1/8 po (13 cm). Joliment conservé, avec des gisements de terre et de minéraux, des zones d'écaillage jusqu'au bord. Ancienne collection Reed, Royaume-Uni, acquise dans les années 30-40. #AR3225 : 250 $
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec un corps ovoïde trapu, un long cou cylindrique et un bord large et plat. H : 5 3/8 po (13,7 cm). Intact et bien conservé, avec des gisements de terre et de minéraux. Ancienne collection Reed, Royaume-Uni, acquise dans les années 30-40. #AR3226 : 275 $
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du fer, ch. 1000 - 600 avant JC. Une grande tasse à pied de l'âge du fer, le corps arrondi reposant sur trois pieds en cheville avec une bouche évasée et une poignée en boucle alignée horizontalement. 3" x 4 3/4" (7,9 x 12 cm). Dépôts superficiels légers. Ancienne collection privée du Massachusetts acquise dans les années 60-70. #AH2421 : 299 $
Terre Sainte. Âge du bronze, ch. 3000 - 2500 avant JC. Grande jarre à bec en terre cuite. Le corps arrondi à fond aplati, le col court à bouche évasée, un seul bec verseur sur épaule en regard d'une petite anse ronde. 4 1/2 po x 6 1/4 po (11,2 x 15,2 cm). Un bel exemple avec des gisements de terre et de minéraux. Anciennes galeries Malter, Encino, Californie. #AH2305 : 450 $
Terre Sainte. Période hellénistique, c. 2e - 1er siècle avant JC. Jolie tasse à une anse en poterie. Avec un corps large et rond, un bord évasé, une petite poignée et une base annulaire surélevée. Couleur brun foncé sous de lourds dépôts de terre. H : 3 1/4" (8,3 cm). Ancienne collection de John Hibner, acquise en Turquie pendant le service militaire dans les années 60. #AH2280 : 250 $
L'Âge de bronze. Anatolie, ch. 2000 - 1550 av. Rare pichet en céramique de Minyan. Avec des surfaces brunies gris-noir foncé et de légers dépôts. H : 6 1/4" (16 cm). Réparé avec pièce manquante sur un côté (non photographié, possibilité d'envoyer photo du côté opposé sur demande). Anciennes galeries Malter, Encino, Californie. #AH2334 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Période hellénistique tardive, c. 1er siècle avant JC. Joli récipient à huile "bouteille de broche" pour huile de lampe à huile. Bien formé avec un cou étroit et une bouche repliée. Bel exemple de cette forme populaire et très traditionnelle. 6 7/8 po (17,5 cm) de hauteur. Dépôts légers. Ancienne collection privée de Los Angeles, Californie. #AR3132 : 250 $
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec corps ovoïde, col tubulaire et bord arrondi. La partie supérieure du navire a été trempée dans un engobe rouge. H : 4 3/4 po (12,1 cm). Joliment conservé avec de légers dépôts de terre, quelques fissures d'âge vers le bas du corps. Ancienne collection de la famille Gagné, San Francisco, acquise dans les années 1960 alors qu'elle travaillait comme hôtesse de l'air pour les compagnies aériennes PanAm, puis par filiation. #AH2403 : 225 $
Voir aussi : Lampes à huile de Terre Sainte du temps de Moïse à Hérode le Grand et du temps du Christ en Judée !
Voir aussi : Artefacts de poterie et de terre cuite romaine antique !

Pour effectuer un achat, ou pour plus d'informations, CLIQUEZ ICI

ÉNORME cruche à huile ou à vin en terre cuite Terre Sainte, TROUVÉE À JÉRUSALEM. c. 1200 - 800 av. Incroyable patine de sable du désert. Mesure 150 mm (6 pouces) de hauteur ! Un magnifique présentoir au bec gracieux et pincé. Intact - aucune restauration. Anciennes galeries hamédiennes, Jérusalem. #5981 : 375 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1500-800 av. Grand vase / fiole à huile en terre cuite. Mesure 4 3/4 pouces de hauteur. La base plate et lourde le rend très stable tout seul. Aurait fière allure avec des fleurs séchées à l'intérieur ! 125 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1500-800 avant JC. Belle marmite en terre cuite à deux anses. TROUVÉ À JÉRUSALEM. Conçu pour être suspendu au-dessus d'un poêle. Petite restauration à l'une des anses et bec verseur. presque invisible. Une pièce charmante, 100 mm (3 3/4 ") de diamètre x 75 mm (3 ") de haut. Anciennes galeries hamédiennes, Jérusalem. #5953 : 325 $ VENDU
Coupes à louche en poterie de Terre Sainte, v. 3200-2200 av. De forme globulaire, avec des bases plates, des bords évasés et des anses épaisses à section ronde. mesure 70-120 mm de haut. réf : Amirian, R. Poterie ancienne de Terre Sainte. Un groupe fantastique ! #tl679 : 300 $ chacun.
Judée, période hérodienne, vers "l'année zéro", c. 1er siècle avant JC/AD. Jarre romaine en terre cuite à corps globuleux, col court et bouche évasée. H : 2 3/4" (7 cm). Dépôts intacts et légers. Un bel exemple ! Ex-Galerie Hamedian, Jérusalem. #861207 : 250 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze ancien, v. 3100 – 2900 av. Pot en terre cuite à corps globuleux, col court et rebord épais. Surfaces quelque peu brûlées dans l'antiquité ! H : 4" (10,2 cm). Dépôts de terre légers. Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861205 : 199 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1 850 - 1 550 av. Juglet en terre cuite de l'âge du Bronze moyen, à corps cylindrique et à base plate. L'épaule est nettement définie et le cou très étroit avec un bord tourné vers l'extérieur. La poignée simple est divisée par une rainure profonde. Incrustation de terre. 5 1/8" (13 cm) de hauteur. Ancienne collection de Californie du Sud. Une pièce très soignée et intéressante. #0910-137 : 299 $ VENDU
Plat d'offrande en Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament, Ier millénaire av. Joli petit plat chamois aux parois droites et pied circulaire. Quelques réparations. 100 mm (4 ") de diamètre. Pièce soignée. #271050 : 175 $ VENDU
Terre Sainte, vers 1200 – 800 av. Période de l'Ancien Testament, âge du bronze tardif. Joli distributeur d'huile ou juglet à une poignée en céramique. Le corps trapu et cylindrique avec un cou resserré, une poignée à double rangée et une bouche évasée à bord aplati. Intacte, fissures d'âge mineures sur la base. 3 3/4". Un navire très intéressant. Ancienne collection de Los Angeles. #AH2002 : 299 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du fer, ch. 1000 - 600 avant JC. Joli juglet en faïence. Le corps arrondi avec pommeau en bas, le col tubulaire et légèrement évasé, poignée unique sur le côté. H : 4 1/2" (11,4 cm). Poignée re-attachée, les surfaces avec de lourds dépôts de terre. Ne vient pas avec le support. Ex collection Dr. Gilles, Allemagne, acquis avant 1970. #AH2008 : 150 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du bronze, ch. 2000 - 1550 av. Juglet en terre cuite. manque la base et réparé à partir de morceaux, fortement incrusté de dépôts de terre. H : 2 3/4" (6,9 cm). Ancienne collection du Dr Gilles, Allemagne, acquise avant 1970. Un exemple intéressant et peu coûteux. #AH2009 : 99 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1200 - 800 av. Joli petit bol en céramique. Probablement utilisé pour servir des assaisonnements de table tels que le sel. Belle forme arrondie avec pied rond. Diamètre : 3 1/8" (78 mm), H : 1 7/8" (47 mm). Intact avec des dépôts de terre lourdsl quelques pertes au fond de la base. ex-Los Angeles, Californie collection. #AG2018 : 150 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1 000 - 600 av. Excellent grand pichet en terre cuite chamois crème. De belle construction lourde, complètement intacte mais avec quelques ébréchures mineures à la jante. Incrustation de terre. 6" (15,2 cm) de hauteur. Ancienne collection Midwest. Excellente pièce d'affichage! #0910-141 : 599 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Intéressants grands amphoriskos en terre cuite, à corps globuleux et à bec haut, une petite anse à ergot de chaque côté. H : 6" (15,3 cm). Intact avec une légère incrustation de terre. Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861202 : 475 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament. Judée de l'âge du bronze ancien, v. 3000-2500 avant JC. Fiole à corps rond à une seule anse très ancienne. Haut de poignée réparé, reste perdu dans l'antiquité. Près des éléments de conception surélevés sur le corps. H : 8 cm (3 1/4"). Trouvé au cours des fouilles de 1970 de l'école biblique et archéologique du Hebrew Union College à Gezer, en Israël. ex-Asheville, collection NC. #AH2140 : 99 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du bronze, période de l'Ancien Testament, v. 2000 – 1200 avant JC. Grand juglet en terre cuite de Terre Sainte. Avec corps ovoïde, fond arrondi, bec évasé et anse en boucle. H : 5" (13 cm). Belle couleur, légers dépôts. Photographié calé sur la base de l'anneau (non inclus, mais un peut être fourni pour 6 $ de plus). Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2226 : 250 $ VENDU
Palestine, âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Joli amphoriskos en terre cuite, avec un motif de filet peint en rouge autour de la partie inférieure. Quelques petits éclats de jante. H : 4 1/4" (10,8 cm). Un très bel exemple de poterie ancienne de Terre Sainte ! Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861206 : 375 $ VENDU

Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du fer, ch. 1000-600 avant JC. Flacon à une anse en terre cuite. Avec un corps trapu, un pied étroit et un col haut et une poignée en boucle. H : 4 1/4" (11 cm). Bien conservé avec des gisements de terre et de minéraux. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2278 : 250 $ VENDU
Grec hellénistique, ch. IIIe-IIe siècle av. Bouteille en céramique, trouvée en Terre Sainte ! Avec corps arrondi, col haut et bord évasé. H : 8,5 mm (3 1/4"). Surfaces grises avec de lourds dépôts de terre. Acquis d'un domaine new-yorkais, acheté aux enchères en 1970. Plus de photos disponibles sur demande. #AG2173 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Période hellénistique, ch. 2e - 1er siècle avant JC. Grande bouteille en poterie à deux anses. Avec base annulaire plate, col étroit et forme gracieuse. Belle couleur orangée profonde sous de lourds dépôts de terre. H : 3 3/8" (8,5 cm). Ancienne collection de John Hibner, acquise en Turquie pendant le service militaire dans les années 60. #AH2279 : 250 $ VENDU
Méditerranée orientale, v. 7ème - 9ème siècle après JC. Grande amphore en gris. Le corps presque rond, la base se rétrécissant en un pied de disque. Le cou est étroit avec une bouche à col et une lèvre épaisse, les poignées se rejoignant juste en dessous du col à partir de l'épaule. H : 10 3/4" (27,3 cm). Intact avec de légers dépôts. Quelques taches de fer, peut-être dues à la chaîne qui soutenait le bouchon ou le maintenait sur le pont d'un navire. Ancienne collection Donald Simmounds, Royaume-Uni. Une pièce d'exposition très attrayante! #AH2222 : 750 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du fer, ch. 1000-600 avant JC. Juglet miniature en céramique soigné. Avec corps arrondi, bec évasé et poignée simple petite boucle. H : 5,5 cm (2 1/8"). Couleur gris foncé, dépôts de terre clairs. Avec une haute base en métal. Avec la base mesure 15,4 cm (6 po) de hauteur. ex-Glendale, CA collection privée, achetée en Terre Sainte dans les années 1960-1970. #AH2302 : 250 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Petit unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec corps arrondi, pied aplati et long cou à bord évasé. Intact sauf pour les petits éclats de jante. Dépôts de terre légers. H : 7,1 cm (2 7/8"). ancienne collection privée espagnole. #AR3049 : 250 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er - 3e siècle après JC. Joli juglet à anse avec anse en boucle et bouche évasée. Un type couramment utilisé pour stocker de l'huile pour les lampes à huile. H : 4 1/2" (11,6 cm). Intacte, avec de lourds dépôts de terre. Ancienne collection Costa-Mejia, Californie. Une belle pièce d'affichage. #AH2383 : 250 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze moyen, v. 2000 - 1700 av. Superbe juglet en céramique. Le corps de forme piriforme inversée avec un fond pointu, le cou étroit et court avec un large bord arrondi et une anse à boucle unique. Belles surfaces grises glissées et brunies. H : 3 3/4" (9,5 cm). Dépôts légers. Livré avec une base annulaire en acrylique. Ex Superior Stamp and Coin, Beverly Hills. #AH2353 : 375 $ VENDU
Grec hellénistique, ch. IIIe-IIe siècle av. Bouteille en céramique, trouvée en Judée ! Avec corps arrondi, col haut et bord évasé. Belle couleur rougeâtre avec des dépôts de terre. H : 10,5 cm (4 1/8"). Très ancienne étiquette encrée sur la base lit "Judée, période hellénistique C. 330 avant JC". Acquis d'un domaine new-yorkais, acheté aux enchères en 1970. #AG2177 : 225 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, 4e - 5e siècle après JC. Jolie amphore miniature en céramique. Avec col rainuré et base de coussin épais, deux poignées en boucle. H : 3 5/8" (9 cm). Intact avec de légers dépôts, construction robuste. Ancienne collection Howard, Californie du Sud. #AH2354 : 199 $ VENDU Cananéen, v. 1730-1550 av. Petit juglet chamois à base arrondie et poignée unique. Intact avec une belle coloration grise et une forte incrustation de terre. Tel que trouvé ! 87 mm (3 1/2 po) de hauteur. Pièce intéressante ! #271027 : 225 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament. Judée de l'âge du bronze, IIIe millénaire av. Un magnifique bol en céramique rouge. Beaucoup de pigments rouges d'origine dans l'ensemble et des marques de pinceau encore visibles au centre. Construction en coquille d'œuf délicate, une seule pièce de restauration experte sur une partie de la jante. Une belle pièce avec beaucoup de charme ! 130 mm (5 1/8") de diamètre. Trouvé à Jérusalem ! Anciennes galeries hamédiennes, Jérusalem. #90916-6055 : 325 $ VENDU
Judée de la période de l'Ancien Testament, âge du bronze moyen II, 2000-1550 av.Un joli gobelet en terre cuite à une anse. TROUVÉ À JÉRUSALEM. Réparé de manière experte le long des anciennes lignes de rupture, avec un joli ton de sable du désert. Mesure 90 x 80 mm (3 1/2 x 3 1/8"). Anciennes galeries hamédiennes, Jérusalem. #90914-5999 : 250 $ VENDU
Ancienne Terre Sainte, Judée. Âge du bronze, ch. 1500-1200 avant JC. Joli juglet en terre cuite. Belle forme, avec un corps arrondi et une seule poignée de balayage. Intact avec quelques incrustations de terre. Mesure 96 mm (3 3/4 po) de hauteur. Très agréable! #901270 : 299 $ VENDU
Judée, période hérodienne, vers "l'année zéro", c. 1er siècle avant JC/AD. Petite jarre romaine en terre cuite. Avec un corps rond, un cou court et une bouche évasée. H : 3 1/8" (8 cm). Petit éclat au fond, légers dépôts de terre. Ex-Galerie Hamedian, Jérusalem. #861208 : 250 $ VENDU
Ancienne Terre Sainte, Judée. Âge du bronze, ch. 2000-1500 av. Petit juglet en terre cuite. Corps large et poignée arquée composée de deux "sangles" fusionnées. Quelques restaurations. 84x87 mm (3 1/4 x 3 5/16"). #901269 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du fer, ch. 1000 - 600 avant JC. Bol peu profond en terre cuite à base annulaire basse et rebord aplati. Diamètre : 4 7/8" (12,4 cm). Intact avec des fissures d'âge et quelques piqûres internes, dépôts de terre. Ancienne collection Dr. Gilles, Allemagne, acquis avant 1970. #AH2010 : 135 $ VENDU
Un grand et attrayant bol en terre cuite rouge de Terre Sainte, 3e millénaire avant JC, modelé à la main avec une base plate. Intact avec un petit dispositif décoratif en relief sur la jante. Joli engobe rouge avec un peu de brunissage à l'extérieur. Grande pièce, 9" de diamètre, mesure 4" de haut. Un bol en terre cuite ancienne très joli et bien conservé ! Pourrait toujours être utilisé pour contenir des fruits, des décorations ou d'autres objets légers à afficher dans la maison ! Ancienne collection Touma Dabbah, acquise dans les années 60. #1210166 : 350 $ VENDU
Terre Sainte. Édomite, ch. 2100-1400 av. Terre d'Edom, sud de la Jordanie. Une immense et merveilleuse amphore "chocolat sur faïence blanche", avec un petit pied évasé, des anses en boucle, un col cylindrique court et une bouche évasée. L'épaule et le cou décorés de dispositifs et de bandes en zigzag, des trappes autour du pourtour. H : 8 1/2" (21,6 cm). Dépôts de terre partout. Ancienne collection Tachner, achetée à la galerie Ariadne en 1980. #AH2109 : 750 $ VENDU
Terre Sainte. Édomite, ch. 2100-1400 av. Terre d'Edom, sud de la Jordanie. Une tasse "en chocolat sur terre blanche" absolument énorme, avec un pied évasé étroit, les côtés du navire décorés de deux bandes verticales à motif de vagues, des bandes au-dessus et en dessous. 5 5/8" x 6 3/4" (14,3 x 17,1 cm). Ex collection Tachner, achetée à la galerie Ariadne en 1980. #AH2110 : 750 $ VENDU
Terre Sainte. Cananéen, âge du bronze tardif, v. 1530 - 1480 av. Excellent pot "chocolat et blanc". Avec une très belle décoration géométrique peinte autour du corps. H : 3 1/4" (8,2 cm). Ancienne collection Rice, Californie du Sud. #AH2184 : 650 $ VENDU
Période de l'Ancien Testament. Chypriote antique, ch. 1550-1200 av. Grande fiole à anneau de base à une seule poignée. Avec une forme gracieuse, une petite lèvre évasée et une poignée arquée. Petit pied annulaire. Petit motif linéaire très en relief sur le devant. H : 115 mm (4 1/2"). Trouvé au cours des fouilles de 1970 de l'école biblique et archéologique du Hebrew Union College à Gezer, en Israël. ex-Asheville, collection NC. #AH2139 : 325 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Belle pyxis ou marmite en terre cuite, le corps trapu avec les côtés échancrés, le cou court avec la lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact et une forme attrayante. L : 9,6 cm (3 3/4") H : 7 cm (2 5/8"). Dépôts de terre lourds. De la collection de James DiBella, New York, NY, acquis de Khader M. Baidun, Israël. Plus de photos disponibles sur demande. #AH2232 : 450 $ VENDU

Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du bronze, ch. 2000 - 1500 avant JC. Juglet à une anse en terre cuite. Avec corps ovoïde, fond arrondi et anse annulaire. H : 3 1/4" (8,5 cm). Bien conservé avec de lourds dépôts de terre. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2277 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du bronze moyen, v. 1850-1550 av. Grand gobelet en terre cuite. Belle forme, avec un petit pied circulaire et une grande bouche à bord évasé. H : 73 mm (2 7/8"), diamètre : 10 cm (4 pouces). Cf. Poterie antique de Terre Sainte d'Amiran dans la section Bronze moyen sous "Gobelets et calices" à la page 97, planche 5. Livré avec un support en métal. Ancienne propriété d'Oldsmar. #AH2237 : 399 $ VENDU
Terre Sainte. Période hérodienne, c. 1er siècle avant JC-début 1er siècle après JC. Belle bouteille en céramique utilisée pour l'huile d'olive. Conception simple, avec col haut, bord légèrement évasé et fond arrondi. Couleur rougeâtre avec de légers dépôts de terre. H : 10,5 cm (4 1/4"). Ex-Galerie Hamedian, Via Dolorosa, Vieille Ville, Jérusalem. #AH2287 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du bronze, ch. 2000 - 1500 avant JC. Bouteille en terre cuite à deux anses. A corps ovoïde, fond plat et deux anses annulaires écaillant une bouche évasée. H : 4 5/8" (11,5 cm). Bien conservé avec des gisements de terre et de minéraux. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2276 : 250 $ VENDU
Terre Sainte. Période hellénistique tardive, c. 1er siècle avant JC. Joli récipient à huile "bouteille de broche" pour huile de lampe à huile. Bien conservé avec une engobe sombre autour de la bouche et du haut du cou. Bel exemple de cette forme populaire et très traditionnelle. Environ 6 7/8 po (17,5 cm) de hauteur. Dépôts légers. Ancienne collection privée de Los Angeles. #AG2241 : 275 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec corps arrondi, pied aplati et long cou à bord évasé. Intact et bien conservé, avec de légers dépôts de terre. H : 10,2 cm (4 pouces). ancienne collection privée espagnole. #AR3050 : 299 $ VENDU
Grec hellénistique, ch. IIIe-IIe siècle av. Bouteille en céramique, trouvée en Judée ! Avec corps arrondi, col haut et bord évasé. Couleur blanc cassé avec traces d'engobe orange et marron d'origine. H : 10,3 cm (4 pouces). Très ancienne étiquette encrée sur la base lit "Judée, période hellénistique C. 330 avant JC". Acquis d'un domaine new-yorkais, acheté aux enchères en 1970. #AG2176 : 225 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec corps arrondi, pied aplati et long cou à bord évasé. Des restes de barbotine noire autour du haut du bec virent maintenant au rouge brique clair. H : 4 1/4" (10,7 cm). Intact et bien conservé, avec de légers dépôts de terre. Ancienne collection privée de Los Angeles, Californie. #AG2247 : 299 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Joli unguentarium en terre cuite, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Forme simple avec corps ovoïde, pied aplati et long cou à bord évasé. Traces d'engobe noir autour du haut du cou. Intact et bien conservé, avec des dépôts de terre. H : 5" (12,5 cm). Ancienne collection Costa-Mejia, Californie. #AH2384 : 250 $ VENDU Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament, âge du bronze tardif, c. 1200-1000 av. Gobelet à louche à une seule poignée de couleur crème chamois. Bel exemple avec une lèvre évasée et un bouton surélevé sur le dessus d'une poignée épaisse. Se sent bien en main ! réf : Amirian, R. Poterie ancienne de Terre Sainte. Ex-Timeline Galleries, Royaume-Uni. 130x65 mm (5" x 2 1/2"). Très agréable! #271021 : 299 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze ancien, v. 3 100 - 2 900 av. Groupe de 2 vases en terre cuite glissé rouge. Le premier est un pot à double anse avec une bouche largement évasée, 4 3/4" (12,2 cm) de hauteur. Le deuxième récipient est un pot à une seule anse, 3 3/4" (9,5 cm) de hauteur. Ancienne collection Midwest USA. Exemples intéressants à petit prix ! #0910135 (1 & 2) : 250 $ chacun ou 399 $ pour les deux ! VENDU
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1550 - 1200 av. Beau et grand bol en poterie chamois orange, avec pied en disque surélevé et épaule coudée avec lèvre tournée vers l'extérieur. Quelques petits éclats de jante, mais un bel exemple avec des surfaces bien conservées. H : 2 7/8" (7,3 cm), diamètre : 6 3/8" (16,3 cm). Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. Pourrait encore être rempli d'objets affichables ! #0611194 : 350 $ VENDU
Terre Sainte, période hérodienne, v. 37 avant JC-5 après JC. Beau vase en poterie chamois. Avec deux poignées larges et un corps rond avec des rainures concentriques parallèles. H : 4 1/4" (10,8 cm). Intact! Un excellent exemple et une belle et grande pièce d'affichage. Ex. Collection privée de Los Angeles. #1011291 : 399 $ VENDU
Judée, période hérodienne, vers "l'année zéro", c. 1er siècle avant JC/AD. Petite jarre en terre cuite à côtés nervurés, les côtés s'effilant jusqu'à une base aplatie. Les côtés sont décorés de cannelures concentriques, le col court et la bouche à pans verticaux. H : 3 1/2" (8,9 cm). Quelques petits éclats de jante et dépôts de terre. Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861203x2 : 275 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament, âge du bronze tardif, v. 1200-1000 av. Belle tasse à boire en poterie redware. Poignée simple avec corps large. Intact avec une belle couleur rougeâtre, quelques dépôts de terre. 136 mm (5 1/2"). collection de l'ancien juge fédéral du New Jersey, ex-Coincraft, Londres, achetée au début des années 90. #JK72016 : 225 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament. Judée de l'âge du bronze, IIIe millénaire av. Superbe coupe à pied en terre cuite rouge à une anse. Intact avec un joli ton rouge. TROUVÉ À JÉRUSALEM ! Anciennes galeries hamédiennes, Jérusalem. 85 mm (3 1/4 po) de hauteur. #90915 : 299 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament, âge du bronze tardif, v. 1200-1000 av. Gobelet à louche à une seule poignée de couleur crème chamois. Bel exemple avec une lèvre évasée et un bouton surélevé proéminent sur le dessus d'une poignée épaisse. réf : Amirian, R. Poterie ancienne de Terre Sainte. Pièce soignée ! 104x90 mm (4" x 3 78"). Ex-Timeline Galleries, Royaume-Uni. #271022 : 299 $ VENDU Terre Sainte, âge du bronze, v. 2000 - 1500 avant JC. Très belle bouteille en greyware. Le corps ovoïde à petit pied évasé, le cou très étroit avec bouche striée. Quelques restaurations légères sur la jante et quelques piqûres et écaillages sur les surfaces. 110 mm (4 1/4 po) de hauteur. Ancienne collection Donald Simmounds, Royaume-Uni. Une pièce magnifique !
#A12183 : 375 $ VENDU
Terre Sainte de la période de l'Ancien Testament, âge du bronze tardif, v. 1200-1000 av. Grand gobelet à louche crème chamois à une seule anse. Bel exemple avec une lèvre évasée et un bouton surélevé sur le dessus d'une poignée épaisse. Petite zone où il a été brûlé dans l'antiquité. 140x110 mm (5 1/2" x 4 1/4"). réf : Amirian, R. Poterie ancienne de Terre Sainte. Ex-Timeline Galleries, Royaume-Uni. Super gros morceau ! #271020 : 325 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Belle pyxis en terre cuite, le corps trapu avec les côtés verticaux, le cou court avec la lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact et une forme attrayante. H : 3 1/2" (8,9 cm). Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861204 : 475 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 1200 - 800 av. Beau bol en terre cuite à parois minces. Fait d'un corps en argile rose-orange, joliment jeté avec un fond incliné et une petite base de disque. H : 2" (5,1 cm) Diamètre : 4 1/2" (11,5 cm). Écaillage mineur de la jante, un bel exemple ! Ex-Galerie Hamedian, Vieille Ville, Jérusalem. #861200 : 225 $ VENDU
Terre Sainte, Israélite, Période de l'Ancien Testament. Âge du fer II, ch. 930 - 586 av. Juglet à une anse en céramique. Avec corps rond, petit pied rond et poignée large et arquée. H : 11 cm (4 1/2"). Intact avec une légère incrustation de terre. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2213 : 250 $ VENDU
Terre Sainte, Israélite, Période de l'Ancien Testament. Âge du fer II, ch. 930 - 586 av. Petit juglet à une anse en céramique. Avec corps arrondi oblong et petite anse. H : 82 mm (3 1/4"). Ne tient pas debout tout seul. Intact avec une légère incrustation de terre. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2214 : 199 $ VENDU
Terre Sainte. Âge du bronze, période de l'Ancien Testament, v. 2000 – 1200 avant JC. Grand juglet en terre cuite de Terre Sainte. Avec corps ovoïde, fond arrondi, bouche évasée et anse en boucle. H : 4 3/8" (11 cm). Belle couleur, légers dépôts. Photographié calé sur la base de l'anneau (non inclus, mais un peut être fourni pour 6 $ de plus). Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2227 : 225 $ VENDU

Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament, ch. 1000 - 600 avant JC. Belle grande fiole à double anse. Avec corps rond, et bec évasé flanqué de poignées en boucle. H : 5" (13 cm). Support non inclus. Ancienne collection Brauns, Californie du Sud. #AH2183 : 399 $ VENDU
Terre Sainte, période romaine, v. IIe-IIIe siècle après JC. Grand pichet en terre cuite. Avec poignée unique, corps arrondi, col large et bord évasé. Plusieurs bandes de crêtes concentriques à l'intérieur du cou. Belle couleur rougeâtre, dépôts de terre lourds. L'ancienne étiquette de collection liée à la poignée indique "DORMIC.BTIX/K.VNZ". H : 12,8 cm (5 pouces). Acquis aux enchères de la succession d'Alvin Cohen, Bethesda, MD. #AR2823 : 375 $ VENDU
Terre Sainte, ch. 2000 – 1550 av. Une belle et grande juglet en céramique de la vallée du Jourdain. Bien projeté, à corps ovoïde, col haut et étroit avec bec verseur et poignée simple à profil circulaire. H : 7 1/4" (18,4 cm). Belles surfaces chamois orangées avec de légers dépôts. Avec petite base annulaire. Ancienne collection privée de Washington, DC. #AH2252 : 475 $ VENDU
Terre Sainte, âge du bronze, v. 1500 - 1250 av. Belle pyxis ou marmite en terre cuite, le corps trapu avec les côtés échancrés, le cou court avec la lèvre tournée vers l'extérieur. Une poignée en boucle épaisse de chaque côté. Intact et une forme attrayante. L : 9 cm (3 1/2"). De la collection de James DiBella, New York, NY, acquis de Khader M. Baidun, Israël. #AH2236 : 475 $ VENDU
Terre Sainte. L'époque de l'Ancien Testament. Âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Jarre à anse de l'âge du Bronze ancien, le corps de forme piriforme à fond plat, le col assez haut avec l'embouchure évasée et deux anses à boucles verticales H : 4 po (10 cm). Ex Oxford, collection privée britannique. #AH2309 : 399 $ VENDU
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament ! Âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Un navire bien formé de l'âge du bronze ancien. Avec bouche étroite et poignée en boucle épaisse. H : 9 cm (3 3/8") jusqu'en haut de la poignée. Ex collection Tachner de la Galerie Ariane (1980). Très agréable! #AH2332 : 325 $ VENDU
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du fer, ch. 1000 - 600 avant JC. Grande marmite à deux anses. Le corps arrondi avec trois arêtes horizontales autour du cou et deux anses en boucle. 6 3/4" x 6 1/2". Altération de la surface et dépôts mais bien conservés et robustes. Ancienne collection Baron, Californie du Sud. #AH2361 : 350 $ VENDU
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du fer, ch. 1000-600 avant JC. Flacon à une anse en terre cuite. Avec un corps trapu, un pied étroit et un col haut et une poignée en boucle. H : 4 1/8" (10,5 cm). Intact de couleur rouge clair, dépôts de terre. Ancienne collection Howard, Californie du Sud. #AH2355 : 250 $ VENDU
Terre Sainte. Période de l'Ancien Testament. Âge du bronze ancien, v. 3100 - 2900 av. Marmite en céramique. Le corps squat avec le bas échancré, le cou court et la bouche évasée deux petites poignées pincées de chaque côté. H : 5" (13 cm). Dépôts superficiels modérés, petits éclats de jante et fissures capillaires. Anciennes galeries Malter, Encino, Californie. #AH2333 : 275 $ VENDU
Terre Sainte. Période romaine, ch. 1er siècle avant JC - 1er siècle après JC. Grande bouteille en céramique, du type couramment utilisé comme récipient à huile pour lampe à huile. Corps piriforme à base plate, col cylindrique et bord large et plat. H : 5 pouces (12,7 cm). Intact et bien conservé, avec des dépôts de terre. Ancienne collection de la famille Gagné, San Francisco, acquise dans les années 1960 alors qu'elle travaillait comme hôtesse de l'air pour les compagnies aériennes PanAm, puis par filiation. #AH2402 : 250 $ VENDU

Poterie Ancienne

Dans les temps anciens, la poterie était très utilitaire et fonctionnait comme vaisselle, batterie de cuisine, pour le stockage et même pour l'éclairage. Il n'est donc pas étonnant que les archéologues trouvent plus de poteries que tout autre artefact. La poterie a été inventée dès le néolithique, à l'origine sous la forme de récipients bruts et faits à la main. Au fil du temps, le tour de potier a été inventé, permettant aux potiers de produire en masse des récipients lisses et uniformes. La poterie avait généralement tendance à devenir plus fine, plus lisse et plus solide au fil du temps, mais le développement s'est produit plus tôt dans certaines cultures que dans d'autres.

Poterie de l'âge du bronze : de l'âge du bronze appartenant aux populations cananéennes était généralement finement fait, mais pas au niveau de la poterie plus tard. Les caractéristiques comprennent des rebords hauts et évasés sur les bocaux, des casseroles à fond plat et des décorations moulées et incisées. À la fin de l'âge du bronze, des poteries importées de Chypre ont été introduites en Terre Sainte. Cette poterie présentait des décorations peintes en deux couleurs. Il existe à la fois des poteries importées originales et des imitations fabriquées localement.

Poterie de l'âge du fer : Au cours de l'âge du fer, deux principaux groupes de personnes habitaient la Terre Sainte : les Israélites et les Philistins. Les premières poteries israélites avaient tendance à être grossières, lourdes et mal faites. Les pots de stockage aux rebords épaissis sont caractéristiques de cette période, et la plupart des récipients étaient simples et sans décoration. Plus tard à l'âge du fer, la poterie ancienne israélite est devenue beaucoup plus fine et de nombreux exemples présentent un brunissage rouge brillant. La poterie philistine contrastait fortement avec celle des Israélites et présentait des peintures élaborées à une ou deux couleurs. Il existe de nombreux exemples de formes fantaisistes et élaborées, certaines prenant la forme d'animaux.

Poterie grecque : Avec la conquête du monde connu par Alexandre le Grand, la culture grecque s'est généralisée. En Terre Sainte, les Hasmonéens ont lutté pour conserver leur culture et leur religion israélites. La poterie en Terre Sainte de cette période était plus fine et plus lisse que celle des périodes précédentes, avec des formes qui rappelaient celles de l'âge du bronze. Dans l'empire grec au sens large, la poterie était très décorée de figures noires et rouges représentant des scènes pleines d'action de leur mythologie.

Poterie romaine : L'ère romaine était une époque de grands progrès, et ce progrès se reflète dans la poterie antique. À cette époque, la poterie est devenue beaucoup plus fine, plus lisse et plus solide. En Terre Sainte, des distinctions culturelles claires sont apparues entre la poterie juive et celle des Romains. La poterie juive était généralement simple et non décorée, bien que de nombreux récipients aient été côtelés pour augmenter la résistance des récipients. La poterie des Romains, en revanche, était très décorée. Un type, la terre sigillée orientale, était en rouge poli et présentait des motifs impressionnés. Les lampes à huile, fabriquées en pressant de l'argile dans un moule, présentaient souvent des scènes représentant des dieux romains ou d'autres personnages.

Bien que le style et la qualité de la poterie aient changé au cours de l'histoire et à travers les cultures, de nombreux types de récipients sont restés constants. Ceux-ci comprennent des bols, des cratères, des marmites, des bocaux de stockage, des cruches, des cruches et des lampes à huile.

Bols anciens : Les bols représentent le type de vaisselle le plus répandu dans l'histoire de la Terre Sainte. Beaucoup sont juste assez grands pour contenir une portion de nourriture. Ils sont souvent larges et peu profonds, peut-être conçus pour permettre aux aliments chauds de refroidir uniformément.Et (Elisée) a dit, « Apportez-moi un nouveau bol et mettez-y du sel » (2 Rois 2:20).

Cratères : Les cratères représentent probablement les plats de service du monde antique, bien qu'ils puissent également avoir servi à stocker de la nourriture. Ils sont généralement plus larges à leur milieu, et parfois ils comportent des poignées. (Jésus) répondit et dit : « Celui qui a mis sa main avec moi dans le plat me livrera » (Matthieu 26 :23).

Marmites anciennes : Les marmites servaient à la préparation des aliments. Ils auraient été mis directement dans le feu, et de nombreuses marmites restent noircies au fond du contact avec la flamme. À l'âge du bronze moyen, la plupart des casseroles présentaient un fond plat et des côtés droits, mais à partir de l'âge du bronze tardif, une forme globulaire est devenue populaire. Cette forme a continué tout au long de la période romaine, bien que le col soit devenu plus petit au fil du temps et que des poignées soient apparues. Alors Gédéon… a mis le bouillon dans une casserole et il l'a apporté à (l'Ange de Dieu) sous le térébinthe et l'a présenté (Juges 6:19).

Pots de stockage antiques : Les bocaux de stockage offraient un moyen pratique de stocker des produits tels que des céréales et des liquides. Les grands pots, connus sous le nom de pithoi, pouvaient mesurer plus de cinq pieds de haut et étaient souvent des éléments permanents dans les maisons anciennes. Les petits pots étaient plus portables. Les bocaux de stockage ont de petits cols et présentent souvent deux ou quatre anses. Les pots des âges du bronze et du fer se rétrécissent souvent en une pointe arrondie à la base, tandis que les pots des périodes ultérieures présentent généralement une forme globulaire allongée. Alors (Elie) regarda, et là, à côté de sa tête, il y avait un gâteau cuit sur des charbons et une jarre d'eau (1 Rois 19:6).

Cruches : Les carafes sont plus petites que les bocaux. Ils fonctionnaient comme des plats de service et comportent généralement une poignée sur un côté. Ceci, ainsi qu'un rebord pincé visible sur certaines carafes, facilitait le versement de liquides. Alors David prit la lance et la cruche d'eau par la tête de Saül (1 Samuel 26:12).

Juglets : Les juglets sont la version miniature des cruches. Les juglets de l'âge du bronze ont tendance à être allongés et pointus sur le fond, mais à l'âge du fer, la forme est devenue plus globulaire, une forme qui s'est poursuivie, avec quelques variations, à travers l'ère romaine. Certains juglets comportaient des bords pincés pour faciliter le versement. Prenez ensuite la fiole d'huile, versez-la sur sa tête et dites : « Ainsi parle l'Éternel, je t'ai oint roi sur Israël » (2 Rois 9 :3).

Le magasin d'antiquités de Zak, créé en 1964, est situé sur la route du quartier chrétien de la vieille ville de Jérusalem.


Poterie hellénistique

La base de données ICRATES comprend actuellement 33939 tessons de vaisselle de diagnostic datés des périodes hellénistique tardive et romaine provenant de 275 fouilles et d'enquêtes sélectionnées dans toute la Méditerranée orientale (et quelques sites au-delà). La base de données vise à fournir un ensemble de données complet en ligne ouvert sur les preuves de la vaisselle de l'Orient romain et cette version actuelle représente la majorité des informations publiées jusqu'en 2012 (elle représente un instantané des informations qui reflètent la stratégie de collecte de données et les objectifs de recherche du projet, voir Bes 2015 pour une description détaillée). Il constitue une ressource ouverte clé pour l'étude de la production, de la distribution et de la consommation des arts de la table hellénistiques et romains en Orient romain et pour l'étude de l'économie romaine plus largement.

Une carte de distribution des sites et des enquêtes à partir de laquelle des preuves de vaisselle sont incluses dans la base de données. Quelques sites supplémentaires sont inclus depuis la Méditerranée occidentale et plus à l'est jusqu'en Inde.

Les données de vaisselle des principales marchandises suivantes avec des typologies et des chronologies établies sont incluses : Sigillata orientale A (ESA), Sigillata orientale B (ESB), Sigillata orientale C (ESC) / Articles de Çandarli, Sigillata orientale D (ESD), Sigillata italienne (ITS ), Engobe rouge africain (ARSW), Engobe rouge chypriote (CRSW), Engobe rouge phocéen (PRSW). Ces deux dernières marchandises (reconnues comme l'une des multiples marchandises typologiquement liées dans une production régionale) sont de plus en plus appelées respectivement Late Roman D (LRD) et Late Roman C (LRC). En outre, la base de données comprend un grand nombre d'autres marchandises avec une distribution moins répandue dans l'Orient romain.

La base de données comprend des informations publiées sur la forme et la décoration de chaque tesson, ainsi qu'une évaluation critique lorsque cela est possible par les membres de l'équipe ICRATES de l'identification typologique. Le site ou l'enquête où le tesson a été récupéré est enregistré, y compris ses coordonnées géographiques et les références au lieu dans l'Atlas de Barrington et les Pléiades lorsque cela est possible. Des informations détaillées publiées sur le gisement archéologique où le tesson a été fouillé ou trouvé sont incluses, tout comme la référence bibliographique de l'endroit où chaque tesson a été publié.

La première version de la base de données et la majorité de la saisie des données ont été réalisées dans le cadre de la recherche doctorale de Philip Bes. Lorsque vous citez cette base de données en ligne, veuillez également citer la publication suivante :
Bes, P., 2015. Il était une fois en Orient. La distribution chronologique et géographique de Terra Sigillata et Red Slip Ware dans l'Orient romain. Poterie méditerranéenne romaine et antique tardive 6. Archaeopress, Oxford.

La conversion de ces données en une ressource de données en ligne a été dirigée par Tom Brughmans.

Le projet a été financé par :
Projets de recherche FWO G.0152.04 et G.0245.02
Fondation de recherche Flandre - FWO
Rue d'Egmont 5, 1000 Bruxelles, Belgique
et
Projet GOA 02/02
Politique de recherche Université de Louvain. Programme Belge sur les Pôles d'Attraction Interuniversitaires (IUAP/V)
initiée par la Politique scientifique fédérale belge et l'Action concertée du Gouvernement flamand
Rue d'Egmont 5, 1000 Bruxelles, Belgique


Pot en poterie d'époque hellénistique - Histoire

  • Le nom du propriétaire: Clarissa Compton Dryden, classe de 1932, MA 1935
    Rôle: Donneur
    Endroit: Bryn Mawr, Pennsylvanie, États-Unis
    Méthode d'acquisition : Héritage
    Méthode d'élimination : Don
    Date de début de propriété : 1925
    Date de fin de propriété : des années 1950 aux années 1980
    Remarques: Parent de l'archéologue Charles Densmore Curtis (1875-1925), Dryden a présenté au musée Ella Riegel des objets qu'elle a hérités de sa collection d'objets grecs, romains et étrusques dans les années 1950 et 1980.

Si vous souhaitez citer cet objet dans un article Wikipédia, veuillez utiliser le modèle suivant :

<ref name=BMC>cite web |url=http://triarte.brynmawr.edu/objects-1/info/157603 |title=Hellenistic (?) Hydria (Water Jar) |author=Bryn Mawr College Library Special Collections |accessdate=6 /18/2021 |publisher=Bryn Mawr College</ref>

Vos critères de recherche actuels sont : Portfolio est " Poterie grecque et italienne ".


Articles de sgraffite

Les articles de sgraffite sont relativement rares. La technique était dérivée de sources byzantines en passant par Chypre qui était sous domination vénitienne de 1472 à 1570. La fabrication était limitée au nord de l'Italie, le plus grand centre étant à Bologne. Le corps du sgraffite était recouvert d'une engobe de couleur contrastée, le décor étant ensuite gratté jusqu'au corps en dessous et le tout recouvert d'une glaçure plombifère qui a une teinte jaunâtre. Souvent, les motifs incisés étaient d'abord agrémentés de couleurs sous glaçure (bleu, vert, violet, marron et jaune) qui avaient tendance à couler pendant la cuisson. Cette technique s'est finalement éteinte à la fin du XVIIIe siècle, mais d'importants travaux du genre ont été réalisés à la fin des XVe et XVIe siècles.


Le grec ancien

L'art grec ancien s'étend sur une période comprise entre 900 et 30 avant notre ère et est divisé en quatre périodes : géométrique, archaïque, classique et hellénistique. Tout au long de cette période, les artistes ont travaillé avec une grande variété de matériaux, notamment le bronze et la pierre pour la sculpture, la terre cuite pour les vases et les figurines, divers pigments pour la peinture et l'or, l'argent et le bronze pour la monnaie.

À l'époque géométrique, non seulement les motifs géométriques étaient dominants, mais aussi les figures abstraites, en particulier les chevaux, les scènes militaires et funéraires. L'absence d'inscriptions peut rendre difficile l'interprétation de cette iconographie.

À partir du 7ème siècle avant notre ère, la période archaïque a inauguré un style de plus en plus naturaliste, en particulier dans les représentations de la forme humaine. Les influences de l'Égypte et du Proche-Orient se manifestent dans l'apparition de motifs tels que la palmette et le lotus, ainsi que de créatures composites comme les griffons (oiseau/lion), les sphinx (humain/lion ailé) et les sirènes (oiseau/femme). Les vases en terre cuite, en particulier ceux fabriqués dans la seconde moitié du VIe siècle avant notre ère, représentent des aspects de la vie quotidienne, des rites funéraires, de la guerre et de la mythologie. L'expérimentation de nouvelles techniques, telles que la décoration à figures noires et à figures rouges, a permis de représenter plus en détail un plus large éventail de figures et de scènes.

La période classique, souvent définie par la défaite grecque des Perses en 479 avant notre ère, a inauguré ce qui est maintenant connu comme l'âge d'or de la Grèce. La ville d'Athènes dominait la scène artistique florissante et la construction du Parthénon (le temple érigé entre 447 et 432 avant notre ère sur l'Acropole d'Athènes, en Grèce) a ouvert la voie à des réalisations sans précédent en architecture et en sculpture.

La transition finale vers la période hellénistique, qui a duré d'environ 323 à 30 avant notre ère, s'est produite après la mort d'Alexandre le Grand, qui a répandu la culture grecque dans les terres de sa conquête de grande envergure. Les dieux et les héros, qui étaient auparavant représentés dans des scènes bidimensionnelles sur des vases ou des reliefs, ont reçu une nouvelle vie en tant qu'œuvres de sculpture à part entière.

Les textes et inscriptions anciens fournissent les noms de certains des sculpteurs les plus célèbres de la Grèce antique, notamment Phidias, Skopas, Praxitèle et Lysippe, et des peintres de vases comme Exekias et Euphronios. Cependant, comme les noms de nombreux artistes grecs anciens nous sont inconnus aujourd'hui, les érudits modernes donnent parfois des noms à des artistes dont ils peuvent reconnaître le style, comme le Chicago Painter. Parce que la plupart des statues grecques des périodes classique et hellénistique n'ont pas survécu, les versions romaines produites entre le IIe siècle avant notre ère et le IVe siècle de notre ère fournissent la preuve visuelle la plus convaincante que nous ayons de l'apparence des originaux.


Un mystérieux bébé de 3 800 ans a été retrouvé dans un bocal déterré en Israël

Les archéologues d'Israël ont également trouvé 30 pièces de monnaie datant des périodes des Croisés (12-13e siècles), hellénistique, ottomane tardive (fin 18-début 20e siècles) et mandat britannique (1942). Ils ont également trouvé les restes d'au moins deux chevaux et des poteries datant de l'Empire ottoman, 232 coquillages, dont ceux de la mer Méditerranée, 95 fragments de récipients en verre de l'époque des Croisés et des Romains, des escargots terrestres et trois boutons en nacre. .


Voir la vidéo: Artisanat: la poterie, un trésor du Pays basque