30 décembre 1941

30 décembre 1941

30 décembre 1941

Décembre 1941

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
> janvier

Diplomatie

Churchill s'adresse au Parlement canadien

Inde

Le Parti du Congrès indien décide de soutenir l'effort de guerre. Gandhi démissionne



La bataille de l'aube : la première bataille entre les États-Unis et le Japon du 7 au 10 décembre 1941

[2] On ne saurait trop insister sur ce point sans énerver les politiciens qui n'ont pas voté pour les augmentations de la défense.

Inconnu

Oui, même si je ne vois pas MacArthur se faire expulser, je ne le vois pas non plus devenir le commandant suprême du théâtre du Pacifique.

Je peux voir le Kido Butai avoir le nez en sang ici.

Rob2001

Sans dérive

Sloreck

OTL la "défense vaillante de Bataan" était la seule lumière semi-brillante dans les premiers mois de la guerre. C'était en dépit de la manière massive dont Mac a foutu en l'air la défense du PI et l'a rendue bien pire qu'elle ne devait l'être. ITTL PH n'a pas été un désastre total, du moins jusqu'à présent, cela a été une victoire dans les airs pour les USA et les pertes au sol et pour l'USN bien moins qu'OTL et vraiment pas si mal compte tenu de la surprise stratégique et de la forces lancées contre eux. Je m'attends à ce qu'il y ait une sorte d'attaque sur le KB, qui risque de couler ou d'endommager un ou deux porte-avions ainsi que d'autres navires. Étant donné que la majeure partie de la flotte américaine ne peut pas attraper le KB, ces pertes peuvent être infligées par une combinaison d'avions terrestres/navals de diverses bases terrestres et des porte-avions et des unités de flotte américaines plus légères. Chaque perte d'air fait plus de mal aux Japonais qu'aux Américains, et le KB ne pourra pas frapper les transporteurs américains pendant qu'ils s'enfuient et que rester n'est pas une option.

Par rapport à ce qui s'est déjà passé à PH, et à ce que je pense arrivera, la performance de MacArthur sera horrible. Son avion pris au sol (7 heures je pense) après avoir appris PH, pas d'attaque sur Formosa, faute de ravitaillement adéquat de Bataan selon le plan bien défini et ainsi de suite. Comparé aux défenseurs de PH qui avaient 30-45 minutes d'avance sur l'attaque mais qui s'étaient bien préparés et avaient répondu du mieux qu'ils pouvaient, MacArthur s'en sort très mal. Les États-Unis ont maintenant des héros, des pilotes, des marins et des commandants à PH (un mort dans la défense) et donc le besoin de MacArthur pour le moral a disparu. Il fait maintenant partie du bois mort du temps de paix qui doit être nettoyé. Lui et ses cadres supérieurs tels que Willoughby et Sutherland doivent être placés derrière des bureaux pour contrôler la paperasserie, concevoir les défenses de Minneapolis contre une invasion du Mississippi et ainsi de suite. Depuis que MacArthur a été sorti de sa retraite, il peut y être renvoyé facilement, bien qu'en le gardant en service dans un endroit sûr, il puisse être muselé (un peu). Peut-être entraîner des troupes en Australie, mais pas commander des troupes réelles.

Avec l'augmentation générale de la préparation, Bugout Doug et sa compagnie seront-ils aussi mal préparés? Je le penserais, s'il n'avait pas été complètement surpris si longtemps après que Pearl Harbor ait été touché en OTL.
N'oubliez pas que tout change, et c'est ce qui rend cette chronologie forte. (Bien que Mac puisse ne pas changer.)

Commander les canons de défense côtière en Antarctique lui convient parfaitement.

Baie de galveston

et cela colorera leur réflexion sur la façon dont cela s'est passé jusqu'à présent

de leur point de vue, ils ont détruit le noyau principal (cuirassés) de la flotte du Pacifique. 6 sont connus pour être lourdement endommagés ou coulés (d'après les rapports de frappe et les photographies prises par eux pendant le raid), plusieurs croiseurs ont fait naufrage ou coulé, et tandis que Genda voulait les porte-avions, Yamamoto et Nagumo voulaient les cuirassés et les croiseurs (le cœur traditionnel de la flotte)

et ils l'ont fait avec leur bras de reconnaissance, pas ce que les Japonais considèrent comme le cœur de leur flotte.. leurs cuirassés

Rappelez-vous les gens, Yamamoto a traîné presque tous les cuirassés de son IJN à Midway en supposant qu'il allait remporter sa victoire décisive écrasante avec ses forces de surface. Il a fallu un certain temps pour que la leçon comprenne pour les Japonais que l'aviation et les sous-marins allaient être les armes décisives de la guerre du Pacifique. Ils n'ont jamais vraiment compris la leçon de guerre sous-marine.

Eh bien, les choses se révéleront "intéressantes" si des sous-marins américains peuvent prendre des photos sur les navires IJN. Même avec des torpilles défectueuses, ils devraient obtenir quelques coups. Peut-être même un porte-avions ou un cuirassé coulé.

Il pourrait bien y avoir un chat et une souris entre les différents groupes de porte-avions si un ou deux porte-avions japonais étaient endommagés et incapables de suivre le reste de la force de frappe.

Dans quelle mesure les avions japonais du parc de pont pourraient-ils être coulés si certains des porte-avions japonais devaient être coulés mais que les avions survivants seraient en l'air pour atterrir sur un autre ?

Mkemp

Baie de galveston

US Navy zone hawaïenne 7 décembre 1941 1100 heures
Task Force 9 Picket force (tous sont à au moins 150-200 miles de Striking Force au nord-ouest, à l'ouest ou au nord-est) (les sous-marins font la meilleure vitesse pour bloquer le retour probable des Japonais en direction du nord ou de l'ouest) (les navires de surface se déplacent à la dernière position du pari)
Destroyer minelayers Gamble (coulé) , Ramsey, Montgomery, Pruitt, Tracy

sous-marins S-18, S-23, S-34, Gudgeon, Plunger, Tambor, Thresher

Force de reconnaissance (Halsey)
Le porte-avions de la Task Force 2 (Brown) Lexington (avec 37 bombardiers en piqué Dauntless, 18 bombardiers-torpilleurs Devastator, 17 chasseurs Buffalo), les croiseurs lourds Chicago, Portland, Astoria, les destroyers Porter, Drayton, Flusser, Lamson, Mahan, Cummings,

Porte-avions de la Force opérationnelle 4 (Fletcher) Yorktown (36 bombardiers en piqué Dauntless, 18 bombardiers-torpilleurs Devastator, 18 chasseurs Wildcat), croiseurs lourds Minnapolis, Indianapolis, croiseurs légers Helena, destroyers Phoenix Farragut, Aylwin, Monaghan, Tucker, Ellet, Blach, Case (plusieurs) de ces navires rejoignent le Yorktown juste après l'aube le 8 décembre après une course à grande vitesse depuis Pearl Harbor)

Groupe de travail 3 (Halsey) porte-avions Enterprise (37 bombardiers en piqué Dauntless, 18 bombardiers en piqué Vindicator, 18 bombardiers-torpilleurs Devastator, 14 chasseurs Wildcat), croiseurs lourds Northampton, Chester, Salt Lake City, destroyers Maury, Craven, Gridley, McCall, Dunlap, Benham, Fanning,

Task Force 8 destroyers dragueurs de mines Chandler, Hovey, Boggs, Lamberton, pétroliers de la flotte Platte, Tippacanoe, Santee, Sangamon

La Force de repérage fait le plein de 7 h 30 à 13 h 50

Autres forces
Bancs de frégate française
Passage à proximité : (retour de Midway) Seaplane Tender Wright (civils à bord), Tranport Burrows (en route vers Wake Island),

station : petit hydravion annexe Swan, destroyer mouilleur de mines Sicard, canonnière de patrouille Sacramento

Kure : petit hydravion tender Avocet, destroyer mouilleur de mines Breese,

(retourne à Pearl Harbor l'après-midi le 7 décembre) Californie (3 bombes au milieu du navire, incendies graves, armement secondaire et contrôle de tir détruits)

Task Force 1 (Anderson) (Midway Reinforcement Force) (retour à Pearl Harbor l'après-midi du 7 décembre, retour en mer le matin du 9 décembre après avoir pris en charge le personnel, la cargaison, les magasins et le ravitaillement)
cuirassés Maryland, Virginie-Occidentale offres d'hydravions Tanger, Curtis, Hulbert magasins navires Antares destroyers MacDonough, Phelps, Chew, Allen, Henley, Patterson, Ralph Talbot,

Dans le port de Pearl Harbor
110 Dock : cuirassés Oklahoma (coulé 8 coups de torpille, 2 à l'arrière, une partie de l'arrière est manquante, 5 au milieu du navire, 1 a enlevé une grande partie de la proue, de graves pertes, abandonné, en feu, grave feu d'huile couvrant une grande partie de cette partie du port)
Navire cible de la flotte Utah (2 coups de torpille, coulé, abandonné)
sous-marin Cachelot (coulé par 1 torpille, abandonné) (mis au rebut en 1942)

Cale sèche : cuirassé Pennyslvania (3 bombes de 500 livres, de graves dégâts d'incendie au milieu du navire détruisant des supports secondaires de 5 pouces de 6 pouces), destroyers Cassin, Downes (les deux destroyers sont des pertes totales constructives dues à plusieurs bombes, explosions de chargeurs, dégâts de feu)
Cale sèche flottante : destroyer Shaw

Quais de la station navale : croiseurs lourds San Francisco (2 bombes de 500 livres, un pont de suspension et une superstructure arrière éventrées par un incendie sévère, plusieurs canons AA de 5 pouces en ruine), La Nouvelle Orléans (plaques cassées et quelques inondations causées par une bombe de 2 x 500 livres presque ratée, le fantail, le gouvernail, la vis tribord nécessitent des réparations majeures ou le remplacement d'une bombe de 500 livres touchée) croiseurs légers St Louis (2 bombes de 500 livres, compartiment de direction détruit, chaufferie avant détruite, grave incendie au milieu du navire), Honolulu (2 bombes de 500 livres, épave de la tourelle B, épave de la tourelle de 1 5 pouces, chargeur avant de 6 pouces inondé, dégâts d'incendie au milieu du navire et de la superstructure avant),
destroyers Jarvis, Mugford, Bagley, Cummings, dragueur de mines Greebe, destroyer dragueur de mines Trever, Zane, Perry Wasmuth, destroyer mouilleur de mines Breese,
huileur Ramapo (graves dégâts de feu causés par 1 bombe de 500 livres touchée),
navire de réparation Argonne, magasins navire Rigel,

Quais du sud-est du Loch (base sous-marine) : appel d'offres sous-marin Pelias, navire de sauvetage Widgeon, navire de réparation Sumner, navire magasins Castor, sous-marins Narwhal, Dolphin, Tautog,

Middle loch : navire de réparation Medusa, navire-hôpital Solace

Ligne de cuirassé
cuirassé Nevada (inboard)(2 coups de torpilles, compartiments de pilotage, 2 chaufferies inondées)(3 coups de bombe AP, galère détruite, 2 équipes de contrôle des dégâts anéanties, plus de dégâts aux chaudières, Une tourelle pénétrante touchée et hors de combat)(les incendies sont maîtrisés mais réglés en bas),

destroyer Dobbin (hors-bord du Nevada)(grave inondation d'espaces d'ingénierie à la suite d'une commotion causée par des torpilles du Nevada) (1 bombe AP touchée, a explosé sous le navire, quille cassée, espaces d'ingénierie inondés) (coulé et abandonné)

cuirassé Arizona (intérieur)(1 coup de torpille, 3 coups de bombe AP, détonation de chargeur avant, en feu, abandonné et coulé)
Navire de réparation Vestal (hors-bord) (1 torpille touchée, espaces d'ingénierie inondés) (cale avant inondée par une torpille de l'Arizona, 1 coup évité de justesse et 2 coups AP ratés, le navire a coulé, de graves incendies dus à la détonation de l'Arizona, de graves pertes et des coups qu'il a subis, être abandonné)
cuirassé Tennessee (inboard)(La tourelle D a perdu un canon de 14 pouces à cause d'un raté AP, 1 coup AP a inondé le compartiment de direction) (incendies de débris enflammés de Hull et d'Arizona, remorqués par des remorqueurs du port pour le déplacer du pétrole enflammé d'Arizona)
destroyer Hull (hors-bord) (détruite par 1 coup de torpille qui a provoqué une détonation qui l'a brisée en deux. Les deux moitiés sont en feu et ont coulé empêchant les explosions du chargeur. Graves victimes)

Loch Est
offre de destroyer : Whitney, minelayer Oglala, destroyer Selfridge (Combattre l'incendie au milieu du navire suite à un accident d'avion) huileur Neosho (les trois quarts du navire en feu, a été abandonné)

entrée du port
destroyers Blue, Ward, Helm, Dewey, Worden, 4 dragueurs de mines, 6 bateaux PT,

offre d'hydravion Thornton (2 coups de torpille d'un sous-marin miniature, de lourdes pertes, échoué au large de Hospital Point

Destin après l'attaque des navires touchés lors de l'attaque
Arizona s'est cassé en deux à la suite de la détonation de son chargeur et ne peut plus être relevé. Une grande partie de l'acier au-dessus du niveau du pont est retirée au cours de la guerre et recyclée, tandis que les canons finissent par être affectés à la branche de défense côtière de l'armée américaine. Son équipage subit les pires pertes numériquement lors de l'attaque.

Oklahoma avait un côté entier du navire déchiré par 5 coups de torpille au milieu du navire et évité de se renverser uniquement par un travail héroïque de contrôle des dommages et des contre-inondations impitoyables ainsi que les coups qui ont suivi qui ont enlevé une partie de sa poupe et de sa proue (soufflant essentiellement les 20 pieds avant de la proue complètement séparés) qui a ouvert le côté tribord à l'inondation (comme l'a fait l'enlèvement d'une partie substantielle de la poupe). Fondamentalement, suffisamment d'eau a pénétré de l'avant et de l'arrière du navire, ainsi que des contre-inondations, pour lui permettre de couler avec une gîte sévère mais sans se retourner. Ce taux d'inondation a été encore augmenté par une torpille qui est entrée dans un trou créé par une torpille précédente et a soufflé non seulement plusieurs compartiments, mais a également évacué le côté bâbord vers l'inondation. Près de 500 hommes meurent à son bord dans des compartiments inondés ou des explosions de torpilles. Deuxième cuirassé le plus ancien de la flotte du Pacifique, et âgé de plus de 25 ans, il est considéré comme une perte totale constructive et ne vaut pas la peine d'être réparé. Cependant, il occupe un espace précieux au quai 110, et est donc renfloué dans un effort herculéen en juillet 1942, puis remorqué en mer et sabordé avec les honneurs. Plus de 100 corps sont découverts dans des compartiments lorsqu'elle a été pompée et ces hommes sont enterrés avec bon nombre de leurs coéquipiers au cimetière national d'Honolulu. Ses canons se retrouvent également avec la défense côtière de l'armée, mais ne sont jamais utilisés, mais certains sont utilisés sur d'autres vieux cuirassés pour remplacer les canons endommagés ou les canons usés plus tard.

Nevada est levé en mai 1942, se rend au chantier naval de Bremerton pour des réparations et une modernisation, et rejoint la flotte en janvier 1943. Plus de 100 hommes sont tués à son bord lors de l'attaque.

Pennsylvanie est envoyé au Bremerton Naval Yard pour réparation et modernisation en janvier 1942, une fois l'épave du Cassin et Downes sont retirés et la cale sèche est suffisamment réparée pour être remise en service. En effet, la cale sèche est la première priorité des efforts de réparation. Deux des nouveaux Fletcher les destructeurs de classe obtiennent les noms Cassin et Downes.

Californie est envoyé à Mare Island Naval Yard pour réparations et modernisation, rejoignant la flotte en mai 1942. Plus de 50 sont tués lors de l'attaque au large d'Oahu.

Tennessee est envoyé au chantier naval de Bremerton pour des réparations et une modernisation à l'aide de remorqueurs de la flotte fin décembre 1941. Il est ensuite envoyé à l'île de Mare pour une modernisation supplémentaire et rejoint la flotte en juin 1942. Près de 200 personnes ont été tuées à son bord, principalement des personnes exposées tuées par les explosions et les débris propagés par la détonation d'un destroyer à ses côtés et d'un cuirassé directement derrière lui.

Le croiseur lourd San Francisco est envoyé à Mare Island en décembre 1941 et rejoint la flotte en février 1942 après modernisation. Plus de 100 personnes meurent à son bord lors de l'attaque.

Le croiseur lourd La Nouvelle Orléans est remorqué jusqu'à East Loch jusqu'à ce que la cale sèche soit à nouveau disponible, puis reçoit un nouveau gouvernail et de nouvelles vis et est envoyé à Bremerton pour réparation et modernisation. Il rejoint la flotte en juin 1942 et subit 67 morts lors de l'attaque.

Les croiseurs légers Honolulu et Saint Louis étaient des navires hautement prioritaires, car ce sont des croiseurs légers modernes très performants. Les deux reçoivent des réparations suffisantes à Pearl Harbor pour les envoyer à Bremerton en janvier 1942, et tous deux rejoignent la flotte en avril 1942. Entre eux, plus de 150 sont tués.

Les Vestale, Neosho, et Utah sont tous considérés comme des pertes totales constructives. Les Vestale et Utah sont élevés, et avec le Néosho (qui n'a pas coulé mais a simplement été incendié) sont remorqués en mer et sabordés car ne valant pas le risque d'être remorqués vers la côte ouest pour être mis au rebut. Plus de 250 meurent à bord de ces trois navires. L'épave du Hull, Thornton, et Dobbin sont également levés, car les deux destroyers sont dans des mouillages précieux et le Thornton est trop près du chenal pour plus de confort, et ils sont également remorqués en mer pour saborder. Les coque a subi le pourcentage le plus élevé de pertes de la journée, avec seulement 14 de son équipage de 160 hommes survivant à l'explosion de son magazine. 100 autres hommes sont morts à bord des deux autres navires.

Les Selfridge est rapidement réparé et rejoint la flotte en février 1942 et subit la perte de 23 morts lors de l'attaque.

Les autres victimes navales dues aux mitraillages, aux bombes perdues et aux accidents d'avion sont au nombre de plus de 100.


La représentante Edith Nourse Rogers, républicaine du Massachusetts, a rédigé aujourd'hui une nouvelle législation qui donnerait aux femmes américaines une chance de servir leur pays en uniforme.

Elle fait la promotion de l'idée d'un corps auxiliaire féminin de l'armée depuis un certain temps et a rédigé un projet de loi pour le créer des mois avant même que l'Amérique n'entre en guerre. Mais son précédent projet de loi plafonnait à 25 000 le nombre de femmes pouvant s'enrôler. Dans les semaines qui ont suivi l'attaque de Pearl Harbor, il y a eu non seulement un regain d'intérêt pour sa proposition, mais aussi un désir de lever les limites du WAAC, afin que son nombre puisse augmenter pour répondre à tous les besoins militaires requis pendant la durée du présent guerre.

Le secrétaire à la Guerre Stimson a déclaré :

« Une force similaire est utilisée en Angleterre et l'expérience à la fois dans cette guerre et pendant la guerre mondiale a démontré qu'une telle organisation fournira un moyen pratique d'utiliser le service des femmes lorsqu'elles peuvent être d'une grande aide dans la défense nationale. »

Bien qu'il n'y ait actuellement pas de pénurie de main-d'œuvre aux États-Unis, le secrétaire estime :

&ldquoIl existe de nombreux types de service dans le service de zone du corps pour lesquels les femmes sont mieux équipées que les hommes et l'emploi de femmes dans ce service augmenterait l'efficacité et libérerait les hommes pour un travail plus intensif ou un service de combat.»

Ceux qui souhaitent s'enrôler doivent être en bonne forme physique et morale, âgés de 21 à 45 ans, et seront rémunérés au même taux que les hommes de l'armée. Ils porteront des uniformes, seront soumis aux règlements et à la discipline de l'armée, vivront dans des casernes sur des postes de l'armée et effectueront une grande variété d'emplois non liés au combat.


Instantanés de l'histoire : 30 décembre : Se souvenir de Winston Churchill au Canada

Le 30 décembre et au-delà, prenez un moment pour vous souvenir du Premier ministre britannique Winston Churchill et de son discours à la Chambre des communes du Canada à Ottawa le 30 décembre 1941, dans lequel il ridiculisait la prédiction des généraux français qui, alors que la France était proche de la défaite en 1940 pendant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré que "dans trois semaines, l'Angleterre aura le cou tordu comme un poulet.'" La réponse immédiate de Churchill à cette affirmation dans son discours au Parlement canadien était "quelque poulet un certain cou" puisque la Grande-Bretagne avait a continué à se battre avec l'aide des pays du Commonwealth britannique tels que le Canada, l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, était devenu des alliés de l'Union soviétique à la fin juin 1941 après le début de l'opération Barbarossa, et plus récemment, avec les États-Unis plus tôt en décembre 1941 avec l'attaque aérienne surprise de Pearl Harbor.

Certains voudront peut-être comparer Winston Churchill, le chef de guerre, à d'autres contemporains politiques tels que le premier ministre canadien de l'époque, William Lyon Mackenzie King. Politiquement parlant, le bilan de Churchill était plutôt mitigé avec des hauts et des bas, tandis que W.L. Mackenzie King était le premier ministre le plus ancien de l'histoire du Canada, même s'il avait lui-même connu la défaite à plusieurs reprises. King n'était pas à la hauteur de Churchill en tant qu'orateur, mais était généralement considéré comme un stratège politique rusé. Considérez le titre suivant pour les emprunts des collections de la bibliothèque publique de Toronto :

Winston S. Churchill et W.L. Les Mackenzie King étaient des contemporains puisqu'ils sont nés à environ deux semaines d'intervalle en 1874. Cependant, chacun a pris un chemin différent en politique, à savoir : King par les universitaires et Churchill par l'aventure militaire. Dans les années 1930, Churchill, un député d'arrière-ban isolé, était extrêmement prémonitoire sur les dangers du fascisme et du nazisme tandis que King tendait à apaiser les nazis. Néanmoins, King se rendit compte des dangers des fascistes et appuya pleinement l'effort de guerre de la Grande-Bretagne une fois que le Parlement canadien eut déclaré la guerre le 10 décembre 1939, une semaine après que le Parlement britannique eut déclaré la guerre à l'Allemagne nazie. Après un passage en tant que Premier Lord de l'Amirauté, Churchill est devenu Premier ministre britannique en mai 1940 et a mené la guerre de manière vigoureuse, y compris des visites aux États-Unis et au Canada au cours de la Seconde Guerre mondiale.

 

Si vous souhaitez lire un autre livre sur le lien de Churchill avec le Canada, pensez au titre suivant :

Winston Churchill a visité le Canada huit fois au cours de la période couverte par ce livre ainsi qu'une visite à Terre-Neuve avant la Confédération. Les critiques de ce livre sont divisés sur la question de savoir si les activités/visites de Churchill au Canada ne sont que de simples annexes à des visites aux États-Unis et à des travaux et négociations plus importants menés avec les plus puissants alliés américains. Le Canada a accueilli les conférences Quadrant et Octagon à Québec en 1943 et 1944, mais Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt y étaient les principaux acteurs avec leurs conseillers militaires. Auparavant, Roosevelt et Churchill s'étaient rencontrés au large de Terre-Neuve à bord du HMS Prince of Wales en 1941 pour ratifier la Charte de l'Atlantique. Pourtant, il est également vrai que Winston Churchill n'a jamais visité l'Australie de son vivant et a suscité le ressentiment des Australiens pour leurs troupes ayant subi de lourdes pertes à Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale (ainsi que les troupes de la Nouvelle-Zélande et du Royal Newfoundland Regiment), et pour avoir pris un plus grand contrôle de la Royal Australian Navy pendant les deux guerres mondiales au cours desquelles Churchill a servi deux fois en tant que Premier Lord de l'Amirauté.  

Commentaires

 

Le 30 décembre et au-delà, prenez un moment pour vous souvenir du Premier ministre britannique Winston Churchill et de son discours à la Chambre des communes du Canada à Ottawa le 30 décembre 1941, dans lequel il ridiculisait la prédiction des généraux français qui, alors que la France était proche de la défaite en 1940 pendant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré que "dans trois semaines, l'Angleterre aura le cou tordu comme un poulet.'" La réponse immédiate de Churchill à cette affirmation dans son discours au Parlement canadien était "quelque poulet un certain cou" puisque la Grande-Bretagne avait a continué à se battre avec l'aide des pays du Commonwealth britannique tels que le Canada, l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, était devenu des alliés de l'Union soviétique à la fin juin 1941 après le début de l'opération Barbarossa, et plus récemment, avec les États-Unis plus tôt en décembre 1941 avec l'attaque aérienne surprise de Pearl Harbor.

Certains voudront peut-être comparer Winston Churchill, le chef de guerre, à d'autres contemporains politiques tels que le premier ministre canadien de l'époque, William Lyon Mackenzie King. Politiquement parlant, le bilan de Churchill était plutôt mitigé avec des hauts et des bas, tandis que W.L. Mackenzie King était le premier ministre le plus ancien de l'histoire du Canada, même s'il avait lui-même connu la défaite à plusieurs reprises. King n'était pas à la hauteur de Churchill en tant qu'orateur, mais était généralement considéré comme un stratège politique rusé. Considérez le titre suivant pour les emprunts des collections de la bibliothèque publique de Toronto :

Winston S. Churchill et W.L. Les Mackenzie King étaient des contemporains puisqu'ils sont nés à environ deux semaines d'intervalle en 1874. Cependant, chacun a pris un chemin différent en politique, à savoir : King par les universitaires et Churchill par l'aventure militaire. Dans les années 1930, Churchill, un député d'arrière-ban isolé, était extrêmement prémonitoire sur les dangers du fascisme et du nazisme tandis que King tendait à apaiser les nazis. Néanmoins, King se rendit compte des dangers des fascistes et appuya pleinement l'effort de guerre de la Grande-Bretagne une fois que le Parlement canadien eut déclaré la guerre le 10 décembre 1939, une semaine après que le Parlement britannique eut déclaré la guerre à l'Allemagne nazie. Après un passage en tant que Premier Lord de l'Amirauté, Churchill est devenu Premier ministre britannique en mai 1940 et a mené la guerre de manière vigoureuse, y compris des visites aux États-Unis et au Canada au cours de la Seconde Guerre mondiale.

 

Si vous souhaitez lire un autre livre sur le lien de Churchill avec le Canada, pensez au titre suivant :

Winston Churchill a visité le Canada huit fois au cours de la période couverte par ce livre ainsi qu'une visite à Terre-Neuve avant la Confédération. Les critiques de ce livre sont divisés sur la question de savoir si les activités/visites de Churchill au Canada ne sont que de simples annexes à des visites aux États-Unis et à des travaux et négociations plus importants menés avec les plus puissants alliés américains. Le Canada a accueilli les conférences Quadrant et Octagon à Québec en 1943 et 1944, mais Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt y étaient les principaux acteurs avec leurs conseillers militaires. Auparavant, Roosevelt et Churchill s'étaient rencontrés au large de Terre-Neuve à bord du HMS Prince of Wales en 1941 pour ratifier la Charte de l'Atlantique. Pourtant, il est également vrai que Winston Churchill n'a jamais visité l'Australie de son vivant et a suscité le ressentiment des Australiens pour leurs troupes ayant subi de lourdes pertes à Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale (avec les troupes de la Nouvelle-Zélande et du Royal Newfoundland Regiment), et pour avoir pris un plus grand contrôle de la Royal Australian Navy pendant les deux guerres mondiales au cours desquelles Churchill a servi deux fois en tant que Premier Lord de l'Amirauté.  

Le blog du district d'Albert Campbell est une ressource en ligne et un endroit où vous pouvez accéder à des informations relatives aux succursales Albert Campbell, Eglinton Square, McGregor Park et Kennedy Eglinton. Il présentera des recommandations de lecture, des informations sur les nouveaux titres et ressources dans les succursales, les événements spéciaux et les programmes, ainsi que d'autres informations qui vous intéressent. Nous vous encourageons à faire de ce blog un espace interactif en répondant et en commentant les articles et en vous abonnant à la fonction RSS qui vous permet de recevoir les mises à jour du blog sans avoir à les rechercher.


Blockships & éléphants.

Publier par robdab » 22 mai 2007, 21:42

Glenn,
par rapport à un blockship, comme vous le savez, il y avait 5 minisubs japonais à portée de main (portant 2 torpilles chacun) ce matin-là qui auraient pu être commandés à la place pour s'occuper de l'USS Ward. (Et d'ailleurs encore 5 sous-marins de taille normale, à proximité). Lors d'une patrouille lente, elle aurait été « de la viande facile » pour une seule torpille touchée vers 7 h 30, alors qu'un blockship approchait.

Quant à la "zone d'exclusion" que vous avez évoquée, j'étais SEULEMENT au courant qu'elle faisait référence à des sous-marins non identifiés ? Si vous avez une source qui indique qu'il y avait également une zone d'exclusion des navires de surface en opération (et sa taille/orientation puisque cela aurait été publié dans les journaux de navigation commerciale de l'époque) le 7 décembre 1941, veuillez fournir la même chose pour ma formation continue. Certes, si une telle zone d'exclusion des navires de surface existait et SI l'un des défenseurs américains était suffisamment éveillé pour signaler une transgression, alors, avec le délai d'avertissement ainsi prévu, l'AC américaine aurait eu des conséquences vraiment désastreuses pour tout intrus. Cependant, à l'heure actuelle, je ne crois PAS que cela ait été le cas historique.

La quantité de bande passante nécessaire sera probablement déterminée par ces informations bien que, selon les détails, il aurait également été possible pour un blockship à grande vitesse s'approchant dans l'obscurité/la brume de traverser la majeure partie d'une zone d'exclusion de surface avant de déclencher une alarme américaine. Comme on le dit souvent, "le timing est tout".

Il est connu que les filets anti-sous-marins du chenal du navire PH (en fait, seulement des filets anti-torpilles minces d'époque 1918) ont été ouverts tous les jours de 05h00 à 09h00 environ pour permettre le passage de deux dragueurs de mines, d'une barge à ordures et de marchandises générales entrant et sortant de ce port militaire très fréquenté. Facilement signalé au Japon par son personnel consulaire d'Honolulu, si demandé, et parfait pour un blockship approchant à 07h30 +/-. Certes, un blockship avec une masse/vitesse suffisante pour traverser/sur un filet de port fermé aurait dû être sélectionné pour cette mission mais je soupçonne qu'un tel effort n'aurait pas été nécessaire. Tout mini-sous-marin (20 pi de haut) transportant encore des torpilles pourrait alors facilement se glisser dans le PH comme ils le faisaient historiquement à travers un filet ouvert ou SOUS le filet de 45 pi de profondeur qui était suspendu au-dessus d'un canal de 72 pi de profondeur. Ou, attendez dans une embuscade à l'extérieur des cibles américaines d'opportunité.

IYR, il n'y avait que deux batteries d'alerte ou d'examen qui partageaient la responsabilité de la sécurité sur le chenal des navires de Pearl Harbor. La batterie Hawkins (2x3") et la batterie Jackson (2x6"), toutes deux situées à Fort Kamehameha, du côté est du chenal maritime de Pearl Harbor, se partageaient la tâche, mais je ne suis PAS sûr de savoir qui avait cette responsabilité le matin du 7 décembre 41 . Je crois que SEULE une de ces deux batteries aurait été prête à tirer presque instantanément (au moins, une fois avertie) sur un blockship en approche. Oui, il y avait de nombreuses autres installations d'artillerie côtière habitées à portée du chenal des navires PH ce dimanche matin, mais aucune autre n'avait ses artilleurs, "à leur vue", ni des munitions prêtes à portée de main. Oui, tous auraient fini par tirer, mais comme un blockship est CENSÉ couler de toute façon, il aurait probablement été trop tard pour empêcher un blocage de canal. Certainement, quelques coups de 3" ou 6" n'auraient pas fait sortir un blockship de sa trajectoire.

Surtout un blockship qui avait été modifié par le chantier naval avec de nombreuses vannes à travers ses fonds conçues pour accélérer son installation et des ancres/chaînes supplémentaires et plus solides pour le maintenir sur sa position de blocage, tout en coulant.

si l'invasion japonaise se déroulait bien, ce serait une opération assez rapide pour que des plongeurs pénètrent dans la coque coulée en eau peu profonde, ferment les vannes des vannes et, avec des pompes, remettent à flot le blockship. Une question de jours, pas de semaines ou de mois.

Écrivez vos commentaires sur la tentative de capture du carburant d'Oahu, je pense que c'est peu probable à l'extrême. Avec tous les chars vulnérables au calibre .50 et un pistolet lance-fusées ou un défenseur américain qui sait ouvrir une valve et allumer une allumette, ils vont brûler si la défense va mal. Bien mieux pour les Japonais de les allumer après la mise en place d'un blockship et d'attendre que les 250 000 000 gallons de carburant enflammé incinèrent la majeure partie de la flotte américaine du Pacifique, désormais piégée. De cette façon, une partie beaucoup plus importante des frappes aériennes du Kido Butai pourrait être consacrée à l'obtention d'une supériorité aérienne complète sur Hawaï au lieu de couler les navires de guerre de l'USN à l'intérieur de PH. De toute façon, les survivants ne pourraient pas quitter le port et seraient facilement pris en charge au cours des jours suivants par des bombardements aériens ou IJN.

Puisque je crois beaucoup à l'expression "pas de courage, pas de gloire", je suggérerais que la seule façon d'avoir une chance de capturer un parc de réservoirs de carburant ou deux (sur les 4 présents) serait de laisser tomber IJA et les parachutistes IJN sur Oahu comme cela a été tenté quelques mois plus tard sur au moins deux raffineries de NEI. Avec 80% de victimes en résultant. Historiquement, ces parachutistes n'étaient pas assez bien entraînés le 7 décembre 1941 pour avoir été utilisés à ce moment-là, mais dans une histoire alternative, on peut suggérer qu'en commençant l'entraînement plus tôt, ils auraient en effet pu être prêts ? Cependant, si on me présentait cet argument, je répondrais à la question de savoir d'où venaient tous les avions nécessaires pour larguer une grande force de parachutistes ? Le "Nell" japonais était le seul bombardier terrestre bimoteur à avoir le rayon d'action à sens unique pour se rendre à Oahu depuis les îles Marshall, mais ne pouvait transporter que 8 parachutistes par avion à cette distance. Ainsi, plus de 120 (avions supplémentaires pour transporter des armes lourdes) ont détruit des bombardiers terrestres (et certains des pilotes très difficiles à remplacer) pour transporter un seul bataillon de 800 hommes à Oahu, sans aucune garantie que certains des avions pourraient ne pas manquer l'île. tous ensemble sur un long vol de nuit. Et aucune garantie qu'ils sauteraient en parachute sur les bons endroits, survivraient à n'importe quel feu AA ou même combattraient efficacement une fois là-bas. Possible mais pas du tout probable OMI.

Écrivez vos commentaires sur un grand éléphant blanc dans une petite pièce, vous semblez oublier la vraie histoire. Glenn ne fait que déplacer l'invasion des Philippines vers Oahu, avec plus de navires de guerre. If the US didn't "twig" to the real invasion of the Phillipines, even with the 8 hours of warning given by the real Pearl Harbor air raids, what makes you think that they could have figured out in this alternative history that Oahu was about to be invaded ? The Japanese wouldn't be sending a telegram to the Phillipines saying, "You're safe, this time", now would they ? The US still had far too few codebreakers and would still be concentrating those few on diplomatic messages, not on naval codes. And the US defenders of Oahu were still NOT doing the long range air searches needed to prevent a sneak attack on Oahu. A large white elephant in a room is still NOT seen unless someone opens a door and actually LOOKS inside.

I would agree with you about Glenn's use of the entire Combined Fleet at Oahu though. I think it unlikely that the IJN would leave the Home Islands completely 100% undefended, even though their desire would be to have every Japanese battleship (9 ?)present for the final, great "Decisive Battle" just off of Oahu, if a blockship/firestorm didn't do the trick.

Perhaps Glenn could adjust his naval bombardment needs so as to allow a reserve force of 2-3 fast battleships etc., to be positioned near say, Saipan so as to be able to respond to unfolding events to the east, to the south or back near Japan ?


On December 7, 1941, two hours after the Japanese attack on American military installations at Pearl Harbor, Hawaii, Japan declared war on the United States and Great Britain, marking America’s entry into World War II. The Japanese government had originally intended to deliver the declaration thirty minutes before the attack, but the Japanese embassy in Washington took too long to decode the 5,000-word document.

The declaration read, in part, that Japanese "officers and men of our army and navy will concentrate their strength in engaging in battles, the members of our government will endeavor to carry out their assigned duties, our subjects throughout the empire will employ full strength to perform their respective tasks. Thus uniting one hundred million hearts and discharging the fullest strength of the nation, we expect all our subjects to strive to attain the ultimate objective of this expedition." It was printed on the front page of Japanese newspapers on December 8, 1941, and again on the 8th of every month until the end of the war.

This copy of the declaration of war folds into an original blue cloth box imprinted with the document’s title.

A full translation is available.

Extrait

We, the Emperor of Japan, having acceded to the throne of the unbroken line of emperors which is for ages eternal, with the divine providence of the heavenly god, hereby proclaim unto our loyal and valorous subjects:

That we, the emperor, have now declared war upon the United States of America and Great Britain. The officers and men of our army and navy will concentrate their strength in engaging in battles, the members of our government will endeavor to carry out their assigned duties, our subjects throughout the empire will employ full strength to perform their respective tasks. Thus uniting one hundred million hearts and discharging the fullest strength of the nation, we expect all our subjects to strive to attain the ultimate objective of this expedition.


30 December 1941 - History


WHAT WAS CAMP-X?

Four very brave Americans: Chip Gray (second from left) and Leif Bangsboll (with canes) Leif was with the OSS and trained at Camp-X

World War II Special Operations successful, or not?

  1. The &lsquoHydra&rsquo communication radios of the BSC played a major role in relaying top-secret messages from Washington, Ottawa, and New York to Bletchley Park in England. So vital was this information, that just recently we have learned that Winston Churchill had a small bedroom in an anteroom just across the hall from &lsquoStation X&rsquo at Bletchley Park. All the while during WWII that the BBC were reporting that Winston had gone off to the country for a relaxing holiday, he was actually at Bletchley Park reading messages the moment they were received. What kind of information you ask?
    1. German U-boat cipher intercepts which were critical to winning the war against Dönitz&rsquo &lsquoWolf Pack&rsquo. Knowing what the &lsquoWolf Pack&rsquo was going to do next, and where they would be heading allowed the Allies to manoeuvre their convoys around the &lsquoPack&rsquo.
    2. The availability of top-secret messages between President Roosevelt and Winston Churchill, which allowed the two leaders to strategise the next moves in the war, instantaneously.
    3. Information supplied by William Stephenson&rsquos agents in South America enabled the Royal Navy to sink German ships coming back from South America loaded with raw materials destined for Germany&rsquos war production plants.

    All content, logos and pictures are the property of Lynn Philip Hodgson and cannot be published without written consent.
    Copyright 1999


    30 December 1941 - History

    Campaign and Service Medals

    This list of VFW membership qualifying campaign and service medals was updated using the VFW Service Officers Guide - 2003 (29th Edition).

    Period During Which Issued

    12 Feb. 1874-Indeterminate

    11 May 1898 to 16 Aug. 1898
    20 April 1898 to 10 Dec. 1898

    Army Of Cuban Occupation

    18 July 1898 to 20 May 1902

    Army of Puerto Rican Occupation

    14 Aug. 1898 to 10 Dec. 1898

    4 Feb. 1899 to 31 Dec. 1913
    4 Feb. 1899 to 15 Sept. 1906

    20 June 1900 to 27 May 1901

    China Relief Expedition

    5 April 1900 to 27 May 1901

    Army of Cuban Pacification

    6 Oct. 1906 to 1 April 1909

    12 Sept. 1906 to 1 April 1909

    12 April 1911 to 16 June 1919
    12 April 1914 to 7 Feb. 1917

    First Nicaraguan Campaign

    29 July 1912 to 14 Nov. 1912

    9 July 1915 to 6 Dec. 1915
    1 April 1919 to 15 June 1920

    4 May 1916 to 5 Dec. 1916

    World War I Victory
    (with Battle of Service clasp
    including Siberia and
    European Russia)

    6 April 1917 to 1 April 1920
    6 April 1917 to 30 Mar. 1920

    Army of Occupation of Germany

    12 Nov. 1918 to 11 July 1923

    Second Nicaraguan Campaign

    27 Aug. 1926 to 2 Jan. 1933

    3 Sept. 1926 to 21 Oct. 1927
    1 Mar. 1930 to 31 Dec. 1932

    7 July 1937 to 7 Sept. 1939
    2 Sept. 1945 to 1 April 1957

    American Defense Service
    (with Foreign Service clasp)

    8 Sept. 1939 to 7 Dec. 1941

    American Campaign
    (30 consecutive days or 60 days nonconsecutive duty outside continental
    limits of United States

    7 Dec. 1941 to 2 Mar. 1946

    Asiatic-Pacific Campaign

    7 Dec. 1941 to 2 Mar. 1946

    European-African-Middle Eastern Campaign

    7 Dec. 1941 to 8 Nov. 1945

    Army of Occupation (30 consecutive days)
    Italie
    Germany (except West Berlin)
    Germany (West Berlin)
    Austria
    Korea
    Japan

    9 May 1945 to 15 Sept. 1947
    9 May 1945 to 5 May 1955
    9 may 1945 to 2 Oct. 1990
    9 May 1945 to 27 July 1955
    3 Sept. 1945 to 29 June 1949
    3 Sept. 1945 to 27 April 1952

    Navy Occupation Service Medal
    Italie
    Trieste
    Germany (except West Berlin)
    Austria
    Asiatic Pacific

    8 May 1945 to 15 Dec. 1947
    8 May 1945 to 26 Oct. 1954
    8 May 1945 to 5 May 1955
    8 May 1945 to 25 Oct. 1955
    2 Sept. 1945 to 27 April 1952


    HistoryLink.org

    On the night of December 8, 1941 -- a day after Japan's attack on Pearl Harbor, but three days before Germany's declaration of war against the United States -- FBI agents raid the Seattle family home of 61-year-old Martin Dudel (1880-1966). The home is located in the Wallingford neighborhood at 5532 Woodlawn Avenue. After a thorough search, agents seize such suspicious items as copies of Germanic newspapers, various weapons (which turn out to be theater props), and wireless radio equipment that belongs to Dudel's son, Martin Delmar Dudel, who ironically is then serving with the U.S. military in the South Pacific.

    Immigrant Song

    At the age of 19, about 1899, Martin G. Dudel immigrated to America from Görlitz, Germany, and was soon employed as an actor on a theatrical circuit based out of Chicago. But it was by working at a newspaper in St. Louis, Missouri, and then at a German-language publication in Portland, Oregon, that Dudel discovered his true calling as a print journalist. Then, upon relocating to Seattle, he was welcomed by the town's German community and soon founded what would become the region's premier German newspaper, Staatszeitung, which he would edit and publish for nearly three decades.

    At that time Seattle was home to various Germanic social clubs, theatrical troupes, and a concert band led by another immigrant, Professor Alfred Lueben (1858-1932). Lueben's daughter, Lillian (1886-1967), was a soprano soloist in various local operatic shows. Dudel -- who loved martial music and also composed songs -- scored the leading role in a local production of "The Student Prince" (which also included Lillian in the cast). Professor Lueben helped to organize musical performances at Seattle's world's fair, the Alaska-Yukon-Pacific Exposition, where Dudel also performed. Martin and Lillian ended up marrying on December 26, 1909, and they had two sons.

    Life During Wartime

    A decade later, and in the wake of World War I, many Americans remained bitter about Germany’s violent behavior and as late as the mid-1930s FBI Director J. Edgar Hoover was assigning agents to monitor the activities of numerous Americans of German descent (both citizens and permanent residents, or "aliens"). And as the outspoken publisher (up until 1939) of Staatszeitung -- a newspaper whose intense promotion of German culture and heritage had actually extended to editorial support of the early Nazi government (until disillusionment with their heinous activities set in) -- Dudel was, despite his consistent assertion of innocence regarding any nefarious activities, a seemingly logical target for surveillance.

    He was certainly not the only individual seized as a potential spy, saboteur, or traitor by the panicked U.S. government: in addition to the approximately 120,000 Japanese interned into camps, 3,278 Italians and 10,905 German-alien and German-Americans became internees as well.

    Hauled away in the dark on that night of December 8, 1941, Dudel was taken to an undisclosed location where he wrote a note that reflected his bewilderment and anger: "So here we are like the caged beasts of the jungle in Woodland Park, walking forth and back, back and forth behind barred doors and windows, thinking, hoping." Months later, when he was finally permitted to plead his case before the internment panel, a humiliated Dudel said: "I stand before you accused, of what, I do not know."

    On February 23, 1942, Dudel was transferred to an interment camp at Fort Lincoln at Bismark, North Dakota. Later that spring he was shipped home, but then in 1943 he was among the Germans who were ordered to relocate inland when Washington state was included in the new wartime coastal exclusion zone. Dudel and his wife moved to Chicago for a year and finally returned to Seattle towards the war’s end in 1945.

    Forever puzzled as to why nobody seemed to understand that he and other Germans could retain a love for their homeland while simultaneously feeling deep loyalty to their chosen home of America, the profoundly patriotic Dudel wrote at the time: "I cherish the hope that, despite my advanced age, I will be given the opportunity to prove my attachment to the principles of the Constitution. Aliens we are, no doubt about that. But enemies, never."

    After the war Dudel worked for a dozen years at the Rhodes of Seattle department store (2nd Avenue and Union Street). He achieved full citizenship in 1951, and he continued to pen original songs including the patriotic paean, "Peace Hymn of the Republic." On September 3, 1958, Dudel was honored with a performance of that tune by a 100-piece U.S. Army Field Band and he was presented with a letter of gratitude from the Secretary of the Army, Wilbur Brucker, for his "splendid contribution which is so in keeping with our American heritage."

    Martin Dudel (1880-1966), performer at the Alaska-Yukon-Pacific Exposition, Seattle, 1909

    Detail from A-Y-P German Day poster, Courtesy Heidi (Dudel) Eggebroten Collection (private collection)

    Sources:

    “Martin G. Dudels Will Mark Golden Wedding On Saturday,” Seattle Post-Intelligencer, Californie. December, 1959 “Martin G. Dudels To Fete 50th Year,” The Seattle Times, December 24, 1959, p. 24 “Martin G. Dudel, Retired German Editor, Dies,” Seattle Post-Intelligencer, September 13, 1966, p. 30 “Martin Dudel, Retired Editor, Author Dies,” Seattle North Central Outlook, September 15, 1966, p. 5 Sherry Stripling “Confined: An Untold Story,” The Seattle Times, May 31, 1998, pp. L1-L3 Heidi (Dudel) Eggebroten, various emails to Peter Blecha, April-May, 2008, in possession of Peter Blecha, Seattle, Washington.


    Letter to a Jailer

    Au December 31, 1881, Charles J. Guiteau, the assassin of President James Garfield, wrote a New Year’s greeting to his jailer.

    New Year’s Greeting from Presidential Assassin Charles Julius Guiteau to his Jailer, December 31, 1881. (Charles Guiteau Collection). Manuscript Division

    Guiteau shot newly elected President James A. Garfield in the back on July 2, 1881. He was quickly captured at the Baltimore & Ohio Railroad Depot in Washington, D.C., the scene of the assassination attempt. President Garfield died seventy-nine days later of infections resulting from his wound.

    Guiteau’s trial was not only a national sensation but, as one of the first insanity pleas entered in a court of law, an important legal case. Guiteau’s attorney argued that his client was insane at the time that he shot the president and dozens of psychiatrists testified as expert witnesses. Nevertheless, the jury rendered a verdict of guilty in late January 1882, and Guiteau was executed the following June.

    Guiteau’s March to Hades. By H.W. Stratton Boston: L. E. Whipple, 1881. Music for the Nation: American Sheet Music, ca. 1870 to 1885. Music Division


    Voir la vidéo: Naval Legends: Maiale. Secret weapon of Regia Marina first Human Torpedo!