L'idéalisation de Bonaparte

L'idéalisation de Bonaparte

Bonaparte au pont d'Arcole (17 Novembre 1796).

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

La campagne d’Italie fut le tremplin de la carrière de Bonaparte. Pour entraîner à sa suite les soldats hésitants, Bonaparte prit un étendard et s’élança…

Analyse des images

Telle une apparition, Bonaparte, alors âgé de 27 ans, entre dans la composition pour sembler ne devoir y demeurer que le temps d’un assaut. Le sabre dans la main droite, l’étendard dans la main gauche, le regard tourné en arrière mais le corps propulsé vers la gauche du tableau, le héros n’est que mouvement, à l’instar du combat que suggère la fumée des incendies qui à l’arrière-plan embrasent des fabriques. Traitée comme un relief, parfaitement sculpturale, et en cela conforme à la tradition classique, cette composition, par sa fougue héroïque et par la vivacité de son exécution picturale, n’en annonce pas moins le romantisme dont Gros est en France le principal précurseur.

Interprétation

Parti pour l’Italie en 1793 après son échec de l’année précédente au Prix de Rome, Gros se fixa un moment à Gênes où, en 1796, il fit la connaissance de Joséphine de Beauharnais qui l’emmena à Milan pour le présenter à son mari. Admis dans l’entourage de Bonaparte, le jeune peintre sera bientôt désigné membre de la commission chargée du choix et du séquestre des objets d’art destinés à la Grande Galerie du Louvre, puis intégré à l’armée comme inspecteur aux revues. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’exécution à Milan, dès 1796, de ce portrait dont Bonaparte avait approuvé l’esquisse et qui, exposé au Salon de 1801, devait être gravé à la demande du modèle.

Evocation idéalisée du jeune général victorieux, ce tableau est le premier chef-d’œuvre de Gros et l’un des premiers jalons de la peinture de propagande bonapartiste. On pressent ici les grandes compositions qui devaient faire de l’artiste l’un des grands peintres, avec son maître David, de l’épopée napoléonienne, de Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (1804) à Napoléon visitant le champ de bataille d’Eylau (1808). La famille Bonaparte se montra d’ailleurs toujours très attachée à cette œuvre emblématique représentant le fondateur de la dynastie au début de sa gloire : la toile ne quitta la famille impériale qu’au moment du séquestre de 1870 et elle fut aussitôt restituée à l’impératrice Eugénie, qui devait en faire don à l’Etat français en 1879.

  • guerres révolutionnaires
  • légende napoléonienne
  • Bonaparte (Napoléon)
  • portrait officiel
  • propagande napoléonienne

Bibliographie

Juan Carlos CARMIGNANI et Jean TRANIÉ Napoléon Bonaparte : 1 la première campagne d’Italie 1796-1797 Paris, Pygmalion, 1990.Gugliamo FERRERO Bonaparte en Italie 1796-1797 Paris, Fallois, 1994.Annie JOURDAN Napoléon, héros, imperator, mécène Paris, Aubier, 1998.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.Collectif La Révolution française et l’Europe 1789-1799 , catalogue de l’expositionParis, RMN, 1989.

Pour citer cet article

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « L'idéalisation de Bonaparte »


Video: Bataille dAusterlitz 1805